Navigation – Plan du site

Compte rendu de Yanoshevsky (Galia), Les discours du Nouveau Roman. Essais, entretiens, débats

Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, « Perspectives », 2006, 336 p.
Anthony Glinoer

Texte intégral

1Quelques intéressants travaux portant sur le collectif problématique formé à la fin des années cinquante par les nouveaux romanciers ont fleuri ces dernières années1. Tous concluent que le Nouveau Roman n’a pas grand-chose à voir, institutionnellement parlant, avec les mouvements littéraires qui l’ont précédé, du romantisme à l’existentialisme. Pierre Bourdieu considère par exemple le Nouveau Roman comme un « concept institutionnel » créé par des critiques et un éditeur à des fins exclusivement stratégiques2. Il est vrai que le Nouveau Roman se situe, dans la géographie des groupes littéraires, aux antipodes des cénacles de Mallarmé et de Hugo : c’est un groupe construit sans affinité élective, sur base d’une certaine antipathie mutuelle qui ira en s’exacerbant3. Comme en témoigne par l’image la « photo Minuit4 », c’est un groupe constitué de mauvaise grâce sous l’action combinée d’un éditeur (Jérôme Lindon) et d’un auteur-critique-théoricien-conseiller éditorial (Robbe-Grillet), véritable homme à tout faire d’un mouvement dont il est très rapidement – de l’extérieur, et de l’extérieur seulement – reconnu comme le chef de file.

2Le titre et le sous-titre du livre de Galia Yanoshevsky indiquent à suffisance que, tout en se revendiquant de la sociologie des champs, l’auteur cherche à nuancer ses conclusions. Issu d’une thèse de doctorat dirigée par Ruth Amossy, ce livre vise à expliquer le phénomène du Nouveau Roman – sa construction conceptuelle, mais aussi son positionnement social dans le champ littéraire – par les discours qu’il a produits sur lui-même. Son objectif est d’ordre socio-historique : « décrire le jeu de forces et le processus de formation et d’institutionnalisation du groupe dans le champ littéraire. » (P. 15.) C’est postuler donc que groupe il y a, si tant est que l’on adapte les critères distinctifs. Le Nouveau Roman se distingue des mouvements antérieurs parce qu’il ne repose sur aucune forme de sociabilité suivie, tels les centrales des surréalistes, les cafés des existentialistes ou encore les cénacles qui ont donné consistance sociale à la plupart des mouvements littéraires du xixe siècle. En revanche, le Nouveau Roman existe sur le plan des représentations collectives engendrées par une masse de discours. S’il fait groupe, ici, c’est en tant qu’« entité sociologique produite, non seulement par le discours romanesque, mais aussi par les métadiscours qui s’y attachent. » (P. 9.) Le groupe du Nouveau Roman, cette thèse tâche de le montrer, dispose bien d’une existence institutionnelle, mais c’est dans le discours, et tout particulièrement dans le discours médiatique qu’il faut l’aller chercher. Pour soutenir son propos, G. Yanoshevsky s’attaque à un corpus rarement mis en valeur : les interviews, entretiens, tables rondes et autre débats de colloque, dans lesquels les nouveaux romanciers se sont investis comme nuls autres avant eux. Leur mise en valeur va se révéler ici on ne peut plus profitable.

3La structure du livre en trois parties reflète les trois types de corpus étudiés. Dans un premier temps, G. Yanoshevsky procède à une analyse serrée de la genèse et du discours des deux « manifestes » du Nouveau Roman, à savoir L’ère du soupçon de Nathalie Sarraute (Gallimard, 1956) et Pour un nouveau roman d’Alain Robbe-Grillet (Minuit, 1963). L’étiquette de « manifeste », si généralement accolée à celle d’« avant-garde », mérite bien ici cette analyse de discours puisque ni l’un ni l’autre recueil d’articles ne fait mention d’appartenance au genre manifestaire et qu’ils n’ont pas rempli ce rôle au sein du groupe des nouveaux romanciers. Problème de timing : le statut manifestaire des « essais sur le roman » de Sarraute n’a été reconnu que rétroactivement, tandis que Pour un nouveau roman, réunissant des textes parus ici et là, a été publié après la période d’émergence du Nouveau Roman. Les deux recueils ressortissent toutefois du genre manifestaire, à les considérer sur un plan discursif. G. Yanoshevsky le montre en décortiquant les procédés à l’œuvre dans L’ère du soupçon : les glissements du ton personnel au ton collectif et impersonnel, l’appel à l’autorité de précurseurs formant un nouveau panthéon littéraire, les visées démonstratives au moyen de la structure thèse-antithèse, les procédés de généralisation, l’adoption de « définitions distinctives » (p. 62) qui caractérisent une idée par opposition à une autre à laquelle elle doit se substituer, l’appel au changement, etc. Autant de procédés que l’on peut rapporter à l’écriture manifestaire bien que Sarraute elle-même ait présenté ses « essais » comme des tentatives d’auto-explication. L’analyse de Pour un nouveau roman sera tout aussi féconde, et l’on regrettera seulement que les effets de concurrence entre les deux manifestes aient été peu relevés.

4Les entretiens accordés par Sarraute et Robbe-Grillet constituent la matière de la deuxième partie du livre. Partie intégrante de l’épitexte, selon la terminologie de G. Genette, le genre littéraire de l’entretien n’a guère qu’un siècle d’âge et est souvent dédaigné par les critiques. À tort, encore une fois, parce que l’entretien s’avère extrêmement révélateur de l’ethos de l’interviewé (ainsi d’ailleurs que de celui de l’interviewer, auquel ne s’intéresse guère G. Yanoshevsky) : c’est là que l’image préalable de l’écrivain (celle que l’interviewer suppose au public) se confronte avec l’image discursive que renvoie l’interaction entre l’écrivain et celui qui l’interroge. C’est un lieu privilégié, en d’autres termes, où la posture se charge de discours5. Passons ici sur les efforts de Robbe-Grillet et Sarraute, finement étudiés par G. Yanoshevsky, en vue de conceptualiser et de théoriser le roman qu’ils préconisent, et restons plutôt sur le rôle de porte-parole qui se trouve accordé à Robbe-Grillet. Quand il s’agit pour lui, signataire du Manifeste des 121, d’expliquer ce qui l’oppose aux écrivains des Temps modernes, ou quand il fait de « l’ensemble des créateurs modernes » des expérimentateurs (cité p. 184), Robbe-Grillet apparaît préférentiellement comme un représentant de toute sa profession, comme l’écrivain par excellence. Il lui arrive également, à de nombreuses reprises, d’être convoqué comme représentant officiel d’un mouvement littéraire qu’il a largement contribué à initier, rôle qu’il assume non sans se prêter à une véritable stratégie rhétorique d’évitement. Ainsi en 1959, quand un journaliste de L’Express lui demande « Est-ce que vous vous considérez comme un chef d’école ? », Robbe-Grillet répond : « Non. Néanmoins, il y a à l’heure actuelle beaucoup de jeunes écrivains qui admettent pour eux-mêmes la plus grande partie de mes propositions et qui précisent, à partir de là, leur propre voie. » (Cité p. 189.) Théoricien, guide pour de « jeunes écrivains » qui ne lui sont pas inféodés : Robbe-Grillet, qui multiplie dans les interviews les « nous » et les « mes amis et moi-même », tient admirablement un rôle de chef de file6 que les autres nouveaux romanciers lui contesteront en toute occasion, mais que les critiques ne renonceront jamais à lui accoler.

5Les nouveaux romanciers, on l’a dit, n’ont jamais recherché ni établi de lieux de rencontre réguliers, et ils n’ont guère participé à des ouvrages qui les réunisse. Pourtant, le collectif n’est pas absent de leur production discursive, comme le montrent les débats littéraires étudiés en troisième partie. Les tables rondes publiées sous forme d’actes dans la presse ont proliféré dans les années cinquante et soixante, jusqu’à énerver Roland Barthes qui y voyait une forme de communication indigne d’un mouvement littéraire sérieux7. Les nouveaux romanciers vont se prêter fréquemment à ce genre d’exercice qui leur permet d’apparaître au premier plan, les uns à côté des autres, mais aussi et surtout de faire apparaître leurs points de vue respectifs. Micro-univers saturé d’interactions discursives, lieu de légitimation jeune et efficace, le débat public apparaît bien comme un enjeu essentiel pour toute sociologie des groupes littéraires de la seconde moitié du xxe siècle8. Il sert de tribune pour exprimer polémiquement de ce que Marc Angenot appelle des « couples axiologiques9 » : rupture vs continuité, ancien vs nouveau, tradition vs innovation, etc. Mais au surplus, le débat rend visible des effets de groupe (ou leur absence). L’unité des nouveaux romanciers qu’est censé faire apparaître le débat vole souvent en éclat au profit d’une diversification et d’une différenciation des points de vue (p. 247) : ainsi lors du débat organisé par le Figaro littéraire en 1958, Robbe-Grillet prétend que l’objet, en littérature, ne doit pas être chargé de fonction sociale. Intervention de Butor (qui, selon ses propres dires, n’aura été invité que volontairement en retard pour la prise de la « photo Minuit ») : « Je m’excuse auprès d’Alain Robbe-Grillet de me séparer tout de suite de lui. » (Cité p. 254.) Formule un peu alambiquée, qui signale la volonté inquiète mais ferme de Butor de ne pas se laisser emmener par son prétendu chef de file là où il refuse d’aller. Réponse du berger à la bergère au cours du même débat : « Il est un autre point sur lequel je me sépare de Michel Butor […]. » (Cité p. 272.) Faute de concertation, faute d’ambition collective partagée, la cohésion du Nouveau Roman laisse apparaître sa facticité une fois confrontée à ce matériel précieux que sont les débats (tables rondes, et plus tard débats de colloque au cours desquels apparaîtra la figure de « repreneur » de Jean Ricardou) éclairés par l’analyse du discours.

6Le livre de G. Yanoshevsky souffre de certaines des faiblesses de la thèse publiée : l’expression est parfois lourde, certains passages auraient pu être sacrifiés, et surtout elle manie de façon quelquefois mécanique des notions comme celles d’avant-garde et de roman « traditionnel ». Cela ne limite guère la portée de son propos ni l’intérêt de sa démarche. En appliquant les méthodes de l’analyse du discours (D. Maingueneau, R. Amossy, C. Kerbrat-Orecchioni), elle enrichit l’arsenal conceptuel et méthodologique de la sociologie des mouvements littéraires, et au-delà de la sociologie littéraire dans son ensemble.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Allemand (Roger-Michel), « Robbe-Grillet à Minuit : editoring et lancement du Nouveau Roman (1955-1963) », Travaux de littérature, t. xv, 2002, pp. 319-348 ; et Wolf (Nelly), Une littérature sans histoire. Essai sur le Nouveau Roman, Genève, Droz, 1995.
2 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, p. 221.
3 Alain Robbe-Grillet le raconte en se donnant le beau rôle dans Les derniers jours de Corinthe, Paris, Minuit, 1994.
4 Voir Faerber (Johan), « La photo Minuit, du cliché nocturne à la lumière du négatif », dans L’idée de littérature dans les années 1950, URL : http://www.fabula.org/colloques/document64.php (page consultée le 6 novembre 2006).
5 On ne peut qu’être surpris, au passage, par le paradoxe selon lequel les tenants de la « mort de l’auteur » se soient prêtés à un nombre si élevé d’interviews spécifiquement centrées sur la personne de l’auteur.
6 Si les déclarations sont sans ambages, c’est sans doute que l’espace peu légitime et pourvu d’une faible espérance de vie qu’est l’interview permet d’éviter les circonvolutions et les précautions qu’une préface ou un article théorique s’imposeraient.
7 Barthes (Roland), « Tables rondes », Les Lettres nouvelles, n° 4, mars 1959, pp. 51-52.
8 Cela est d’autant plus vrai, en l’occurrence, que la table ronde met aux prises non seulement les nouveaux romanciers eux-mêmes mais aussi, démocratie médiatique oblige, des contradicteurs, critiques ou écrivains.
9 Angenot (Marc), La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Compte rendu de Yanoshevsky (Galia), Les discours du Nouveau Roman. Essais, entretiens, débats », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/172

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Université de Toronto

Articles du même auteur

Haut de page