Navigation – Plan du site

Le pittoresque développement des biographies d’écrivains au XIXe siècle

Luc Fraisse

Texte intégral

1Une fausse idée commune nous fait croire que la biographie des écrivains a trouvé son milieu naturel de naissance dans l’essor de l’histoire littéraire, auquel nous devrions la formule l’homme et l’œuvre, qui aurait surgi par le fruit d’une génération spontanée en même temps que la critique historique. Or l’enquête biographique constitue tout à peine une discipline de l’histoire littéraire – au point qu’elle ne reçoit aucune place dans la codification qu’en propose Lanson. Cette assimilation trop rapide du récit de la vie des créateurs à l’approche historique a conféré à la biographie une évidence artificielle qui en gomme les reliefs. L’entreprise biographique a au contraire connu beaucoup de vicissitudes, faites de floraisons et de récessions, qu’il n’est pas inutile de connaître, dans la mesure où un genre ou un problème, tels qu’ils se manifestent dans notre actualité de pensée, restent secrètement tributaires de leur passé, et plus précisément des diverses étapes de ce passé : les formes et questions littéraires renferment une mémoire d’elles-mêmes, au point que leurs définitions apparemment les plus récentes réactivent tour à tour un ou plusieurs épisodes de leur évolution à long terme. Connaître ces divers épisodes donne de ce fait à la compréhension de l’état présent une profondeur de champ.

2La biographie d’écrivain entre dans le genre de la vie des hommes illustres, qui s’est formé, on le sait, dans la littérature de l’Antiquité. L’écrivain ne se distingue que très lentement des hommes illustres en général, puisqu’il survit par ses œuvres, puis des hommes de pensée dans leur ensemble, au même titre que les savants ou les philosophes. Aussi le genre de la biographie d’écrivain s’est-il perfectionné durant de longs siècles, le paradoxe étant que, chemin faisant, on ne songeait nullement à l’art de concevoir en propre des biographies d’écrivains. Quand dès lors le regard de la critique se concentra sur cette visée précise, le genre s’était constitué en dehors même de ce but. Pèsent notamment sur la moderne biographie d’écrivain les modèles antiques, et dans les temps modernes le rôle fondateur des Mémoires de l’Institut, et en particulier de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, constituant des notices détaillées sur la vie et les ouvrages des Académiciens disparus : il faut insister sur ce foyer méconnu du récit de vie des auteurs.

3Quand on envisagea, peu à peu, de détacher la vie des auteurs en des récits spécifiques, la forme en était fixée depuis longtemps, en dehors de toute interrogation sur la création littéraire. Les Bibliothèques françaises de l’âge classique, lointaines préfigurations des histoires de la littérature, présentaient des collections de « vies », selon des règles qui s’étaient codifiées dans un contexte général, sans être adaptées à la compréhension du phénomène littéraire. En tête de l’Histoire littéraire de la France, commencée en 1733 par les bénédictins de Saint-Maur (elle sera précisément continuée, au XIXe siècle, par l’Académie des Inscriptions), dom Rivet de la Grange, dans sa magistrale préface de codification, préconise simplement sur ce point que chaque écrivain abordé (on commence au haut Moyen Âge) soit étudié en deux temps, sa vie puis ses écrits ; une ébauche de principe se fait cependant jour, au seuil de ces rétrospectives biographiques liminaires : qu’elles soient menées sans recherche exhaustive complaisante, mais dans un certain détail lorsqu’il s’agit de faits qui ont rapport à la littérature1. Car à ce stade, la biographie d’écrivain n’interroge nullement la notion même d’écrivain : il s’agit d’un exercice de rhétorique (relater la vie d’un homme illustre), mené indépendamment des questions littéraires, et en l’occurrence de l’explication des œuvres. Aussi l’histoire littéraire proprement dite trouve-t-elle peu à se nourrir de tels récits, dans lesquels on songe rarement à dégager des accointances explicatives entre une œuvre et les milieux traversés par son auteur.

4Les bénédictins de Saint-Maur ont été parmi les premiers à mettre l’accent sur l’importance éclairante de ces milieux : grandes villes, monastères, universités, Cours ; mais ce phénomène d’influence est alors envisagé dans sa globalité collective, non spécifiquement dans la biographie de tel ou tel auteur. Jean François de La Harpe, dans son Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne, publié, après avoir été professé, de 1797 à 18052, encore tout imprégné de l’approche rhétorique des œuvres, envisage peu ou pas les auteurs en tant que personnes vivantes, l’essentiel de son occupation étant de discuter les jugements autorisés sur les œuvres qu’il aborde ; une exception se fait jour pour les poètes de Cour, tel Marot, dont les incidents de la vie publique méritent quelques rappels, éclairant par là le milieu où s’est développée une semblable poésie.

5Aussi Pierre-Louis Ginguené, qui commence à faire paraître en 1811 une Histoire littéraire de l’Italie3 après avoir dénoncé la fausse histoire littéraire prônée par La Harpe4, au moment de codifier véritablement la critique historique au-delà même de la littérature italienne5, construit-il explicitement son entreprise par opposition aux anciennes collections de « vies » :

Laissons les biographes ou auteurs de Vies ou Éloges […]. Ils peignaient ordinairement l’homme civil plus que l’homme de lettres ; retraçaient les actions, les emplois, les honneurs ; négligeaient les pensées, les ouvrages, les travaux littéraires. Il y aurait plus à recueillir dans les catalogues ou bibliothèques […], qui faisaient connaître, suivant l’ordre chronologique ou alphabétique, beaucoup d’auteurs et de livres d’un pays ou d’une époque6.

6On peut reconnaître ici, de son éditeur Louis-Gabriel Michaud, publiée elle aussi à partir de 1811, la Bibliographie universelle ancienne et moderne, « ou Histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs vices »7. Pis-aller aux yeux du véritable historien, qui ne retiendra ni l’ordre alphabétique, ni la mise en équivalence complète des écrits avec les actions et la moralité.

7Que reproche en effet l’historien de la littérature à ces recueils de « vies » ? De proposer un fatras d’informations non classées, ne permettant pas d’apercevoir la logique d’apparition des œuvres et leur nature constitutive : de tels « ouvrages ne sont enfin que des recueils biographiques plus ou moins étendus, où les savants ne se présentent tout au plus que dans l’ordre chronologique, sans rapport au genre et à la classe auxquels ils appartiennent » ; d’où la nécessité d’un recentrage, visant à « plus cherche[r] à faire connaître les productions littéraires que les auteurs », et d’« essaye[r] de mieux classer et caractériser les unes et les autres »8. Et Ginguené, en mentionnant pour statuer sur elles les tentatives qui l’ont précédé, nous fournit un précieux témoignage sur les contextes dans lesquels s’est formée l’entreprise de raconter (entre autres) la vie des écrivains : on sourira d’apprendre qu’à l’origine, mais durant assez longtemps, il s’est agi de composer un recueil de vies extraordinairement malheureuses9 : telle était la première motivation des biographes d’écrivains. On peut encore établir que les historiens de l’Antiquité n’étaient déjà pas indifférents à reconstituer la vie privée des créateurs ; nous est cependant suggéré qu’on ne saurait que faire aujourd’hui des fruits de leur recherche : « Suétone avait donné l’exemple de transmettre à la postérité les petits détails de la vie privée »10. Ce modèle en somme ancien sera donc désormais à dépasser et même à oublier, non sans avoir cependant retenu qu’il offre l’avantage de donner à voir la logique d’une destinée créatrice, comme on le comprend en observant le cas de Dante : « On a dû remarquer dans sa vie une fatalité singulière. Chaque bienfait de la fortune était pour lui comme l’annonce d’un nouveau malheur. Son élévation à la magistrature avait commencé le cours de ses disgrâces ; son ambassade auprès du pape avait été l’époque de sa ruine : une nouvelle ambassade devint celle de sa mort »11. L’historien moderne ne désavoue pas ici le récit théâtralisé d’une vie malheureuse, mais il y trouve un biais pour commencer à observer le génie.

8Dans le sillage des bénédictins de Saint-Maur, mais au prix alors d’une plus claire codification, l’histoire moderne des littératures ne s’interdira donc pas de retracer la biographie des écrivains : un charme qu’il faut s’autoriser, mais en en reconnaissant les limites ; Ginguené pose cet avertissement dès sa préface générale :

Une partie de l’histoire littéraire qui porte son charme et son utilité avec elle, c’est la biographie des gens de lettres, ou la notice abrégée de leurs vies, presque toujours attachantes, soit par la singularité des événements, soit par l’originalité des caractères », à condition de ne pas oublier que, même chez les écrivains « qui méritent d’attirer l’attention, l’on aime surtout à la fixer sur leurs ouvrages12.

9La biographie serait-elle, dans tous les sens du terme, un hors-d’œuvre ? L’idéologue perçoit bien que la question des rapports exacts entre la vie d’un auteur et sa création demeure une épine énigmatique pour l’historien conscient de ses buts ; il pose et définit cette énigme en introduction à la biographie de Machiavel : « On dit, on répète souvent que la vie des écrivains célèbres est dans leurs œuvres ; l’intelligence et la clef de leurs œuvres est aussi quelquefois dans une connaissance plus intime et plus exacte de leur vie »13. Il perçoit bien aussi que les « vies » se sont assez souvent développées indépendamment des « bibliothèques », ou simplement juxtaposées à elles, parce que se pose une question de fond difficile à appréhender dans sa généralité : comment trouver le point d’insertion de la vie individuelle dans le mouvement général des sociétés ? Chez Ginguené, Pétrarque (t. II) est présenté d’abord, dans le chapitre XI, à travers un « coup d’œil général sur la situation politique et littéraire de l’Italie », puis dans le chapitre XII par une notice détaillée sur la vie de l’écrivain14.

10Le problème du récit biographique est posé dans toute sa généralité par Ginguené, en des termes dont on retrouvait l’exact équivalent bien plus tard chez Lanson : « La vie de la plupart des hommes célèbres dans les lettres et dans les arts est peu fertile en événements » ; il reste donc au biographe à saisir « chez eux un rapport immédiat entre les affections du cœur et les créations du génie »15. Encore les affections du cœur sont-elles loin de recouvrir une évidence, puisqu’elles soulèvent devant le biographe la question de savoir si les amours sont inspiratrices, par exemple à propos de l’écrivain florentin Luidgi Alamanni : « L’Alamanni aima, ou parut aimer plusieurs femmes, peut-être seulement pour en faire le sujet de ses vers, car il arrive souvent que les poëtes placent dans leur imagination une maîtresse, comme les peintres posent devant leurs yeux un modèle »16. C’est paradoxalement l’aristotélisme, dont l’historien de la littérature doit se dégager (Ginguené reprochait en premier à La Harpe de faire commencer la littérature grecque avec la Poétique, alors qu’il aurait dû logiquement commencer par Homère), qui limite chez l’historien pionnier de sa discipline l’assimilation des œuvres à la biographie de leurs auteurs, lesquels poursuivent des desseins esthétiques dont les épisodes inspirateurs de leur vie ne fournissent que les prétextes : l’argument ne manque pas de subtilité, surtout en considérant le moment où il est formulé.

11Au cœur du XIXe siècle français, intervient cependant une ressource considérable, liée à l’apparition même de Sainte-Beuve, qui développera sa critique biographique entre 1830 et 1870 : les correspondances d’écrivains, éclairant précisément les liens entre la destinée individuelle et le mouvement collectif. La polyvalence des lettres joue, on le comprend dès lors, un grand rôle dans l’étoilement des biographies, mettant l’auteur épistolier en relation vivante avec ses confrères, un milieu, la politique et la société de son temps, mais d’abord avec une donnée alors toute nouvelle, le rôle de l’enfance et de la formation dans l’explication d’une œuvre littéraire.

12Ginguené observait déjà, quoique timidement, comment l’Arioste « donna de bonne heure des indices de son génie poétique »17 ; chez le Tasse, il note ailleurs que « dès l’âge de sept ans il savait par cœur les plus beaux morceaux d’Homère et de Virgile, dans leur langue originale, et il composait des vers dans la sienne. À dix-huit ans, il publia un poëme épique [le Rinaldo], et il conçut presque aussitôt le plan de sa Jérusalem délivrée »18 ; on le voit, l’examen de la jeunesse des écrivains débouche ainsi sur la genèse des œuvres. Il revient à Sainte-Beuve de s’installer au cœur de ce point de vue éclairant, à travers ses chroniques dans la Revue des Deux Mondes, ainsi évoquées rétrospectivement par Victor Giraud dans Le Livre du centenaire :

Une large étude biographique, qui s’arrête de préférence aux périodes décisives, notamment aux années de début et d’apprentissage, et qui, mêlant les observations personnelles aux réflexions générales, le récit des faits à l’analyse des idées, les citations habilement choisies aux anecdotes piquantes, nous fait comme assister à l’éclosion, au développement d’une individualité particulière19.

13Pareille optique est aussitôt prise en compte dans l’enseignement universitaire contemporain, lequel développe de façon nouvelle des successions de leçons sur la vie et d’abord la formation des principaux écrivains. On peut le reconstituer avec toute la précision nécessaire, grâce au jeu complet de cours rédigés par Saint-René Taillandier de 1843 à 1877, dont la découverte et l’exploitation m’ont permis de reconstituer les fondements de l’histoire littéraire avant Lanson20 (notre propos n’étant pas de poser le professeur en théoricien déterminant de la critique littéraire, mais en témoin aujourd’hui irremplaçable pour nous du travail intellectuel qui s’effectue au centre du XIXe siècle). Voici par exemple, dans le cours de Saint-René Taillandier sur Rousseau et son temps, professé en 1868-1869 et 1873-1874, le sommaire de la troisième leçon :

Rousseau. – Sa famille. – Sa naissance. – 28 juin 1712. – Sa mère meurt en le mettant au monde. – On voit trop que l’éducation d’une mère lui a manqué. – Son père. – Les romans de la bibliothèque. – Sensibilité ardente et désordonnée. – Lecture de Plutarque. – Deux inspirations, l’une maladive, l’autre héroïque et républicaine : tout Rousseau est là. Vie errante, misères.

14On aperçoit ici ce que représente, dans l’enseignement et la critique du temps, la formation d’un écrivain, et comment on passe du conditionnement familial à l’influence des premières lectures ; comment encore la jeunesse et la formation d’un écrivain préparent et expliquent les œuvres de la maturité. Une telle recherche développe, notons-le, la première notion mise en avant par le système tripartite de Taine, à savoir le concept de race : c’est ainsi qu’on s’attachera à montrer par exemple comment l’esprit de chicane qu’on estime caractéristique d’une souche normande nourrit et explique les grandes délibérations morales et politiques dans le théâtre de Corneille.

15Le relais de l’enseignement, au moyen de leçons prononcées, certes en Sorbonne, mais non publiées, est capital à connaître, car en dehors des chroniques hebdomadaires de Sainte-Beuve, la critique écrite du temps ne suit pas nécessairement ce mouvement. En témoignerait, dans les Études de critique littéraire de Nisard, parues en 1858, le chapitre intitulé « Biographie et critique littéraire »21, qui fait simplement voisiner les deux optiques, sans réfléchir sur leurs rapports mutuels. Dans les mêmes années, le professeur au contraire se demande, devant ses auditoires, par quel subtil processus les premières données biographiques se transforment en les œuvres de la maturité. La question est posée, et ici nous revenons à des études publiées, par Saint-René Taillandier à propos d’Auguste Brizeux : « Comment s’est développée chez lui cette sensibilité pénétrante ? Quelle a été la première éducation du poète ? Que doit-il à l’action de son pays, à ses souvenirs d’enfance et de jeunesse ? Par quelles transitions insensibles le barde des landes et des grèves est-il devenu un maître consommé dans l’art des élégances italiennes ? […] La vie du poète expliquera son œuvre »22. Les Souvenirs d’enfance et de jeunesse de Renan (C. Lévy, 1883) ne feront que répondre à ce courant d’interrogations ; l’accent est en outre mis sur les rapports entre la vie nationale et l’entourage immédiat dans la constitution d’une personnalité créatrice. On rencontre ici le cas exemplaire de La Fontaine, dont Saint-René Taillandier publie les Fables à la Librairie des bibliophiles en 1873, cas rendu exemplaire en raison de la vocation tardive du fabuliste : « Tous les biographes de La Fontaine ont parlé de sa longue enfance »23. « Qui oserait dire pourtant que telle ou telle de ses inspirations les plus aimables ne date pas, sans qu’il l’ait su, de cette longue matinée de sa vie ? »24 – ce qui suggère le précieux principe d’une maturation inconsciente ; par quoi la biographie des écrivains représente un intéressant défi pour la critique interprétative : « Entre les impressions de sa jeunesse et les conceptions de la maturité il y a des liens insaisissables », car on doit remarquer de La Fontaine qu’« il observait donc, patiemment, scrupuleusement, pendant ces années de silence dont nous cherchons à deviner le travail intérieur »25.

16La place de la biographie dans la critique au cœur du XIXe siècle peut appeler plusieurs remarques, dont la première est que dans la guerre contre la rhétorique que livre l’histoire littéraire naissante, le développement de la biographie est un moyen de s’inscrire en faux contre la visée de composer, sur un écrivain, une dissertation abstraite ; mais elle ne se place pas moins au service d’une approche rigoureuse de l’œuvre. Parvenue à ce stade, la critique biographique se propose de favoriser le va-et-vient de la vie à l’œuvre, en s’attachant à en dégager une logique à long terme ; la vie d’un auteur est moins extérieure à son œuvre que son époque, par quoi l’enquête biographique serre l’œuvre de plus près que l’histoire littéraire générale ; ce qui veut dire que ces deux disciplines ne se confondent pas, et que la première n’est pas incluse dans la seconde, puisque même elle corrige ses possibles défauts. À ce titre, il y a biographie et biographie : reconstituer la biographie d’un écrivain, c’est, précise un cours sur La Bruyère du 8 février 1861, « recomposer sa physionomie morale », soit les traits de son âme, en comparaison de quoi les faits de sa vie restent secondaires. Présente et nuancée déjà dans les cours d’université, la biographie n’y occupe donc pas, et de loin, une place centrale au sein d’un parcours d’histoire littéraire. On découvre même, en consultant les cours manuscrits de Saint-René Taillandier, que la biographie des auteurs étudiés est placée assez souvent à la fin. Quelle est la raison de cette place inattendue ? Permettre de synthétiser pour finir le portrait de l’auteur qui s’est peu à peu dégagé de l’examen de son œuvre, de relier entre eux dans un portrait en pied les traits épars trouvés dans ses écrits : la biographie n’est pas une donnée allant de soi, elle se conquiert par l’interprétation, elle est l’objet d’une confrontation. À cela s’ajoute que l’homme se découvre dans des écrits plus mineurs (correspondances et témoignages contemporains) qui n’auraient pas leur place en tête d’une étude centrée sur les œuvres.

17La mise en relation de ces œuvres avec la vie de leur auteur ne fait pas l’objet, on le voit, d’une pleine et entière confiance. C’est même plutôt le contraire qui est vrai, ce qui conduit la critique historique du temps à une nuance intéressante, au moment de constater qu’un écrivain est plus influencé par sa culture que par sa propre vie. Dans une leçon du 15 mars 1866 sur Rabelais, celui-ci se voit expliqué d’abord par rapport au Moyen Âge, ce qui fait surgir cette question : « Mais, dira-t-on, pourquoi mettre le moyen âge en cause ? Rabelais suffit à expliquer Rabelais. Son œuvre, c’est sa vie. Ses grossièretés, c’est lui-même. Un bouffon écrit des bouffonneries, et comme il en faisait de toute espèce dans la réalité, il en remplissait ses fictions sans choix, sans crainte, sans scrupules. – C’est une erreur, Messieurs, une erreur trop répandue pour que je n’insiste pas sur ce point ». Et le professeur d’expliquer, non sans subtilité et preuves à l’appui, que les apparents reflets de la vie de l’auteur dans son œuvre sont au contraire assez souvent des inventions choisies ; la bouffonnerie chez Rabelais ne résulte pas d’un trait de caractère ; l’historien renvoie aux Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres du père Jean-Pierre Niceron26, qui notait déjà :

Connaissez-vous un contraste plus grand que celui d’une telle vie et d’une telle œuvre ? La légende s’est bientôt formée, sur le compte de Rabelais ; elle lui attribue des scènes grotesques, des bouffonneries en action, des parades ; tout cela est faux, tout cela est controuvé. Quand on remonte aux sources, que voit-on chez l’auteur de Gargantua : une vie grave, studieuse, laborieuse, la vie du savant, du médecin, de l’érudit, du philosophe, de l’observateur, la vie édifiante du prêtre. Inexplicable énigme ! […] C’est que Rabelais est placé aux confins de deux mondes, et que du haut de sa pensée supérieure, il embrasse à la fois le moyen âge et la Renaissance.

18Considérer l’écrivain, comme ici, à cheval sur deux époques, c’est corollairement un moyen d’esquiver la possibilité chez lui par exemple d’une division de la personnalité (l’âge de la psychologie expérimentale est loin d’être venu), dont on peut avoir l’intuition quand d’aventure on identifie, dans un même auteur, deux tendances créatrices juxtaposées, comme le fait Saint-René Taillandier en présence de Joseph de Maistre : « Le polémiste comprimait en lui le philosophe ; il avait par instants de merveilleux instincts, des visions, des éclairs, puis les fureurs du controversiste reprenaient le dessus, et il retournait à la bataille, armé de ses brillants sophismes »27. Mais on ne peut à l’époque aller plus loin.

19Et l’on se trouve en fait écartelé entre les leçons tour à tour subjectives ou objectives à tirer de la biographie des écrivains. Car simultanément, jusqu’à la fin du XIXe siècle (Lanson compris), la critique biographique se donne entre autres pour tâche de mesurer, devant une œuvre, la sincérité de son auteur : critère d’évaluation important, hérité de l’ancienne rhétorique plus que de la psychologie moderne ; mais d’un autre côté, l’enquête biographique conduit aux premières études de genèse : c’est ainsi qu’Eugène Gandar publie, chez Didier en 1867, un Bossuet orateur. Études critiques sur les sermons de la jeunesse de Bossuet (1643-1662), où l’approche de l’écrivain à ses débuts repose sur un examen minutieux de ses manuscrits quand on les possède. Parallèlement, les correspondances d’écrivains, publiées et étudiées toujours en plus grand nombre depuis les enquêtes de Sainte-Beuve, éclairent la genèse des œuvres.

20Dans les quinze dernières années du siècle, ce qu’on appelle alors la critique scientifique essaie résolument, dans l’optique scientiste et positiviste, de faire pencher la balance du côté de la pure objectivité, à laquelle on accorde une pleine foi. L’approche biographique des auteurs y gagne et y perd simultanément. Rappelons en effet que pour la critique scientifique, la reconstitution biographique ne sert a priori à rien, et qu’il faut s’en tenir à l’étude de l’œuvre28, parce que les textes doivent être soumis à certains traitements, indépendamment de leur auteur : pour que l’œuvre soit admise dans le laboratoire, il faut que celui qui l’a écrite soit laissé à la porte. À un autre point de vue cependant, l’auteur sera isolé comme un fait, plus précisément comme la cause de l’œuvre, « cause immédiate de l’œuvre littéraire »29, un facteur parmi d’autres, mais sur lequel on ne peut faire l’impasse, de la formation d’une œuvre ; à partir de là, une critique scientifique peut s’appliquer à la recherche biographique, en tant qu’elle se met au service de l’établissement des faits et des vérités prouvées, ce qu’illustre par exemple l’ouvrage de François Bouquet, Points obscurs et nouveaux de la vie de Corneille30. On admet enfin, ouvrant alors au lansonisme, que l’enquête biographique peut à la rigueur permettre de comprendre la cohérence de l’œuvre : pour Georges Renard, grâce à cette discipline, « on établit un lien entre des phénomènes d’apparence disparate »31.

21Certains attrapent aussitôt la balle au bond, pour corriger ce que la critique scientifique a de trop positiviste, et amender l’enquête biographique en la débarrassant ce faisant du fatras dont on l’accuse depuis ses origines. C’est ce qu’on appellera, à la toute fin du siècle, la biographie psychologique, laquelle s’attache à bannir les faits gratuits pour pénétrer déjà dans l’œuvre, selon la prescription de Lanson en 1895, dans la préface à Hommes et livres qui marque fortement les limites de la méthode biographique de Sainte-Beuve : « nous servir seulement des matériaux psychologiques et moraux pour parvenir à une connaissance plus complète des faits littéraires »32. Le professeur d’esthétique à la Sorbonne Gabriel Séailles portera ce nouveau genre à sa pleine perfection, à partir de son Ernest Renan, essai de biographie psychologique33 ; le sous-titre signifiant que les données biographiques se voient dégagées de tout amoncellement anecdotique pour revêtir leur portée esthétique. Notons en outre que dans ces conditions, l’enquête biographique apporte un correctif à la démarche générale de l’histoire littéraire, en faisant apparaître avant tout ce qui distingue, et non seulement ce qui rapproche, un écrivain de son époque.

22Il revient à Lanson de porter ces nuances à leur pleine clarté, dans une codification formulée en vue de faire date. Pour Lanson, les mises en rapport évidentes entre un épisode de la vie et une scène dans l’œuvre d’un écrivain sont par là les moins utiles, l’intérêt commençant quand surgit une contradiction entre les options de l’auteur et son style par exemple, entre sa vie et son œuvre. Le codificateur note encore que l’étude des sources a partie liée à l’enquête biographique – les lectures de l’écrivain étant plus proches souvent de lui que les milieux qu’il traverse. Parvient pour l’essentiel sous sa plume à son plein achèvement l’idée que les données de la biographie peuvent permettre de remonter à l’unité profonde de l’œuvre, ainsi qu’il le remarque dans ses Extraits des philosophes du XVIIIe siècle34 : « à côté de l’activité qui s’éparpille, il y a l’activité qui se concentre », d’où résultent deux manières de concevoir la biographie d’écrivain, celle qui disperse la compréhension de l’œuvre par l’énumération des faits, celle au contraire qui dégage des logiques à long terme qui triompheront dans les structures de l’œuvre.

23Dès avant d’être codifiée, cette conviction était mise en œuvre, en 1894, dans l’Histoire de la littérature française : « L’œuvre de Bossuet est immense et variée ; elle trouve son unité dans son rapport à la vie et au caractère de l’homme »35, principe appliqué à travers les deux sections du chapitre sur Rousseau, « Vie de J.-J. Rousseau » et « Unité de l’œuvre de Rousseau »36. Voilà qui annonce discrètement, remarquons-le, la psychanalyse existentielle de Sartre, c’est-à-dire l’idée que la tâche de l’enquête critique est de retrouver chez l’écrivain considéré « l’unification d’un projet créateur » ; Lanson se propose, face à un écrivain en commençant par sa biographie, de « retrouver le fond de nature dont l’unité s’est réalisée en se brisant [se diversifiant] dans tous les exercices de son esprit et dans toutes les directions de son activité »37. La vie de l’auteur est dès lors traitée comme un document de travail, pour retrouver la logique unificatrice de l’œuvre. En particulier dans les Essais de Montaigne, dans L’Esprit des lois de Montesquieu, chaque période intellectuelle traversée par l’écrivain dépose sa stratification dans l’œuvre ; là cependant où la vie s’est composée d’étapes successives, l’œuvre dispose de la ressource des superpositions38.

24À l’issue de ces progrès et discussions, c’est-à-dire au seuil du XXe siècle où nous sommes parvenus, il arrive un moment où l’on ne peut plus décider si la recherche des faits biographiques éclaire ou occulte la compréhension des œuvres. Une telle recherche se pratiquera donc en marge de l’histoire littéraire, sans en constituer véritablement une discipline en raison du doute originel sur son statut et ses possibles fruits. Mais chez le Lanson de l’Histoire de la littérature française, sur ce point perfectionnée dans son Art de la prose39, le fait de poser devant soi l’existence et l’activité de l’auteur dont on se propose d’étudier l’œuvre comble pour finir une lacune héréditaire de la critique historique, née d’un refus de la rhétorique, et par là restée rétive devant les études de forme et de style, car la stylistique sera en fin de compte découverte comme le véritable moyen peut-être de parvenir à approcher la personnalité créatrice des écrivains, le terminus idéal auquel doit parvenir la biographie intérieure. Par un fertile contresens appliqué à la formule de Buffon, le style est devenu, en l’écrivain, le secret de l’homme même.

Haut de page

Bibliographie

Bouquet (François), Points obscurs et nouveaux de la vie de Corneille, Paris, Hachette, 1888.

Fraisse (Luc), Les Fondements de l’histoire littéraire, de Saint-René Taillandier à Lanson, Paris, Champion, 2002.

Gandar (Eugène), Bossuet orateur. Études critiques sur les sermons de la jeunesse de Bossuet (1643-1662), Paris, Didier, 1867.

Ginguené (Pierre-Louis), Histoire littéraire de l’Italie, Paris, Louis-Gabriel Michaud, 14 vol., t. I à IX complétés et continués par Francesco Salfi, 1811-1835.

Ginguené (1748-1816), Idéologue et médiateur, Actes du colloque international tenu à Rennes en avril 1992, textes réunis par Édouard Guitton, Rennes, Presses universitaires, coll. « Interférences », Cahiers Roucher-Chénier, 1995, n° 13-14

Grossi (Paolo), Pierre-Louis Ginguené, historien de la littérature italienne, Bern, Peter Lang, 2006.

Hennequin (Émile), La Critique scientifique, Paris, Perrin et Cie, 1888.

Histoire littéraire de la France […] par des religieux bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, t. I, 1733.

Lanson (Gustave), Paris, Hachette, 1894, 17e édition revue et augmentée, 1922.

Lanson (Gustave), L’Art de la prose, Paris, Librairie des Annales politiques et littéraires, 1909.

Lanson (Gustave), Essais de méthode de critique et d’histoire littéraire, textes réunis et préfacés par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965.

Lanson (Gustave) & Naves (Raymond), Extraits des philosophes du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1933.

« Le Livre du centenaire. Cent ans de vie française à la "Revue des Deux Mondes" », Revue des Deux Mondes, 1929.

Nisard (Désiré), Études de critique littéraire, Paris, Michel-Lévy frères, 1858.

Régaldo (Marc), « Un Breton méconnu : Ginguené, fondateur de l’histoire littéraire », dans Missions et démarches de la critique, Mélanges offerts à Jacques Vier, Publications de l’Université de Haute-Bretagne, Paris, Klincksieck, 1973, pp. 77-90.

Renan (Ernest), Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Paris, C. Lévy, 1883.

Renard (Georges), La Méthode scientifique de l’histoire littéraire, Paris, Alcan, 1900.

Saint-René Taillandier, Histoire et philosophie religieuse, Paris, Michel-Lévy frères, 1859.

Séailles (Gabriel), Ernest Renan, essai de biographie psychologique, Paris, Perrin, 1895.

Haut de page

Notes

1 Histoire littéraire de la France […] par des religieux bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, t. I, 1733, p. XIII.
2 Paris, H. Agasse, 19 vol. ; nombreuses rééditions au cours du XIXe siècle.
3 Paris, Louis-Gabriel Michaud, 14 vol., t. I à IX complétés et continués par Francesco Salfi, 1811-1835.
4 Comptes rendus du Lycée dans la Décade philosophique des 27 août (pp. 413-424), 16 septembre (pp. 522-532), 29 octobre (pp. 150-165) et 1er décembre (pp. 405-417) 1799. Voir Régaldo (Marc), « Un Breton méconnu : Ginguené, fondateur de l’histoire littéraire », dans Missions et démarches de la critique, Mélanges offerts à Jacques Vier, Publications de l’Université de Haute-Bretagne, Paris, Klincksieck, 1973, pp. 77-90.
5 Voir Ginguené (1748-1816), idéologue et médiateur, Actes du colloque international tenu à Rennes en avril 1992, textes réunis par Édouard Guitton, Rennes, Presses universitaires, coll. « Interférences », Cahiers Roucher-Chénier, 1995, n° 13-14 ; Fraisse (Luc), Les Fondements de l’histoire littéraire, de Saint-René Taillandier à Lanson, Paris, Champion, 2002, « Pierre-Louis Ginguené, véritable concepteur de l’histoire littéraire », pp. 183-226 ; et Grossi (Paolo), Pierre-Louis Ginguené, historien de la littérature italienne, Bern, Peter Lang, 2006.
6 Histoire littéraire de l’Italie, t. VIII, p. 378.
7 Paris, Louis-Gabriel Michaud, 85 vol., 1811-1862 ; deux rééditions en 45 vol. au cours du XIXe siècle.
8 Histoire littéraire de l’Italie, t. VIII, pp. 384-385.
9 Ibid., p. 423.
10 Id., t. I, p. 18.
11 Ibid., pp. 452-453.
12 Ibid., pp. 11-12.
13 Id., t. VIII, p. 2-3.
14 Id., t. II, pp. 267-333 et 385-443.
15 Ibid., pp. 334-335.
16 Id., t. V, p. 25.
17 Id., t. IV, p. 347.
18 Id., t. V, p. 155.
19 Le Livre du centenaire. Cent ans de vie française à la « Revue des Deux Mondes », Revue des Deux Mondes, 1929, p. 35.
20 Op. cit. Ces cours manuscrits, qui n’ont pas fait l’objet d’une publication, sont déposés à la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
21 Michel-Lévy frères, pp. 23-199.
22 Œuvres complètes d’Auguste Brizeux, Michel-Lévy frères, 1860, Notice par Saint-René Taillandier, t. I, p. XIV.
23 Op. cit., Introduction, p. V.
24 Ibid., p. VIII.
25 Ibid., p. XV.
26 Paris, Briasson, 43 vol., 1727-1745, t. XXXII, pp. 964-970.
27 Histoire et philosophie religieuse, Paris, Michel-Lévy frères, 1859, Introduction, pp. XIV-XV.
28 Hennequin (Émile), La Critique scientifique, Paris, Perrin et Cie, 1888, p. 65.
29 Renard (Georges), La Méthode scientifique de l’histoire littéraire, Paris, Alcan, 1900, p. 56.
30 Paris, Hachette, 1888.
31 Op. cit., p. 58.
32 Voir ce texte dans Essais de méthode, de critique et d’histoire littéraire, textes réunis et préfacés par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, p. 440.
33 Paris, Perrin, 1895.
34 En collaboration avec Raymond Naves, Paris, Hachette, 1933, p. 10.
35 Paris, Hachette, 17e édition revue et augmentée, 1922, p. 570.
36 Ibid., pp. 775-786.
37 Leçon d’ouverture du cours d’éloquence française, Revue universitaire, 15 mars 1904, p. 2.
38 Histoire de la littérature française, éd. citée, pp. 716-720 à propos de Montesquieu ; p. 1188 pour les trois étapes philosophiques – stoïcienne, épicurienne et sceptique – à l’œuvre dans les Essais de Montaigne.
39 Paris, Librairie des Annales politiques et littéraires, 1909 ; études préalablement parues dans les Annales politiques et littéraires, du 25 mars 1905 au 3 novembre 1907.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Fraisse, « Le pittoresque développement des biographies d’écrivains au XIXe siècle », COnTEXTES [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 17 juin 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/2143 ; DOI : 10.4000/contextes.2143

Haut de page

Auteur

Luc Fraisse

Université Marc Bloch (Strasbourg)

Haut de page