Navigation – Plan du site

Introduction

Paul Aron et Fabrice Preyat

Entrées d'index

Mots-clés :

Genre, Biographie
Haut de page

Texte intégral

1En guise de préambule, nous voudrions cerner rapidement l’objet dont il sera question et proposer quelques pistes de réflexion.

Brève histoire problématique de la biographie

2La biographie est un genre ancien, même si le mot n’apparaît en France qu’à la fin du xviie siècle. Ce genre est consacré à retracer des vies authentiques, dans des récits dont le sujet et l’auteur ne se confondent pas. On peut appeler « biographique » l’ensemble des genres donnant des « récits de vie » (biographie mais aussi mémoires, journal, autobiographie,…). Le genre affiche d’emblée son hybridité à travers la coexistence d’une véracité recherchée et d’une narration qui doit immanquablement passer par le récit et la fiction, rendant du même coup la reconstruction de la réalité historique du biographé tributaire de l’imagination et de la subjectivité du biographe. Aussi le genre est-il fréquemment qualifié d’« impur », au point de relever d’un « pari » ou de reposer sur l’idée d’un « pacte » préalable, lorsque son usage dans les sciences sociales n’est pas totalement discrédité par les maux qu’il aurait entraînés : causalité trompeuse, impressionnisme, illusion du sujet1,…

3Le genre existe depuis l’Antiquité, sous des formes diverses, mais toujours consacrées à de grands personnages dont l’élection découle d’une reconnaissance collective : « vies » des empereurs et des grands capitaines, chez Plutarque (Vies des hommes illustres) ; des philosophes, chez Diogène Laërce qui, le premier, fait d’emblée le lien entre la vie et l’œuvre de ses personnages. Trois modèles sont dès lors établis : l’éloge (épidictique), les « vies exemplaires » à la Plutarque qui constituent autant de panégyriques des vertus morales, et le récit à vocation historique, à l’instar des Vies des douze Césars de Suétone qui nourriront la conception cicéronienne d’une historia magistra vitæ.

4À ses origines profanes, le genre mêle aussi de profondes racines religieuses. Des études et des traductions récentes ont montré combien il était difficile de rompre avec le caractère sacré acquis par un type de biographie. Intituler les Aveux, un texte jugé fondateur du genre dans sa dimension chrétienne – les Confessions de saint Augustin – relève dans la version de Frédéric Boyer d’une audace qui n’a cependant pas toujours mesuré avec exactitude la part du maître de rhétorique dans son récit de conversion. Appuyant une conception particulière du dogme de la grâce, le biographique se construit également dans ce cas comme « un sermon qui doit produire un effet, une résolution chez le lecteur aussi bien que chez l’auteur ». Selon Jean-Louis Chrétien, « la parole est avant tout acte pour Augustin et non simplement texte biographique (et encore moins ''autofiction'')2 ». Quant à la dimension littéraire de l’hagiographie, elle a depuis longtemps découragé les historiens d’envisager son approche sous l’angle de la vérité, – même si elle constitue souvent la seule source disponible concernant certains personnages. C’est vraisemblablement sous le prisme de la conception du monde de l’hagiographe que le genre présente pour l’analyste le plus d’intérêt et de pertinence. Cet emploi paradoxal a parfois conduit historiens et biographes vers des personnages qui tout en étant fictifs n’en étaient pas moins représentatifs d’une vision du monde (Alain Bourreau, La papesse Jeanne, 1988). De manière générale, le récit hagiographique oppose ainsi littérarité et historicité qu’il réconcilie dans le sens étymologique de la « légende », ce qui doit être lu, selon une perspective qui situe le lecteur au cœur de l’histoire du salut3. L’individualisation croissante du croyant, initiée dès le xiie ou xiiie siècle et intensifiée encore à la Renaissance et à l’époque moderne, n’a pas seulement permis de réconcilier vertus chrétiennes et vie mondaine, telle qu’on peut le lire dans les écrits biographiques des héritiers de François de Sales (p. ex. la Cour sainte du Père Nicolas Caussin). Elle a aussi nourri la dimension d’exemplarité du genre tout en rendant plus familières les figures censées susciter l’imitatio des fidèles.

5Sans doute est-ce dans ce mouvement et dans les courants de sécularisation qui traversent l’Europe qu’il faut lire le prélude à une nouvelle approche du modèle antique de la biographie, augurant, comme chez Pétrarque (De viris illustribus), d’un véritable transfert de sacralité dans la fabrique d’un héros, toujours illustratif des vertus cardinales4. Sous cette impulsion, les biographies laïques se développent en Italie et n’hésitent pas à faire quelques concessions pour légitimer des modèles nationalistes ou le sacrifice de l’individu à la raison d’État, comme chez Machiavel (Vie de Castruccio Castracani da Lucca). La peinture d’un héros moderne, au moins aussi digne que ses homologues antiques, devient une topique largement exploitée dans les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle avec leur portrait au naturel (1697-1700) de Charles Perrault. Cette parution s’inscrit dans le prolongement du Parallèle des Anciens et des Modernes (1688-1697). Elle reste indissociable de la définition et de la supériorité d’une culture contemporaine liée à l’idéologie nationale monarchique incarnée par Louis xiv. Le projet rompt ainsi avec l’engouement du siècle précédent, celui d’un Théodore de Bèze (Les vrais portraits des hommes illustres), d’un Paul Jove (Elogia) ou d’un André Thévet (Les vrais portraits des hommes illustres grecs, latins et païens, 1584) qui, en saluant dans leurs illustres l’émancipation de l’individu et par-là leur singularité, sacrifiaient leur « appartenance à une collectivité héroïque5 ».

6Mais ces biographies laïques s’enrichissent aussi de Vies d’artistes et d’écrivains, déclinées à partir du modèle que livre la Péninsule. Le Discours de la vie de Pierre de Ronsard de Claude Binet (1586) offre à la France une alternative à la Vie de Dante rédigée par Boccace au xive siècle ou aux Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes de Giorgio Vasari (1550). Ces ouvrages témoignent à la fois de l’idée de progrès et d’une l’évolution vers le concept de « grand homme ». Mais ils sont surtout le signe de la promotion de ces figures sociales. Après 1650, les Vies de philosophes, qui comptent autant de variantes parmi les notices des dictionnaires historiques et les éloges, deviennent également un genre à succès. En n’hésitant pas à comparer philosophes antiques et contemporains, elles participent aux débats liés au statut de nouvelles pratiques, produisent des effets de distinction et accélèrent l’institutionnalisation de doctrines, à l’origine illégitimes, comme le cartésianisme. Elles deviennent souvent un moyen de publicité tant les séances publiques durant lesquelles sont prononcés les Éloges de Fontenelle étaient soutenues par un réseau mondain, annoncées par la gazette, après la révélation des textes dans les salons. Modèles de conversion à une vérité, ces biographies peinent à se détacher de l’exemplum du saint et étendent, en définitive, les frontières du genre à la justification du « succès de toute nouveauté, quelle qu’elle soit » et plus encore sans doute « au style des écrivains du Grand Siècle6 ». Les Vies d’auteurs connaissent alors une véritable vogue. Se succèdent, entre autres, la Vie de M. de Molière (1705), la Vie de Saint-Evremond (1711) et la Vie de Boileau (1712). Cette gloire littéraire se métamorphose dans les recueils de bons mots et les ana (Menagiana, 1693 ; Huetiana, 1722,…). De ces Parallèles et de ces notices se dégagent la conception d’un génie national, d’un patrimoine littéraire et artistique et derrière eux les idées qui les sous-tendent, celles d’originalité, de goût, d’esprit et de cœur7. L’élément allographe, en tant que discours social, engage alors la réception de l’œuvre tout entière et s’inscrit dans une « idéologie marquée », à la recherche de l’adhésion du lecteur8.

7L’essor du biographique est lancé. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, il s’impose. D’abord, en effet, sous la forme de l’éloge académique, chargé de glorifier collectivement le corps des « gens de lettres ». Puis, l’attention se fait plus sensible à ce que l’on appelle le « personnel de l’écrivain ». Avec Bernardin de Saint-Pierre (Fragments sur Rousseau, à partir de 1772), on entre dans l’âge des « secrétaires » des grands auteurs – dont le modèle est repris en Angleterre par James Boswell (The life of Samuel Johnson, 1791). Ces publications se révèlent des entreprises à haute valeur symbolique ajoutée, comme le révèlent également les éditions tardives du Journal de l’abbé Ledieu, secrétaire de Bossuet, dont les censures successives tentent de réconcilier le prêtre et l’écrivain avec le modèle du grand homme avant de l’ériger en parangon des vertus épiscopales et de faire du biographique le garant de la fonction sociale9. Cet intérêt accru, on le voit, ne va pas lui non plus sans rituels de piété : ainsi s’affirme le « sacre de l’écrivain » (Paul Bénichou)10.

8Une critique par « biographisme » est déjà à l’œuvre – on cherche Rousseau derrière Saint-Preux. Sous l’influence de cette piété biographique ambiante, on tente de remonter de l’œuvre à l’expérience humaine qui lui a donné vie : « Le style, c’est l’homme », dit-on en gauchissant un mot de Buffon (1753). L’attention biographique portée aux auteurs permet que ceux-ci puissent, par extension, témoigner de l’héritage social qui les a marqués. En 1747, paraît une Vie de Racine, issue de la plume de son fils Louis. L’œuvre, insinuante, relève d’une nette volonté de « classicisation » au prix d’une mystification, voire d’une mythification, dont l’ambition est à la fois de garantir l’appropriation d’un héritage familial par la sphère publique et de laisser Racine résolument hors de portée du parti philosophique. La polémique suscitée par l’édition de la biographie enflera au point de hanter tout un siècle et de devenir emblématique du rapport tissé entre la vie et l’œuvre de l’auteur. Elle influencera durablement, et radicalement, la critique racinienne, qui se structure autour de cette querelle fondatrice. Un monument de l’histoire littéraire française se construit ainsi au prix d’une lecture du théâtre racinien menée sous les auspices d’un imaginaire de la conversion11.

9En parallèle, la biographie nourrit aussi des œuvres qui se veulent littéraires (Nicolas Restif de La Bretonne, Vie de mon père, 1779) et se développe la fiction sous habillage biographique (Marivaux, Vie de Marianne, 1731-1741). La référence héroïque s’ancre résolument dès lors dans un double terreau, celui du discours historique et de l’intrigue romanesque à une époque où la pédagogie du récit de vie rejoint étroitement l’efflorescence du roman de formation sous l’étiquette allemande de la Bildung. C’est là le lieu d’une harmonisation entre tradition profane et tradition spirituelle, entre conscience de soi et récit d’apprentissage, jusqu’en son sens le plus concret au sein de l’essor pris par la société bourgeoise – le récit de métier –, qui construit un ethos au gré d’un parcours orienté et finalisé, animé d’une dimension téléologique évidente12.

10Inévitablement, la biographie reste ainsi un genre marqué par une bipolarité constitutive. La tension qui la travaille tend à opposer sa nature à sa fonctionnalité, sa temporalité et sa causalité à sa finalité. Qu’elle se veuille indifféremment la manifestation d’une idéologie nationaliste, d’une démonstration apologétique, l’enjeu d’une fiction légitimante ou, plus prosaïquement, le lieu de la genèse socio-individuelle (invention de soi), la biographie génère des usages contradictoires ou des instrumentalisations tout aussi variées qui l’érigent certes en outil heuristique, mais au prix d’amples débats dans des secteurs pluriels des sciences humaines et sociales (anthropologie, histoire, sciences de l’éducation,…). Celles-ci sont constamment confrontées au dualisme qui oppose « singularité existentielle » et « souci de scientificité »13.

11Si dans le domaine historique, Michelet revendique l’assimilation entre son « œuvre » et son « moi », dans le domaine littéraire, Sainte-Beuve, se spécialisant dans la critique, décerne au biographique une fonction explicative et même sa primauté sur l’œuvre : « Aller droit à l’auteur sous le masque du livre ». Dans cette voie, dès le xixe siècle, les universitaires rédigent des thèses sur le modèle « l’homme et l’œuvre », qui forme le substrat de l’histoire littéraire en train de s’imposer comme discipline dominante des études de Lettres. Le « Lagarde et Michard » en constitue la forme la plus répandue après la Seconde Guerre mondiale. Il serait vain pourtant de dénier à la biographie sa dimension de « texte de plaisir » qui en fait un genre soumis à une forte demande sociale et qui explique que de nos jours la biographie continue d’être considérée comme « un tremplin » vers l’œuvre dans l’enseignement du fait littéraire, au degré secondaire14. Sur le terrain de l’histoire de l’art, le biographique engendre les mêmes dérives explicatives et instaure une tension similaire entre, d’une part, « une herméneutique esthétique » et, d’autre part, « une hagiographie artistique », selon que le spectateur adopte une « lecture plutôt personnaliste qui renvoie l’acte créateur à la personne » ou une « lecture plus ‘opérationnaliste’» qui « externalise l’acte créateur par rapport à son auteur15 ». À l’extérieur de l’école, la biographie, souvent considérée comme le refuge de la « petite » histoire, devient au xxe siècle un genre en vogue, et des auteurs s’en font des spécialistes à succès (André Maurois, Henri Troyat,…).

12La biographie suscite néanmoins des réactions négatives, qui visent à en disqualifier la pertinence. Celles-ci, pour dire vite, relèvent de trois grands courants des sciences humaines depuis un siècle et demi16.

1. Le marxisme et les sciences sociales déplacent le lieu de l’histoire, en faisant du groupe, ou des classes le moteur de la dynamique sociale. Dès lors le biographique se réduit à l’inessentiel, à l’anecdotique.

2. La psychanalyse met en question la maîtrise du sujet en montrant le rôle de l’inconscient. Elle annonce la « mort de l’auteur » et par conséquent fait de la biographie soit une science purement conjecturale, soit une pratique sans objet véritable.

3. La poétique, déjà annoncée par Proust et théorisée par Valéry, puis encadrée par les formalistes russes et tchèques et par le structuralisme, tend à détacher l’œuvre de son ancrage biographique : celui-ci se réduit alors à un « avant » sans grand intérêt. La nouvelle critique, telle qu’elle est représentée par L’homme racinien de Roland Barthes incarne dans les années soixante une volonté nouvelle de substituer au biographique, et au déterminisme social qui pèse sur l’œuvre, un alliage de disciplines linguistique, psychanalytique, anthropologique, placées sous l’égide de Claude Lévi-Strauss, de Lucien Febvre ou de Roman Jakobson. Racine, devenu la figure de proue du classicisme français, se révèle à nouveau le catalyseur d’une querelle retentissante qui opposa Barthes à  Raymond Picard (La carrière de Jean Racine, 1956) qui concédait pertinence et valeur explicative aux événements de la vie racinienne lorsque ceux-ci avaient « des répercussions matérielles et sociales ». De ce conflit ne se dégage pourtant aucune option entièrement satisfaisante pour le recours de l’histoire littéraire aux récits de vie.

13À ces coups de boutoir, la biographie oppose une résistance opiniâtre, dont témoignent les ouvrages toujours plus nombreux qui continuent de paraître, les pratiques journalistiques et médiatiques de la vie littéraire contemporaine, et même les contributions rassemblées ici. D’où provient cette capacité à résister aux rationalités nouvelles ? Telle est certainement l’une des questions qui méritent d’être débattues.

Idéologies et méthodes

14Pendant longtemps, et c’est la raison même de son succès, le genre biographique incarne un genre exemplaire, c’est-à-dire porteur d’exempla, de récits moraux. La biographie vaut pour ses leçons et son projet excède le sujet qui en est le prétexte. Cet aspect n’est pas dépassé, même si la morale cède le pas au savoir. Le particulier continue de prendre sens lorsqu’il se lie à la connaissance de généralités. L’enjeu pour la sociologie et les disciplines des sciences sociales consiste dès lors à penser « l’articulation du vécu individuel et des faits sociaux, du singulier et du collectif » dans la constitution d’un « savoir sur la société ». La singularité de l’individu ne peut en effet se penser en dehors de « langages partagés » ni hors de sa participation aux « lieux communs » du social : « les individus forment une société et toute société est une société d’individus » (Norbert Élias)17. Ainsi l’ouvrage d’Alain Corbin Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 (1998), au-delà du défi qu’il représente, prend son sens de ce que cet inconnu peut nous dire sur des faits de portée collective. Le biographique trouve alors sa légitimation dans sa valeur d’exemplification « d’un moment singulier » ou « d’un milieu plus large ». Il permet de joindre une « observation des singularités personnelles et conjoncturelles18 ». L’usage du contexte y reste néanmoins paradoxal : éclairé par la biographie, il sert également à combler les lacunes documentaires auxquelles le biographe se trouve confronté. En permettant la réinscription d’un itinéraire singulier dans le plus vaste domaine des représentations, cet accès empirique paraît relever d’une démarche qui n’est finalement guère éloignée du traitement de la vie du grand homme où l’événement s’élevait à une portée universelle. À un autre extrême, une biographie de Napoléon ou de Balzac nous aide à comprendre un individu qui a pesé sur le destin collectif ou sur l’imaginaire de ses lecteurs.

15Dans la mesure où elle ne s’efface jamais tout à fait derrière son sujet, la biographie s’inscrit dans le grand débat sur la littéralisation de l’histoire qui a marqué le « tournant linguistique » des années soixante. Son projet est analogue à celui du récit historique, lui-même si proche du récit de fiction : les uns et les autres relèvent des règles de la poétique, puisque, selon la formule de Jacques Rancière, « la transformation de l’objectif en subjectif et du subjectif en objectif […] est à jamais commune à l’historien et au romancier19 ».

16La micro-histoire ne s’est cependant pas cantonnée à ce type d’approches, développant un courant contraire où la biographie permet de mettre en relief non pas l’individu représentatif d’une catégorie socio-professionnelle mais bien des cas-limites de crise. C’est là l’objet de la vie du meunier frioulan, Menocchio, révélée par Carlo Ginzburg (Le fromage et les vers, 1980), à travers laquelle l’auteur montre « l’importance des stratégies individuelles », la complexité des enjeux et le « caractère imbriqué des représentations collectives ». Ginzburg met ainsi en lumière la « singularité d’une entité problématique » définie par l’oxymore de « l’exceptionnel normal » et tempère la tentation, insufflée par Lucien Febvre (Rabelais ou le problème de l’incroyance au xvie siècle, 1942), de réduire l’individu aux « catégories mentales moyennes de son époque20 ». D’autres approches, tournées vers la « biographie chorale », ont aussi permis de restituer la singularité de parcours divers, cette tendance étant perçue comme un élément de tension, qui directement s’oppose à l’harmonie postulée par la biographie classique entre le « parcours singulier et le général du contexte » dans lequel il se déroule21.

17Malgré ces contradictions, et après une longue éclipse à la fin du xxe siècle, consécutive aux métamorphoses opérées par le genre historique au contact du développement des sciences sociales (école des Annales,…), la biographie continue d’être bien présente dans nos pratiques de chercheurs. Pierre Bourdieu a eu beau dénoncer « l’illusion » créée par le genre et l’artificialité de la linéarité des trajectoires éclairées par la biographie22, il a généré de nouvelles réponses dans la combinaison des trajectoires individuelles et du déterminisme des structures23. Sans renier le fait qu’une trajectoire se comprenne à partir « des états successifs du champ dans lequel elle s’est déroulée » et qu’elle s’explicite à partir des « déplacements et des placements » au sein d’un espace social mouvant24, Bernard Lahire (L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, 1998 ; La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, 2004) a ainsi fait état, à la fois de la pluralisation du corps social en individus « singuliers et clivés », et des clivages internes au sujet25.

Propositions pour un usage biographique

18Si la biographie a longtemps pâti d’un manque de réflexivité, les contributions qui suivent sont l’occasion de nouvelles interrogations sur sa pratique. Que cherchons-nous dans la biographie, comment l’utilisons-nous, avec quelles méthodes et pour quels buts ? Quatre pistes peuvent être, à notre sens, proposées en guise de réponse.

1. Le biographique est la forme la plus économique d’inscription contextuelle d’une œuvre littéraire. Elle informe sur un milieu, des conditions familiales, économiques, éditoriales. Moyennant certaines exigences de cohérence, elle conserve ainsi une grande valeur documentaire. Aussi le Balzac journaliste de Roland Chollet (1983) est-il indispensable pour qui travaille sur l’œuvre de cet auteur.

2. Le biographique exige un ancrage dans le réel qui nous paraît une condition heuristique des études littéraires. Il nous force, et force nos étudiants, à en revenir aux sources, à consulter des archives, des documents bruts, tout ce qui permet de sortir d’un savoir souvent présenté comme constitué ou définitif, bref de rouvrir des dossiers, de sortir de la glose ou de la lecture herméneutique. Dans ses formes sociologiquement fondées, la biographie permet une objectivation des pratiques, un dépassement du discours tenu par les acteurs eux-mêmes. Elle interroge l’épistémologie des disciplines littéraire et historique.

3. Le biographique, et surtout l’autobiographique, est un lieu central du discours de soi, donc un moyen de construire l’ethos d’un individu, ou d’un écrivain. À travers toute une série de récits biographiques émergent des questions telles que « comment je suis devenu écrivain ? », « quels sont mes modèles, mes motivations ? », toutes informations qui forgent la représentation que l’auteur a de lui-même, et donc des stratégies d’énonciation et de reconnaissance qu’il met en œuvre. C’est ce que Cécile Vanderpelen-Diagre et Paul Aron ont étudié en analysant l’ethos victimaire de trois écrivains collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale en Belgique26.

4. Enfin, l’hybridité du genre favorise un dialogue entre des univers de recherche a priori dissociés et ouvre la voie à des études transversales, à l’interdisciplinarité, au comparatisme.

19Pour conclure, retenons que l’irréductible hétéronomie du genre biographique, qui tend de facto à le disqualifier et à le ranger parmi les genres mineurs, recouvre des couples d’opposition fondamentaux. Aussi, dans ses usages pluriels, la biographie est-elle condamnée, entre « science et fiction » ou en tant que « fiction heuristique », à s’élaborer selon des balancements significatifs.

Entre singulier et collectif

20Depuis ses origines, le genre biographique a subi un déplacement ou un élargissement considérable de ses contenus de références qui l’a orienté sur l’échiquier social de la considération des exempla à l’histoire des humbles, au point de marquer l’histoire éditoriale de son empreinte (coll. « Terre humaine », « Voix du peuple »)27. La biographie individuelle s’est aussi progressivement muée en histoire collective. Son ambivalence lui permet de rendre compte d’instances personnelles clairement isolables mais aussi de révéler des voix inexistantes. Elle offre un canal à des voix réprimées par des processus de violence symbolique et fait surgir les « dominés » dans un espace social et textuel traditionnellement réservé aux « dominants »28. Elle mobilise ainsi des débats dans lesquels sa nature investit des registres relevant de l’affectif, le plus souvent selon le mode de l’empathie. Elle peut alors devenir un lieu de dénonciation des inégalités sociales, auxquelles les études de genres ont parfois prêté le flanc29. Si cet aspect offre une orientation nouvelle aux recherches prosopographiques, par le biais de biographies croisées qui permettent d’accéder au général sans oblitérer les expériences individuelles, elle peine cependant à combler le fossé creusé par l’inégalité des corpus, selon les genres envisagés ou les périodes étudiées (dans les sources anciennes, le Je ne pouvait prévaloir, ni même exister ; dans la morale de l’honnête homme, le Je n’allait pas de soi). La réquisition du biographique par les études de genres permet néanmoins de mettre en lumière le découpage sexué de l’histoire littéraire qui ne repose pas seulement sur une inégalité quantitative mais bien aussi sur une inégalité qualitative. Une comparaison des biographies consacrées à Aragon et à Colette dans les manuels scolaires fait en effet ressortir avec pertinence les oppositions entre le personnage de l’écrivain et la figure de son homologue féminine. Les ruptures à l’œuvre dans le récit de la vie masculine, dues essentiellement à la difficile combinaison des logiques antagonistes relevant des champs politiques et littéraires, campent Aragon dans un rôle actif. Les biographies de Colette, au contraire, témoignent d’une unification lénifiante qui, sous le prisme de la passivité, passe sous silence plusieurs facettes du personnage avant de ravaler son féminisme à « l’expression d’une sensibilité féminine opposée à la masculinité ambiante ». L’une des façons de justifier sa présence dans un champ largement dominé par les hommes consiste à la comparer à ceux-ci, soit d’« hypertrophier sa différence. Écrivaine bien que femme, hélas, pour paraphraser Gide30 ». Comme le montre ici Vanessa Gemis, le concept de genre permet donc de « problématiser la question de l’autonomie du sujet face à la norme sociale et de remettre en question le modèle individualiste de la biographie ».

21Le biographique constitue aussi une voie d’accès au fonctionnement et aux tensions qui parcourent les collectivités, entre autres littéraires, à l’intérieur desquelles joue la combinaison des dispositions, des habitus, et la régulation des pratiques qui commandent des processus d’appartenance, d’intégration ou d’exclusion31. L’analyse des stratégies biographiques octroie la possibilité de tracer les frontières d’un groupe social qui se fonde sur des éléments structurels, des références éthiques et esthétiques.

Entre scientifique et littéraire, genres canoniques et littératures marginales

22Le premier pôle concentre quand le second éparpille ; l’un vise l’objectivité tandis que le second prête le flanc au subjectif. Forme vide, tant elle est sujette à l’hétérogénéité et à l’incertitude, la biographie trouve dans ses faiblesses la source d’une liberté paradoxale. Forme libre, elle s’ouvra non seulement à la rencontre des genres sexuels et sociaux, mais aussi à celle des genres littéraires et artistiques mineurs. Aussi est-ce vraisemblablement du côté des expérimentations graphiques de la bande dessinée qu’il convient aujourd’hui de chercher les interrogations et les réponses les plus stimulantes qui empêchent le biographique de se scléroser. Il paraît dès lors indispensable, dans l’étude scientifique de la biographie, de déplacer les questionnements vers les conditions sociales de la transformation du genre et l’identité sociale de ses promoteurs.

Entre vie et œuvre / forme et style

23La dimension hautement doxique de la biographie qui valorise les catégories professionnelles et sociales, qui érige les héros de l’histoire et conforte les ethos pose à l’histoire littéraire des questionnements qui ont trouvé dans la « biographie sociale » une voie de résolution, parmi d’autres. Initiée par Alain Viala, au cœur de la critique racinienne, la biographie sociale a permis de sortir du choc frontal « Barthes-Picard » en soulignant l’intérêt d’une analyse biographique de phénomènes et de discours entrelacés qui ont contribué à faire « d’un simple particulier ce personnage social singulier » qu’est l’écrivain32. Si Viala a montré l’efficace et les limites de cette démarche, sans renoncer à l’appel de la sensibilité du lecteur, Nathalie Grande, dans ses Stratégies de romancières. De Clélie à La princesse de Clèves 1654-167833, a poursuivi la rupture avec le structuralisme génétique et a embrayé sur ce déplacement de l’approche biographique. Elle a privilégié le « point de vue social » pour « une saisie différentielle du phénomène de l’écriture féminine ». Son étude a permis de montrer sur des plans extrêmement diversifiés la rencontre des deux genres mineurs – de la femme et du roman –, et d’isoler la spécificité d’une « détermination sexuelle fonctionnant comme un habitus au plan social ». L’auteur a ainsi tissé et détissé les liens nourris entre cadre historique, biographie sociale, positions littéraires et textes. Elle se tourne naturellement vers les personnes pour comprendre la construction des carrières littéraires et la « faille sociale » à l’origine d’un type particulier d’écriture ou de la pratique d’un genre déterminé. Cet aspect permet de situer les stratégies des femmes auteurs au sein des tensions de l’espace littéraire. Et son étude débouche sur le constat d’une conjonction idéale entre l’auteur, son texte et son public cible, perçue comme « l’une des innovations décisives de la vie littéraire du xviie siècle ». Combinée à l’analyse des discours sociaux (théologiques, juridiques, médicaux,…) qui envisagent, d’une part le roman et, d’autre part la femme, l’auteur peut enfin expliciter cette convergence des genres mineurs – social et littéraire – par leur équivalence symbolique. La convergence des points de vue apparaît alors comme la voie du salut pour le recours au biographique dans les études littéraires.

24Ces confrontations binaires n’ont pas manqué de surgir dans les communications délivrées lors de la journée d’étude qui s’est tenue à Bruxelles le 27 mars 2007. Elles en constituent une grille de lecture, parmi d’autres. Puissent-elles seulement rendre compte de la fécondité de ces échanges.

Haut de page

Bibliographie

Aron (Paul )et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration. Trois écrivains racontent « leur » guerre (Raymond De Becker, Félicien Marceau, Robert Poulet), Bruxelles, Labor, 2006.

Bourdieu (Pierre), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, n° 62-63, p. 69-72.

Bowman (Frank), « Le statut littéraire de l’autobiographie spirituelle », dans Le statut de la littérature, mélanges offerts à Paul Bénichou, Marc Fumaroli éd., Genève, Droz, 1982, p. 313-334.

Brockmeier (Jens), « From the end to the beginning : retrospective teleology in autobiography », dans Narrative and identity. Studies in autobiography, self and culture, Jens Brockmeier, Donal Carbaugh éds., Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 2001, p. 247-280.

Chrétien (Jean-Louis), Saint Augustin et les actes de parole, Paris, puf, 2002.

Delory-Momberger (Christine), Histoire de vie et recherche biographique en éducation, Paris, Economica-Anthropos, 2005.

Diaz (Brigitte), « Vie des grands auteurs du programme », Revue des sciences humaines, octobre-décembre 1991, p. 255.

Dosse (François), Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La découverte, 2005.

Eichel-Lojkine (Patricia), Le siècle des grands hommes. Les recueils de Vies d’hommes illustres avec portraits au xvie siècle, Louvain, Peeters, 2001.

Élias (Norbert), La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

Forestier (Georges), « Le véritable saint Racine d’après les Mémoires de son fils », dans Jean Racine, Gilles Declercq, Michèle Rosselini éds., Paris, puf, 2003, p. 749-766.

Gervasi (Laurène) et Johansson (Franz), Le biographique, Paris, puf, 2003.

Grande (Nathalie), Stratégies de romancières. De Clélie à La princesse de Clèves 1654-1678, Paris, Honoré Champion, 1999.

Heinich (Nathalie), La gloire de Van Gogh. Essai d’anthropologie de l’admiration, Paris, Minuit, 1992.

Histoires de vies, Yves-Marie Bercé éd., Paris, Presse de la Sorbonne, 1996.

Houdart-Mérot (Violaine), « Fonctions de la biographie à travers la discipline », Le français aujourd’hui, n° 130 (« La vie de l’auteur »), p. 35-41.

La biographie. Usages scientifiques et sociaux, Luc Berlivet, Annie Collovald, Frédéric Sawicki éds., Politix, n° 27, 1994.

La nouvelle histoire, Jacques Le Goff éd., Paris, Retz, 1978.

Lanini (Karine), « Une certaine idée de Bossuet. Circonstances et enjeux de la publication du Journal de l’abbé Ledieu », Les amis de Bossuet, n° 32, 2004, p. 7-27.

Lejeune (Philippe), Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975.

Lelouch (Claire), « Les notices biographiques dans les Œuvres complètes de Racine (1722-1783) », dans Jean Racine, Gilles Declercq, Michèle Rosselini éds., Paris, puf, 2003, p. 729-748.

Loriga (Sabina), « La biographie comme problème », dans Jeux d’échelles, Jacques Revel (éd.), Paris, ehess – Gallimard – Seuil, 1996.

Loriga (Sabina), L’institution militaire : expérience biographique et identité sociale en Piémont au xviiie siècle, Thèse inédite, 1990.

Madelénat (Daniel), La biographie, Paris, puf, 1984.

Michon (Pierre), Vies minuscules, Paris, Gallimard, 1984.

Mortier (Roland), L’originalité : une nouvelle catégorie esthétique au siècle des Lumières, Genève, Droz, 1982.

Péneff (Jean), La méthode biographique. De l’école de Chicago à l’histoire orale, Paris, Armand Colin, 1990.

Racine (Louis), Mémoires contenant quelques particularités sur la vie et les ouvrages de Jean Racine, dans Racine (Jean), Œuvres complètes, Georges Forestier éd., Paris, Gallimard, 1999, vol. 1, p. 1114-1205.

Rancière (Jacques), Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007.

Ribard (Dinah), « Philosophe ou écrivain ? Problèmes de délimitation entre histoire littéraire et histoire de la philosophie en France, 1650-1850 », Annales hss, mars-avril 2000, n° 2, p. 355-388.

Rosier (Laurence) et Rosier (Jean-Maurice), « L’aventure biographique, une identité incertaines ? », dans Didactique du français langue maternelle (« Quels savoirs pour quelles valeurs ? »), actes du 7e colloque D.F.L.M, Georges Legros, Marie-Christine Pollet, Jean-Maurice Rosier éds., Association internationale pour le développement de la recherche en didactique du français langue maternelle, [s.l.n.d.], p. 205-208.

saint Augustin, Les aveux, Frédéric Boyer trad., Paris, p.o.l., 2007.

Viala (Alain), Racine. La stratégie du caméléon, Paris, Seghers, 1990.

Weill (Nicolas), « Augustin tiré du confessionnal », Le Monde des livres, 25 janvier 2008.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment à ce sujet la synthèse de François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La découverte, 2005 ; Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, ainsi que le numéro thématique : La biographie. Usages scientifiques et sociaux, Luc Berlivet, Annie Collovald, Frédéric Sawicki éds., Politix, n° 27, 1994, p. 1.
2 Nicolas Weill, « Augustin tiré du confessionnal », Le Monde des livres, 25 janvier 2008, p. 9, en référence à saint Augustin, Les aveux, Frédéric Boyer trad., Paris, p.o.l., 2007 et au travail de Jean-Louis Chrétien, Saint Augustin et les actes de parole, Paris, puf, 2002.
3 Sur l’autobiographie spirituelle, voir Frank Bowman, « Le statut littéraire de l’autobiographie spirituelle », dans Le statut de la littérature, mélanges offerts à Paul Bénichou, Marc Fumaroli éd., Genève, Droz, 1982, p. 313-334.
4 François Dosse, op. cit., p. 164 sq.
5 Idem, p. 172 ; Patricia Eichel-Lojkine, Le siècle des grands hommes. Les recueils de Vies d’hommes illustres avec portraits au xvie siècle, Louvain, Peeters, 2001, p. 343-344.
6 Dinah Ribard, « Philosophe ou écrivain ? Problèmes de délimitation entre histoire littéraire et histoire de la philosophie en France, 1650-1850 », Annales hss, mars-avril 2000, n° 2, p. 355-388 (372-380 : « Biographies de philosophes et histoire de la philosophie »).
7 Sur le concept d’originalité, lire Roland Mortier, L’originalité : une nouvelle catégorie esthétique au siècle des Lumières, Genève, Droz, 1982.
8 Voir Claire Lelouch, à qui nous empruntons ces mots : « Les notices biographiques dans les Œuvres complètes de Racine (1722-1783) », dans Jean Racine, Gilles Declercq, Michèle Rosselini éds., Paris, puf, 2003, p. 729-748.
9 Sur ce point et les interventions de Sainte-Beuve dans les biographèmes qui concernent Bossuet, lire Karine Lanini, « Une certaine idée de Bossuet. Circonstances et enjeux de la publication du Journal de l’abbé Ledieu », Les amis de Bossuet, n° 32, 2004, p. 7-27.
10 Cf. José-Luis Diaz, « Biographie, biographique », dans Le dictionnaire du littéraire, Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala éds., Paris, puf, 2002.
11 Louis Racine, Mémoires contenant quelques particularités sur la vie et les ouvrages de Jean Racine, dans Jean Racine, Œuvres complètes, Georges Forestier éd., Paris, Gallimard, 1999, vol. 1, p. 1114-1205 ; Georges Forestier, « Le véritable saint Racine d’après les Mémoires de son fils », dans Jean Racine, Gilles Declercq, Michèle Rosselini éds., Paris, puf, 2003, p. 749-766 ; Dinah Ribard, « Racine sans le théâtre : le travail biographique dans les mémoires sur la vie de Jean Racine », Studies on Voltaire and the eighteenth century, n° 8, 2005, p. 39-58.
12 Sur le lien entre biographie et Bildung, sur les travaux de Dilthey, Schleiermacher, Gadamer et Ricœur, l’influence de la Pädagogik allemande et du courant de la Biographieforschung, on se reportera à la synthèse de Christine Delory-Momberger, Histoire de vie et recherche biographique en éducation, Paris, Economica-Anthropos, 2005, que nous citons ici. Sur la dimension téléologique couramment à l’œuvre dans le (auto) biographique, voir notamment Jens Brockmeier, « From the end to the beginning : retrospective teleology in autobiography », dans Narrative and identity. Studies in autobiography, self and culture, Jens Brockmeier, Donal Carbaugh éds., Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 2001, p. 247-280.
13 Christine Delory-Momberger, Histoire de vie et recherche biographique en éducation, op. cit., p. 10-11.
14 Violaine Houdart-Mérot, « Fonctions de la biographie à travers la discipline », Le français aujourd’hui, n° 130 (« La vie de l’auteur »), p. 35-41 ; Brigitte Diaz, « Vie des grands auteurs du programme », Revue des sciences humaines, octobre-décembre 1991, p. 255.
15 François Dosse, op. cit., p. 204-205, à propos de l’étude conduite par Nathalie Heinich, La gloire de Van Gogh. Essai d’anthropologie de l’admiration, Paris, Minuit, 1992.
16 Voir également à ce sujet, La biographie. Usages scientifiques et sociaux, op. cit.
17 Christine Delory-Momberger, Histoire de vie et recherche biographique en éducation, op. cit., p. x (préface de Christoph Wulf), 12-13, 95, citant Norbert Élias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.
18 Bernard Pudal, « Du biographique entre ‘science’ et ‘fiction’. Quelques remarques programmatiques », dans La biographie. Usages scientifiques et sociaux, op. cit., p. 11.
19 Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 201. Sur le rapport biographie-roman, lire également Daniel Madelénat, La biographie, Paris, puf, 1984, p. 65. Sur la pluralité des témoignages d’historiens confrontés au genre biographique, voir La nouvelle histoire, Jacques Le Goff éd., Paris, Retz, 1978 et, sur des problématiques plus spécifiques aux historiens modernistes, Histoires de vies, Yves-Marie Bercé éd., Paris, Presse de la Sorbonne, 1996.
20 François Dosse, op. cit., p. 237, 279-280.
21 Idem, p. 284. Voir entre autres la thèse de Sabina Loriga, L’institution militaire : expérience biographique et identité sociale en Piémont au xviiie siècle, Thèse inédite, 1990 ; et du même auteur, « La biographie comme problème », dans Jeux d’échelles, Jacques Revel (éd.), Paris, ehess – Gallimard – Seuil, 1996.
22 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, n° 62-63, p. 69-72.
23 Nicolas Offenstadt dirige pour sa part aux Presses de Sciences-Po la collection éditoriale – « Références/Facettes » – inspirée par les recherches de Bourdieu et de Giovanni Lévi. Les récits rassemblés sous cet intitulé entendent rompre avec la linéarité traditionnelle des biographies, faire prévaloir les multiples facettes du biographé et porter un regard critique sur les images posthumes du personnage, sans négliger, selon un processus de « construction/déconstruction », son étude « en situation, dans sa pratique » (voir l’enquête et les entretiens menés par François Dosse auprès du directeur de collection, op. cit., p. 46-47). Pour un usage plus général du biographique en sociologie voir Jean Péneff, « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », dans La biographie. Usages scientifiques et sociaux, op. cit., p. 25-31 ; du même auteur, La méthode biographique. De l’école de Chicago à l’histoire orale, Paris, Armand Colin, 1990.
24 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 71-72.
25 Sur la critique de ces orientations, nous renvoyons à François Dosse, op. cit, p. 227 sq.
26 Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre, Vérités et mensonges de la collaboration. Trois écrivains racontent « leur » guerre (Raymond De Becker, Félicien Marceau, Robert Poulet), Bruxelles, Labor, 2006.
27 Sur les paradoxes de l’autobiographie comme prise de parole des classes dominées, voir Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de la recherche sur les milieux populaires », dans La biographie. Usages scientifiques et sociaux, op. cit., p. 32-44.
28 Cf. Pierre Michon, Vies minuscules, Paris, Gallimard, 1984.
29 Laurène Gervasi et Franz Johansson, Le biographique, Paris, puf, 2003.
30 Laurence Rosier et Jean-Maurice Rosier, « L’aventure biographique, une identité incertaines ? », dans Didactique du français langue maternelle (« Quels savoirs pour quelles valeurs ? »), actes du 7e colloque D.F.L.M, Georges Legros, Marie-Christine Pollet, Jean-Maurice Rosier éds., Association internationale pour le développement de la recherche en didactique du français langue maternelle, [s.l.n.d.], p. 205-208.
31 Sur la place de la biographie d’institution, lire Éric Agrikoliansky, « Biographies d’institution et mise en scène de l’intellectuel. Les candidats au comité central de la Ligue des droits de l’homme entre 1945 et 1975 », dans La biographie. Usages scientifiques et sociaux, op. cit., p. 94-110.
32 Alain Viala, Racine. La stratégie du caméléon, Paris, Seghers, 1990, passim.
33 Paris, Honoré Champion, 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Aron et Fabrice Preyat, « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 23 juin 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/2543 ; DOI : 10.4000/contextes.2543

Haut de page