Skip to navigation – Site map

Comment « construire » une littérature nationale ? À propos des deux premières « Revue belge » (1830 et 1835-1843)

Lieven D’hulst

Abstracts

The construction of the Belgian nation from 1830 on makes a strong use of most cultural practices available, including literature. However, Belgian literature has to face at that time two major constraints: the need to subject itself to the larger cultural programs elaborated by national instances that hold back its autonomy at a moment when French literature tries to free itself of political meddlings; the need to supersede internal resistances, caused a.o. by language diversity, against a homogenous national literature. The article identifies and analyzes a number of construction procedures as they appear in two Belgian periodicals issued at the beginnings of the 1830s. More specifically, it concentrates on the most important discursive procedures, that make a dominant use of French models: procedures affecting enunciation, genre and language.

Top of page

Full text

Procédures de construction

1L’on sait à quel point la construction des nations au xixe siècle était un projet vaste et complexe, mobilisant aussi bien la politique, les institutions savantes que les diverses pratiques culturelles1. De nombreuses analyses historiques relatives à la plupart des nations européennes ont permis à ce jour de déterminer en détail les rôles majeurs joués par les entrepreneurs ou agents de ces projets : relais ou médiateurs institutionnels et « producteurs » actifs dans la construction de concepts nationaux, de leurs agencements et mises en forme. À restreindre le propos au domaine de la littérature, il semble toutefois que les historiens se soient moins interrogés sur son rôle spécifique en comparaison avec celui d’autres pratiques culturelles, notamment artistiques, ou sur les différences entre les projets nationaux des littératures européennes, ou encore sur les procédures concrètes moyennant lesquelles celles-ci, et par extension les pratiques culturelles prises ensemble, ont cherché à construire des dispositifs aptes à étayer les imaginaires des nations2. Même si l’on s’accorde généralement sur l’importance attachée à la littérature au sein de ce processus, les perspectives de recherche paraissent loin d’être épuisées.

2L’analyse qui suit portera sur la Belgique au cours de la première décennie de son existence : une période de transition, où se redessinent les rapports avec la France et les Pays-Bas, mais également les rapports entre les littératures de langue flamande, française et wallonne qui composent le nouvel espace littéraire de la nation. Une intense et complexe dynamique littéraire se déploie en ces années, encore peu étudiée sous l’angle des procédures de construction mises en œuvre3. On peut de manière générale rapporter ces procédures aux différents modes d’organisation de la littérature que sont les dispositifs institutionnels (revues, maisons d’éditions, prix, associations d’écrivains, salons et autres lieux de sociabilité littéraire) et les dispositifs discursifs (genres ou groupes de genres ainsi que leurs caractéristiques formelles et fonctionnelles). Pour rendre compte de l’interaction entre les positions des agents littéraires en Belgique et leurs choix d’écriture, nous aurons notamment recours aux concepts de scène d’énonciation ou scénographie et de posture élaborés par Dominique Maingueneau et Jérôme Meizoz4. On peut ainsi distinguer des procédures portant sur l’énonciation (élaboration de postures d’auteur, de traducteur, d’historien, de critique assorties aux différentes situations d’énonciation des agents), des procédures portant sur l’énoncé (construction de modèles discursifs : narratifs, critiques, traductifs, etc.) et des procédures portant sur le code (variation, interférence, standardisation, etc.).

3Ces procédures ne sont évidemment pas nées en 1830, mais on peut gager qu’une littérature émergente, appelée à se constituer en littérature nationale, privilégiera celles qui sont ajustables au projet culturel plus large dont elle dépend, - qui pallient donc des lacunes de son répertoire ou des faiblesses préjudiciables à sa légitimation vis-à-vis des littératures de référence. La double relationalité, intranationale et internationale, de la littérature belge explique que l’évolution de celle-ci ne soit pas uniquement le fruit d’une sorte de croissance organique des dispositifs en place5 : elle procède également, sinon davantage, par des emprunts ou transferts de formes et de thèmes qui relèvent soit de pratiques historiques, critiques ou encore artistiques nationales6, soit de pratiques littéraires et culturelles « étrangères », principalement françaises. Or, cette double relationalité a engendré force réactions ; pour les comprendre, il nous faut brièvement revenir sur les rapports entre construction nationale et autonomie littéraire7.

4En premier lieu, la construction nationale se heurte à un ensemble de résistances, où se mêlent, entre autres, la nostalgie de l’Empire et des Pays-Bas réunis, le scepticisme inspiré par la diversité des langues et des littératures en Belgique et le désir de conservation des particularismes régionaux. Il faut donc comprendre la construction nationale en relation avec ce qui n’est pas elle (et qui le cas échéant lui est même opposé). Une des manifestations les plus visibles de ces résistances est la distinction faite dès 1830 par plusieurs critiques entre « une » et « des » littérature(s) nationale(s) en Belgique8. La forme plurielle se laisse d’autant moins décrire que les modèles littéraires nationaux sur lesquels s’appuient ces critiques tendent à lier étroitement une langue et sa littérature9. Rien d’étonnant, corrélativement, que les contacts et échanges entre les littératures en flamand, en français ou en wallon fassent rarement l’objet d’analyses circonstanciées, à la différence, par exemple, des échanges entre des pratiques culturelles comme l’histoire, les arts et la littérature : les seconds se laissent plus aisément ramener au projet de construction nationale, sans devoir transiter par le couplage langue-littérature. Une deuxième manifestation des résistances à la construction nationale réside dans les attitudes contradictoires vis-à-vis de la littérature française : cette dernière procure des ressources littéraires presque illimitées dans la langue nationale, mais leur usage risque naturellement d’entraver le projet de construction belge.

5En deuxième lieu, le processus d’autonomisation de la littérature en Belgique est loin de suivre l’évolution française du début des années 183010 : la littérature continue au contraire de dépendre fortement d’instances politiques, seules capables de fonder et de gérer les dispositifs institutionnels qui sont indispensables à sa légitimation. Ces dispositifs tendent à rapprocher sous la bannière nationale les diverses pratiques culturelles, dont la littérature ; aussi la création d’institutions littéraires indépendantes n’est-elle guère encouragée, tandis que l’écrivain tente en vain d’accéder au rang d’artiste et de reprendre à son compte les manifestes esthétiques du début des années 1830.

6Les deux logiques s’opposent : plus la littérature souhaite s’autonomiser et devenir une institution à l’image de sa consœur française, plus elle s’éloigne du projet de construction nationale ; ainsi, par exemple, le dispositif éditorial belge ou les différents modèles du roman historique et du roman de mœurs ont pu se développer grâce à l’importation sous la forme de contrefaçons d’œuvres françaises, mais il serait difficile de soutenir qu’ils contribuent d’un seul tenant à la construction nationale. En contrepartie, plus la littérature belge s’éloigne de la bannière nationale, moins elle bénéficiera d’appuis institutionnels pour se constituer : les auteurs et les rédacteurs de revues littéraires s’en plaignent fréquemment au cours des premières décennies qui suivent 1830. L’émergence de la littérature en Belgique passe par des négociations complexes entre ces deux logiques.

Les revues littéraires de la jeune nation belge

7Un nombre appréciable de procédures de construction, y compris celles qui résultent d’une forme de transfert intranational ou international, se laissent observer avec une certaine netteté au sein des revues, en l’occurrence des revues dites « littéraires ». Celles-ci émanent principalement d’associations qui s’appuient sur elles pour diffuser le projet national décliné selon les modalités discursives propres à la revue : prospectus, articles programmatiques et critiques, traductions et productions originales en plusieurs genres, etc. Elles s’ouvrent couramment à une production culturelle large et diversifiée, la littérature côtoyant également l’économie politique ou les sciences associées au projet national. Cette proximité ainsi que la variation constante des thèmes et des contenus engendrent, en l’espace de quelques décennies, des évolutions majeures au sein de la littérature : d’un dispositif soumis à des conventions réglées et à des hiérarchies étanches, la littérature se transforme en un ensemble de pratiques caractérisées par une généricité affaiblie, laquelle se traduit notamment par une prolifération de formes narratives rapprochées (dont nous verrons des exemples), et par des échanges qui assouplissent les cloisonnements hiérarchiques imposés par la poétique classique (comme ceux qui partageaient la poésie et la prose). Les revues littéraires belges ne sont pas seulement le témoin de ces évolutions, elles en sont vraisemblablement l’un des moteurs puissants. Et cependant, elles sont loin de connaître le succès de leurs modèles français, souvent co-présents grâce à la contrefaçon. Aussi n’ont-elles connu qu’une existence éphémère11. Dans ce qui suit, deux revues feront l’objet d’une analyse succincte. Il va de soi que les tendances qu’elles révèlent ne sont d’aucune manière représentatives de l’ensemble de la production revuiste en Belgique autour de 1830 : l’espace manque en effet pour comparer ces deux revues avec des revues de langue flamande ou avec des revues françaises contrefaites en Belgique12.

La Revue belge (1830)

8Dès mars 1830, c’est-à-dire avant l’avènement politique de la nation, l’historien Mathieu Polain et « un petit cénacle d’amis13 », dont font partie Jean-Baptiste Nothomb et Sylvain Van de Weyer, avocats et futurs dirigeants politiques, ainsi que Philippe Lesbroussart, professeur et futur administrateur général de l’instruction publique, lancent à Bruxelles une Revue belge, journal scientifique, philosophique et littéraire. Le prospectus se réclame de la phrase célèbre de Mme de Staël : « La littérature est l’expression générale de la société dans les âges divers du monde et chez les peuples différents. » (i, 1830, p. 6) Corrélativement, la littérature est unie, par « tant de points de contact » à la politique, l’économie politique, l’histoire et la philosophie, que « la connaissance de l’une d’elles amène d’une manière indispensable l’étude des autres, comme complément obligé de la première ». (i, 1830, p. 5) Compléments dont a besoin la « littérature belge, […] jusqu’à présent trop négligée, et qui, nous espérons le prouver, n’est ni sans richesses actuelles ni sans espérances pour l’avenir ». (i, 1830, p. 6)

9La Revue belge se propose de joindre, à une « critique large et élevée sur toutes les questions », des poésies, des nouvelles, des fragments d’ouvrages inédits, « et peut-être aussi des proverbes, spirituelle invention qui permet de jouer les ridicules sacrés des puissants du monde sans une permission signée de leurs nobles mains ». (i, 1830, p. 8) En découle une répartition en catégories ou rubriques selon l’ordre suivant (adopté dans le premier numéro) :

  • Littérature étrangère

  • Littérature ancienne

  • Mœurs

  • Chroniques

  • Poésie

  • Économie politique

  • Histoire

  • Géographie - voyages

10Dans les numéros suivants (il n’y eut au total que deux tomes, voir aussi plus loin), d’autres rubriques viennent s’ajouter (Littérature, Littérature contemporaine), complétant les « branches » des « connaissances humaines14». (i, 1830, p. 7) La littérature étant ici objet d’« étude » ou de « connaissances », selon l’acception reçue en France depuis le milieu du xviiie siècle15, la critique prend tout naturellement la première place, telle quelle ou s’intégrant à d’autres pratiques discursives. Dans les deux cas, elle s’étaye sur des modèles rhétoriques : couramment ceux de l’exorde et de la péroraison, mais également ceux de l’argumentation, comme dans l’« Examen » par J.B. Vautier d’un article de Cuvillier-Fleury sur Horace paru dans la Revue de Paris :

Le lecteur voudra bien permettre que nous procédions par la méthode des contraires. […] Je me rappelle que notre professeur de rhétorique […] nous disait que la définition était plus oratoire et plus méthodique à la fois. (i, 1830, p. 253)

11Cet investissement rhétorique s’explique par l’évolution littéraire évoquée plus haut : les formes et fonctions de l’éloquence, grâce à leur caractère pérenne et universel, sont censées donner aux pratiques littéraires qui font leur apparition dans les revues une structure d’encadrement solide16. Nous proposons ci-après l’analyse de quelques pratiques qui manient des procédures de construction, en ciblant plus précisément les modes d’agencement des énonciations et des énoncés qu’elles élaborent.

Contrefaçon

12La Revue belge emprunte rarement des articles entiers à des sources étrangères : cette pratique de la contrefaçon se justifie malaisément au regard du projet de production nationale, mais s’explique vraisemblablement par la relative pénurie des textes proposés ou publiables. Les emprunts sont puisés à des sources moins nuisibles au prestige national que les grandes revues parisiennes, lesquelles font le miel de l’industrie de la contrefaçon. Un premier exemple nous vient d’une Revue de Provence, où la rédaction a découvert une « Visite aux trappistes » ainsi présentée :

Bien qu’il n’entre pas dans notre plan de faire des emprunts aux journaux étrangers, nous croyons cependant être agréables à nos lecteurs en reproduisant ici un fragment de la Revue de Provence. (i, 1830, p. 188)

13La posture adoptée par les rédacteurs est éditoriale au sens propre, toute référence à la contrefaçon étant soigneusement évitée. Il en va de même pour une « Lecture du roman chez la Portière » extraite des Scènes populaires dessinées à la plume (1830) d’Henry Monnier : l’emprunt se justifie en l’attente d’un « compte [rendu] détaillé de ces esquisses admirables, véritables comédies populaires, pleines de verve et de vérité » (i, 1830, p. 273) ; ce compte rendu ne paraîtra pas, mais qu’à cela ne tienne : la Revue belge vise à remplir les « cases » de son programme, cette fois-ci par un morceau de théâtre proche des « proverbes » annoncés. D’autres solutions de transfert consistent à prodiguer les citations, le cas échéant traduites, qui rendent la « manière » d’un auteur (i, 1830, p. 195) ou des résumés qui reproduisent la « substance » d’un livre (ibid.).

Traduction

14La traduction proprement dite semble une pratique mieux accréditée que la contrefaçon. Ainsi, la rubrique « Littérature étrangère » s’ouvre sur une traduction (anonyme17), assortie d’une note, d’« Un rêve », récit en prose de Jean-Paul Richter : 

Dans un ouvrage sur l’Allemagne, madame de Staël a publié une traduction partielle de cette pièce remarquable. Nous avons profité de cette traduction partout où elle nous a paru complète et fidèle, mais nous avons cru devoir sacrifier quelquefois l’élégance à la nécessité de rendre littéralement la pensée de l’auteur. (i, 1830, p. 9)

15On peut arguer que la sélection de cette traduction a pour caution la grande célébrité de l’ouvrage dont elle est extraite18. Mais elle ne laisse en rien augurer une mise en perspective belge du texte de Jean-Paul. Comme quoi, la traduction exprime un mimétisme implicite vis-à-vis du modèle français, rapport que souligne encore l’alignement sur les nouvelles normes de la traduction littérale qui ont cours en France. Voir également la note suivante qui figure à la fin du texte :

Ici finit la traduction de madame de Staël que nous n’avons conservée que pour autant qu’elle nous a paru conforme à l’original. (i, 1830, p. 12)

16Ce mimétisme traductif (sélection du texte, rappel des normes de la traduction) vise, semble-t-il, à solliciter l’adhésion spontanée des lecteurs familiers des revues françaises contemporaines, en même temps qu’il suggère une sorte d’équivalence entre les manières belge et française d’aborder une littérature étrangère. Certes, cette suggestion porte sur une pratique de « seconde main », somme toute peu valorisante, ce qui explique assez l’absence de commentaires circonstanciés de la part du traducteur19.

Histoire littéraire

17Il n’en va pas ainsi pour une pratique telle que l’histoire littéraire. La rubrique intitulée « Littérature ancienne » contient un article signé Ph.[ilippe] Lesbroussart : « De la littérature dramatique en France sous Louis xiii ». Lesbroussart s’y réfère à des « articles publiés dans Le Globe sur les illustrations poétiques du temps de François i er et Charles ix », ainsi qu’aux « notices savantes, spirituelles et passionnées de M. Ste-Beuve, dans La Revue de Paris. » (i, 1830, p. 10) Or, le rapport mimétique s’accompagne cette fois-ci d’un net besoin de justification :

[…] je n’ai d’autre dessein que de suppléer, quoique d’une manière imparfaite et superficielle, au silence gardé jusqu’ici par les écrivains distingués dont je viens de parler, relativement à une portion remarquable de l’histoire littéraire de leur pays. (i, 1830, p. 10)

18Lesbroussart adopte, à l’intérieur de cette scénographie, une posture de modestie qui lui permet de suggérer une relation de proximité, fondée en l’occurrence, non sur un principe d’équivalence, mais sur un principe de complémentarité. Le cas échéant, la proximité franco-belge devient un plaidoyer pour l’union littéraire, notamment dans les critiques dramatiques. Ainsi, l’auteur anonyme d’un compte rendu de Henri iii range la pièce de Dumas parmi les « bons ouvrages indigènes ». (i, 1830, p. 50) Et de poursuivre :

Bruxelles, à quelques exceptions près, reçoit de Paris, avec ses modes, et toutes les productions publiées dans cette dernière ville, et des opinions toutes faites sur ces productions. Cela doit être ainsi : peut-être même n’est-il pas à désirer qu’il en soit autrement, du moins d’ici à quelques années. (i, 1830,  p. 52)

19D’autres critiques, tels que des Français installés en Belgique, universalisent simplement le point de vue français ; ainsi un article d’Auguste Baron sur Aristophane :

[Les Français] se sont faits plus aisément contemporains de tous les âges, concitoyens de tous les peuples.[…] Cette disposition d’esprit est excellente pour comprendre et juger tout ce qui est hors de nous, surtout lorsqu’il s’agit de ces ouvrages dont rien de ce qui nous est familier ne peut nous donner l’idée […]. (i, 1830, p. 121)

Poésie

20Venons-en à une quatrième pratique, qui est auctoriale. La rubrique « Poésie », sans être aussi copieuse que les précédéntes, donne à voir néanmoins plusieurs procédures de construction. Citons, pour commencer, « Une Occidentale » signée J.B. Vautier : il s’agit d’une parodie de « Vœu », une des Orientales de Hugo. Une note justificative accompagne les vers de Vautier :

L’auteur des Orientales a empreint ses productions lyriques d’un cachet d’originalité si neuf et si vrai, qu’on peut, sans être disposé à lui manquer de respect, ne pas admirer jusqu’au moindre écart de sa muse. Tout le monde sait d’ailleurs que, forts du nom et de la puissance de talent de M. Victor Hugo, beaucoup de nos poètes essaient de placer sous le patronage de ce talent, d’informes productions, amas bizarres d’idées incoherentes, où la richesse seule des rimes le dispute à la nullité du sujet. C’est contre ces imitateurs maladroits que la critique doit user de rigueur, et qu’elle peut offrir de l’avantage. Pour nous, qui n’approchons qu’avec respect des autels que les grands écrivains se sont élevés eux-mêmes dans leurs ouvrages, à quelque siècle, à quelque peuple et à quelque pays qu’ils appartiennent, nous espérons que ce léger badinage ne sera pris ni pour un acte d’irrévérence, ni pour une prétention romantique ou classique. (i,  1830, p. 116)

21Alors que l’énoncé auctorial relève du genre parodique, il cherche à se légitimer moyennant une posture critique où l’admiration pour le modèle français va de pair avec le désaveu des imitateurs belges. Ce va-et-vient entre énoncé et scène d’énonciation vise à créer une sorte d’observatoire paratopique, qui se soustrait lui-même à la critique. Citons également, dans la même rubrique, une « esquisse » poétique de Lesbroussart, dont les « principaux traits sont tirés des chroniques espagnoles et des recueils d’anciennes romances » (i, 1830, p. 165) ; beaucoup plus qu’une version libre de ces chroniques et romances, il s’agit d’un pastiche de la jeune tradition française des ballades historiques qui se sont précisément basées sur de telles sources. De manière analogue à la traduction de Jean-Paul évoquée plus haut, le pastiche répond à un rapport de mimétisme, qui suggère en l’occurrence une vague équivalence avec des poésies françaises contemporaines : outre Les Orientales (1829) de Hugo, les Contes d’Espagne et d’Italie (1830) de Musset ou Les Romances du Cid, traduction libre de l’espagnol (1830) du Chevalier Regnard. La même technique du pastiche est appliquée par Jenneval, le futur auteur de la Brabançonne, dans une ballade intitulée « Le spectre » ; en voici le début :

Or écoutez, enfants, écoutez une histoire,
Histoire lamentable, histoire à faire peur.
Et, déjà, se signant, l’immobile auditoire
Écoutant béant de stupeur. (i, 1830, p. 263)

22Quant aux récits fictionnels, presque absents de la Revue belge, ils ne possèdent pas de rubrique propre, se retrouvant dans celle des « Mœurs », où ils s’intègrent à des récits historiques et à des récits de voyage, genres en vogue en France au même moment.

23Résumons. Ces quelques exemples montrent à quel point les procédures de transfert dominent les différentes pratiques revuistes. Quant aux postures critiques, elles l’emportent de manière générale sur les autres, sans doute afin de mieux aligner la littérature sur le projet national. D’où les ambivalences, voire les paradoxes du projet de construction littéraire. D’une part, la critique ne peut avoir pour objet la présentation et la défense d’une production littéraire belge fragmentée et lacunaire, très largement sous-représentée au regard des ambitions nationales et divisée quant à ses langues. En témoigne notamment un article de P.F. Claes intitulé « Quelques mots sur la critique littéraire en Belgique », qui figure dans la rubrique « Littérature contemporaine » :

À quoi servirait-il de le déguiser ? Il n’y a pas de littérature belge, nous n’avons pas de littérature nationale : patriotisme à part, il faut être franc. […] Une littérature ne s’improvise ni ne s’impose par décrets […]. (i, 1830, pp. 148-150)

24D’autre part, si la critique veut s’attribuer une vocation plus large, voire se mettre sur un pied d’égalité avec la critique littéraire française, moyennant une posture d’universalité20, elle risque de se tourner contre le public auquel elle s’adresse :

Il était bon sans doute d’habituer un public timide et timoré à un certain degré de hardiesse et de rudesse : il était bon encore de rompre quelquefois en visière à la simplesse flamande : mais en poussant la hardiesse jusqu’au dévergondage, et la malice jusqu’à la méchanceté froide et impassible, ce but était manqué, et le dégoût devait suivre. (i, 1830, p. 163)

25Nous voyons donc apparaître en 1830, peu avant la révolution, un ensemble de tentatives pour articuler le projet de construction nationale avec le projet de construction d’un répertoire littéraire doué d’une légitimité propre ; ces tentatives sont brusquement interrompues par les événements de l’automne 1830 :

Au lendemain des Journées de Septembre, le petit groupe de ses collaborateurs est dispersé. Les soucis politiques accaparent Nothomb et Van de Weyer, dont on sait l’action décisive durant les premières décades de notre indépendance21.

26Malgré son existence éphémère, la Revue belge demeure cependant un point de référence au cours des années 1830 : non seulement certains textes, dont celui de Claes, ont été réédités, notamment dans le Recueil encyclopédique belge en 1833, mais le projet même d’une « revue belge » a été repris et amplifié quelques années plus tard.

La Revue belge (1835-1843)

27En 1835, une nouvelle « Revue belge » voit le jour, sous les auspices d’une « Association nationale pour l’encouragement et le développement de la littérature en Belgique ». Fondée à Liège par Théodore Weustenraad et Mathieu-Lambert Polain en 1833, cette association rédige la même année un « Règlement » pour la publication de la revue, laquelle est censée comprendre trois parties : « Histoire et Sciences », « Littérature et Beaux-Arts », « Mélanges ». La première place revient une nouvelle fois à la critique, qui privilégie désormais la littérature belge : « Il est spécialement rendu compte de travaux dus à des littérateurs belges. » (i, 1835, p. 14) En plus, l’association entend jouer un rôle actif dans la promotion des lettres en récompensant des productions à caractère national ; ainsi le concours de 1837

[…] promet trois médailles d’or aux auteurs respectifs de la “meilleure narration épisodique d’un événement important de l’Histoire Belge”, du “meilleur éloge historique ou biographique d’un homme célèbre appartenant à notre pays”, ou encore de “la meilleure pièce de poésie sur un sujet national”22.

28Quant à la revue, les premiers numéros n’appliquent guère les distinctions en trois parties. Il faut attendre le quinzième tome (1840) pour voir apparaître au contraire une structure en huit rubriques23 :

  • Histoire nationale

  • Histoire étrangère

  • Sciences politiques et économiques

  • Littérature, beaux-arts et mélanges

  • Littérature étrangère

  • Poésie

  • Analyses critiques

  • Sociétés savantes

29La répartition de ces rubriques est fort inégale : en nombre d’articles, la poésie occupe la première place (près de 50%), mais la rubrique contient principalement, on y reviendra, des poèmes isolés ; vient ensuite la rubrique « littérature, beaux-arts et mélanges » (18%) : amalgame d’articles d’histoire littéraire et de critique artistique, à côté d’extraits de textes narratifs et dramatiques. Les analyses critiques représentent 13%, l’histoire nationale 9% et la littérature étrangère 6%. Sur l’ensemble de la période, on observe des oscillations de fréquence pour la plupart des rubriques, tandis que seules la poésie et la littérature étrangère marquent une tendance à la hausse à la fin de la période. Enfin, les textes traduits représentent, toutes catégories confondues, 10% de l’ensemble des articles : le partage est à peu près égal entre le latin, l’allemand et l’anglais ; aucun texte flamand n’est traduit. À comparer les deux revues, on notera que la deuxième introduit les catégories des beaux-arts et des mélanges, qu’elle réunit en une seule rubrique avec la littérature, et que la critique se trouve désormais cantonnée dans une rubrique à part : ces évolutions signalent une tendance au rapprochement des arts, corrélative d’une tendance à conférer à ces derniers une plus grande autonomie à l’endroit du discours critique.

30Nous retrouvons dans les pratiques la plupart des procédures de construction repérées dans la première Revue belge. Mais elles subissent par endroits des glissements qui attestent une complexification des modalités d’énonciation critique. Ainsi, telle présentation du « Cabinet d’histoire naturelle du Musée de Bruxelles » se mue en causerie avec le lecteur ; les tons de proximité et de spontanéité rapprochent le guide du feuilletoniste : « Mieux vaut terminer brusquement cette revue, quelque rapide et incomplète qu’elle soit, que d’abuser plus longtemps de la patience des lecteurs. » (v, 1837, p. 249) Ailleurs, un article sur le « compagnonnage littéraire » s’ouvre en forme de lettre adressée « à l’estimable directeur de la Revue belge » (vii, 1837, pp. 93 et passim) avant de se tourner vers les auteurs belges, sur le sort desquels l’auteur s’apitoie avec ironie :

[…] la critique étrangère, la surdité et la cécité de la-haut, les miracles de l’association, voilà vos plaies, écrivains belges. Vos remèdes ? Le compagnonnage, la conjuration, l’affiliation pour fonder une critique nationale. Avec cela vous aurez de la gloire, de l’argent et des imprimeurs en dépit des feuilletons étrangers et des sociétés typographiques. (vii, 1837, p. 99)

31Faisant écho au fameux article d’Hyacinthe de Latouche sur « la camaraderie littéraire » (1829), cet article non seulement essaie d’en reproduire le style pamphlétaire, mais adapte également le propos de Latouche aux rouages institutionnels de la littérature en Belgique et ce faisant élargit le répertoire discursif de la critique24.

Narration historique

32D’autres procédures de construction font leur apparition, dont celle-ci, proche du pastiche : l’amplification narrative à partir de documents historiques. De Reiffenberg, par exemple, publie en 1835 une « Légende de la Hesbaye » qui débute ainsi :

Ce n’est pas pour me livrer à une rêverie sans objet que je visite encore ces lieux : je viens leur redemander de vieux souvenirs, de vieilles légendes, un peu de cette poussière d’autrefois que je voudrais avoir le talent de ranimer.

On était dans la dix-septième année du règne de Raoul, évêque de Liège. (i, 1835, p. 155)

33La transition entre récit enchâssant et récit enchâssé se signale par un changement de narrateur25 et de temps et par un chronotope caractéristique du roman historique. Par la suite, le récit enchâssé est régulièrement interrompu par des commentaires du narrateur qui cherchent à donner aux événements et personnages mis en scène une fonction exemplaire, nationale, mais également critique à l’endroit des mœurs contemporaines :

[Rasse] était seul en ce moment, et dans les sites qui le charmaient, tâchait de découvrir quelque ressemblance avec le pays où il était né. Ce retour sur le passé n’avait rien toutefois de la sentimentalité vague, stérile, énervante, que nous appelons mélancolie et qui appartient à une génération molle et sans vigueur. C’étaient des regrets tempérés par une courageuse confiance dans l’avenir, par un mâle désir de corriger le sort, et non ce mol abattement qui est presque devenu pour nous un libertinage de l’âme, une débauche de la pensée. (i, 1835, p. 159)

34Les sources de ces récits sont bien entendu des documents oraux et écrits, mais leur traitement s’inspire sans doute de modèles disponibles dans le récit de fiction, singulièrement le roman historique, bien connu en Belgique grâce aux contrefaçons des traductions de Scott. De fait, cette amplification engendre une gamme de configurations narratives auxquelles correspondent des dénominations génériques faiblement fixées. Les « Promenades », « Excursions », « Voyages », « Légendes », « Lettres », « Souvenirs », « Épisodes », « Scènes », « Fragments », etc., s’offrent comme autant de matrices narratives à de futurs auteurs : « L’histoire du peuple, c’est le portrait de ses aïeux, c’est le tableau de ses agitations, c’est la reproduction de son sol : peignez donc. » (v, 1837, p. 365)

35On relève également des interactions de la narration avec la poésie. Celle-ci, donnée sous forme de citation, permet de rehausser la narration historique ou pittoresque par une plurivocalité et par une stylisation rappelant des œuvres contemporaines qui mêlent vers et prose, telles les célèbres Reisebilder de Heine, traduites en français en 1834 :

Au-delà de Chaudfontaine, on entre dans une vallée plus large, dont les coteaux sont également boisés et tout aussi romantiques ; on aperçoit à l’extrémité le gracieux château de la Rochette que sa situation sur un roc élevé, rendait jadis une place importante ; il est rebâti sur l’ancienne tour qui faisait sa principale force.

Derrière le joli château ,
Qu’on nomme la Rochette,
L’on vient de découvrir une eau,
Qui mérite bien qu’on l’achette,
Puisque le gros chasseur du lieu
M’a dit qu’il mange comme un diable
Avec ce breuvage impayable
Lui qui mangeait si peu… (v, 1837, pp. 184-185)

36À noter que le mode d’articulation entre le récit enchâssé et le récit enchâssant évolue assez sensiblement au cours de ces années. À l’incipit, le narrateur homodiégétique (une instance auctoriale) se met en scène de diverses manières (flâneur, archiviste, historien) avant de céder la voix à un narrateur extradiégétique d’un récit historique donné sous la forme d’une citation, d’une paraphrase, d’une traduction, etc. Si l’autorité des sources fondait au départ la légitimité de l’amplification narrative, force est de constater que ces sources perdent de leur précision (« les paysons des environs nous racontent », iii, 1836, p. 300), tandis que le récit enchâssant s’abrège, conduisant à terme à une forme de récit plus homogène et plus autonome à l’endroit des sources comme des scénographies initiales. Nous sommes ici en présence d’un laboratoire de la narration littéraire en prose.

Poésie

37La poésie proprement dite occupe une rubrique à elle seule. Elle se laisse toutefois moins aisément enrôler sous la bannière nationale : plus largement redevable, semble-t-il, au milieu des années 1830, au modèle beuvien de la poésie intimiste, elle ne manie pas les mêmes topographies et chronographies explicites que la prose narrative de type historique, par exemple. Et si la critique littéraire, tout en récusant le principe de l’imitation, cherche à définir les traits qui composent le « véritable talent de poète » (v, 1837, p. 442), il faut convenir qu’il s’agit de tentatives demeurées embryonnaires, si bien que la poésie, de plus en plus privée d’un discours d’escorte, finit par occuper une place isolée dans l’espace de la revue, une place en accord avec les scénographies du poète solitaire et incompris. Du reste, ce topos célèbre, parodié par les Jeunes-France dès le début des années 1830, se trouve à plus d’une reprise recontextualisé dans des scénographies poétiques belges, comme l’atteste un récit à la fois parodique et auto-parodique en vers, dû à un certain Stephano ; voici une strophe de « Pauline, histoire de tous les jours » (xvi, 1840, pp. 378-379) :

J’aperçois le lecteur qui, tout bas, me reproche
De ressembler trop fort à l’auteur de Mardoche.
C’est trop d’honneur, vraiment, et j’en suis très-flatté !
Mais ce rapprochement n’est pas la vérité.
Nous différons beaucoup. Musset devient classique,
Et moi, je suis encor, Messieurs, un romantique.
En second lieu, Musset ne fait que de beaux vers,
Et votre serviteur fait les siens de travers.
Enfin, notez ceci, je suis Belge, et par suite,
Un Belge ne fait rien de bon que s’il n’imite ;
Et comme on dit que nul n’est prophète chez lui,
Je ne puis faire bien qu’en imitant autrui.

Le topos fait également l’objet de scénographies moqueuses au sein de récits de mœurs en prose ; l’exemple suivant est extrait de « L’amant timide » de George Dupahy26 (ix, 1837, p. 204) :

Voyons ce qu’il griffonne !... Je crois que ce sont des vers. Voyez plutôt comm il s’agite sur son siège ! Comme il mesure ses doigts du pouce à l’index, de l’index au medium, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il retourne au pouce !... Triste occupation dans un jour de carnaval !... Il parle ! sa voix est plaintive ! Écoutons !

Adieu ! je pars, ô ma Sylvie,
Et j’emporte avec moi le secret de mon cœur :
Loin d’ici, loin de toi, je vais passer ma vie ;
Adieu, mes rêves de bonheur !...

Il part !... En effet, voilà des malles qui présagent un voyage prochain.

Physiologies

38Quant aux procédures de construction qui s’appuient sur des transferts intralittéraires belges, nous savons déjà qu’elles ne transitent pas par la traduction proprement dite. S’ajoute que la Revue belge ouvre peu ses colonnes à des analyses de productions culturelles « flamandes » ou « wallonnes », mais bien plutôt à des élaborations narratives de stéréotypes inspirés de la différence des langues et des mœurs. Dans l’exemple suivant, « Le cousin Jef, ou un couple flamand en voyage de noce » (vii, 1837, pp. 146-181 et 394-427), récit dû au même George Dupahy, ces stéréotypes sont coulés dans le moule du récit dialogique décrit plus haut et qui se trouve infléchi en un sens satirique, selon le modèle du récit excentrique déjà acclimaté en Belgique par des prosateurs comme Joseph Grandgagnage27 : un type de récit où la narration se mêle à la critique littéraire et où la description se modèle sur la « physiologie », genre mis à la mode en France peu auparavant28. Parallèlement, le français standard, apanage du discours du narrateur, alterne avec des citations en flamand, en wallon et même en anglais, citations arrosées de force commentaires métalinguistiques. Nous retrouvons dans cette prose la volonté d’alimenter le répertoire discursif de la prose mineure en Belgique29, présentée ici comme un contrepoint parodique de la littérature nationale :

Vois-tu, au lieu de nous déchirer les uns les autres, nous ferions mieux de nous soutenir par une sorte de camaraderie littéraire, à l’instar de nos maîtres du Midi. Et comme l’ont judicieusement fait remarquer, dans ta chère Revue Belge, MM. Thomas Nicaise et Nicaise Thomas, c’est à ce prix seulement que nous parviendrons à avoir aussi une littérature à nous, une littérature belge. En ceci comme en toute chose, notre devise doit être : l’union fait la force… (vii, 1837, p. 395)

39Ailleurs, la narration s’appuie sur des scénographies détaillées de situations « typiques » où se rencontrent des énonciateurs et co-énonciateurs wallons. Ainsi, l’article intitulé « Types wallons » (xiv, 1840, pp. 367-381, signé Fm. Lb.30) s’ouvre sur des considérations d’un physiologiste qui souhaite partager avec ses lecteurs ses doléances sur la disparition en Belgique de « la grosse gaieté flamande » d’Ulenspiegel et de la « joyeuseté wallonne » (xiv, 1840, p. 368) ; cette invite cherche à légitimer la mise en scène d’une deuxième situation d’énonciation, celle qui réunit un conteur wallon, son auditoire et le physiologiste-narrateur : ce dernier prend en charge la description de la scène d’énonciation ainsi que la reproduction des récits donnés par le conteur, récits oraux transposés en un français standard. En s’avouant incapable de conserver les traits spécifiques de la scène, le narrateur convoque par force déictiques la saveur singulière de cette forme d’éloquence populaire :

Cette plaisante anecdote fut couverte d’applaudissements ; mais je regrette de l’avoir gâtée en la reproduisant, car je n’ai pas au bout de ma plume cette faconde rabelaisienne que M. Conte possède au bout de sa langue. Qui pourrait traduire sur le papier cet accent wallon, ces idiotismes wallons si pleins de sel, et surtout cette mimique si naïve dont l’orateur de la veillée accompagne ses gais récits ? La faculté merveilleusement imitative de son organe suffirait pour les rendre piquants. (xiv, 1840, p. 377)

40Le soin apporté à la valorisation par voie de métonymie des traits langagiers et culturels des provinces wallonnes ne peut naturellement dissimuler qu’un seuil ne peut être atteint : celui du discours du narrateur. Le clivage rehausse ainsi l’autorité de ce dernier, chargé de représenter un point de vue belge large. Corrélativement, en pénétrant dans l’espace d’une revue nationale, la culture et la littérature wallonnes s’y trouvent ainsi configurées d’une manière qui exhibe leurs fonctions à la fois irremplaçables et subalternes au regard du projet littéraire national…

Conclusion

41Les procédures de construction dont nous avons pu relever la trace dans ce qui précède ne se réduisent pas au rôle d’instruments d’une action culturelle sciemment menée par les franges élitistes de la population ; elles agissent de manière bien plus complexe et, par endroits, d’une manière étrangère au projet national. Voire : la parodie, l’imitation, la contrefaçon ou encore la traduction sont peut-être plus influentes que l’écriture dite originale, soulignant en même temps la place éminente qui revient aux procédures de transfert. Au demeurant, celles-ci s’appliquent également à des aspects paratextuels que nous n’avons pas pris en considération dans ce qui précède : plusieurs revues belges adoptent la structure, voire le nom de revues françaises existantes : ainsi, L’Artiste, journal des salons, revue des arts et de la littérature (1833-1837) fait écho à L’Artiste créé en 1831 à Paris. Le cas sans doute extrême est celui des revues contrefaites en entier : La Revue de Paris, La Revue des Deux-Mondes, ou encore La Revue britannique ont connu une large diffusion en Belgique ; signalons enfin le regroupement, dans une Revue des revues (1835-1849)31, d’articles empruntés à plusieurs sources françaises.

42À se placer à un point de vue historiographique et à vouloir comprendre en particulier le rôle des procédures discursives et institutionnelles au regard de l’évolution littéraire en Belgique, on est ramené aux hypothèses bien connues sur le jeu des tensions et des relations entre les pratiques qui composent la ou les littérature(s) en Belgique32. Il est loisible de penser que ces procédures ont eu pour objet premier la construction rapide et massive d’un ensemble de pratiques en vers et en prose, créant ainsi le mirage d’une littérature belge assez nantie pour satisfaire les ambitions nationales. Mais force est de constater qu’elles se sont principalement cantonnées à des pratiques mineures, tandis que les procédures de transfert ont mis en relief aussi bien les tutelles que les lacunes. Les premières décennies littéraires offrent ainsi un panorama complexe et hétérogène, au point d’autoriser les futures générations d’auteurs et de critiques à perpétuer sans retenue le topos de la « jeune » littérature belge.

Top of page

Bibliography

Anderson (Benedict), Imagined Communities : Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, London, Verso, 1991 [édition revue].

Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire : essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, 1999.

Cabanel (Patrick), Bertrand (Michel) & de Lafargue (Bertrand) (dir.), La Fabrique des nations. Figures de l’État-nation dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Les Éditions de Paris, 2003.

Charlier (Gustave), « Les deux premières “Revue belge” », Revue belge, vol. 3, 1930, pp. 70-79.

Charlier (Gustave), Le Mouvement romantique en Belgique (1815-1850), Bruxelles, Palais des Académies, vol. 2, 1959.

Denis (Benoît) & Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Espace Nord, 2005.

D’hulst (Lieven), « Parodie et satire dans Voyages et aventures de M. Alfred Nicolas au Royaume de Belgique (1835) de Justin*** », Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, n° 43, autunno 2002, pp. 77-98.

Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007.

Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique : genèse d’un État-Nation 1648-1830, Bruxelles, Racine, 2005.

Gellner (Ernest), Nations and Nationalism, Oxford, Basil Blackwell, 1983.

Glinoer (Anthony). La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

Grawez (Damien), « Littérature et conceptions historiographiques en Belgique francophone », Textyles, n° 13, 1996, pp. 111-135.

Gross (Stefan) & Thomas (Johannes) (dir.), Les Concepts nationaux de la littérature. L’exemple de la Belgique francophone. Une documentation en deux tomes : 1815-1880, Aachen, Alano, 1989.

Hobsbawm (Eric) & Ranger (Terence) (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 2005 [1983].

James (Paul), Nation Formation: Towards a Theory of Abstract Community, London, Sage, 1996.

Klinkenberg (Jean-Marie), « L’idéologie de la ‘littérature nationale’ (1830-1839) », Studia Belgica, Aufsätze zur Literatur- und Kulturgeschichte Belgiens, Universität Marburg, 1980, pp. 135-154.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d'énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007.

Mélonio (Françoise), Naissance et affirmation d’une culture nationale. La France de 1815 à 1880, Paris, Seuil, 2001.

Mus (Francis), Meylaerts (Reine) & D’hulst (Lieven), «“Sire, y a-t-il des Belges ? ”. Un siècle de relations littéraires intra- et internationales en Belgique (1850-1950) », Textyles, n° 32-33, 2008, pp. 224-233.

Noiriel (Gérard), Population, immigration et identité nationale en France, XIXe et XXe siècle, Paris, Hachette, 1992.

Pichois (Claude), L’Image de Jean-Paul Richter dans les lettres françaises, Paris, José Corti, 1963.

Provenzano (François), « Un discours sur le champ, l’historiographie littéraire », COnTEXTES, n°2, Discours en contexte, septembre 2006 (http://contextes.revues.org/document99.html).

Roger (Antoine), Les Grandes théories du nationalisme, Paris, Éditions Dalloz, 2001.

Saminadayar-Perrin (Corinne), Les Discours du journal. Rhétorique et médias au xixe siècle (1836-1885), Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2006.

Staël (Germaine de), De la Littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, Paris, Garnier, 1998 [1800].

Thérenty (Marie-Ève), Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré Champion, 2003.

Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales : Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

Tollebeek (Jo), « Historical Representation and the Nation-State in Romantic Belgium (1830-1850) », Journal of the History of Ideas, n° 59, 1998, pp. 329-353.

Vermeulen (Kim), La « Revue Belge » (1835-1843). Une analyse statistique et discursive, Leuven, 2007 [mémoire inédit].

Top of page

Notes

1 Voir notamment Roger (Antoine), Les Grandes théories du nationalisme, Paris, Éditions Dalloz, 2001.
2 Citons pour mémoire quelques-uns des termes les plus fréquemment utilisés dans des travaux récents pour désigner les constructions des nations : « création » (Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales : Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil, 2001), « invention » (Hobsbawm (Eric) & Ranger (Terence) (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 2005 [1983], Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique : genèse d’un État-Nation 1648-1830, Bruxelles, Racine, 2005), « modernisation » (Gellner (Ernest), Nations and Nationalism, Oxford, Basil Blackwell, 1983), « construction » (Anderson (Benedict), Imagined Communities : Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, London, Verso, 1991), « naissance » (Mélonio (Françoise), Naissance et affirmation d’une culture nationale. La France de 1815 à 1880, Paris, Seuil, 2001), « fabrique » (Cabanel (Patrick), Bertrand (Michel) & de Lafargue (Bertrand) (dir.), La Fabrique des nations. Figures de l’État-nation dans l’Europe du xixe siècle, Paris, Les Éditions de Paris, 2003), « formation » (James (Paul), Nation Formation : Towards a Theory of Abstract Community, London, Sage, 1996).
3 Pour une analyse approfondie de l’idéologie nationale qui domine cette période, voir Klinkenberg (Jean-Marie), « L’idéologie de la ‘littérature nationale’ (1830-1839) », Studia Belgica, Aufsätze zur Literatur- und Kulturgeschichte Belgiens, Universität Marburg, 1980, pp. 135-154.
4 Voir notamment Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d'énonciation, Paris, Armand Colin, 2004 ; Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007. Sur les différents types de scénographie élaborés à l’époque romantique, voir Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007.
5 Selon un mode d’explication ontogénétique du développement littéraire des nations (voir Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire : essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, 1999).
6 Voir Tollebeek (Jo), « Historical Representation and the Nation-State in Romantic Belgium (1830-1850) », Journal of the History of Ideas, n° 59, 1998, pp. 329-353.
7 Pour une mise au point sur la question de l’autonomie du littéraire en Belgique, se reporter à l’étude de Denis (Benoît) & Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Espace Nord, 2005, pp. 30 et passim.
8 On trouvera des exemples éloquents dans le recueil constitué par Gross (Stefan) et Thomas (Johannes) sous le titre : Les Concepts nationaux de la littérature. L’exemple de la Belgique francophone. Une documentation en deux tomes : 1815-1880, Aachen, Alano, 1989.
9 À noter cependant que la prégnance des composants ethniques et politiques de l’idée de nation varie du Nord au Sud comme ailleurs en Europe au xixe siècle (pour une présentation synthétique voir notamment Noiriel (Gérard), Population, immigration et identité nationale en France, xixe et xxe siècle, Paris, Hachette, 1992, pp. 5 et passim).
10 Voir Bénichou (Paul), Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830 : essai sur l'avènement d'un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, José Corti, 1973.
11 Ainsi, le Recueil encyclopédique belge connaît cinq tomes (1833-1834), la Revue belge disparaît après une année (1830), tandis que L’Artiste suspend ses publications au bout de quatre années (1833-1837).
12 Une recherche approfondie, qui s’intéresse de près aux modes de représentation de la Flandre et des lettres belges en flamand dans des revues francophones, fait l’objet d’un projet en cours à la K.U.Leuven ; pour un descriptif, voir Mus (Francis), Meylaerts (Reine) & D’hulst (Lieven), «“Sire, y a-t-il des Belges ? ”. Un siècle de relations littéraires intra- et internationales en Belgique (1850-1950) », Textyles, n°s 32-33, 2008, pp. 224-233.
13 Charlier (Gustave), art. cit., p. 74.
14 S’imposerait une étude comparée des revues contemporaines pour déterminer la part prise par des modèles français dans cette catégorisation.
15 En gros, depuis les Principes de littérature (1753) de Charles Batteux.
16 Voir en particulier Saminadayar-Perrin (Corinne), Les Discours du journal. Rhétorique et médias au xixe siècle (1836-1885), Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2006. – Voir également, pour la naissance des nouvelles pratiques littéraires, Thérenty (Marie-Ève), Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré Champion, 2003.
17 Attribuée à Jean-Baptiste Nothomb par Charlier (Gustave), art. cit., p. 72.
18 Voir Pichois (Claude), L’Image de Jean-Paul Richter dans les lettres françaises, Paris, José Corti, 1963.
19 Il en va de même pour la traduction par Lesbroussart d’un récit anglais : « Le ravin des sauteurs, anecdote marine », extrait du Leeds Mercury, un quotidien anglais.
20 Et dont on trouvait déjà trace dans le Prospectus : « L’époque de transition où nous vivons, cette incertitude où se trouvent les hommes les plus éclairés sur la route que doivent prendre l’art dramatique et toute la littérature française, nous paraît éminemment propre à la critique. Les recherches sur la littérature ancienne et sur les causes qui ont fait abandonner les sentiers battus pour s’élancer dans des routes nouvelles, les dangers de l’imitation des peuples voisins, les essais multipliés, renouvelés sans cesse, et presque toujours malheureux des jeunes littérateurs français, tout enfin ouvre une vaste carrière à l’imagination, aux conjectures du critique, et le ridicule ne manquera point à la plume railleuse de celui qui se plaît aux chutes et que réjouit le bruit des sifflets. » (i, 1830, pp. 7-8) - Sur la notion de posture d’universalité, voir Provenzano (François), « Un discours sur le champ, l’historiographie littéraire », COnTEXTES, n°2, Discours en contexte, septembre 2006 (http://contextes.revues.org/document99.html).
21 Voir Charlier (Gustave), art. cit., p. 73.
22 Charlier (Gustave), Le Mouvement romantique en Belgique (1815-1850), Bruxelles, Palais des Académies, vol. 2, 1959, pp. 198-199.
23 Vermeulen (Kim), La « Revue Belge » (1835-1843). Une analyse statistique et discursive, Leuven, 2007 [mémoire inédit].
24 Sur le contexte français de ce « modèle » de persiflage littéraire, voir l’étude récente de Glinoer (Anthony), La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.
25 Le pronom neutre désigne précisément la transition vers une narration hétérodiégétique.
26 Pseudonyme de Firmin Lebrun (Quérard (Joseph-Marie), Les supercheries littéraires dévoilées, Paris, L’Éditeur, vol. 1, 1847, p. 588. Cet écrivain montois est l’auteur de Flamands et Wallons. Esquisses contemporaines, Bruxelles, Wahlen et C°, vol. 1 & 2, 1841.
27 Auteur liégeois d’un récit où la construction nationale est davantage fustigée qu’exaltée (voir D’hulst (Lieven), « Parodie et satire dans Voyages et aventures de M. Alfred Nicolas au Royaume de Belgique (1835) de Justin*** », Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, n° 43, autunno 2002, pp. 77-98).
28 Pour une analyse du genre, se reporter à l’étude de Preiss (Nathalie), Les Physiologies en France au xixe siècle. Étude historique, littéraire et stylistique, Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversitaires, 1999.
29 Y contribuent également les traductions ou imitations de nouvelles étrangères : voir e.a. « La mendiante du Pont-des-Arts. Imitation libre de l’allemand de W. Hauff, » signée Dandely. (xvi, 1840, pp. 223-268)
30 Sans doute Firmin Lebrun, cité plus haut.
31 Sous-titre : « ou choix des articles les plus intéressants et les plus remarquables, publiés dans les revues et recueils périodiques des deux mondes ».
32 Pour une vue d’ensemble de ces hypothèses, voir Grawez (Damien), « Littérature et conceptions historiographiques en Belgique francophone », Textyles, n° 13, 1996, pp. 111-135.
Top of page

References

Electronic reference

Lieven D’hulst, « Comment « construire » une littérature nationale ? À propos des deux premières « Revue belge » (1830 et 1835-1843) », COnTEXTES [Online], 4 | 2008, Online since 28 October 2008, connection on 25 November 2017. URL : http://contextes.revues.org/3853 ; DOI : 10.4000/contextes.3853

Top of page