Navigation – Plan du site

Compte rendu de Gouanvic (Jean-Marc), Pratique sociale de la traduction. Le roman réaliste américain dans le champ littéraire français (1920-1960)

Arras, Artois Presses Université, collection « Traductologie », 2007, 204 p.
Bibiane Fréché et Séverine Olivier

Texte intégral

1Pratique sociale de la traduction fait suite à l’ouvrage Sociologie de la traduction (1999), dans lequel Jean-Marc Gouanvic analysait l’introduction de la science-fiction américaine dans la France des années 1950 et l’émergence concomitante d’un champ autonome de la science-fiction française. Dans son nouvel opus, Gouanvic se penche sur le genre romanesque réaliste — genre qu’il considère comme dominant en Occident — et plus particulièrement sur la traduction de romans réalistes américains dans le champ littéraire français des années 1920-1960.

2S’inscrivant dans le sillage des études bourdieusiennes dont il retire les points bénéfiques à la traductologie (notions de champ, d’habitus et d’illusio), Jean-Marc Gouanvic n’envisage pas seulement la traduction en termes de produit ou de processus (deux dimensions traditionnellement dichotomiques) mais aussi en termes de production. Selon lui, quatre éléments interviennent dans une traduction : le texte source, le texte cible, le traducteur en tant que subjectivité et le traducteur en tant qu’historicité, leurs relations pouvant être décrites sur base des notions d’habitus et de champ. « L’étude de la traduction en tant que production analyse [donc] le moment de l’émergence de la traduction selon l’habitus des agents traducteurs actifs dans les champs auxquels les traductions à faire sont destinées. » (p. 26) Ce type d’étude garde bien sûr à l’esprit que les luttes menées par les traducteurs dans le champ cible sont bien différentes de celles engagées par les écrivains. Par ailleurs, si la traduction met en relation sociétés source et cible (produisant une perception de la culture source à travers le filtre de la société cible), elle n’importe pas nécessairement les luttes (ni leurs enjeux) d’un champ à l’autre.

3Cherchant à démontrer l’enjeu d’une théorie sociologique de la traduction, Jean-Marc Gouanvic souligne que la tâche du traducteur consiste à « transférer » dans le texte cible l’illusio produite par l’auteur du texte source. L’illusio étant produite à travers l’histoire mais aussi à travers la façon de la raconter, l’auteur de Pratique sociale de la traduction ne néglige donc pas la dimension textuelle de la traduction. À ce propos, il avance d’ailleurs la notion de signifiance, surgie de la dialectique entre le sémantique et le symbolique (ponctuation, prosodie…). Sa modification en traduction altère l’illusio. Le second chapitre de l’ouvrage aborde dès lors la notion d’éthique avancée par Antoine Berman pour qualifier une traduction transférant au maximum les traits sémiotiques et poétiques du texte source dans le texte cible. Jean-Marc Gouanvic l’adapte à une méthode sociologique de la traduction, en insistant sur l’influence qu’exerce l’habitus du traducteur dans la « translation » du texte source dans la culture cible. L’intérêt d’une éthique de la traduction telle qu’il l’entend est qu’elle intègre toutes les pratiques traductrices, des genres dits « littéraires » à ceux qualifiés de « paralittéraires ». L’éthique de la traduction est en effet fondée sur une construction d’homologies à partir de la signifiance des textes source et cible, quels qu’ils soient. Différents exemples éclairent sa théorie au fil de l’ouvrage. Ainsi, montre-t-il comment Karin de Hatker et le réviseur Albert Debaty faillirent à toute éthique traductologique, en appliquant des vues collaborationnistes à la traduction de The Grapes of Wrath de John Steinbeck (1944, éditions De Kogge). Toute autre est, selon lui, la démarche de Boris Vian, qui traduit les textes de science-fiction d’Alfred E. van Vogt en modifiant le registre de langue, mais sans trahir la signifiance du texte source. En révisant ce dernier, Vian accentue la « willing suspension of disbelief » caractéristique de van Vogt, et contribue à une adhésion plus complète du lecteur à l’illusio du texte traduit et du genre auquel il appartient.

4Après sa longue introduction théorique malheureusement divisée en trois chapitres (introduction, chapitre 1, chapitre 2), Jean-Marc Gouanvic livre tout d’abord un panorama des auteurs américains traduits en français au xixe et xxe siècle, tout en soulignant que différents facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’un éditeur, un directeur littéraire ou de collection, ou plus rarement un traducteur, décide de traduire une œuvre. Tout d’abord, le capital symbolique de l’auteur dans les sociétés source et cible semble déterminant. Mais la transmission de ce capital n’étant pas automatique, un des agents intervenant dans la traduction engage bien souvent sa propre légitimité dans un discours justificatif (préface, introduction, appendice, avant-propos, présentation...). Les traductions de Faulkner regorgent par exemple de préfaces soulignant l’excellence de son style. Celles de Hawthorne insistent sur la redécouverte d’un classique méconnu. La légitimité de la culture nationale source est un autre facteur stimulant la traduction. Ainsi, après 1945, l’hégémonie des États-Unis, qui s’exprime dans de nombreux domaines, a des répercussions dans le monde de la traduction. Le marché français de l’édition est alors dominé par les écrivains américains, au détriment des œuvres indigènes et du reste du monde. Dès lors, les cas particuliers d’Ernest Hemingway, John Dos Passos, Henry Miller et John Steinbeck retiennent plus longuement l’attention de Jean-Marc Gouanvic, qui aborde ensuite sa thématique non plus sous l’angle des traductions mais sous celui des traducteurs. Il s’intéresse au travail de Marguerite Yourcenar sur Ce que savait Maisie d’Henry James et compare l’habitus de deux agents traducteurs Maurice-Edgard Coindreau et Marcel Duhamel avant de délivrer en appendice à son ouvrage un entretien avec André Bay, ancien directeur littéraire de Stock.

5On peut toutefois regretter que l’analyse textuelle, non délaissée par l’auteur à juste titre, l’emporte sur l’analyse sociologique. Peut-être la multiplication des chapitres (douze en comptant l’introduction et la conclusion pour un essai de 204 pages) y est-elle pour quelque chose ? L’ouvrage aurait sans doute gagné à intégrer les exemples de traductions des différents auteurs américains au fur et à mesure des développements plus théoriques. On aurait peut-être alors réellement dépassé l’opposition entre analyses interne et externe. L’essai n’en garde pas moins le mérite louable de tâcher d’appliquer, au domaine de la traduction, les théories bourdieusiennes de la sociologie de la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bibiane Fréché et Séverine Olivier, « Compte rendu de Gouanvic (Jean-Marc), Pratique sociale de la traduction. Le roman réaliste américain dans le champ littéraire français (1920-1960) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 12 avril 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://contextes.revues.org/1033

Haut de page

Auteurs

Bibiane Fréché

FRNS – ULB

Articles du même auteur

  • Compte rendu de Andréas Pfersmann, Séditions infrapaginales. Poétique historique de l’annotation littéraire (XVIIe-XXIe siècles), Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire » (vol. 464), 2011, 536 p.
    Paru dans COnTEXTES, Notes de lecture
  • Retour sur la critique [Texte intégral]
    À propos des numéros thématiques « Où en est la critique ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 13, 2007 et « Puissance et impuissance de la critique », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 26, 2008.
    Paru dans COnTEXTES, Notes de lecture

Séverine Olivier

FRNS – ULB

Haut de page