Navigation – Plan du site

Compte rendu de Girel (Sylvia) & Proust (Serge) (dir.), Les usages de la sociologie de l’art. Constructions théoriques, cas pratiques.

Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 2007, 127 p.
Jean Ferrette

Texte intégral

1Ce livre, issu du travail mené par le réseau « Arts et culture » dans le cadre du deuxième Congrès de l’Association Française de sociologie (AFS), met l’eau à la bouche : il ne s’agit de rien de moins que d’entrer dans la « cuisine » des sociologues de l’art, de voir quelle conception de la sociologie ils mettent en œuvre dans leurs travaux. Car l’objet de cette série d’exposés – cinq au total – est d’examiner les rapports entre une sociologie spécifique de l’art et une (la ?) sociologie générale.

2Cet ouvrage s’ouvre sur une contribution de Nathalie Heinich intitulée paradoxalement « pour en finir avec le social ». Ce terme est dénoncé pour sa polysémie qui rend son usage problématique : Nathalie Heinich ne recense pas moins de neuf sens, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité. Mais sans doute ceci n’est pas essentiel. Elle nous propose une typologie de la connaissance sociologique selon deux axes : un axe normatif / descriptif, un second axe sociologie du social / sociologie de l’expérience. On peut s’étonner du vocable utilisé, qui évoque un pléonasme : comment la sociologie pourrait-elle étudier autre chose que le « social » ? Nous avons vu que la polysémie du terme ne facilitait pas son usage. Mais Nathalie Heinich veut dire bien plus : il s’agit de renoncer à une sociologie à prétention philosophante, à vocation universelle mais déconnectée de l’expérience et dont le représentant serait Auguste Comte, pour faire place à une sociologie contextuelle, qui rende compte des raisons d’agir des acteurs.

3Nathalie Heinich défend une sociologie du côté de l’expérience et de la description. Il s’agit là d’une posture souvent partagée parmi les sociologues de l’art, notamment par Antoine Hennion. Mais d’un schéma quaternaire, nous passons vite à un schéma binaire : sociologie normative du social versus sociologie descriptive de l’expérience. Dès lors, deux camps sont découpés et s’affrontent : d’un côté les « sociaux » (Comte, Adorno, Durkheim, Boudon, le Bourdieu de La Distinction), de l’autre les « expérimentaux descriptifs » (Weber, Elias, Schütz, Goffman, Garfinkel, certains ouvrages de Bourdieu et Boltanski).

4Nathalie Heinich aime les classements. Sans doute est-ce un héritage de son passage dans l’école de Pierre Bourdieu. Et c’est à juste titre qu’elle souhaite mettre de l’ordre dans les idées de la sociologie. Cependant, outre le fait qu’amalgamer certains auteurs aurait sans doute pour premier effet de les étonner, on est en droit d’interroger la pertinence du classement lui-même et des présupposés épistémologiques qu’il sous-tend. Entre la sociologie « normative », si tant est que cette catégorie existe effectivement, et une sociologie descriptive dont l’intitulé peut nous faire craindre qu’elle se rapproche du journalisme (ou à un « compte rendu de comptes rendus », disait Pierre Bourdieu), n’y a-t-il pas place pour une sociologie interprétative ? En quoi une sociologie de l’expérience n’est-elle jamais tentée de dérive normative ?

5Nathalie Heinich se revendique d’une sociologie pragmatique, empruntant aux modèles de l’interactionnisme et de l’ethnométhodologie. Ce faisant, elle nie la pertinence d’une rupture épistémologique, fondatrice de la démarche scientifique, au profit du seul point de vue des acteurs. Durkheim revendiquait la scientificité de sa démarche (plus que celle de ses résultats) tout en intégrant la question des représentations comme objet de la sociologie. Il avait d’autre part critiqué le pragmatisme et ses racines idéologiques dans une conférence publiée ensuite par un de ses élèves.

6La deuxième contribution est offerte par Antoine Hennion, bien connu parmi les sociologues de l’art pour sa théorie des « médiations ». Son questionnement porte sur l’objet de la sociologie de l’art qui, contrairement à une « idée reçue », ne serait pas parvenue à s’affranchir de la tyrannie des œuvres. Or l’intérêt de cette « sous-discipline » (sic !) au sein de la sociologie générale est précisément d’avoir à apporter quelque chose de neuf sur la définition de son objet. Selon Antoine Hennion, le sociologue de l’art entretiendrait un rapport d’attachement particulier : celui de « l’amour de l’art ». Refusant une attitude de neutralité naïve, l’auteur revendique un autre type de scientificité fondée sur l’auto-réflexivité. Invoquant les mannes de Max Weber, il rappelle justement que « le devoir du savant est d’afficher ses valeurs comme telles, et donc d’abord d’en prendre conscience et de les expliciter ».

7Comme tous les sociologues pragmatiques, il tire des compétences des acteurs – des « ethnométhodes » – des outils d’analyses sociologiques. Prenant l’exemple de l’apprentissage de l’amateur de vin, il souligne combien les objets ne sont pas donnés a priori, mais surgissent par l’activité même de l’amateur. S’agissant de l’art lui-même, il nous rappelle, comme le feront d’autres contributeurs, combien le discours des professionnels de l’art est empreint de sociologie : celle-ci n’est donc plus seulement extérieure, mais déjà intérieure à l’objet étudié. Résultat : le savoir indigène est aussi un savoir sociologique avec lequel le sociologue doit composer. Le risque n’est-il pas dès lors que le sociologue, en lutte avec l’amateur pour l’imposition de l’interprétation légitime de son objet, ne cède du terrain et ne se place, dans une certaine mesure, sous son influence ? Certains passages du livre de Nathalie Heinich Ce que l’art fait à la sociologie nous semblent confirmer cette thèse. Une manière intéressante et prometteuse de poser le problème. Mais pourquoi s’égarer si longtemps dans des digressions sur Michel de Certeau ? Des phrases, aussi bien tournées soient-elles, ne suffisent pas à constituer une analyse sociologique.

8La troisième contribution vient de Nicole Ramognino. La question posée plonge également dans une problématique de sociologie générale, depuis ses prémisses épistémologiques : celle des conditions de la cumulativité des connaissances. Qu’il y ait augmentation des connaissances savantes ne fait pour elle aucun doute. Mais il ne s’agit que de « connaissances horizontales » (Basil Bernstein), c’est-à-dire segmentées et fragmentées. Rien donc de la cumulativité scientifique, qui suppose connaissances accumulées, intégrées, hiérarchisées. Or celle-ci ne sera possible que lorsque tous les chercheurs se seront accordés sur un « objet commun ». Quelques conditions à la construction de celui-ci sont exposées, notamment le problème de la décomposition analytique. Elle nous renvoie à Mauss et à la nécessité d’un « fait social total » dont la définition n’apparaît pas clairement, si ce n’est sous la forme d’un « réseau de raccordements » des activités sociales. Au bilan, un exposé très clair de la manière dont a été abordée jusqu’ici la sociologie de l’art et des problèmes rencontrés, mais une démonstration incomplète et peu convaincante de les résoudre, insuffisamment « exemplifiée » par la littérature. Pourquoi ne pas avoir référé directement au Pierre Bourdieu des Règles de l'art, et à sa théorie des champs ? Pourtant, celle-ci s'inscrit en rupture avec une sociologie formaliste de l'art qui sépare l'auteur du lecteur et les deux de l'œuvre, pour les situer relationnellement dans un même champ comme autant d'acteurs dotés de propriétés et interagissant, ce qui va complètement dans le sens de ce que décrit Nicole Ramognino.

9Nous devons la quatrième contribution à Laurent Fleury, qui s’interroge sur le caractère idéologique du discours « d’échec » de la démocratisation de la culture. Après avoir rappelé les liens entre le ministère de la culture et la sociologie de culture depuis Pierre Bourdieu jusqu’à Olivier Donnat, il date de la fin des années 1960 la proclamation de cet échec. Nous sommes ainsi passés du discours de l’action culturelle à celui du développement culturel dans les années 1970, puis de la médiation culturelle dans les années 1990 ; de la conception politique de l’élaboration d’un vivre ensemble à une conception technocratique de résolution des problèmes. Comment expliquer l’invalidation de ce projet de démocratisation ? Par une certaine approche sociologique, critique de toute approche « normative ». Une interprétation schématique – et erronée – des thèses de Bourdieu aurait encouragé celle-ci. En définitive, cette disqualification se réduit à un triple procès : en illégitimité (du projet politique), en inéquité (d’un fossé se creusant entre les classes) et en inefficacité. Laurent Fleury affirme reconnaître la « rhétorique réactionnaire » telle que l’analyse Albert Hirschman. Heureusement, l’auteur nous offre, à partir de l’exemple du Théâtre National Populaire (TNP) de Jean Vilar, une belle leçon d’optimisme. Cet exemple de démocratisation de la culture réussie est bienvenu dans ces temps régressifs qui ne posent comme avenir possible qu’un accroissement des inégalités.

10Une contribution claire, pleine de renvois à l’histoire de la sociologie de la culture utiles aux étudiants, pointant avec justesse les points qui font problème et proposant d’heureuses solutions.

11Last but not least : la dernière contribution émane d’un collectif composé de deux sociologues (Pierre François et Valérie Chartrain) et d’un critique d’art (Stephen Wright). Leur questionnement rejoint celui de Hennion dans le même ouvrage, et, moins directement, celui de Heinich dans l’ouvrage sus cité : quels sont les effets, pour la sociologie, d’une pratique indigène de la sociologie ? Relativisons toutefois cette connaissance : elle-ci porte moins sur la discipline que sur certains auteurs, vécus d’abord comme des « figures », au premier rang desquelles se trouve Bourdieu. Or celles-ci sont réinterprétées, retraduites en des termes que lesdits auteurs n’auraient pas nécessairement revendiqués. Il s’agit cependant moins de relever des erreurs que d’examiner un « symptôme du fonctionnement d’un espace discursif qui n’est pas un espace sociologique mais où, néanmoins, des sociologues peuvent être convoqués ». Convoqués, les sociologues le sont à deux titres : soit comme « penseurs » (et non comme sociologues), soit comme « experts ». Ils sont requis alors d’informer « sur le monde artistique comme il va ». Mais le rapport aux sociologues est avant tout ambivalent : d’un côté, les critiques leur reconnaissent une contextualisation légitime et puisent dans leurs travaux comme dans une boîte à outils ; d’un autre côté, elle est qualifiée de non suffisante : les causes sociologiques sont moins essentielles que les filiations esthétiques. Or entre les deux réside une discontinuité épistémologique. De la condescendance à la polémique violente, ce qui se joue entre le critique d’art et le sociologue ressemble fort à un « conflit de juridiction ». Mais n’exagérons pas trop l’importance de la sociologie parmi les références des critiques : elle n'est qu'une « humanité » parmi d'autres (philosophie, psychanalyse...) avec lesquelles le même type de rapport peut exister. À elle le rôle de « déblayer » le terrain, à l’esthétique celui de s’épanouir ensuite. Il reste que la tâche du sociologue de l’art est rendue plus ardue par le renvoi qui lui est fait de ses propres outils. Le sociologue, pour mener à bien sa tâche, ne peut que rechercher « l’angle mort » de la critique sociologique des critiques d’art : leurs propres conditions socio-économiques de possibilité.

12Au total, un petit livre écrit très clairement (ce qui provient de la forme orale, retranscrite ensuite), qui pose de manière intéressante quelques-uns des problèmes majeurs de la sociologie de l’art selon les postures adoptées par leurs auteurs. Le parti pris « pragmatique », souvent revendiqué ne poserait pas de problème s’il n’était présenté que comme une option possible de la discipline. En contrepoint, la sociologie « critique » de Pierre Bourdieu n'est mentionnée qu'en passant et de manière un peu dévalorisante. À recommander aux étudiants qui travaillent dans le domaine de la sociologie de l’art et de la culture et qui souhaiteraient un livre facile d’accès tout en les situant de plain-pied dans les débats contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ferrette, « Compte rendu de Girel (Sylvia) & Proust (Serge) (dir.), Les usages de la sociologie de l’art. Constructions théoriques, cas pratiques. », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 10 mai 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/1282

Haut de page

Auteur

Jean Ferrette

Centre Maurice Halbwachs, Université de Caen

Haut de page