Navigation – Plan du site

Compte rendu de Dirkx (Paul), Les “Amis belges”. Presse littéraire et franco-universalisme

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, “Interférences”, 2006, 15,5 cm x 21 cm, 416 pp., ISBN 2-7535-0224-2, 24 EUR.
François Provenzano

Texte intégral

L’amitié décortiquée

1Dans cet épais volume de plus de quatre cents pages, Paul Dirkx choisit d’investiguer les relations littéraires franco-belges. Pour aborder cette question dont on pourrait penser facilement qu’elle est sans objet (« les écrivains belges francophones appartiennent à la littérature française ») ou vite réglée (« la littérature française est, sur les plans qualitatif et quantitatif, sans commune mesure avec sa voisine du Nord »), l’auteur découpe un corpus très précis : son livre étudie les discours « liés à la Belgique, par leur contenu et/ou par leur auteur » (p. 25) dans trois périodiques littéraires français (Les Lettres françaises, Le Figaro littéraire et Les Nouvelles littéraires), au cours des années 1944 à 1960. Cet objet circonscrit (tout de même : 2765 textes au total) permet de problématiser la question initiale, puisque l’ouvrage ambitionne bien plus que de livrer un panorama historico-littéraire des relations franco-belges dans l’immédiat après-guerre. La thèse défendue par l’auteur tient, en quelque sorte, dans les guillemets qui encadrent l’expression « Amis belges » qui titre son travail. En effet, selon P. Dirkx, le discours de l’amitié entretenu par les deux parties en présence (mais aussi, encore, par certains historiens de ces littératures), fait office d’écran qui sublime les rapports de domination culturelle et dénie la violence symbolique par laquelle l’ordre littéraire hexagonal tend à s’imposer comme principe universel. L’ambiguïté entretenue sur le référent de l’adjectif français lorsqu’il s’applique à la langue constitue l’un des procédés par lesquels se perpétue la dénégation des inégalités symboliques entre la France littéraire et ses « périphéries » francophones, parmi lesquelles la Belgique. « Élucider » ces inégalités, en saisir à la fois les fondements structurels et les actualisations discursives : tel est le sens profond de la démarche de P. Dirkx.

2Cette démarche s’inspire de manière évidente des conceptions de Pierre Bourdieu. P. Dirkx n’est certes pas le premier à investir les périphéries littéraires comme terrains privilégiés de mise en œuvre de la méthode bourdieusienne. Cependant, tandis que la plupart de ses prédécesseurs se limitaient souvent au Bourdieu des Règles de l’art et même, davantage, aux propositions séminales de l’analyse en champs, l’auteur adopte ici un usage à la fois moins massif et moins systématique, mais plus complet et donc plus fin, de la référence bourdieusienne. Il s’agit moins, en dernière analyse, de décrire l’état d’un champ que de cerner des mécanismes de violence symbolique, puisque « le système des relations différentielles entre organes de la presse littéraire [est considéré comme] principal “fixateur” du désintérêt objectif » que vise à sublimer le discours de l’amitié.

« Les Français » / « Les Belges »

3Après une introduction substantielle où l’auteur explicite les objectifs de sa démarche et les outils qu’elle mobilise, l’ouvrage s’organise en deux volets symétriques, quoique d’importance quantitative inégale. La première partie, intitulée « Les Français », s’attache d’abord à décrire l’état du champ journalistico-littéraire français au sortir de la Seconde guerre mondiale. Les trois périodiques étudiés sont situés en fonction de ce qui les distingue (politiquement, éthico-esthétiquement), mais aussi en fonction de ce qui les rassemble : une commune préoccupation pour la défense de l’« esprit français » et de sa suprématie dans l’ordre intellectuel international. Est ensuite passée au crible la représentation de la Belgique (littéraire) livrée dans chacun de ces périodiques, par l’analyse d’un échantillon de textes représentatifs. Selon les périodes (Les Lettres françaises au moment du jdanovisme ne sont pas Les Lettres françaises d’après la déstalinisation), les trajectoires et profils des rédacteurs et les enjeux auxquels ils doivent répondre (au sein des Nouvelles littéraires, les vues et les priorités du secrétaire général de l’Alliance française Marc Blancpain ne sont pas celles de l’historien de la littérature Pierre de Boisdeffre), sont mises à jour des conceptions sur les œuvres et les écrivains, sur les institutions culturelles et sur les régions de Belgique. Ces conceptions sont alors rapportées à la ligne politique et éthico-esthétique des trois principaux organes de la presse littéraire française et à la version du franco-universalisme qu’ils incarnent : combiné pour une large part avec le combat politique progressiste dans Les Lettres françaises, au service d’une perpétuation des meilleures traditions dans Le Figaro littéraire, radical et militant dans Les Nouvelles littéraires.

4La seconde partie, plus réduite, envisage « Les Belges », autrement dit les représentations de leur propre pays livrées par les collaborateurs belges aux trois journaux étudiés. La focale de l’analyse se resserre ici autour d’une vingtaine de figures (Denis Marion, Robert Goffin, Franz Hellens, Béatrix Beck, Marie Gevers, etc.), dont on cerne les trajectoires et dont on explique les prises de position. En tant que principaux collaborateurs belges aux Nouvelles littéraires, Charles Plisnier et Constant Burniaux font l’objet, à eux seuls, du dernier chapitre, intitulé « Les ruses de l’autodomination ».

5On l’aura compris par ce bref résumé, l’ouvrage de P. Dirkx traverse en profondeur plusieurs domaines de l’histoire et de la sociologie littéraires, dont il opère un salutaire décloisonnement. Nous tenterons dans les paragraphes qui suivent de discuter les principaux apports de ce travail.

Une recherche sur plusieurs terrains

6Tout d’abord, Les « Amis belges » constituent une enquête minutieuse de la presse littéraire française d’après-guerre. L’ouvrage réalise à ce titre une synthèse réussie entre les approches traditionnelles de la presse et l’étude du littéraire dans sa dimension sociale. Les périodiques sont étudiés à la fois en tant que formes journalistiques précises relevant des pratiques propres au journalisme et à sa déontologie, et en tant que dépositaires d’une conception de la littérature (ce que P. Dirkx désigne comme la « poétique rédactionnelle »), donc parties prenantes des enjeux du champ littéraire à tel moment de son histoire. Cette approche permet notamment à l’auteur de mettre en évidence les adaptations réciproques de ces deux ordres de réalités (souvent, la prévalence de l’ordre littéraire sur la déontologie journalistique, ou les variations subtiles d’une même doxa franco-universaliste selon les conditions de production discursive propres à tel journal), mais aussi l’impact du politique sur chacune de ces dimensions définitoires du corpus (par exemple, l’ajustement des logiques journalistico-littéraires au jdanovisme, dans Les Lettres françaises entre 1948 et 1952). Adoptant plusieurs focales – tantôt celle de l’agent individuel, tantôt celle du périodique, tantôt encore celle de l’instance journalistico-littéraire dans son ensemble – l’analyse détaille ainsi les différents principes de polarisation de ce secteur d’activité et en retrace la genèse spécifique.

7Comme nous l’avons dit, P. Dirkx dynamise ce panorama socio-historico-littéraire en saisissant l’objet par le biais d’un concept précis, le franco-universalisme. L’une des grandes originalités de la démarche réside alors, selon nous, dans le fait que l’auteur ne se contente pas de mettre à jour les fondements socio-institutionnels de cette doxa qui déborde le cadre strict du journalisme littéraire, mais en examine aussi, avec une grande minutie, les actualisations discursives. Ainsi, une part importante du travail de P. Dirkx s’apparente à une analyse de la rhétorique de la presse littéraire française, dont l’auteur pointe les différentes figures et explicite les effets doxiques. Naturalisation générique, carnavalisation, relativisation des origines, nationalisation par la langue, francisation par exotisation, glissements métonymiques de la communauté de langue à la communauté de littérature, réseaux métaphoriques qui arrachent les œuvres et les auteurs à leurs conditions de production : voici quelques-unes des formes de l’« apprivoisement critique » mises à jour par l’auteur. Par exemple : « […] la métaphore horticole (“bouquet de poésie belge”) désigne littérairement, c’est-à-dire en la voilant, la coupure entre production et produits littéraires, l’arrachage de ces produits de leur milieu de naissance. Mieux, cette textualisation rend par avance accessoire la personne de l’écrivain et, entre autres choses, la déterritorialise. » (Pp. 237–238.) L’une des perspectives ouvertes par ce travail serait ainsi le recensement systématique de ces figures par lesquelles la violence symbolique se manifeste. Car c’est bien cela que rappelle le travail de l’auteur, en indiquant peut-être l’une des priorités méthodologiques de la sociologie de la littérature d’inspiration bourdieusienne : l’objectivation des rapports de domination ou des luttes pour la définition des enjeux légitimes n’est qu’un préalable à l’examen des logiques discursives qui imposent un ordre de réalité en imposant un ordre de pensée.

8Décrire ces logiques discursives, ce n’est pas seulement se livrer à un démontage formel, c’est aussi rendre compte de leur efficace dans un état donné du champ : la « textualisation », qui « réduit les réseaux d’auteurs et d’œuvres à un agrégat de textes qui, coupés de leurs conditions d’engendrement et privés même d’intertextualité, s’insèrent “naturellement” dans la “littérature française” » est, par exemple, « une pratique discursive d’autant plus innocente qu’elle est au cœur de la critique littéraire légitime » (pp. 358–359). Souvent, l’auteur pousse également son analyse rhétorique jusqu’à la mise en évidence des présupposés tabous sur lesquels reposent les argumentaires des dominants et par lesquels se révèlent les limites logiques de ces argumentaires. Ainsi, « la thèse de l’appartenance des écrivains belges francophones à la littérature française à défaut d’une langue et d’une culture spécifiques débouche sur la thèse de leur appartenance politique à la nation française » (p. 291). On prend alors toute la mesure du travail de substitution des évidences (de l’évidence de l’altérité politique à l’évidence de la communauté culturelle) qu’opère le discours franco-universaliste.

9Cette dernière remarque nous conduit à un autre fil rouge qui balise la lecture de cette vaste enquête. En effet, les figures du franco-universalisme qui constituent la rhétorique de la presse littéraire analysée trouvent leur sens dans le cadre d’une sociologie de la francophonie littéraire, pour laquelle l’ouvrage de P. Dirkx peut déjà faire office de référence. Aux démarches souvent dispersées des études francophones, qui tendent à privilégier la production littéraire de telle ou telle des anciennes colonies, l’auteur répond par une approche à la fois plus complexe et, à nos yeux, plus rigoureuse. Comprendre la francophonie littéraire, c’est d’abord, chez Paul Dirkx, saisir ce qui constitue finalement un moment particulièrement crucial de la construction discursive du mot « francophonie » lui-même, à savoir le projet d’expansion culturelle du centre français, tel qu’il apparut comme une priorité à une bonne part des intellectuels français d’après-guerre. Son étude du champ littéraire français en 1946 montre clairement comment l’enjeu d’un nouvel impérialisme de l’universel a pu faire office d’écran à la désagrégation effective de l’Empire français et comment l’union nationale française a pu trouver une certaine solidité dans la croyance aveugle en une supériorité intrinsèque de la culture française et dans le projet d’une diffusion internationale des biens culturels nationaux. Finalement, de ce discours qui travaille sans cesse à effacer ses propres justifications socio-historiques, l’auteur nous montre le caractère pleinement conjoncturel. Tantôt la formation scolaire de ses énonciateurs, tantôt sa conjonction forcée avec le jdanovisme ambiant, tantôt l’inflexion particulière que lui donnent les missionnaires de l’Alliance française, tantôt encore la valeur conservatrice qui s’annexe à lui lorsqu’on le replace dans la conjoncture du champ littéraire strictement français : autant d’éléments qui éclairent les fondements véritables d’une francophonie littéraire qu’on tend trop souvent à considérer comme une nouvelle donnée immédiate à l’analyse.

10Parmi les objets de ce discours francophoniste franco-centré, la Belgique fait office de « beau cas ». Par sa configuration linguistique particulière, le rôle qu’elle a pu jouer dans le récent conflit mondial, les « précédents » dans ses relations diplomatico-littéraires avec la France et le développement (relatif) de son institution littéraire locale, elle constitue un terrain idéal pour cette approche socio-discursive de la francophonie littéraire. Mais l’auteur souligne à plusieurs reprises les parallèles évidents entre les situations qu’il examine et celles qui caractérisent le Québec et la Suisse romande dans leurs relations culturelles avec la France et dans les réponses que ces ensembles ont pu apporter à l’expansionnisme culturel hexagonal. On perçoit bien dès lors ce qui distingue, sous cette approche, la francophonie littéraire du Nord de celle du Sud : sans autre histoire commune avec la France que celle de la colonisation, ni autres institutions culturelles légitimes que celles de l’ancienne métropole, les ensembles littéraires africains ou antillais verront coïncider leur participation à la francophonie littéraire avec leur propre émancipation culturelle. Autrement dit, la rhétorique française à l’égard de ces ensembles ne pourra nécessairement pas recourir aux mêmes procédés d’annexion, d’oblitération des origines ou de dénégation de la vie littéraire locale, qui assuraient l’efficace de la doxa franco-universaliste appliquée aux francophonies Nord.

11On l’a dit, ces procédés concourent à construire une image de la société (littéraire) belge ajustée aux enjeux (littéraires) français. L’analyse de l’« amitié » franco-belge comme manifestation rhétorique de la cécité structurale qui caractérise les rapports entre le centre français et ses périphéries francophones contribue ainsi également à une histoire des représentations de la Belgique et de sa littérature. À cet égard, le travail de P. Dirkx confirme certaines choses déjà bien connues de l’historien des lettres belges : le recours à l’imagerie flamande, la poétisation des paysages et de la vie littéraire locale, la « miniaturisation » de l’histoire littéraire belge sont autant de procédés amplement représentés dans le corpus étudié. Toutefois, l’auteur pousse souvent l’analyse plus loin que le simple pointage de telle ou telle stéréotypie. Par exemple, à propos d’un article du Figaro littéraire qui reporte les Rencontres de poésie à Knokke sur le mode parodique, P. Dirkx souligne que « cette flamandisation, à la fois banalisante et folklorisante, n’est jamais purement mécanique ; elle tient toujours aussi à un débat dont l’enjeu appartient au champ (journalistico-)littéraire français : la question du statut de la poésie, genre déclinant » (p. 204). Et l’auteur de montrer comment cette représentation « popularisante » de la poésie belge sert, chez le rédacteur du Figaro littéraire, un plaidoyer contre la poésie « démocratique » défendue par Les Lettres françaises concurrentes.

12Ailleurs, P. Dirkx s’attache également à décrire les représentations de l’institution littéraire belge, et non uniquement de sa production littéraire. C’est là une voie intéressante d’investigation ouverte par l’auteur, qui montre notamment que la Belgique a pu être présentée (surtout dans Les Lettres françaises) comme un modèle institutionnel à suivre, par exemple pour sa décentralisation théâtrale. Même dans ces cas-là, cependant, l’intérêt pour la Belgique est toujours guidé par des enjeux propres au champ français et les louanges adressées au modèle belge masquent un désintérêt pour les réalités socio-historiques des voisins du Nord.

13Ces réalités socio-historiques belges, P. Dirkx, lui, les analyse longuement dans sa seconde partie. Celle-ci constitue un apport majeur à l’histoire sociale de la Belgique littéraire francophone d’après-guerre, et plus particulièrement à une sociologie de l’émigration littéraire belge. On pourra peut-être reprocher à la vingtaine de portraits d’émigrés journalistico-littéraires d’être parfois trop pointillistes. Il est vrai que les enquêtes minutieuses livrées par l’auteur pour cerner les trajectoires d’un Denis Marion, d’un Hubert Juin ou d’un Benoît Braun convergent souvent vers l’un des deux pôles (centrifuge/centripète) de la dialectique bien connue, que l’auteur reformule en « écrivain belge » (replié sur les institutions nationales) vs « écrivain-Belge » (s’identifiant au champ français). Il n’empêche qu’à côté des profils les plus directement lisibles (tels ceux de Marie Gevers ou de Georges Simenon), P. Dirkx parvient à isoler quelques figures médianes ou « hétérodoxes », qui invitent à relativiser cette opposition entre « stratégie centripète » et « stratégie centrifuge » ou, du moins démontrent que l’intérêt d’une telle schématisation est surtout d’inciter à problématiser certaines positions actualisées.

14Cette partie sur « Les Belges » fait également émerger une donnée simple et évidente, mais que nos propres habitudes de travail ont parfois tendance à occulter : l’importance quantitative du contingent belge dans le journalisme littéraire parisien. Certains passages apportent des éclairages plus ponctuels et extrêmement utiles sur les mouvements wallons et le réunionisme, sur l’engagement belge au service de l’universalisme français, sur l’« édition belge » des Lettres françaises ou encore sur la vaste enquête menée par Béatrix Beck dans Le Figaro littéraire sur l’identité littéraire de ses « amis belges », qui achève de montrer la puissance de l’intériorisation, par les dominés, du modèle dominant.

15Si l’ouvrage de P. Dirkx peut prétendre contribuer à autant de champs de recherche différents, c’est qu’il est porté par une méthodologie plurielle, à laquelle nous consacrerons la dernière partie de cette note de lecture.

Articuler le sociologique et le discursif

16L’une des caractéristiques majeures de cette méthodologie est qu’elle allie l’analyse socio-historique des milieux (journalistico-politico-)littéraires et l’analyse rhétorique de la presse littéraire. On peut dire que cette question de l’articulation entre la dimension sociologique et la dimension discursive d’une problématique historico-littéraire n’a cessé d’être d’actualité depuis Gustave Lanson, et plus particulièrement ces dernières années. Comment rapporter les discours littéraires à leurs déterminants historiques ou, à l’inverse, comment expliquer l’histoire à partir des configurations discursives ? L’originalité de la réponse proposée par P. Dirkx à ces questions tient au caractère particulier de son objet d’étude prioritaire qui, comme il le précise dès l’introduction, n’est pas « la littérature », ni même les « productions littéraires », mais bien les articles de la presse littéraire, « considérés comme les produits de pratiques discursives » (p. 10). Ces pratiques ont l’avantage d’être autrement plus codifiées socialement que les textes littéraires et donc de présenter à l’analyste des formes (essentiellement des principes de sélection, de classement et d’évaluation, mais aussi des postures) plus directement rapportables au social, aussi bien par leurs déterminants que par leur efficace. Le « système conflictuel » reconstitué par P. Dirkx fait ainsi s’opposer des « principes de vision et d’évaluation qui fondent l’activité journalistico-littéraire » (p. 76). Cette activité est évidemment largement perméable aux enjeux du champ politique ou du champ littéraire, mais répond également à des logiques qui lui sont propres. L’auteur montre ainsi comment le retranchement derrière la « déontologie journalistique », notamment de la part d’un rédacteur en chef, peut constituer une manœuvre spécifique de retraduction des logiques littéraires ou politiques à l’œuvre dans le journal. Constamment, il s’agit ainsi de conjuguer les données issues de trois coordonnées : la position de l’agent énonciateur dans le champ littéraire (ou politique), le traitement discursif de la Belgique qu’il livre à travers ses articles et l’ajustement de cette position et de ce traitement à la ligne rédactionnelle du journal et à sa position dans le champ de la presse littéraire. Sans chercher à résoudre la question de l’autonomie de ce champ à la conjonction de deux autres, P. Dirkx démontre en tout cas l’intérêt d’envisager la métalittérature « pour elle-même », serait-on tenté de dire (si cette expression n’avait un goût paradoxal de sacrilège), et non comme simple document immédiatement lisible et utilisable par l’histoire littéraire ou par les études de réception.

En conclusion : la passion du sociologue

17On ne peut que souligner l’effort constant de l’auteur pour préciser le sens de sa démarche et réfuter notamment toute interprétation axiologique de ses analyses. Une lecture trop rapide de l’ouvrage pourrait en effet conduire à penser que P. Dirkx vise à « dénoncer » une « injustice » française à l’égard de la littérature francophone de Belgique et que son travail viendrait replacer œuvres et auteurs à leur « juste valeur ». Il en va bien sûr tout autrement. La prise de distance qui distingue l’approche sociologique de l’approche immanentiste du littéraire consiste précisément à suspendre la question de la valeur, pour prendre plutôt pour objets les gestes qui érigent et cautionnent les hiérarchies (et exclusions ou inclusions qui les accompagnent), tout en masquant l’arbitraire sur lequel elles se fondent. Les « Amis belges » ne nous donnent pas à lire un ordre littéraire tel qu’il « aurait dû être », mais nous expliquent pourquoi, à tel moment, les choses « ne pouvaient être que […] ce qu’elles étaient » (p. 210) et, notamment, que le lecteur français n’avait aucune chance objective d’obtenir une information de qualité sur la vie littéraire de ses voisins du Nord. Ceci étant dit, par l’ambiguïté même qu’il cherche à éviter constamment sur le sens de sa démarche, cet ouvrage pose de façon cruciale la question de l’engagement du sociologue de la littérature à l’égard de son objet. Aussi rigoureux et contrôlé que soit l’appareil méthodologique, la frontière est parfois ténue entre l’objectivation des rapports et des stratégies de domination et la dénonciation des erreurs de jugement des acteurs (telles, par exemple, l’occultation systématique de l’origine belge des auteurs ou leur embrigadement esthétique à telle ou telle enseigne). Il est tout à fait légitime de penser que la levée des illusions de telle classe sociale ou de tel sexe minorisés par rapport à telle ou tel autre relève d’une démarche civique d’intellectuel. Mais quelle portée a ce même geste lorsqu’il s’applique à l’histoire des littératures ? Si la suspension de la question de la valeur est bien au fondement de sa démarche, de quelle valeur, si ce n’est purement épistémologique, peut encore se réclamer le sociologue de la littérature ? La thèse de P. Dirkx est très claire et, en un sens, extrêmement forte : « Les résultats de cette enquête militeront en faveur d’une meilleure prise en compte de la dimension internationale des pratiques littéraires en France, pratiques généralement coupées de ce qui a cours dans d’autres pays francophones, telle la Belgique. » (p. 10). Mais pourra-t-elle vraiment être reçue comme telle par des lecteurs non sociologues des littératures ? Ces questions, que nous ne pouvons ici que soulever, telles que la lecture de l’ouvrage les a suscitées en nous, rappellent combien la littérature, et encore davantage la littérature nationalisée, se laisse difficilement « dé-passionnaliser » et continue d’imposer sa fausse évidence au-delà de toutes les précautions méthodologiques prises pour faire de cette fausse évidence un véritable objet d’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Provenzano, « Compte rendu de Dirkx (Paul), Les “Amis belges”. Presse littéraire et franco-universalisme », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 13 octobre 2006, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/136

Haut de page

Auteur

François Provenzano

Université de Liège / F.N.R.S.

Articles du même auteur

Haut de page