Navigation – Plan du site

Haro sur l’idéologie

Jean-Pierre Bertrand

Entrées d'index

Mots-clés :

Idéologie
Haut de page

Texte intégral

1Consacrer une journée d’études à la question de l’idéologie dans les études littéraires, ce n’est pas réhabiliter une notion qui a porté toute la tradition sociocritique, de Lukàcs à Hamon, en passant par Barthes, Dubois, Duchet et tant d’autres, en référence à la célèbre définition qu’en avait donné Althusser dans Positions. Ce n’est pas non plus enterrer très idéologiquement une notion dont on découvrirait, en cette ère de postmodernité, l’incongruité opérationnelle. C’est pour le moins faire le point sur les raisons qui ont conduit la critique sociologique à s’écarter du mot, sinon de la chose, depuis une quinzaine d’années (disons, par commodité, depuis 1989). Alors qu’il n’était de lecture littéraire qui ne s’empare avec plus ou moins de finesse de la « clé » idéologique — une collection entière allait en ce sens chez Larousse, « Thèmes et textes » — pour décrypter les sens seconds de la littérature, il semble aujourd’hui qu’il n’y ait plus de pertinence à dégager ce que d’aucuns appelaient les « nœuds idéologiques » du texte, ces carrefours entre l’implicite et l’explicite où la doxa agit sans se montrer, et ce d’autant plus efficacement qu’elle ne s’avoue jamais. La puissance de la lecture en était alors magnifiée, l’interprète devenant cette espèce de traqueur habile et habilité (l’effet d’autorité et de mode avait toute sa force) qui restituait au texte la teneur réelle de sa puissance doxique.  Zola, parmi d’autres réalistes depuis Balzac, se prêtait au mieux à ce travail de décodage, d’autant qu’il se situait en surface du côté de ceux qui ont dénoncé toutes les formes de domination, sans savoir qu’il était lui-même pris au piège de constructions idéologiques inconscientes ou incorporées.

2Aujourd’hui, il est presque « ringard » de recourir encore à la notion d’idéologie dans la lecture des faits littéraires. On ne voit pas trop par quoi le concept a été remplacé : certes la notion de « discours social » (Angenot) ou encore celle de « scène discursive » (Maingueneau) prolongent à leur manière le questionnement idéologique du texte. Il faut néanmoins constater (et rien de plus) que c’est avec une sorte d’objectivité tranquille, qui ne mobilise plus l’engagement du lecteur-interprète de jadis : un peu comme s’il n’y avait plus de raison transcendante à la science littéraire qui justifiait la force opératoire du concept. Il y a de cela dans les approches actuelles du texte, qui se retranchent davantage sur des montages rhétoriques ou linguistiques que sur un véritable questionnement de fond. Cette évolution, elle est probablement le fait de l’histoire du mot lui-même : idéologie semble avoir connu son chant du cygne dans la dernière décennie du XXe siècle. Une fin elle-même idéologique, bien sûr, et il n’est pas sans intérêt de faire quelques remarques à cet endroit sur l’emploi actuel de la notion dans le discours (très) commun1.

3S’il est un mot qui témoigne, en effet, avec acuité de la dégradation du sens qu’il a pu porter naguère, c’est bien celui d’idéologie, et plus encore de l’adjectif « idéologique » qui en découle. Ce dernier s’utilise en langage médiatico-politique le plus souvent à travers la locution « C’est idéologique », fréquemment précédée de l’adverbe « purement ». Cet emploi atteste d’un refoulement du sens que le mot a revêtu, non seulement du sens marxiste mais aussi du sens philosophique qui l’a vu naître à l’époque des Lumières. Il n’est en effet pas question dans l’expression « c’est purement idéologique » de référence à un système d’idées, à une vision du monde, et encore moins à la fausse conscience qui naît de substitution de la valeur d’usage par la valeur d’échange en économie de marché. La fin des idéologies, que l’on rapporte à 1989, semble totalement avoir eu raison d’un concept qui s’est presque complètement démonétisé.

4« Purement idéologique » signifie à la fois, dans des énoncés fortement polémiques, 1° « partisan » (en regard des intérêts politiques d’un parti adversaire), 2° « démagogique » (en ceci qu’il jette de la poudre aux yeux en dépit d’une vérité criante) et 3° « anti-pragmatique » ou « idéaliste » (le mot ne renvoie plus à la réalité mais à une certaine rêverie dénoncée comme utopiste). Cette triple signification est consubstantielle et causale dans les énoncés-occurences, l’idéaliste justifiant le démagogique et le partisan. En Belgique francophone, les Verts (parti Ecolo) sont ainsi régulièrement taxés d’« idéologiques » parce qu’ils n’ont pas le sens des réalités et qu’ils ne sont pas « pragmatiques ». On n’est pas éloigné de l’emploi du substantif « idéologue » dans le discours d’un Nicolas Sarkosy qui lors d’un meeting à Saint-Etienne (10.11. 06) déclare : « Peu importent les idéologues ; on ne peut attendre de moi de faire de beaux discours… »

5Le mot ballotterait ainsi entre « doctrinal » et « doctrinaire ». Récemment, à la radio, Jean-Pascal Van Yperseele, climatologue à l’université catholique de Louvain, expliquait, à propos du nucléaire : « Je n’ai jamais dit que j’étais pour ou contre de manière idéologique la fermeture des centrales » (« Matin Première », RTBF, 20.11.06). L’idéologique se conçoit ici comme un ensemble de choix de doctrine qui empêche le débat ou même le questionnement. Exactement, et à propos du même sujet, comme ce qui s’explicite dans l’extrait suivant : « Alors que le projet de loi, déposé par le secrétaire d'État à l'Énergie Olivier Deleuze sur la sortie progressive du nucléaire entame ce mardi son parcours parlementaire, la ville de Huy, Électrabel, les syndicats de la centrale de Tihange et les commerçants de la région ont profité de l'occasion pour manifester conjointement leur désapprobation face à une solution qu'ils jugent idéologique. » (Frédérique Siccard [avec Belga], Le Soir, 24.09.2002, p. 12) Une solution idéologique n’est autre qu’une fausse solution, imposée au nom de valeurs partisanes.

6Dans le discours politique, l’emploi du mot « idéologique » est un intéressant marqueur du clivage gauche/droite : la gauche, PS en tête, utilise peu le terme, et pour cause : son sens marqué (marxiste et althussérien) n’a plus cours dans le langage politique ; qui fait encore état, en économie libérale globalisée, d’une idéologie mystificatrice, des rapports imaginaires aux conditions réelles de l’existence dont elle serait l’expression? Il peut toutefois arriver que des hommes politiques de gauche empruntent à leurs adversaires l’expression, ainsi qu’en témoigne cet exemple : « La fureur d'Elio Di Rupo face à ce racolage idéologique indécent était telle que le président du PS s'est mis aux abonnés absents pendant près de 24 heures, refusant les excuses du Premier. » (Luc Delfosse , Le Soir, 12.11.2001, p. 3)

7En revanche, les partis de droite ou centristes en font un grand usage, avec des accentuations diverses sur la triple signification de l’expression. Ainsi, toujours en Belgique francophone, la Présidente du Cdh (ex-parti social-chrétien) dénonce la tournure politicienne d’un plan « purement idéologique » : « Donc ce qui nous énerve c'est qu'il n'y a pas eu de vrai débat et qu'il n'y avait pas un plan alternatif crédible et que c'était quelque part une solution et un plan purement idéologique pour donner un petit quelque chose aux Verts, mais qui n'étaient pas crédibles encore économiquement. » (Joëlle Milquet à « Matin Première », RTBF, 15.03.2002) » Ce sens politicien se retrouve plus appuyé encore dans ce commentaire rapporté par Le Soir : « Il s'agit d'une note idéologique, d'une note clientéliste, qui va résolument à contre-courant des objectifs inscrits dans la déclaration gouvernementale, affirme Guy Vanhengel. Le seul but du PS, c'est d'octroyer un maximum d'avantages aux plus petits revenus, et tant pis pour les autres. C'est de la folie ! » (William Bourton, Le Soir, 23.05.2002, p. 5)

8On le voit : la locution, accompagnée ou non de l’adverbe « purement », forme un véritable cliché performatif dans le langage commun depuis les années 1990. On est très loin de Destutt de Tracy et de Marx, et tout aussi éloigné d’un Chateaubriand qui décriait l’idéologie des Lumières comme un ensemble d’idées creuses. Roland Barthes, qui en a fait un puissant instrument critique, écrivait que l’idéologie est « ce qui se répète et consiste » : il ne doutait certainement pas que l’expression « c’est idéologique » courrait à cette perte de sens, elle-même fortement idéologique et, au fond, bien peu « consistante ».

Haut de page

Bibliographie

Destutt de Tracy (Antoine-Louis-Claude), Éléments d’idéologie [1801], Paris, Vrin, 1970.

Marx (Karl) et Engels (Friedrich), L’Idéologie allemande [1845-46], Paris, Éditions sociales, 1982.

Althusser (Louis), Positions, Paris, Éditions sociales, 1982.

Reboul (Olivier), Langage et idéologie, Paris, PUF, 1980.

Barthes (Roland), Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1975.

Hamon (Philippe), Texte et idéologie, Paris, PUF, 1984, rééd. 1997.

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons ici le développement de la notice que nous avons consacrée à « Idéologique (purement) » dans Durand (Pascal) (dir.), Les Mots du pouvoir. Abécédaire critique, Bruxelles, éd. Aden, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Bertrand, « Haro sur l’idéologie », COnTEXTES [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/218 ; DOI : 10.4000/contextes.218

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bertrand

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page