Navigation – Plan du site

« Ils sont comme nous » : Les revues francophones belges et la Flandre (1919-1939) Pour une approche macro- et microsociologique combinée

Reine Meylaerts

Résumés

Le présent article se propose de donner quelques pistes méthodologiques pour l’étude des revues et de leur rôle dans la dynamique littéraire. Pour ce faire, il se base d’un côté sur des modèles existants, liés à la théorie des champs et à l’analyse discursive (niveau macrosociologique) et les combine de l’autre côté (niveau microsociologique) avec des vues nouvelles sur l’individu comme une construction sociologique et sur les relations complexes entre structure (la revue) et acteur (le collaborateur de revue). L’article illustre ces pistes méthodologiques à l’aide d’une étude de cas concernant le discours sur la littérature flamande et l’identité belge dans des revues francophones belges (1919-1939) tant d’une perspective macrosociologique que microsociologique.

Haut de page

Texte intégral

Préliminaires méthodologiques

1Les dernières décennies, l’on n’a cessé d’accentuer l’importance singulière des revues dans le paysage littéraire, belge et autre. Selon Aron & Soucy, l’étude des revues peut mettre « à jour les idées et les sensibilités d’une époque ». Elle nous révèle « les modes de fonctionnement des milieux littéraires » et « les modalités particulières des mutations correspondant à des contextes sociaux et culturels en pleine évolution »1. Bref, l’étude des revues se présente comme un moyen - le moyen par excellence ? - pour étudier divers aspects du fonctionnement et de la dynamique littéraires et culturels.

2La présente contribution tentera d’offrir quelques pistes méthodologiques pour l’analyse revuiste qui puissent à leur tour contribuer à la compréhension du fait littéraire. Ces pistes méthodologiques concernent trois niveaux d’analyse inter-reliés, séparés ici surtout pour les besoins de l’argument. Elles sont suivies par un début d’application portant sur les niveaux deux et trois, appelée à s’élargir par d’autres études de cas et à s’intégrer dans des corpus plus larges.

Niveau macrosociologique

3Un premier type d’analyse, sociologique, rompt avec l’analyse traditionnelle du contenu et aborde la revue littéraire comme une structure institutionnelle. Elle s’appuie le plus souvent sur les théories des champs2 ou des réseaux3. De nombreuses études analysent entre autres les profils littéraires et/ou les trajectoires des collaborateurs d’une revue, les relations empiriquement observables entre des (groupes de) collaborateurs ou revues, leurs (prises de) positions dans les champs littéraire, culturel et/ou sociopolitique, l’investissement d’une part du capital symbolique par les agents littéraires engagés dans la lutte pour la légitimité, et j’en passe.4 Ces analyses donnent en d’autres mots une vue sur la façon dont les revues participent aux luttes de légitimation, aux mécanismes d’inclusion et d’exclusion intra- et inter-revuistes. Elles appréhendent les revues prioritairement comme des structures collectives qui reflètent et participent à la structuration et la dynamique du champ littéraire.

4Les modèles sociologiques des champs et/ou des réseaux ne s’appuient pas « sur une conception de l’activité discursive »5. Or, les revues forment également des structures discursives. Un deuxième niveau d’analyse les appréhende par conséquent comme des productions discursives, des ensembles d’opérations sémiotiques mobilisées par un discours. Marc Angenot définit un discours comme « un système modélisant », « un ensemble organisé de règles et un répertoire de textes », « déterminant un dicible local »6. Il s’agit d’un système de production, de distribution et de réception de messages que leurs producteurs et destinataires considèrent comme reliés par des normes7 communes. L’ensemble des discours locaux forme le discours social : « tout ce qui est et peut/ne peut pas être dit, écrit et montré dans une société donnée à un moment donné ; ce qui peut/ne peut pas être relaté et discuté, selon un nombre variable de normes »8. L’analyse discursive tâche donc de :

rechercher des invariants, des « lieux communs », des dominances et des récurrences, de l’homogène et du régulé dans la diversité et cacophonie apparentes, des principes de cohésion, des contraintes et des coalescences qui font que le discours social n’est pas une juxtaposition de formations discursives autonomes, refermées sur leurs traditions propres, mais un espace d’interactions où des impositions de thèmes interdiscursifs et de « formes » viennent apporter au Zeitgeist une sorte d’unification organique, fixer entropiquement les limites de l’argumentable, du narrable, du scriptible.9

5Malgré les réserves qu’a formulées Angenot concernant la légitimité d’une analyse discursive sectorielle10, une étude des (de certaines) pratiques discursives dans une ou plusieurs revues peut fournir des informations précieuses concernant leurs (prises de) positions dans le champ littéraire et leur rôle dans la dynamique littéraire. Une telle analyse sectorielle se limite certes à une portion particulière, voire parfois très restreinte, du discours social et aura par conséquent des ambitions plus modestes qu’une analyse totalisante. Mais elle ouvre par là même la possibilité de compléter l’approche synchronique et uniformisante angenotienne à l’aide d’un point de vue diachronique et différentiel. Une analyse revuiste discursive sectorielle diachronique peut par exemple partir à la recherche d’une éventuelle évolution du scriptible, de l’argumentable et du narrable local à l’intérieur du système modélisant que constitue(nt) une/des/les revue(s) dans une période déterminée. Ou encore, non seulement les invariants intra- ou inter-revuistes mais également les oppositions dans les normes positives et négatives structurant les pratiques discursives littéraires peuvent former un objet d’étude légitime. Il s’agira d’étudier la dynamique des prises de positions et des oppositions littéraires d’une époque, filtrées par les normes collectives de l’institution revue, filtrées par sa position dans le champ littéraire. Bref, au niveau méthodologique, l’analyse des revues comme témoins privilégiés du fonctionnement et de la dynamique littéraires requiert une approche qui combine l’analyse du discours et la sociologie des champs11, une approche qui conceptualise la revue comme une structure tant institutionnelle que discursive.

Niveau microsociologique

6Finalement, aux deux niveaux d’analyse macrosociologique traités jusqu’ici, il convient d’associer un niveau d’analyse microsociologique. Conceptualiser les revues comme des structures institutionnelles et discursives accentue, implicitement ou explicitement, leur aspect collectif, a-personnel. La revue risque d’apparaître comme un ensemble plus ou moins homogène de normes, où s’opère un lissage des voix individuelles au profit de la collectivité. Or, la revue est plus qu’un collectif ; elle est un ensemble (parfois fort hétérogène) de collaborateurs qui apportent chacun leur profil littéraire et socioculturel, leurs antécédents, bref leur sociobiographie. Les structures collectives, comme les revues, n’existent en effet pas en dehors des individus, i.c. les collaborateurs de revues. En tant qu’institution, les revues sont au contraire portées par les individus qui les composent.12 Le social se comprend bien sûr à travers des structures objectivées (institutionnelles et discursives) mais ceci n’implique pas que ces structures existent indépendamment de leurs multiples usages individuels. En termes méthodologiques, ceci signifie que toute conceptualisation de structures normatives collectives, qu’elles soient institutionnelles ou discursives, gagne à être complétée par une conceptualisation de l’/des acteur(s) humain(s) « portant » ces structures - et finalement des relations entre les deux. Une telle conceptualisation permettra d’appréhender le fonctionnement et la dynamique revuistes non seulement comme un collectif, comme une entité a-personnelle, « décapitée » mais également comme un microcosme différencié de sociobiographies diverses. Elle dépasse la vision des collaborateurs comme une simple construction hypothétique à travers laquelle se miroitent les normes revuistes.

7Mais comment conceptualiser le niveau microsociologique sans perdre les acquis sociologiques, sans réveiller les anciens démons de la philosophie du sujet, du « libre génie créateur », des « hasards de l’inspiration et de la collaboration »13 ? Comment conceptualiser primo, l’individu, i.c. collaborateur de revue, comme une construction sociologique et secundo les liens complexes entre le collectif et l’individuel, entre la revue et ses différents collaborateurs ? En d’autres termes, comment rendre compte du va-et-vient des collaborateurs d’une revue, des positionnements hérétiques ou contradictoires, de collaborations simultanées à des revues à position parfois radicalement opposée, etc.?

8Une amorce de réponse à ces questions se trouve dans l’intégration du concept d’habitus comme troisième niveau d’analyse. L’habitus est un concept qui remonte à Aristote14 ; la sociologie littéraire se base le plus souvent sur son implémentation bourdieusienne.15 Habitus réfère au système intériorisé de structures sociales par l’individu sous la forme de dispositions. Les dispositions engendrent des pratiques, des perceptions et des attitudes qui sont régulières sans être nécessairement fixes ou invariables. Sous l’influence de son passé individuel et collectif et de sa position sociale, littéraire, etc., chaque acteur individuel développe (et continue à développer) donc une identité sociale, littéraire etc. Il se crée une certaine représentation du monde et de sa position dans ce monde.

9Bourdieu a désigné l’habitus comme le moteur d’une dialectique entre une théorie d’effets et une théorie de stratégies. De la sorte, il a voulu échapper à une philosophie du sujet sans sacrifier les acteurs et il a tenté d’éviter une philosophie de la structure sans refuser de prendre en compte les effets que celle-ci exerce sur et à travers l’acteur. Or, le concept a souvent été critiqué - et non sans raison - d’être déterministe, statique, unidirectionnel.16 L’habitus semblait en effet souvent confirmer ce qu’il voulait éviter, à savoir la précédence de la structure sur l’acteur humain. Dans le cas des revues, le collaborateur de revue se présenterait comme le porte-parole, voire le reflet « fidèle » des normes collectives de « sa » revue. Des vues récentes insistent sur l’habitus comme un concept dynamique et pluriel, comme l’objet de confrontations avec des logiques de champs variables et donc l’objet de définitions et de discontinuités multiples.17 L’inculcation de structures sociales est un procès continuel d’interactions entre « structure » et « acteur » à travers des expériences individuelles et collectives variables et variées. Chaque acteur culturel apparaît comme un produit complexe de multiples procès de socialisation disséminés dans différentes institutions (famille, école, amis, travail, salons, revues…). Ses attitudes, perceptions et pratiques sont le résultat d’une interaction instable de multiples types d’habitus, questionnant l’unicité et la permanence de la personne individuelle.

10Nous avons donc besoin d’une conceptualisation de l’acteur humain - ici collaborateur de revue - comme un « individu socialisé » : une sociologie au niveau individuel, analysant la réalité sociale dans sa forme individualisée, intériorisée.18 L’habitus pluriel et dynamique des acteurs ainsi conçu peut contribuer à comprendre les structures institutionnelles et discursives que sont les revues. Il peut plus en particulier contribuer à saisir les liens variables et variés entre « structure » (revue) et « individu » (collaborateur). En tant qu’individu socialisé, les acteurs culturels intériorisent les structures institutionnelles et discursives (revuistes, mais aussi littéraires, sociales, culturelles, politiques) mais de façon dynamique et variable. Tant au niveau intra-individuel qu’au niveau interindividuel, cette intériorisation peut en effet prendre la forme d’une soumission totale jusqu’à une forte résistance aux normes et structures collectives. A travers cette intériorisation variable et variée il se révèle également comment les acteurs peuvent agir de façon variable et variée sur ces structures. Tel collaborateur s’identifiant au plus haut degré au profil de « sa » revue s’oppose à tel autre prenant (de plus en plus) ses distances vis-à-vis de celle-ci. En partie, ces degrés divers d’intériorisation s’expliquent par les procès de socialisation partiellement divergents que peuvent avoir vécu les différents collaborateurs. En effet, un collaborateur/une collaboratrice de revue, si « fidèle », si important qu’il/elle puisse être pour la revue, n’est jamais que cela : « collaborateur/collaboratrice de revue ». Il/elle est en même temps père/mère de famille, écrivain(e), homme/femme politique, traducteur/traductrice, prêtre, avocat(e) etc. Ainsi, une revue n’est jamais une pure structure collective ni un pur amalgame de libres créateurs. Elle se comprend comme structure objectivée (institutionnelle et discursive) mais n’existe jamais indépendamment des multiples usages individuels qu’en font les collaborateurs, en tant qu’individus socialisés.

Ce que l’on dit de la Flandre ou le débat identitaire « belge » dans les revues francophones

11Dans ce qui suit, sera présentée, en guise d’exemple, l’amorce d’une étude de cas s’appuyant surtout sur les deuxième et troisième niveaux d’analyse. Elle propose d’abord une analyse sectorielle diachronique des pratiques discursives ayant trait à la Flandre littéraire dans un échantillon de six revues francophones belges de l’entre-deux-guerres: La Revue Belge (1924-1939), La Revue Générale (1919-1939), Le Thyrse (1919-1939), Le Flambeau (1919-1939), La Renaissance d’Occident (1920-1930, 1938-1939), Le Rouge et le Noir (1930-1937). Ce corpus ne se veut pas représentatif en termes de profil littéraire ou sociopolitique19 mais offre bien un éventail de stratégies et de positions discursives, représentatives pour les dichotomies caractérisant le discours francophone sur la Flandre littéraire pendant l’entre-deux-guerres. C’est à travers ces pratiques discursives que se comprennent certaines tentatives de définition d’une identité littéraire « belge » et par là certains aspects du fonctionnement et de la dynamique littéraires dans la période en question.20 Or, une telle analyse discursive traite les revues prioritairement comme des structures discursives collectives, a-personnelles. Par conséquent, dans un deuxième temps, nous essayons d’adopter davantage le point de vue microsociologique et de comprendre certains aspects des relations entre individu et structure.  Comment les collaborateurs intériorisent-ils de façon variable et variée les multiples structures discursives et institutionnelles ? Quel est leur rôle dans la dynamique des normes collectives de la revue, et comment comprendre  les variations, les oppositions et les évolutions dans les profils et les prises de positions (discursives) de tel ou tel collaborateur de revue ? Il va de soi que, vu les limites de la présente étude, l’exercice restera partiel et que les questions restent ouvertes. Il importe donc de ne pas perdre de vue l’aspect relatif et provisoire des conclusions éventuelles, de les élargir à l’aide d’études de cas supplémentaires et de les intégrer dans des corpus plus larges.

Niveau macrosociologique

12Les pratiques discursives ayant trait à la Flandre littéraire pendant l’entre-deux-guerres prennent sens dans un contexte sociétal bilingue, oppositionnel dans lequel le français avait été la langue dominante des institutions nationales et des élites depuis la fondation de la Belgique en 1830. Parallèlement, la définition à succès d’une « littérature belge » se faisait selon la formule du « mythe nordique »21: « langue française » + « inspiration flamande ». La deuxième composante de la formule procurait le trait distinctif nécessaire vis-à-vis de la littérature française par rapport à laquelle les littérateurs francophones belges avaient intériorisé un profond complexe d’infériorité. Surtout après la Première Guerre mondiale, certains groupes néerlandophones commençaient à s’opposer à leur infériorité intériorisée et exigeaient des institutions néerlandophones en Flandre. En même temps, suite à leur émancipation littéraire et culturelle, ils questionnaient le mythe nordique, revendiquant « l’inspiration flamande » pour la littérature néerlandophone. A son tour, cette évolution risquait de renforcer l’intériorisation de la domination française chez les littérateurs francophones. Par conséquent, pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, les tensions sociolinguistiques, socioculturelles et sociopolitiques entre les deux groupes linguistiques étaient très prononcées.22 Or, malgré tous ces débuts de changement, l’habitus linguistique et littéraire des acteurs culturels était au moins partiellement structuré autour de schémas et structures antérieurs : l’adulte moyen - tant francophone que néerlandophone - du début du XXe siècle (dont les collaborateurs de revue) avait intériorisé, mais de façon variable et variée, la supériorité de la langue et littérature françaises. Bref, partager cet habitus sociolinguistique et sociopolitique collectif peut aller de pair avec des variations inter- et intra-individuelles, allant d’une soumission totale à une forte résistance (voir plus bas).

13C’est entre autres en relation avec ce réseau complexe d’oppositions socioculturelles et littéraires que les pratiques discursives ayant trait à la Flandre littéraire dans les revues francophones de l’entre-deux-guerres prennent sens. Ce type de pratiques discursives coexiste évidemment avec tout ce qui se dit sur « la Flandre » dans l’ensemble du discours social de l’époque, mais une telle analyse nous mènerait ici trop loin.23 Le corpus sélectionné peut illustrer surtout comment les pratiques discursives francophones traitant de la littérature flamande se structurent selon leur positionnement graduel par rapport à deux pôles, l’un monolingue et l’autre bilingue. Le pôle monolingue se fonde sur le caractère absolu de la barrière linguistique tandis que celui bilingue en suppose une suspension temporaire. C’est moins la constatation, somme toute banale, de l’existence de ces deux pôles que la façon variable et variée dont ils se manifestent, non seulement à travers différentes revues mais même à l’intérieur d’une seule revue, qui nous intéresse ici. Répétons qu’il n’est pas possible, à travers le survol des prises de position commentées ci-après, de documenter l’ensemble des positions identitaires revuistes dans toutes leurs variations, oppositions et implications pendant l’entre-deux-guerres. Tout au plus ce survol devrait permettre de penser leurs potentialités à l’intérieur des deux pôles.

14Le discours sur la Flandre littéraire à l’intérieur des revues étudiées est protéiforme: tout commentaire, tout compte rendu, tout article de fond, toute étude, ... ayant trait à la littérature flamande ainsi que, plus en général, toute mention des signifiants « Flandre/flamand » entrent en ligne de compte dans une étude concernant leur fonction dans le débat identitaire.

15Une première ligne de division concerne la continuité et l’importance quantitative du discours sur la littérature flamande. Contrairement à ce qu’il faut constater pour des revues comme La Revue Belge, La Revue Générale, Le Flambeau, le discours sur la Flandre littéraire forme une constante à l’intérieur du Rouge et Noir, de La Renaissance d’Occident et du Thyrse. Le nombre d’articles et d’occurrences dans celles-ci est cinq à dix fois supérieur à celui dans La Revue Générale, La Revue Belge et Le Flambeau.  Dans une certaine mesure, la retenue de ces dernières pourrait se lire comme une tentative de minimiser le risque de créer l’objet du discours en question, i.c. une littérature flamande, sans toutefois vouloir/pouvoir observer un silence absolu24. Ensuite, parmi les pratiques représentatives du pôle monolingue - La Revue Belge ou Le Flambeau en fournissent un modèle - la forme de l’attention portée à la Flandre littéraire prend un aspect bien spécifique. La langue et la littérature flamandes n’y accèdent à l’existence que par le biais de la langue française. Ainsi, certaines modalités interculturelles, comme des chroniques consacrées aux nouveautés littéraires flamandes du moment sont par définition frappées d’exclusion. Les pratiques discursives typiques pour le pôle monolingue s’adressent au lecteur monolingue francophone à l’habitus linguistique et culturel supérieur qui est ignorant des lettres flamandes et ne prendra jamais en main un volume en langue néerlandaise. C’est surtout par le biais de la traduction en français que la littérature flamande acquiert droit d’existence. Avec 21 titres flamands traduits en français, l’ouverture traductionnelle est en effet bien réelle à l’intérieur de La Revue Belge. Par contre, elle est quasiment inexistante dans Le Flambeau (un seul titre). Le Flambeau fournit l’exemple d’une revue qui, faisant presque totalement abstraction de la littérature flamande de l’entre-deux-guerres,25 se situe à l’extrémité du pôle monolingue. Pour elle, la littérature belge équivaut aux lettres francophones tout court.

16En ouvrant leurs colonnes à des chroniques, à des articles de fond panoramiques, à des études etc. voués à la littérature flamande ou aux grands noms littéraires flamands, des feuilles comme Le Rouge et le Noir, La Renaissance d’Occident, La Revue Générale ou Le Thyrse représentent, qui plus qui moins, le pôle bilingue. Elles transgressent la barrière linguistique et s’adressent partiellement et ponctuellement à un public bilingue (voir également plus loin). Citons, parmi les nombreux exemples, quelques titres : « Un poète flamand. Paul Van Ostayen ou la fécondité de l’erreur »26, « Maurice Gilliams et la poésie post-expressionniste »27, tous les deux dans Le Rouge et le Noir ; « Littérature néerlandaise. Guido Gezelle »28 dans La Renaissance d’Occident, « Le théâtre et l’Art. Le mystère de la croix - ‘Van onzen Tijd’ »29 dans La Revue Générale, « Le Vlaamsche Volkstooneel »30 dans Le Thyrse. Les lettres flamandes y constituent donc un objet à part entière, voire une des composantes de la littérature « belge » (cf. les exemples ci-après).

17Certaines pratiques discursives illustrent en outre les susceptibilités politiques qu’éveille l’intérêt pour tel ou tel auteur : « Soucieux de donner ici un reflet aussi impartial que possible de la vie intellectuelle belge, nous consacrerons un article à ce flamingant [Albrecht Rodenbach] qui fut - et cela seul nous intéresse - un grand et beau poète. »31 Un article de revue portant sur un auteur flamingant, symbole de la lutte linguistique, nécessite la mise en évidence discursive de l’autonomie littéraire face au champ politique. Autonomie qui par là même se manifeste comme problématique. Une telle mise en garde présuppose également que le lecteur moyen est au courant du passé politique d’Albrecht Rodenbach. Comme tant de fois, lorsque la presse francophone se consacre à la littérature néerlandophone, l’on peut se demander qui au juste était le destinataire de tels articles : les monolingues francophones et/ou les bilingues ? Cette ambiguïté autour du profil linguistique du lecteur est typique du pôle bilingue. Elle se lit par exemple également dans les colonnes de La Revue Générale avec tantôt des pratiques appartenant au pôle bilingue, tantôt au pôle monolingue. Si son ouverture sous forme de chronique consacrée aux œuvres néerlandophones est relativement tardive (1937), elle n’y ménage pas toujours le lecteur monolingue francophone. Ainsi, il arrivera aux critiques de citer des fragments en néerlandais non accompagnés d’une traduction française : « Son père est devenu fou et Adelaïde ‘vond een vreemd en boos genoegen in den omgang met krankzinnigheid’. »32 A d’autres occasions, l’on s’adresse explicitement au lecteur francophone : « A ceux qui ne peuvent comprendre A. Nahon dans sa langue originale, nous signalons que quelques-unes de ses poésies ont été traduites en français par Mme Marie Gevers. »33

18Dans leur insistance sur la littérature française comme source commune pour les deux littératures « belges », nombre de pratiques discursives témoignent également du sentiment d’infériorité intériorisé vis-à-vis de la France littéraire.

[…] la barrière que l’on a voulu élever entre les « Flamands » et les « Wallons » n’existe que dans l’imagination de certains auteurs. « Tous les mouvements récents de la littérature belge d’expression néerlandaise, comme ceux de la littérature belge d’expression française, ont été la répercussion des grands mouvements littéraires français » a dit Sabbe.34

Il est absurde de vouloir nier la littérature flamande. Elle existe. Elle a donné des œuvres méritoires. On ne nie ni un Gezelle, ni un Buysse, ni un Van de Woestijne, ni un Vermeylen, et quelques autres, sans s’exposer au reproche d’avoir été injuste.35

19Le ton défensif de cette dernière citation fait deviner combien forte était perçue la position adverse monolingue, pour laquelle la littérature flamande n’existait pas aussi longtemps qu’elle n’était pas traduite en français: « Je n’ai qu’à choisir entre deux partis : ou ne pas parler du roman de M. Buysse ou en parler comme si le texte français était le texte primitif. C’est ce dernier parti que je prends. »36 pose Albert Giraud dans La Revue Belge. Ou encore :

Cette revue de quinzaine n’est pas consacrée aux œuvres écrites en langue néerlandaise par des auteurs belges. (…) S’il m’est impossible d’étudier ici les œuvres de notre littérature néerlandaise, je puis pourtant et même dans certains cas je dois signaler celles qui, traduites en français, entrent par la traduction dans le mouvement littéraire européen.37

20Par contre, dans toute chronique ou compte rendu consacrés aux publications en langue néerlandaise, le code d’accès à la littérature flamande n’est pas (exclusivement) la langue française - la langue culturellement et politiquement dominante de l’entre-deux-guerres belge - mais la langue néerlandaise, la langue perçue comme inférieure par la plupart des Francophones avec leur habitus linguistique supérieur. Plus on avance vers le pôle bilingue, plus l’Autre y est (du moins le temps de la chronique ou du compte rendu) accepté dans son Altérité linguistique et esthétique, sans que cette altérité fasse l’objet d’un dédain quelconque. Le dédain vis-à-vis de la langue et littérature flamandes forme une des principales modalités qui structurent les pratiques discursives du pôle monolingue. Dans un article pour commémorer le Centenaire de l’Indépendance, les lecteurs de La Revue Belge apprennent que: « Conscience n’est pas un grand écrivain, il s’en faut de beaucoup. C’est essentiellement un romancier populaire qui a su créer les héros simples qu’attendait un public candide, assez fruste et peu cultivé ».38 Vers la même époque, l’on lit dans La Revue Générale :

Je reste profondément convaincu (…) de la supériorité du parler français, de la littérature et de la formation française de la pensée, sur toutes les autres actuellement en usage dans le monde. (…) c’est à la pensée, c’est aux lettres, c’est à la civilisation française que nous devons plus qu’à toute autre faire appel.39

21Pour les pratiques discursives représentatives du pôle bilingue - elles s’observent dans Le Rouge et le Noir, mais également dans Le Thyrse ou La Revue Générale - la littérature flamande participe par contre des canons esthétiques les plus prestigieux :

Le style de Maurice Roelants a quelque chose de léger, de limpide et de transparent, en même temps que quelque chose de sévère et de châtié, qui relève de la meilleure tradition classique.40

22Au lieu d’être dédaignée ou même rejetée dans l’inexistence comme c’était le cas pour les pratiques discursives qui se fondent sur le caractère absolu de la barrière linguistique, la langue d’écriture, en l’occurrence le néerlandais, devient un objet d’intérêt à part entière au pôle bilingue. Des procédés stylistiques, comme un style léger ou châtié, un rythme sévère…, comptent parmi les critères d’évaluation pour juger d’une œuvre flamande dans un hebdomadaire francophone. Ce type d’informations esthético-littéraires ainsi que les nombreuses références biobibliographiques faisant partie intégrante des comptes rendus et des articles, présupposent une familiarité plus ou moins poussée avec la littérature flamande, avec ses auteurs, son canon littéraire et artistique, ses catégories esthétiques etc. Les critiques (souvent des Flamands bilingues) étalent leurs connaissances du répertoire flamand, digne d’intérêt et d’appréciation, et s’adressent à un lecteur censé connaître - ou désireux d’approfondir ses connaissances de - ce répertoire flamand. Prenant la plume en français dans les colonnes d’une revue francophone, les critiques flamands bilingues ne renient donc pas pour autant leur habitus linguistique et esthétique en faveur de la culture supérieure. Ils s’opposent en quelque sorte à leur infériorité intériorisée, plaidant en faveur de l’émancipation de la culture minoritaire dans la langue majoritaire.

Je crois que nous avons en Karel Jonckheere un grand, un très grand poète, digne continuateur de cette lignée de poétes métaphysiques: Van de Woestijne, Van Langendonck, Van de Voorde. Il manie le même vers large, le même rythme sévère, né de la mer et de l’embrun.41

Van de Voorde est un des meilleurs poètes flamands de la jeune génération. Il a quelque chose à dire, et il le dit sur un ton naturel et avec une simplicité peu commune. […] Il nous manque des poètes comme Van de Voorde […].42

23L’attention ne naît pas, comme au pôle monolingue, d’une tentative d’imposer la poétique et l’identité francophones, d’un désir supérieur d’assimiler « flamand » à « francophone ». Ce dernier type de pratiques discursives apprécie Cyriel Buysse par exemple comme le « Maupassant flamand »43. Ou encore :

Ils [les Flamands] sont comme nous [les Francophones], les intermédiaires naturels entre la civilisation germanique et la civilisation franco-latine. Nous n’avons d’originalité, de valeur véritable, de raison morale d’exister qu’en remplissant ce rôle, qui (…) consiste à fondre ces éléments, à les amalgamer […].44

24De là à la confirmation des clichés de l’imaginaire flamand poétisé - le pittoresque, le colorisme, la sensualité, les kermesses, les brumes nordiques, le mysticisme… - exprimée en langue française, il n’y a qu’un petit pas. En effet, dans toutes les revues étudiées se répète le message selon lequel l’incarnation la plus parfaite de l’identité littéraire « belge » tient dans l’inspiration puisée en Flandre, rendue en langue française. Les variations inter-revuistes se situent ici au plan quantitatif : La Revue Belge, Le Thyrse et La Renaissance d’Occident contiennent nettement plus d’occurrences du mythe nordique que Le Rouge et le Noir par exemple. Ainsi, Verhaeren est présenté comme « notre grand poète national », celui des « grasses kermesses flamandes ». « Ces tours des villages flamands, rappels massifs des grandeurs du passé, […] en quels termes vibrants sa fierté patriotique les a célébrées ! »45 Bref, c’est la définition des lettres belges sous la formule du mythe nordique, faisant le plus possible abstraction de la composante néerlandophone, qui se trouve affirmée dans toutes les revues étudiées.

25Dans la perception véhiculée par le pôle bilingue par contre, la légitimité des lettres néerlandophones équivaut à celle des lettres francophones au sein du cadre géopolitique et littéraire belge. Entre les deux composantes - néerlandophone et francophone - des pratiques littéraires « belges », la barrière linguistique semble temporairement suspendue. La frontière entre le « nous » francophone et l’Autre néerlandophone, entre identité et altérité devient ambiguë à tel point qu’ils peuvent partiellement coïncider. Il se crée en d’autres termes une sorte d’interculture, un domaine d’intersection où les langues et les littératures se côtoient et se chevauchent, où les rapports de force entre minoritaires et majoritaires sont partiellement suspendus et où il est incertain, voire impertinent si le lecteur est unilingue francophone ou bilingue néerlandophone (voir plus haut).

26En conclusion, les conditions d’existence et les stratégies de déploiement caractérisant le thème interdiscursif de la Flandre littéraire dans les revues francophones de l’entre-deux-guerres belge peuvent sensiblement varier d’une revue à une autre, voire à l’intérieur d’une revue. Les pratiques discursives se structurent à l’intérieur d’un continuum selon leur positionnement graduel par rapport à un pôle monolingue et un pôle bilingue. Elles forment autant de prises de positions différentes dans le débat identitaire autour des définitions légitimes d’une littérature nationale. Tantôt, la nation inclut autant une patrie qu’un vaderland littéraires. Tantôt, les définitions plutôt exclusives sur le mode du mythe nordique sont omniprésentes. Des études ultérieures, sur des corpus plus larges, devraient permettre d’affiner les prises de positions vis-à-vis des pôles respectifs, leurs variations et ressemblances synchroniques et diachroniques, inter- et intra-revuistes. Elles devraient ainsi éclaircir certains aspects du dicible revuiste vis-à-vis de la Flandre littéraire et ses liens éventuels avec l’épineux débat identitaire belge de l’entre-deux-guerres.

Niveau microsociologique

27Or, dans leur variation, ces pratiques discursives peuvent aussi illustrer l’intériorisation variable et variée des structures institutionnelles (p.ex. revuistes) et discursives (p.ex. la supériorité du français) par divers collaborateurs de revues francophones. L’habitus linguistique et littéraire des adultes de l’entre-deux-guerres (voir plus haut) connaît des manifestations intra- et interindividuelles variées et variables, dotant les structures institutionnelles et discursives d’un potentiel différentiel et dynamique. C’est l’analyse microsociologique qui permet de comprendre davantage les relations entre individu socialisé et structure, entre collaborateur et revue. Sous peine de schématiser, évoquons quelques directions que peuvent prendre de telles recherches. Elles pourraient par exemple étudier les prises de position (éventuellement intra- et extra-revuistes) d’un collaborateur de revue non seulement en relation avec le profil collectif de celle-ci mais également avec la sociobiographie du littérateur en question. Nous l’avons déjà dit, un collaborateur de revue, si « fidèle », si important qu’il puisse être pour la revue, n’est jamais que cela : « collaborateur de revue ». Il peut être en même temps écrivain, homme/femme politique, traducteur, etc. Les attitudes, perceptions et pratiques (discursives) des agents littéraires, i.c. les collaborateurs de revue, sont le résultat d’un échange, d’une interaction instable de multiples types d’habitus, questionnant l’unicité et la permanence de la personne individuelle. Des recherches microsociologiques pourraient aussi suivre le parcours inter-revuiste d’un littérateur en relation avec sa sociobiographie. Rares sont en effet les collaborateurs qui, même du point de vue synchronique, limitent leur collaboration à une seule revue. Plus d’une fois cette collaboration s’étend à des périodiques qui, d’après l’analyse des champs (voir plus haut), occupent des positions opposées. Tel littérateur tiendra un discours identique à travers les différentes revues ; restant « fidèle à lui-même », il risque donc de se trouver en opposition avec les normes collectives de telle ou telle revue. Tel autre défendra des points de vue différents selon la revue en question et semble donc se plier au profil revuiste.46 Bref, il se dessine ici tout un ensemble de pistes de recherche concernant les relations complexes entre structure et individu, entre revue et collaborateur. Dans la suite du présent article, j’esquisserai en guise d’exemple certains aspects de la sociobiographie de Pierre Goemaere, directeur de la Revue Belge et de ses prises de position variables et variées vis-à-vis de « sa » revue et de la problématique identitaire pendant l’entre-deux-guerres. Une fois de plus, il s’agit d’une amorce d’analyse, à valeur d’exemple, à compléter par des études plus systématiques sur des corpus plus larges. Elles devraient contribuer à comprendre certains aspects de la dynamique littéraire et identitaire des années 1920-1930 dans toute sa complexité.

28Pierre Goemaere (1894-1975) est un adulte type de l’entre-deux-guerres. Certains aspects de son histoire personnelle (milieu aisé, famille francophone, éducation secondaire et universitaire en français) auront contribué à l’intériorisation de la supériorité de la langue et culture françaises par l’enfant et le jeune homme.47 En 1924, son père, Joseph Goemaere, crée la Revue Belge. Il s’agit d’une revue catholique d’intérêt général qui s’adresse aux élites francophones du pays. Elle se veut un lien entre les neuf provinces, une sorte de laboratoire national, mission d’ailleurs résumée par son titre. Dès 1924, le fils un peu dilettante48 assumera la fonction de secrétaire général. Un an plus tard il fonctionne déjà officieusement49 comme directeur littéraire ; depuis 1927 sa fonction est officialisée sur la couverture de la revue.

29Surtout au cours de ces années initiales, Pierre s’est créé une réputation d’enfant terrible des lettres francophones belges. Il a défrayé la chronique littéraire avec des prises de position francophiles qui s’inscrivent en faux contre une attitude de mise pour le directeur littéraire d’une revue se qualifiant comme « belge ». Déjà en 1925, une interview accordée aux Nouvelles Littéraires50 suscite une véhémente polémique dans le monde littéraire belge. Goemaere s’y défend contre les reproches belges d’une ouverture trop importante de la Revue Belge aux collaborateurs français. A son avis un tel accueil n’entraîne aucun danger pour l’identité belge : « Et voyez donc les Belges de Paris ! En avez-vous jamais rencontrés qui, de sang flamand, aient perdu, même après un séjour de trente à quarante années, les traits distinctifs de la race ? »51 La pierre angulaire de la défense ainsi que le trait essentiel de la construction identitaire « belge » tournent autour de l’élément « flamand ». En cela, Goemaere inscrit ses positions dans la tradition du mythe nordique, chère à « sa » revue. Mais au lieu de la concevoir dans sa seule réalisation francophone (« belge » = langue française + inspiration flamande), Goemaere l’élargit vers les écrivains flamands néerlandophones :

Par ailleurs, l’écrivain le plus marquant des lettres flamandes, Henri Conscience, n’est-il point né d’un père français (…) ? Et nos trois écrivains flamands contemporains les plus réputés, Cyriel Buysse, Stijn Streuvel (sic), Félix Timmermans, ne possèdent-ils point une connaissance parfaite de la langue et des lettres françaises ?52

30Tout en affirmant que le trait distinctif « belge » par rapport à la France se trouve dans l’élément « flamand », élément qui à aucun moment ne reçoit une définition univoque, Goemaere le concrétise d’une façon qui à l’intérieur de La Revue Belge fera exception, en s’appuyant explicitement sur la dualité linguistique belge. La littérature flamande se voit donc qualifiée de littérature belge. Dans la seconde partie de l’interview, l’identité des lettres « belges » est considérée à travers une évaluation négative des productions francophones belges.

Le Belge ne fait pas le roman parce qu’il ne sait pas faire le roman. [...] Le roman demande mouvement, action, intrigue, vie. Or le Belge est avant tout un descriptif, un peintre. [...] Vous voyez l’erreur, et comment le roman belge ne devra chercher qu’en lui-même la cause de son insuccès [à Paris, RM] tant qu’il prendra la plume pour un pinceau.53

31Raisonnement précieux. Après avoir affirmé une identité « belge » sur le mode du mythe nordique, dont l’élément pictural constitue une part essentielle dans les perceptions mentales et les pratiques discursives de l’entre-deux-guerres, c’est ce même aspect pictural qui, pour Pierre Goemaere, s’avère l’origine de tous les maux. La seule garantie de qualité littéraire, moulée selon le modèle dominant français, est de s’en départir le plus vite possible.

32Tous les ingrédients sont présents pour éveiller l’attention et les susceptibilités de certains agents littéraires (francophones) en  Belgique : le directeur littéraire en personne d’une revue francophone qui veut se profiler comme « belge », prend ouvertement - et négativement - position dans un périodique français concernant le débat identitaire. S’opposant à l’habitus collectif de « sa » revue et du pôle monolingue plus en général, le directeur littéraire semble avoir intériorisé la supériorité de la langue et culture françaises à tel point qu’il renie à la Belgique « sa » littérature nationale, belge, et sa formule à succès de mythe nordique. Autrement dit, le désir du dominé de prendre part, à titre individuel, à la supériorité de la littérature dominante donne lieu à l’autodénigrement collectif.

33C’est que, en partie en effet, ces prises de position, qui vont à l’encontre des positions défendues par « sa » revue, devraient servir la carrière d’écrivain personnelle de Pierre Goemaere. En 1927, il lance son Pèlerin du Soleil. Celui qui avait proclamé l’impuissance des écrivains belges francophones dans le genre romanesque relève le défi et publie son propre roman chez l’éditeur parisien Albin Michel. En peu de temps, le roman devient un succès de librairie. Qui plus est, il est nommé parmi les candidats au prix Goncourt 1928. A ce moment, dans de nombreuses lettres à ses confrères parisiens, Goemaere sollicite des notes à propos de son Pèlerin. Il y renforce encore ses prises de position francophiles, au détriment de la politique éditoriale de sa revue et de la problématique identitaire dont elle se veut le porte-parole. Lisons une lettre type, ici à l’écrivain parisien Jean Vignaud :

La Belgique littéraire de langue française n’a-t-elle pas sans cesse les yeux tournés vers la France dont elle est, littérairement, une province Les œuvres de ses Materlinck (sic), Verhaeren etc. n’enrichissent-elles pas le trésor littéraire français et non point belge, car au sens strict, les lettres belges sont les lettres flamandes ? [...] Les écrivains français ne sont-ils pas dans toutes nos revues (un des reproches que m’adressent fréquemment certains Belges est d’inscrire trop de collaborateurs français (au détriment, paraît-il, des littérateurs belges) aux sommaires de la Revue Belge que je dirige) les bienvenus ? [...] La France peut-elle refuser, en principe, les encouragements de ses prix littéraires aux jeunes écrivains d’un pays qui, sur le terrain littéraire, est une de ses plus belles provinces ?54

34Trois arguments, tous nourris par une intériorisation non questionnée de la supériorité française, doivent appuyer la recherche de reconnaissance littéraire française par l’écrivain francophone belge. Il les sait en opposition directe aux normes collectives de sa revue et d’une partie de ses collaborateurs. D’abord, Goemaere plaide l’appartenance de la littérature francophone de Belgique à la littérature française, soit une sorte de position lundiste avant la lettre55. Les propos rappellent le discours public tenu deux ans auparavant. Le second argument constitue la concrétisation de cette francophilie au niveau de la politique rédactionnelle de la Revue Belge, orientation diversement appréciée par ses collaborateurs et confrères. Tertio, Goemaere limite explicitement les lettres « belges » aux seules productions flamandes néerlandophones. À aucun moment, il ne tiendra ouvertement ce genre de discours à l’intérieur de sa revue. L’affirmation est en effet fort étonnante en ce qu’elle rend « belge » synonyme de « de langue flamande ». Elle s’oppose ainsi diamétralement à l’équation « belge » - « francophone » qui monopolise le discours littéraire au pôle monolingue. Les colonnes de la Revue Belge en offrent au même moment un signe tangible. L’intériorisation de et la soumission à la domination littéraire française par l’écrivain doivent fonctionner comme autant de garanties de carrière individuelle, mais s’inscrivent en faux à l’habitus collectif qui sous-tend au même moment le positionnement et les pratiques discursives identitaires de sa revue. Même pour un directeur de revue, partager un habitus collectif peut aller de pair avec des variations intra-individuelles.

35Pourtant, toutes ces requêtes semblent avoir très peu de résultats tangibles. C’est le Français Maurice Bedel qui remporte en 1928 le Prix Goncourt avec le roman Jérôme, 60° latitude Nord. Quelque dix ans plus tard seulement, en 1937, le premier Belge à se voir attribuer le Goncourt est Charles Plisnier pour Faux Passeports. Goemaere se montre beau joueur: « Le Goncourt est donc attribué, - et bien attribué. »56 Son aventure parisienne terminée, il recible ses occupations plutôt vers la Belgique. Les remous autour de sa personne disparaissent graduellement et il se voue entièrement à son poste de directeur littéraire. En 1936, lorsque la publication du Manifeste du Groupe du Lundi (1937) est imminente et un an avant l’attribution du Goncourt à Plisnier, Goemaere semble même être retourné sur ses pas. Dans Boccace, une feuille française nouvellement créée et très éphémère, il soutient que l’influence française en Belgique est en déclin et plaide donc l’autonomie de la littérature francophone belge. Cette fois-ci, ce sont les Français qui sont douloureusement surpris, tandis que Goemaere demande à divers critiques littéraires belges et français de commenter sa nouvelle position. Contrairement à l’ancienne, celle-ci ne provoque pas de polémiques. Elle n’est d’ailleurs aucunement liée au planning de carrière du littérateur. Apparemment les habitus individuel et collectifs sont plus en phase à ce moment.

36Pierre Goemaere, écrivain et directeur littéraire d’une revue qui s’annonce « belge », renferme dans sa personne toutes les ambiguïtés et oppositions du fonctionnement littéraire francophone pendant l’entre-deux-guerres. Etudier la littérature à l’intérieur de ce cadre socioculturel et institutionnel s’avère inextricablement lié à l’analyse de diverses tentatives, contradictoires ou complémentaires, d’imposer la définition légitime des productions littéraires « belges ». Cette définition se joue autour des étiquettes « belge », « francophone », « flamand », « français », de leur définition respective et relations mutuelles. Les prises de position successives de Pierre Goemaere, écrivain ét directeur de revue, témoignent des relations complexes entre les structures collectives (institutionnelles et discursives) et l’individu socialisé.

Conclusion

37Les revues forment un équilibre instable entre inclusion et exclusion, entre uniformité et hétérogénéité, entre le collectif et l’individuel. C’est dire et répéter qu’une revue n’est jamais une pure structure collective (institutionnelle, discursive) ni un pur amalgame de créateurs libres. Elle se comprend comme structure objectivée mais n’existe jamais indépendamment des multiples usages individuels qu’en font les collaborateurs. Des recherches plus poussées sur des corpus plus larges, intégrant les niveaux micro- et macrosociologique, devraient contribuer à une meilleure compréhension du rôle des revues et de leurs collaborateurs dans la dynamique littéraire, belge ou autre. Elles nécessitent entre autres des analyses systématiques du dicible collectif des revues, de l’habitus pluriel et dynamique des collaborateurs de revue(s), des relations complexes entre collaborateurs et revues etc.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), « Argumentation, situation de discourse et théorie des champs: l’exemple de Les hommes de bonne volonté (1919) de Madeline Clemenceau Jacquemaire », COnTEXTES, n° 1, Discours en contexte, septembre 2006 (http://contextes.revues.org/document51.html).  

Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Québec, Le Préambule, 1989.

Angenot (Marc), « Théorie du discours social », COnTEXTES, n° 1, Discours en contexte, septembre 2006 (http://contextes.revues.org/document51.html).

Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de Langue française de 1830 à nos jours. Essai de répertoire, Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1998 [1993].

Aron (Paul), « Les revues littéraires, média privilégié de l’identité culturelle ? », in L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Honoré Champion, 1997, pp. 108-120.

Avermaete (Roger), « La littérature belge d’expression flamande depuis 1830 », La Revue Belge, septembre 1930, pp. 112-116.

Avermaete (Roger), « Sabotage », Le Rouge et le Noir, 15 avril 1931, p. 4.

Bourdieu (Pierre), Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 [1992].

Carnel (Liselotte), « J’appris alors quel fier pays était la Flandre ». Le discours sur la Flandre dans Le Rouge et le Noir, mémoire de licence inédit sous la direction du Prof. R. Meylaerts, Leuven, 2005.

Casanova (Henri), « Coup d’œil sur les lettres belges, interview de M. Pierre Goemaere », Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, vol. 163, 28 novembre 1925, pp. 1-2.

Claudet (André), « Lettres flamandes. Styn Streuvels », Le Rouge et le Noir, 26 septembre 1934, p. 4.

Claudet (André), « Lettres flamandes. D’un jeune poète... Karel Jonckheere », Le Rouge et le Noir, 9 octobre 1935, p. 4.

Colin (Delphine), De Vlaamse literatuur in Le Thyrse : de kroniek van Jan Schepens, mémoire de licence inédit sous la direction du Prof. R. Meylaerts, Leuven, 2003.

Corcuff (Philippe), Bourdieu autrement. Fragilité d’une sociologie de combat, Paris, Editions Textuel, 2003.

Davignon (Henri), « Le théâtre et l’Art. Le mystère de la croix - ‘Van onzen Tijd’ », La Revue Générale, avril 1933, pp. 485-489.

Marneffe de (Daphné) & Denis (Benoît) (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, CIEL-Le Cri, 2006.

De Nooy (Wouter), Richtingen en lichtingen : literaire classificaties, netwerken, instituties, Thèse doctorale, Katholieke Universiteit Brabant, 1993.

Douglas (Mary), How Institutions think, London, Routledge, 1986.

Eemans (Marc), « Un poète flamand. Paul Van Ostayen ou la fécondité de l’erreur », Le Rouge et le Noir, 14 septembre 1932, p. 4.

Fuëg (Jean-François), Le Rouge et le Noir. La tribune bruxelloise non conformiste des années 30, Ottignies, Quorum, 1995.

Geldof (Koenraad), « Du champ (littéraire). Ambiguïtés d’une manière de faire sociologique », Canadian Review of Comparative Literature, vol. 24, n° 1, 1997, pp. 77-89.

Gilkin (Iwan), « Chronique littéraire », La Revue Belge, 1er mars 1924, pp. 491-500.

Giraud (Albert), « La Quinzaine littéraire », La Revue Belge, 15 juin 1925, pp. 563-568.

Giraud (Albert), « La Quinzaine littéraire », La Revue Belge, 1er janvier 1926, pp. 99-107.

Goemaere (Pierre), Lettre à André Baillon, le 24/11/1925, ML4328/236.

Goemaere (Pierre), Lettre à Jean-Bernard, le 8/12/1927, ML4331/368.

Goemaere (Pierre), Lettre à Jean Vignaud, le 2/1/1928, ML4334/563.

Goffinet (Henri), « La Question linguistique et l’union nationale », La Revue Générale, avril 1931, pp. 401-412.

Goisis (Sophie), Inventaire des lettres adressées, entre 1907 et 1967 à Pierre Goemaere, éditeur de la Revue Belge et de la Revue Générale Belge, Travail inédit pour l’obtention du titre de bibliothécaire-documentaliste gradué, à l’Institut d’enseignement supérieur social, Section des bibliothécaires documentalistes gradués, 1993.

Halflants (Paul), « Emile Verhaeren », La Revue Belge, 1er décembre 1926, pp.436-445.

Kenis (Paul), « Maurice ROELANTS. - Het leven dat wij droomden, roman », Le Rouge et le Noir, 20 avril 1932, p. 4.

Klinkenberg (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », Littérature, n° 44, 1981, pp. 33-50.

Klinkenberg (Jean-Marie), « Lectures du ‘Manifeste du Groupe du Lundi’ (1937) », dans Lettres de Belgique. En hommage à Robert Frickx, sous la direction de Raymond Trousson & Léon Somville, Köln, Janus, 1992,  « Kölner Schriften zur Romanischen Kultur Herausgegeben von Peter-Eckhard Knabe. Band 18 », pp. 98-124.

Koninckx (Willy), « Littérature néerlandaise. Guido Gezelle », La Renaissance d’Occident, vol. 10, 1924, pp. 179-187.

Kröjer (Maxim), « Littérature flamande », La Renaissance d’Occident, vol. 29, 1929, pp. 105-107.

Kuypers (Julien), « La littérature flamande contemporaine », Le Flambeau, vol. 2, décembre 1933, pp. 686-696.

Lahire (Bernard) (dir.), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 2001.

Lahire (Bernard), « From the habitus to an individual heritage of dispositions. Towards a sociology at the level of the individual », Poetics, vol. 31, n° s 5-6, 2003, pp. 329-355.

Lahire (Bernard), La Culture des individus: dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Lecomte (J.-B.), « Les Liens entre les deux littératures belges », Le Thyrse, vol. 25, 1928, pp. 175-178.

Louveaux (C.), « Alice Nahon », La Revue Générale, vol. 1, avril 1939, pp. 535-540.

Maes (Pierre), « Portraits d’écrivains. Cyriel Buysse », La Revue Belge, 15 août 1932, pp. 311-317.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Meylaerts (Reine) & Brems (Elke), « ‘Exaltons donc les deux cultures’: Intra-Belgische literaire relaties tijdens het interbellum », Spiegel der Letteren, vol., n° 3, 2005, pp. 221-250.

Meylaerts (Reine), « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », Textyles. Revue des lettres belges de langue française, n° 15, 1998, pp. 17-32.

Meylaerts (Reine), « 1er mars 1937. Le Manifeste du Groupe du Lundi condamne le régionalisme littéraire. Enjeux nationaux et internationaux de la question identitaire », dans Histoire de la littérature belge (1830-2000), sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, Benoît Denis, Michel Biron & Rainier Grutman, Paris, Fayard, 2003, pp. 379-389.

Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue Belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Editions Archives et Musée de la Littérature - P.I.E. Peter Lang, « Documents pour l’histoire des francophonies. Europe, Vol. 5 », 2004.

Pluet (Jacqueline), « Pour une histoire et une politique des revues », dans Les Revues littéraires au xxe siècle, sous la direction de Bruno Curatolo & Jacques Poirier, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2002, pp. 19-29.

Pym (Anthony), « Cross-Cultural Networking: Translators in the French-German network of petites revues at the end of the nineteenth century », 2007 (http://www.tinet.org/~apym/on-line/translation/networks_jan.pdf).  

Robyns (Clem), « Towards a Socio-Semiotics of Translation », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, vol. 1, n° 2, 1992, pp. 211-226.

Schepens (Jan), « Lettres flamandes », Le Thyrse, vol. 31, 1934, pp. 88-89.

Sela-Sheffy (Rakefet), « Models and Habituses : Problems in the Idea of Cultural Repertoires », Canadian Review of Comparative Literature, vol. 24, n° 1, 1997, pp. 35-47.

Sela-Sheffy (Rakefet), « How to be a (recognized) translator : Rethinking habitus, norms, and the field of translation », Target, vol. 17, n° 1, 2005, pp. 1-26.

Simeoni (Daniel), « The Pivotal Status of the Translator’s Habitus », Target, vol. 10, n° 1, 1998, pp. 1-39.

Toury (Gideon), Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 1995.

Toussaint van Boelaere (F.V.), « L’Homme sans corps », Le Flambeau, vol. 1, février 1925, pp. 234-240.

Vandevoorde (Urbain),  « Romans flamands récents », Le Flambeau, vol. 2I, octobre 1934, pp. 476-483.

Van Looy (Gommaire), « Le Vlaamsche Volkstooneel », Le Thyrse, vol. 33, 1926, pp. 117-118.

Vendelmans (Elza), « Albrecht Rodenbach », Le Rouge et le Noir, 3 juillet 1930, p. 5.

Vermeylen (August), Les Lettres néerlandaises en Belgique depuis 1830. Conférence faite à l’exposition universelle de Liège en 1905, Bruxelles, Lamertin, 1907.

Vossen (Jean), « Les lettres flamandes: G. Walschap romancier », La Revue Générale, février 1937, pp. 230-234.

Haut de page

Notes

1 Aron (Paul) & Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de Langue française de 1830 à nos jours. Essai de répertoire, Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1998 [1993], p. 7.
2 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 [1992].
3 De Nooy (Wouter), Richtingen en lichtingen : literaire classificaties, netwerken, instituties, Thèse doctorale, Katholieke Universiteit Brabant, 1993. Dans le cadre de cette contribution, il n’est pas possible de détailler les similitudes et les différences entre ces deux théories, ni leurs points forts ou faibles respectifs. Voir à cet égard entre autres Marneffe de (Daphné) & Denis (Benoît), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, CIEL-Le Cri, 2006.
4 Voir à cet égard Pym (Anthony), « Cross-Cultural Networking: Translators in the French-German network of petites revues at the end of the nineteenth century », 2007 (http://www.tinet.org/~apym/on-line/translation/networks_jan.pdf) ; Aron (Paul), « Les revues littéraires, média privilégié de l’identité culturelle ? », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 108-120 ; Pluet (Jacqueline), « Pour une histoire et une politique des revues », dans Les Revues littéraires au xxe siècle, sous la direction de Bruno Curatolo & Jacques Poirier, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2002, pp. 19-29.
5 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 37.
6 Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Québec, Le Préambule, 1989, p. 95.
7 Je définis le concept de ‘normes’ ici comme différents types de contraintes socioculturelles sur le comportement humain. Les normes sont des valeurs et idées communes concernant la façon appropriée d’agir, de penser, d’écrire etc. dans un certain contexte et pour un certain groupe de personnes. Du point de vue des récepteurs, elles se définissent comme des critères selon lesquels ces attitudes ou ces actions (p.ex. écrire) sont évaluées, dans des situations où différentes options sont possibles (voir également Toury (Gideon), Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 1995, p.55).
8 Robyns (Clem), « Towards a Socio-Semiotics of Translation », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, vol. 1, n° 2, 1992, p. 214.
9 Angenot (Marc), « Théorie du discours social », COnTEXTES, n° 1, Discours en contexte, septembre 2006, pp. 2-3 (http://contextes.revues.org/document51.html).
10 Ibid., p. 3.
11 Travaillant sur un autre objet d’étude, c’est exactement la conclusion d’Amossy (Ruth), « Argumentation, situation de discours et théorie des champs : l’exemple de Les hommes de bonne volonté (1919) de Madeline Clemenceau Jacquemaire », COnTEXTES, n° 1, Discours en contexte, septembre 2006 (http://contextes.revues.org/document51.html).
12 L’on se référera à Douglas (Mary), How Institutions think, London, Routledge, 1986.
13 Les origines de la négligence de l’individu remontent à la division disciplinaire depuis la fin du xixe siècle. Depuis lors, la séparation entre la sociologie et la psychologie est basée sur une division plutôt radicale concernant l’objet d’étude. La notion de ‘l’individu’ appartient au domaine de la psychologie tandis que la sociologie étudie tout ce qui se situe ‘en dehors’ de l’individu : les groupes, les classes, les milieux. Présupposant un cloisonnement étanche entre ‘individu’ et ‘groupe’, cette subdivision laisse ouverte tant la question de l’individu comme une construction sociologique que celle de la conceptualisation du lien entre le groupe et l’individu, entre le collectif et l’individuel. Pour une discussion intéressante de cette évolution historique, voir Lahire (Bernard), La Culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004, pp. 695 et passim.
14 Pour une généalogie conceptuelle, voir Simeoni (Daniel), « The Pivotal Status of the Translator’s Habitus », Target, vol. 10, n° 1, 1998, pp. 1-39.
15 Voir Bourdieu (Pierre), Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972.
16 Voir Sela-Sheffy (Rakefet), « Models and Habituses : Problems in the Idea of Cultural Repertoires »,  Canadian Review of Comparative Literature, vol. 24, n° 1, 1997, pp. 35-47 ; Idem, « How to be a (recognized) translator : Rethinking habitus, norms, and the field of translation », Target, vol. 17, n° 1, 2005, pp. 1-26; Geldof (Koenraad), « Du champ (littéraire). Ambiguïtés d’une manière de faire sociologique », Canadian Review of Comparative Literature, vol. 24, n° 1, 1997, pp. 77-89 ; Corcuff (Philippe), Bourdieu autrement. Fragilité d’une sociologie de combat, Paris, Editions Textuel, 2003.
17 Voir Sela-Sheffy (Rakefet), art. cit., 2005, pp. 1-26 ; Lahire (Bernard) (dir.), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 2001 ; Idem, « From the habitus to an individual heritage of dispositions. Towards a sociology at the level of the individual », Poetics, vol. 31, n°s 5-6, 2003, pp. 329-355 ; Idem, op. cit, 2004.
18 Voir Ibid. et Idem, art. cit., 2003.
19 Les revues d’avant-garde manquent, tout comme les publications socialistes par exemple.
20 Il est impossible, dans les limites du présent article, de traiter tous les aspects de la problématique. Le lecteur intéressé se référera, parmi d’autres, à Meylaerts (Reine) & Brems (Elke), « ‘Exaltons donc les deux cultures’ : Intre-Belgische literaire relaties tijdens het interbellum », Spiegel der Letteren, vol. 47, n° 3, 2005 ; pp. 221-250 ; Meylaerts (Reine), « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », Textyles. Revues des lettres belges de langue française, n° 15, 1998 : pp. 17-32 ; Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue Belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Editions Archives et Musée de la Littérature – P.I.E. Peter Lang, « Documents pour l’histoire des francophonies. Europe, Vol. 5 » ; Colin (Delphine), De Vlaamse literatuur in Le Thyrse : de kroniek van Jan Schepens, mémoire de licence inédit sous la direction du Prof. R. Meylaerts, Leuven, 2003 ; Carnel (Liselotte), « J’appris alors quel fier pays était la Flandre ». Le discours sur la Flandre dans Le Rouge et le Noir, mémoire de licence inédit sous la direction du Prof. R. Meylaerts, Leuven, 2005 ; Fuëg (Jean-François), Le Rouge et le Noir. La tribune bruxelloise non conformiste des années 30, Ottignies, Quorum, 1995.
21 Klinkenberg (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », Littérature, n° 44, 1981, pp. 33-50.
22 Pour des informations supplémentaires à ce propos, voire Meylaerts (Reine), op. cit., 2004.
23 Voir, pour de plus amples informations, Ibid. ; Meylaerts (Reine) & Brems (Elke), art. cit. et Carnel (Liselotte), op. cit..
24 Depuis le début du xxe siècle, il devient en effet de plus en plus difficile de nier l’existence de la littérature flamande. En témoigne entre autres la citation suivante d’August Vermeylen, prononcée devant un public de Belges francophones : « Il ne me sera probablement pas possible de vous faire sentir, de façon assez claire et assez vive, ce qu’a été, dans ses grandes lignes, la littérature flamande. Mais je pourrai toujours vous convaincre de son existence, et c’est déjà beaucoup. » (Vermeylen (August), Les lettres néerlandaises en Belgique depuis 1830. Conférence faite à l’exposition universelle de Liège en 1905, Bruxelles, Lamertin, 1907, p. 5).
25 Au total, cinq articles sont consacrés à la littérature flamande dont : Toussaint van Boelaere (F.V.), « L’Homme sans corps », Le Flambeau, vol. 1, février 1925, pp. 234-240 ; Kuypers (Julien), « La littérature flamande contemporaine », Le Flambeau, vol. 2, décembre 1933, pp. 686-696 ; Vandevoorde (Urbain), « Romans flamands récents », Le Flambeau, vol. 2, octobre 1934, pp. 476-483.
26 Eemans (Marc), « Un poète flamand. Paul Van Ostayen ou la fécondité de l’erreur », Le Rouge et le Noir, 14 septembre 1932, p. 4.
27 Claudet (André), « Lettres flamandes. D’un jeune poète... Karel Jonckheere », Le Rouge et le Noir, 9 octobre 1935, p. 4.
28 Koninckx (Willy), « Littérature néerlandaise. Guido Gezelle », La Renaissance d’Occident, vol. 10, 1924, pp. 179-187.
29 Davignon (Henri), « Le théâtre et l’Art. Le mystère de la croix - ‘Van onzen Tijd’ », La Revue Générale, avril 1933, pp. 485-489.
30 Van Looy (Gommaire), « Le Vlaamsche Volkstooneel », Le Thyrse, vol. 33, 1926, pp. 117-118.
31 Vendelmans (Elza), « Albrecht Rodenbach », Le Rouge et le Noir, 3 juillet 1930, p. 5.
32 Vossen (Jean), « Les lettres flamandes : G. Walschap romancier », La Revue Générale, février 1937, pp. 230-234).
33 Louveaux (C.), « Alice Nahon », La Revue Générale, avril 1939, pp. 535-540.
34 Lecomte (J.-B.), « Les Liens entre les deux littératures belges », Le Thyrse, vol. 25, 1928, pp. 175-178.
35 Avermaete (Roger), « Sabotage », Le Rouge et le Noir, 15 avril 1931, p. 4.
36 Giraud (Albert), « La Quinzaine littéraire », La Revue Belge 1er janvier 1926, p. 99.
37 Giraud (Albert), « La Quinzaine littéraire », La Revue Belge, 15 juin 1925, p. 563.
38 Avermaete (Roger), « La littérature belge d’expression flamande depuis 1830 », La Revue Belge, septembre 1930, p. 113. Il est par ailleurs intéressant de constater que Roger Avermaete tient un discours représentatif tantôt du pôle monolingue (Avermaete 1930 dans La Revue Belge) tantôt du pôle bilingue (Avermaete 1931 dans Le Rouge et le Noir). Nous y reviendrons dans la partie consacrée au niveau microsociologique.
39 Goffinet (Henri), « La Question linguistique et l’union nationale », La Revue Générale avril 1931, p. 401).
40 Kenis (Paul), « Maurice ROELANTS. - Het leven dat wij droomden, roman », Le Rouge et le Noir, 20 avril 1932, p. 4. Pour d’autres exemples, le lecteur se référera à Schepens (Jan), « Lettres flamandes », Le Thyrse, vol. 31, 1934, pp. 88-89; Vossen (Jean), « Les lettres flamandes: G. Walschap romancier », La Revue Générale, février 1937, p. 231.
41 Claudet (André), « Lettres flamandes. D’un jeune poète... Karel Jonckheere », Le Rouge et le Noir, 9 octobre 1935, p. 4.
42 Kröjer (Maxim), « Littérature flamande », La Renaissance d’Occident, vol. 29, 1929, p. 107. Voir également Claudet (André), « Lettres flamandes. Styn Streuvels », Le Rouge et le Noir, 26 septembre 1934, p. 4.
43 Maes (Pierre), « Portraits d’écrivains. Cyriel Buysse », La Revue Belge, 15 août 1932, p. 311.
44 Gilkin (Iwan), « Chronique littéraire », La Revue Belge, 1er mars 1924, p. 492.
45 Halflants (Paul), « Émile Verhaeren », La Revue Belge, 1er décembre 1926, p. 436.
46 Voir l’exemple déjà évoqué de Roger Avermaete ; de même, André de Ridder collabore au début des années 1920 par exemple à La Revue Belge, Sélection, Het Roode Zeil, Signaux de France et de Belgique. Pour le moment, des analyses microsociologiques selon les lignes évoquées ci-dessus font défaut ; nous disposons plutôt d’images réductrices qui opèrent un lissage des relations complexes entre individu et institution.
47 Il va de soi que, pour étudier les attitudes, perceptions et pratiques (discursives) de Pierre Goemaere en tant que résultats d’une interaction instable de multiples types d’habitus, une analyse beaucoup plus approfondie s’impose.
48 Voir Goisis (Sophie), Inventaire des lettres adressées, entre 1907 et 1967 à Pierre Goemaere, éditeur de la Revue Belge et de la Revue Générale Belge, Travail inédit pour l’obtention du titre de bibliothécaire-documentaliste gradué, à l’Institut d’enseignement supérieur social, Section des bibliothécaires documentalistes gradués, 1993.
49 Voir lettre de Pierre Goemaere à André Baillon, le 24/11/1925 (ML4328/236).
50 Voir Casanova (Henri), « Coup d’œil sur les lettres belges, interview de M. Pierre Goemaere », Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, vol. 163, 28 novembre 1925, pp. 1-2.
51 Ibid., p. 2.
52 Ibid.
53 Ibid.
54 Goemaere (Pierre), Lettre à Jean Vignaud, le 2/1/1928, ML4334/563.
55 Sur Le Manifeste du Groupe du Lundi, voir e.a. Klinkenberg (Jean-Marie), « Lectures du ‘Manifeste du Groupe du Lundi’ (1937) », dans Lettres de Belgique. En hommage à Robert Frickx, sous la direction de Raymond Trousson & Léon Somville, Köln, Janus, 1992, « Kölner Schriften zur Romanischen Kultur Herausgegeben von Peter-Eckhard Knabe. Band 18 », pp. 98-124 ; Meylaerts (Reine), « 1er mars 1938. Le Manifeste du Groupe du Lundi condamne le régionalisme littéraire. Enjeux nationaux et internationaux de la question identitaire. », dans Histoire de la littérature belge (1830-2000), sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, Benoît Denis, Michel Biron & Rainier Grutman, Paris, Fayard, 2003, pp. 379-389.
56 Goemaere (Pierre), Lettre à Jean-Bernard, le 8/12/1927, ML4331/368.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Reine Meylaerts, « « Ils sont comme nous » : Les revues francophones belges et la Flandre (1919-1939) Pour une approche macro- et microsociologique combinée », COnTEXTES [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 28 octobre 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/3843 ; DOI : 10.4000/contextes.3843

Haut de page

Auteur

Reine Meylaerts

KULeuven - Faculteit Letteren

Haut de page