Navigation – Plan du site

L’idéologie : une notion bien embarrassante

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1Je ne pense pas être la personne la mieux placée pour réfléchir sur l’intérêt que présente la notion d’idéologie pour ceux qui étudient la littérature. Le travail conceptuel sur cette notion a plutôt été le fait de la génération antérieure à la mienne. Je suppose que si l’on m’a sollicité pour en parler, c’est parce que de l’intérieur de l’analyse du discours j’ai été amené à me confronter – quoique dans un cadre théorique et méthodologique très différent – à des questions du même ordre.

2Faute d’avoir réfléchi frontalement sur l’idéologie, j’aborderai ici le problème de manière détournée, en quelque sorte par la petite porte. Je ne me demanderai pas en effet ce qu’est l’idéologie, ou comment il faudrait utiliser la notion d’idéologie pour étudier convenablement les œuvres littéraires, mais tout simplement pourquoi dans les années soixante et une bonne partie des années septante l’idéologie s’est trouvée au centre des préoccupations. Cela nous permettra de mieux comprendre pourquoi elle a progressivement perdu de sa force par la suite.

Grandeur et décadence de l’idéologie

3Au risque d’enfoncer les portes ouvertes, je rappellerai que les problématiques construites autour de l’idéologie ont prospéré dans une conjoncture intellectuelle dominée par le freudo-marxisme, qui à la vérité prenait alors plutôt le visage d’un lacano-althussérisme. Dans un tel cadre, le texte était naturellement pensé comme un espace d’illusion, qui trahissait (c’est-à-dire qui tout à la fois masquait et révélait) les forces inconscientes qui le rendaient possible. Mais le succès de l’idéologie s’explique aussi par le couplage de ce présupposé avec un autre, tout aussi important à l’époque : l’autonomie relative de la superstructure, dont faisait partie la littérature. Cette affirmation d’une autonomie du texte était évidemment nécessaire pour assurer la compatibilité du marxisme et du structuralisme : la majorité des chercheurs se réclamaient de ce structuralisme au nom duquel s’engageait alors une transformation profonde des universités.

4On peut à ce propos établir un parallèle entre le succès de la notion d’idéologie et celui, concomitant, des thèses défendues dans le Contre Sainte-Beuve. Chez Proust il n’était évidemment pas question d’idéologie, d’infrastructure ou de superstructure, mais de « moi social » et de « moi créateur », qui étaient présentés comme séparés par un « abîme1 ». Mais la topique était à peu près la même : le texte littéraire était placé en haut, séparé des instances sociales par une discontinuité irréductible. Toutefois, à la différence de Proust, qui rejetait le « moi social » dans les ténèbres extérieures, les tenants de l’idéologie ne se contentaient pas de poser l’existence d’une coupure entre deux niveaux, ils affirmaient la nécessité d’élaborer une « théorie » de leur « articulation ». À la même époque, ce projet animait les débuts de l’école française d’analyse du discours, elle aussi fortement dominée par la double référence à Althusser et à Lacan, ou encore, à mi-chemin entre analyse du discours et théorie littéraire, une entreprise comme celle de Renée Balibar, qui dans Les Français fictifs (1974) passait par le détour de l’institution scolaire de la iiie République.

5En fait, les multiples variations sur le couple texte/idéologie étaient également très dépendantes de la conception qu’on se faisait alors du texte. Or, à partir des années septante on a vu se transformer cette conception, en particulier sous l’influence croissante de la linguistique textuelle, des théories de l’énonciation linguistique et des théories pragmatiques, autant de courants qui par ailleurs nourrissaient la croissance de l’analyse du discours. Certes, d’un point de vue strictement chronologique, tous ces courants étaient déjà vivants dès les années soixante, mais il a fallu attendre les années quatre-vingt pour qu’ils passent sur le devant de la scène.

6Sur le versant complémentaire, celui de la sociologie, la montée en puissance de la théorie bourdieusienne des champs a également joué un rôle important. Elle a en effet permis de déplacer l’autonomie relative de l’instance littéraire : cette autonomie n’était plus celle du texte, mais celle d’un espace social restreint, régi par des lois spécifiques. En se combinant avec les courants pragmatiques, la sociologie des champs a créé des conditions favorables à l’émergence d’une conception de l’activité littéraire plus proche de celle que promeuvent les courants d’analyse du discours.

7Ce n’est pas ici le lieu de reprendre l’ensemble des approches qui se réclament d’une d’analyse du discours littéraire, qui sont encore émergentes. Je vais seulement mettre l’accent sur deux problématiques qui sont caractéristiques des difficultés qu’il y a à raisonner en termes d’idéologie quand on veut réfléchir sur le discours littéraire : les genres de discours et la paratopie.

Genre de discours et paratopie

8L’analyse du discours et les courants pragmatiques n’ont pas placé sans raison le genre de discours au cœur de leurs préoccupations. Travailler avec cette catégorie, c’est à la fois déplacer le regard – du texte vers les dispositifs de communication qu’implique ce texte –, en recourant à une notion foncièrement hybride, inextricablement textuelle et institutionnelle. Si les analystes du discours s’accordent à penser que le genre de discours joue un rôle clé, c’est qu’ils n’appréhendent pas les lieux indépendamment des paroles qu’ils autorisent (contre la réduction sociologique), ni les paroles indépendamment des lieux dont elles sont partie prenante (contre la réduction linguistique). De la même manière, la « scène d’énonciation », n’est réductible ni au texte ni à une situation de communication qu’on pourrait décrire de l’extérieur. S’agissant de discours littéraire, les oeuvres ne sont pas rapportées directement aux intérêts des classes sociales ou aux crises économiques, mais d’abord à l’apparition de modalités de communication spécifiques. Il y a là davantage qu’un renouvellement de l’histoire littéraire par une sociologie particulièrement sensible à la spécificité des processus de production symbolique. L’œuvre ne fait pas que représenter un réel extérieur, elle définit un cadre d’activité qui est partie intégrante de l’univers de sens que tout à la fois elle présuppose et prétend imposer. Les écrivains produisent des œuvres, mais écrivains et œuvres sont en un sens eux-mêmes produits par tout un complexe institutionnel de pratiques.

9Ce qui importe ici, c’est la réversibilité entre les aspects dynamique et statique, entre l’activité énonciative et les structures qui en sont la condition et le produit. La notion de genre s’inscrit dans une conception plus large de l’« institution discursive », où se nouent étroitement l’institution comme action d’établir, processus de construction légitime, et l’institution au sens usuel d’une organisation de pratiques et d’appareils. Le concept d’institution discursive est en quelque sorte le pivot de ce mouvement ; il permet en effet d’articuler

  • les institutions, les cadres de divers ordres qui donnent sens à l’énonciation singulière : la structure du champ, le statut de l’écrivain, les genres de texte…;

  • le mouvement par lequel s’institue le discours, à la fois en instaurant progressivement un certain monde dans son énoncé et en légitimant la scène d’énonciation et le positionnement dans le champ qui rend cet énoncé possible.

10L’institution discursive est le mouvement par lequel passent l’un dans l’autre l’œuvre et ses conditions d’énonciation. Étayage réciproque qui constitue le moteur de l’activité littéraire. Ainsi le discours n’advient-il qu’à travers ces institutions de parole que sont les genres de discours, pensés à travers les métaphores du rituel, du contrat, de la mise en scène ; de son côté, l’institution littéraire elle-même est sans cesse reconfigurée par les discours qu’elle rend possibles. Chaque geste créateur mobilise, qu’il le veuille ou non, l’espace qui le rend possible, et cet espace lui-même ne tient que par les gestes créateurs qu’il rend possibles.

11La problématique de la paratopie va dans le même sens. Mais elle a suscité pas mal de malentendus, qui ont souvent pour effet de la ramener à ce dont elle entend se démarquer. C’est ainsi qu’elle est comprise à tort comme recouvrant diverses formes de marginalité (celles de l’exilé, de l’immigré, de l’errant…), comme si la création littéraire était l’expression d’une condition socialement descriptible. En fait, cette appartenance paradoxale qu’est la « paratopie » n’est pas une origine ou une cause, encore moins un statut : il n’est ni nécessaire ni suffisant d’être un marginal pour être pris dans un processus de création. En réalité, il n’est de paratopie qu’élaborée à travers une activité de création. L’écrivain n’a pas lieu d’être (aux deux sens de la locution) et il doit construire le territoire de son oeuvre à travers cette faille même. Ce n’est pas un être double, qui aurait une part de lui plongée dans la pesanteur sociale et l’autre, la plus noble, tournée vers les textes, mais une instance plurielle, foncièrement ouverte et instable, qui à travers son énonciation tout à la fois s’unifie et se disperse, s’aménage un lieu et perd tout lieu. Il nourrit sa création du caractère radicalement problématique de sa propre appartenance au champ littéraire et à la société, une impossible appartenance qui est, dans le même mouvement, construite par l’œuvre en train de s’élaborer.

12Ni support ni cadre, la paratopie enveloppe donc le processus créateur, qui l’enveloppe aussi : faire œuvre, c’est produire une œuvre et construire par là-même les conditions qui permettent de la produire. Il n’y a pas de « situation » paratopique extérieure à un processus de création : donnée et élaborée, structurante et structurée, la paratopie est à la fois ce dont il faut se libérer par la création et ce que la création approfondit, elle est à la fois ce qui donne la possibilité d’accéder à un lieu et ce qui interdit toute appartenance.

13Ces problématiques du genre de discours et de la paratopie, dans des domaines très différents, convergent ainsi pour mettre à mal les tentatives d’« articulation » du texte et des déterminations sociales. On voit en quoi cette manière de voir tranche sur les approches développées dans les années soixante et septante, qui s’attachaient surtout à rapporter le texte à des conditions socio-historiques « données ». Elle tranche, plus largement, sur toute approche qui appréhende le texte comme l’expression d’un réel en amont.

L’avenir de l’idéologie

14On l’a dit, dans les années soixante et septante, la réflexion sur l’idéologie prescrivait un programme de recherche central : faire une théorie de « l’articulation » entre texte et société. Aujourd’hui on voit mal quel programme de recherche pourrait être structuré autour d’une telle notion. Le problème ne se situe pas sur le plan spéculatif ; on peut soutenir sans difficulté que la littérature, dans ses multiples dimensions, relève d’un rapport imaginaire des hommes à leurs conditions d’existence (nous ne précisons pas ici ce qu’il faut entendre par « imaginaire »…). Il se site plutôt sur le plan de la modélisation : comment, autour de la notion d’idéologie, mettre en place un réseau de concepts et de méthodes opératoires pour analyser le discours littéraire ? Dans la conjoncture actuelle, l’horizon ne semble guère dégagé pour une telle entreprise.

15Pour autant, en avons-nous fini avec l’idéologie dans les études littéraires ? Il est permis d’en douter.

16Tout d’abord, parce que le mode de penser sous-jacent à cette notion d’idéologie fait partie intégrante de notre modernité ; à côté de la notion d’inconscient, qui lui est souvent associée, la notion d’idéologie est partout présente dans notre culture. L’idée que le sens de leurs activités n’est pas transparent aux acteurs sociaux ou qu’il y a un lien essentiel entre les « idées » et les intérêts de certains groupes (qu’il s’agisse de classes sociales ou de collectivités restreintes) restent des présupposés très puissants dans les sciences humaines et sociales, et au-delà.

17En outre, la façon dont on exploite cette notion d’idéologie n’est pas vouée à rester celle du structuralisme. Avant les années soixante, c’était la conception hégélienne qui prévalait, et l’avenir n’est pas fermé : même si aujourd’hui le climat intellectuel n’est pas favorable aux problématiques de l’idéologie, rien n’interdit de penser qu’elles ne reprendront pas de la vigueur dans une conjoncture dont il est pour l’instant impossible de dessiner les contours. On constate déjà qu’une bonne part de ce que recouvre traditionnellement la notion d’idéologie se retrouve distribué aujourd’hui sur d’autres notions plus ou moins concurrentes : « doxa », « sens commun », par exemple.

18Les domaines des études littéraires où aujourd’hui s’élaborent des problématiques qui se rapprochent le plus de la conception traditionnelle de l’idéologie (même si le mot n’y est pas toujours employé), ce sont surtout des domaines comme les gender studies, les postcolonial studies, terrains privilégiés de « l’analyse critique du discours », très vivante dans les pays anglo-saxons. Mais il est pour l’instant impossible de dire si, à terme, l’exploration de ces nouveaux espaces va amener les chercheurs à développer de nouvelles manières de penser ou si l’on va seulement y transférer les conceptions traditionnelles de l’idéologie, en remplaçant seulement les classes sociales par des groupes ethniques ou des communautés sexuelles.

19Mais sur ce point on doit aussi prendre en compte les pratiques universitaires. Les études littéraires auront du mal à se passer d’une notion comme celle d’idéologie, qui implique tout naturellement la recherche de significations cachées. Le « cadre herméneutique2 » dans lequel se trouvent pris les textes littéraires, par le fait même qu’ils relèvent des « discours constituants3 », conduisent l’herméneute littéraire à traquer des significations enfouies. Rappelons les points essentiels de ce cadre, qui fonctionne aussi comme une sorte de contrat :

  • le texte est digne d’intérêt, il est singulier, extra-ordinaire : par lui une Source transcendante délivre un message ;

  • ce message traite de questions portant sur les fondements ;

  • ce message est nécessairement caché ;

    il faut une exégèse, une « lecture » non immédiate du texte pour le déchiffrer : le commun des mortels n’y a pas directement accès. Cette lecture implique à la fois 1) l’existence de techniques qui font l’objet d’un apprentissage, 2) une relation privilégiée du lecteur avec la Source du texte4.

20S’agissant d’une interprétation en termes d’idéologie, il se pose néanmoins un problème. Le contrat herméneutique s’applique manifestement bien aux commentaires de textes autorisés (religieux, philosophiques, littéraires…), auxquels l’interprète cherche à assigner un sens « spirituel », plus élevé que le sens le plus immédiat. Mais il semble s’appliquer beaucoup moins bien aux lectures en termes d’idéologie, qui ont plutôt une valeur démystifiante, qu’il s’agisse de lectures psychanalytiques ou idéologiques. Les unes traquent l’obscur de la sexualité, les autres l’obscur d’un impensé social, mais dans les deux cas le texte consacré se révèle cacher un sens inavouable, qui donne à voir ses conditions mêmes de possibilité. On pourrait ici parler d’une « herméneutique sombre », à l’opposé de cette « herméneutique claire » que serait la mise à jour d’un sens élevé.

21À notre sens, aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette inversion axiologique ne met pas en cause le cadre herméneutique. Comme l’amour propre chez La Rochefoucauld qui prospère alors même qu’il prétend se dénoncer lui-même, le dispositif herméneutique, même inversé, garde ses propriétés essentielles, qui légitiment les herméneutes. Sans doute le désir d’ordre sexuel qui est caché dans le rêve n’est-il pas un message des dieux, mais le psychanalyste retrouve les gestes de l’herméneute antique. On a vu dans les années soixante et septante avec quelle facilité les littéraires ont intégré la psychanalyse et le marxisme quand ceux-ci leur ont fourni des grilles de lecture. Par certains aspects ils y retrouvaient des gestes familiers, immémoriaux.

22Il vaut donc mieux se persuader que la notion d’idéologie n’est pas nécessairement contestatrice. Certes, une problématique de l’idéologie met en cause une certaine représentation de la littérature ; mais d’un autre côté, sur le plan institutionnel, elle peut conforter certaines routines universitaires de commentaire des textes. Les démarches d’analyse du discours littéraire semblent de prime abord moins contestatrices, puisque, du moins à présent, elles ne raisonnent que rarement en termes d’idéologie. Mais l’on peut se demander si en rapportant systématiquement les discours aux institutions qui les rendent possibles et qu’elles rendent possibles, en déplaçant l’intérêt des textes littéraires vers le fait littéraire dans toute sa complexité, en élaborant de nouvelles manières de penser, elles ne contribuent pas, à leur insu, à souligner, dans une configuration théorique différente, le caractère radicalement idéologique des activités littéraires.

Haut de page

Bibliographie

Balibar (Renée), Les Français fictifs, Paris, Hachette, 1974.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin, 2004.

Maingueneau (Dominique) & Cossutta (Frédéric), « L’Analyse des discours constituants », Langages, no 117, 1995, pp. 112-125.

Proust (Marcel), Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, 1954.

Haut de page

Notes

1 Je rappelle ici quelle est cette fameuse thèse de Proust : « Et pour ne pas avoir vu l’abîme qui sépare l’écrivain de l’homme du monde, pour n’avoir pas compris que le moi de l’écrivain ne se montre que dans ses livres, et qu’il ne montre aux hommes du monde (ou même à ces hommes du monde que sont dans le monde les autres écrivains, qui ne redeviennent écrivains que seuls) qu’un homme du monde comme eux, il inaugurera cette fameuse méthode, qui, selon Taine, Bourget, tant d’autres, est sa gloire et qui consiste à interroger avidement pour comprendre un poète, un écrivain, ceux qui l’ont connu, qui le fréquentaient, qui pourront nous dire comment il se comportait sur l’article des femmes, etc., c’est-à-dire précisément sur tous les points où le moi véritable du poète n’est pas en jeu. » (Proust (Marcel), Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1954, pp. 133-134).
2 Voir Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin, 2004.
3 Sur cette notion, voir Maingueneau (Dominique) & Cossutta (Frédéric), « L’Analyse des discours constituants », Langages, no 117, 1995, pp. 112-125 et Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, op. cit., chap.5.
4 Sur ce point, voir Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, op. cit., p. 56.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Maingueneau, « L’idéologie : une notion bien embarrassante », COnTEXTES [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 28 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/189 ; DOI : 10.4000/contextes.189

Haut de page

Auteur

Dominique Maingueneau

Université Paris XII

Articles du même auteur

Haut de page