Navigation – Plan du site

L’esthétique surréaliste dans le champ et dans les discours

Recherches sur l’adhésion
David Vrydaghs

Texte intégral

Une question d’histoire littéraire

1Nos recherches post-doctorales, dont nous livrons ici les premiers résultats, portent sur un point d’histoire littéraire : comment écrire l’histoire du groupe surréaliste français sans exclure a priori de l’objet les dissidents et les concurrents du mouvement et, pour préciser, comment rendre compte de l’esthétique surréaliste sans considérer une fois pour toutes qu’elle est l’apanage du groupe constitué ni taire pour autant les oppositions entre surréalistes, dissidents et concurrents ?

2La question peut sembler banale. Elle s’impose pourtant quand on constate que les histoires littéraires du surréalisme, en plus de reproduire les travers du genre1, excluent de leur corpus un ensemble de textes et d’auteurs du seul fait qu’ils ne sont plus surréalistes. Ainsi, quand Antonin Artaud est exclu du groupe en 1926 ou quand Robert Desnos le quitte un an plus tard (il sera officiellement exclu en 1929), leurs noms disparaissent également des histoires littéraires, pour n’y réapparaître que lorsqu’ils sont mêlés de près à l’actualité du groupe surréaliste : Artaud, lors de l’affaire Strindberg en 1928 ; Desnos, lorsqu’il contribue au pamphlet « Un cadavre » dirigé contre Breton et publié en 1930 par la revue Documents.

3La question reste pertinente dès lors qu’on envisage les travaux sociologiques sur le surréalisme français2. S’ils se sont fait fort d’apporter à l’histoire littéraire une assise méthodologique et une base théorique plus solides3, ils n’ont guère interrogé le corpus produit par les historiens. En effet, à l’instar de ces derniers, le sociologue ne s’intéresse plus aux dissidents à partir du moment où il a pu expliquer leurs départs ou exclusions4. Or, en procédant de la sorte, il reconduit dans son objet la sanction du groupe contre ceux-ci et s’interdit par conséquent de se demander ce que leurs productions ultérieures doivent au surréalisme.

4On remarquera ensuite que ces études tiennent très peu compte des concurrents du mouvement. Cette critique peut surprendre, tant les sociologues sont attentifs aux luttes entre agents pour la légitimité littéraire. Pour la comprendre, il faut en fait établir une distinction entre adversaires et concurrents. Sont adversaires d’un agent ou d’un groupe dans le champ, les agents ou les groupes qui défendent une autre conception de la littérature. Ceux qui défendent une conception similaire de la littérature en sont en revanche les concurrents. Si les sociologies du surréalisme ont traité de la concurrence entre Breton et Dada (effective à partir de 1921 et résolue fin 1922), elles n’ont par exemple jamais tenu compte de l’esthétique d’un Michaux. Pourtant, cet écrivain belge installé à Paris depuis janvier 1924 a consacré plusieurs articles au surréalisme et défendu des positions très proches de celles du groupe de Breton à partir de 1925, l’engagement politique en moins5. On peut expliquer cette préférence des sociologues pour les adversaires d’un mouvement par une application stricte du mode de pensée relationnel, qui conduit à relever seulement les oppositions les plus marquées.

Une problématique de l’adhésion

5Pour éviter ces biais et donc étudier le surréalisme français sans exclure a priori de l’objet les dissidents et les concurrents du mouvement, nous proposons de reformuler notre question dans le cadre d’une problématique plus générale, celle de l’adhésion. On n’entend pas ce terme dans ses sens courants (comme le fait d’intégrer un parti politique ou, en l’occurrence, un groupe littéraire ; ou encore comme le fait d’approuver les thèses d’un orateur), mais dans le sens précis qu’Alain Viala lui a donné en 1999 :

Je parle de ce phénomène par lequel les humains en viennent à penser que la position dans laquelle ils se trouvent est la “bonne” position, et donc à fabriquer toutes sortes de raisons pour lui conférer de la valeur, et même la valeur suprême. Cela se manifeste bien sûr dans l’ordre religieux, dans l’ordre politique, dans l’ordre social, et dans l’ordre esthétique. C’est donc un processus qui fait passer de l’opinion à la croyance : de l’idée que l’on se trouve en telle ou telle situation et qu’on se trouve “bien” de s’y trouver à l’affirmation que cette situation est “bonne”, qu’elle est même la seule bonne. […], disons que l’adhésion est ce processus qui, en sa forme aboutie, fait donc passer d’une diversité de façons de voir et de faire à la certitude qu’il n’y en a qu’une qui vaille, convertit la subjectivité consciente d’une opinion relative en pseudo-objectivité inconsciente d’une certitude absolue6.

6Notons qu’afin d’éviter la confusion avec le sens commun, on parlera désormais de processus d’adhésion pour désigner ce phénomène « par lequel “ça tient ensemble”, par lequel les hommes attachent à quelque chose de l’attention, de l’importance, s’y attachent, et par là s’attachent les uns aux autres7 ».

7La première formulation d’une problématique de l’adhésion chez Viala apparaît dans ses travaux sur le modèle de comportement galant, formé en France dans la seconde moitié du xviie siècle et caractérisé principalement par l’art de plaire. S’y conforme surtout « un milieu de “parvenus”8 » en quête de légitimité culturelle. Ce milieu évolue dans les cercles monarchistes légitimistes, notamment autour de Nicolas Fouquet. Viala note cependant que le corpus galant s’étend sur plusieurs siècles (L’Europe galante de Paul Morand en fait partie). On est donc bien, comme dans le cas du surréalisme français, devant un ensemble de textes qui excède les limites d’un groupe littéraire. Ce qui rassemble ces productions, c’est une esthétique, conçue au sens étymologique : soit une façon de sentir et, partant, de penser et de dire. Ce qui autorise le chercheur à le poser, c’est la présence, chez tous ces écrivains, d’un processus d’adhésion à cette esthétique.

8On voit en quoi cette approche nous a intéressé : en refusant de limiter l’investigation au groupe (là galant, ici surréaliste), celle-ci permet d’envisager le cas de tous ceux qui n’ont pas fait partie d’un groupe littéraire ou en ont été rapidement exclus – soit ceux qui n’y ont pas ou plus adhéré, au sens commun bien sûr –, mais n’en ont pas moins été intéressés par son esthétique – soit ceux qui furent engagés, à un moment ou à un autre de leur carrière, dans un processus d’adhésion à celle-ci.

9On voit aussi les inconvénients de cette approche : sa généralité – il est toujours possible de trouver un point d’accord, un ensemble de valeurs commun à un groupe d’agents que presque tout oppose9 – peut conduire à une forme d’irénisme, qui consisterait en l’occurrence à ne plus voir les différences de parcours entre les agents retenus dans le corpus et à sous-estimer les luttes pour la domination symbolique dans le secteur de l’avant-garde.

Propositions

10Arrivé à ce point, on fera quelques propositions méthodologiques pour traiter cette problématique de l’esthétique surréaliste comme produit d’un processus d’adhésion.

11Notre première proposition touche à la constitution du corpus. Celui-ci inclut l’ensemble des textes surréalistes au sens strict, soit ceux qui sont produits par des écrivains au moment de leur appartenance au groupe de Breton (qui fut, comme chacun le sait, à géométrie variable). Il faut ensuite lui adjoindre tous les textes contemporains10 produits en dehors du groupe mais présentant néanmoins un processus d’adhésion à l’esthétique surréaliste. Enfin, le corpus comprendra un relevé des comportements des écrivains : étant donné qu’on conçoit l’esthétique comme une façon de sentir et de penser, il n’y a pas lieu de limiter ses manifestations au domaine discursif : l’hexis corporelle, les façons de se vêtir et de se conduire dans des situations publiques (manifestations, conférences, etc.) participent bien de l’esthétique générale qui nous intéresse. Par exemple, l’épisode connu du banquet donné en l’honneur de Saint-Paul Roux en juillet 1925 manifeste le souci surréaliste de rendre perméable la frontière entre violence symbolique et physique lors des apparitions publiques du groupe : c’est Soupault pendu au lustre et renversant le service de table de ses pieds ; c’est Leiris criant « Vive l’Allemagne, à bas la France » puis entrant dans un pugilat qui l’opposera aux convives du banquet.

12L’interrogation de ce corpus comporte deux phases. La première, contemporaine de sa constitution, consiste en un repérage des marqueurs discursifs du processus d’adhésion, comme l’adoption d’un ton, d’un ethos particuliers ; le recours à des formules assertives ; etc. La seconde phase, ultérieure mais qui peut demander de revenir en arrière en fonction des résultats obtenus, consiste à y repérer les éléments d’une esthétique surréaliste, qu’il s’agisse de caractéristiques formelles récurrentes, comme le recours à certaines métaphores utilisant les domaines sémantiques du scientifique et du médical ; de parti-pris manifestés, comme le refus du roman ou la promotion de l’écriture automatique ; de points d’intérêts communs, comme le merveilleux11 ; etc. Il s’agit ensuite de répéter l’opération sur le corpus des comportements.

13Quand le balisage du corpus est achevé (ou bien avancé), le chercheur s’attache à reconstituer de façon idéaltypique le système d’adhésion surréaliste (celui du groupe), ou ensemble des traits esthétiques pertinents qui agit sur les membres à la façon d’un modèle de comportement : il prescrit en effet un ensemble de conduites de la même façon qu’il en interdit d’autres12. On peut mentionner ici le fait qu’Aragon, déjà auteur de plusieurs romans, ait abandonné la rédaction de La Défense de l’infini après que ces amis surréalistes l’y aient invité : une telle production n’entrait pas dans le cadre du système d’adhésion surréaliste.

14Le chercheur doit ensuite être attentif aux points de contradiction qui peuvent exister dans un même système d’adhésion, et conduire parfois à son éclatement en sous-systèmes, voire en systèmes concurrents. On fera ici l’hypothèse (qui demande, pour être vérifiée, une étude qui excède par son ampleur la place dont nous disposons ici) que la question de l’action politique, qui s’est rapidement posée aux surréalistes (dès 1925), a constitué un point de contradiction particulièrement réactif et a donné lieu à deux systèmes surréalistes concurrents (l’un exclusivement poétique, l’autre poétique et politique).

15L’étude de l’adhésion ne se limite pas à la reconstitution d’un système d’adhésion propre au groupe surréaliste (sans quoi elle n’aurait pas d’intérêt pour notre question), mais doit envisager son « rayonnement », au sens que ce terme a en sociolinguistique :

On parle de rayonnement lorsqu’une variété se répand au point de créer des situations diglossiques, mais sans bénéficier d’un statut officiel. Son apprentissage dépend dès lors de décisions individuelles (inspirées, cela va sans dire, par le rapport de force entre variétés présentes). L’exemple de rayonnement le plus visible de nos jours est fourni par la fortune de l’anglo-américain13.

16Soit le fait qu’un système d’adhésion devienne un pôle actif dans son époque, repoussant ou attirant les agents qui en prennent connaissance.

17Pour ne pas sombrer dans un irénisme de mauvais aloi et rester attentif aux luttes de concurrence entre surréalistes, exclus et concurrents qui partagent un même système d’adhésion, les acquis de la théorie des champs constituent un garde-fou de premier choix, à condition de s’assurer qu’une problématique de l’adhésion soit compatible avec les propositions théoriques et méthodologiques de celle-ci.

18Ces deux dernières propositions, parce qu’elles demandent à être développées et qu’elles interrogent directement la problématique de ce colloque, vont faire l’objet des points suivants.

Le rayonnement d’un système d’adhésion : une question de variations discursives

19Étudier le rayonnement d’un système d’adhésion demande qu’on soit attentif aux faits suivants.

20Premièrement, que tout système de comportement produit par une adhésion est une construction du chercheur. À proprement parler, il n’existe pas.

21Ensuite, qu’un discours n’est pas un simple réceptacle dans lequel viendraient se déposer des éléments du système d’adhésion. Il est agissant. Comme les comportements. On aurait dès lors tort de considérer chacun des discours et comportements retenus dans le corpus comme autant de manifestations d’un système d’adhésion. Ils en constituent plutôt des « variations », au sens que Jean-Michel Adam et Ute Heidmann donnent à cette notion :

En folkloristique, les contes sont définis par rapport à un prototype abstrait dont chaque version écrite ou transcrite constitue des variantes. […] Par rapport au concept hiérarchique de variante, notre concept de variation est, tout au contraire, défini par rapport à la réalité même du fonctionnement de la langue et du discours. Les histoires circulent dans la mémoire culturelle des peuples à la manière des langues. Les langues comme les histoires n’existent que par leur actualisation en discours, chaque fois spécifiques, propres à un acte d’énonciation toujours singulier14.

22Une telle conception du discours, à laquelle nous souscrivons, implique d’être particulièrement attentif à l’historicité et à la singularité des processus d’adhésion.

23On ajoutera enfin au propos d’Adam et de Heidmann que chaque variation du système n’est pas seulement son actualisation singulière, mais qu’elle est aussi un acte de communication : à ce titre, elle relance, explicitement ou implicitement, les interrogations et les débats dont le système est porteur15. À charge pour le chercheur de faire apparaître ces « mouvements » discursifs.

Système d’adhésion et champ

24La question du rayonnement porte en elle celle du rapport de force entre parties en présence (qu’il s’agisse de langues, en sociolinguistique, ou d’écrivains). C’est pourquoi il faut intégrer à cette approche une reconstitution des enjeux littéraires d’une époque et des luttes entre agents qu’ils alimentent. Le modèle du champ serait précieux de ce point de vue, mais nous avons vu que le mode de pensée relationnel conduisait plutôt à occulter la question qui nous intéresse.

25Il est néanmoins possible d’interroger une problématique de l’adhésion dans le cadre de la théorie des champs : l’obstacle avancé peut être levé en notant qu’il est dû à une application forcée du mode de pensée relationnel, et non à celui-ci. Théoriquement, rien n’empêche le chercheur à tenir compte de la concurrence dans sa modélisation de la pratique littéraire dans un état de société donné.

26Par ailleurs, Bourdieu lui-même invite à penser une problématique de l’adhésion dans le prolongement de la théorie des champs. Dans L’Ontologie politique de Martin Heidegger, le sociologue faisait en effet remarquer que des agents occupant des positions différentes et parfois antagonistes dans le champ philosophique dépassaient leurs oppositions pour s’accorder sur quelques points fondamentaux :

L’ambiguïté qui caractérise toute l’idéologie völkisch ou « révolutionnaire conservatrice » est ce qui fait par exemple que des penseurs comme Lagarde peuvent séduire des universitaires libéraux qui, comme Ernst Troeltsch, reconnaissent le grand idéalisme allemand dans sa vision esthético-héroïque des hommes et des nations, dans sa foi pseudo-religieuse en l’irrationnel, le surnaturel et le divin, dans sa glorification du « Génie », dans son mépris pour l’homme politique et économique, pour l’homme ordinaire de l’existence ordinaire et pour la culture politique qui s’adapte à ses désirs, dans sa répulsion envers la modernité16.

27Si Bourdieu faisait apparaître cette neutralisation des oppositions constitutives du champ philosophique en faisant porter le principe de division de l’objet à un niveau supérieur (l’idéalisme allemand contre le réalisme), le phénomène qu’il analyse peut également s’interpréter en référence à une problématique de l’adhésion. Il existait en effet suffisamment de points de rencontre entre libéraux et révolutionnaires conservateurs pour que, dans un premier temps du moins, ceux-ci y attachent de l’importance, s’y attachent et par là s’attachent les uns aux autres (pour reprendre Viala). Que la théorie des champs ait envisagé un dépassement possible des oppositions entre agents sur ce que nous appelons des points d’adhésion rend possible l’intégration d’un modèle de l’adhésion à celle-ci. Il n’y a donc pas d’obstacle a priori à faire cohabiter la théorie des champs et un modèle de l’adhésion dans une démarche de recherche unique.

28Une autre question surgit : en quoi les propositions d’étude de l’adhésion que nous avons formulées plus haut représentent-elles un gain heuristique par rapport au modèle du champ ? On envisagera ici la question esthétique. La sociologie bourdieusienne entend expliquer l’esthétique d’un groupe ou d’un écrivain en fonction de la position qu’il occupe dans le champ et par rapport aux esthétiques proposées depuis les autres positions. La formation de l’esthétique surréaliste sera ainsi rattachée à l’itinéraire de Breton, d’Aragon, de Soupault, d’Éluard, etc. (qui va du modernisme des débuts de Littérature à l’avant-gardisme de La Révolution surréaliste) ; son contenu sera expliqué en référence aux autres esthétiques, parfois aux caractéristiques sociales du groupe (Bertrand, Dubois et Durand font ainsi l’hypothèse d’une influence de la formation scolaire moderne des surréalistes sur leurs goûts anti-littéraires17).

29Si une analyse de l’adhésion fait aussi de l’esthétique une prise de position, elle la conçoit en plus comme un système de choix et de comportements, soit comme une manière d’être. Ce système s’impose aux agents autant qu’ils participent à sa création. Par exemple, Breton pouvait écrire en 1920, à propos de Lautréamont : « C’est encore dans le travail littéraire, appliqué ou non, qu’on trouve le mieux à satisfaire sa volonté de puissance18 ». Idée que l’on ne trouvera plus sous sa plume à partir du moment où le groupe surréaliste est en cours de constitution. Dès mai 1922, Breton répond à une enquête du Figaro sur les « tendances de la jeune poésie » en signalant d’emblée :

La poésie écrite perd de jour en jour sa raison d’être. Si des œuvres comme celles de Ducasse, de Rimbaud, de Nouveau, jouissent de ce prestige sur les jeunes, pour commencer c’est que ces auteurs n’ont pas fait profession d’écrire (le mot de la situation n’a-t-il pas été trouvé par l’un d’eux : « La main à plume vaut la main à charrue. Je n’aurai jamais ma main » ?). C’est que leur attitude en tant qu’hommes laisse loin leurs mérites d’écrivains et que seule cette attitude donne son sens véritable à leur œuvre, telle que nous l’admirons19.

30Le relativisme des débuts en matière d’opinion esthétique cède le pas à une croyance qui s’énonce avec la force de la certitude (« seule cette attitude », « véritable », « admirons », etc.), croyance qui, en l’occurrence, refuse le travail littéraire.

Pour exemple : le merveilleux surréaliste

31Pour illustrer notre démarche, on analysera un cas de rayonnement d’un aspect du système d’adhésion surréaliste, à savoir le traitement qu’il réserve au « merveilleux », thème fortement lexicalisé dans de nombreux écrits « surréalistes » à partir de 1924.

32Rare dans les écrits antérieurs au Manifeste, l’adhésion au merveilleux avait néanmoins déjà transparu sous la plume de Breton dans « Entrée des médiums », texte publié au printemps de 1922 dans Littérature. Parlant de l’effet produit sur le groupe surréaliste par les expériences de sommeil hypnotique, celui-ci note : « […] après dix jours les plus blasés, les plus sûrs d’entre nous, demeurent confondus, tremblants de reconnaissance et de peur, autant dire ont perdu contenance devant la merveille20 ». Les hyperboles ne sont pas tant là pour marquer la résistance de certains surréalistes devant l’expérience que pour montrer combien les défenses les plus importantes de la raison s’évanouissent littéralement devant le merveilleux, autrement dit pour signifier un processus d’adhésion à la « merveille ». Celle-ci n’est pas encore inscrite dans un système d’adhésion (il est alors en cours d’élaboration). Dans Le Manifeste, le système se précise ; le « merveilleux » en est la pierre cardinale. Après avoir emprunté dans les premières pages les tours les plus variés de l’argumentation et s’être exprimé en longues phrases pour bien marquer les détours du raisonnement, Breton se fait brusquement concis et plus assertif qu’il ne l’a été jusqu’alors pour noter : « Tranchons-en : le merveilleux est toujours beau, n’importe quel merveilleux est beau, il n’y a même que le merveilleux qui soit beau21. »

33Inscrit au fondement de l’adhésion, le merveilleux va alors devenir objet de discours et enjeu esthétique pour toute une série d’agents. J’en ai retenu trois, qui ont l’avantage de présenter des profils différents : Henri Michaux, alors moderniste, s’est surtout exprimé comme critique culturel et littéraire ; Michel Leiris, surréaliste depuis peu, est un jeune entrant en littérature ; Robert Desnos, proche de Breton depuis 1922, s’éloigne du groupe quand celui-ci lui reproche ses articles journalistiques, seul moyen pour lui, avec le roman, de vivre (il est sans fortune et sans diplôme).

« Vive le merveilleux ! » (Henri Michaux)

34Michaux est le premier à réagir. Dans l’article « Surréalisme » qu’il publie en janvier 1925 au Disque Vert, revue moderniste franco-belge qu’il anime depuis un an avec Franz Hellens, Michaux rend compte du Manifeste et de Poisson soluble. Le portrait qu’il dresse du mouvement n’est pas sans ombres. Michaux critique l’automatisme en raison du fait que ce mode d’écriture, si prompt soit-il, ne parvient pas à rejoindre la vitesse de la pensée, et manque donc son but. Il en attend néanmoins des résultats : « On ira plus loin dans l’automatisme. / On verra des pages entières d’onomatopées, des cavalcades syntaxiques, des mêlées de plusieurs langues, et bien d’autres choses22. » Le ton confiant dit assez l’adhésion de Michaux à ce principe d’écriture ; l’emploi du « on » dit aussi, joint aux réticences du critique au sujet de Breton23, que le mouvement surréaliste n’est pas le seul à même de remplir ce programme (plus loin, Michaux citera d’autres noms : Franz Hellens, Jean Paulhan). En fin de compte, Michaux réitère son adhésion au programme surréaliste : « Voici : le merveilleux surréaliste est monotone, mais entre le merveilleux et quoi que ce soit, je n’hésite pas. Vive le merveilleux ! Quand même ce serait du merveilleux superficiel. Ce bain nous est excellent24. »

35Il s’agit donc bien de cela : dans cet article, Michaux souscrit à l’esthétique surréaliste (on en verra de nombreuses traces dans la suite de son œuvre), mais se tient à l’écart du groupe. Ici, la réappropriation du système d’adhésion ne s’accompagne pas d’un déplacement vers la position avant-gardiste, mais d’une réaffirmation de la position moderniste (ce qui est déjà perceptible dans cet article quand Michaux fait état, sans les critiquer, des textes d’Hellens et de Paulhan ‑ qui étaient alors ses « parrains » en littérature). Michaux gagnera ensuite la Nouvelle Revue française, dont il sera un des principaux poètes pendant l’entre-deux guerres.

« L’unique corde » (Michel Leiris)

36Quand Michel Leiris commence son Essai sur le merveilleux à la demande de Jacques Doucet (entre 1926 et 1927), il est membre du groupe surréaliste et dépendant de celui-ci : entré en littérature depuis peu, il publie principalement dans La Révolution surréaliste. C’est donc depuis cette position qu’il parle.

37Dès les premières lignes de l’Essai, Leiris manifeste son adhésion au surréalisme en reproduisant le geste de Breton envers le merveilleux. Leiris le qualifie en effet d’« unique corde […] pour remonter de ce puits trop étroit25 » qu’est la raison. Il développe ensuite une conception du merveilleux comme « forme vive de la pensée26 » qui se fonde sur « un élément moral, la révolte27 ». Enfin, il assimile merveilleux et « surréalité28 ».

38 Pour autant, si l’adhésion se fait au surréalisme comme groupe littéraire par cette voie-là, elle ne se fait pas complètement au système de comportement surréaliste : Leiris ne dit rien de l’écriture automatique ni ne conteste l’activité littéraire. Enfin, Leiris évacue la question de l’action politique, qui retenait alors le surréalisme. Ce qui peut sembler sans conséquence à première vue (l’écart entre le merveilleux et la politique est tel qu’il peut difficilement se résoudre ; il est donc logique que Leiris n’en parle pas) devient significatif dès qu’on lit :

Il ne s’agit ici en effet ni de fantastique, ni de frénétique, ni de n’importe quelle autre de ces catégories que l’on peut découper grosso modo dans le merveilleux, mais de quelque chose d’encore assez mal défini (faute de points de comparaison possible) qui est la partie la plus actuelle du surréalisme, et semble bien représenter le merveilleux dans ce qu’il a de plus libre, de plus gratuit, […]29.

39En considérant l’actualité du surréalisme et en affirmant que celle-ci est contenue dans la question du merveilleux, Leiris signale à mots couverts qu’il se désolidarise de la question de l’engagement. En cela aussi, il n’adhère plus au système d’adhésion surréaliste, quand bien même il est encore membre du groupe.

40Là aussi, la réappropriation du discours sur le merveilleux par Leiris excède son positionnement, et anticipe sur sa trajectoire ultérieure : dès la fin de 1927, il se détache du mouvement (moins disponible, parce que fréquemment à l’étranger, il est également moins en phase avec la problématique de l’engagement, qui anime de plus en plus le surréalisme depuis 1925), et poursuit sa quête du merveilleux par d’autres voies.

« Le merveilleux se mêle à ces tragiques exploits » (Robert Desnos)

41Enfin, Robert Desnos n’est plus surréaliste quand il écrit, en 1928, une série de neuf articles pour Paris-Matinal, dans lesquels il retrace la carrière de Jack l’Éventreur. Assurément l’écriture journalistique l’éloigne du groupe surréaliste et de son esthétique. Du moins, c’est le reproche qui lui est fait, et c’est l’explication retenue par les sociologues. En termes d’adhésion, la position de Desnos est pourtant conforme au système, ou du moins au credo anti-littéraire qui en est un des traits30.

42Par ailleurs, Desnos reste fidèle à d’autres de ses principes. Quand Paris-Matinal présentait ces articles en espérant y trouver une démonstration du fait qu’« au bout de quarante ans les procédés de certains criminels n’ont pas changé31 », Desnos allait surtout affirmer que « le merveilleux se mêl[ait] à ces tragiques exploits32 ». Sa description de Whitechapel comme « le plus romantique paysage qui se puisse imaginer33 », l’évocation d’un culte auquel se livrait Jack l’Éventreur une fois ses crimes accomplis34 jusqu’à la révélation finale selon laquelle ce criminel aurait agi à la suite d’un pari et pour défier les forces de police constituent autant de réappropriations du système surréaliste. Et ce sont celles-ci qui lui permettent d’affirmer, en 1930, dans le Troisième manifeste du surréalisme, dont il est le seul rédacteur :

Et je proclame ici André Breton tonsuré de ma main, déposé dans son monastère littéraire, sa chapelle désaffectée, et le surréalisme tombé dans le domaine public, à la disposition des hérétiques, des schismatiques et des athées.
Et je suis athée35.

43Sa position de dissident, son opposition à Breton, son parcours journalistique auraient dû l’amener, en bonne logique, à abandonner le surréalisme. Il n’en est rien, et l’on mesure encore une fois que le rayonnement d’un système d’adhésion et ses variations dépassent le cadre d’un groupe littéraire, aussi structuré soit-il. L’observation des comportements d’écrivains en situation d’adhésion montre également qu’ils disposent d’une marge de manœuvre appréciable par rapport aux prescriptions du système. Adhérer à un système, c’est donc autant s’y confirmer que se l’approprier.

Pour conclure

44Poser la question de l’esthétique surréaliste dans le cadre d’une problématique de l’adhésion, c’est donc se donner les moyens :

451° de repenser la définition traditionnelle du groupe littéraire, qui ne retient que les écrivains ayant effectivement fait partie d’un mouvement, en y incluant le rayonnement qu’une école donnée a pu avoir ;

462° de repenser la définition de l’esthétique d’un groupe littéraire. Il ne s’agit plus, comme dans les histoires littéraires, d’un ensemble de thèmes et de formes apparus ex abrupto (et souvent ex nihilo), et plus seulement, comme dans les sociologies du surréalisme, d’une prise de position, mais du produit d’une adhésion. Ce produit prend progressivement la forme d’un système prescriptif de comportements (ou système d’adhésion).

473° d’analyser les textes « surréalistes » (au sens large) comme autant de discours exerçant une influence sur le système d’adhésion tout en étant déterminé par celui-ci ;

484° de relever des points d’accord entre des agents que leurs positions respectives dans le champ oppose, sans pour autant verser dans un irénisme de mauvais aloi : les luttes symboliques ne s’estompent pas quand bien même des accords existent entre concurrents.

Haut de page

Bibliographie

Adam (Jean-Michel) & Heidmann (Ute), « Discursivité et transtextualité : la comparaison pour méthode », dans Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique) (dirs.), L’Analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2003, pp. 29-49.

Audouin (Philippe), Les Surréalistes, Paris, éditions du Seuil, 1973.

Bandier (Norbert), Sociologie du surréalisme, Paris, La Dispute, 1999.

Bertrand (Jean-Pierre), Dubois (Jacques) et Pascal Durand, « Approche institutionnelle du premier surréalisme (1919-1924) », Pratiques, n° 38, juin 1983, pp. 27-53.

Bourdieu (Pierre), L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, éditions de Minuit, 1988.

Breton (André), Œuvres complètes, t. i, édition de Marguerite Bonnet, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988.

Desnos (Robert), Jack L’Eventreur, Paris, éditions Allia, 1997.

Durozoi (Gérard), Histoire du mouvement surréaliste, Paris, Hazan, 2004 [1997].

Klinkenberg (Jean-Marie), Des langues romanes, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994.

Leiris (Michel), La Règle du jeu, édition de Denis Hollier, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2003.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin, 2004.

Mathieu (Jean-Claude), « Michaux et l’automatisme surréaliste », dans Murat (Michel) (dir.), Cahiers de l’Herne : André Breton, Paris, éditions de l’Herne, 1998, pp. 353-363.

Michaux (Henri), Œuvres complètes, t. i, édition de Raymond Bellour, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998.

Nadeau (Maurice), Histoire du surréalisme, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2001 [1946].

Nadeau (Maurice), Documents surréalistes, Paris, éditions du Seuil, 1948.

Rispail (Jean-Luc), Les Surréalistes : une génération entre le rêve et l’action, Paris, Gallimard, « Découvertes », 2000 [1991].

Viala (Alain), « L’éloquence galante : pour une problématique de l’adhésion », dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, pp. 177-195.

Viala (Alain), Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire, Paris, PUF, 2005.

Vrydaghs (David), Henri Michaux, du « poète rebelle » à l’« écrivain insituable » : sociopoétique d’une identité littéraire (1922-1946), thèse de doctorat, Université de Liège, 2004-2005.

Haut de page

Notes

1 Ceux-ci sont connus : l’histoire littéraire, du moins dans ses réalisations les plus traditionnelles, considère les groupes sous leur forme achevée, négligeant dès lors d’étudier leur constitution, sinon pour en faire un produit de l’air du temps ; elle s’attache principalement aux pas des « grands » écrivains du groupe et, partant, sous-estime le rôle des minores ; elle tend à se focaliser sur l’histoire interne du groupe, souvent faite d’anecdotes juxtaposées, et par conséquent à occulter les mouvements et/ou écrivains qui en furent les adversaires ; etc. On verra une illustration de ces approximations méthodologiques dans Nadeau (Maurice), Histoire du surréalisme, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2001 [1946], Audouin (Philippe), Les Surréalistes, Paris, éditions du Seuil, 1973, Rispail (Jean-Luc), Les Surréalistes : une génération entre le rêve et l’action, Paris, Gallimard, « Découvertes », 2000 [1991] et Durozoi (Gérard), Histoire du mouvement surréaliste, Paris, Hazan, 2004 [1997], pour ne citer que ces travaux.
2 Bertrand (Jean-Pierre), Dubois (Jacques) & Pascal Durand, « Approche institutionnelle du premier surréalisme (1919-1924) », Pratiques, n° 38, juin 1983, pp. 27-53 ; Bandier (Norbert), Sociologie du surréalisme, Paris, La Dispute, 1999.
3 Pour partie, leurs prétentions sont fondées : l’anecdote cède la place à l’explication ; la constitution du groupe est approchée dans le détail ; l’esthétique surréaliste n’est plus le produit d’un air du temps mais s’est formée « essentiellement, en opposition avec le credo esthétique dominant » (Bertrand (Jean-Pierre) et al., op. cit., p. 52) – soit les valeurs prônées par la Nrf – et contre les autres formes de poésie présentes dans le champ – le surréalisme de Goll et Dermée, l’académisme d’un Valéry ou d’un Claudel, le modernisme mondain d’un Cocteau, etc.
4 Bandier (Norbert), op. cit., passim.
5 Mathieu (Jean-Claude), « Michaux et l’automatisme surréaliste », dans Murat (Michel) (dir.), Cahiers de l’Herne : André Breton, Paris, éditions de l’Herne, 1998, pp. 353-363 ; Vrydaghs (David), Henri Michaux, du « poète rebelle » à l’« écrivain insituable » : sociopoétique d’une identité littéraire (1922-1946), thèse de doctorat, Université de Liège, 2004-2005.
6 Viala (Alain), « L’éloquence galante : pour une problématique de l’adhésion », dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, p. 178.
7 Viala (Alain), Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire, Paris, PUF, 2005, p. 49.
8 Viala (Alain), « L’éloquence galante : pour une problématique de l’adhésion », dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, p. 18.
9 Ce que montre ici même Marc Angenot quand il cite le Péguy de Notre jeunesse : « Les uns et les autres [dreyfusards et anti-dreyfusards], autant qu’il m’en souvienne, nous avions un postulat commun, un lieu commun, […] et cette proposition commune initiale, qui allait de soi, sur laquelle tout le monde était, tombait d’accord, dont on ne parlait même pas tant elle allait de soi, […] c’était qu’il ne fallait pas trahir, que la trahison, nommément la trahison militaire, était un crime monstrueux… »
10 Que leurs auteurs se réclament ou non du surréalisme.
11 Voir infra.
12 « Pour dissiper les risques de confusion et d’ergotage, j’ajoute qu’en bonne dialectique une chose porte avec elle son contraire, que donc la question de l’adhésion porte aussi celle du refus, de la rébellion, de la révolte. » : Viala (Alain), Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire, Paris, PUF, 2005, p. 49.
13 Klinkenberg (Jean-Marie), Des langues romanes, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994, p. 65.
14 Adam (Jean-Michel) & Heidmann (Ute), « Discursivité et transtextualité : la comparaison pour méthode », dans Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique) (dirs.), L’Analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2003, p. 31.
15 Voir ce que dit Dominique Maingueneau du discours comme forme d’interactivité, dans Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin, 2004, p. 32.
16 Bourdieu (Pierre), L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, éditions de Minuit, 1988, p. 37.
17 Les surréalistes, à l’exception d’Aragon, ont en effet connu les effets de la réforme de 1902 « qui fonde le secondaire moderne en instituant, notamment, une section de latin-sciences, au détriment, par exemple, du grec et de la culture classique. » Bertrand (Jean-Pierre) et al., op. cit., p. 32, n. 14.
18 Breton (André), Œuvres complètes, t. i, édition de Marguerite Bonnet, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 234.
19 Ibid., p. 267.
20 Ibid., p. 267.
21 Ibid., p. 319.
22 Michaux (Henri), Œuvres complètes, t. i, édition de Raymond Bellour, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, p. 60.
23 « Breton, écrit-il, fait de l’incontinence graphique. Il a vu le nez de l’automatisme ; il y a encore derrière tout un corps. » (Ibid., p. 60).
24 Ibid., p. 61.
25 Leiris (Michel), La Règle du jeu, édition de Denis Hollier, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2003, p. 1061.
26 Ibid., p. 1063.
27 Ibid., p. 1068.
28 Ibid., p. 1067.
29 Ibid., pp. 1067-1068 ; nous soulignons.
30 On n’oubliera pas pour autant que Desnos publie des romans, et se met donc en infraction.
31 Desnos (Robert), Jack L’Éventreur, Paris, éditions Allia, 1997, p. 57.
32 Ibid., p. 7.
33 Ibid., p. 10.
34 Ibid., pp. 17-18.
35 Reproduit dans Nadeau (Maurice), Documents surréalistes, Paris, éditions du Seuil, 1948, pp. 161-162.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Vrydaghs, « L’esthétique surréaliste dans le champ et dans les discours », COnTEXTES [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2006, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/113 ; DOI : 10.4000/contextes.113

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

FNRS, Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page