Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les textes rassemblés dans ce dossier proviennent de la première Journée d’étude organisée par le groupe COnTEXTES, le 28 mars 2006 à l’Université de Liège.

2Le choix d’aborder une telle problématique a été guidé par le constat d’un décalage générationnel : tandis que la critique idéologique a mobilisé la plupart des consciences théoriques attentives aux forces sociales qui traversent le littéraire (Louis Althusser, Marc Angenot, Philippe Hamon, parmi d’autres), le concept d’idéologie semble aujourd’hui restreindre son application à l’analyse des récits de grande diffusion, à la croisée de l’étude des cultures populaires et de la critique des médias (voir par exemple le dernier dossier de la revue Belphégor, sur le thème « Idéologie et stratégies argumentatives dans les récits imprimés de grande consommation. xixe - xxie siècles », disponible en ligne à l’adresse http://etc.dal.ca/​belphegor/​Limoges2006/​index.html).

3Il nous apparaissait ainsi important d’interroger cette actualité du concept, de recenser les types de phénomènes qu’il permet de prendre en charge et d’examiner ses implications méthodologiques. Plus particulièrement, il s’agissait de confronter les démarches de plusieurs chercheurs en sociologie de la littérature pour tenter de faire apparaître les différentes valeurs opérantes de la notion, comme outil d’analyse des déterminations réciproques du littéraire et du social.

4Les contributions touchent autant à l’histoire du concept (Paul Aron) et à son intégration dans l’appareil méthodologique de la sociologie littéraire (Gisèle Sapiro) ou de l’analyse du discours (Dominique Maingueneau), qu’à des problématiques précises d’histoire littéraire travaillées par la question idéologique. Ainsi, Pascal Durand définit l’idéologie comme une « figure de retournement », dont il analyse la mise en œuvre particulièrement subtile dans « Le mystère dans les lettres », de Mallarmé. Benoît Denis propose quant à lui de comprendre le fonctionnement de l’idéologie en littérature selon le mécanisme de l’ironie textuelle. Il en détaille la mise en œuvre chez Michel Houellebecq. Il s’agit encore, pour David Vrydaghs, de cerner la validité conceptuelle de l’idéologie en la confrontant au mécanisme de l’adhésion, dont il décrit les rouages à partir du cas d’Aragon et de ses rapports au groupe surréaliste. Enfin, Kristine Vanden Berghe expose un renversement original des rapports entre littérature et politique, en analysant les écrits du sous-commandant Marcos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation du dossier », COnTEXTES [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/190 ; DOI : 10.4000/contextes.190

Haut de page