Navigation – Plan du site

Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, du début des années 1920 : construction d’un modèle et proposition de schématisation

Daphné de Marneffe

Résumés

L’ensemble des revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, de l’immédiat après-guerre est ici appréhendé en terme de « réseau ». Ce réseau est caractérisé par son ouverture, son hétérogénéité, la logique de solidarité qui le régit et son déploiement dans la durée. Ce réseau de revues a d’une part une dimension intertextuelle (revues comme lieux d’expression se faisant écho) et d’autre part une dimension interpersonnelle (revues comme milieux interconnectés). Ces deux aspects peuvent être visualisés à travers différents schémas.

Haut de page

Texte intégral

1En Belgique, immédiatement après la première guerre mondiale, paraissent de très nombreuses revues littéraires qui témoignent de la volonté des jeunes intellectuels et artistes de l’époque de prendre la parole sur la place publique. Une étude approfondie du corpus francophone permet de distinguer deux tendances antagonistes, cristallisées autour de conceptions radicalement différentes de la reconstruction du pays. D’une part, on identifie un pôle « conservateur » qui travaille à la « restauration » de la Belgique d’avant-guerre ; d’autre part un pôle « moderniste et d’avant-garde » qui souhaite renouveler la société sous tous ses aspects, reconstruire à neuf sur les ruines de la guerre. Les revues à tendance « conservatrice » bénéficient d’emblée de l’appui des piliers dont elles émanent. Dans les autres petites revues, des intellectuels de tous bords cherchent à défendre une autre vision du monde, à profiter de l’effet « table rase » de la guerre pour laisser place à de nouveaux modèles, tant sur les plans architectural, littéraire, artistique, que sur les plans intellectuel ou politique. Leur désir d’échapper à la logique de pilarisation de la société belge explique en partie la fragilité de leur position et les difficultés matérielles qu’ils rencontrent. Publier une revue est pour eux un moyen à la fois économique et relativement efficace pour assurer la diffusion de leurs idées1. Nous examinerons ici comment ces revues « modernistes et d’avant-garde » créent un espace de parole et de réception favorable à leur vision du monde. Il s’agit donc bien de rendre compte d’un fonctionnement d’ensemble et non de prendre pour objet d’analyse un titre particulier de revue.

2Dans cette perspective, il serait tentant de concevoir l’ensemble des revues en termes de « champ » : cela permettrait de rendre une vision à la fois claire et dynamique des rapports entre revues, en référence à un modèle puissant, qui s’est imposé en sociologie de la littérature. Anna Boschetti a explicité en quoi la théorie des champs constitue un apport indéniable pour l’étude des revues littéraires : non seulement cette théorie « amène à les considérer comme des instances de légitimation parmi d’autres2 » mais surtout elle impose de les appréhender selon une logique structurale. Il nous semble acquis que les revues doivent être étudiées sous cet angle, leurs positions ne pouvant s’expliquer individuellement, mais bien selon un mode de pensée relationnel. Sans remettre en question la fécondité du modèle du « champ », on constatera pourtant que sa confrontation à l’objet d’étude « revue littéraire » fait apparaître certaines de ses limites. Au sens strict, le « champ » se définit comme un « système de relations objectives constitutif d’un espace de concurrence3 ». Alors, pourquoi ne pourrait-on pas penser un « champ des revues » ? Les revues prennent souvent position les unes par rapport aux autres, non seulement dans leur rubrique « revue des revues », mais aussi dans les débats qui les animent. Cependant, il faut s’attarder sur quatre impasses majeures : le problème de la clôture de ce « champ des revues », sa non-spécificité, l’importance de la logique de solidarité qui le régit, et son rapport problématique au temps. Dans une première partie, nous examinerons ces quatre caractéristiques de l’espace des revues modernistes et d’avant-garde de l’immédiat après-guerre en Belgique, en insistant particulièrement sur les deux dernières. Ensuite, nous proposerons une modélisation de cet espace - non en terme de « champ » mais en terme de « réseau », notion plus souple et mieux adaptée à l’objet « espace des revues » - ainsi qu’un type de schématisation du « réseau » des revues visant à en faciliter l’appréhension tant en synchronie qu’en diachronie4. Pour illustrer notre propos, nous puiserons nos exemples dans le corpus anversois francophone des revues Ça Ira (1920-1923) de Maurice Van Essche et Lumière (1919-1923) de Roger Avermaete.

Un ensemble sans clôture

3Tout d’abord se pose le problème de la clôture d’un « champ des revues » dont il est difficile de définir les limites. Si l’on apprécie l’extension de l’espace dans lequel se situent les revues en fonction des titres auxquelles elles font référence (dans une rubrique de type « revue des revues » principalement), il faut constater l’extrême variabilité de celle-ci, non seulement d’une revue à l’autre, mais aussi au cours de la vie d’une revue, d’une publication à l’autre. Les revues de notre corpus se situent préférentiellement par rapport à d’autres revues belges et françaises. Mais il arrive que cet espace de références prenne une dimension internationale, apparaissant dès lors comme translinguistique et transfrontalier. Par exemple, dans son premier numéro (avril 1920), Ça Ira prend position par rapport à des revues de langues française, flamande, néerlandaise, anglaise, provenant de France, de Belgique, des Pays-Bas, du Royaume-Uni. Dans son numéro de novembre 1920 (2e année, no 4), Lumière passe en revue des publications de France et de Belgique, mais aussi d’Angleterre, de Catalogne, de Suède, des Pays-Bas. Cette caractéristique transfrontalière et translinguistique n’est pas prise en charge par le concept de « champ ». Et cet « impensé » de la méthode est peut-être bien un « impensable » : ces questions restent problématiques même pour le concept dérivé d’« espace littéraire mondial » présenté par Pascale Casanova dans La République mondiale des lettres. A priori, cette notion évacue les problèmes des frontières politiques et linguistiques. Cependant Pascale Casanova conçoit l’espace littéraire mondial comme une réalité globale, tout en ayant recours au critère national (malheureusement ramené au critère linguistique) pour en expliquer la constitution :

La conquête de la liberté de l’espace littéraire mondial s’accomplit donc à travers l’autonomisation de chaque champ littéraire national. […] Chaque écrivain entre dans le jeu muni (ou démuni) de tout son “passé” littéraire. Il incarne et réactualise toute son histoire littéraire (notamment nationale, c’est à dire linguistique) […]5.

4La littérature est ici conçue comme une « république mondiale », au delà de la question des langues et des frontières politiques, mais l’ensemble national autonomisé - problématique en soi dans le cas de la Belgique - est l’unité de base de cette « république » et sa définition est ramenée, en première instance, à un critère linguistique. La question des langues n’est donc, en définitive, pas évacuée, mais plutôt posée comme un prérequis dépassable.

5L’espace des revues littéraires a donc une extension variable, selon deux paramètres : non seulement d’une revue à l’autre (chacune fixant en quelque sorte son espace de référence), mais aussi d’un numéro à l’autre au sein d’une même revue (cet espace évolue dans le temps). Un « champ » sans clôture est problématique : il ne serait possible de tenir compte de tous les acteurs (ici, les revues) situés dans le champ qu’à condition de les recenser de manière exhaustive, et de pouvoir gérer leur hétérogénéité (de langue, de nationalité). Un tel recensement figerait les choses d’un point de vue temporel, faussant la perspective pour de nombreuses (livraisons de) revues.

Un ensemble non spécifique : des revues « politico-culturelles »

6Deuxième impasse : la non-spécificité, l’hétérogénéité, l’aspect hybride de cet ensemble de revues des années 1920 (déjà caractéristique des revues de la fin du xixe siècle). Les « revues littéraires » débordent presque systématiquement du champ spécifique dans lequel elles s’insèrent : les revues littéraires sont aussi des revues artistiques et l’ensemble est politico-culturel plutôt que strictement littéraire. Même si dans la théorie de Bourdieu, un champ peut en recouvrir partiellement d’autres (comme le champ du pouvoir par exemple), concevoir un « champ des revues », à l’intersection (mais de manière variable) des champs littéraires, artistiques, sociaux et politiques paraît pour le moins bancal. Et ce d’autant plus que, dans le cadre de la société belge, on peut douter de l’existence (ou de la permanence) d’un « champ littéraire » autonomisé6.

7En tenant compte des deux premières difficultés soulevées (l’absence de clôture et la non-spécificité de l’ensemble qui se dessine), il est possible de conclure provisoirement que les revues s’inscrivent entre (ou dans) au moins trois « champs » aux extensions variables : un champ social et politique dont on ne peut contester qu’il soit « belge », les débats étant marqués par les spécificités culturelles et sociales du pays ; parfois un sous-champ local (anversois, bruxellois, etc.). Ensuite, un champ artistique, dont on peut souligner qu’il est indifférent à la question des langues, que son extension soit internationale ou limitée aux frontières du pays. Enfin, un champ littéraire, que l’on qualifierait volontiers de « français », tout en reconnaissant que certaines revues témoignent de la volonté d’en faire exister un « belge », malgré la communauté de langue et la proximité du champ français.

Un ensemble où prime une logique de solidarité

8Une troisième difficulté par rapport au modèle du « champ » consiste en ce qu’intrinsèquement, les revues de notre corpus ne répondent pas à une logique de concurrence, d’inscription dans un champ de lutte. Même si elles peuvent servir à prendre position dans un champ, et même si on trouve sans peine, dans les revues, des exemples de discours d’opposition entre elles, il nous paraît important de ne pas conclure trop vite à l’existence d’un « champ des revues ». La puissance du modèle du « champ » pousse en effet à appréhender les revues à travers une valorisation de leurs différences, à mettre en exergue leur « concurrence structurale », ce qui oblitère peut-être leur principe de fonctionnement. Ainsi par exemple, la réflexion d’Anna Boschetti sur les revues de l’avant-garde parisienne de la fin du xixe siècle : « à première vue il pourrait sembler qu’elles constituent un réseau », mais on ne peut « expliquer les différences dans les formules et dans le succès » qu’en « prenant en considération la concurrence structurale » qui les caractérisent7. C’est exact, mais les deux phénomènes nous semblent aussi importants l’un que l’autre : la concurrence, qui est effective entre les revues, se marque au niveau de leur inscription dans les champs artistique et littéraire ; quant à cette logique de solidarité et d’échange, elle caractérise selon nous le fonctionnement même de ces petites revues qui garantissent par là leur capacité à exister et à se faire connaître.

9On ne peut nier que les revues, « entrant dans le jeu » par le fait même de prendre la forme de revues, s’inscrivent toutes dans le même « espace des possibles » ; elles font des choix quant à leur format, leur périodicité, leur présentation, leur contenu, etc. Et ces choix les situent d’emblée les unes par rapport aux autres. Les revues littéraires belges s’inscrivent d’emblée dans leur « espace des possibles », mais ce qui est spécifique à cet « espace des possibles »-ci, c’est que l’enjeu d’existence est ailleurs. Cet espace des revues ne constitue pas en tant que tel un « champ de lutte », il se situe plutôt à la croisée de différents champs qui lui sont extérieurs. Le « champ » qui recouvrirait le plus adéquatement l’espace des revues, serait le « champ culturel », au sens large. Mais l’espace des revues se focalise parfois sur le « champ littéraire », parfois il se déplace vers le « champ artistique », ou s’élargit au « champ intellectuel ». De toutes façons, l’enjeu est toujours hors de l’espace des revues : dans un (ou plusieurs) autre(s) champ(s). Par leur plasticité formelle, par le fait qu’elles sont d’emblée portées à évoluer au fil des parutions, les revues ont la possibilité de se réorienter sans cesse, tout en conservant une certaine continuité (de titre, de comité de rédaction, de « noyau dur », ou simplement par la permanence du directeur), elles peuvent viser successivement différents champs. Entre elles, la concurrence ressemble plus à de l’émulation, et les liens effectifs sont nombreux : échange de collaborateurs, projets ou causes communes, soutien en différents moments de la chaîne de production ou de la diffusion des œuvres, etc. Ce type de relation peut s’expliquer par l’étroitesse du milieu : tout le monde se connaît ; tout le monde est forcé, dans une certaine mesure, de ménager le voisin. Mais plus spécifiquement, dans le contexte d’immédiat après-guerre, les revues modernistes et d’avant-garde s’entraident parce qu’elles partagent une même vision novatrice du monde, un même désir de « recréation à neuf ». L’enjeu de lutte n’est pas inexistant entre elles, mais déplacé vers l’extérieur : dans un premier temps, c’est surtout contre « les autres », le « camp » des conservateurs, des « restaurateurs », des « passéistes » et des forces politiques constituées (libéraux, catholiques, mais aussi socialistes « compromis » - dans un gouvernement d’union nationale - et trop « embourgeoisés » pour ces jeunes révolutionnaires) qu’il s’agit de s’unir et d’agir.

10D’un point de vue textuel, les citations, rappels, renvois à d’autres revues sont fréquents. Ils servent à « se poser en s’opposant » mais pas dans l’espace des revues, plutôt sur des questions précises (esthétiques, politiques, etc.). Par cette pratique intertextuelle de la citation, les revues font exister l’espace dans lequel elles s’insèrent (notamment à travers les « revues des revues »), elles donnent corps à un pôle de contestation et d’ouverture à la nouveauté sous toutes ses formes. Par ailleurs, sur le plan de la réalité humaine, une logique de solidarité prime sur une logique de concurrence dans le fonctionnement des revues, tant en interne qu’au niveau des relations nouées avec d’autres. Au niveau interne, il est indéniable qu’un comité de rédaction soit un lieu d’échange, de discussion, de débat, et souvent de compromis, de conciliation. Bien sûr, l’importance des enjeux (situés hors de l’espace clos de la revue elle-même) peut parfois provoquer des ruptures et faire éclater la cohésion interne du comité. Les histoires des revues sont émaillées de ces tiraillements : on sait que le « Cénacle » anversois s’est scindé en deux juste avant la fin de la guerre, donnant naissance aux revues La Drogue et Ça Ira d’une part, autour de Maurice Van Essche, et à Lumière de Roger Avermaete d’autre part. Mais souvent, les collaborations restent effectives. Par exemple, les équipes de Lumière et de Ça Ira animèrent ensemble le cercle d’art anversois « Artès » (1922-1925), et réunirent leurs forces en 1928 dans une nouvelle revue, Le Rat.

11On pourrait montrer sur d’autres corpus que le fonctionnement de petites revues en réseau est toujours lié à une conjoncture historique particulière et à un positionnement marginal ou contre-institutionnel qui force les intellectuels et artistes concernés à assurer leur propre capacité d’existence. En contexte inédit, le développement d’un réseau interpersonnel et intertextuel, via la publication de revues ouvertes les unes aux autres, réalise cet objectif de créer un espace favorable à l’éclosion et à la réception d’idées et d’esthétiques nouvelles, non reçues dans les organes dominants8. C’est encore le cas dans l’espace des revues françaises après la seconde guerre mondiale. Alors qu’elle le présente comme un « champ de revues », Anna Boschetti montre que, face au pôle dominant des Temps Modernes défendant la littérature engagée, les voix dissidentes se font entendre dans Critique (fondée par Bataille en 1946), Les Lettres nouvelles (fondées par Maurice Nadeau en 1953) et la Nouvelle Nouvelle Revue Française (relancée par Blanchot). Ces trois revues, « au lieu de rapports de concurrence, tendent à établir entre elles […] des relations de complémentarités9 ». Anna Boschetti précise que « ce fonctionnement est confirmé par la circulation des collaborateurs10 », insiste sur l’importance de ces échanges et conclut sur l’efficacité du « circuit de consécration » ainsi constitué, ces revues soutenant l’émergence des avant-gardes de l’époque (le Nouveau Roman et la Nouvelle Critique). Cette terminologie laisse affleurer le principe de fonctionnement que nous tentons d’exposer ; il est ici explicitement reconnu qu’il n’y a pas, entre ces trois revues, de rapports de concurrence mais bien de complémentarité. Cette caractéristique propre aux revues d’avant-garde n’est que malaisément prise en charge par le modèle du « champ des revues », si pas occultée par celui-ci.

12Comme double réalité - à la fois humaine et textuelle -, la revue est donc régie par une toute autre logique que celle de la concurrence : elle est le lieu où s’affirme une certaine solidarité, une logique d’échange, de collaboration, d’investissement « gratuit ». C’est cela même qui fait paradoxalement la force de ce medium comme lieu d’action ou de prise de parole dans les différents champs culturels.

Un ensemble qui se déploie dans la durée

13Enfin, une dernière difficulté importante est la temporalité propre aux revues. Ce rapport au temps, donnée variable mais essentielle de la définition de notre objet, est difficilement pris en charge par une conceptualisation en terme de « champ ». Bien sûr, tous les champs évoluent dans le temps. Mais le modèle impose de reconstituer toujours le champ à un moment précis de son histoire (voire à plusieurs moments-clés de son évolution). L’extrême mobilité, la grande plasticité de l’ensemble des revues rend cette entreprise quasi impossible. Chaque revue a un rapport particulier à la temporalité ; qu’elle soit mensuelle, bimensuelle ou hebdomadaire, la revue s’inscrit d’emblée dans une durée, selon une certaine périodicité, souvent irrégulière. À travers son titre, une revue est appréhendée comme une évidence, comme un tout. Or, ce titre désigne à la fois une somme de textes et un groupement d’individus : dans ses deux réalités discursive et humaine la revue est une entreprise non seulement collective, mais qui évolue dans le temps. Au contraire d’une œuvre particulière, qui prend place à un moment donné dans un champ donné, la revue est une collection de livraisons, qui s’échelonnent sur une durée, et chaque livraison rassemble des textes d’auteurs divers. Face à cet éclatement, la saisie en termes de « champ » paraît improbable. Même sur une petite période de cinq ou six ans, lorsque l’on tient compte de la parution (ou non) de chaque numéro de chaque revue, l’ensemble des revues se reconfigure en permanence.

14On le sait, une revue évolue à tous les niveaux. D’une part comme réalité textuelle, d’un point de vue formel, quant à son format, son nombre de page, sa périodicité, et ce en fonction de son rapport au public et à l’actualité ; mais aussi du point de vue de son contenu, quant à la création, l’aménagement, la disparition de rubriques, en fonction des intérêts qu’elle affiche et de la manière dont elle s’oriente vis-à-vis des différents champs culturels et politiques. Parmi les revues belges, il est très rare qu’une ligne éditoriale soit parfaitement définie et parfaitement suivie. D’autre part, comme groupe humain, au niveau de son comité de rédaction, de l’adjonction ou du départ de collaborateurs, de représentants à l’étranger, en fonction de la visibilité et du degré de reconnaissance dont elle bénéficie dans les différents champs et de son orientation intra- ou internationale. Cette dimension diachronique aux multiples facettes est très problématique par rapport au clichage (réducteur mais inévitable) qu’effectue toujours l’histoire littéraire, mais aussi le chercheur, soumis à la nécessité toute pratique de pouvoir situer la revue qu’il croise pour apprécier l’impact ou l’importance du renseignement qu’il y trouve (publication de l’auteur étudié, compte rendu critique sur une œuvre, etc.). On s’attache généralement à situer une revue en fonction de critères « externes » à l’espace des revues, tels l’orientation esthétique ou la tendance politique, ce qui replace d’emblée la revue dans les champs artistique (ou littéraire) et politique. Au mieux, la classification est relative (revues « progressistes » vs « conservatrices », « d’avant-garde » vs « académique »). Dans ce cas, une partie de la dynamique de l’espace est respectée : chaque revue étant d’emblée située par rapport aux autres, la vision de l’objet saisit celui-ci en contexte (même extrêmement restreint). Mais de toute façon, ces « définitions » dont on peut difficilement se passer figent la revue dans un état qui n’est souvent que provisoire, pérennisant soit le point de départ soit le point culminant d’un parcours, bref, immortalisant le « moment significatif » d’une histoire à rebondissements. Ce clichage est souvent l’objet d’une illusion rétrospective ou produit par la généralisation d’étiquettes anachroniques. Par exemple, la revue anversoise Ça Ira est considérée comme une revue d’avant-garde : le consensus à ce propos est unanime, dans les anthologies, les histoires de la littérature, les catalogues, etc. Cet étiquetage écrase la temporalité et oblitère le lent travail d’ouverture de Ça Ira à l’avant-garde, ainsi que le processus complexe d’acquisition de reconnaissance symbolique. Le recours à une schématisation simple permet d’aborder la question avec plus de nuance, de visualiser l’existence de la revue dans sa durée, en tenant compte de son histoire propre, souvent irrégulière.

Proposition de schématisation

15Dans les faits, qu’en est-il de cette classification comme étant « d’avant-garde » ? D’où provient cette étiquette ? Si Ça Ira s’affiche dès son premier numéro comme jeune revue aux idées « révolutionnaires » - par son titre, ses illustrations (de Jespers et Joostens), quelques articles polémiques (« La vraie renaissance flamande », « Chronique de Flandre », « Revolutionnaire cultuur ») -, elle est tout aussi tôt remise en question par des personnalités alors reconnues par l’avant-garde internationale (Théo van Doesburg et Paul van Ostaijen) et il faut attendre le numéro 12 (mars 1921) pour voir poindre un intérêt pour Dada. C’est avec la publication du numéro spécial « Dada Sa naissance Sa vie Sa mort » (concocté par Clément Pansaers en novembre 1921) que Ça Ira réalise pleinement son idéal de radicalité et se fait reconnaître comme revue « d’avant-garde ». Par généralisation et anticipation, l’histoire littéraire attribue à Ça Ira, comme s’il s’agissait d’une réalité intemporelle, un qualificatif acquis suite à sa seizième livraison. On voit bien sur le schéma 1 (en annexe) qu’en novembre 1921, elle n’est qu’à la moitié de sa vie, du point de vue du calendrier (puisqu’elle perdure jusque janvier 1923), mais que quantitativement, par rapport au nombre total de livraisons (son histoire propre), elle est déjà en fin de vie (16 numéros parus sur 20). Sur ce type de schéma, nous marquons les livraisons dans une double temporalité (celle du calendrier et celle de la numérotation de la revue), et pointons les moments significatifs (numéros spéciaux, cahiers, etc. ; ici, le numéro « Dada ») pour avoir un aperçu de la vie de la revue, saisie dans son rapport au temps et dans son rythme propre. Ici, on constate un essoufflement après une année d’existence ; le numéro Dada qui « fait événement » ; une difficulté à se maintenir, mais une volonté de le faire : on peut se demander pourquoi tirer sur la corde jusqu’en janvier 1923 ?

16Pour mieux comprendre, il y a intérêt à replacer la revue dans son contexte immédiat, en rapport avec les revues qui lui font concurrence ou qui entretiennent avec elle une filiation, en l’occurrence, le contexte anversois francophone (voir schéma 2 en annexe). La Drogue précède immédiatement Ça Ira. Par sa périodicité (hebdomadaire), on visualise sans peine qu’elle se voulait plus en prise avec l’actualité. Cela se confirme à l’examen du format de la revue (La Drogue journal de deux pages ; Ça Ira brochure d’une trentaine de pages). Un journal étant plus rapidement composé, les membres du groupe rassemblés autour de Van Essche ont ainsi pris de vitesse l’équipe d’Avermaete (qui publie Lumière), les deux groupes étant rivaux suite à la scission du « Cénacle » anversois juste avant la fin de la guerre. Par ailleurs, cette confrontation offre un autre éclairage sur l’obstination à paraître encore début janvier 1923 : malgré une reprise difficile après l’été, la revue Lumière continuait à paraître (numéros de novembre et de décembre 1922). Lumière commente encore le dernier numéro de Ça Ira dans son dernier numéro de février 1923. Les deux revues, à bout de souffle depuis l’été 1922, cessent alors toute parution. En parallèle, si l’on note l’existence du Club « Artès » (1922-1925), on constate que malgré leurs oppositions, les revues sont aussi des lieux de solidarité et de mise en commun de forces : ce cercle, codirigé par Van Essche et Avermaete, a permis aux revues de continuer à animer la vie culturelle locale, même après avoir cessé d’exister sous forme papier. Plus tard, les comités de rédaction des deux revues s’assemblent pour la création éphémère d’un journal, Le Rat, qui paraît hebdomadairement entre le 2 mai et le 18 juillet 1928.

L’« espace » des revues littéraires

Un réseau interpersonnel et intertextuel

17Nous avons abordé différentes caractéristiques de l’espace des revues (notamment la logique de solidarité qui le régit et son déploiement dans la durée), qui poussent à conclure que le concept de « champ » ne permet pas de rendre compte des spécificités des revues modernistes et d’avant-garde de l’immédiat après-guerre en Belgique. En conséquence, nous proposons de modéliser l’espace des revues en termes de « réseau », en reprenant la terminologie de Christophe Prochasson. Dans Les Intellectuels, le socialisme et la guerre (1900-1938), celui-ci présente les revues littéraires comme un exemple de « lieux » et de « milieux », inscrits dans un « réseau11 ». Le terme de « réseau » est ainsi réservé pour les relations entre agrégats, plutôt qu’entre individus. Tous les éléments, tous les acteurs, toutes les instances sont évidemment « en relation » les uns avec les autres dans un état du champ donné. Ce qui nous intéresse ici, c’est le type de relations (et l’efficacité de celles-ci) tissées et entretenues par les revues, considérées comme autant de « lieux » et de « milieux ». Nous considérons que le « réseau » se déploie dans les deux dimensions intrinsèques aux revues : la dimension humaine (une question de relation entre groupes : le « réseau social ») et la dimension textuelle (une question de citation, de renvoi textuel : le « réseau intertextuel »). Sans doute faudrait-il justifier théoriquement cette adjonction de l’aspect « textuel » à l’aspect « social » du réseau ; nous ne chercherons pas à le faire ici, puisant dans la souplesse de la notion de « réseau » la liberté de proposer un modèle qui rende compte de la nature duelle des revues.

18Pour approcher complètement une revue (à la fois « lieu » et « milieu »), il importe de la situer dans l’espace spécifique dans lequel elle trouve place : il faut saisir son inscription dans le « réseau » des revues. La démarche ici est la même que dans la théorie des champs : tout comme la position de l’agent ne s’apprécie que relativement aux autre positions, c’est à dire dans le champ, on pensera les revues de manière relationnelle, au sein du « réseau » dans lequel elles s’insèrent. Le terme de « réseau » peut s’appliquer à la réalité fuyante de cet espace que nous avons défini (par opposition au « champ ») comme étant sans clôture (ouvert et en permanente reconfiguration), sans spécificité (hybride, sans spécialisation), régi par une logique de solidarité (qui fédère la collectivité) et dans un rapport problématique au temps (à saisir en diachronie). À la suite de Gisèle Sapiro, on peut le concevoir comme « semi-institutionnalisé12 » dans la mesure où les revues sont « plus ou moins éphémères » (voir le rapport problématique au temps) et « aux contours relativement flous » (voir l’absence de clôture et la non-spécificité). Ce réseau, comme nous l’avons vu, est une réalité complexe, en permanente reconfiguration. En partie explicite, inscrit dans le texte même de la revue, le réseau se présente partiellement comme une réalité tangible (mais mouvante : elle se configure autrement dans chaque livraison de revue) ; en partie caché, discret, implicite, relevant de la correspondance privée ou du dossier d’archive, le réseau est partiellement aussi le résultat d’une reconstitution, qui peut avoir tendance à figer les lignes de forces, à mettre en évidence les éléments significatifs. Ce réseau se tisse tant par les relations « humaines » (échange de collaborateurs, participation à des projets communs, échange de correspondance, etc.) que par des citations intertextuelles. En synchronie, sur base de ce qu’en dit une de ses livraisons, on peut donc situer une revue par rapport à celles auxquelles elle fait référence (ne fût-ce qu’en citant leur nom, dans une rubrique « revues reçues » par exemple), mais aussi par rapport à celles avec lesquelles elle entretient des liens concrets, quels qu’ils soient. C’est bien l’ensemble de ces autres revues (citées ou avec lesquelles une relation concrète est établie) qui permet d’expliciter sa position. En diachronie, la problématique est aussi double : la revue est à situer par rapport à celles qui ont parlé / vont parler d’elle (soit un réseau intertextuel) et par rapport à celles avec lesquelles une filiation peut être établie, en amont ou en aval (autre titre porté par un même comité de rédaction, reprise de collaborateurs, résultat d’une scission, etc.). Dans le cas des revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, le réseau qui émerge comporte un très grand nombre de titres différents. Les portions les plus signifiantes de ce réseau peuvent être reportées dans un schéma semblable à celui proposé plus haut concernant les revues anversoises. Le réseau des revues est ainsi « mis à plat » dans ses composantes principales. Dans un tel tableau (voir fig. 1, « tableau général des revues littéraires (1919-1931) », en annexe), on peut apprécier la place de chaque livraison de revue, tant en synchronie (quelles sont les livraisons d’autres revues parues au même moment ?) qu’en diachronie (comment cette livraison prend-elle place dans l’histoire propre de la revue ?).

19Pour visualiser l’interconnexion entre les groupes (réseau interpersonnel), un schéma d’ensemble est utile, mais la temporalité y est écrasée. Pour l’exemple anversois, le schéma en annexe (fig.2 en annexe) présente les intersections entre les groupes et revues du « Cénacle », de la petite feuille clandestine Le Melon Bleu, de La Drogue, Ça Ira, Lumière et Le Rat. Plusieurs personnes ont été membres de différents groupes, tel Georges Marlier, qui jouera souvent le rôle d’intermédiaire, ou Willy Koninckx, qui cumule toutes les appartenances.

Un ensemble de « lieux » et de « milieux »

20Précisons enfin l’acception à donner aux termes de « lieu » et de « milieu ». D’une part chaque revue, par son existence même, délimite un espace particulier, tout à la fois lieu de prise de parole et de prises de positions, lieu d’action, lieu de sociabilité. Comme « endroit » (lieu au sens physique du terme), la revue est à mettre sur le même pied que quelques autres « lieux de sociabilité » (cafés, librairies, galeries d’art, etc.). Mais c’est aussi sur l’aspect textuel, la réalité éditoriale que nous mettons l’accent à travers le concept de « lieu » : la revue est d’abord un lieu d’expression débordant les limites du littéraire. Rappelons que ce « lieu » évolue dans le temps, la revue étant une « œuvre » collective déployée dans la durée.

21Ces premiers « lieux textuels » que sont les revues sont souvent complétés ou prolongés par des maisons éditions (« Éditions Ça Ira », « Lumière », « Les Écrivains réunis », « L’Équerre », etc.) dont les catalogues contiennent proses, poésies, ouvrages critiques et ouvrages d’art. À côté de cela, les revues investissent d’autres types de lieux d’expérimentation et de rencontre avec un public diversifié, tels les « centres d’art » (le Club Artès, le Centre d’art du Coudenberg), les galeries et autres espaces d’exposition (galerie « Sélection », « Le Centaure », etc.), les tribunes médiatiques (celle de « La Lanterne sourde » notamment). Dans leur action en faveur de l’art et de la littérature, les revues utilisent donc non seulement des moyens éditoriaux mais aussi des moyens proprement médiatiques13.

22D’autre part, en fonction des éléments disponibles pour reconstituer la trajectoire sociologique des principaux agents d’une revue et par l’analyse de leurs interactions - Prochasson parle de « relations dynamiques, intellectuelles, affectives, sociales entre plusieurs individus14 » -, on peut tenter de définir le type de « milieu » de la revue considérée - autrement dit, ce que les rédacteurs d’une revue ont en commun, sociologiquement - et ce, comparativement aux « milieux » des autres revues. Cette approche en termes de « milieu » permet donc d’étudier le rôle de « nœud de sociabilité littéraire » des revues. On peut effectuer des rapprochements et des interférences entre certains milieux et remarquer que ceux-ci ne seront pas indifférents à la manière dont le réseau se tisse entre les revues. Pour reprendre l’exemple anversois, les revues Lumière et Ça Ira ont constitué dans les années 1920-1923 deux lieux de prise de parole distincts, aux stratégies discursives et positionnelles différentes : à Lumière, rollandiste, pondérée et « de bonne volonté », on a pu opposer la radicalité relative de Ça Ira, plus provocante, comme en témoignait le ton de son premier numéro et certaines prises de positions « suicidaires » sur la question flamande. Si on les aborde en terme de « milieux », il faut constater que toutes deux proviennent globalement de la bourgeoisie libérale anversoise, mais divergent au point de vue de l’ancrage linguistique et du statut professionnel : Lumière rassemble des bilingues parfois issus de familles de langue flamande, souvent fonctionnaires dans l’administration anversoise ; le personnel de Ça Ira est globalement issu de milieux francophones, industriels et marchands. Le fait que les premiers se trouvent en conséquence moins fragilisés que les seconds par la question flamande (et les lois linguistiques) et par la crise économique, n’est sans doute pas indifférent par rapport à leurs postures et prises de position respectives dans les années vingt, ni par rapport aux divergences de leurs parcours ultérieurs15.

Pour conclure

23En définitive, la question « Peut-on parler d’un “champ” des revues ? » appelle une réponse négative concernant le corpus des revues littéraires modernistes et d’avant-garde de l’immédiat après-guerre en Belgique. Comme nous l’avons montré, l’espace qui se dessine a quatre caractéristiques qui le rendent difficilement appréhendable en termes de « champ ». Outre son absence de clôture et son hétérogénéité ce sont principalement la logique de solidarité qui le régit et son déploiement dans la durée qui exigent un modèle plus souple, plus malléable. Le concept de « réseau » semble adéquat pour traiter de ce phénomène qui relève à la fois des différents « champs » artistique, littéraire, intellectuel, médiatique, politique. Au départ de la terminologie de Christophe Prochasson, nous décrivons un « réseau » de revues dans lequel celles-ci apparaissant à la fois comme des « lieux » et des « milieux ». L’objet « revue » peut être ainsi appréhendé dans sa double dimension textuelle et humaine : on identifie un réseau intertextuel (échos entre différents lieux de publication et d’expression débordant des limites du littéraire) et un réseau interpersonnel (milieux, nœuds de sociabilité).

24Il faut noter pour terminer que ce « réseau » des revues de notre corpus, s’il connaît des prolongements durant tout l’entre-deux-guerres, n’a un fonctionnement optimal que durant la période assez courte de l’immédiat après-guerre. Les premières années consacrées à la reconstruction du pays constituent en effet un contexte politique et social tout à fait particulier, dans lequel le fonctionnement en « réseau » permet aux artistes et aux intellectuels en position « contre-institutionnelle » de répondre efficacement à l’absence de structures préexistantes (sur le plan éditorial notamment) et de créer un espace d’expression, de création et de réception où déployer leur vision de l’art et de la société. Mais dès 192316, on constate un essoufflement de cette dynamique, qui se traduit notamment par un rassemblement de force dans quelques revues modernistes plus durables (Sélection, 7 Arts, Le Disque Vert, La Flandre littéraire). Cette évolution du « réseau » à travers le temps permet de mettre en évidence que les revues de notre corpus s’inscrivent dans un continuum plus large, allant de l’avant-garde aux revues institutionnalisées, en passant par les revues « modernistes ». Une modélisation de l’ensemble des revues littéraires de la période (toutes tendances confondues) en terme de « champ des revues » brosserait tout autrement le tableau, de manière assurément mieux structurée (en différents pôles), plus satisfaisante pour l’esprit, mais en clichant la réalité. L’approche en terme de « réseau » permet de nuancer ces oppositions tranchées et de mettre en évidence qu’il y a, dans l’histoire des revues (et dans les trajectoires des auteurs qui y collaborent), souvent glissements d’une tendance à l’autre, glissements qu’expliquent d’une part des enjeux symboliques et historiographiques, d’autre part des contraintes matérielles.

Haut de page

Bibliographie

Boschetti (Anna), « De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de “réseau” ? », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe & Benoît Denis, CIEL-Le Cri, 2006, pp. 60-70.

Boschetti (Anna), « Des revues et des hommes », dans La Revue des revues, n° 18, 1994, pp. 51-65.

Boschetti (Anna), « Les Temps Modernes dans le champ littéraire », dans La Revue des revues, n° 7, 1989, pp. 3-13.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 [1992].

Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

Dujardin (Philippe), « De l’histoire à la sociologie. Tours, détours, retours ? », Cahiers de l’Institut de l’Histoire du Temps Présent, n° 20, (« Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux »), mars 1992, pp. 22-29.

Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme et avant-garde. Le réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, ULg, 2007 (thèse disponible en ligne : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/).

Marneffe, de (Daphné), « Belgian, Modernist and Avant-Garde Literary Journals from the Early 1920s : A Model of Network Collaboration », dans Models of Collaboration in Nineteenth-Century French Literature, sous la direction de Seth Widden, Aldershot & Ashgate, à paraître.

Prochasson (Christophe), Les Intellectuels, le socialisme et la guerre (1900-1938), Paris, Seuil, 1993.

Purnelle (Gérald) et Dozo (Björn-Olav), « L’apport des revues et de la statistique à l’approche des réseaux », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe & Benoît Denis, CIEL-Le Cri, 2006, pp. 151-174.

Sapiro (Gisèle), « Réseaux, institution(s) et champs », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe & Benoît Denis, CIEL-Le Cri, 2006, pp. 44-59.

Weisgerber (Jean) (dir.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique, Bruxelles, Labor, « Archives du Futur », 1991.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Voir Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme et avant-garde. Le réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, ULg, 2007 (thèse disponible en ligne : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/).
  • 2 Boschetti (Anna), « De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de “réseau” ? », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe et Benoît Denis, CIEL-Le Cri, 2006, pp. 64 -68. Voir aussi, du même auteur, « Des revues et des hommes », La Revue des revues, n° 18, 1994, pp. 51-65.
  • 3 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998, p. 297.
  • 4 Nous reprenons ici (en le résumant et en l’approfondissant parfois) un des aspects discutés dans la partie théorique et méthodologique de notre thèse de doctorat, où est évaluée la pertinence de différents modèles de sociologie de la littérature (théorie des champs (Pierre Bourdieu), institution de la littérature (Jacques Dubois), étude de sociabilités intellectuelles (Christophe Prochasson)) quant à la prise en charge des spécificités propres aux revues littéraires et à la capacité de ces modèles de rendre compte de la dynamique d’ensemble de l’espace des revues modernistes et d’avant-garde (Voir Marneffe, de (Daphné), op. cit, pp. 9-50).
  • 5 Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999, pp. 60-64 (nous soulignons).
  • 6 Voir la discussion sur ce point dans notre thèse, op. cit., pp. 19-23.
  • 7 Boschetti (Anna), art. cit., p. 68.
  • 8 Voir Marneffe, de (Daphné), « Belgian, Modernist and Avant-Garde Literary Journals from the Early 1920s : A Model of Network Collaboration », dans Models of Collaboration in Nineteenth-Century French Literature, sous la direction de Seth Widden, Aldershot & Ashgate, à paraître.
  • 9 Boschetti (Anna), « Les Temps Modernes dans le champ littéraire 1945-1970 », La Revue des revues, n° 7, 1989, p. 8.
  • 10 Idem, p. 9.
  • 11 Prochasson (Christophe), Les Intellectuels, le socialisme et la guerre (1900-1938), Paris, Seuil, 1993, pp. 17-18. Sur l’emploi du terme de « réseau » dans l’étude des sociabilités intellectuelles, voir aussi les travaux du « Groupe de recherche sur l’histoire des intellectuels » (publiés sous le titre « Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux », Cahiers de l’Institut de l’Histoire du Temps Présent, n° 20, mars 1992), notamment la contribution de Philippe Dujardin (« De l’histoire à la sociologie. Tours, détours, retours ? », pp. 22-29).
  • 12 Sapiro (Gisèle), « Réseaux, institution(s) et champs », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe & Benoît Denis, CIEL-Le Cri, 2006, p. 54.
  • 13 Voir la partie de notre thèse consacrée aux « lieux d’édition et d’action d’art », op. cit., pp. 237-278.
  • 14 Prochasson (Christophe), op. cit., p. 17.
  • 15 Voir « Le “Cénacle” anversois, entre ancrage libéral et engagements “de gauche” », dans notre thèse, op. cit., pp. 177-190.
  • 16 Dans l’étude statistique qu’il a consacrée aux participations des poètes aux revues littéraires, Gérald Purnelle délimite un même corpus (1920-1923) et en explicite la cohérence. Voir Purnelle (Gérald) et Dozo (Björn-Olav), « L’apport des revues et de la statistique à l’approche des réseaux », dans Les Réseaux littéraires, op. cit., p. 154.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daphné de Marneffe, « Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, du début des années 1920 : construction d’un modèle et proposition de schématisation », COnTEXTES [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 23 octobre 2008, consulté le 18 février 2017. URL : http://contextes.revues.org/3493 ; DOI : 10.4000/contextes.3493

Haut de page