Navigation – Plan du site

Compte rendu de Saminadayar-Perrin (Corinne), Les discours du journal. Rhétorique et médias au XIXe siècle (1836–1885)

Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, « Le XIXsiècle en représentation(s) », 2007, 269 p.
Denis Saint-Amand

Entrées d'index

Mots-clés :

Rhétorique, Presse
Haut de page

Texte intégral

1L’objet de Corinne Saminadayar-Perrin est fondé sur un paradoxe a priori surprenant : lieu de communication novateur, le journal dixneuvièmiste français s’appuie pourtant sur l’ancien modèle oratoire, auquel il emprunte ses paradigmes et sa stylistique. Se présentant avant tout comme rhétorique, la présente lecture se fonde pourtant autant sur la méthodologie bourdieusienne que sur la théorie d’Aristote ou de Roman Jakobson : les mutations inéluctables que le journal impose aux héritages de l’éloquence traditionnelle, les causes et enjeux de ces mobilisations dans le paysage de l’époque et les positionnements qu’elles impliquent forment la matrice de cette étude que l’on peut qualifier de socio-rhétorique. Sa structure est élaborée comme un triptyque. Chacun des trois volets est constitué lui-même par trois chapitres qui forment ensemble  un tout cohérent, solide et particulièrement bien documenté.

2Dans une rapide introduction, l’auteur délimite la période qu’elle entend étudier en posant les dates de 1836 et 1885 comme termini a quo et ad quem. La première correspond à l’année de fondation du périodique La Presse, c’est-à-dire à « l’an i de l’ère médiatique » selon la formule de Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant1. La seconde équivaut approximativement au basculement du journal vers le modèle anglo-saxon de la presse d’information, modification accompagnée d’une professionnalisation du secteur qui annonce le déclin de l’écrivain journaliste. Participant jusque dans ces années quatre-vingt d’une « civilisation de l’éloquence » (p. 9), la presse se définit avant tout comme politique et littéraire et, partant, se veut, d’une part, reflet de deux champs où la dimension oratoire est encore largement d’actualité et, d’autre part, réflexion sur ces pratiques discursives. Si l’intervalle isolé par l’auteur semble résolument abordable, rappelons que l’instabilité politique de ces cinquante années (Restauration, Monarchie de Juillet, Seconde République, Second Empire et Troisième République se succèdent, charriant leurs lots respectifs de lois et valeurs) contrarie considérablement l’homogénéité qui aurait pu se dégager de ce laps de temps. Corinne Saminadayar-Perrin parvient néanmoins à saisir les variations des réalités journalistiques selon les régimes politiques, en alternant examen des propriétés intrinsèques de ces réalités et lecture comparatiste.

Presse et institutions oratoires

3Explorant les rapports entre la presse et les différents lieux d’éloquence traditionnelle et institutionnelle, la première partie de l’étude, intitulée « Scénographies du discours », s’ouvre sur l’examen des liens ténus qui unissent le journal à la vie politique. Souvent tendue, cette relation est pourtant essentielle pour les deux parties et la circulation des imprimés devient même prépondérante pour les orateurs en 1848, au moment de l’instauration du suffrage universel masculin. Corinne Saminadayar-Perrin décrit bien l’évolution de la complicité qui unit les « frères ennemis » que sont politiques et journalistes, en dégageant non seulement les enjeux de cette relation, mais en soulignant également des exemples de cas où elle se mue en véritable collaboration. C’est de cette façon, que, devant les obstacles pratiques nuisant à la fidélité du compte rendu, les tribuns n’hésitent pas à transmettre le texte (parfois corrigé) de leurs discours à ceux qui en feront la critique. Mieux encore, quelquefois c’est « le journal qui crée l’homme politique » (p. 29) et qui « fai[t] l’histoire » (p. 33). L’auteur cite l’exemple du Moniteur, « seul organe officiellement habilité à rendre compte des séances » (p. 23) après l’arrivée de Napoléon iii au pouvoir, qui récrit de A à Z certaines scènes manquées et cérémonies ratées. Progressivement, les éloquences respectives de la presse et de la tribune se trouvent logiquement liées par un rapport d’interaction : « le prolongement de l’éloquence parlementaire dans la presse tend à renforcer le processus contemporain de textualisation de l’éloquence » (p. 40). Dans la mesure où les discours politiques seront publiés au lendemain de leur prononciation, les orateurs préfèrent en effet les rédiger directement dans la version qui sera imprimée. L’auteur, par ces quelques cas, montre l’influence exercée par la presse sur un champ qu’elle ne fait que décrire, mais qui se trouve lui-même confronté à la problématique de sa représentation et, dès lors, se trouve contraint de s’adapter à cet appareil métadiscursif et de se reconfigurer.

4Le deuxième chapitre se penche sur la façon dont la presse se fait le relais des différents « spectacles de la parole » (p. 43). Par ce syntagme, Corinne Saminadayar-Perrin entend rappeler l’universalité de l’intérêt de l’époque pour l’éloquence, mais rend surtout compte de la dégradation des pratiques oratoires qu’elle regroupe sous cet hypéronyme, à savoir les plaidoiries d’avocats, les sermons académiques et les cours à l’Université. Présentant l’avocat comme un « star » (p. 44) depuis la Monarchie de Juillet, l’auteur montre comment cette étrange mythification d’une profession initialement destinée au service social est générée, en partie, par un compte rendu journalistique hypostasiant les vertus du magistrat. Cette glorification peut influer sur son engagement professionnel et l’éloigner des intérêts de ses clients, mais elle encourage surtout l’avocat à façonner son discours en fonction du journal. La presse, principalement sous le Second Empire, fait également écho aux séances de l’Académie, dont les élections sont prétexte à un « débat littéraire en fait, politique en droit » (p. 56). Enfin, les grandes chaires universitaires sont elles aussi prisées – notamment à cause de l’ancrage du discours des professeurs dans l’actualité –, ce qui incite certains maîtres à adapter leur posture en se conformant à cette popularité et en jouant avec ses avantages ou, à l’image de Sainte-Beuve, en refusant absolument ce qui est considéré comme un effet de mode et en optant pour une stratégie discursive en opposition à celle des « professeurs-rhéteurs » (p. 61). Si l’intérêt de la presse pour ces différentes manifestations oratoires provoque leur succès, celui-ci tient avant tout, comme le pressentait Sainte-Beuve, à l’affaiblissement de leur dimension culturelle au profit de la transformation des universités et des tribunaux en lieux de sociabilité mondains. Les discours se modifient, qui s’ouvrent désormais par des dédicaces enjôleuses aux dames présentes dans l’assemblée. Cette tendance est également de mise dans les assemblées parlementaires, où certains députés prennent la parole dans le seul but de voir leur nom inscrit dans la presse du lendemain. « Cette futilité, note l’auteur, […] s’articule cependant à une fonction idéologique et politique capitale » puisque, quand la liberté d’expression est bafouée (par le suffrage censitaire, par les restrictions du Second Empire), les lieux d’éloquence culturelle peuvent se réapproprier des « propos ailleurs condamnés au silence » (p. 65).

5Le journaliste s’estime apte à juger des capacités des professionnels des lettres en vertu d’une culture classique qu’il partage avec ceux-ci, d’une formation spécifique (qu’il s’est forgée par sa présence attentive dans les « grands lieux de parole ») et, enfin, d’une fonction médiatique (plus qu’une « voix du peuple », il s’agit alors d’une « voix pour le peuple ») qu’il occupe. Endossant et assumant de concert les postures d’« esthète » et de « professionnel de l’éloquence », il passe chaque performance oratoire au crible en « mobilisant les critères de l’appréciation rhétorique » (p. 73), « connaît […] les paramètres matériels qui […] assurent l’impact et l’efficacité [d’un discours] » (p. 74) et  « est à même d’analyser l’évolution contemporaine de l’actio oratoire » (p. 76). Cette dernière fait l’objet d’une approche particulière : souvent mobilisées pour accompagner les discours, les pratiques gestuelles ne sont pas épargnées par la presse, qui, en livrant une étude du dispositif général de la performance et non du seul texte dépasse l’approche littéraire et tend vers une « réflexion plus globalement communicationnelle » (p. 82). Corinne Saminadayar-Perrin montre bien comment ce mouvement d’allée et venue constant du journaliste dans un champ duquel il ne participe pas, mais dont il connaît et comprend les ficelles. En croisant les approches de l’ethos et de l’hexis du locuteur, le journaliste tente de déceler les modalités de fonctionnement du discours. En expliquant ces modalités à un public plus large, il se pose en quelque sorte en sociologue de l’éloquence : position particulière dont il convient de souligner la modernité. Toujours dans cette optique, il faut épingler l’intéressant développement de l’auteur au sujet de l’intérêt journalistique pour le lexique mobilisé par les orateurs. Corinne Saminadayar-Perrin cite les exemples de Pierre Bernard, fustigeant dès la Monarchie de Juillet l’emploi de termes creux tels Drapeau de l’opinion, sauvegarder ou équilibre, et de Prévost-Paradol, qui, sous le Second Empire, remarquait que base et baser participaient de tout discours gouvernemental (pp. 87-88). Cette approche permet d’esquisser une première définition du véritable statut de la presse : parfois considéré par la doxa de l’époque comme un lieu où chacun peut exercer son talent d’artiste, le journalisme est pourtant situé en hors champ, extérieur aux mondes respectifs de l’orateur et de l’écrivain tout en partageant certaines intersections avec ceux-ci. Malgré tout, dans sa modernité et sa réinvention des genres (l’emploi de l’article ou de l’entrefilet pamphlétaire par exemple), le journaliste se rapproche de « l’artiste, de l’écrivain et du penseur engagé » et « annonce à cet égard la figure de l’intellectuel » (p. 94).

6Cette première partie expose bien les interactions culturelles et symboliques entre les différents lieux d’éloquence et la presse qui, plus qu’une institution à part entière, semble alors se définir comme un carrefour à la croisée de plusieurs champs (une sorte d’« institution bâtarde » pour reprendre les mots de Bourdieu), façonnant son propre discours en jaugeant ceux produits par ces différentes sources et en vaquant à leur diffusion. Elle permet en outre d’appréhender le rôle du journaliste qui, en rapportant et en critiquant d’autres discours, œuvre à l’autonomisation du champ de la presse, par un double mouvement de distanciation à l’égard des autres champs (ceux dont il relate les propos et aux yeux desquels il fait figure d’agent extérieur, mais aussi le champ littéraire, duquel le journaliste s’écarte en investissant dans une praxis qui n’y a pas vraiment cours) et d'édification d’un rôle nouveau (le « journaliste sociologue », en quelque sorte). Corinne Saminadayar-Perrin illustre les retombées de cette médiatisation de façon précise pour montrer comment les orateurs évalués, conscients de l’importance de cette exposition et désireux de voir leur popularité croître, en viennent à adapter leur modus operandi pour mieux s’attacher les faveurs de la presse et, de cette façon, gagner le cœur de l’opinion publique.

Des avatars du journaliste

7La deuxième partie de l’ouvrage, « Portraits du journaliste en orateur », est, comme son titre le laisse entendre, plus hétéroclite. L’auteur prolonge tout d’abord l’esquisse inaugurée dans le troisième chapitre, en étudiant la figure du journaliste en tant que « professionnel de l’éloquence ». À un moment où le modèle discursif de la littérature fléchit et que le champ littéraire s’autonomise progressivement, la presse joue un rôle médiateur dans les tensions qui opposent rhétorique et littérature, dans la mesure où les agents littéraires qui y collaborent perpétuent le paradigme rhétorique. Le journaliste n’hésite pas à emprunter différentes postures oratoires, selon le message qu’il entend faire passer et en fonction de la cible à qui il le destine. Cette multiplicité de discours s’explique par le fait que le journaliste est avant tout l’héritier de diverses traditions rhétoriques : celle des humanités, tout d’abord, qui dote les bacheliers de ce que Corinne Saminadayar-Perrin appelle un « prêt-à-écrire » (p. 106. c’est-à-dire un habitus stylistique puisant allègrement dans la culture classique et dans l’Histoire), mais aussi, puisque le journalisme ne sera que tardivement professionnalisé, nous l’avons dit, celle du métier appris. La presse, potentielle pourvoyeuse de capital symbolique, récupère en effet un nombre important de bacheliers qui voient dans ce créneau une aubaine temporaire et considèrent que « le journaliste [est] la chrysalide du député, du ministre, du grand homme d’État » (p. 103). Ce  type de placement, au demeurant légitime, souille la réputation de la presse, dont les agents sont souvent perçus comme de « des prostitués de la plume, aussi dépourvus de talent que de scrupules » (p. 117). Déjà étudiée en d’autres lieux2, cette position délicate n’est pas développée outre mesure par Corinne Saminadayar-Perrin. Notons toutefois que la représentation stigmatisée de l’écrivain journaliste, que l’on retrouve notamment dans Illusions perdues de Balzac, contribue à l’autonomisation de la presse, dans la mesure où elle définit cet agent comme un renégat du champ littéraire et, de cette façon, l’en exclut.

8Le cinquième chapitre (le deuxième de la deuxième partie) souligne que, malgré les héritages rhétoriques que la presse « prolonge et renouvelle » (p. 124), cette dernière possède sa propre éloquence, qui se construit notamment par un investissement dans des thématiques récurrentes articulées aux calendriers civil et scolaire (les fameux « marronniers »), par l’emploi de genres originaux (le pamphlet, l’oraison funèbre, le panégyrique) et par la dimension métadiscursive qui est étroitement liée à ces emplois. Ces caractéristiques, nous semble-t-il, sont assez aléatoires dans la mesure où elles ne sont pas l’apanage de la presse3. Cependant, Corinne Saminadayar-Perrin souligne un trait distinctif essentiel – à nos yeux plus convaincant parce que véritablement spécifique –, qui tient au fait que le journaliste est contraint de se départir des hyperboles de la tribune puisqu’il s’adresse à un public plus large et qu’il doit composer avec une fréquence élevée. Cette périodicité conditionne la rhétorique du journal et devient même sa caractéristique principale, la distinguant des formes d’éloquence traditionnelles. Elle produit en outre l’efficace du journal en l’ancrant dans un quotidien d’autant plus proche qu’il est soutenu par un présent de communication. Par cette accessibilité et cet ancrage, la presse non seulement provoque son autonomie, mais, en plus, se convainc du rôle qu’elle doit jouer dans la formation politique et culturelle du citoyen.

9Notant, justement, que les pratiques oratoires sous la Monarchie de Juillet et sous le Second Empire reposaient sur un code strict impliquant une série de pratiques visant à légitimer le discours, Corinne Saminadayar-Perrin explique ensuite que le journal se distingue en outre par son absence de mise en page rigide. La presse s’inspire volontiers des pratiques oratoires marginales, telle la criée anglaise promouvant aussi bien le spectacle forain que la candidature politique. Cet intérêt pour l’« éloquence du ruisseau » (p. 154) tient au fait que ses usagers sont des « artistes du Verbe » (p. 156) et qu’elle incarne le meilleur de la verve populaire. La petite presse ne manque pas de récupérer la scénographie de ces parades, truffant ses pages de boniments attractifs. La grande presse lui emboîte rapidement le pas, ce qui « entam[e] quelque peu la dignité littéraire dont se réclame le journal » (p. 163). Ce « portrait du journaliste en saltimbanque », pour détourner le titre célèbre de Jean Starobinsky, est admirablement analysé par Corinne Saminadayar-Perrin, qui y voit un double jeu de « victime (du capitalisme littéraire) et [de] génie (radicalement inassimilable à la société bourgeoise » (p. 165). Enfin, l’examen de différentes pratiques parodiques et subversives dans le journal (récupérations de Bossuet, de formules consacrées, etc.) appuie judicieusement la thèse de l’influence du journal sur les lieux d’éloquence (qu’il peut porter aux nues ou vouer aux gémonies selon son bon vouloir) et de l’autonomie d’une presse qui, tout en se présentant comme intrinsèquement polyphonique, conserve son regard extérieur et critique.

Un public élargi

10Sous couvert d’une question rhétorique, « L’invention d’un éloquence démocratique ? », la dernière partie du volume commence par souligner la double problématique de la transposition de la pratique oratoire dans le périodique. D’une part, ce mouvement suppose évidemment le passage de l’oral à écrit et son lot d’ajustements ; d’autre part, le discours relaté dans la presse, par la diffusion de cette dernière, voit son public s’élargir et se diversifier. Selon Corinne Saminadayar-Perrin, le passage à l’écrit entraîne la dilution de la controversia, donne aux plaidoiries une impression de gratuité (puisque le vote ou la sentence ne mobilisent par le lecteur) et, partant, mène ces discours à la dérive (p. 180). De plus, la « circulation incontrôlée des discours » (p. 184) permet aux femmes et aux petites gens de se tenir au fait de l’actualité politique et culturelle, ce qui, aux yeux des dominants, est ressenti comme un déclin. L’adaptation de la presse à ce large public implique, en toute logique, une certaine vulgarisation. Si, se voulant pédagogique, la presse use du « lieu commun » (le fondement de la communauté interprétative), elle verse souvent dans le cliché, l’articulation vide d’idées creuses. On regrettera que, au lieu d’expliquer plus précisément ces dérives journalistiques, l’auteur préfère pointer du doigt les dégradations qui touchent également les procès, harangues et autres plaidoiries. Et de se contenter de noter que « si le journalisme produit en grande série des orateurs calibrés et appointés, il en va de même d’autres enceintes » (p. 189).

11Corinne Saminadayar-Perrin interroge ensuite le positionnement paradoxal de certains dirigeants après 1836 et sous le Second Empire : estimant que la liberté de presse est indispensable, ceux-ci refusent cependant le droit de réunion. Si l’affichage public des discours est inconcevable parce qu’elle permettrait le rassemblement, la lecture individuelle de la presse est censée informer tout en garantissant l’ordre public. C’est « fai[re] abstraction de la dimension collective, périodique et médiatique de l’écriture journalistique » (p. 225) qui, au moment où l’éloquence de la tribune est de plus en plus considérée comme sclérosée, pompeuse et inadaptée à l’espace public, devient le seul espace de débats et s’adresse aussi au peuple. L’auteur semble ici surestimer quelque peu l’importance du journal4, mais montre bien comment, en s’appuyant notamment sur une rhétorique de l’allusion, celui-ci s’écarte du champ du pouvoir pour réaffirmer son autonomie tout en se rapprochant, d’une certaine façon, des citoyens. Investi d’une mission visant à « pallier les déficiences de l’ordre socio-politique dominant, en construisant un espace de parole autre » (p. 214), la presse se tourne désormais vers un public qu’elle souhaite participatif, le « courrier des lecteurs » symbolisant cette ouverture et cet intérêt.

12Le dernier chapitre de l’ouvrage explore le processus d’évolution de la presse en un véritable « forum moderne ». Dans les années septante, après les crises de Sedan et de la Commune, le « paradigme rhétorique se trouve concurrencé par d’autres représentations et d’autres pratiques de la parole publique » (p. 227). Les modèles rhétoriques traditionnels ont perdu leur efficacité et leur pertinence et doivent s’effacer devant des genres plus directs et concrets, comme le pamphlet (déjà en vogue dans les années soixante). La diversification du public ne constitue toutefois pas la seule explication à cette mutation : « la promotion d’une éloquence simple et directe permet d’identifier clairement les problèmes, et donc de progresser dans le débat » (p. 238). La polyphonie du journal, déjà assurée par définition grâce aux différents signataires qui y participent, tient également au fait que celui-ci entend articuler la totalité des discours de l’espace public. Notons entre autres la posture de Jules Vallès, qui fonde à plusieurs reprises un périodique intitulé La Rue et orné de l’explicite Rédacteur en chef, la foule. De cette façon, c’est « un forum virtuel étendu à tout le territoire de la nation et à l’ensemble de la communauté citoyenne » (p. 241) qui se dessine et se construit. Deux problèmes, inéluctables, découlent de ce positionnement : d’une part, le journal peut être perçu comme s’abaissant au niveau du peuple au lieu de l’instruire ; d’autre part, cette ouverture au citoyen lambda pourrait signifier « la fin de la haute mission intellectuelle de la grande presse » (p. 242). Hors champ, en marge, la presse s’octroie le droit de relayer tous les propos, y compris ceux qu’on cherche à taire, et actualise ces discours en se renouvelant perpétuellement : « L’écriture du journal, indéfiniment renouvelée par sa périodicité se veut pur présent de communication, à la fois solidaire et distincte de la parole et du texte » (p. 250).

Perspectives

13Ce travail enrichit le champ d’étude de la presse dixneuvièmiste, particulièrement vivace au cours de ces dernières années, d’une production de qualité, problématisant idéalement un sujet complexe. Définie par l’auteur comme une esquisse programmatique, cette approche représente plutôt une somme cohérente et fine, dont les conclusions devraient faire autorité. S’articulant notamment aux travaux socio-historiques de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant5, elle les complète en abordant sous un angle socio-rhétorique original des questions qui aident à cerner les mécanismes du journal du dix-neuvième siècle, mais aussi ses enjeux et sa position par rapport aux champs avec lesquels il est confronté (et, particulièrement celui du pouvoir, issu de la cristallisation des positions dominantes de ces différents champs) et par rapport au grand public. Soulignons tout d’abord l’abondante documentation sur laquelle se fonde cet ouvrage : les nombreux exemples qui émaillent le texte assurent à l’apport théorique de Corinne Saminadayar-Perrin une base solide et rendent sa lecture plaisante6.

14Évoquant à peine la mauvaise réputation de l’écrivain journaliste, avatar de l’écrivain-écrivant, au sens où l’entend Jacques Dubois7, l’auteur préfère se détacher de cette problématique, déjà traitée nous l’avons dit, pour mieux explorer les caractéristiques dispositionnelles de cet agent et évaluer les différentes postures qu’il peut revêtir. Successivement sociologue, héraut ou saltimbanque, le journaliste est un personnage essentiel de la modernité, situé à la croisée de différents champs avec lesquels il entretien des rapport complexes, où l’inspiration et l’innutrition mutuelles prédominent toutefois. En explorant les fondements rhétoriques de la presse dixneuvièmiste et les relations que celle-ci entretient avec la grande éloquence, l’auteur met en effet au jour les modes de récupération et de réinvention journalistiques de pratiques oratoires, mais aussi la façon dont l’écriture périodique influe sur ces institutions et détermine leurs évolutions, tout en assurant sa propre autonomie en définissant son cadre et ses fonctions. N’hésitant jamais à élargir son champ d’action pour explorer d’autres réalités sociopolitiques et culturelles de l’époque, Corinne Saminadayar-Perrin éclaire aussi le rôle dévolu à la presse dans un espace du discours, qu’elle tend, en cinquante ans, à reconfigurer totalement, en profitant de sa large diffusion pour dépasser les cadres étroits des salles d’audience, tribunes et autres universités et enfin permettre au citoyen d’intervenir dans les débats. Cette appréciable universalisation est une pierre angulaire de la démocratie qui, comme l’indique justement l’auteur en quatrième de couverture, s’invente en ce xixe siècle français.

Haut de page

Notes

1 Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836, l’an I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de La Presse de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.
2 Voir notamment Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), L’Écrivain-journaliste au xixe siècle, un mutant des Lettres, Saint-Étienne, Éditions des cahiers intempestifs, « Lieux littéraires », 2003 et Thérenty (Marie-Ève), Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 2003.
3 Les « marronniers » ne sont pas une caractéristique propre à la seule presse puisque les calendriers qui les suscitent régulent aussi, d’une certaine façon, les formes d’éloquence traditionnelles (discours de bienvenue à la reprise des activités, de nouvel an, etc.) et influent également sur d’autres types de discours (la poésie du dimanche compte, elle aussi, ses poèmes de saison). Le réinvestissement dans certains genres mineurs n’est guère plus définitoire de l’éloquence du journal, puisque, comme le jugement métadiscursif d’ailleurs, ils peuvent se retrouver dans les plaidoiries d’avocats ou interventions des députés à la tribune, Corinne Saminadayar-Perrin l’illustrant elle-même tout au long de son ouvrage.
4 Sous le Second Empire, la liberté d’expression est certes malmenée par le despotisme de Napoléon III, il existe toutefois d’autres lieux de débats : ne citons que les goguettes, ces réunions de travailleurs qui pour parer à la loi Le Chapelier (interdisant, depuis 1791, les réunions de travailleurs de plus de vingt personnes), se tenaient clandestinement à l’arrière-salle des cafés et, comme l’a présenté Georges Coulongues, consistaient, entre autres, en force chansons tenant lieu de « véritables discours, de cours de formation civique et révolutionnaire ». Voir Coulongues (Georges), La Commune en chantant, Paris, Éditeurs français réunis, 1970, p. 29.
5 Nous avons déjà cité l’ouvrage publié en commun sur le journal La Presse, signalons encore les articles programmatiques publiés individuellement, mais de concert dans la RHLF (Thérenty (Marie-Ève), « Pour une histoire littéraire de la presse », Revue d’histoire littéraire de la France, « Multiple histoire littéraire », juillet-septembre 2003, pp. 625-636 et Vaillant (Alain), « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, juillet-septembre 2003, pp. 549-562). Il faut également souligner le recueil Presse et Plumes, intéressant et volumineux collectif dirigé par les deux chercheurs : plusieurs pistes de lecture (dont l’esquisse du présent ouvrage de Corinne Saminadayar-Perrin) y sont proposées et les études de cas y sont particulièrement enthousiasmantes. Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), Presse et Plumes. Journalisme et littérature au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2003.
6 Notons toutefois un bémol en ce qui concerne la relecture dont a bénéficié ce travail : plusieurs coquilles subsistent au fil des pages et certaines répétitions – à l’image de l’extrait de l’ouvrage Les Réfractaires de Jules Vallès, reproduit identiquement aux pages 60 et 182 dans un contexte absolument similaire – déconcertent le lecteur, sans pour autant nuire à la qualité de la recherche.
7 Dubois (Jacques), L’institution de la littérature (1978), Bruxelles, Labor, « Espace Nord », 2005, pp. 156-159.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Compte rendu de Saminadayar-Perrin (Corinne), Les discours du journal. Rhétorique et médias au XIXe siècle (1836–1885) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 12 juin 2007, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/263

Haut de page

Auteur

Denis Saint-Amand

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page