Navigation – Plan du site

Littérature et sciences sociales dans l’espace romand, à propos d’un numéro de la revue A Contrario

Baroni (Raphaël), Meizoz (Jérôme) et Merrone (Giuseppe) (dir.), Littérature et sciences sociales dans l’espace romand, numéro spécial, A Contrario. Revue interdisciplinaire de sciences sociales, vol. 4, no 2, 2006
François Provenzano

Entrées d'index

Mots-clés :

Suisse romande
Haut de page

Texte intégral

1La belle revue A Contrario consacre son dernier numéro (disponible en ligne) aux croisements variés entre la littérature et les sciences sociales, en particulier dans l’espace romand1. Il ne s’agit pas, au fil de la dizaine de contributions qui constituent le dossier, de dégager un modèle théorique unique qui permettrait de penser l’articulation entre ces deux champs de connaissance. L’intérêt de ce numéro spécial tient précisément au fait qu’il propose une très riche variété de points de vue et même de tonalités.

2Dans un propos volontiers polémique, Dominique Maingueneau interroge le sens du mot « discipline » et son application à « l’étude de la littérature ». Sa dénonciation de la « relation herméneutique » qui unit magiquement un « littéraire » à l’œuvre qu’il commente débouche sur un plaidoyer pour un réaménagement des frontières de l’espace universitaire. Daniel Maggetti se situe lui aussi sur le terrain institutionnel, pour évaluer le statut de la « littérature romande » comme objet d’étude et pour constater la relation de nécessité qui la lie aux sciences humaines et sociales.

3Les autres contributions font alterner l’analyse savante, l’étude historique, l’enquête, mais aussi le témoignage réflexif (bouleversant article de Jérôme David « Sur un texte énigmatique de Pierre Bourdieu »), le document (Giuseppe Merrone et Ami-Jacques Rapin livrent une analyse compréhensive du milieu du banditisme à partir des propos et du roman de Jean Chauma, ex-bandit converti à l’écriture) et l’entretien (Pascale Casanova et Jérôme Meizoz mettent à jour les « effets de frontière » entre les littératures française et romande). Ces différentes problématiques abordées contribuent finalement à répondre à deux grandes questions spéculaires : que font les sciences sociales à la littérature ?, que fait la littérature aux sciences sociales ?

4Les sciences sociales déplacent et déplient la littérature, comme le montrent les articles de Céline Cerny, de Stéphane Pétermann, de Kristina Schulz et d’André Petitat. C. Cerny approche un texte de Ramuz (Le Village dans la montagne) avec les outils de l’ethnocritique et invite à réévaluer l’étiquette de « régionalisme » souvent appliquée à l’œuvre du romancier vaudois. S. Pétermann, dans un long article remarquablement structuré, examine lui aussi la figure de Ramuz et le figement dont elle a été l’objet, précisément pour en retracer le processus de sacralisation. Pointant les enjeux et les moyens par lesquels ont pu s’opérer ces appropriations diverses, l’auteur livre les résultats d’une enquête passionnante dans l’espace public romand, qui mêle analyse de textes et de métatextes, histoire éditoriale, considérations institutionnelles. Kristina Schulz examine quant à elle une autre grande figure suisse, Denis de Rougemont, par le biais de l’histoire des intellectuels. Son étude du concept de « neutralité active » défendu par Rougemont démontre tout l’intérêt de contextualiser finement les prises de positions, en les éclairant notamment par des éléments d’histoire des idées politiques. Enfin, André Petitat pose les hypothèses préalables à une sociologie de l’interprétation ordinaire des textes littéraires. Son article présente la théorie de la pluralité des mondes et l’articulation originale qu’elle propose entre le réel et le virtuel, pour ensuite examiner les processus de production d’une interprétation à partir d’un simple conte.

5Tout à fait complémentaires sont les contributions qui mettent en avant ce que la littérature fait aux sciences sociales, c’est-à-dire qui choisissent d’inverser, ou du moins de ne pas hiérarchiser, les rapports épistémologiques traditionnels. Ainsi, Lorenzo Bonoli livre une analyse précise des modalités de production (création de l’altérité) et de réception (garantie de la portée épistémologique) des textes scientifiques ethnographiques, nourrie des théories portant sur les récits de fiction. Raphaël Baroni, Stéphanie Pahud et Françoise Revaz utilisent eux aussi la fiction – plus particulièrement l’intrigue – littéraire pour éclairer d’autres formes de textualisation, en l’occurrence celles de l’intrigue médiatique. Leur analyse comparée du « feuilleton Swissmetal » débouche sur une réflexion épistémologique sur le transfert, la validité et le renouvellement des concepts narratologiques traditionnels. La réflexion épistémologique est également au cœur de l’article de Jérôme David, à la tonalité pourtant très personnelle. Au départ d’un curieux texte de Pierre Bourdieu sur un poème d’Apollinaire, l’auteur mène une enquête minutieuse sur le sociologue, dont il montre brillamment les rapports insoupçonnés à la littérature et auquel il rend par la même occasion un vibrant hommage.

6Quant à « l’espace romand », il se décline lui aussi selon deux modalités dans ce dossier : tantôt comme terrain investigué, tantôt comme lieu à partir duquel est menée l’investigation. À cet égard, l’article de Daniel Maggetti et l’entretien entre Pascale Casanova et Jérôme Meizoz présentent de manière synthétique l’imbrication féconde qui caractérise l’ensemble du dossier et qui nous amène à conclure que la transdisciplinarité n’est pas un vain mot, si elle s’accompagne d’un peu de réflexivité.

7À ceux qui pensent que la question des rapports entre littérature et sciences sociales n’a été que trop et inutilement débattue, ce numéro d’A contrario répond en démontrant de belle manière que les faits de textualité et les faits de société peuvent s’éclairer réciproquement et que cet éclairage réciproque peut s’avérer excitant, si l’analyste se soucie davantage de l’objet qui l’occupe, le passionne, et de sa rigueur de méthode, que de ses frontières disciplinaires et institutionnelles.

Haut de page

Notes

1 Ce compte rendu est également publié dans la revue Europe (no 237, mai 2007). Nous remercions chaleureusement la rédaction d’Europe de nous autoriser à le reproduire ici.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Provenzano, « Littérature et sciences sociales dans l’espace romand, à propos d’un numéro de la revue A Contrario », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 11 juin 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/268

Haut de page

Auteur

François Provenzano

Aspirant du F.N.R.S. / Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page