Navigation – Plan du site

La biographie genrée : le genre au service du genre

Vanessa Gemis

Texte intégral

1Éclairée sous le prisme du genre (du concept initialement anglo-saxon de gender), la question du biographique en littérature1 renvoie d’abord à un constat : au sein de l’histoire littéraire traditionnelle, les femmes auteurs n’ont pas suscité le même engouement que leurs homologues masculins.2 À dire vrai, au découpage individualisé de l’histoire littéraire qu’induit l’approche biographique, correspond, un découpage sexué qui tend à occulter la participation des femmes à la vie littéraire (en particulier pour les périodes avant la seconde moitié du XXe siècle) et confère aux rares figures féminines mises en exergue un statut d’exceptionnalité.3 Cette invisibilité des femmes n’est évidemment pas réductible à la littérature et leur absence est perceptible à différents niveaux de l’écriture de l’histoire (sociale ou encore politique). Dans la lignée des travaux anglo-américains, ce constat a donné lieu, depuis une trentaine d’années en France, à de nombreuses études qui tentent de réévaluer les actions et les rôles effectifs des femmes et qui, soulignant la dimension socialement construite des identités sexuées, ont introduit une nouvelle catégorie d’analyse historique : le genre.4 Or, le croisement des problématiques liées au genre avec celles liées à la question biographique en littérature est intéressant à plus d’un titre. Outre qu’il mette l’accent sur un corpus d’auteurs trop souvent occulté par les études littéraires (les femmes), il invite à une réflexion sur l’écriture de l’histoire qui, sur son versant littéraire, passe par une remise en question des modèles et des concepts jugés universaux (en particulier la question du canon).

2Malgré le renouvellement des études littéraires et l’émergence d’outils propres à réintroduire les femmes dans l’histoire littéraire5, l’approche historique et biographique des femmes auteurs concerne en effet davantage ce vaste champ interdisciplinaire amorcé en France dans les années soixante-dix sous l’intitulé d’« histoire des femmes » et renouvelé dix ans plus tard par  la « gender history ». Dans ce contexte, la biographie est d’abord apparue comme un outil pour la revalorisation des parcours féminins et a, en quelque sorte, constitué une forme d’écriture de l’histoire des femmes.6 Elle a ensuite été le lieu d’une réflexion théorique et critique sur l’Histoire qui met l’accent sur la dimension socialement construite des identités sexuées.7 Faut-il préciser que si les propositions théoriques formulées initialement par les études de genre ne traitent pas directement du domaine littéraire, mais bien de l’histoire en général, elles lui sont facilement transposables ? Au sein d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire, le modèle de la femme écrivain s’est rapidement imposé comme un révélateur de dysfonctionnements des catégories historiques traditionnelles ou, en d’autres termes, comme le reflet d’une subjectivité féminine – c’est-à-dire d’un sujet féminin – qui contredit la vision idéologique d’un féminin passif immuable. Ainsi, comme le souligne Christine Planté, pionnière des études de genre en France et spécialiste de la question des femmes écrivains et de leur place dans l’histoire littéraire, « la littérature a toujours constitué […] une partie non négligeable de l’histoire des femmes, à la fois comme source, quand on ne dispose pas d’autres indications ou témoignages, et comme sphère d’activité où elles sont visibles et laissent des traces durables.»8 Le concept de genre va du reste irriguer différentes approches de l’histoire littéraire, comme l’histoire des intellectuels, et sous-tendre l’écriture d’une histoire littéraire des femmes, étape première avant l’introduction des femmes dans une histoire littéraire mixte.

La biographie : une arme au service du militantisme féminin

3Si historiquement, l’histoire des femmes est liée au mouvement féministe des années soixante-dix et se fait l’écho du credo de ses militantes (« Nous sommes sans passé, nous n’avons pas d’histoire »), ce champ d’étude peut faire état de pionnières dès la fin du xixe siècle. À l’époque, l’émergence d’un féminisme organisé, en France comme en Belgique, donne lieu à une volonté d’encourager, de légitimer et de rendre visible l’action des femmes dans l’espace social. Pour ces féministes de la première heure, que ce soit dans un souci différentialiste ou égalitariste, il s’agissait donc de « présenter des modèles féminins alternatifs à l’image du féminin passif ou futile et inintéressant. »9 Apparaissent alors des galeries de portraits dont la presse féministe regorge et qui peuvent être considérées comme une forme première de l’histoire des femmes, dont la biographie serait le mode d’écriture initial.10 Que ce soit le catalogue de l’exposition organisé par le Conseil National des Femmes Belges, à Anvers, en 1914 (La Femme belge dans la littérature 1870-191411), l’enquête menée en Belgique par l’écrivaine française Lya Berger (Les Femmes poètes de la Belgique. La vie sociale et littéraire des femmes belges12) ou encore l’ouvrage publié à la suite de l’exposition sur les femmes de lettres belges organisée, en 1937, par le Lyceum Club de Belgique (Femmes de lettres belges13), il est significatif que les trois seuls ouvrages, publiés entre 1914 et 1940, sur les femmes de lettres belges soient rattachés aux mouvements féminin/istes de l’époque14.

4Ces biographies de femmes rejoignent ainsi une des fonctions traditionnelles, et première du genre : la fonction édifiante. Le projet féministe qui les sous-tend passe cependant par une critique implicite des biographies féminines classiques. Alors que dans ces dernières, les femmes n’apparaissent que et en raison même de leurs rapports avec les grands hommes (fille d’untel, sœur d’untel, voire mère d’untel ou encore muse d’untel), les féministes privilégient « leur action, leur activité professionnelle ou artistique indépendante » modifiant ainsi, comme le souligne Eleni Varikas, « les critères de sélection des sujets biographiés » et proposant « une sélection et une organisation différente des matériaux biographiques eux-mêmes. » L’intention édifiante se manifeste ainsi moins par le choix du sujet que par la mise en avant de certains aspects de la vie des femmes : « Qu’elle soit explicitement formulée ou non, la fonction de ces biographies c’est de prouver que les femmes sont aussi capables que les hommes de faire l’histoire, de disputer aux hommes la prétention d’être les seuls créateurs de civilisation. […] Ces portraits reproduisent la définition épique de l’Histoire en opposant aux exploits d’hommes des exploits de femmes. [Ils constituent] une tentative de re-lecture ou de subversion souterraine des modèles reçus qui suggère la recherche d’une autre vision historique. »15

5Parmi les femmes biographiées, les écrivaines apparaissent en bonne place. La démarche ne consiste cependant pas encore en une réécriture critique de l’histoire littéraire mais participe à une volonté de démontrer l’éventail d’activités où peuvent s’illustrer les femmes. Cet usage de la biographie apparaît ainsi de manière récurrente à chaque émergence du féminisme et correspond à « un geste de la liste » qui selon Christine Planté « est le stade premier de l’argumentation »16.

6Si dans le contexte d’une histoire des femmes encore en construction, l’approche biographique ne peut se départir de ses racines militantes – par ailleurs revendiquées –, elle ne peut plus être aujourd’hui réduite à une fonction apologétique et édifiante. D’une part, les biographies de femmes soulèvent des questions et des difficultés méthodologiques révélatrices d’une logique patriarcale dont la réalité à une époque donnée se répercute sur l’écriture de l’histoire a posteriori. Et, d’autre part, l’approche biographique a, dès les années quatre-vingt, constitué un outil de réflexion théorique qui prit acte de l’introduction du concept de « genre », en France.17

Les biographies de femmes : questions méthodologiques

7Le souci de redonner une visibilité aux femmes, que ce soit par le biais de la biographie ou d’une nouvelle écriture de l’Histoire, a donné lieu à une réflexion sur les sources de l’Histoire. L’amnésie patriarcale, cause première de l’occultation des parcours féminins, correspond en effet à un processus dynamique – conscient ou non – de conservation inégale des archives. Écrites et sélectionnées par les hommes, les archives ne laissent généralement entrevoir la participation féminine que dans certains secteurs spécifiques (sociaux, paramédicaux ou encore liés à l’enfance) et tendent à occulter les parcours « atypiques », soit que leur marginalisation effective rend leur appréhension difficile, soit qu’ils n’apparaissent pas dignes d’intérêt. Se pose évidemment ici la question de la valeur accordée aux actions féminines, et partant des précautions prises pour en conserver la trace. Cette notion de « valeur » est d’ailleurs centrale dans une recherche sur la littérature féminine, puisque son déficit supposé constitue l’argument premier de l’exclusion des femmes de l’histoire littéraire et postule le désintérêt d’une approche biographique.

8Dans un article intitulé « Écrire des vies de femmes », Christine Planté souligne à juste titre que ce déficit des sources peut par ailleurs conduire à des dérives biographiques : « […] beaucoup de biographes se sont autorisés du manque de sources, de l’idée que, dans une vie de femme, les événements ne sont pas ce qui compte et que la vérité en demeurera de toute façon insaisissable, pour user d’extrapolations, de projections psychologiques ou romanesques. Comme si raconter la vie d’une femme c’était toujours un peu rêver à sa guise. […] Et bien des biographes, délibérément ou non, composent avec les déconvenues que leur infligent les documents, et préservent une partie de leurs illusions par la magie du récit. »18

9Le cas d’une George Sand que les anthologies se sont plu à présenter par le biais de ses amours « scandaleuses » n’est pas isolé. La biographie de Neel Doff (1858-1942) publiée par Evelyne Wilwerth en 1992, est explicitement présentée par l’auteure comme « une biographie rigoureusement scientifique mais qui se lit comme un roman19 ». Or, si l’on peut déjà mettre en question la pertinence scientifique d’une telle approche, en ce qu’elle enferme Neel Doff dans une représentation qui parasite l’appréhension littéraire de son œuvre, la « rigueur scientifique » revendiquée par l’auteure est largement remise en question lorsqu’au détour d’une page, elle mentionne une autre écrivaine, contemporaine de Neel Doff : Emma Lambotte, une auteure d’origine liégeoise qui, installée à Anvers, sera l’une des premières à reconnaître le talent de Neel Doff. Sous la plume d’Évelyne Wilwerth, Emma Lambotte prend rapidement les allures d’une héroïne de roman d’amour : « Une femme au charme piquant, au tempérament lyrique et passionné, qui adore séduire et tomber amoureuse. Elle suivra des cours de peinture (en séductrice plutôt qu’en étudiante), s’offrira une aventure avec James Ensor et se lancera dans l’escrime ! Elle deviendra aussi poète20… » Absence ou méconnaissance des sources ? S’il n’y a que relativement peu de documents et archives concernant Emma Lambotte, l’abondante correspondance adressée par James Ensor à Emma Lambotte a toutefois été acquise en 1968 par les Archives de l’Art contemporain en Belgique.21 Celle-ci témoigne d’une profonde amitié et de l’aide offerte par le couple Lambotte au peintre ostendais, mais ne permet pas de supposer entre les deux artistes une quelconque « aventure » amoureuse.

10La difficulté de retrouver les fonds et les documents relatifs aux femmes et à leurs activités est devenue à la fois un leitmotiv des ouvrages sur les femmes, et une réalité à surmonter. En Belgique, la création en 1995 du Carhif, le Centre d’Archives pour l’Histoire des Femmes, part d’une volonté explicite de collecter, conserver, gérer et ouvrir « au public les archives permettant d'écrire l'histoire des femmes et du mouvement féminin en Belgique22 ». C’est aussi l’objectif de la Bibliothèque Marguerite Durand à Paris. Le déficit des sources traditionnelles a par ailleurs conduit à l’utilisation des données biographiques observables dans des sources annexes, comme la littérature intime et privée (correspondances, autobiographies, journaux, etc.). Ce type de matériaux, utilisé de manière critique, a du reste été bénéfique à plus d’un titre puisqu’il circonscrit un espace de création et d’écriture largement investi par les femmes et qu’il donne à observer, par son ouverture vers l’intimité et l’espace privé, une subjectivité féminine – c’est-à-dire un vécu individualisé – qui dément la catégorie homogène « femme » traditionnellement invoquée par l’Histoire.23

11Au déficit des sources, également dommageable à une approche non-biographique de l’histoire des femmes, s’ajoutent deux problèmes spécifiques aux biographies de femmes. Tout d’abord celui du nom.

12Le nom propre, ce « désignateur rigide » qui, comme le rappelle Pierre Bourdieu dans « L’illusion biographique », « ne véhicule aucune information […] ne peut attester l’identité de la personnalité, comme individualité socialement constituée, qu’au prix d’une formidable abstraction » et n’est finalement que le support « de ce que l’on appelle l’état civil24 », le nom propre donc, constitue cependant le point de départ obligé de toute recherche biographique. Or, l’usage qui consiste pour une femme à délaisser le nom de son père pour porter, après son mariage, celui de son époux, constitue un obstacle non négligeable dans la reconstitution d’une vie de femme. La recherche de descendants – méthode éprouvée pour retracer la vie d’une personne décédée et qui permet de récolter des informations orales et parfois même d’accéder à des archives familiales – sera encore plus difficile si de cette union n’est née qu’une fille dont on ignore l’identité de l’époux, et donc des enfants.

13En ce qui concerne l’approche biographique en littérature, la question du nom rejoint également la problématique du pseudonyme dont on sait qu’il est une stratégie récurrente chez les femmes auteurs — même s’il est également observable chez les hommes — et qu’il découle, entre autres, d’une conscience aigue de l’interdit qui repose sur la carrière des lettres, pour une femme.

14Enfin, autre obstacle spécifique aux biographies de femmes, qui est très justement souligné par le Dictionnaire des femmes belges paru en 2006 : « Les vies de femmes ont ceci de particulier qu’elles présentent souvent des cycles, fortement liés à leur vie privée et familiale, mariage, maternité, veuvage. Il est nettement plus difficile de suivre les trajectoires féminines en raison, le plus souvent, de l’absence de carrière continue. Certaines n’apparaissent dans le champ d’observation qu’à l’occasion de certaines circonstances particulières, comme la guerre, ou se manifestent à certains moments de leur vie au sein d’associations philanthropiques. Puis on perd leur trace. »25

15Que ce soit le déficit des sources qui témoigne du désintérêt et de l’aveuglement dont souffrent les actions de femmes, la problématique du nom qui pose la question de l’identité, ou encore le morcellement des trajectoires féminines qu’impose leur fonction sociale tournée vers autrui et avant tout la famille, l’écriture d’une vie de femme soulève des difficultés dont la recension met en évidence un dénominateur commun : la non-reconnaissance d’une subjectivité. Cette question intervient de façon très pointue dès les années quatre-vingt, au moment où les recherches sur les femmes font l’objet d’une réflexion théorique qui introduit le concept anglo-saxon de gender. Pour les pionnières de cette nouvelle approche, la biographie apparaît alors comme une modalité d’écriture susceptible de dévoiler la pluralité des expériences de femmes, tout en soulignant les normes sociales qui construisent l’identité sexuée.

« Genre » et biographie

16Au début des années quatre-vingt, l’histoire des femmes est soumise à la critique de ses principales interprètes. Dès 1984, le colloque « Une histoire des femmes est-elle possible ? », organisé par Michelle Perrot, met ainsi l’accent sur l’effet de ghettoïsation que génère la discipline en présentant les femmes comme un objet d’étude spécifique. Quatre ans plus tard, les Cahiers du GRIF publient un dossier spécial intitulé « Le genre de l’histoire ». Cette livraison inclut la traduction française de l’article de l’historienne américaine Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique ». L’auteure y propose une définition du concept de gender – déjà utilisé aux États-Unis –, qui part d’une volonté de dépasser son usage alors purement descriptif (et notamment psychanalytique) et de démarginaliser les études sur les femmes : « le genre est un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir26. » Le genre est donc conçu comme une catégorie d’analyse de l’histoire (au même titre que la classe), comme un outil pour penser la différence des sexes en tant que construction sociale et culturelle qui s’appuie sur l’étude des réalités historiques, des discours et des représentations.

17En publiant cet article, les Cahiers du GRIF ouvraient donc la voie, en France, à une nouvelle approche des problématiques liées aux femmes. La réintroduction des expériences féminines dans l’histoire par l’utilisation du « genre » comme catégorie d’analyse historique, constitue un point de vue d’où il est en effet possible d’interroger toute l’histoire, ce compris les expériences masculines. L’article de Joan W. Scott sert d’ailleurs de point de départ au projet de trois chercheuses françaises, auteures du dossier sur « le genre de l’histoire » : Eleni Varikas, Christine Planté et Michèle Rio-Sarcey. Celles-ci soulignent la marginalisation qu’induit l’appellation « histoire des femmes » et, dès lors, refusent de s’en revendiquer. Elles vont cependant plus loin dans la critique en précisant que, selon elles, l’histoire des femmes échoue, au même titre que l’histoire traditionnelle ou l’histoire des mentalités, à rendre aux femmes leur subjectivité, et partant à leur redonner une vraie place dans l’histoire : « L’expression « femmes » pose une généralité et reproduit le refus traditionnel de reconnaître les femmes comme individus et sujets. Elle réduit l’appréhension des femmes au plus petit dénominateur commun du féminin : le biologique d’une part, le rôle et les effets de l’idéologie d’autre part. »27

18En outre, le recours à cette expression postule « connu ce qu’est l’objet femme, sans interroger les discours fondateurs de cet objet, qu’il fige en entité séparée, au nom d’un essentialisme naturalisme ou d’un déterminisme mécaniste28 ». Le projet des trois chercheuses  consiste donc « non pas à faire l’histoire des femmes mais à réintégrer les femmes dans l’histoire, en cessant de les considérer comme un objet présupposé pour les saisir comme sujet en devenir, dans et par le langage. Et cela sans se limiter aux sphères ou pratiques qui leur sont traditionnellement réservées, à d’épisodiques apparitions publiques, ou aux minorités statistiques du féminisme organisé29. »

19La volonté d’insérer les femmes dans l’histoire en tant que sujet passe ainsi par la remise en question de la catégorie historique « femme » instituée par une idéologie essentialiste du féminin. Pour Eleni Varikas, Christine Planté et Michèle Rio-Sarcey, il s’agit non seulement de montrer que l’identité sexuée relève d’une construction sociale et culturelle – introduisant ainsi la dynamique de genre – mais de valoriser la pluralité des comportements féminins face aux normes qui en découlent, en d’autres termes de « rechercher l’individu singulier dans sa dimension historique30. » Elles proposent, pour ce faire, d’utiliser la biographie, ou plutôt de croiser des essais biographiques dans une démarche quasiment prosopographique qui permet d’accéder au général, tout en n’oblitérant pas les parcours singulier qui lui sont irréductibles.

20Les quatre femmes choisies pour éprouver leur théorie31 sont issues du xixe siècle et ont pour point commun d’avoir, au-delà de leurs différences, été maltraitées par la critique et par l’histoire, et d’échapper au moins en partie aux modèles dominants et aux déterminations sociales. Il s’agit de Marceline Desbordes-Valmore, Daniel Stern, Claire Démar et Jeanne Deroin. Le choix d’inclure deux femmes auteurs démontrent une fois de plus combien les parcours d’artistes sont à même de rompre avec le modèle d’un féminin passif, dont les représentantes seraient interchangeables.

21Tout l’intérêt d’écrire une biographie de femme consiste, comme l’explicite Christine Planté, à « faire apparaître quand, comment, dans quel langage et au sein de quels rapports sociaux sont possibles individuation et émergence d’une subjectivité pour les femmes ». Elle impose ainsi « dans la recherche et dans l’écriture, de ne pas considérer ces quatre femmes isolément et seulement en elles-mêmes, mais de ne pas les réduire non plus à des illustrations d’hypothèses théoriques, à des catégories d’une typologie, à des exemples où se perdrait à la fois le général, c’est-à-dire l’analyse de la situation des femmes en des termes qui leur accordent la dignité possible de sujets, et le particulier, c’est-à-dire des itinéraires singuliers et irréductibles. […] Marceline Desbordes-Valmore, Daniel Stern, Claire Démar et Jeanne Deroin, ne sont pas ici que "des femmes du xixe siècle", elles sont des individus d’une singularité irréductible, ce que nous voulons voir en elles. Mais ces individus sont, aussi, des femmes, et leurs vies, dans leurs croisements et leurs rencontres, nous parlent de cela32. »

22Les études de genre ont donc contribué de façon essentielle à la réflexion sur le biographique. Tout d’abord en lui donnant un statut théorique et pratique qui l’inscrit comme une modalité d’écriture de l’histoire susceptible de rendre compte au mieux des expériences de femmes. La biographie rend aux femmes leur dimension vécue et dénonce le stéréotype d’un éternel féminin. Les propositions formulées par Eleni Varikas, Christine Planté et Michèle Rio-Sarcey sur la biographie de femme, qu’on lira avec beaucoup d’intérêt dans Les Cahiers du GRIF, passe donc également par une critique des caractéristiques récurrentes de ces biographies féminines traditionalistes qui, finalement, contribuent à reproduire le discours essentialiste. Ainsi, la dimension psychologisante, fréquemment invoquée, tend-elle à réduire les activités féminines à un déterminisme biologique. L’accent mis sur le privé (et en particulier sur le sentimental) détourne, quant à lui, le regard des entreprises publiques. La disproportion entre le nombre de pages consacrées aux frasques amoureuses d’une Georges Sand ou d’une Colette, par exemple, et celles dédiées à leurs apports littéraires essentiels contribue ainsi à entretenir le stéréotype de « la femme amoureuse ».

23Les études de genre contribuent également à une approche sociologique de la question biographique. Le concept de genre qui s’inscrit en creux des biographies de femmes a pour intérêt majeur de problématiser la question de l’autonomie du sujet face à la norme sociale et de remettre en question le modèle individualiste de la biographie. Elle remet ainsi en cause la notion de choix et de liberté qui, si elle permet au biographe de rationaliser son récit en présentant la vie comme une suite de carrefours, s’avère particulièrement inopérante pour les femmes. En posant la question de la subjectivité, leur démarche nuance toutefois un déterminisme absolu, et souligne la nécessité d’envisager l’espace des possibles. Pour Eleni Varikas, il s’agit ainsi d’« évaluer les vies des femmes dans une double perspective qui tiendrait compte de ce que toute action de dépassement – et plus encore toute action d’opprimé(e) – révèle, d’une part la réalité telle qu’elle est et en même temps le champ limité des possibilités de son changement ; mais que, d’autre part, et sur un plan subjectif, elle témoigne d’une conscience de ce qui n’est plus supportable, de ce qui ne doit plus être et en même temps de ce qui n’est pas encore, de ce qui n’existe que comme manque. Ce qui [nous] permet d’aborder le projet individuel en évaluant les possibilités qu’il a réalisé à l’exclusion de toutes les autres33. »

24L’approche biographique et le concept de genre ainsi théorisés et introduits en France à la fin des années quatre-vingt, vont rapidement irriguer les domaines les plus variés de l’histoire : l’histoire sociale, l’histoire politique, l’histoire de l’art, l’histoire littéraire, etc. Au sein de l’histoire littéraire, le genre interroge la validité du duo « homme et œuvre », institué en modèle depuis Lanson, et remet en cause la notion même de « canon littéraire ».

« Genre » et biographie en histoire littéraire

25Qu’elles soient issues d’un dessein militant de mise en valeur des figures féminines, ou d’une volonté critique de faire éclater l’éternel féminin, les biographies de femmes auteures apparaissent régulièrement dans la démarche féministe. Il faut toutefois attendre la fin des années 1980 pour qu’elles soient incluses dans un projet de réécriture de l’histoire littéraire.

26La critique féministe en littérature part du constat d’une faible représentation des femmes dans l’histoire littéraire. Le dépouillement des ouvrages d’histoire littéraire, point de départ obligé de ce type d’étude, permet en effet de répertorier les femmes auteures reconnues par l’institution, et partant de quantifier le déficit. Les recherches menées sur cette question dans différents pays (on peut citer la France, la Belgique, l’Angleterre ou encore l’Italie), relèvent toutes la faible proportion de femmes et soulignent le statut d’exceptionnalité réservé aux figures féminines mises en exergue. Ce bilan négatif a ensuite suscité un travail de reconnaissance bio-bibliographique qui met en évidence – surtout pour les xixe et xxe siècles – un écart significatif entre les rares « femmes illustres » passées à la postérité et le nombre effectif de femmes auteures à une époque donnée. À titre d’exemple, pour le champ français, Monique de Saint-Martin avance le nombre de 778 femmes écrivains, reprises par les catalogues des libraires à la fin du xixe siècle34, alors qu’une étude menée par Christine Planté montrent que les ouvrages d’histoire littéraire traitant de cette période, postulent au mieux l’existence d’une vingtaine de femmes écrivains, la plupart ne dépassant pas la dizaine. Ce travail d’inventaire « archéologique » qui vise à rendre visibles les femmes auteures et leurs œuvres, intègre généralement une approche biographique à laquelle on pourrait reprocher de finalement reproduire le découpage désormais traditionnel entre « vie et œuvre ». La biographie des femmes auteures peut cependant prétendre au dépassement de cette fonction traditionnelle en littérature puisqu’elle prend acte des réflexions théoriques et méthodologiques que nous avons soulignées précédemment, tout en s’appliquant cette fois au domaine plus restreint de l’histoire littéraire. La subjectivité féminine que met en relief l’approche biographique permet dans ce contexte d’interroger les notions de « littérature féminine » ou de « femme auteure », telles qu’elles renferment une vision essentialiste de la création littéraire et constituent de ce fait une catégorie de l’histoire littéraire où il est aisé de ranger et de marginaliser les femmes écrivains. Le principe de biographies croisées devrait quant à lui permettre de reconsidérer le statut d’exceptionnalité des femmes auteures visibles dans l’histoire littéraire (Madame de la Fayette, Georges Sand, Colette, etc.) en leur redonnant leur historicité. Ces femmes auxquelles la postérité semble rendre justice ont du reste fréquemment fait l’objet de dérives biographiques. Elles sont au cœur de « biographies romancées » où les stéréotypes foisonnent et où la question de la création n’occupe finalement que la portion congrue. Les études de genre tentent donc également de rendre justice à ces auteures en réaffirmant leurs contributions majeures à la littérature et la dette littéraire dont leur sont finalement redevables les œuvres masculines.

27Les études de genre ont également contribué au débat sur la question biographique en littérature et ses liens avec la notion de « canon ». Au travail d’inventaire qui met l’accent sur les femmes auteures en tant que sujets biographiques s’est en effet superposée une interrogation sur les raisons institutionnelles de leur exclusion. Cette seconde étape prend acte d’une volonté de dépasser l’écriture d’une histoire littéraire des femmes, pour réintroduire ces dernières dans une histoire littéraire mixte. La critique féministe a ainsi considérablement enrichi le débat sur la pertinence et la validité du « canon littéraire », dont on sait qu’il institue en modèles à la fois des œuvres et des auteurs – ces derniers devenant ainsi l’objet privilégiés des biographies littéraires – et qu’il constitue le fondement d’une histoire littéraire traditionnelle largement remise en question.

28La fonction idéologique de l’histoire littéraire, telles qu’elle apparaît dans ses rapports avec l’enseignement, et détermine en partie l’élaboration du canon, permet d’historiciser l’exclusion des femmes. Dans son étude sur les femmes auteures française au xixe siècle, Christine Bonnemaison-Paquin, souligne ainsi que « le culte de l’auteur apporte la notion d’exemplarité, d’où la réticence des enseignants à proposer des modèles féminins aux jeunes gens des Lycées. En effet, la présence des femmes parmi les maîtres à penser aurait pu suggérer un modèle différent de l’organisation sociale préconisée à l’époque, ouvrant une brèche pour la reconnaissance politique des femmes35. » Le maintien des femmes auteures dans un statut d’exception permet ainsi de les marginaliser et « de leur ôter leur valeur d’exemplarité à la fois morale et esthétique36. »

29La critique féministe met également en évidence la vision restreinte du littéraire qui découle de la notion de canon, et dont l’exclusion des femmes est symptomatique. Dès le XVIIIe siècle, les valeurs esthétiques qui prévalent à sa constitution excluent, en effet, les pratiques d’écriture et de lecture jugées non seulement symboliquement mais politiquement et idéologiquement inintéressantes (paralittérature, littératures alimentaires, etc.).37 Or, la dynamique de genre implique, de la part des hommes et des femmes, un rapport différencié au littéraire, et partant un espace de possibles différents qui confère aux femmes le statut d’agent dominé. Jusqu’à la première moitié du xxe siècle, au moins, nombre de femmes témoignent ainsi de positions et de prises de positions – dans une sorte de rituel d’auto-négation de la fonction d’auteur – qui s’écartent de la production légitimée, privilégiant notamment la littérature intime et privée (autobiographie, journal intime, correspondance, etc.), s’illustrant dans les genres les plus méprisés (romans populaires, feuilletons, etc.) ou annexant à leurs œuvres une fonction compatible à leur statut de femme, mais qui dénie l’intention littéraire de leurs écrits (éducation, moralisation, etc.). Ces « femmes de lettres » dénigrées, oubliées, et pourtant nombreuses avant-guerre, apparaissent comme des contre-modèles – ou des contre-canons – qui invitent à une approche sociale de la littérature que leur biographie est à même d’offrir. Leurs trajectoires invitent ainsi à une réflexion sur les critères de réussite, d’esthétique, voire de génie, que renferme la notion de « canon » et dont elles soulignent les déterminismes sociaux.

30L’introduction du concept de « genre » en histoire littéraire a finalement le mérite de remettre en question l’universalité des modèles. En soulignant les déterminismes sociaux dont sont tributaires les trajectoires des écrivaines et des écrivains, le « genre » invite à repenser la littérature sous l’angle de la mixité. Il intègre la valeur des œuvres littéraire au centre d’un réseau complexe de facteurs, que l’approche biographique est la mieux à même de dévoiler, et finalement introduit une dimension supplémentaire à cet habitus cher à Bourdieu. L’identité sexuée, telle qu’elle est socialement et historiquement construite, permet ainsi de repenser la hiérarchie qui postule l’écrivain premier avant l’écrivaine.

31En 1995, paraissait la traduction française d’une biographie de Simone de Beauvoir parue un an plus tôt en anglais : Simone de Beauvoir. Conflits d’une intellectuelle de Toril Moi38. L’ouvrage s’impose comme l’aboutissement des débats que nous avons tenté de restituer ici. Sujet d’étude peu légitime car indissociable du féminisme, Simone de Beauvoir l’écrivaine, la philosophe et l’intellectuelle, pâtit d’un rapprochement systématique avec Jean-Paul Sartre dont elle est, au regard de la postérité, non seulement la maîtresse mais l’éternelle seconde (« deuxième au concours d’agrégation de philosophie », comme le rappelle Toril Moi). L’auteur de cette biographie, qui affirme ne pas en écrire une et préfère le terme de « généalogie du sujet » proposé par Foucault, déconstruit cette infériorité intellectuelle, de même que le sentiment de cette infériorité exprimé par Simone de Beauvoir elle-même (en témoigne l’épisode relaté dans ses mémoires, où près de la Fontaine Médicis, Sartre déconstruit son système philosophique), en mettant en parallèle l’éducation et la formation intellectuelle des deux philosophes. Elle démontre ainsi que Simone de Beauvoir réalise au mieux les possibilités offertes aux femmes dans le champ intellectuel des années 1920-1930 en France. Pour Pierre Bourdieu, auteur de la préface à l’édition en française de l’ouvrage, ce « rapport au système d’enseignement, infrastructure spécifique de toutes les trajectoires intellectuelles, à peu près toujours absent des biographies » constitue le « point aveugle » de ces dernières39.

32L’ouvrage de Toril Moi témoigne de la validité et de l’intérêt des théories exprimées par les études de genre. Il illustre également la valeur interdisciplinaire du concept et rend compte de sa pertinence dans les domaines les plus récents de l’étude du littéraire, comme l’histoire des intellectuels. En France, cette approche de l’histoire des intellectuels par le genre a fait l’objet, depuis 1998, de plusieurs travaux et rencontres menées entre autres par Nicole Racine et Michel Trebitsch, et a donné lieu, en 2004, à la publication d’un ouvrage collectif intitulé Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels40. L’approche biographie, comme en témoigne le remarquable ouvrage de Toril Moi, apparaît donc une fois de plus comme une modalité d’écriture pertinente, susceptible de répondre au mieux aux exigences de la discipline et d’objectiver les trajectoires des femmes auteures.

Haut de page

Notes

1 Notre approche de la biographie genrée ne consistera pas en une étude de cas, mais bien en un bilan à la fois historique, méthodologique et théorique de son développement dans la tradition française. Nous étayerons toutefois notre propos par quelques exemples concrets, issus notamment d’une recherche que nous menons actuellement sur les femmes écrivains actives en Belgique francophone, entre 1880 et 1940.
2 Pour la France de l’entre-deux-guerres, Jennifer Milligan parle ainsi de « ‘Miss-‘Representation » (Milligan Jennifer E., The Forgotten Generation. French Women Writers of the Inter-war Period, Oxford, New York, Berg Publishers Limited, 1996, pp. 48-79). Sur le décalage entre la présence des femmes dans l’histoire littéraire et leur participation effective à la vie littéraire, à une époque donnée, voir aussi : de Saint Martin Monique, « "Les femmes écrivains" et le champ littéraire », dans Masculin/féminin 1, n° spécial, Actes de la recherche en sciences sociales, n°83, juin 1990,  pp. 52-56; Planté Christine, « Quel compte fais-tu des femmes ? », dans Pouvoirs, puissance : qu’en pensent les femmes ?, n° spécial, Romantisme, n°85, 1994, pp. 67-78. 
3 Si cet article privilégie les cas français et belge, précisons que des situations comparables ont été relevées pour d’autres champs nationaux, conduisant à de nombreux travaux où l’ambition patrimonial (sortir des noms et des œuvres de l’oubli) privilégie l’approche biographique et s’accompagne d’une remise en question et d’une réflexion sur l’histoire littéraire nationale, voire même européenne comme le suggère l’ouvrage de Patrick Vincent sur les poétesses romantiques (Vincent H. Patrick, The Romantic Poetess. European Culture, Politics and Gender 1820-1840, Durham, New Hampshire, University of New Hampshire Press, 2004 (coll. « Becoming Modern : New Nineteenth-Century Studies »). À titre d’exemple, citons les études de Boynard-Frot Janine, « Les écrivaines dans l’histoire littéraire québécoise », dans Voix et Images, vol. VII, n°1, automne 1981, pp. 147-167 ; Savoie Chantal, «  La page féminine des grands quotidiens montréalais comme lieu de sociabilité littéraire au tournant du XXe siècle », dans Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux, n° spécial, Tangence, n° 80, hiver 2006, pp. 125-142 ; Solovieff Georges, Cinq figures méconnues du Romantisme allemand, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Vallotton François, « Femmes de plume et hommes de poids. Réflexions sur l’émergence des femmes dans le champ éditorial romand (1850-1930) », dans Pavillon Monique (dir.), Itinéraires de femmes et rapports de genre dans la Suisse de la Belle Époque, n° spécial, Les Annuelles, n°10, Lausanne, Éditions Antipodes, 2007 (coll. « Histoire et société contemporaines ») ; Les femmes-écrivains en Italie, 1870-1920 : ordres et libertés (actes du colloque des 26 et 27 mai 1994, Université de Paris 3.), n° spécial, Chroniques italiennes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, n°39-40, 1994 ; Fuori norma. Scrittrici italiane del Novecento. Vittoria Aganoor, Paola Drigo, Rosa Rosà, Lina Pietravalle, s.l. Tufani, 2003.  
4 Pour une histoire du concept de genre, d’origine anglo-saxonne (gender), et de son introduction en France, voir : Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-Saint-Cloud, ENS Éditions, 1998. (coll. « Sociétés, espace, temps ») (en particulier la troisième partie : « Le temps du gender », pp. 109-161).
5 En particulier la théorie des champs de Pierre Bourdieu qui permet d’appréhender les agents littéraires dominés (Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992  (coll. « Point Essais »).
6 Cette première phase de « remémoration » s’articule autour de la métaphore de la « visibilité », popularisée par les Américaines, et ambitionne l’écriture d’une « her-story », pendant de l’« his-story » : « Rendre les femmes visibles, c’est en effet briser le miroir déformant des mythes qui entourent la féminité et partir à la recherche des femmes réelles, des femmes en action, les replacer dans leurs contextes historiques, faire surgir leur statut, leurs travaux, leurs joies et peines, leurs combats. C’est faire des femmes, immense travail, des sujets historiques à part entière. C’est se donner un passé, c’est retrouver la mémoire. »  (Thébaud Françoise, op. cit., pp. 66-67 (coll. « Sociétés, espace, temps »)
7 Le biographique est ainsi l’objet central du dossier du GRIF consacré au « Genre de l’histoire » (Le genre de l’histoire, n° spécial, Les cahiers du GRIF, n°37-38, printemps 1988.) (voir les parties de cet article intitulée « genre et biographie » et « genre et biographie en histoire littéraire »).
8 Planté Christine, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », dans Multiple histoire littéraire, n° spécial, Revue d’histoire littéraire de France, 103e année, n°3, juillet-septembre 2003, p. 661.
9 Varikas Eleni, « L’approche biographique dans l’histoire des femmes », dans Le genre de l’histoire, n° spécial, Les cahiers du GRIF, n°37-38, printemps 1988, p. 43.
10 Il ne s’agit cependant pas encore de biographies à proprement parler. Ou plutôt, ces portraits se présentent comme des biographies brèves et partielles, qui mettent l’accent sur certaines caractéristiques en rapport avec le propos de l’ouvrage, délaissant quantité d’autres informations. À noter, que dès le XIXe siècle, ces portraits s’accompagnent parfois de photographies desquelles se dégagent certaines postures particulières (la femme de lettres photographiée à son bureau, une plume à la main ou la femme de lettres photographiée en compagnie de ses enfants  modélisent ainsi des postures totalement distinctes).
11 La Femme belge dans la littérature 1870 – 1914, Anvers, Burton, 1914.
12 Berger Lya, Les Femmes poètes de la Belgique. La vie sociale et  littéraire des femmes belges, Paris, Perrin et Cie, 1925.
13 Ravez Walter, Femmes de Lettres belges, Bruxelles, Éditions de Belgique, 1939. Apparu en Belgique au début du XXe siècle et construit sur le modèle anglais, le Lyceum Club de Belgique est un espace de rencontres intellectuelles et mondaines, destiné aux femmes. Il se composait de plusieurs sections (scientifique, coloniale, artistique, etc.) dont l’une était consacrée aux lettres. Durant l’entre-deux-guerres, la section lettres du Lyceum Club fut successivement présidée par Aline Burls et Jeanne Maquet-Tombu.
14 Notre réflexion ne tient évidemment pas compte de la quantité d’articles ou encore des chapitres d’ouvrages qui s’interrogent, dès le tournant du siècle, sur la place croissante des femmes dans la vie littéraire nationale.
15 Varikas Eleni, art. cit., pp. 44-45.
16 Planté Christine, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », op. cit., p. 661.
17 Le genre de l’histoire, n° spécial, Les cahiers du GRIF, n°37-38, printemps 1988, 153 p.
18 Planté Christine, « Écrire des vies de femmes », dans Le genre de l’histoire, n° spécial, Les cahiers du GRIF, n°37-38, printemps 1988, pp. 68-69.
19 Wilwerth Évelyne, Neel Doff, Bruxelles, Éditions Bernard Gilson, Pré aux Sources, 1992, [quatrième de couverture].
20 Ibid., pp. 119-120.
21 Cette correspondance fera l’objet d’une édition, en 1999 (Derrey-Cappon Danielle, James Ensor : lettres à Emma Lambotte 1904-1914, Tournai, la Renaissance du Livre, 1999).
22 Site Internet du Carhif (via http://www.amazone.be)
23 Le rapport particulier des femmes au genre autobiographique mérite qu’on s’y attarde brièvement. Jusqu’au début du XXe siècle, la doxa commune qui entend dénier aux œuvres de femmes toute prétention à l’universel, prétextant l’incapacité des femmes à sortir d’elles-mêmes, à dépasser leur expérience limitée du monde, mais également leur facilité à se raconter, semble vouer la littérature féminine aux écrits intimes et autobiographiques (le journal, l’autobiographie, et dans une autre mesure, la correspondance). Cet a priori, s’il induit un mode de réception particulier des œuvres de femmes (critère qui explique que soit directement lié moralité de l’œuvre et moralité de l’écrivaine), n’en correspond pas moins à une certaine réalité. Toutefois, comme le souligne Jennifer Milligan au sujet des femmes auteurs françaises de l’entre-deux-guerres, le nombre réel d’œuvres à dimension autobiographique est bien plus limité que ne le laisse entendre la critique, surtout en regard d’une production romanesque quant à elle très abondante. Une femme qui souhaiterait publier (et la précision est importante) une œuvre à dimension autobiographique se voit, en effet, confrontée à des obstacles tant intellectuels, qu’émotionnels et psychologiques. Pour une femme, publier une autobiographie est un acte transgressif qui s’oppose à la définition patriarcale de la féminité : une femme ne peut être égocentrique, elle est altruiste par nature. Les tendances commerciales des éditeurs (le voyeurisme exacerbé) constitue également un risque majeur pour une femme désireuse de préserver sa vie privée. Autant d’obstacles qui conduisent les auteures désireuses de publier leurs autobiographies, à mettre en œuvre des stratégies d’auto-dissimulation (focalisation sur une personne de l’entourage, mélange fiction/réalité, etc.) (Milligan Jennifer E., op. cit., pp. 109-137).
24 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n°62/63, juin 1986, pp. 70-71.
25 « Introduction », dans Dictionnaire des femmes belges XIXe et XXe siècles, Gubin Eliane, Jacques Catherine, Piette Valérie & Puissant Jean (dir.), Bruxelles, Éditions Racine, 2006, p. 13.
26 Scott Joan W., « Genre : une catégorie utile d’analyse historique » (traduit de l’anglais par Eleni Varikas), dans Le genre de l’histoire, op. cit. p. 141.
27 « Femmes sujets de discours, sujets de l’histoire. Introduction », dans Le genre de l’histoire, op. cit. p. 21.
28 Ibid., p. 21.
29 Ibid., p. 22.
30 Riot-Sarcey Michèle, « Les sources du pouvoir : l’événement en question », dans Le genre de l’histoire, op. cit. p. 35.
31 Précisons que les trois chercheuses formulent ici des propositions théoriques. Il appartiendra à leurs travaux ultérieurs d’expérimenter leurs postulats (Entre autres : Planté Christine, « Marceline Desbordes-Valmore : ni poésie féminine, ni poésie féministe », dans French Literature Series n° XVI, University of South Carolina, 1989 ; Planté Christine, « Énigme de toi-même : les Poésies de Marceline Desbordes-Valmore », L'Année 1820, année des Méditations, Actes du colloque organisé par la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes, textes réunis et présentés par Christian Croisille, et publiés par le Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 1994, pp. 113-126 ; Riot-Sarcey Michèle, « De l'utopie de Jeanne Deroin », dans Utopies au XIXe siècle, n° spécial, Revue d'histoire du XIXe siècle, 1993 [En ligne : http://rh19.revues.org/document67.html] ; Riot-Sarcey Michèle, La démocratie à l'épreuve des femmes - Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, Albin Michel, 2000).
32 Planté Christine, « Écrire des vies de femmes », dans Le genre de l’histoire, op. cit. pp. 59-60.
33 Varikas Eleni, « L’approche biographique dans l’histoire des femmes », dans Le genre de l’histoire, op. cit., p. 54.
34 de Saint-Martin Monique, « "Les femmes écrivains" et le champ littéraire », dans Masculin/féminin 1, n° spécial, Actes de la recherche en sciences sociales, n°83, juin 1990, p. 52.
35 Bonnemaison-Paquin Christine, « Un paradoxe féminin. Participation et mise en marge dans l’histoire littéraire », dans Masculin/féminin. Le XIXe siècle à l’épreuve du genre, textes réunis et présentés par Chantal Bertrand-Jennings, Toronto, Centre d’Études du XIXe siècle Joseph Sablé, 1999, p. 216 (coll. « À la recherche du XIXe siècle »).
36 Bonnemaison-Paquin Christine, « Un paradoxe féminin. Participation et mise en marge dans l’histoire littéraire », dans Masculin/féminin. Le XIXe siècle à l’épreuve du genre, textes réunis et présentés par Chantal Bertrand-Jennings, Toronto, Centre d’Études du XIXe siècle Joseph Sablé, 1999, p. 216 (coll. « À la recherche du XIXe siècle »).
37 On se réfèrera à l’article « Canon, canonisation » de Lucie Robert publié dans le Dictionnaire du Littéraire (Aron Paul, Saint-Jacques Denis, Viala Alain (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002, pp. 74-76).
38 Moi Toril, Simone de Beauvoir. Conflits d’une intellectuelle, Paris, Diderot Éditeur Arts et Sciences, 1995 (traduit de l’anglais pas Guillemette Belleteste ; préface de Pierre Bourdieu) (coll. « Actualité »).
39 Bourdieu Pierre, « Préface. Apologie pour une femme rangée », op. cit., p. vi.
40 Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Racine Nicole & Trebitsch Michel (dir.), Bruxelles, Éditions Complexe, 2004 (coll. « Histoire du temps présent »).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Gemis, « La biographie genrée : le genre au service du genre », COnTEXTES [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://contextes.revues.org/2573 ; DOI : 10.4000/contextes.2573

Haut de page

Auteur

Vanessa Gemis

Doctorante de l’Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page