Navigation – Plan du site

Compte rendu de Kempfer (Jean), Florey (Sonya) et Meizoz (Jérôme) (dir.), Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles)

Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Littérature, Culture, société », 2006, 281 p.
Cécile Vanderpelen-Diagre

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’un colloque qui, à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean-Paul Sartre, s’est interrogé sur « le pouvoir explicatif de l’impératif sartrien en l’éprouvant dans sa plus grande envergure temporelle – du XVe siècle à nos jours – mais aussi en le confrontant aux entours et envers qui en révèlent les paradoxes » (p. 8). Fort heureusement, la plupart des auteurs ne se sont pas livrés à l’exercice forcément anachronique de confronter des études de cas au texte sartrien mais ont cherché à objectiver l’engagement des écrivains qu’ils étudiaient en le remettant en contexte. Sans surprise, on constate, à la lecture de ces contributions, que la notion d’engagement est éminemment historique puisqu’elle est tributaire de la fonction sociale de la littérature, laquelle dépend de celle accordée à l’écrivain selon les époques. Cependant, la vue diachronique ici offerte ouvre la voie d’un questionnement sur les caractères structuraux de la notion d’engagement.

2L’un des avantages du large panorama chronologique qui nous est ici proposé est de nous permettre de sortir de l’écueil souvent rencontré qui consiste à vouloir juger l’intensité de l’implication d’un auteur ou d’un texte. Certes, une sorte de nuancier de l’engagement peut être imaginé. Il suffit alors de « mesurer » la distanciation d’un auteur par rapport au monde et par rapport à la littérature et d’examiner la manière dont il intègre cette opération dans son œuvre. Au degré inférieur de la distanciation on trouve l’énonciation d’un message, quel qu’il soit, démarche qui suppose une prise de position. En ce cas, toute littérature est d’engagement. Au degré supérieur, on place tout texte de dénonciation ou d’adhésion radicale, corollaire d’une certaine forme de militantisme de l’auteur (on est là proche de la propagande). Les rares contributions qui s’adonnent à cet exercice d’évaluation démontrent qu’il aboutit toujours à un jugement de valeur (esthétique et/ou morale).

3En revanche, plus fructueuses sont les réflexions qui interrogent : 1° les moyens et les stratégies rhétoriques mis en œuvre dans les textes ; 2° le statut de ces textes ; 3° la réception et la légitimité de la prise de position dont dépend l’efficacité performative et/ou 4° le terrain d’action de l’engagement. Ces quatre axes me semblent être les problématiques récurrentes qui s’articulent autour de la notion de l’engagement littéraire.

41° Les écrivains sont immanquablement amenés à s’interroger sur les moyens et les stratégies rhétoriques les plus adéquats pour faire passer leur message. Quels sont les genres et les topos les plus adaptés à leur projet ? Au xve siècle, Alain Chartier et Christine de Pisan, proches de la cour de Charles V, utilisent l’invective, la vituperatio, genre hérité d’Aristote basé sur le postulat selon lequel « dire, c’est faire » (Jean-Claude Mühlethaler, « Une génération d’écrivains ‘embarqués’ : le règne de Charles VI ou la naissance de l’engagement littéraire en France »). Rabelais utilise, lui, la technique de la polysémie et du dialoguisme, procédé apte à s’approprier, s’assimiler puis digérer la parole de l’autre – l’adversaire – pour mieux l’instrumentaliser (Frédéric Tinguely, « D’un engagement prémoderne : ambiguïté et altérité dans l’œuvre de Rabelais »). Mais dès cette époque, les auteurs s’interrogent sur la capacité performative de la langue et la question est au cœur du travail d’écriture du groupe de Coppet (François Rosset, « Le groupe de Coppet : pratique et critique de l’engagement »). Plus tard, Stendhal, voulant à tout pris éviter de retraduire en objets esthétiques sa passion pour le politique, utilise des moyens obliques pour témoigner de ses convictions. Parmi ces instruments, il y a l’humour, qui traverse toute la fiction, le travestissement, et surtout la place donnée à l’érotisme. Jacques Dubois montre que chez l’auteur de Le Rouge et le Noir l’érotique et le politique concertent l’un avec l’autre. La position des personnages fait de l’acte charnel un lieu de transgression, de résistance, voire même de terrorisme politique (« Stendhal romancier politique »). La modernité et sa volonté de sans cesse retourner sur les conditions de l’énonciation a forcément modifié les moyens de la résistance littéraire. Ces dernières années, les « fictions critiques » élaborées notamment par François Bon, Leslie Kaplan et Jean-Philippe Toussaint ont imposé une nouvelle manière d’énoncer un discours critique. Remettant tout en question, y compris les effets trompeurs de la rhétorique et les faux-semblants de la littérature, elles innovent fondamentalement le roman en y intégrant des torsions et brisures de la syntaxe, des enquêtes, des documents et une constante mise à distance du sujet énonciateur (Dominique Viart, « Fictions critiques : la littérature contemporaine et la question du politique »). Gardant cependant un pied dans la fiction, ce genre, et surtout ses auteurs, ne s’affrontent pas au danger du « pur » témoignage tel que le pratique l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch. Collationner des témoignages, même si on les entrecoupe de messages éthiques et moraux, produit une série de chausse-trapes : chaque parole voit son effet argumentatif modifié par l’effet argumentatif des autres, toute retranscription de l’oral est forcément réécrite, le témoin ne se reconnaît pas forcément dans une parole de l’intime passée et enfin, la polyphonie peut produire de la confusion et des amalgames (Frédérique Leichter-Flack, « Engager autrui ? Svetlana Alexietich : problèmes éthiques d’une littérature de témoignage »).

52° Le statut du texte « engagé » inquiète tant les auteurs que leurs critiques. De tels textes peuvent-ils, doivent-ils, avoir des prétentions esthétiques ? Font-ils partie de la littérature ou sont ils, en quelque sorte, « profanes » ? Depuis que la littérature fonctionne dans un régime de relative autonomie, pour les écrivains, cette question peut être ramenée, comme le montre Benoît Denis, à la manière dont ils veulent affirmer « la présence sociale de la chose littéraire pour faire reconnaître l’univers de valeurs qui leur est propre », ce qui correspond à une « politique de la littérature ». Les choix opérés en cette matière déterminent ensuite l’adhésion, soit à une littérature impliquée dans le politique – voie préconisée par Sartre –, soit à une littérature contre-engagée, qui conteste l’impératif de cette implication et qui a pour premier investigateur Roland Barthes (« Engagement et contre-engagement. Des politiques de la littérature »). Comme le montre Gisèle Sapiro, ces choix et les différentes formes de politisation qu’ils supposent dépendent étroitement de la position occupée dans le champ littéraire. Pour mieux comprendre les mobilisations qui s’y attachent, la sociologue propose un modèle qui départage les postures privilégiées correspondant à des positions occupées dans le champ littéraire : les notables, les esthètes, les avant-gardes et les écrivains professionnels (« Les formes de l’engagement dans le champ littéraire »). Si le modèle fonctionne très bien pour la première moitié du xxe siècle, il faudrait voir s’il reste valide pour les périodes antérieures et postérieures et surtout comment le contexte le redéfinit. L’article de Jérôme Meizoz sur la revue littéraire suisse Rencontre tend à montrer qu’il est en tout cas transposable à d’autres aires géographiques. Les jeunes écrivains en quête de reconnaissance qui animent la tribune inscrivent leurs prises de position tant politiques (proches du communisme) qu’esthétiques dans un jeu de concurrence avec les groupes et revues concurrentes (« Un lieu d’“engagement” littéraire en Suisse romande : la revue Rencontre (1950-1953) »).

63° Ces stratégies sont évidemment tributaires de la réception et de la légitimité de la prise de position du locuteur, c’est-à-dire de l’efficacité performative du texte. Sauf Benoît Denis quand il rappelle l’importance pour les écrivains engagés d’ « élire le rapport concret au public comme lieu susceptible d’authentifier l’engagement littéraire » (p. 112), les auteurs s’interrogent peu sur la réception. Cette question détermine pourtant tout le travail rhétorique. Romain Gary refusant toute littérature qui sacrifie l’éthique à l’esthétique, n’en a pas moins profondément et incessamment cherché les moyens d’agir sur le réel. Pour lui, « la force de l’imagination peut avoir des conséquences dans l’ordre de la réalité : la littérature – c’est-à-dire la vie insufflée par les mots à l’imagination – est un acte. (p. 93) » Il ne conçoit toutefois pas l’engagement comme une confrontation frontale mais bien plutôt comme une manière d’être qui modifie l’ordre extérieur de l’intérieur (Luc Rasson, « ‘Je ne peux pas être de salut public’ : Romain Gary engagé »). Les avant-gardes entendent, elles, également modifier le monde mais la capacité d’agir de leur texte se réalise par l’existence même de ce texte, dont la dimension illocutoire fait l’objet d’une étude très poussée de Marcel Burger. Ici, le performatif consiste dans la légitimité donnée aux auteurs, faisant de leur prise de parole une performance prééminente à l’action directe sur le politique (« Les manifestes littéraires ou l’engagement scandaleux des avant-gardes »). Dans un tout autre registre, les écrivains se revendiquant du catholicisme reçoivent leur légitimité d’une instance autoritaire : l’Église. Quand on sait la place donnée au Verbe dans la culture catholique, on mesure l’importance de cette reconnaissance (Hervé Serry, « Formes de l’engagement des intellectuels catholiques en France (1880-1935). Art, pouvoir religieux et engagement politique »). Pour les écrivains de science-fiction, le pouvoir sur les lecteurs se réalise par le processus d’interrogation que suscitent des récits qui inventent un monde contre-utopique. Celui-ci peut fonctionner comme un miroir réfléchissant de notre propre monde, dramatisant les dangers qui le menacent, au premier chef desquels on trouve les technosciences (Marc Atallah, « La science-fiction : face-à-face en conscience »). Avec son roman Daewoo, François Bon ne peut espérer modifier le comportement des capitalistes et des dirigeants de la société néo-libérale. Conscient de cet écueil, il espère, non pas changer le monde mais concourir à changer notre perception du monde, à nous aider à interroger le réel en repensant les rapports qui lient économie et politique, histoire, société et éthique (Sonya Florey, « Écrire en temps néolibéral »).

74° Enfin, quels sont les terrains d’action de l’engagement ? Les valeurs qui mobilisent les écrivains peuvent être tant religieuses, politiques, sociales, morales, éthiques qu’esthétiques. Proust abhorre la littérature engagée, utilitaire et place le lieu du combat pour l’écrivain dans l’écriture et dans la langue. Il « définit la littérature comme une provocation et comme un acte de Publikumsbeschimpfung », détruisant sans cesse la langue pour en fonder une autre (p. 85) (Franc Schuerewegen, « Joueurs de flûte (Proust) »). On trouve également un jeu sur la langue chez Edmond de Goncourt et Céline. Nelly Wolf montre que dans Voyage au bout de la nuit, « la superposition de discours contradictoires produit un engagement parodique qui vise le fonctionnement politique de la démocratie ». Parodier la langue commune et consensuelle voulue par cette dernière est une manière de la remettre en question à partir du point de vue particulier dans lequel s’engage progressivement Céline : le populisme fasciste (« L’engagement dans la langue »). Quel que soit l’objet de l’engagement, la fonction critique de l’écrivain lui impose toujours d’exprimer sa prise de position à partir d’une certaine représentation du monde. Il peut en résulter un réel malaise, comme le montre la relation explicitement ambiguë – une tension constante entre complicité et rejet – entretenue par Emmanuel Carrère avec son « objet » littéraire : le meurtrier mythomane bien réel et agissant Jean-Claude Romand, dont il fait le héros de son roman L’Adversaire (Isabelle Pitteloud, « Fait divers et engagement : quelques remarques sur l’affaire Romand »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Compte rendu de Kempfer (Jean), Florey (Sonya) et Meizoz (Jérôme) (dir.), Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 29 avril 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/1223

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Chargée de recherche FNRS-ULB

Articles du même auteur

Haut de page