Navigation – Plan du site

De la malédiction littéraire : entre mélancolie, pauvreté et persécution

À propos de Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Socius », 2005, 413 p.
Buata Malela

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Pascal Brissette se propose de reconstituer le mythe de la malédiction littéraire sur une période allant du Moyen Âge au XIXe siècle (p. 16). Pour saisir la complexité d’un tel sujet, Pascal Brissette choisit un axe multidisciplinaire en joignant la sociologie de la littérature, la sociocritique des textes et l’histoire de la littérature (p. 17). Son but est de réfléchir à la fonction du malheur dans les processus de légitimation culturelle en étudiant les formes variées qu’elle adopte entre 1760 et 1840 dans la pratique littéraire. Il s’agit en outre de montrer comment le malheur auctoral peut relever d’un enjeu idéologique (p. 20), en ce sens qu’il désigne une posture de création qui « participe de la fiction » (p. 23).

2Après les objectifs viennent les précisions sur les délimitations à donner au sujet en question, à savoir que la malédiction littéraire concerne davantage une sorte de mystique de la souffrance que l’auteur relie aux difficultés matérielles concrètes de la pratique littéraire. De cette malédiction relève aussi ce que l’auteur appelle la « pauvreté auctorale » (p. 27) et qui peut devenir un gage de rétribution symbolique, comme a pu l’illustrer la figure de Rousseau. Dans cette perspective, l’une des hypothèses que poursuit l’auteur de ce livre est que la malédiction littéraire demeure un mythe enraciné dans l’imaginaire occidental. Il s’y décline en une pluralité de topoï dont P. Brissette retient la mélancolie, la pauvreté et la persécution.

3La première partie de l’ouvrage est consacrée à l’historique du malheur littéraire avant 1770 et en détaille la configuration topique. Par exemple, l’auteur montre comment la topique de la mélancolie, forte d’une axiologie à la fois négative et positive, permet d’expliquer le délire ou la propension à la production littéraire. Négative, elle l’est entre autres dans les discours médicaux et religieux qui la perçoivent comme une pathologie selon les premiers et comme un péché selon les seconds ; positive, elle l’est dans les discours littéraires et philosophiques qui y voient l’origine de la « muse » (p. 74). Bref la mélancolie apparaît tantôt comme une malédiction tantôt comme un bienfait. Ceci fait dire à P. Brissette qu’« [ê]tre mélancolique, jusqu’au XVIIIe siècle, c’est avoir en soi la substance en quoi réside la supériorité humaine et le poison de l’insanité qui rabaisse l’homme au niveau des bêtes » (p. 74).

4De la même manière, la pauvreté et la persécution sont considérées comme un bienfait ou un malheur. Cependant, vers 1750, l’incarnation de la pauvreté auctorale est valorisée à un moment où se transforment les rapports de force avec les puissants et la croissance du lectorat. Dans ce mouvement général, l’homme de lettres tend à devenir l’égal des grands de son époque (p. 138) en acquérant en même temps une relative indépendance financière qui, on le devine, lui assure sa liberté (p. 177) avec les avantages et les désavantage que cette dernière suppose. Par exemple, pour certains contemporains, Rousseau a pu incarner la figure de l’indépendance intellectuelle, dont l’une des conséquences est la pauvreté de l’écrivain. Cette indigence sera traduite en vertu. À côté de cette pauvreté s’ajoute le sentiment d’être persécuté, persécution qui se trouve elle-même valorisée en fonction des enjeux politiques du moment.

5De là, l’auteur de ce livre tente d’aller plus loin en montrant comment ces topoï, par lesquels les écrivains peuvent acquérir davantage de légitimité littéraire, se convertissent en mythe de la malédiction littéraire. Dit autrement, P. Brissette propose d’étudier la malédiction en tant que marqueur de « génie » dans la représentation que pouvaient en avoir les contemporains, en insistant bien sur les modalités qui font de ce marqueur un lieu commun entre 1770 et 1840. C’est à cette question que P. Brissette consacre la deuxième partie de son ouvrage.

6Dans cette dernière partie de La Malédiction de l’écrivain, l’on trouvera de très belles analyses des divers textes relatifs au malheur auctoral. Bien plus, l’auteur y observe comment se constitue la vocation malheureuse de l’écrivain en parallèle aux changements politiques amenés par la Révolution de 1789. De cette analyse, émerge entre autres la figure de Rousseau, qui fait l’objet d’une lutte de légitimation par rapport à l’image d’homme de lettres malheureux et vertueux qu’il incarne pour certains de ses contemporains. En outre, P. Brissette analyse aussi les différentes figures du malheur littéraire après la Révolution. On pointera notamment celle du poète malheureux, qui induira « à croire non seulement que les grands hommes sont toujours frappés par le malheur, mais encore que le malheur est propice à l’activité poétique et littéraire » (p. 366) ; celle du poète maudit « qui se voudra l’exclu grandiose d’un monde incapable de comprendre la révolution esthétique dont il est le héraut » (p. 359) ; ou encore celle du poète en exil qu’incarne Victor Hugo. P. Brissette écrit à ce propos que « [l]’exil fournit à Hugo le moyen de se hisser au rang des grands persécutés de l’Histoire et de se constituer un immense capital d’infortune qu’il sut magnifiquement gérer jusqu’à sa mort » (p. 358).

7On le devine, en abordant la malédiction littéraire comme enjeu de légitimation culturelle, P. Brissette contribue à tracer une voie possible de la recherche littéraire. Il nous l’indique lui-même : « L’important reste à mon sens d’avoir offert un cadre général de recherche permettant de penser ce phénomène, et de le penser dans une perspective historique, dans la relation avec les discours sur le malheur avant 1770 » (p. 374). Par ailleurs, la mobilisation de plusieurs outils d’analyse – la sociologie de la littérature, la sociocritique des textes et l’histoire de la littérature – favorise une meilleure intelligibilité de ce phénomène complexe. Enfin, la force de ce travail nous semble résider dans cette approche qui consiste à partir de l’expérience même des agents littéraires, pour la replacer dans cette « idée régulatrice1 » qu’est le mode de pensée relationnel, horizon non pas indépassable, mais qui nous semble indispensable pour comprendre les phénomènes constitutifs du fait littéraire.

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul Sartre, Question de méthode, dans Critique de la raison dialectique (précédé de Question de méthode) : Théorie des ensembles pratiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 1960, p. 16.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Buata Malela, « De la malédiction littéraire : entre mélancolie, pauvreté et persécution », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 14 mars 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/217

Haut de page

Auteur

Buata Malela

Docteur en Philosophie et lettres de l'Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page