Navigation – Plan du site

Compte rendu de Baudorre (Philippe), Rabaté (Dominique) et Viart (Dominique) (dir.), Littérature et sociologie

Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Sémaphores », 2007, 234 p.
Paul Dirkx

Texte intégral

1Littérature et sociologie est le titre donné aux actes du colloque éponyme organisé fin 2004 à Bordeaux par la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle (SELF XX). Cette société savante française a ressenti le besoin, voire l’urgence d’actualiser la question des liens entre études littéraires et sciences humaines, après avoir constaté, à l’occasion d’un précédent colloque, le poids persistant du textualisme dans les départements de lettres modernes en France1. Le choix qui consiste à privilégier plus particulièrement les rapports d’exclusion et d’inclusion entre littérature et sociologie s’explique par le succès du « modèle conquérant » des cultural studies qui, ainsi que l’écrivent les éditeurs en avant-propos, « commence à atteindre la France et à imposer un mode d’approche [qui] risque de méconnaître les problématiques spécifiques de l’écriture » (p. 7-8).

Menaces sur les études littéraires

2Mais les éditeurs rapportent la nécessité d’une meilleure connaissance des voisins immédiats également et, dirions-nous, plus fondamentalement à la restructuration de la recherche en France et en Europe2. On pense à la reconfiguration et la mise en concurrence des filières et des disciplines induite par le système LMD (licence-mastère-doctorat) et par ses prolongements issus notamment de la loi-cadre LRU (loi liberté et responsabilité des Universités) d’août 2007. Reconfiguration qui elle-même s’articule à une restructuration complète de la recherche française dont les prémices remontent au moins à 1998 et le début du « processus de Bologne » et qui a commencé à se mettre en place avec la création de l’ANR (Agence nationale de la recherche), le lancement du programme de réduction des 85 universités à 8 pôles universitaires et les premiers efforts de découpage du CNRS. Or, la plupart des « littéraires », souvent peu au fait des textes (législatifs), en sont réduits à ressentir au moins confusément qu’ils n’ont pas tout à gagner de telles « réformes ». Car il est loin d’être acquis que les « lettres » arrivent à tirer convenablement leur épingle du jeu dans un paysage remodelé selon les critères du new public management – professionnalisation, productivité, compétitivité, responsabilisation, évaluation et, last but not least, polyvalence (disciplinaire) –, à côté desquels, faut-il le signaler, les cultural studies « conquérantes » font figure de phénomène de mode inoffensif3. Pour les éditeurs, en tout cas, il ne fait aucun doute qu’il y va « du statut de la littérature comme discipline à part entière, susceptible d’interroger le monde au même titre que les autres sciences humaines, selon une épistémologie propre, irréductible aux autres4 ».

3La « trop grande fermeture actuelle des études littéraires sur la poétique du texte » (p. 7) se mesure aux exclusives de tout ordre qui, innombrables mais analysables, plus ou moins invisibles et plus ou moins involontaires, sont inhérentes au fonctionnement quotidien de ces études et de la « forteresse imprenable » (p. 9) qu’est devenue presque chacune des sous-disciplines qui en font partie. Cela étant, des signes d’ouverture aux dimensions sociales de la littérature se multiplient depuis quelques décennies, auxquels vient s’ajouter le présent ensemble de contributions que ses initiateurs, enseignants à l’Université de Bordeaux, ont tenu à publier « en un hommage discret mais volontaire aux travaux de Robert Escarpit qui fut, on le sait, à l’Université de Bordeaux précisément, un des pionniers de l’approche sociologique de la littérature » (p. 10).

4C’est l’un d’eux, Dominique Viart (Bordeaux-III), qui ouvre cet ensemble en faisant le point sur « les champs du dialogue » (clin d’œil à Bourdieu, qui apparaît comme le principal fil rouge de ce livre) entre les deux domaines d’études. Le temps est venu pour la critique formaliste « de confronter à nouveau la littérature à son contexte » (p. 12). Si les « réflexions de Pierre Bourdieu sur le "champ littéraire" » se sont heurtées à des critiques « trop nombreuses pour que l’on puisse ici les évoquer en détail », elles ont eu au moins le mérite de « revivifie[r] certaines réflexions » (p. 13). Et l’auteur d’ajouter : « D’autres entreprises livrent d’importants résultats » : celles de Norbert Bandier, Nathalie Heinich, Bernard Lahire, Gisèle Sapiro, Anne-Marie Thiesse et Alain Viala – pourtant tous pour le moins redevables à la théorie des champs et même désireux, pour certains, de la dépasser. Dominique Viart observe aussi que les travaux « inspirés ou nourris de sociologie » sont toujours plus nombreux et divers : « on ne saurait lire, par exemple, La République mondiale des lettres de Pascale Casanova (Seuil, 1999) en en faisant totalement abstraction » (p. 14). Ainsi, « l’école française de sociologie […], on le voit, ne se résume pas à l’équipe de Pierre Bourdieu ». Et ce d’autant moins qu’elle prend appui sur une sociocritique toujours active, surtout « en Belgique, autour de Jacques Leenhardt, de Jacques Dubois, de Jean-Pierre Bertrand, de Benoît Denis ou de Paul Aron », et ailleurs en périphérie francophone. « Car la sociologie s’est récemment donné les moyens d’approcher des questions jusque-là demeurées dans l’impensé de la discipline, comme celle du "style" », et ce notamment grâce à la sociopoétique de Viala, qui a permis de corriger « une certaine indifférence au détail des œuvres » dont fait preuve la théorie des champs (p. 15-16). L’essor des recherches pragmatiques, avec Dominique Maingueneau et Ruth Amossy, n’a fait qu’amplifier cette dynamique.

5Dominique Viart termine en repérant chez un nombre important d’écrivains de la seconde moitié du vingtième siècle une sensibilité au social que « la doxa bien établie » de la discipline (p. 23) ne s’attend pas toujours à trouver sous leurs plumes (celles de Gracq, Yourcenar, Sarraute, Pinget ou encore Simon). La dimension sociale, voire sociologique est même thématisée dans certaines œuvres d’Annie Ernaux, François Bon, Pierre Bergounioux ou Pierre Michon, que l’auteur passe en revue en les rapportant tous à Pierre Bourdieu. Entre littérature et sociologie s’est ainsi instauré un véritable dialogue, dont il faut espérer « l’extension » (p. 28). C’est à cette extension que participent les textes suivants, divisés en trois sections.

« Questions de méthode »

6La première section – au titre (involontairement ?) bourdieusien – s’ouvre sur un exposé de Jacques Dubois (Liège), qui commence par revenir sur les pages des Règles de l’art dans lesquelles Bourdieu développe sa vision de la fiction et de l’aptitude fictionnelle à analyser la socialité. On y lit notamment que la fiction, sous une forme condensée que les sciences sociales ne sauraient atteindre, permet de dire des choses, y compris à propos du social, « sur un mode tel qu’elle ne le dit pas vraiment5 ». Ces pages « remarquables » (p. 34) appliquent toutefois au texte littéraire une modélisation venue de l’extérieur et qui active un inconscient social du texte, plus ou moins refoulé ou maîtrisé par l’écrivain. Autrement dit, procéder de cette façon, certes « convaincante », n’est pas « véritablement interroger le texte de fiction sur sa capacité à produire une pensée autonome sur le social » (p. 38).

7Tout en faisant un retour critique sur ses propres études consacrées à Proust et à Stendhal, Dubois propose alors de traiter la fiction « de façon parfaitement indépendante, en attendant d’elle et d’elle seulement la production d’un schéma d’explication du social ». Proposition qui a des accents moins sociologiques que sociocritiques et peut apparaître comme allant dans le sens d’une sorte de textocentrisme à l’envers. En effet, elle implique à juste titre l’autonomie sociale du discours littéraire, mais une autonomie non relative, « parfaite », exclusive de présupposés a priori sociologiques ou de configurations fictionnelles conceptualisables par la sociologie (car pour la plupart des œuvres, « on peut faire l’économie d’un tel appareil conceptuel [sociologique] », p. 39). Pareille autonomie conduit alors à parler de « travail fictionnel » ou à hypostasier « la fiction » (il faut « se tenir au plus près de la fiction », p. 45). Elle postule aussi une « part de créativité et d’aventure que suppose toute élaboration littéraire » (p. 39). Pourtant, il n’est pas sûr que l’application de la théorie du champ littéraire au texte amène à « nie[r] par avance » cette part, ni d’ailleurs cette « pensée » du texte dont Dubois explique, citant Pierre Bayard, qu’elle échappe à l’analyse dès lors qu’elle se trouve transcrite dans une autre pensée, en l’occurrence sociologique. Bref, l’hypothèse de Dubois mériterait qu’on l’interrogeât sur un de ses points de départ : « On conçoit bien que Marx ait lu Balzac et que Bourdieu ait lu Flaubert avec, dans l’esprit de l’un comme de l’autre, le souci de trouver chez les romanciers confirmation de leurs théories » (p. 43). Hypothèse, cela dit, riche, d’une richesse qui se mesurera aux débats qu’elle ne manquera pas de susciter.

8Nathalie Heinich (CNRS) se situe ensuite sur un plan plus disciplinaire. Les recherches qu’elle mène depuis une vingtaine d’années sur l’histoire du statut d’artiste la conduisent à formuler ici les conditions auxquelles le sociologue peut « s’immiscer ainsi dans le domaine des études littéraires » (p. 48) – formule qui est de nature à rasséréner une partie de la critique universitaire inquiète de son avenir. Elle montre que « [s]on usage des fictions » s’inscrit plus « dans le cadre d’une sociologie compréhensive des valeurs » que dans celui d’une « sociologie explicative » (p. 59). Le mot « explicatif » aurait mérité ici davantage d’explications, tant il est vrai que, comme Heinich y insiste elle-même, la problématique de la lecture du texte et de ses écueils herméneutiques (explicatifs ?) est centrale non seulement pour les études littéraires, mais aussi pour la sociologie de la littérature (si tant est que ce couple permette encore de caractériser la réalité disciplinaire).

9Gisèle Sapiro (CNRS), pour sa part, semble vouloir tenir ensemble les deux perspectives en faisant le bilan des apports du concept de champ littéraire à la sociologie de la littérature, entendue comme domaine de recherche parmi d’autres s’occupant de questions littéraires. Son panorama, complet et didactique, permet de prendre toute la mesure des avancées de l’approche sociale de la littérature et notamment du texte littéraire, tout en rappelant avec précision – précision des plus précieuses qui se révèle toujours indispensable s’agissant de « littérature et sociologie » – ce que signifie exactement le concept de champ et ce qu’il implique en termes de cohérence conceptuelle (avec « habitus » etc.) et en termes de méthodologie. À noter cette remarque sans doute également réconfortante pour une partie des études littéraires sur la concurrence entre celles-ci et les cultural studies : « [À] l’instar de la production, la réception est un processus médiatisé : les modalités matérielles ou intellectuelles de présentation des œuvres, l’accueil qui leur est réservé par les critiques, les modes d’appropriation par les différents publics en fonction de leurs propriétés sociales, autant d’aspects de la réception qui formaient le programme initial des Cultural Studies et qui est devenu celui de la sociologie de la littérature » (p. 72).

10Néanmoins, Nelly Wolf (Lille-III) regrette que, malgré tous les efforts de rapprochement, « la sociologie de la littérature semble devoir constamment se tenir en marge des études littéraires menées à l’université » (p. 81). Les travaux de Bandier, Boschetti, Casanova, Sapiro ou encore de Thiesse, tous « issus de [l’]école » de Bourdieu, « restent au seuil des œuvres » et, de ce fait, « écarte[nt] encore un peu plus la sociologie littéraire de l’horizon d’attente universitaire » (p. 82). La plupart des recherches inspirées de la théorie du champ littéraire se font du reste « dans des institutions extérieures à l’université, ou extérieures aux départements de lettres des universités » (p. 83). Et il est vrai que, du moins sur de nombreux « Campus Lettres et Sciences humaines » en France, l’étude du discours littéraire exclut encore et toujours largement la prise en compte de son engendrement et de son fonctionnement éminemment sociaux. Nelly Wolf estime que les « départements de lettres auraient donc intérêt à intégrer la dimension sociologique dans leurs cursus d’enseignements et leurs équipes de recherche », et ce en leur montrant, recherches à l’appui, « qu’il est possible d’associer raisonnement sociologique et compétences philologiques dans des essais de sociologie des styles littéraires ».

11Joignant l’acte à la parole, et après avoir rappelé « l’apport capital de Renée Balibar » et renvoyé aux études déjà existantes d’Alain Viala et de Jérôme Meizoz (qui « appartiennent […] à l’école de Bourdieu »), elle propose plus concrètement de « transférer à la langue littéraire la topique et les concepts mis au point pour décrire la logique du champ littéraire » (p. 84). Toute la pertinence et la faisabilité de ce transfert – lequel est du reste inclus dans le concept bourdieusien de champ des prises de position – sont ensuite illustrées à travers quelques exemples (trois romans naturalistes de Huysmans, Edmond de Goncourt et Zola ; l’« insécurité linguistique » d’Albert Cohen). Wolf parvient ainsi à réunir dans les limites d’un article une bonne partie des ingrédients épistémologiques et méthodologiques d’une sociologie des styles « au croisement de l’histoire de la langue, de la sociologie de l’institution littéraire et de l’analyse stylistique » (pp. 86-87). Et de terminer, pour qui se demanderait encore si cet auteur cherche à contribuer à l’inflation en la matière, que ses « exercices » ne « visent pas à fonder une discipline », mais au contraire à croiser des compétences (p. 93).

12Dans une dernière intervention, Roger Navarri (Bordeaux-III) poursuit un des débats les plus féconds concernant la sociocritique de Claude Duchet, enrichie du concept de discours social de Marc Angenot : comment faire pour « étudier le social dans le texte », pour reprendre la formule duchetienne, quand on a affaire à des textes qui entendent « rompre plus ou moins radicalement avec toutes les formes de réalisme et qui mettent au premier plan la subjectivité, la singularité d’un scripteur prétendant n’obéir qu’à cette nécessité intérieure dont parlait Breton ou se réclamant d’une "révolution" totale du langage et de la société » (p. 96) ? On retiendra de sa réponse nuancée l’idée selon laquelle « les textes les plus apparemment "monstrueux" ou "sauvages" laissent apparaître des stratégies narratives et des choix rhétoriques qui permettent de relativiser les "limites" de leur "négativité" ou, si l’on préfère, de voir dans quelle mesure cette négativité s’inscrit dans un système de valeurs qui n’est pas forcément aussi radicalement nouveau et "révolutionnaire" qu’il ne le prétend » (p. 103).

« Intersections »

13La section médiane de ces actes porte bien son titre : ses quatre articles se situent à la croisée de la sociologie, de la littérature et d’une tierce discipline. Claude-Pierre Pérez (Aix-Marseille-I) commence par évoquer la figure aujourd’hui devenue un peu obscure de Roger Caillois, cofondateur du Collège de Sociologie et intellectuel en rupture de ban aussi bien en tant qu’écrivain qu’en tant que sociologue. L’analyse de sa situation de littérateur et de savant « entre deux chaises » (au moins) est un bon moyen d’explorer les liens complexes et souvent ambivalents entre littérature et sociologie (p. 113), surtout à une époque (les années 1930-1970) où les secteurs dominants des deux sphères discursives convergent peut-être moins que jamais et où prend son essor l’ethnologie structuraliste. Un des aspects les plus intéressants de cette étude réside pour notre part dans les remarques à propos du ton rigoureux de Caillois. L’auteur nous dit que cette « rigueur » relève moins de la méthode (cartésienne ou durkheimienne) que d’une « brutalité assertive » qui, selon Pascal Quignard, est la marque des modernes (p. 123) – peut-être spécialement en France. « À côté de l’histoire des idées, de la chronique de leurs migrations, il doit y avoir place pour une histoire des manières, des styles [qui produisent des effets de] sens par-dessus les limites de nos territoires respectifs ». L’idée, sans être entièrement nouvelle, est riche et a le mérite d’être remise à l’ordre du jour. Il y aurait ainsi, préciserions-nous, une histoire à faire de la circulation des sciences humaines et spécialement sociales dans le champ littéraire, une histoire qui fût attentive aux malentendus structuraux (effets d’autorité, etc.) engendrés par le caractère exogène de textes dont on ignore généralement tout des conditions de production, surtout quand les producteurs s’entendent à brouiller les pistes, tel un Roger Caillois proche en cela d’autres intellectuels aux parcours « pluriels » (Roland Barthes, etc.).

14Prenant appui sur l’œuvre d’un autre fondateur du Collège de Sociologie, Georges Bataille, Laurent Mattiussi (Lyon-III) développe la thèse d’une littérature qui serait foncièrement discours sur l’indicible de l’homme et de sa réalité : une anthropo-logie négative. Considérée sous cet angle, la sociologie apparaîtrait comme à la fois complémentaire de la littérature mais en même temps bien impuissante à conduire vers une telle « via negativa », propice à l’innovation scripturale et empruntée par bon nombre d’écrivains depuis les romantiques allemands jusqu’à Michel Tournier en passant par Mallarmé, Valéry ou encore Beckett6. Opérant une sélection littéraire plus réduite encore, Stéphane Bikialo (Poitiers) observe comment les écrits de « sociologie de la communication » (p. 140) de Lucien Sfez, Philippe Breton et Ignacio Ramonet font écho à la notion de « sensure » proposée par l’écrivain Bernard Noël depuis L’Outrage aux mots (1975). Cette « sensure » est une censure non cynique, omniprésente et inhérente au trop-plein communicationnel de nos démocraties qui en souffrent plus qu’autre chose, une « censure invisible7 », pour reprendre la formule de Pascal Durand, dont la force réside dans le fait d’être méconnue comme censure des plus efficientes. Stéphane Bikialo montre ensuite comment l’écriture de Noël met littéralement en œuvre les principes de cette « sensure ». Ce va-et-vient entre analyse théorique et texte littéraire constitue une démarche de bon sens épistémologique que devraient être davantage légitimés à suivre les commentaires de texte effectués dans un cadre plus étroitement formaliste.

15Enfin, Jacques Poirier (Université de Bourgogne) se livre à une intéressante analyse de l’« ethno-roman » La Traversée du Luxembourg de Marc Augé. La méthode hybride chère à cet ethnologue implique une objectivation participante que Poirier rapproche, sous certains rapports, de Bourdieu. Ces pages permettent aussi de mesurer la distance qui sépare l’ethnologue de l’étrangeté quotidienne et le sociologue des interactions résultant de pratiques au sein ou à l’intersection de champs. Cette distance réside, entre autres choses, dans le rôle que l’un et l’autre réservent à la littérature. Posant « en principe l’ambivalence du sujet et l’équivoque du monde » (p. 170), Augé entretient avec celle-ci un rapport plus empathique que Bourdieu. S’agissant d’un colloque sur « Littérature et société », un approfondissement des liens qu’entretenait le second, décidément bien présent, avec des écrivains de son temps (Annie Ernaux, Yves Bonnefoy, Claude Simon, e. a.) y aurait eu toute sa place, ainsi qu’une analyse de son écriture, qu’y compris le "dernier" Bourdieu ne tendait pas à confondre avec une quelconque pratique littéraire.

« Ouvertures »

16La troisième et dernière partie du livre propose des pistes de recherche susceptibles de démontrer en acte la fécondité d’une approche sociale de la littérature. Adepte de l’« histoire orale » ou « remémorée », Anne Roche (Aix-Marseille-I) ébauche une étude comparative entre les témoignages recueillis par le sociologue (et l’ethnologue) et les « sources » que constituent certaines œuvres littéraires contemporaines. À partir d’une comparaison de La Misère du monde avec l’œuvre de François Bon, elle se demande quelle est la valeur ajoutée de la sociologie par rapport à la littérature. Si l’on s’en tient au problème de l’énonciation, le lissage de la parole que l’on voit à l’œuvre dans le collectif publié sous la direction de Pierre Bourdieu – « livre passionnant » (p. 181) – conduit à une réponse nuancée qui ne penche pas forcément en faveur de la sociologie.

17Vient alors une contribution qui applique les concepts de « champ » et d’« habitus » (concept peu exploité, y compris dans le présent volume) au cas (tout aussi peu exploré) des collections littéraires. Pascal Mougin (Paris-III) montre en effet que la collection Minimales des éditions Verticales est le produit d’une politique éditoriale subtilement ajustée à la position de cette maison (ou plutôt de cette « marque » des éditions du Seuil) dans le champ de l’édition française. En effet, la stratégie d’émergence de cette structure prise entre nécessité avant-gardiste et obligation de résultats se caractérise par un équilibrisme corrélatif entre souci esthétique et préoccupations lectorielles. C’est donc à un examen conjoint de l’« habitus éditorial » (Yves Winkin et Pascal Durand) et des textes que procède l’auteur, conscient qu’un champ constitue un écran médiateur entre ces deux réalités. On voit ainsi tout ce que l’étude d’un objet tout sauf légitime (« l’analyse externe d’une stratégie éditoriale à l’échelle d[’une] collection littéraire ») peut apporter à l’étude de chaque œuvre du catalogue concerné, « dans une perspective résolument interne et sociopoétique » (p. 194). Et aussi tout ce qu’a à y gagner une histoire littéraire soucieuse de dégager correctement les multiples évolutions au sein de la littérature française "extrême-contemporaine", où, par exemple, « la légitimité littéraire n’est plus synonyme de textocentrisme », et ce pour des raisons liées notamment aux transformations du champ éditorial (p. 199). Ainsi, Pascal Mougin illustre, de manière fort convaincante, que « toute prétention sociologique de la littérature (le projet de dire la société dans la littérature) tient elle-même à la sociologie de la littérature (à ce qu’est la littérature dans la société, à la littérature comme réalité sociale) » (p. 193). Phrase qui aurait pu être mise en exergue de ces actes et qui exprime une banalité en trompe-l’œil, dont il conviendra de dire encore un mot dans notre dernier paragraphe.

18Mais avant cela, il faut encore signaler un texte de Florence Bouchy sur les objets dans les œuvres littéraires des années 1980 et 1990. Comme s’il s’agissait pour elle de (ré)introduire la sociologie dans la démarche sociocritique, cette doctorante de l’Université de Bordeaux-III se demande dans quelle mesure les analyses sociologiques consacrées au rôle des objets dans la construction du social peuvent aider à mieux comprendre leur répercussion dans la construction du texte. L’apport lui paraît plutôt mince dans le cas de la récente micro-sociologie des objets (Dominique Desjeux, Bruno Latour, Jean-Claude Kaufmann, Jean-Pierre Warnier, e. a.), plus attentive aux dimensions pragmatiques des objets qu’à leurs fonctions sémiotiques. À l’inverse, il y « aurait alors en quelque sorte homogénéité ou convergence possible des épistémologies » littéraires et des épistémologies sociologiques « du Baudrillard du Système des objets ou du Bourdieu de La Distinction » (p. 210). Leur « sociologie critique » ouvrirait même des possibilités descriptives et interprétatives plus fécondes que les approches poéticiennes qui rabattent a priori les rapports entre fiction et réalité, et notamment les effets de réel, sur la question du « (néo-)réalisme », notion propre à induire en erreur, comme l’ont montré un Jacques Dubois ou un Dominique Viart. Cette dernière remarque est loin d’être inintéressante ; mais un recours plus réflexif à la « sociologie critique » de Pierre Bourdieu aurait incité à poser préalablement la question de l’intérêt à convoquer la sociologie de cette manière quelque peu instrumentale. Ce qui n’empêche pas Florence Bouchy de voir que, « si l’importation des concepts sociologiques dans le domaine littéraire est souvent difficile, et même trompeuse, les questions que se posent l’une et l’autre disciplines gagnent en revanche à être mises en commun » (p. 217).

19C’est également ce que suggère Bruno Blanckeman (Rennes-II) dans un texte final intitulé « Lettres ouvertes ». « Ni hostilité, ni gémellité : la relation entre littérature8 et sciences humaines peut aisément se concevoir, au début du vingt et unième siècle, sur le mode serein du libre échange », écrit-il (p. 219). Sans doute cette observation mériterait-elle d’être rapportée à la réalité du terrain, de chacun des terrains qui composent le patchwork des études « littéraires ». Ce qui impliquerait – enfin – la mise en œuvre d’une sociologie et d’une histoire sociale de cette discipline, devenues depuis longtemps indispensables pour étoffer l’argumentaire de ses défenseurs les plus lucides. « Une humanité du non-être, dans un univers marqué par des non-lieux : telles sont les "régions de l’inédit" [Marc Augé] qu’explorent ensemble ethnologues, sociologues et écrivains » contemporains comme François Bon, Annie Ernaux ou Jean Echenoz (p. 227) : cette autre observation appelle une étude approfondie des structures positionnelles et dispositionnelles qui sous-tendent ce type de convergences entre sous-champs du champ intellectuel. Car la problématique « littérature et sociologie » ne suscite pas seulement la question de savoir ce que la sociologie fait à la littérature et vice-versa, question qui était à l’origine du colloque, mais elle demande aussi que l’on surplombe et analyse l’ensemble de l’espace des possibles cognitifs, esthétiques, éthiques et politiques où se définissent sans cesse les enjeux spécifiques à ces deux univers discursifs ainsi que leurs relations (plus ou moins) évolutives.

Pour conclure : une opposition tenace

20Le volume Littérature et sociologie a pour principal mérite de montrer à l’œuvre de nombreux ressorts de l’interaction texte-social, à laquelle le texte littéraire n’échappe pas (certes, à sa manière et selon une gamme de possibles infinie). Rien de tel qu’une immersion, de préférence régulière, dans les débats sur ces incessantes car inéluctables interférences pour que « littéraires » et sociologues soient toujours plus nombreux à se lire davantage et à sortir progressivement de ces quelque cent cinquante années passées à se regarder en chiens de faïence. Mais « interaction texte-social » est une formule qui induit en erreur : elle relève encore d’une vision binaire du phénomène littéraire, comme quoi il existerait d’un côté « le texte » et, de l’autre, « le social », d’une part, le texte, d’autre part, son contexte. Or, c’est précisément l’illusion d’optique qu’une partie de la sociologie de la littérature s’obstine à déconstruire, et, semble-t-il, avec toujours moins d’insuccès, faisant d’ailleurs écho dans son ordre à ce que certains écrivains, comme Stéphane Mallarmé ou Claude Simon9, ont passé leur vie à dire et à répéter dans le leur – celui de la littérature, qui n’est pas celui des lettres.

21Mais la frontière, imaginaire comme l’est toute frontière, entre les notions de « texte » et de « contexte » a la vie dure, fût-ce du fait qu’elle semble confirmée par toutes les langues « naturelles » où ces notions circulent en couple et font sens. Un des indices les plus permanents et à la fois les plus invisibles de la pensée (con)textualiste est la lecture que bon nombre de « littéraires » font de la sociologie de Bourdieu qui, précisément, fait un sort à toute forme d’opposition binaire en l’analysant de manière réflexive, c’est-à-dire de manière à ce que cette analyse ait un effet réflexif sur le lecteur. Tout atteste que ce dernier (« littéraire » donc, mais également, quoique moins souvent, sociologue, ethnologue, etc.) a généralement des difficultés sinon à voir, du moins à garder à l’esprit un des apports principaux du concept de champ littéraire. Ce concept contribue (de manière plutôt stimulante, comme le constatent les éditeurs de Littérature et sociologie) à penser la création du texte littéraire en la situant d’abord dans la littérature, univers social à part, dans tous les sens de l’expression, à savoir régi par des contraintes littéraires ou, si l’on préfère, des libertés littéraires sous contrainte (la fameuse et bien nommée « licence poétique »), dont le caractère historique et incorporé nécessite l’usage de guillemets autour de « création » et autour de « littéraire ». Certains écrivains, telle Annie Ernaux, ont cela en tête quand ils se réfèrent à Bourdieu. Ils semblent assez rares. La lecture critique, peut-être surtout universitaire, paraît encore plus confrontée à cette pression de l’oubli, à ces caprices de la mémoire qui ont partie liée avec ce que nous avons proposé d’appeler une « cécité sélective » ou « structurale10 » liée à l’histoire sociale des relations entre critique littéraire et sciences sociales. Cette difficulté de tenir ensemble « champ » et « littéraire » est, on l’a vu, loin d’être absente de Littérature et sociologie. Qu’elle soit aussi récurrente parmi les commentateurs de la littérature, montre non seulement qu’il reste beaucoup à clarifier, mais que certaines clarifications devront intégrer dans leur démarche l’existence de ce type de résistances. Cela ne fait qu’accroître la valeur de l’excellente initiative bordelaise de la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Voir Alexandre (Didier), Collot (Michel), Guérin (Jeanyves) & Murat (Michel) (dir.), La Traversée des thèses. Bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle. Actes du colloque de la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle (SELF XX) [octobre 2002], Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004.
2 Et, pour tout dire, dans le monde. Lire à ce sujet Charle (Christophe) & Soulié (Charles) (dir.), Les ravages de la "modernisation" universitaire en Europe, Paris, Syllepse, coll. « La politique au scalpel », 2007.
3 Nos propres enquêtes en cours nous donnent à penser qu’un motif aussi essentiel que négligé de désaffection de la filière littéraire au sein de l’institution scolaire française est à rechercher dans les méthodes d’enseignement de la littérature au collège et surtout au lycée. En juillet 2006, l’Inspection générale de l’Éducation nationale publiait un rapport selon lequel « la série littéraire est menacée d’une extinction rapide » (Évaluation des mesures prises pour revaloriser la série littéraire au lycée, http://media.education.gouv.fr/file/63/8/3638.pdf, p. 93). Ce rapport préconise, entre autres, la mise en place de cinq nouvelles dominantes, dont une comporterait des « éléments de sociologie et de psychologie » et une autre les fondements philosophiques de la sociologie (p. 76). Aucune remarque toutefois sur l’hégémonie textualiste, constatée par la SELF XX, dans un rapport qui compte 114 pages. La politique du gouvernement actuel qui vise à « rééquilibrer » les filières lycéennes en les fusionnant dans un tronc commun risque fort de ne pas tranquilliser les départements de lettres qui constatent l’hyperbole (descendante) de leurs effectifs étudiants depuis de nombreuses années déjà.
4 Les inquiétudes sont d’autant plus fondées qu’une telle épistémologie est peu formalisée par une « discipline » qui, dans le domaine francophone, n’a pas de nom spécifique et est souvent ni plus ni moins confondue, comme dans cette citation (cf. passim), avec son objet, « littérature ».
5 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, coll. « Libre examen »,1992, p. 60.
6Pour une analyse différente, à savoir sociologique, de l’indicible chez Mallarmé, on lira Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2008.
7 Durand (Pascal), La Censure invisible, Arles, Actes Sud, coll. « Un endroit où aller », 2006.
8Jusqu’à la fin, le lecteur de ces actes aura eu à hésiter régulièrement quant au sens à donner au mot « littérature » (cf. note 4).
9Voir ibid. ; Dirkx (Paul), « Claude Simon : antinomie et corps de l’écrivain », dans Claude Simon à la lumière de l’histoire littéraire, de l’histoire culturelle et de la sociologie de la littérature. Actes du colloque de Paris 14-15 mai 2008, sous la dir. de Paul Dirkx & Pascal Mougin, à paraître en 2009.
10 Dirkx (Paul), Les « Amis belges ». Presse littéraire française et franco-universalisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2006, passim.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Dirkx, « Compte rendu de Baudorre (Philippe), Rabaté (Dominique) et Viart (Dominique) (dir.), Littérature et sociologie », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 03 juillet 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/2702

Haut de page

Auteur

Paul Dirkx

Université de Nancy

Articles du même auteur

Haut de page