Navigation – Plan du site

Des « univers de consolation ». Note sur la sociologie des écrivains amateurs

Valérie Stiénon

Texte intégral

1Du sport aux sciences exactes et aux jeux, de la cuisine aux arts plastiques, l’« amateurisme » est d’une redoutable polyvalence. De même qu’il existe des amateurs parmi les musiciens et les peintres1, il s’en trouve également chez les écrivains. L’amateurisme n’a d’ailleurs pas fini d’être récupéré comme objet d’étude de la sociologie, en particulier depuis le développement de la sociologie des loisirs qui a contribué, dans les années 1970, notamment sous l’impulsion de l’étude pionnière de Robert Stebbins2, à la fortune d’une notion dont l’efficace s’est typologiquement délimitée par rapport aux loisirs « sérieux » (hobby et bénévolat) et « occasionnel » (dilettantisme)3. Mais plutôt que la nature de l’activité, c’est davantage une modalité de sa pratique que qualifie le terme. Ce qui fait dire à Aude Mouaci, auteur d’une importante étude sur les poètes amateurs, que « [c]’est d’ailleurs tout l’enjeu d’une sociologie de l’amateurisme : trouver d’autres critères que l’opposition entre travail et loisir pour expliquer et comprendre les phénomènes de différenciations observables dans un fait spécifique et relativement autonome au sein de l’espace des pratiques et conduites culturelles. »4 Globalement, il existe donc des non-professionnels d’une discipline, dont les conduites culturelles, les pratiques et les représentations identitaires sont passibles d’une étude sociologique. Le moindre des enjeux n’est dès lors pas de définir, par rapport à un secteur d’activité donné – en particulier celui des écritures littéraires – , une catégorie d’acteurs sociaux désignables de la sorte comme des « amateurs ».

Un terme équivoque : l’amateur comme non-professionnel

2Sa problématisation en diachronie montre que la dichotomie amateur / professionnel a tôt fait l’objet de réorganisations sémantiques. Ainsi, aux XIVe et XVe siècles, les poètes amateurs sont les aristocrates pratiquant la poésie en passe-temps amusant autorisé par un mode de vie oisif, tandis que font plutôt figures de poètes du dimanche les bourgeois s’adonnant à la même pratique, mais cette fois parallèlement à des activités rémunératrices non exclusivement littéraires. Les spécialistes ou « professionnels » dans le domaine sont quant à eux les amuseurs, jongleurs et autres rimeurs dont la pratique codifiée bénéficie à l’époque du mécénat princier5.

3Le sémantisme de la notion se révèle particulièrement nébuleux dans le domaine de l’art, requérant de distinguer l’amateurisme aux sens économique et artistique. Si la première acception concerne la possibilité pécuniaire de vivre socialement de la pratique exercée, considérée ou non comme « rentable », la seconde acception renvoie au dilettantisme d’un passe-temps exercé aux seules fins de divertissement personnel. Le rapport entre les deux acceptions est complexe, car le professionnalisme artistique (notamment littéraire) se trouve bien souvent à l’opposé du professionnalisme économique, comme le note Bernard Lahire dans La condition littéraire : « Paradoxalement […] un auteur très autonome dans son art, c’est-à-dire qui s’efforce de ne répondre qu’à des contraintes littéraires, est souvent celui qui ne dépend pas du marché de la littérature pour vivre et qui vit donc par d’autres moyens. »6 Plutôt que la pratique exclusive du littéraire, risquant de se transformer rapidement en écriture alimentaire faute de source annexe de rémunération, l’autonomie littéraire réclame précisément un second métier. Les enquêtes de Heinich ont également conclu que le second métier « […] garantit ainsi tant la qualité de son œuvre contre toute entreprise mercantile que celle de sa propre vie, par l’apport de ressources matérielles. »7 On comprend dès lors pourquoi « on ne peut plus utiliser le “second métier” comme argument pour évoquer l’amateurisme de certains écrivains […] »8.

4Équivoques, le terme et les notions qu’il génère le sont donc à plus d’un titre. C’est qu’ils requièrent surtout de passer par l’opposition privative difficilement dissociable du jugement de valeur, selon laquelle l’amateur, par définition différentielle et tautologique, c’est le non-professionnel. Il n’en faut pas davantage pour susciter abondamment scepticisme et dénigrement, clivage entre connaisseurs et ignorants, capables et inaptes, doués et ratés. Même si, associées à un plaisir éprouvé dans l’autodidaxie et dans une relative non-maîtrise des codes, les supposées lacunes de l’amateur approchent à l’occasion de la gratuité désintéressée, idéologiquement fondatrice des pratiques artistiques les plus légitimées, la péjoration demeure lourde concernant des pratiques déconsidérées comme intermittentes, sans prétention, peu sérieuses : inachèvement, négligence, incapacité, inauthenticité, imposture. Les qualificatifs « du dimanche » ou « en herbe » offrent au moins l’avantage d’afficher clairement la dépréciation, sans que l’on sache précisément où situer le « plumitif » dans les faisceaux connotatifs découpés par ces acceptions normatives.

5À cet endroit se pose la question de la poésie amateur, catégorie d’autant plus complexe à appréhender qu’elle constitue une ramification de ce qui n’est initialement qu’une construction théorique, celle de l’amateurisme littéraire, diversement modélisée selon les branches sociologiques qui à l’occasion la mobilisent ponctuellement en guise de repère ou de repoussoir, mais l’étudient rarement pour elle-même. « En ce qui concerne la notion d’amateurisme, elle a déjà fait l’objet de recherches en sociologie. Cependant, son usage dans le domaine de l’écriture poétique exige une conceptualisation spécifique »9, affirme Aude Mouaci, qui s’emploie à rendre compte du fait social distinct que constitue l’écriture poétique amateur, appréhendée comme une « conduite culturelle » reposant sur une « manière d’agir, de penser, de sentir, de voir les choses orientée par des valeurs et des normes définies sur un plan social et culturel »10. Elle fait l’hypothèse que c’est précisément sur la base de ces conduites culturelles d’intégration sociale d’une pratique d’écriture – en particulier les modes d’existence et de diffusion des poèmes et les formes de participation à des réseaux de pairs – qu’il est possible de différencier les poètes amateurs d’autres catégories de poètes11. Cet objet tout désigné pour la sociologie de la littérature présente de surcroît des récurrences thématiques, rhétoriques et stylistiques12 qui le rendent passible d’une étude sociopoétique. De façon aussi spectaculairement stéréotypée, il en va de même pour la prose romanesque amateur : redondances thématiques et structurelles en tout genre, prégnance du vécu en gage d’authenticité testimoniale, ponctuation et syntaxe sommaires habiles à exprimer un inconscient, place centrale de la scolarité dans la formation du goût littéraire et dans l’exploitation du schème « classique », prévalence du fond sur la forme, instrumentalisation de l’écriture à des fins cathartiques, ludiques ou expressives. Autant de marques de fabrique définitoires de cette production.

6On sait déjà toute la difficulté d’une professionnalisation économique en poésie : il reste peu réalisable, à partir de la vente parcimonieuse de recueils et dans la quasi-absence de mécénat financier, de vivre d’une pratique de surcroît volontiers portée à la rupture effective et symbolique avec le marché littéraire dans son pôle économique. Sans professionnalisme, pas d’amateurisme, semble-t-il. Mais si l’amateurisme poétique pose particulièrement problème, c’est surtout qu’« il existe une contradiction entre les représentations sociales de l’amateur et celles du poète. »13 De prime abord, l’amateurisme semble aller frontalement à l’encontre des idéologies de l’inspiration, du don ou de la vocation, profondément attachées aux légitimations du genre, au point de l’ériger en esthétique fondée sur l’élection et la rareté. Tributaires de la croyance romantique au génie, ces idéologies continuent d’alimenter les représentations et les autoperceptions, avec une incidence toute particulière auprès d’auteurs peu instruits de l’histoire des poétiques et n’appréhendant le monde littéraire qu’à travers le relais biaisé des mythes par lesquels il a pu, à un moment, fonder sa spécificité.

Une invention conceptuelle : le « simili-champ »

7Constat évident, mais fondamental : écrivant « pour leur plaisir », la plupart des amateurs ne sont pas en quête de reconnaissance littéraire. Dans la majorité des cas, ils n’œuvrent même pas à la constitution d’un réseau parallèle de légitimation. Et Mouaci d’observer judicieusement que leur appartenance au champ littéraire se fait indécidable dès lors qu’elle ne s’explique pas selon le principe premier de régulation du champ, celui des luttes pour le pouvoir symbolique et/ou économique14. Mais dans la mesure où il existe tout de même des usages sociaux du terme « amateur », eux-mêmes suscités autant que validés et régulés par l’existence d’instances spécifiques – concours, prix, revues, clubs, ateliers d’écriture, édition à compte d’auteur, questions et débats15 – , on est en droit de se demander quelle cohérence et quels modes de fonctionnement leur supposer, en dépit d’une indéniable diversité.

8S’il est arrivé à Bourdieu de traiter de l’amateurisme artistique dans Un art moyen, force est de constater qu’il est resté peu prolixe sur le sujet s’agissant de littérature. Ne toucherait-on pas ici à un impensé de la théorie bourdieusienne des champs ? Occupée à considérer les individus comme des positions au sein d’un champ des pratiques conçu comme champ de forces et de luttes, celle-ci peine autant à rendre compte de ce qui est situé hors champ qu’à envisager les intermittences hors champ d’acteurs sociaux par ailleurs bien situables dans leurs champs respectifs. Comme l’a bien vu Bernard Lahire, la sociologie de Bourdieu « tend ainsi à minorer le poids des pratiques hors champ dans la compréhension des pratiques à l’intérieur des champs. »16 C’est précisément pour rendre compte de telles intermittences et de tels phénomènes d’inscriptions sociales multiples que le théoricien de la double vie des écrivains a développé son étude des « variations pertinentes en sociologie » et son examen de la spécificité du jeu littéraire lorsque celui-ci « met en scène des acteurs-participants dont la caractéristique la plus fréquente est de ne pas être tout entiers inscrits dans ce jeu. »17

9Amorçant l’étude de ces phénomènes encore peu considérés, la sociologue Claude Poliak avance, dans son récent ouvrage intitulé Aux frontières du champ littéraire18, une proposition théorique esquissée il y a quelques années19 et grâce à laquelle elle appréhende l’amateurisme littéraire en forgeant le concept de « simili-champ », désignant de la sorte une zone frontalière concédée à des acteurs et des pratiques « profanes » qui jouent le jeu sans en maîtriser les règles et entretiennent l’illusion de leur existence littéraire. Car « [l]’opposition de sens commun entre “amateurs” et “professionnels” ignore que les profanes aspirant au titre d’écrivain ne forment pas un agrégat d’individus qui piétinent aux frontières du champ littéraire, mais appartiennent, pour nombre d’entre eux, à un espace structuré, relativement clos sur lui-même, à la fois subordonné au champ littéraire et susceptible d’y donner accès. Cet univers de consolation, doté d’institutions destinées aux aspirants écrivains et qu’ils participent à construire, est lui-même hiérarchisé et traversé par des luttes de concurrence. »20 Précisons aussitôt qu’il repose sur une double croyance : la qualité même d’existence d’un simili-monde littéraire et la possibilité d’un accès au « vrai » champ littéraire. Cette croyance se trouve entretenue par deux moyens qui semblent tenir du leurre volontairement institué comme tel : d’une part, l’accession effective, mais nécessairement exceptionnelle et limitée, de quelques élus amateurs (que l’on pense au cas d’Ana Gavalda, ancienne « bête à concours »), d’autre part, l’action d’une poignée de consacrants mués en découvreurs de talents entretenant l’illusion d’un gisement de capacités encore méconnues. Quelques transferts sont certes possibles, ils restent rares. De sorte que ce simili-champ tend à promouvoir des valeurs qui ne comptent que très peu pour le champ littéraire, quand elles ne les contredisent pas radicalement : emblèmes ici, les médailles et gratifications octroyées à l’amateur fier de ses trophées ont toutes les (mal)chances de devenir là-bas stigmates, pointant plus tragiquement encore la non appartenance de ces écrivains au domaine des pratiques légitimes.

10Suivant le postulat selon lequel l’amateur travaille malgré tout à se constituer un statut d’écrivain, ce qui ne manque pas d’engager force postures, stratégies, croyances et formes de consécration alternatives, le domaine d’investigation de Claude Poliak est donc celui des interactions du consacré et de l’illégitime, ce dernier restant confiné dans un « espace » qui lui permettrait de jouer le jeu de l’accès à la reconnaissance littéraire et la participation au fonctionnement du « vrai » champ. La cour des petits jouxtant celle des grands – pour filer la métaphore géographique. Ce « simili-champ » disposerait de ses propres structures institutionnelles, animées par un personnel intermédiaire jugeant, gratifiant et s’érigeant en passeur susceptible de délivrer une plus-value de légitimité et de faire évoluer l’aspirant écrivain en écrivain « professionnel ». Tissé par des acteurs sociaux disposant d’une certaine connaissance de l’espace des possibles littéraires et tentant d’y ajuster leurs pratiques en fonction de leurs (faibles) dispositions, ce réseau parallèle resterait greffé sur le « grand » circuit.

11L’étude de Poliak exploite plus particulièrement les données que livre un concours d’écriture de nouvelles organisé en 1990 par France Loisirs, choisi en raison du nombre important de ses participants (4.500 environ). Les lettres qui accompagnaient les manuscrits envoyés permettent d’éclairer les manières de s’autodésigner comme (non-) écrivain. Puisque, entretenu par les politiques culturelles contemporaines prônant démocratiquement l’accès de tous à la culture, le simili-champ littéraire s’alimente abondamment des fictions d’un devenir-écrivain et aménage un lieu où sont entretenues des croyances destinées à ne pas aboutir, l’approche choisie par la sociologue pour investiguer ces pratiques et leurs enjeux rejoint la sociologie compréhensive accordant une grande importance au récit de l’acteur social, à la formulation de ses aspirations, à l’expression de ses représentations du culturel et du légitime. Il s’agit donc d’étudier les pratiques désavouées d’une population aussi nombreuse et diverse que méconnue dans ses fondements sociologiques et dans le système de représentations qui l’anime. Se pose ici une question cruciale, dont on regrettera le faible développement dans l’ouvrage de Poliak : quels sont les apports réciproques de la sociologie compréhensive et de la sociologie structurale concernant ce type d’objet, qui semble préférentiellement appréhendé par le biais de la première, mais cherche encore à s’accommoder des modèles explicatifs de la seconde ?

12Consacré à l’étude du cas de Denise Roux, auteur de presse populaire féminine, le premier chapitre montre comment l’intériorisation des schèmes narratifs scolaires et des morceaux d’anthologie des classiques au programme participe à la constitution par cet auteur d’un récit de vie relaté sur le mode d’une douce romance façon Nous Deux, téléologiquement orientée du malheur vers le bonheur. Son parcours s’y trouve saisi à travers le prisme des catégories du roman populaire, de la presse féminine et de la chanson, dont les topoï se font moyens d’« expression des valeurs conformes à son habitus ». Des conventions narratives aident ainsi à la mise en diégèse d’une autoperception de ses dispositions passant notamment par la fiction d’une victimisation et par des représentations stigmatisées de soi-même livrées dans une rhétorique de l’excès. À travers la maîtrise des « conditions de recevabilité » de ses écrits, les pratiques de Denise Roux dénotent une fine connaissance de l’espace des possibles littéraires en vigueur dans le simili-champ.

13Le second chapitre examine le pouvoir de consécration que parviennent à s’arroger certains acteurs aux frontières du champ littéraire, ici les organisateurs du concours mis en place par le complexe économique et culturel France Loisirs. Leur statut de découvreurs de talents autorise ces consacrants à remodeler la croyance aux chances d’accès au champ littéraire en recourant à la mise en scène d’une consécration en simili faisant office d’instance de rattrapage ou de propédeutique au métier d’écrivain, éventuellement pourvoyeuse d’un droit d’entrée dans le champ, fût-ce par la petite porte. Ils tirent ainsi parti d’un besoin de compensation ou de réparation des meurtres symboliques dont sont victimes les auteurs ne cadrant pas avec le profil de l’écrivain défini par le champ littéraire. Cette définition est d’autant plus malléable qu’il n’existe pas de droit d’entrée codifié21, ce qui porte l’écrivain amateur à l’autodéfinition et le rend d’autant plus crédule aux fictions d’une consécration alternative par les voies détournées du simili-champ.

14L’étude du profil des participants au concours France Loisirs du chapitre suivant met en évidence l’existence d’un positionnement relatif et relationnel de ces auteurs qui témoigne de leur interconnaissance et prouve, s’il était nécessaire, que des sociabilités littéraires spécifiques sont attachées aux pratiques amateurs. Autre observation, sans plus de surprise : la plupart de ces écrivains d’intention apparaissent démunis des ressources et de l’assurance nécessaires pour intégrer véritablement des réseaux de sociabilité. Puisqu’ils se trouvent moins pourvus en capital culturel et souvent économique que les écrivains professionnels, le simili-champ leur permet de rejouer le jeu des grands tout en l’ajustant à leurs dispositions carencées : pour ceux qui n’ont pas les moyens de leurs fins, se dessine un espace taillé sur mesure, en réalité destiné à les maintenir confinés dans les marges.

15Revenant sur la formulation et le fondement des motivations de l’écriture amateur, le chapitre IV constate que ceux-ci ne sont pas radicalement différents des motifs invoqués par les écrivains reconnus. Interviennent de manière récurrente, dans la mythologie de l’artiste amateur, la vocation, la précocité et le passage par des genres enfantins ou adolescents (poèmes, saynètes, journaux intimes).

16Le chapitre V fait le point concernant l’héritage culturel familial dont l’impact est particulièrement décisif sur la sociogenèse des écrivains d’intention. L’autodidaxie et la socialisation familiale à l’écriture sont fréquemment invoquées comme principes explicatifs de l’initiation à la pratique amateur. La transmission familiale de goûts, d’aspirations et de pratiques s’opère de la même façon « dans l’ombre » que pour les écrivains reconnus, à ceci près qu’ils produisent des « effets sans effet »22 sur l’accès au champ littéraire. S’agissant des modalités d’héritage culturel en milieu populaire, on regrette cependant que ne soit pas davantage développé le sujet de la bibliothèque familiale, d’importance souvent capitale dans la constitution de la composante littéraire de l’habitus.

17Faisant retour sur le rôle déterminant de l’école, exprimé à travers la prédilection pour la composition scolaire érigée en argument par excellence de justification de la pratique amateur, le chapitre VI émet cependant la réserve selon laquelle le rôle de l’école dans la formation du discours de vocation d’écrivain est difficile à évaluer, puisqu’il tend volontiers à masquer ou à valoriser des parcours scolaires tôt interrompus ou médiocres, qu’une prédisposition pour les lettres viendrait tout à la fois justifier et réparer. Car à travers la participation à des concours d’écriture, nombreux sont les écrivains amateurs en quête de « certification[s] extrascolaire[s] susceptibles de pallier le défaut de titre scolaire […] »23. Reconduisant la distinction entre disciplines à talent et matières à travail, la dichotomie lettres vs mathématiques se fait ainsi puissamment explicative, l’inaptitude en maths augmentant, en guise de preuve d’une prédisposition, la valeur du talent pour l’écriture.

18Parmi les genres de prédilection des auteurs amateurs, la frontière est labile entre écrits ordinaires (agenda, correspondance, journal intime, annotation d’albums photos) et écrits littéraires, incluant préférentiellement des compositions lapidaires et des textes courts tels que la poésie, l’essai, le conte, la fable et la nouvelle. Ce que montre surtout l’enquête (chapitre VII), c’est la tendance récurrente à l’esthétisation de l’écriture ordinaire, les formes mineures et fonctionnalistes pouvant être travaillées d’intentions esthétiques, de sorte qu’il n’y a pas de solution de continuité au sein de ces écrits requérant d’être resitués dans les pratiques dont ils résultent. À côté du recours massif et bien connu à l’autobiographie24 apparaît encore l’importance du recueil de citations, révélateur du fréquent amalgame de pastiche et de création « personnelle » dans une quête des sources qui sont autant d’inspiration que d’identification.

19En dépit de la polygraphie, la spécificité des genres littéraires pratiqués par les écrivains amateurs (chapitre VIII) passe par l’importance de la poésie à laquelle s’adonnent les plus « démunis », à la fois comme un reliquat d’héritage scolaire et comme la manifestation la plus visible de l’acte d’écriture en tant qu’expérience esthétique de travail sur la matérialité et le sémantisme des mots. Moins connu est sans doute l’engouement pour l’art du portrait, qui permet d’ajouter des qualités d’observation à la prétention d’une lucidité psychologique. Malgré l’attrait indéniable pour les pouvoirs de la fiction susceptibles de « palier discursivement les espérances déçues »25, l’obstacle que représente quant à elle l’écriture du roman tient d’une part à la nécessité d’un travail sur le long terme peu autorisé par le temps dont disposent réellement les auteurs amateurs, et d’autre part au fait que le genre romanesque ne correspond pas au formatage générique des concours d’écriture promouvant les textes brefs bien codifiés et rapidement évaluables, concours à l’aune desquels les amateurs tendent à ajuster leurs pratiques.

20Le chapitre IX théorise plus précisément un « univers de consolation » autorisant des manières d’exister « hors champ » et générant un panel de positions à occuper par les déboutés du champ littéraire, les auteurs résolus à ne pas prendre le risque d’un refus ou d’un échec et les écrivains à peine conscients des stratégies à développer et des codes à acquérir. À la faveur de la multiplication actuelle des offres d’écriture en contexte démocratique, l’augmentation du personnel « amateur » semble s’accuser avec plus de netteté. Ce phénomène signalerait-il de nouvelles formes de régression du champ littéraire vers l’hétéronomie ? Rien n’est moins sûr : on connaît bien ce discours sur la prolifération des artistes surnuméraires. Émanant du pôle le plus légitimé de la production littéraire, il constitue un phénomène ancien, récurrent et structurel du champ. Y participant à sa manière, le simili-champ fait office de « club d’admiration mutuelle »26 compensatoire, employée à revaloriser symboliquement l’échec, ce qui œuvre paradoxalement à la préservation de la spécificité du champ littéraire par le maintien d’une tension entre restriction du droit d’entrée et augmentation du nombre des aspirants. Ainsi, parce qu’il charrie dans le chef des « profanes » son lot de représentations idéalisées et stéréotypées des conditions d’accès au champ, cet espace qui tout à la fois les produit, les promeut et les contient s’emploie à gratifier des acteurs sociaux ignorants ou ayant intérêt à ignorer la réalité de la position (non) littéraire qu’ils occupent. Au nombre des moyens déployés ne manquent pas de figurer les escroqueries de l’édition à compte d’auteur, édition « en simili » propre à réguler l’encombrement du marché littéraire.

21Cinq portraits-types d’auteurs d’intention clôturent l’étude, occasion de dévoiler dans la diachronie des bribes de trajectoires et les stratégies qui les portent, souvent conçues comme des tentatives de compromis plus ou moins heureux entre une position « littéraire » suffisamment « digne » et des dispositions esthétiques carencées. L’étude permet le détail de postures de résignation ou d’explication-justification par lesquelles se négocient des positions d’attente ou de repli. Sans vraiment infléchir sa trajectoire professionnelle, endosser l’identité d’écrivain amateur permet de se doter d’une « qualité extrinsèque à la position occupée »27 susceptible d’agir comme une réparation ou une revalorisation de faibles dispositions culturelles, sociales, économiques. Une des hypothèses fortes de l’étude est ainsi de concevoir l’activité artistique amateur comme une tentative d’échapper à l’enfermement dans la définition exclusive d’une position sociale moyenne ou médiocre : écrire en amateur offrirait la possibilité de mettre à distance la fatalité sociale et d’amorcer la reconquête de l’estime de soi par la reconnaissance de talents et de compétences d’autant plus importantes qu’elles sont distinctes et éloignées de la profession effectivement exercée. Cette distinction lettrée et cette gratuité de la pratique étant difficilement acceptables en milieu populaire, elles se traduiraient alors diversement dans les termes d’une idéologie du don.

Un impératif heuristique : s’affranchir du point de vue légitimiste

22On ne peut que constater, une nouvelle fois, l’importance conceptuelle de la nomination, qui crée son objet dans le geste même de sa désignation : en baptisant « simili-champ » un tel espace de l’amateurisme, Claude Poliak se dispense du recours aux guillemets précautionneux entourant une dénomination qui semblerait pourtant tenir de la parodie des modèles explicatifs bourdieusiens. Pas si regrettable cependant, le terme choisi évoque judicieusement la définition relationnelle d’un espace rejouant les mécanismes du champ littéraire sans en faire partie28 et auquel il est possible d’assigner plusieurs fonctions structurelles :

23— espace « drainant », il concentre une partie des auteurs surnuméraires ;

24— espace produisant lui-même ses occupants, il crée l’offre d’écriture qui fait l’amateur ;

25— espace orientant les croyances, il exploite l’ambiguïté du non-succès littéraire dans l’entretien d’une fiction de la sacralité du temple, les déboires et autres piétinements amateurs venant renforcer l’illusio au fondement des luttes pour le pouvoir symbolique dans le champ littéraire ;

26— zone d’attente et de reclassement, il contrôle un jeu parallèle qui délivre des formes de reconnaissance à validité très limitée.

27Les connotations de simulation et d’imposture indiquent quant à elles dans quelle mesure ce simili-champ prépare les conditions d’un non-aboutissement littéraire et s’alimente aux croyances des amateurs qui tendent à régler leurs activités sur celles des professionnels, pourvoyeurs de figures d’« autruis significatifs » et de modèles à intérioriser. Raison pour laquelle Claude Poliak, comme Aude Mouaci avant elle, investigue surtout des découpages axiologiques tels qu’ils sont récupérés et construits par les acteurs sociaux eux-mêmes. L’étude passe donc prioritairement par l’observation des mythes et rituels de l’écriture amateur, fortement structurés selon l’opposition travail et artisanat vs inspiration et improvisation29, elle-même indexée sur la mythologie du lieu de prédilection dédié à l’activité scripturale, sur la détermination du moment de la pratique et sur l’attachement scrupuleux de quasi-vénération fétichiste aux instruments de l’écriture, propres à sublimer les mystères de l’écriture et à reconduire efficacement la dichotomie sacré / profane30.

28L’ouvrage de Poliak ouvre ainsi la voie à l’évaluation de l’autonomie relative de simili-instances qui auraient pour principale caractéristique d’entretenir un parallélisme imitatif avec celles du champ des professionnels. La question se pose donc de l’autonomie de type I, au sens que lui donne Lahire, celui de la différenciation d’une activité sociale spécifique dotée d’institutions propres, par opposition à l’autonomie de type II, entendue comme l’affranchissement vis-à-vis des pouvoirs économiques, politiques et religieux. Les formes d’organisations sociales théorisées grâce au modèle du simili-champ sont d’un important gain heuristique : elles permettent de problématiser autrement les rapports complexes du para-, de l’infra- et de l’extra-littéraire. Le flou des définitions de statuts et de frontières constitue l’enjeu de luttes symboliques et économiques qu’il reste à objectiver. Il serait certes abusif de penser les pratiques amateurs en termes de sous-champ, selon le modèle parfois avancé concernant la situation périphérique de la littérature belge par rapport à l’ensemble français après la Seconde Guerre mondiale. Car si « par sous-champ, il faut entendre un espace littéraire inclus dans un espace plus vaste et placé sous la domination de celui-ci, mais qui, à certains égards et sous certaines conditions, parvient à se soustraire partiellement à son pouvoir d’imposition, ce qui se manifeste par la capacité de ce sous-champ à générer sa propre structure interne et des logiques de fonctionnement qui lui sont propres »31, on voit bien cependant que le simili-champ échappe à ce type de généralisation en raison de la faible cohérence structurelle et de l’indéniable hétérogénéité des pratiques amateurs. Le fait qu’il possède son propre espace des possibles thématiques, génériques et stylistiques, ses instances de diffusion, de promotion, de consécration et ses sociabilités spécifiques ne doit pas faire oublier que rares sont les écrivains amateurs détenteurs d’une position dans le champ littéraire. Leurs profils rejoignent plutôt le cas de « l’auteur occasionnel » étudié par Alain Viala dans Naissance de l’écrivain à propos d’un état antérieur et moins autonome du champ littéraire français.

29De même qu’il y a lieu de ne pas confondre minores et amateurs, il convient de nuancer les profils en distinguant ceux qui briguent une entrée dans le champ littéraire, de ceux qui se contentent de rester dans ses marges. Mais dans quelle mesure ces amateurs supposés naïfs et pétris de stéréotypes ont-ils tout de même une conscience suffisante des règles de fonctionnement du champ littéraire pour se situer dans sa périphérie, qu’elle se nomme « univers de consolation », « espace de l’amateurisme » ou « simili-champ » ? La difficulté de discernement entre l’examen du discours (programmatique, explicatif, justificatif, compensatoire) des écrivains d’intention et l’observation de leurs dispositions « objectives » tend à entretenir dans cette étude un certain flou concernant l’éventuelle constitution de postures « amateur » impliquant un ajustement des représentations des amateurs avec le panel des positions « littéraires » que leur offre le simili-champ.

30Par ailleurs, détailler des « rapports profanes à la culture », n’est-ce pas reconduire sur celle-ci un point de vue légitimiste et réduire l’objet étudié en prédéterminant ses contours ? Car c’est préférentiellement à travers des dichotomies réductrices que se laissent appréhender les catégories d’autoperception et d’autodéfinition. Or, à multiplier ainsi les oppositions binaires, on tend à renforcer la croyance selon laquelle il existerait des « faux » écrivains, par opposition aux vrais. Au risque de reconduire des clivages plutôt que d’en expliciter le fondement, c’est finalement une définition restrictive du champ littéraire qui, comme d’un bloc indivis, exclut l’ensemble des auteurs amateurs et tend à circonscrire les pratiques d’écritures aux seules œuvres éditées par de « vrais » éditeurs.

31Ce biais normatif alimente la critique de Lahire32 à l’encontre des propositions théoriques de Poliak. Il objecte que c’est là scinder indûment un continuum et nier que nombre d’écrivains ayant accédé à une reconnaissance littéraire sont passés par la participation à des concours d’écriture et par l’obtention de prix régionaux. Pour se garder de décliner les formes d’une irréductible dichotomie, Lahire plaide en faveur de l’étude d’une différentiation des stratégies d’auteurs conduits à s’approprier diversement ces occasions publiques d’écrire dans l’espoir d’être publiés. Et même si une telle participation a toutes les chances d’être rétrospectivement génératrice d’embarras ou de silence chez l’écrivain reconnu, il convient de ne pas faire fi du rôle socialisateur des concours d’écriture auxquels il a pu initialement participer. La « réification légitimiste » occulte donc la question de la formation et du recrutement des auteurs légitimes eux-mêmes, qui n’ont pas d’emblée joui de leur légitimité comme si le consacré était toujours déjà consacré, au mépris d’une sociogenèse ponctuée d’aléas jalonnant un parcours progressif pas toujours téléologiquement orienté vers la légitimation.

32On l’a précisé : repère, repoussoir ou déversoir, le simili-champ participe pleinement aux principes de régulation du champ. L’institution littéraire a besoin des productions qu’elle minorise, c’est pourquoi Jacques Dubois préfère qualifier les pratiques amateurs de « parallèles » plutôt que de « marginales » (ce qui aurait constitué une autre variation sur le thème du « profane »)33. Il isole les quatre caractéristiques d’une littérature peu contrôlée, peu reconnue, fondée sur l’expressivité et s’élaborant selon un principe d’imitation, caractéristiques que précise encore sa typologie des écritures minoritaires, établie selon la nature de la domination exercée par la littérature conçue comme appareil idéologique spécifique. L’écriture amateur n’a pas les fonctions contre-littéraires de la « littérature proscrite » ou censurée, sa marginalité esthétique ne s’accompagnant qu’accessoirement et très secondairement de revendications contestatrices. Elle n’est pas non plus nettement coupée, aux points de vue géographique et culturel, des instances de consécration les plus puissantes comme peuvent l’être, à divers degrés, les littératures régionales. Elle ne s’assimile pas davantage à la littérature de masse produite par les classes sociales moyennes et populaires, puisque, d’une part, il existe des amateurs « lettrés » et d’autre part, ces écrits peu diffusés ne jouissent pas du bénéfice économique des produits de grande consommation culturelle. En somme, dans une société dont les discours sont fortement codifiés et contrôlés, le statut de l’écriture amateur serait similaire à celui que peuvent revêtir des pratiques résiduelles34 exprimant un retour du refoulé social à travers l’expression personnelle et spontanée, quitte à ce que celle-ci passe à son tour par d’autres codifications et stéréotypies.

33Dépasser la problématique opposition amateurisme / professionnalisme requiert sans doute de se retenir d’isoler trop radicalement une catégorie d’acteurs sociaux qui gagneraient à être réinscrits dans le continuum des pratiques littéraires et dans l’échelle de valeurs qui les porte. Loin d’être irréductibles l’un à l’autre, les deux univers sont pris dans une relation mutuelle : quand les « pros » de l’écriture viennent contrastivement disqualifier les artistes du dimanche, ces derniers peuvent se revendiquer d’une pratique « passionnelle » non entée sur des objectifs de performance. Le jeu n’est d’ailleurs pas fait une fois pour toutes : si le trajet du « grand » au « simili » relèverait tout de même de la bizarrerie de parcours, il est arrivé plus d’une fois que les diverses relectures de l’histoire littéraire réactivent ces pratiques parallèles qui, en leur état actuel, semblent pour l’instant se structurer selon les modes d’organisation d’un simili-champ. On sait l’importance de la posture du génie incompris inhérente aux représentations de l’artiste raté, passé inaperçu ou injustement oublié. On connaît également la postérité des lettres de Madame de Sévigné et du journal intime d’Amiel35. Il y aurait lieu d’examiner comment un simili-champ employé à produire des « effets sans effet » présente tout de même des incidences sur le champ littéraire.

Haut de page

Notes

1 Étudiés notamment par Isabelle de Lajarte, Les Peintres amateurs, Paris, L’Harmattan, 1991.
2 Amateurs, Professionals, and Serious Leisure, MacGill-Queen’s University Press, Montréal, 1992.
3 Voir à ce sujet l’instructif chapitre que consacre Aude Mouaci à un bilan de l’amateurisme en sociologie des loisirs : Mouaci (Aude), Les poètes amateurs. Approche sociologique d’une conduite culturelle, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001, pp. 65-92.
4 Mouaci (Aude), op. cit., p. 85.
5 C’est du moins ainsi que les a classés et qualifiés Daniel Poirion dans son étude sur l’évolution du lyrisme courtois, citée dans Mouaci (Aude), op. cit., p. 49.
6 Lahire (Bernard), La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui – Laboratoire des sciences sociales », 2006, p. 420.
7 Heinich (Nathalie), Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000, p. 42.
8 Lahire (Bernard), op. cit., p. 530.
9 Mouaci (Aude), op. cit., p. 43.
10 Ibid., p. 6.
11 Ibid., p. 17.
12 Bertrand (Jean-Pierre), « Surcodage linguistique et stéréotypie littéraire dans la poésie du dimanche », Littératures mineures en langue majeure : Québec / Wallonie-Bruxelles, textes réunis par Jean-Pierre Bertrand et Lise Gauvin, Oxford – Montréal, Peter Lang / Presses de l'Université de Montréal, 2003, pp. 237-247.
13 Mouaci (Aude), op. cit., p. 36. La sociologue a clairement examiné les obstacles socio-culturels que présentent les stéréotypes de l’amateur s’agissant de la pratique de l’écriture poétique.
14 « Car une chose est d’inclure dans le champ littéraire les vrais artistes et les artistes médiocres, ou plutôt les individus, reconnus ou obscurs, qui cherchent positivement la consécration ; une autre chose est d’y ajouter tous ceux qui écrivent pour leur plaisir, sans forcément se confronter aux instances de légitimation, ou plus, en tentant d’organiser un réseau parallèle de légitimation. » (Ibid., p. 87)
15 S’agissant du domaine musical, Mouaci choisit comme exemple celui du questionnement spécifique concernant le devenir, au sortir des écoles de musique, des élèves non destinés à la pratique professionnelle (Ibid., p. 39).
16 Lahire (Bernard), op. cit., p. 65.
17 Ibid., p. 81.
18 Poliak (Claude), Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2006.
19 En particulier dans « Divulgation des pratiques littéraires. Des "univers de consolation" aux frontières du champ littéraire », communication au Premier Congrès de l’Association française de sociologie, Université Paris 13, 24-27 février 2004.
20 Poliak (Claude), op. cit., pp. 244-245.
21 D’où la question, toute rhétorique, de Lahire : « […] comment définir un “professionnel” dans un univers social aussi faiblement codifié et institutionnalisé que le jeu littéraire […] ? » (Lahire, op. cit., p. 203)
22 Désignons ainsi globalement les diverses formes d’octroi de capital symbolique non validées par le champ littéraire.
23 Poliak (Claude), op. cit., p. 163.
24 Encore faut-il nuancer, avec Claude Poliak, les représentations que l’autobiographie mobilise. Car cette dernière ne présente pas les mêmes enjeux pour les amateurs lettrés et les amateurs populaires. Les premiers y voient une écriture facile résolument non littéraire alors que les autres y trouvent un genre réservé aux personnes sortant de l’ordinaire, dont la vie d’exception mérite d’être racontée.
25 Poliak (Claude), op. cit., p. 15.
26 Ibid., p. 242.
27 Ibid., p. 303.
28 Un exemple particulièrement illustratif est celui du « soliloque » des poètes amateurs bien étudiés par Mouaci : les poètes édités à compte d’auteur et autoédités sont reconnus d’emblée comme extérieurs au champ, lus qu’ils sont par ceux qui, dans la plupart des cas, ne connaissent que l’auteur (souvent personnellement, en tant que proches de la parentèle ou de l’entourage immédiat) et demeurent dans la même ignorance que lui des stratégies d’obtention de pouvoir symbolique et financier, ainsi que de l’histoire des codes poétiques inscrivant les pratiques d’écriture dans des traditions littéraires.
29 Comme l’a bien montré Nathalie Heinich, ces oppositions se compliquent encore du clivage identitaire entre régime professionnel et régime vocationnel (travail et apprentissage vs révélation du don et actualisation de potentialités innées) (Heinich, op. cit., pp. 24 et 64).
30 Poliak (Claude), op. cit., pp. 113-117.
31 Denis (Benoît), « La littérature francophone de Belgique. Périphérie et autonomie », dans Le Symbolique et le Social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu, Liège, Éditions de l’Université de Liège, coll. Sociopolis », 2005, p. 179.
32 Lahire (Bernard), op. cit., pp. 203-205.
33 Dubois (Jacques), L’institution de la littérature, Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord », 2005, pp. 189-217.
34 Ibid., p. 216.
35 Exemples de « littératures parallèles » empruntés à Dubois (ibid., p. 215), qui indique par ailleurs deux modes possibles de récupérations institutionnelles de l’écriture amateur : le travail des avant-gardes cherchant dans ces productions matière à alimenter leurs velléités de rupture et la réhabilitation opérée par des mouvements contreculturels de type Mai 68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Des « univers de consolation ». Note sur la sociologie des écrivains amateurs », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 12 septembre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/2933

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

FNRS-ULg

Articles du même auteur

Haut de page