Navigation – Plan du site

Les revues littéraires : histoire et problématique

Paul Aron

Résumés

L’article propose un survol des revues francophones publiées en Belgique. Il montre que les revues sont un support indispensable de l’activité littéraire du pays. Il indique également quelques traits de leur rôle spécifique dans une institution littéraire faible et relativement peu institutionnalisée.

Haut de page

Texte intégral

1La revue est relativement aisée à définir, parce que la bibliothéconomie internationale a forgé les termes d’un consensus à peu près stabilisé. La revue (de l’anglais review) est une publication périodique au contenu variable. Sa périodicité la distingue du livre ou de la brochure. Son sens est à peu près celui du mot journal, qui s’est, lui, spécialisé dans l’acception « journal quotidien », que l’on appelait auparavant la « gazette ».

2La revue littéraire, par contre, s’insère plus difficilement dans un cadre définitoire. S’agit-il d’une revue qui publie de la littérature ? Si c’est le cas, les journaux quotidiens et nombre d’hebdomadaires généralistes devraient faire partie du corpus. S’agit-il de périodiques affichant en titre ou en sous-titre le mot littérature ou un terme comparable ? Dans ce cas, nombre de petites revues artistiques, par exemple proches du dadaïsme, devraient en être écartées. Par ailleurs, de nos jours, la notion de publication même fait problème puisqu’il existe des revues virtuelles sur Internet. Ainsi surgit un paradoxe initial. Si chacun s’accordera à rattacher La Jeune Belgique ou Le Disque vert à la série historique de périodiques qui, depuis le xviie siècle, transmettent de l’information littéraire (La Gazette de France, Le Mercure galant, devenu au xviiie siècle Le Mercure de France, au xixe siècle, La revue des deux mondes ou au xxe siècle, La Nouvelle Revue française, Les Cahiers vaudois (Lausanne), Parti-Pris (Montréal), Tel Quel ou Change…), on ne sait comment préciser les limites du corpus des périodiques littéraires belges que l’on voudrait pourtant exhaustif. L’étude des revues littéraires implique ainsi inévitablement une certaine forme de pragmatisme. La plupart des modèles ou des généralisations que nous pourrons faire vaudront pour des secteurs restreints d’un ensemble aux contours flous.

  • 1 Voir Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de langue française de 1830 à (...)

3Par ailleurs, il faut noter que les revues constituent une part incontournable du support éditorial des Lettres en Belgique. L’existence même de la littérature leur est liée, à la fois comme lieu de production et de diffusion des œuvres, mais aussi comme support des mouvements et des prises de positions des agents de la vie littéraire. Nous avons pu, voici quelques années, recenser environ 1 100 revues littéraires francophones parues entre 1830 et 2000, qui concernent au premier chef environ 1 500 acteurs, écrivains, membres de comités de rédaction ou personnalités de référence1.

4Quand on parcourt cet ensemble de manière transversale, quelques réflexions semblent s’imposer.

  • D’abord, ce qui frappe, c’est la permanence de la revue. Alors que les salons littéraires, les cafés ou les conversations ont disparu en tant qu’institutions de la littérature, la revue s’est maintenue depuis près de deux siècles comme un média vivant, qui semble être passé sans rupture de la composition typographique professionnelle à la photocopie et au stencil d’amateurs, puis à la mise sur Internet. Sans doute cette capacité d’adaptation est-elle liée à la variété de formes que prend une revue littéraire : certaines constituent de lourds ensembles comportant des rubriques récurrentes alors que d’autres se réduisent à de simples tracts envoyés par un auteur à quelques personnes.

  • Un second trait est également lié à la nature même du support. Comme ce dernier est très souple, il peut s’ajuster aux moyens financiers dont disposent un groupe ou un individu. Il y a donc des revues luxueuses et des revues pauvres tirées à petit nombre sur mauvais papier, des revues régulières et des revues occasionnelles, des revues comportant des centaines de livraisons et d’autres faisant faillite dès l’échec de leur premier numéro.

  • Mais, et ceci ouvre une troisième considération, les revues forment un support éditorial relativement autonome. Rares sont celles qui, en Belgique, ont été financées par des éditeurs ou par des institutions littéraires. La plupart relèvent de l’initiative individuelle, certaines de petits groupes. Ainsi, au lieu de conduire, presque naturellement, vers la parution en volume, selon le modèle canonique réalisé par Gaston Gallimard entre La Nouvelle Revue française et les éditions qu’il dirigeait, les revues littéraires belges sont souvent le terme dernier du processus de diffusion littéraire. Ceci leur donne une importance particulière et justifie l’intérêt que nous leur portons. Venons-en à présent à des questions de méthode et de perspective.

L’objet « revue »

Vecteur éditorial

5Prenons l’exemple des œuvres de Paul Nougé, le principal auteur du surréalisme belge. Lorsque Marcel Mariën publie les textes de son ami, il constitue deux ensembles de textes auquel il donne une unité thématique. Un volume reprend les œuvres théoriques (Histoire de ne pas rire), un second les textes que l’on peut qualifier de poétiques (L’Expérience continue). L’un et l’autre sont constitués à partir de trois sous-ensembles : les textes publiés par Nougé en revues et dans des catalogues ; des textes publiés par Marcel Mariën lui-même dans ses propres revues, et des inédits enfin. La confection des volumes a pour effet de réduire la dynamique contextuelle que réalisaient les revues. Or, on peut considérer qu’un texte paru dans Correspondance, revue dont Nougé avait la maîtrise, ou un texte paru dans La Révolution surréaliste ou dans Combat, n’ont pas le même statut. Ainsi la publication en volume a-t-elle pour effet de réduire la revue au rang de simple support, de la rendre en quelque sorte transparente, ou d’en nier l’existence. Elle est rabattue sur ce que la philologie appelle la « pré-originale » ou « première publication ».

6Ces effets de contexte se révèlent parfois fondamentaux. Toute une part de la polémique qui entoure des écrivains qualifiés de collaborateurs pendant la Seconde Guerre mondiale a en effet trait non au contenu des articles qu’ils ont publié, mais au cadre de leur publication. Il en va ainsi de Marie Gevers, qui envoie des nouvelles sur le monde paysan dans La Terre wallonne, revue publiée avec l’aide de l’Occupant et qui va dans le sens d’une valorisation idéologiquement orientée des activités rurales. Il en va de même des dessins d’Hergé, parus dans Le Soir, avec une apparente indifférence aux orientations de plus en plus critiquables du principal organe de la collaboration francophone.

7Ainsi en va-t-il également, dans un sens plus littéraire, des enjeux liés à la publication dans l’une ou l’autre revue d’avant-garde, qui a pour effet de classer les écrivains dans des groupes littéraires, alors que, souvent, leurs œuvres ne portent pas ou peu de signes de cette appartenance. Et enfin, il faut mentionner les effets de pouvoir liés à la possibilité de critiquer les ouvrages parus dans un périodique important, ou par contre dans un périodique qui ne compte guère.

8Dans une autre perspective, nombre de revues mettent en présence des textes relevant de champs intellectuels hétérogènes : théâtre, arts plastiques, historique, politique, etc. Le fait même qu’elles se spécialisent en littérature est un facteur intéressant pour l’historien, mais l’absence de spécialisation ne l’est pas moins.

9De manière générale, les revues ne sauraient donc se réduire à de simples recueils de textes destinés à vivre indépendamment d’elles. Elles livrent un contexte pertinent et spécifique.

Une réalité spécifique

10Comme tous les supports de l’activité littéraire, la revue est une réalité à deux faces. Elle est un fait de discours, et comporte à ce titre non seulement des textes critiques ou de fiction, des poèmes ou des illustrations, mais également un métadiscours, sur ses propres intentions, ou sur les textes qu’elle souhaite réunir. Elle est par ailleurs un fait matériel. Elle mobilise des ressources financières, une ou plusieurs personnes qui en assument les tâches de réunion des textes, de fabrication et de diffusion, ainsi qu’un lectorat, plus ou moins étendu.

11Une revue est donc faite de capitaux, de rôles, d’agents, de relations, et chacun de ces éléments mérite d’être analysé en corrélation avec les discours qui y sont tenus.

Une réalité matérielle complexe

12En conséquence, la revue présente des réalités matérielles très diverses. Souvent illustrée, elle s’offre dans un format et une typographie qui ne sont pas le fait du hasard ; elle comporte de l’éditorial, de la publicité, des annonces littéraires ou non (ainsi de la publicité « par sympathie »), des couvertures, des tables (souvent erronées), des mentions d’éditeur responsable, de comité de rédaction (souvent factices), des adresses, des bulletins d’abonnement ou des feuillets séparés destinés au lectorat. J’insiste sur ce fait, car les relieurs des grandes bibliothèques ont souvent rogné ces éléments ou les ont rassemblés en fin de volume, comme s’ils étaient par nature secondaires. Il y a de nos jours un enjeu particulier qui est lié à la conservation du support dans sa totalité. Le passage aux versions électroniques doit-il se faire en couleur ou en noir et blanc (les microfilms ont fait perdre beaucoup à l’analyse des dessins en couleurs des périodiques de la fin du xixe siècle, par exemple) ? Le scannage doit-il concerner le contenu, ou également le support dans son intégralité, y compris les couvertures ? Enfin, la nécessité de compléter les collections conservées dans plusieurs bibliothèques pose des problèmes qu’il faut prendre en compte dès le début de la politique de sauvegarde.

Historiographie

13Depuis longtemps, les revues font l’objet de travaux et de recherches scientifiques. On peut ici proposer un bref examen des principales tendances historiographiques.

Ego-histoire et histoire litteraire

  • 2 Voir Gilkin (Iwan), Les Origines estudiantines de La Jeune Belgique, Bruxelles, Éditions de la Belg (...)
  • 3 Voir Thiry (Oscar), La miraculeuse Aventure des Jeunes Belgiques, Bruxelles, Éditions de la Belgiqu (...)
  • 4 Voir Gille (Valère), La Jeune Belgique. Au hasard des souvenirs, Bruxelles, Office de publicité, 19 (...)
  • 5 Voir Gilsoul (Robert), La Théorie de l’art pour l’art chez les écrivains belges de 1830 à nos jours(...)
  • 6 Voir Vanwelkenhuyzen (Gustave), « De l’Uylenspiegel à la Jeune Belgique », Bulletin de l’Académie r (...)
  • 7 Voir Hanse (Joseph), Naissance d’une littérature, Bruxelles, Labor, 1992.
  • 8 Ainsi, tout récemment, Pirotte (Ernest), Le petit Panthéon - Une grosse de Daily-Bul, Bolinne-Harlu (...)

14L’histoire des revues littéraires a d’abord été le fait des revues elles-mêmes. Presque inexistant au xixe siècle, le retour effectué par les animateurs de revues sur leur apport personnel devient une pratique courante dès le début du xxe siècle. Iwan Gilkin est ainsi un des premiers à évoquer la revue et le mouvement de La Jeune Belgique2. Son exemple est suivi de près par Oscar Thiry3, puis par Valère Gille4. Comme les titres l’indiquent, pas question ici de distance critique : le récit se déroule sur le mode hagiographique. Par ailleurs, un des enjeux de ce discours mémoriel est lié à la reconnaissance qui entoure les animateurs du mouvement, dont les survivants entrent tous à l’Académie royale de langue et de littérature françaises dès sa fondation en 1921. Le discours semi-officiel qui se met alors en place définit une chronologie (un avant et un après 1880) et un code de lecture selon lequel le mouvement de la « Renaissance littéraire belge » caractériserait un dépassement des opinions politiques qui marquaient la vie littéraire des périodes antérieures et une communion de tous dans le culte de l’art pour l’art. Ce point de vue, maintes fois répété par les survivants, a eu deux conséquences. Pour une part, il alimente les premiers travaux universitaires sur le sujet, ceux de Robert Gilsoul5, Gustave Vanwelkenhuyzen6 et même dans une certaine mesure, Joseph Hanse7. D’autre part, il entraîne des animateurs de revues de l’entre-deux-guerres à calquer leur attitude sur le modèle de leurs prédécesseurs. Comme l’avaient fait les Jeunes dans le Parnasse de la Jeune Belgique (1887), ils réalisent des anthologies de leurs propres productions. Paraissent ainsi : l’Album de souvenirs littéraires rédigés par le groupe de la « Renaissance d’Occident » (1929), l’Anthologie du groupe « L’Avant-poste » (1934), le recueil anthologique du Thyrse en 1934, le florilège « Terres latines » (1936-1937), « Souvenirs, témoignages, vers et proses, n° du cinquantenaire de la revue Le Thyrse » (1949) et « 20 ans au service des lettres belges, l’effort de la Revue nationale, 1928-1948 » (1948). Ce genre d’autocélébration se poursuit après la guerre, y compris dans le chef de revues avant-gardistes ou non conformistes comme le Daily-Bul8.

15C’est également dans l’entre-deux-guerres que l’importance du mouvement des revues littéraires commence à être perçue. Francis Nautet en avait souligné l’importance dès son Histoire des lettres belges d’expression française (1892-93). Dans Les débuts de l’orphéonisme en Belgique (1937), Léon-Louis Sosset développe le point de vue selon lequel l’histoire littéraire locale s’écrit d’abord dans les périodiques et il établit un premier catalogue de revues littéraires qui précèdent et qui accompagnent le mouvement de La Jeune Belgique. Une tradition de bibliographie descriptive s’installe alors, dont le recueil que j’ai publié avec Pierre-Yves Soucy est la dernière réalisation en date. Mais cette nomenclature appartient sans doute déjà au passé : il faudra désormais, j’en reparlerai, passer au support électronique, ce qui implique d’autres types de saisie et un autre mode de consultation.

  • 9 Entre autres études récentes : Guyaux (André), « Odilon-Jean Périer, entre le Disque vert et la Nrf (...)

16Les études consacrées aux revues sont principalement des monographies, même lorsqu’un article traite de deux ou trois organes. Ces monographies de la première heure, et de très nombreux mémoires ou thèses de fin d’études, obéissent à une double préoccupation : descriptive, ils s’attachent au projet, et, dans le meilleur des cas, au retentissement de la revue ; analytique, ils abordent le contenu. Pas ou presque pas de recherches quantitatives : ces travaux sont attentifs au seul contenu explicite9.

Le champ des revues

17Une véritable avancée dans les études sur les revues est liée à l’usage de la notion de champ littéraire. Avec celle-ci, on est forcé de dépasser l’énumération et la description, pour tenter de rendre compte d’une dynamique. Les revues sont ainsi liées à la hiérarchie des agents dans le champ. Elles deviennent des indicateurs de position, voire le moyen d’accéder à telle ou telle position. En bref, parce qu’elles font intervenir des groupes d’agents, elles participent de la logique structurale du positionnement des groupes.

18Dans la même perspective, les revues sont également des sous-champs, au sens où elles sont traversées par les conflits du champ. Ainsi La Jeune Belgique, tantôt parnassienne, tantôt ouverte au symbolisme, ne fait que refléter les prises de position des agents qui s’y affrontent. Plus subtilement, la division du travail entre rédacteurs en chefs et collaborateurs d’une revue, ou encore le soutien d’une personnalité à une revue radicale sont des enjeux que la sociologie permet de décrire efficacement.

  • 10 Voir les précisions historiques et la discussion qu’en fait Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme (...)

19Les revues se situent par ailleurs les unes par rapport aux autres selon la même logique structurale. Peut-on pour autant parler de « champ des revues » dans le cas belge ? Je crois que l’expression est utile, souvent pertinente, mais qu’elle mériterait une réflexion en profondeur pour être véritablement mobilisée. Un champ des revues suppose que les revues soient en lutte dans un espace social hiérarchisé autour d’objets de valeur comparables. Or, dans le cas, fréquent, où les revues littéraires belges ne sont pas exclusivement littéraires, ou qu’il s’agit de revues occasionnellement littéraires, le champ auquel elles se rattachent risque d’être à ce point éclaté ou pluriel qu’il confronte des trajectoires trop hétérogènes pour être effectivement comparées. Il n’est pas non plus certain que le champ se définisse par la langue ou par la nation. Il en va ainsi du numéro de la revue Variété en 1929, coordonné par Aragon et Breton, qui détourne en quelque sorte, mais de manière éphémère, une revue artistique belge vers le champ littéraire français10.

20Pourtant, les revues offrent au moins deux aspects qui impliquent presque nécessairement que l’on postule l’existence d’une logique de champ à leur égard. C’est, d’une part, un jeu de positionnement à travers des rubriques comme « dans les revues » ou les recensions critiques dans lesquelles les rédacteurs se situent clairement par rapport aux périodiques concurrents. Et d’autre part, l’existence d’un personnel de rédacteurs, de responsables ou de collaborateurs occasionnels, qui répartissent les produits de leurs plumes entre les périodiques existants.

21Reste alors, dans cette perspective, à comprendre les principes de hiérarchisation du champ des revues.

22Quels liens existent entre le média revue et la carrière des auteurs ? D’où vient le poids symbolique que l’on accorde à Van Nu en Straks ou à La Jeune Belgique ? De l’ancienneté ou de la durée de vie de ces organes, de la légitimation qu’ils ont su apporter à leurs collaborateurs, ou, à l’inverse, de la participation qu’ils ont pu solliciter de la part de collaborateurs déjà connus ? On se demandera aussi dans quelle mesure la forme même des revues pèse sur leur poids symbolique (qualité typographique du support, présence d’illustrations, qualité du papier, par exemple), ce qui implique de construire des liens avec le capital social, matériel et symbolique des animateurs. D’autres questions surgissent également lorsqu’on observe la carrière des animateurs : il y a-t-il un profil sociologique de « l’homme de revue » ? Quels sont les liens entre les capitaux symboliques et économiques des agents qui font vivre une revue ?

23Il importe ici de ne pas se laisser piéger par une approche purement quantitative. On ne peut déduire la notoriété ou l’influence d’un auteur de sa présence au sommaire de nombreuses revues, ni même de la direction effective qu’il assure. Ainsi, des écrivains comme Max Waller, Franz Hellens ou Albert Ayguesparse ont à la fois une œuvre propre et une intense activité d’hommes de revues, mais leur statut dans la hiérarchie du champ littéraire reste très secondaire par rapport à celui de leurs contemporains Max Elskamp, Paul Willems ou Madeleine Bourdouxhe. De ce point de vue, on dira que le champ des revues reste naturellement inféodé aux champs dans lesquels elles s’inscrivent.

24Plusieurs traits spécifiques du champ littéraire belge francophone se retrouvent dans les revues littéraires, c’est d’abord celui d’une relation problématique à l’espace culturel national.

25- La médiation culturelle. Les revues publient des traductions, des articles d’informations sur d’autres littératures ou mouvements artistiques, et réalisent ainsi le transfert d’éléments culturels entre espaces nationaux ou linguistiques. De manière générale, il s’agit ici d’interroger l’efficacité de ce vecteur, en le comparant à la presse et aux réalisations des maisons d’édition. D’ores et déjà, à deux moments au moins, il semble avoir joué un rôle essentiel : dans le cosmopolitisme littéraire des revues fin de siècle et dans les liens entre les avant-gardes européennes dans les années 1920-1925.

  • Les transferts entre domaines artistiques. Contrairement aux livres, qui restent généralement cantonnés dans la sphère définie par un genre, un format ou une collection déterminée, les revues mêlent par nature, même lorsqu’elles sont principalement et exclusivement littéraires, des domaines d’activité connexes : chroniques musicales, picturales ou cinématographiques, théâtre ou vie culturelle font l’objet de comptes rendus, de rubriques fréquentes, et parfois permanentes. Peut-on évaluer la fécondité de ce type d’informations et avoir une vue d’ensemble des solidarités et des positionnements symboliques qu’ils permettent ?

  • La mixité des champs. Celle-ci n’est pas seulement d’ordre artistique. Elle est également politique, sociale ou éthique. Ici encore, les revues jouent le rôle d’interfaces qui n’ont pas d’équivalents dans d’autres médias. Il en va ainsi de la participation d’une série d’écrivains, qui vont du réalisme magique (Hellens) au surréalisme (Nougé), à la revue antifasciste Combat que publient Piet Vermeylen, Denis Marion et leurs amis pendant la guerre d’Espagne. Cette participation pose très clairement la question de la logique croisée des champs et influencera sur les solidarités de la période de guerre et de la reconstruction.

Sociabilité, réseaux, etc.

  • 11 Voir Agulhon (Maurice), Pénitents et Francs-Maçons de l’Ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968.
  • 12 Voir Pluet (Jacqueline), « Pour une histoire et une politique des revues », dans Les Revues littéra (...)

26Un troisième plan réside dans le mode d’intervention des revues. C’est ici que l’usage de plus en plus fréquent du concept de « sociabilité » proposé par Maurice Agulhon dans sa thèse sur la « sociabilité méridionale11 » a suscité les approches les plus intéressantes12. Contrairement au livre ou à une maison d’édition, qui demandent un capital matériel important, la publication d’une revue exige avant tout un espace social qui est à la fois le point d’origine et le destinataire de la revue. Ce mode de publication permet donc une étude de groupe, la construction d’une sociabilité particulière, liée au comité de rédaction, au comité de patronage, aux acheteurs ou aux abonnés. La sociabilité offre le moyen de plonger dans le concret des réseaux qui encadrent la publication périodique ; elle en fait un lieu d’observation privilégié des relais entre choix esthétiques et groupes sociaux. La description du dispositif éditorial de la revue sort ainsi de la perspective monographique : elle exhibe tous les rouages que son existence même met en branle. Ce type d’approche convoque des sources et des méthodes inédites pour l’historien de la littérature, qui doit alors s’ouvrir à la sociologie et à l’histoire.

27Quel est le lien entre la sociabilité et l’habitus bourdieusien ? Le concept de sociabilité met l’accent sur ce que la gestion d’une revue appelle comme qualités subjectives spécifiques (par exemple : se plier aux petites tâches comme la mise sous enveloppe des exemplaires destinés aux abonnés). La trajectoire d’un individu peut être décrite comme sa confrontation avec celle des autres, les uns et les autres possédant un certain capital et des manières d’être. Cette trajectoire rencontre des lieux de sociabilité spécifiques qui sont autant de mises à l’épreuve et d’inflexion possible. Celles-ci, bien entendu, se vivent sur le mode des relations et des conflits interpersonnels, mais cela n’ôte rien à la possibilité de les interpréter sociologiquement.

  • 13 Voir Aron (Paul) & Denis (Benoît), « Réseaux et institution faible », dans Les Réseaux littéraires, (...)

28Les revues jouent aussi un rôle considérable dans le décryptage de ce que nous avons appelé les relations en réseau13.

29Je rappelle qu’il ne s’agit pas de faire une « théorie du réseau » qui se substituerait à la théorie des champs, mais qu’il s’agit de déterminer avec exactitude et précision à quel niveau de l’analyse sociologique l’instrument descriptif du réseau peut se révéler utile.

30On peut postuler qu’elle permet de mettre au jour un type particulier de capital, dont on fera l’hypothèse qu’il est puissamment mobilisé au sein des « institutions faibles » : le capital relationnel, forme de capital qu’on distinguera du capital social comme du capital symbolique, et qui pourrait schématiquement se définir comme la capacité plus ou moins grande que possède un agent d’utiliser ses liens (d’amitié, de connivence, de proximité idéologique, etc.) en vue de produire certains effets. En l’occurrence, il est clair que l’analyse ne peut se contenter ici de reconstruire, sous forme de graphe par exemple, le réseau relationnel de tel agent : il faut encore pouvoir déterminer la « qualité » de ce réseau, c’est-à-dire le type de ressources qu’il permet de mettre en commun comme les enjeux qui commandent son activation et l’efficace qu’il produit. De même, il ne pourra être question d’établir un lien mécanique entre le capital relationnel d’un agent et son capital symbolique : l’exemple de Louis Piérard, homme de réseaux s’il en est, tant politiques que littéraires, suffit à prouver que ceux-ci ne suffisent pas pour obtenir une consécration durable au sein du champ littéraire. Il apparaît ainsi que la notion de réseau permet d’expliquer, par exemple, l’accès d’un Luc Hommel, écrivain sans œuvre personnelle, au rang de secrétaire perpétuel de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, ou l’existence de liens de solidarité entre des acteurs qui n’apparaissent jamais ensemble dans les groupes littéraires (par exemple via les loges maçonniques).

31Concrètement, on aura compris que je plaide pour une cartographie la plus complète possible des revues littéraires publiées en Belgique, qui serait une étape d’un véritable état des lieux de la vie littéraire. Cela, bien entendu, est affaire de recherche collective, et donc de crédits…

Haut de page

Bibliographie

Agulhon (Maurice), Pénitents et Francs-Maçons de l’Ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968.

Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de langue française de 1830 à nos jours, Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1998 [1993].

Aron (Paul) & Denis (Benoît), « Réseaux et institution faible », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe & Benoît Denis, Bruxelles, CIEL-Le Cri, 2006, pp. 7-18.

Delsemme (Paul), « Variétés (1928-1930), une revue éclectique », dans Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940, sous la direction de Robert Frickx, Bruxelles, VUB-Press, 1990, pp. 129-145. 

Gille (Valère), La Jeune Belgique. Au hasard des souvenirs, Bruxelles, Office de publicité, 1943.

Gilkin (Iwan), Les Origines estudiantines de La Jeune Belgique, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1909.

Gilsoul (Robert), La Théorie de l’art pour l’art chez les écrivains belges de 1830 à nos jours, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, 1930.

Guyaux (André), « Odilon-Jean Périer, entre le Disque vert et la Nrf », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones, Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 121-132. 

Gorceix (Paul), « Le Disque vert (1921-1941). Franz Hellens et les écrivains français », dans Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940, sous la direction de Robert Frickx, Bruxelles, VUB-Press, 1990, pp. 111-128.

Hanse (Joseph), Naissance d’une littérature, Bruxelles, Labor, 1992.

Hadermann (Paul), « Les métamorphoses de Sélection et la propagation de l’expressionnisme en Belgique », dans Les Avant-gardes littéraires en Belgique, sous la direction de Jean Weisgerber, Bruxelles, Labor, 1991, pp. 241-276.

Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme et avant-garde. Le Réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, ULg, 2007 (thèse disponible en ligne : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/).

Marx (Jacques), « Résurrection et les courants modernistes », dans Les Avant-gardes littéraires en Belgique, sous la direction de Jean Weisgerber, Bruxelles, Labor, 1991, pp. 213-232.

Pirotte (Ernest), Le petit Panthéon - Une grosse de Daily-Bul, Bolinne-Harlue, Le Daily-Bul, 2003.

Pluet (Jacqueline), « Pour une histoire et une politique des revues », dans Les Revues littéraires au xx e, sous la direction de Bruno Curatolo & Jacques Poirier, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2002, pp. 19-30.

Thiry (Oscar), La miraculeuse Aventure des Jeunes Belgiques, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1910.

Vanwelkenhuyzen (Gustave), « De l’Uylenspiegel à la Jeune Belgique », Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, vol. 30, n° 1, janvier 1952, pp. 1-43.

Vanwelkenhuyzen (Gustave), « Un trio de revues [Le Fou, la Basoche, la Pléiade] », Revue de l’Université de Bruxelles, n° 4, Le Mouvement symboliste en littérature, 1974, pp. 318-333.

Vervliet (Raymond), « Les revues francophones - les revues néerlandaises », dans Les Avant-gardes littéraires en Belgique, sous la direction de Jean Weisgerber Jean, Bruxelles, Labor, 1991, pp. 43-86.

Haut de page

Notes

1 Voir Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de langue française de 1830 à nos jours, Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1998 [1993].

2 Voir Gilkin (Iwan), Les Origines estudiantines de La Jeune Belgique, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1909.

3 Voir Thiry (Oscar), La miraculeuse Aventure des Jeunes Belgiques, Bruxelles, Éditions de la Belgique artistique et littéraire, 1910.

4 Voir Gille (Valère), La Jeune Belgique. Au hasard des souvenirs, Bruxelles, Office de publicité, 1943.

5 Voir Gilsoul (Robert), La Théorie de l’art pour l’art chez les écrivains belges de 1830 à nos jours, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, 1930.

6 Voir Vanwelkenhuyzen (Gustave), « De l’Uylenspiegel à la Jeune Belgique », Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, vol. 30, n° 1, janvier 1952, pp. 1-43 ; Idem, « Un trio de revues [Le Fou, la Basoche, la Pléiade] », Revue de l’Université de Bruxelles, n° 4 (« Le Mouvement symboliste en littérature »), 1974, pp. 318-333.

7 Voir Hanse (Joseph), Naissance d’une littérature, Bruxelles, Labor, 1992.

8 Ainsi, tout récemment, Pirotte (Ernest), Le petit Panthéon - Une grosse de Daily-Bul, Bolinne-Harlue, Le Daily-Bul, 2003.

9 Entre autres études récentes : Guyaux (André), « Odilon-Jean Périer, entre le Disque vert et la Nrf », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones, Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 121-132 ; Gorceix (Paul), « Le Disque vert (1921-1941). Franz Hellens et les écrivains français » et Delsemme (Paul), « Variétés (1928-1930), une revue éclectique », dans Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940, sous la direction de Robert Frickx, Bruxelles, VUB-Press, 1990, pp. 111-128 et pp. 129-145 ; Vervliet (Raymond), « Les revues francophones - les revues néerlandaises », Marx (Jacques), « Résurrection et les courants modernistes » et Hadermann (Paul), « Les métamorphoses de Sélection et la propagation de l’expressionnisme en Belgique », dans Les Avant-gardes littéraires en Belgique, sous la direction de Jean Weisgerber, Bruxelles, Labor, 1991, pp. 43-86, pp. 213-232 et pp. 241-276.

10 Voir les précisions historiques et la discussion qu’en fait Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme et avant-garde. Le Réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, ULg, 2007 (thèse disponible en ligne : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/).

11 Voir Agulhon (Maurice), Pénitents et Francs-Maçons de l’Ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968.

12 Voir Pluet (Jacqueline), « Pour une histoire et une politique des revues », dans Les Revues littéraires au xx e siècle, sous la direction de Bruno Curatolo & Jacques Poirier, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2002, pp. 19-30.

13 Voir Aron (Paul) & Denis (Benoît), « Réseaux et institution faible », dans Les Réseaux littéraires, sous la direction de Daphné de Marneffe & Benoît Denis, Bruxelles, CIEL-Le Cri, 2006, pp. 7-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Aron, « Les revues littéraires : histoire et problématique », COnTEXTES [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 28 octobre 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/3813 ; DOI : 10.4000/contextes.3813

Haut de page