Navigation – Plan du site

Notes à la lecture de quelques travaux de Marc Angenot. Autour du concept d’idéologie

François Provenzano

Texte intégral

1Les quelques réflexions que nous livrons ici ont accompagné la préparation de la Journée d’étude du groupe COnTEXTES, en mars 2006, sur les usages du concept d’idéologie en sociologie de la littérature. Centrant notre propos sur cinq textes de Marc Angenot1, nous en exposons rapidement les contenus développés, explicitons les grands cadres théoriques dans lesquels ils s’inscrivent et tentons de formuler les questions méthodologiques qu’ils suscitent à nos yeux.

De l’idéologie de la critique littéraire à la topologie idéologique d’une société

2Dans « Jaloux », l’auteur examine un type très précis de discours ‑ la critique littéraire d’Edmond Jaloux ‑ et tente d’en faire émerger une idéologie, « conçue ici au sens traditionnel de “pensée réifiée” » (p. 377). Au départ des textes d’Edmond Jaloux sur la littérature, M. Angenot démontre ainsi que l’ensemble des procédés discursifs mobilisés par le critique (recours à des taxinomies esthétiques transcendantes, non-résolution de paradoxes quant à la question de la « vraisemblance romanesque », mise en place d’un modèle familial de l’institution littéraire) convergent vers une « dénégation majeure » de l’inscription historique de l’œuvre littéraire (p. 380). Au total, cette idéologie agirait ainsi comme un mode de reproduction d’une institution littéraire menacée. Elle aurait, d’autre part, une fonction sociale plus précise : celle de forger ou remodeler les illusions d’une classe, la petite bourgeoisie à laquelle appartient Edmond Jaloux.

3L’article sur les « maximes idéologiques » examine quant à lui un autre type de discours : le discours romanesque, et plus précisément le récit réaliste. Contre un déchiffrage purement interne des fonctions actantielles (à la façon de Vladimir Propp), M. Angenot postule que le ciment narratif des énoncés d’un récit réside dans les maximes idéologiques sous-jacentes à ce récit, celles-ci formant une « topique intertextuelle » (p. 96) d’idéologèmes. L’idéologie n’est donc pas, pour M. Angenot, un « précipité » (p. 102) à recueillir une fois déchiffrés les procédés textuels. Au contraire, il s’agit de rendre compte du « travail idéologique » (p. 97) du texte, autrement dit de la façon dont s’y inscrivent ou s’y refaçonnent les maximes idéologiques profondes, générales, d’un état de société.

4Dans les années quatre-vingt, M. Angenot élargit considérablement sa perspective de recherche et se penche, non plus sur un type particulier de discours, mais sur ce qu’il appelle « le discours social ». Autant dire que cet objet a priori insaisissable appelait une théorie tout aussi imposante. C’est ce qu’ébauche l’auteur dans « Problématique ». Il y pose la pertinence de considérer, comme un objet singulier, la totalité de la chose imprimée dans un état de société. Ce tout indivis ‑ qui est plus que la somme de ses parties ‑ n’est cependant pas anarchique, mais régi, dans l’état de société considéré, par ce que M. Angenot appelle une « hégémonie », c’est-à-dire « des dominances interdiscursives, des manières de connaître et de signifier le connu qui sont le propre de cette société et qui régulent et transcendent la division des discours sociaux2 » (1889, p. 19). La saisie d’une hégémonie passera ainsi par la description formelle d’un canon de règles de mise en discours, par la mise en évidence des grands mécanismes régulateurs du dicible (du narrable, de l’opinable) dans une société. Ces règles, ces mécanismes ‑ qui sont donc à l’origine de la « division du travail discursif » ‑ touchent autant au registre de langue utilisé, au répertoire topique mobilisé, qu’à ce que l’auteur appelle une « gnoséologie ». Composante essentielle de l’hégémonie, la gnoséologie se définit comme « un ensemble de règles qui décident de la fonction cognitive des discours, qui modèlent les discours comme opérations cognitives » (1889, p. 30).

5C’est essentiellement sur ce versant gnoséologique de l’hégémonie que porte la « Rhétorique du discours social ». L’hypothèse développée par l’auteur dans cet article est que, dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle, la gnoséologie en vigueur peut être définie comme « romanesque ». Le « typique » et le « vraisemblable » ‑ paradigmes idéologiques qui supportent le développement du récit réaliste ‑, le « point de vue bourgeois » de contemplation encyclopédique, la rationalité causale et indicielle, la glose : toutes caractéristiques discursives d’un « romanesque général », modèle de toutes les pratiques discursives de l’époque dans leur versant gnoséologique. Ouvrant la voie à des recherches ultérieures, sur d’autres périodes, l’auteur rappelle qu’il ne s’agit pas de doubler le travail de l’épistémologue, mais bien de garder pour objet la « doxologie », c’est-à-dire « les dominantes transdiscursives d’un état de culture » (p. 36).

6L’ouvrage de 1989 ne réalise pas cette perspective diachronique, mais épuise au contraire toutes les possibilités d’une étude synchronique du discours social. À partir du dépouillement exhaustif de tout ce qui s’est imprimé en 1889, l’auteur dégage les grands traits de l’hégémonie discursive de la France fin-de-siècle et détaille ses différentes actualisations dans les champs journalistique, politique, littéraire, philosophique, scientifique. Nous retiendrons ici les passages de l’introduction où l’auteur précise pas à pas ce qu’il entendra par « idéologie » dans son étude.

7M. Angenot identifie d’abord l’idéologie au « dicible global » (p. 19) ; autrement dit : « tout est idéologie », le moindre usage des signes est porteur d’un régime idéologique particulier.

8Recourrant ensuite au concept bourdieusien du « champ », l’auteur l’adapte au point de vue de l’analyse des discours : « [L]e champ sera défini comme l’ensemble des éléments qui rendent institutionnellement possible la formation, le contrôle et la légitimation d’un sous-système de discours, et confère un statut de reconnaissance aux agents qui y opèrent, formant un compagnonnage conflictuel autour des enjeux communs. » (P. 93) Cette définition permet ainsi à M. Angenot de parler d’une « idéologie de champ », doctrine légitimante propre aux discours regroupés autour d’un objet propre : « l’Art, la Politique, l’Actualité, le Savoir… » On notera qu’une telle « division » des idéologies s’oppose à la stratification des idéologies en fonction des classes sociales dont elle serait le fait (« idéologie bourgeoise », « idéologie petite-bourgeoise », « idéologie prolétarienne », etc.) ; conception que pouvait néanmoins laisser transparaître l’article « Maximes ».

9Au final, le sens donné au terme se précise par rapport aux notions de « discours » d’une part, de « genre » d’autre part : « Nous appellerons idéologie, dans la division du discours social, une topique (un “sujet” et un cortège de prédicats) qui peut se systématiser dans un genre discursif ad hoc […] mais qui a une diffusion plus large, qui broche sur plusieurs genres déterminés, qui vient s’inscrire en des versions successives dans la politique, le journalisme, la littérature, les sciences… » (p. 100). En fonction de cette définition, il s’agira d’analyser, non pas l’idéologie (ou les idéologies), mais la « topologie idéologique » (p. 112), c’est-à-dire les lieux et les densités auxquelles se concentre une certaine idéologie (p. ex. l’antisémitisme).

Quelques concepts clés

Fétiches et tabous

10Dès « Jaloux », M. Angenot postule que le déploiement d’une idéologie par un discours a pour conséquence de bloquer certains types d’interrogation ou d’investigation sur des objets (« Toute idéologie présente une fonction immanente de dissimulation ou d’occultation : certaines orientations du commentaire sont barrées » (p. 377)). Plus tard (1889, p. 30–31), l’auteur précisera ces formes de « l’intouchable » discursif en leur donnant les noms de « fétiches » (la Patrie, l’Armée, la Science) et « tabous » (le sexe, la folie, la perversion). Produits par le discours social, ils y entraînent « toutes sortes de vibrations rhétoriques ».

11L’auteur met en garde contre l’illusion d’un « progrès idéologique », qui consisterait précisément à éliminer progressivement les fétiches et les tabous d’une société en les débusquant comme tels.

La fonction sociale de l’idéologie

12Chez M. Angenot, l’analyse idéologique oblige constamment à se référer à la formation sociale dans son ensemble (et non plus seulement dans son versant discursif). La mise en évidence d’un « classocentrisme », ainsi que le postulat d’un renforcement de l’institution (littéraire) ‑ dans le cas de l’idéologie de la critique littéraire ‑ et de l’unité sociale, par l’hégémonie discursive, invite à doubler l’analyse discursive d’une sociologie traditionnelle, pour pouvoir mesurer l’efficace sociale de l’idéologie.

Hégémonie vs idéologie dominante

13L’hégémonie est un concept que M. Angenot reprend à Gramsci, tout en lui donnant une nouvelle pertinence dans le cadre de sa théorie du discours social. Outre ce que nous en avons déjà dit plus haut, relevons encore la distinction que l’auteur opère entre ce concept d’hégémonie et celui d’idéologie dominante : « Si l’hégémonie est le “produit global” des discours, opinions et visions des choses qui émanent de la société civile, l’idéologie dominante est la doctrine, la représentation des valeurs nationales et le langage d’action qui émanent de l’appareil d’État ou plutôt de sa “classe régnante” (Fossaert) […] L’idéologie dominante remplit […] une fonction d’intégration politique, d’alliance de la classe régnante avec divers secteurs des classes dominées tout en défendant ses propres intérêts de “locataire” de l’appareil d’État […]. » (1889, p. 110–111) On relèvera ici la dette et les aménagements à l’égard des conceptions de Louis Althusser.

Gnoséologie

14Comme dit plus haut, ce terme permet d’isoler, parmi les règles de fonctionnement du discours social, celles qui touchent à sa fonction cognitive. L’étude de la gnoséologie doit aboutir à dégager la structure discursive qui, pour un état de société donné, constitue le modèle de toutes les autres pratiques discursives en tant qu’opérations de connaissance (p. ex. : « gnoséologie romanesque »).

Idéologèmes

15En désignant des « unités d’idéologie », ce terme induit une conception « compositionnelle » de l’idéologie, donc non réductible à un ensemble homogène et organisé d’idées.

Quelques questions théoriques et méthodologiques

16En pointant les idéologèmes sous-jacents, par exemple, au discours de la critique littéraire, M. Angenot indique souvent leur « origine institutionnelle », « d’où ils proviennent », de quelle institution l’énonciateur peut bien les avoir reçus. Ne risque-t-on pas d’être entraîné dans une régression à l’infini, tout idéologème pouvant constamment trouver sa source dans un sol discursif toujours plus profond ?

17Si, d’une part, il s’agit de considérer le discours social comme un tout indivis et, d’autre part, examiner la circulation de mêmes fragments idéologiques d’un genre discursif à l’autre, comment concrètement organiser le travail d’analyse ? Autrement dit, comment, dans quel ordre, et selon quels critères, opérer le découpage du travail discursif global ?

18Le concept d’« institution (littéraire) » se trouve tantôt employé comme un artefact discursif, produit d’une idéologie littéraire correspondant aux principes d’évaluation de la classe petite-bourgeoise de son énonciateur, tantôt présenté comme une instance sociale, plus ou moins « menacée », ou au contraire stable. Comment sortir de cette ambiguïté ?

19Afin de mieux objectiver et manipuler les maximes idéologiques qu’il tente de mettre au jour et dont il cherche à comprendre l’enchevêtrement, M. Angenot recourt au langage de la logique formelle. Une telle formalisation ne permet cependant pas de traduire, ni d’évacuer totalement les intuitions interprétatives qui, par exemple, associent à tel passage une nuance d’« empathie » ou de « cruauté ». De l’aveu même de l’auteur :

Une formalisation en termes de logique des propositions faisant intervenir les symboles du calcul fonctionnel semble pouvoir être tentée à ce niveau. Toutefois, il est à craindre que, si l'entreprise peut avoir quelque intérêt sur le plan de la démonstration, elle ne constitue, contre les apparences, une machinerie très lourde, lorsqu'il s'agit de traiter des propositions de la “logique naturelle”. Elle ne peut, à notre connaissance, qu’obliger le chercheur à faire intervenir des fictions logiques complexes et à multiplier les équations sans rendre compte de façon adéquate des mécanismes intuitifs à l'oeuvre. (« Maximes », p. 110.)

20L’auteur récuse l’existence transcendante des maximes idéologiques, autant que leur pure production par le texte seul : celles-ci sont travaillées par le texte, en fonction de règles de d’insertion et de transformation précises. Même s’il est assumé en théorie (« Il n’est guère possible de distinguer ici le “matériau” et son façonnement » (« Maximes », p. 101), ce paradoxe se doit souvent d’être tranché dans la pratique concrète d’analyse, qui tantôt visera à mettre en évidence un substrat idéologique stable, tantôt s’attachera aux procédures de mise en texte.

Haut de page

Notes

1 Angenot (Marc), « Idéologie et présupposé : la critique littéraire d’Edmond Jaloux », Revue des langues vivantes, 44, 1978/5, pp. 371-394 (dorénavant, abrégé « Jaloux ») ; Angenot (Marc), « Fonctions narratives et maximes idéologiques », Orbis Litterarum (Kobenhavn), n° 33, 1978, pp. 95-100 (dorénavant, abrégé « Maximes ») ; Angenot (Marc), « Pour une théorie du discours social : problématique d’une recherche en cours », dans Médiations du social, Littérature, no 70, mai 1988, pp. 82–98 (dorénavant, abrégé « Problématique) ; Angenot (Marc), « Rhétorique du discours social », Langue française, no 79, septembre 1988, pp. 24–36 (dorénavant, abrégé « Rhétorique ») ; Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Québec, Le Préambule, « L’Univers des discours », 1989 (dorénavant, abrégé 1889).
2 On trouve plus loin un parallèle éclairant entre cette notion et celles de Kuhn et Foucault : « [L’hégémonie] est aux productions discursives et doxiques ce que les paradigmes (de Kuhn) ou les épistémès (de Foucault) sont aux théories et doctrines scientifiques qui prévalent à une époque donnée : un système régulateur qui prédétermine la production de formes discursives concrètes. » (1889, p. 21.)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Provenzano, « Notes à la lecture de quelques travaux de Marc Angenot. Autour du concept d’idéologie », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 05 octobre 2006, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/125

Haut de page

Auteur

François Provenzano

Université de Liège / F.N.R.S.

Articles du même auteur

Haut de page