Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les textes rassemblés dans ce dossier proviennent de la deuxième Journée d’étude organisée par le groupe COnTEXTES, le 27 mars 2007 à l’Université Libre de Bruxelles.

2Le choix d’aborder une telle problématique a été dicté par le constat suivant : malgré les critiques déjà nombreuses qui ont pu être adressées par certains historiens ou sociologues de la littérature à la pratique de la biographie, le genre de la biographie d’écrivains est toujours abondamment représenté sur les étals des libraires et dans les rayons des bibliothèques. Le chercheur ou l’étudiant en littérature ne peut, le plus souvent, ignorer tout à fait ce pan toujours plus massif de la bibliographie sur son sujet, quel qu’il soit, et se voit, parfois malgré lui, confronté à un découpage individualisé de la matière historique qu’il étudie. En outre, si la biographie (d’écrivains) contraint l’histoire (littéraire) à passer avant tout par des noms de personnes, les lois du marché du livre accentuent encore cette réduction du point de vue en privilégiant parmi ces noms ceux qui seront les plus vendeurs auprès du public lecteur (ce mécanisme est particulièrement visible lors des années ou événements commémoratifs de la naissance ou de la mort de telle grande figure, qui s’accompagnent immanquablement d’une pléthore de biographies consacrées au personnage fêté et médiatisé). Enfin, en littérature particulièrement, le découpage biographique n’est pas sans incidence sur la façon de lire les textes : les éléments biographiques d’un auteur sont d’autant plus convoqués comme clés de lecture de son œuvre qu’ils sont abondants et s’imposent comme évidents en présentant des effets de cohérence et de bouclage.

3Ces différents constats ont poussé le groupe COnTEXTES à interroger la biographie en littérature, à la fois comme pratique et comme discours : qui l’écrit ? dans quelles circonstances, et sur qui ? quels sont les procédés mobilisés pour l’écrire ? quels usages en sont faits, et par qui ? quelles représentations du littéraire sont impliquées par ces procédés et ces usages ?

4En somme, l’objectif poursuivi par cette journée était bien de produire une réflexion critique sur la (les) pratique(s) biographique(s), conçue(s) comme une problématique en soi. Dans cette perspective, les contributions privilégient tantôt un point de vue historique (Paul Aron et Fabrice Preyat, Luc Fraisse), tantôt un point de vue méthodologique – ainsi, Björn-Olav Dozo interroge l’usage des méthodes quantitatives, Pascal Durand livre une réflexion sur la notion de « biographie construite » en sociologie de la littérature, Denis Saint-Amand et David Vrydaghs étudient quant à eux l’usage de la biographie dans l’étude des groupes littéraires. D’autres contributions se focalisent sur des objets historiquement plus circonscrits : Jérôme Meizoz se penche sur la pratique biographique de Louis-Ferdinand Céline, Charlyne Audin scrute la limite entre fiction et réalité dans l’écriture de soi chez André Baillon, enfin Marie-Pier Luneau et Vanessa Gemis explorent des zones plus marginalisées du littéraire, la première pour mettre au jour les effets de cohérence induits par les biographies des auteurs de romans Harlequin, la seconde pour offrir une critique informée du concept de « biographie genrée », au départ du cas des femmes écrivains en Belgique francophone entre 1880 et 1940.

5Dans tous les cas, il s’agit d’adopter un point de vue métacritique et prospectif sur un objet à l’évidence fuyante et qui résiste à la problématisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation du dossier », COnTEXTES [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 23 juin 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://contextes.revues.org/2653

Haut de page