Navigation – Plan du site

Compte rendu de Artiaga (Loïc), Des torrents de papier : catholicisme et lectures populaires au XIXe siècle,

préface de Mollier (Jean-Yves), Limoges, PULIM (Médiatextes), 2007, 193 p.
Cécile Rabot

Texte intégral

1Dans cet excellent ouvrage très documenté, clair et concis, issu d’une thèse de doctorat en histoire soutenue en 2003 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, et publié dans la collection Médiatextes des Presses Universitaires de Limoges, Loïc Artiaga, aujourd’hui maître de conférences en histoire culturelle à l’Université de Limoges, étudie l’encadrement de la littérature populaire par l’Église catholique au milieu du XIXe siècle. L’ouvrage prend place à la fois dans une histoire culturelle de l’Église, dans une histoire religieuse des objets et pratiques culturels, mais aussi de manière plus générale dans une histoire de la lecture. Il est susceptible à ce titre d’intéresser tant les historiens du XIXe siècle que les littéraires préoccupés d’institution et de réception et les sociologues de la culture mais aussi tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la lecture, aux pratiques culturelles populaires, à l’institution littéraire ou au catholicisme. L’auteur se propose de compléter le travail de Claude Savart sur le livre religieux non fictionnel1 en même temps que les recherches pionnières de Michel Lagrée sur les catholiques face au cinéma et à la télévision2. Son ouvrage s’appuie sur une exploration fouillée des archives et prolonge les enquêtes de Noë Richter sur les Œuvres des bons livres. Il prend place aussi aux côtés d’autres études sur la lecture et l’édition au XIXe siècle, notamment ceux de Françoise Parent-Lardeur sur les cabinets de lecture3 et ceux d’Isabelle Olivero sur la diffusion de la littérature et des savoirs à travers la mise en place de collections4. Enfin, en évoquant des pratiques de lecture échappant aux intentions des producteurs, il évoque la « lecture oblique » mise en lumière par les travaux de Richard Hoggart et le « braconnage » mis en relief par Michel de Certeau, ce que rappelle Jean-Yves Mollier dans une préface très éclairante.

2Les années 1830-1860 sont marquées par une volonté d’extension conjointe de la librairie et de l’Église : les récits circulent (malgré un taux d’alphabétisation encore inégal et des livres encore coûteux) en même temps que se développe la religiosité populaire. L’Église réagit au développement frénétique de la littérature populaire, qu’elle condamne sans pouvoir la supprimer et dont elle encadre la circulation au double niveau central (mise à l’Index) et local (Œuvres des bons livres) en participant à la production des valeurs et en promouvant, à l’aide de tout un dispositif incluant des éditeurs, des auteurs, des journaux et des bibliothèques, ce qu’elle définit comme le « bon roman populaire ». À partir de 1830 se développent, dans le monde ecclésiastique, des mises en garde contre le danger des mauvaises lectures, suspectées entre autres d’inciter au soulèvement et à l’immoralité, évoquées à travers les métaphores du déluge ou du venin, et considérées comme particulièrement dangereuses pour des lecteurs populaires à « l’esprit trop frustre » pour démêler « les sophismes de l’impiété » (p. 30). Loïc Artiaga étudie successivement l’Index et les Œuvres des bons livres, avant d’aborder la réalité des livres et pratiques de lecture populaire.

Surveiller l’orthodoxie

3La Congrégation de l’Index a une influence croissante en France à partir de 1850 (sous l’effet du renforcement de l’autorité romaine) – mais est moins utile au Québec où la censure locale est plus stricte. Le travail de la congrégation, secret (expression de l’infaillible arbitraire romain) et prétendument impartial, vise à départager le bon du mauvais. « Face à la " littérature industrielle ", l’Église définit, par défaut, ce qu’est l’orthodoxie littéraire » (p. 34). Loïc Artiaga s’appuie sur les archives récemment ouvertes pour replacer la congrégation dans son contexte et restituer son fonctionnement, défini par la Constitution Sollicita ac provida. Chaque livre examiné est soumis à l’évaluation de deux consulteurs spécialisés dans le domaine. De fait, la congrégation s’occupe peu du roman (seule une dizaine de romanciers français figurent parmi les 800 auteurs mis à l’Index sur l’ensemble du XIXe siècle), mais prioritairement d’affaires religieuses et d’orthodoxie. Agissant en amont et en aval, la presse catholique participe au processus de condamnation des livres qui font scandale et relaie les condamnations. Dans leur rapport, puis devant la congrégation réunie, les consulteurs présentent succinctement l’ouvrage et l’auteur, citent les passages litigieux (du point de vue politique, religieux ou moral) et émettent un avis, mais sont souvent écœurés, gênés ou indignés. Leur critique est empreinte d’émotion, fondée sur une lecture partielle (et donc souvent aveugle) : ils n’entrent pas dans les romans mais affichent leur distance – contrairement à l’Abbé Bethléem et à l’Abbé Sagehomme qui, au siècle suivant, dépasseront ce dégoût et dont la critique, parfois virulente, reposera sur une lecture intégrale. Loïc Artiaga offre ici un exemple rare d’étude concrète d’un geste critique et d’une pratique de sélection / exclusion, qui donne à penser pour d’autres cas similaires.

4Après cette étude générale très précise, l’auteur examine en détail le cas des condamnations successives de la Comédie Humaine, de 1841 à 1864 : les passages incriminés sont d’abord ceux où Balzac développe des idées mystiques : « Plus l’auteur s’approche du catholicisme, plus il est jugé dangereux » (p. 59). « Pour l’Index, dans les années 1840, la description des vies dissolues pèse bien moins que le travestissement des ordres » (p. 59). Balzac est aussi accusé de corruption des bonnes mœurs, surtout dans la condamnation de 1864 : à travers lui c’est l’évolution de la société du Second Empire que l’Église condamne. « Le consulteur semble assimiler l’écrivain à ce qu’il décrit » (p. 62) et admet difficilement que la fiction puisse prendre des libertés avec le réel : « le roman et ses équivoques heurtent une culture du texte dont le primat est l’expression de la Vérité » (p. 64). Mais globalement la Congrégation de l’Index laisse aux tribunaux civils le soin de juger les affaires de mœurs et « n’est pas à elle seule, contrairement aux Inquisitions, un instrument de régulation sociale » (p. 64) : elle s’occupe prioritairement de « garantir l’orthodoxie » (p. 64).

Encadrer les pratiques

5Dans une deuxième partie de l’ouvrage, Loïc Artiaga étudie les Œuvres des bons livres et les bibliothèques paroissiales qui en dépendent. Ces bibliothèques, qui se développent dès 1840, sont les premières bibliothèques populaires, antérieures aux bibliothèques populaires laïques du Second Empire. Leur objectif est d’« orchestrer la lecture populaire », en intervenant à la fois sur les choix, les manières d’aborder les textes, le rythme de lecture et l’interprétation. Au cœur de ce mouvement se trouve l’archiconfrérie de l’Œuvre des bons livres de Bordeaux fondée avec un objectif de « reconquête des âmes » et qui sert de modèle pour d’autres diocèses et plus tard pour la lecture publique. Il s’agit de constituer un réseau de dépôts de livres catholiques assurant la vente puis le prêt de bons livres et la reprise des mauvais. L’abbé Julien Barault en prend le contrôle et laisse à sa mort en 1839 un réseau de bibliothèques et des principes, énoncés dans des rapports et dans des Manuels envoyés aux bibliothèques affiliées – « premier essai connu de théorisation de la pratique institutionnelle de la lecture » (p. 74). Giacomo Giustiniani de la Congrégation de l’Index soutient le mouvement en faisant accorder des indulgences aux associés de l’Œuvre. En 1831, L’Œuvre obtient par ailleurs le statut de confrérie qui lui permet d’essaimer : Rome entend ainsi « unifier les méthodes d’action dans le combat pour les " bonnes " lectures » (p. 73). Une cellule est chargée de l’examen des livres, pour les choisir et non pour les éliminer : « le directeur de l’Œuvre, cherchant à intégrer des livres, crée une sorte d’inverse local de la congrégation de l’Index » (p. 74). Puis un bureau parisien est chargé de signaler les nouvelles parutions. La sélection finit par être déléguée à la Bibliographie catholique, revue créée en 1842 par un directeur d’une Œuvre. Le financement est assuré par une quête annuelle. Les livres tournent annuellement entre les dépôts paroissiaux (lesquels sont gérés par des bibliothécaires proposés par les curés). L’Œuvre s’étend, y compris au Québec, mais sa gestion est lourde.  Des dysfonctionnements et des contestations conduisent au recentrage sur le seul diocèse de Bordeaux. Toutefois l’Œuvre est stimulée, à partir de 1860, par la naissance du mouvement des bibliothèques populaires laïques. D’autres associations catholiques concurrentes se créent, telle, en 1896, à Bordeaux l’Œuvre Internationale française des bons livres catholiques, qui reste au stade embryonnaire.

6Sur le terrain se met en place, en Belgique, en France et au Québec, un maillage de bibliothèques paroissiales dépendantes d’associations religieuses, à la perspective pragmatique : il s’agit non pas de promouvoir la lecture mais de contrôler les lectures là où cela paraît nécessaire, et non pas de conserver mais d’assurer la circulation des bons livres. L’implantation de la bibliothèque doit manifester le lien avec l’église et assurer la visibilité de l’institution. Les bibliothèques paroissiales sont relayées par d’autres institutions (hôpitaux, écoles, prisons). Les dépôts, ouverts le dimanche, connaissent un succès réel. Le contrôle s’appuie sur la restriction des prêts et la nécessité, pour accéder aux ouvrages, de passer par le bibliothécaire.

Soigner la fièvre de lecture romanesque

7Une métaphore médicale fait de l’Œuvre un dispensaire pour soigner la fièvre de lectures populaires. La distribution des bons livres s’accompagne d’une prescription fondée sur une classification des livres et des lecteurs. Les catalogues mentionnent les destinataires pressentis pour tel ou tel ouvrage. Loïc Artiaga rappelle avec justesse que « tout classement témoigne à la fois d’une vision du monde et d’arbitraires culturels. En classant les titres en rayons et en rendant familiers ces classements aux usagers par le biais des catalogues, les bibliothécaires diffusent directement aux lecteurs des grilles hiérarchiques pour appréhender la production imprimée » (p. 96-97). Certains livres ne sont prêtés qu’avec réserve, c’est-à-dire à certaines catégories de lecteurs (laissées à l’appréciation du bibliothécaire). Le « cartonnage » permet par ailleurs de censurer les passages jugés délicats. Il existe entre le bibliothécaire et le lecteur un rapport hiérarchique : le lecteur est appelé à se conformer aux choix du bibliothécaire, dont il accepte l’autorité symbolique fondée sur une double légitimité de curé et de bibliothécaire. Des laïcs assurent le relais à domicile de ces œuvres diocésaines. Les prêts d’ouvrages permettent de pénétrer les foyers et d’y remplacer les mauvais livres par des bons. L’Œuvre parvient par ailleurs à faire pression sur les cabinets de lecture en vue de l’élimination des ouvrages jugés impies.

8Loïc Artiaga s’arrête ensuite sur la figure du lecteur repenti, remis sur le droit chemin par les « bons livres ». De même que la presse catholique fonctionne comme un outil de propagande en racontant un certain nombre de conversions au catholicisme, de même les rapports des œuvres relatent des conversions aux bons livres de lecteurs athées, voire anticléricaux. Ces récits « renseignent plus sûrement sur les représentations que se font les bibliothécaires des dépôts de " bons " livres de ce que doit être un " bon " lecteur que sur les comportements de la masse des usagers des bibliothèques paroissiales » (p. 109). Le « bon » lecteur est un lecteur corrigé, souvent grâce à l’aide de ses proches : l’entourage participe au contrôle et rappelle l’individu à la norme. « Le lecteur et la lectrice populaires apparaissent suspects par leur état même d’individus alphabétisés, faibles face à la puissance de suggestion du roman – qu’il soit " bon " ou " mauvais " – incapables de réguler seuls leur soif de lecture » (p. 117). Influençables, en mal comme en bien, ils sont susceptibles d’être imprégnés par la morale des bons livres, qui tirent donc eux aussi profit de leurs faiblesses.

Bien pensé et bien pensant

9La dernière partie de l’ouvrage est destinée à l’analyse de la littérature catholique elle-même et aux usages qui en sont faits, qualifiés de « braconnages ». Deux chapitres sont consacrés aux « bons livres », produits en marge de la culture lettrée, « en concurrence autant qu’en opposition », comme autant de produits de substitution. Il s’agit d’une production standardisée, distribuée à bas prix, selon le modèle de grande diffusion, et considérée comme de second rang par ses propres producteurs, mais d’une importance croissante, même si le nombre de bibliothèques paroissiales et d’instituts religieux plafonne le circuit de distribution. L’étude d’un corpus de romans édifiants révèle les spécificités de cette littérature par rapport au roman populaire autant que par rapport au livre religieux. Ces livres sont souvent présentés comme un produit collectif (et non comme l’œuvre d’un auteur singulier), fruit d’un gros travail d’édition et de validation. Ils prennent place dans des collections que Loïc Artiaga qualifie d’« amalgames génériques ». Le message sérieux y prime sur la forme et sur le ressort romanesque. Le récit y est interrompu par des considérations morales, religieuses ou scientifiques qui viennent l’alourdir. Des normes strictes tendent à standardiser la production. Un soin particulier est accordé aux titres. Des rééditions régulières d’une trentaine de titres en font des steady sellers, caractérisés par leurs gros tirages cumulés, leur longévité et leur rayonnement géographique.

10Ces « bons » romans se veulent une « propédeutique à la vie de catholique dans un monde en mutation » (p. 131). Ils entendent « diffuser des normes à un large public ». Aussi offrent-ils des représentations et des modèles uniformes, un déroulement sans surprise, avec un dénouement heureux conforme aux préceptes catholiques. Le lecteur est invité à s’identifier au héros exemplaire et à l’imiter. Le passé y fait l’objet d’une représentation déformante, visant à magnifier le rôle de l’Église et à faire de la Révolution la source de tous les maux. Il est aussi un moyen de suggérer l’actualité sans avoir à parler du présent. L’ancrage spatial des intrigues est volontiers exotique ou champêtre : il s’agit là encore de mettre à distance les sujets brûlants. On y parle peu des révoltes des années 1830, ainsi que des grandes villes, considérées comme dangereuses, à l’exception près de  quelques romans situés dans des quartiers populaires et exaltant la pauvreté. En revanche, la vie rurale y est idéalisée, associée à l’abondance, à la pureté et à la concorde, avec une société paysanne immuable. Ces « bons livres » recomposent l’ordre social de l’Ancien Régime et encouragent la reproduction sociale. Ils sont autant de « mises en scène idéalisées d’un retour à l’ordre, d’une reprise en main des campagnes par les prêtres » (p. 138). Ils mettent aussi en scène diverses manifestations de piété populaire, de foi fervente, de rêves prémonitoires inspirés par Dieu, voire de miracles dont les héros sont témoins. Mais on est loin de toute profondeur mystique : il ne s’agit pas de quête intérieure mais d’un sentiment religieux fondant une communauté. Les héros, sans consistance, incarnent un rôle social et une vertu. La pratique religieuse prescrite apparaît par allusion en toile de fond, mais il s’agit surtout de « prescrire des manières d’être face au monde » et de donner un guide pratique permettant de faire face à diverses situations de la vie quotidienne. Sensibles, les héros des « bons livres » expriment leurs sentiments au grand jour et affirment leur foi dans les environnements hostiles. Résignés, « tous acceptent le sort et la place que Dieu leur a réservés » (p. 147). Les mauvais livres et la mauvaise presse apparaissent dans ces textes comme autant de contre-modèles. Les héros y sont, eux, modérés dans leur pratique de lecture et compulsent essentiellement des classiques, au rythme de quelques pages quotidiennes. Il s’agit ainsi de définir jusqu’au mode de lecture des « bons livres » à l’intérieur même de ceux-ci. Leur séquençage en courts chapitres invite d’ailleurs à la même pratique : brève, faite de préférence en groupe, et suivie d’une méditation sur ce qu’on vient de lire. On retrouve ainsi, mis en fiction, les préceptes développés dans les Manuels de l’archiconfrérie des Bons livres.

Des usages déviants

11Dans un dernier chapitre, Loïc Artiaga s’interroge sur les pratiques effectives de lecture de ces romans catholiques, qui court-circuitent largement les principes des Œuvres des bons livres. Les bibliothécaires paroissiaux eux-mêmes en viennent à douter de la qualité des « bons » romans qu’ils diffusent. Les bibliothèques municipales ne se souciant pas de lecture populaire avant 1880, les Œuvres des bons livres occupent jusqu’à cette date ce terrain laissé libre. Les lecteurs avides s’en emparent. Le nombre de prêts est considérable (même s’il peut être gonflé par rapport aux lectures effectives). Les emprunts sont deux fois plus nombreux l’hiver, conformément aux usages sociaux du temps des sociétés rurales. Les livres sont lus en commun. Le lecteur solitaire stigmatisé par les Œuvres des bons livres semble largement fantasmé. Mais cette lecture en commun n’exclut pas la possibilité de pratiques déviantes, distanciées, d’interprétations divergentes, de rires. Les livres empruntés sont surtout des romans, contrairement à la vocation initiale des Œuvres des bons livres, qui voulait faire du genre un appât devant conduire à des lectures plus sérieuses. Par ailleurs, le livre circule à partir du lecteur à qui il a été prêté et pour qui il a été jugé adapté. Enfin, les lecteurs tendent à se détourner de la bibliothèque quand ils en ont épuisé les fonds susceptibles de les intéresser. Autant de marques d’une certaine distance à l’égard de l’institution et de ses normes. Les « bons » romans sont du reste accusés de donner le goût du romanesque, y compris à ceux qui ne l’avaient pas. D’où des controverses parmi les clercs bibliothécaires, qui déplorent ces détournements, émettent l’idée d’un tri parmi œuvres, mais sont aussi conscients que ce elles qui fondent le succès des bibliothèques paroissiales et qui permettent de retenir des lecteurs qui sinon iraient se perdre dans les cabinets de lecture. Mais de fait, loin de fonctionner comme des amorces, les « bons » romans accompagnent l’avidité de lecture et participent d’un nouveau besoin de loisir, de « satisfaction récréative », d’émotion. Ils ont l’avantage d’être immédiatement disponibles et gratuits. Loïc Artiaga suggère qu’ils aient pu faire l’objet de lectures transversales passant outre les passages plus arides (peu propices à la lecture en veillée) pour mieux combler ce besoin romanesque. Quoi qu’il en soit, les catalogues des bibliothèques paroissiales prennent acte de cet intérêt pour le roman en lui accordant une place croissante, d’autant plus grande que le fonds est petit. À la fin du XIXe siècle, les frontières s’estompent : des auteurs et des collections non catholiques sont intégrés aux bibliothèques paroissiales et des livres catholiques aux bibliothèques laïques, dans une commune volonté de toucher les masses sans distinction. Ainsi, l’Église « prend pleinement part à la culture médiatique naissante que par ailleurs sa hiérarchie condamne sans équivoque ».

12Malgré les bouleversements induits par la Révolution française, l’autorité ecclésiastique reste désireuse d’exercer un contrôle social et culturel, qui passe par une intrusion dans la chaîne du livre. Elle investit la culture médiatique dès ses prémices, pour en définir les contours tout en en utilisant les vecteurs. « De la congrégation de l’Index à la diffusion surveillée des romans populaires, l’Église catholique coiffe un système alliant orthodoxie littéraire et orthopraxie littéraire » (p. 168). Le pouvoir laïc adapte l’expérience catholique en instituant les bibliothèques scolaires en 1862 avec le même double dispositif d’orthodoxie – orthopraxie, visant surtout à sélectionner les produits culturels plutôt qu’à interdire. « C’est ce principe de l’écran sélectif, de la régulation l’emportant sur l’interdiction qui constitue la grande originalité du système mis en place par le clergé entre 1830 et 1864 » (p. 170). L’Église a dû en effet transformer ses moyens d’action et passer d’un système de censure à un système de régulation. Elle a su s’approprier la culture médiatique naissante pour en faire un moyen d’apostolat. S’il existe des distensions entre son projet initial et les pratiques effectives, on peut les interpréter comme un échec de sa volonté d’encadrement, mais aussi comme la capacité du système à se pérenniser en sachant intégrer les déviances.

13On ne saurait, pour conclure, que recommander vivement la lecture de cet ouvrage nourri et nourrissant, érudit mais toujours modeste, plaisant autant qu’édifiant.

Haut de page

Notes

1 Savart (Claude), Les Catholiques en France au XIXe siècle : le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne (Théologie historique), 1985.
2 Lagrée (Michel), La bénédiction de Prométhée : religion et technologie, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1999.
3 Parent-Lardeur (Françoise), Lire à Paris au temps de Balzac : les cabinets de lecture à Paris 1815-1830, 2de éd. revue et augmentée, Paris, Éd. de l’EHESS, 1999 (1e éd. 1978).
4 Olivero (Isabelle),  L’Invention de la collection : De la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris, IMEC-Maison des Sciences de l’Homme, 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Rabot, « Compte rendu de Artiaga (Loïc), Des torrents de papier : catholicisme et lectures populaires au XIXesiècle,  », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 30 juillet 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/2843

Haut de page

Auteur

Cécile Rabot

GRIHL, CSE

Articles du même auteur

Haut de page