Navigation – Plan du site

Entre “jeu” et “métier” : la condition des écrivains aujourd’hui

À propos de Lahire (Bernard) avec la collaboration de Géraldine Bois, La Condition littéraire : la double vie des écrivains, Paris, éditions La Découverte, “textes à l’appui/laboratoire des sciences sociales”, 2006, 620 p.
Jérôme Meizoz

Texte intégral

1Cette étude sociologique naît d’un paradoxe : les écrivains, acteurs premiers de la vie littéraire, ne comptent pas au nombre de ceux qui peuvent en vivre. L’activité d’écrivain n’est donc pas un métier à part entière, au sens des catégories professionnelles : le plus souvent un « second métier » s’impose. Faiblement rémunérateur et peu professionnalisé (aucun diplôme n’en commande l’accès), le « jeu littéraire », comme Bernard Lahire propose de le nommer, suscite pourtant des investissements énormes (temps, argent, affects) de la part des auteurs, notamment parce que cette pratique demeure prestigieuse dans cette nation littéraire qu’est la France.

2L’ouvrage s’inscrit dans le bilan et la réévaluation en cours de l’œuvre de Pierre Bourdieu. (Il y aurait beaucoup à dire sur la nécessité, pour les sociologues actuels, à détruire, taire ou réévaluer le travail de Bourdieu, à seule fin d’exister dans le champ académique. S’efforçant de ne pas céder aux amours déçues ni aux rejets sans arguments, cet ouvrage se veut une tentative sérieuse de faire avancer la recherche). Au célèbre sociologue français et à ses successeurs les plus fidèles, Lahire reproche un usage à la fois trop massif et vague de la notion de « champ littéraire », et la réduction de tout écrivain « à son être-dans-le-champ ». En effet, si l’on peut parler, selon l’auteur, d’un champ scientifique ou d’un champ politique, délimité par des conditions d’accès et des trajectoires codifiées, la labilité du « jeu » littéraire empêche selon lui de le considérer comme un « champ » monologique. Tout en prolongeant l’héritage de Bourdieu, Lahire travaille donc à une « spécification de la théorie des champs » (pp. 13 et 81). Il s’agit d’étudier les régimes d’action multiples des écrivains, impliqués par « intermittences » dans des activités littéraires, tantôt dans d’autres activités : pour cela il faut observer les variations individuelles des comportements. Afin de mieux comprendre les logiques d’« appartenances multiples » (p. 10) qui régissent la vie des écrivains, Lahire suggère de renoncer aux notions de « champ littéraire » (Bourdieu) ou de « monde » littéraire (Becker), qui impliquent des acteurs réduits à leur seule activité artistique.

3L’hypothèse centrale de l’ouvrage, fidèle à une vision marxienne qui donne le primat à la « vie » concrète sur la « conscience » ou les idées, peut se formuler ainsi : les œuvres des écrivains, et la représentation qu’ils ont d’eux-mêmes, entretiennent une relation étroite avec cette « condition littéraire » spécifique. Cela donne l’occasion à Lahire de critiquer sévèrement les travaux de Nathalie Heinich (Être écrivain, 2000 ; L’Élite artiste, 2006), accusée de « paresse empirique » (p. 22). Selon lui, à partir de populations très restreintes et peu représentatives, Heinich donne pour seule réalité des représentations indigènes du métier, sans avoir véritablement établi les conditions sociales concrètes de son exercice.

4Pour comprendre la spécificité des écrivains, il s’agit donc de les « matérialiser » et de restituer la « double vie » qui est la leur. Ensuite, mesurer ses conséquences sur l’agir artistique, ses modalités et ses potentialités. En bref, faire « une sociologie des conditions pratiques (économiques, spatiales, temporelles) d’exercice de la littérature » (p. 26). L’enquête porte sur 503 auteurs de la région Rhône-Alpes, au moyen de questionnaires et d’entretiens. Les écrivains n’auront pas de peine à y reconnaître les souffrances et le paradoxe propres à leur situation : pratiquer dans des conditions précaires une activité valorisée, voire mythifiée. C’est dire si l’ouvrage promet d’être bien accueilli par le monde littéraire, d’ordinaire réfractaire à la sociologie. D’autant mieux reçu que Lahire, en ces temps de crises éditoriales, insiste sur la mission historique de l’État (et de l’école, donc) en vue du maintien d’une vie littéraire.

5Parmi la diversité des manières d’être écrivain, Lahire distingue trois grandes « figures de joueurs » (p. 78) : ceux qui écrivent et publient en dilettantes, parmi de nombreuses autres activités (les joueurs occasionnels) ; ceux qui investissent l’essentiel de leur énergie dans la littérature sans pour autant pouvoir s’y consacrer entièrement (les mordus du jeu) et ceux enfin qui gagnent leur vie, plus ou moins bien, par la littérature (les joueurs professionnels). Des entretiens avec divers auteurs (dont Charles Juliet, Nicole Avril, Enzo Cormann, etc.) permettent ensuite d’examiner les variations individuelles de cette typologie. Lahire reprend l’idée bourdieusienne d’illusio (le fait d’être pris au jeu) et la travaille pour décrire le jeu littéraire comme un « immense concours diffus et incessant » pour la reconnaissance du statut d’écrivain et de la valeur littéraire. Loin d’être un univers pacifique, celui-ci se mobilise autour de tentatives de distinction et de différenciation.

6Qu’en est-il enfin de l’impact, sur la création littéraire, de cette « condition » instable et déchirée ? La diversité des expériences sociales résultant du double métier est, selon l’auteur, un gage de la diversité des thèmes abordés et des mondes construits en littérature. Autrement dit, le second métier constitue un accès privilégié des écrivains au monde social dont leurs œuvres, peu ou prou, donnent une image. Pensons à Stendhal, à qui les fonctions diplomatiques ont ouvert des horizons sociaux multiples ; à Kafka, employé d’assurances et fin connaisseur des logiques bureaucratiques ; à Michel Vinaver, ancien cadre supérieur de Gillette, qui met en scène le monde de l’entreprise dans certaines de ses pièces ; enfin, aux écrivains prolétariens qui ont évoqué de l’intérieur les réalités de l’usine. Ainsi la variété des trajectoires sociales des écrivains et celle de leurs seconds métiers serait-elle garante de la variété des « thèmes et des styles » (p. 542). « On pourrait se demander, note Lahire, ce que serait une littérature produite exclusivement par des agrégés de lettres ? une littérature produite exclusivement par des journalistes ? » (p. 543.) À l’heure où fleurit une littérature du 6e arrondissement, la question se pose et s’imposait.

7Quelques éléments à mettre en débat, pour finir : renoncer à la notion de « champ littéraire » pour éviter les angles morts de ce modèle peut sans doute renouveler le questionnement sur le sujet. Mais le modèle bourdieusien contient aussi des finesses que l’on risque de perdre avec lui : Bourdieu (et à sa suite Alain Viala) signale divers effets de prisme entre le littéraire et le social, par le biais des genres textuels, de la langue, des institutions et de l’auteur notamment. Il dépasse la théorie marxiste du reflet en insistant sur les médiations formelles propres à l’espace littéraire (certaines œuvres se réfèrent moins au social qu’à la tradition des textes antérieurs, réactualisée et polémiquement rejouée), sans négliger les temporalités propres à l'univers artistique. En postulant que les « œuvres » sont déterminées par le statut matériel des écrivains, sans suggérer par quelles méditations complexes, Lahire risque de retrouver la théorie du reflet, inhérente à un modèle marxien. Tel n’est pas l’objet de La Condition littéraire, mais si par la suite cet ouvrage devait s’articuler à une sociologie des produits littéraires, de telles questions ne manqueront pas de se poser.

8En effet, contrairement aux travaux de sociologie littéraire qui se donnent pour objet de comprendre les œuvres en relation avec leur contexte, Lahire n’aborde pas de front, dans ce livre, les déterminants sociologiques des choix esthétiques et/ou idéologiques dans le jeu littéraire. Trop exclusivement laissées aux poéticiens, ces questions concernent pourtant, en dernière analyse, les sociologues. Ainsi pourrait-on attendre plus de développements sur la relation que Lahire postule entre la « condition » matérielle des écrivains et leurs créations. Cette relation n’est sans doute pas directe, mais médiée notamment par plusieurs instances, dont les genres littéraires : non seulement les écrivains perçoivent les genres dans une hiérarchie dynamique, mais ceux-ci suscitent aussi des revenus différenciés, tantôt élevés (théâtre, scénario, roman historique), tantôt presque nuls (poésie). Poser cette question, c’est appeler de nos vœux un futur livre, dont La Condition littéraire serait l’indispensable antichambre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Meizoz, « Entre “jeu” et “métier” : la condition des écrivains aujourd’hui », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 13 octobre 2006, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/142

Haut de page

Auteur

Jérôme Meizoz

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page