Navigation – Plan du site

La revue comme lieu d’inscription de la poésie en Belgique à la fin du XIXe siècle : apports de l’approche systémique

Karen Vandemeulebroucke

Résumés

Cet article avance une double hypothèse : la revue agit comme lieu d’inscription de l’histoire de la poésie en Belgique et l’approche polysystémique permet d’étudier celle-ci. Supposant que les littératures en Belgique (francophone, flamande, française, anglaise,…) entretiennent des relations systémiques, nous pouvons estimer que des échanges ont lieu entre ces différents systèmes, même à l’intérieur d’une revue maniant une conception littéraire et esthétique précise. Dans cet article, La Jeune Belgique (1881-1897) est soumise à ce test.

Haut de page

Texte intégral

Hypothèses

1En décembre 1881, sous la direction de Max Waller, diverses publications étudiantes des universités de Louvain et de Bruxelles fusionnent en la Jeune Belgique (1881-1897), une revue littéraire qui ne tardera pas à devenir pour les deux décennies suivantes un lieu de rassemblement pour de nombreux talents. Son texte programmatique, qui a fait couler beaucoup d’encre depuis, précise les assises du projet :

La Jeune Belgique ne sera d’aucune école. Nous estimons que tous les genres sont bons s’ils restent dans la modération nécessaire et s’ils ont de réels talents pour les interpréter […]. Nous invitons les jeunes, c’est-à-dire les vigoureux et les fidèles, à nous aider dans notre œuvre. Qu’ils montrent qu’il y a une Jeune Belgique comme il y a une Jeune France, et qu’avec nous ils prennent pour devise : Soyons nous1. (i, 1881, p. 1)

2Moins connu cependant est le fragment suivant, datant de 1893, dans lequel la direction de la Jeune Belgique reprend le propos en ces termes :

Pour l’instant, les innovations nous valent beaucoup de mauvais vers, une langue amorphe et atone, une monotonie désespérante dans la forme et dans la pensée [...]. Qu’allons-nous faire ? Réfléchissons, rendons-nous compte de la situation. Une occasion unique nous est donnée de faire de notre littérature belge un chaînon qui sera partie intégrante de l’art français. Tandis que la jeunesse française s’égare à la poursuite de ridicules chimères, en attendant que la grande tradition se renoue, forgeons dans notre patrie l’anneau d’or qui doit relier l’avenir au passé […] à la condition de n’imiter point les aberrations de nos jeunes voisins. (xii, 1893, p. 10)

3Une comparaison brossée à grands traits de ces passages conduit à deux constats. Dans les deux cas les poètes de la Jeune Belgique prennent exemple sur leurs confrères français, que ce soit positivement (« comme une Jeune France ») ou négativement (« n’imiter point »). Le second extrait souhaite même que la littérature belge soit le « chaînon manquant » de « l’art français », présentant des points communs et des différences. Ensuite, le deuxième texte affirme avec force que les innovations prosodiques (c’est-à-dire le vers libre) ne sont pas accueillies avec bienveillance par les partisans de la Jeune Belgique ; on parle de « mauvais vers » et d’« aberrations de nos jeunes voisins [français] ». Il nous semble utile de prendre en considération l'une et l'autre de ces attitudes, si l'on veut comprendre en quoi les contradictions apparentes du discours de la Jeune Belgique peuvent nous permettre de mieux appréhender la structure et l'évolution de la poésie en Belgique à la fin du xixe siècle. La théorie du polysystème nous servira d'éclairage, dans un propos qui se concentrera sur quelques fragments poétiques publiés dans la Jeune Belgique au cours des deux dernières décennies du xixe siècle. Cet article entend assumer un caractère expérimental et forcément partiel, étant donné qu'il s'inscrit dans le cadre plus large d'une recherche en cours sur la poésie en Belgique. L'exemple précis qui est choisi ici l'est à titre d'échantillon d'analyse et de banc d'essai méthodologique.

Notes méthodologiques

4Certes, les exemples ne manquent pas de prises en compte d’un état du « champ » des revues. On citera notamment la thèse de doctorat de Daphné de Marneffe2, qui s’interroge sur le fonctionnement d’un ensemble de revues modernistes et d’avant-garde, du début des années vingt. À la recherche d’un modèle adéquat pour parler de l’analyse de revues, de Marneffe compare la théorie des champs de Pierre Bourdieu et l’institution de la littérature de Jacques Dubois, pour adopter finalement le modèle des sociabilités intellectuelles mis au point par Christophe Prochasson. Elle distingue, en relation avec la revue, entre « lieux » et « milieux » inscrits dans un « réseau3. »

5Alors que de Marneffe procède à une étude de l’objet « revue » en tant que tel dans une perspective d’histoire de la littérature et de sociologie de la littérature, nous voudrions rompre une lance pour une approche polysystémique de la poésie à partir d’un corpus constitué de revues. Dans ce qui suit, nous allons présenter en premier lieu les principes de base de l’approche polysystémique4. Ensuite seront exposés les apports de celle-ci à l’étude du genre poétique et à l’étude des revues.

La théorie du polysystème : principes de base

6Selon la théorie du polysystème, telle qu’elle a été développée par Itamar Even-Zohar5, la littérature est un ensemble complexe de systèmes (des répertoires discursifs, les conceptions qui les accompagnent et les institutions qui les gèrent), qui s’influencent et qui sont en relation continue, en fonction des normes et des modèles qui varient selon des situations historiques données. On peut reconnaître trois types de relations entre les systèmes et les sous-systèmes : centre versus périphérie ; systèmes novateurs versus conservateurs ; systèmes canoniques versus non canoniques. Ces relations sont aussi bien des relations d’opposition que des relations d’échanges, qui peuvent se produire au sein d’une littérature, comme entre deux littératures.

L’approche polysystémique et l’étude de la poésie en Belgique

7Pour étudier la poésie dans le contexte d’une littérature qui a de la peine à se constituer et à se légitimer, il est fructueux de solliciter l’approche systémique. En raison des échanges que cette hypothèse présuppose entre différents systèmes (littéraires), l’objectif de l’approche polysystémique dépasse l’étude du système (littéraire) d’une communauté particulière6. Il s’agit dans ce cas d’examiner le transfert de caractéristiques d’un polysystème à un autre, soit l’interférence entre littératures, définie comme « a relation(ship) between literatures, whereby a certain literature A (a source literature) may become a source of direct or indirect loans for another literature B (a target literature)7 ». Ces interférences (Even-Zohar) ou échanges8 (D’hulst) - les traductions en tête, mais à part celles-ci Even-Zohar fait également mention d’autres procédures de transfert - jouent un rôle capital dans la création d’un répertoire littéraire9. Ces idées ont inspiré non seulement l’étude des traductions10, mais également l’historiographie des littératures en Belgique11.

8Quelles sont maintenant les conditions selon lesquelles des échanges s’obtiennent entre deux systèmes différents ? Even-Zohar distingue les trois situations suivantes : 

(a) When a polysystem has not yet been crystallized, that is to say, when a literature is “young”, in the process of being established ; (b) when a literature is either “peripheral” (within a large group of correlated literatures) or “weak”, or both; and (c) when there are turning points, crises, or literary vacuums in a literature12.

9Ces trois conditions s’appliquent très bien à la poésie en Belgique au xixe siècle : non seulement il s’agit d’un système jeune et incomplet - car il est principalement composé de genres mineurs -, mais elle peut également être qualifiée de périphérique si on la compare à la poésie des voisins prestigieux (le point de comparaison obligatoire étant la France). En outre, 1880 est traditionnellement considéré, pas uniquement après-coup mais aussi par les représentants contemporains, comme un tournant de la production poétique qui veut désormais en finir avec une poésie trop nationaliste.

10Ajoutons encore que le système de la poésie comprend aussi bien les auteurs et œuvres importants que les auteurs et œuvres dits mineurs :

If one accepts the polysystem hypothesis, then one must also accept that the historical study of literary polysystems cannot confine itself to the so-called “masterpieces”, even if some would consider them the only raison d’être of literary studies in the first place13.

11D’où la nécessité de prendre également en considération, à côté des « grandes revues14 », les revues moins prestigieuses15.

L’approche polysystémique et l’étude de revues

12Ces jalons posés, interrogeons-nous sur la place accordée aux revues dans l’approche polysystémique. Dans Polysystem Theory, datant de 1978, Even-Zohar n’évoque que très brièvement l’importance des revues, qu’il considère comme des faits de la vie littéraire (« facts of literary life ») ou des établissements littéraires (« literary establishments ») qui sont donc des « “translation” functors of the “more remote” constraining socio-cultural system », c’est-à-dire des liens entre des unités littéraires avec ou sans statut potentiel de canonicité16. Plus tard, en 1990, dans son recueil Polysystem Studies, Even-Zohar renvoie aux revues comme à des agents officiels, faisant partie d’une institution, voire d’une institution centrale17. Ces rares références ne nuisent point à l’intérêt de l’approche polysystémique pour l’étude de revues, et ceci pour différentes raisons.

13Tout d’abord, la théorie du polysystème et son implémentation dans l’étude des traductions sont très centrées sur les textes. Ceci représente donc un avantage pour aborder les revues, où des œuvres en prose côtoient des œuvres en vers et où des études littéraires détaillées accompagnent les chroniques. Ensuite, la théorie du polysystème présente l’atout, important à nos yeux, d’être dynamique, ce qui implique qu’elle prend en considération à la fois les relations synchroniques et diachroniques, tandis qu’une approche statique ne considère que les relations synchroniques au sein d’un système spécifique, fixé dans le temps18. Cette caractéristique est d’autant plus valable que les revues ne cessent d’évoluer de numéro en numéro et d’année en année, s’influençant les unes les autres19. Par ailleurs, selon Even-Zohar, un système se déclare hétéronome, davantage peut-être qu’un « champ » chez Bourdieu20 : un système peut se laisser influencer par un ou par des systèmes externes. Dans la même veine, on peut considérer la revue comme un média où se cristallisent ces différents domaines sociétaux qu’Even-Zohar qualifie de « systèmes » : politique, littérature, culture, religion influencent directement ou indirectement les prises de position de la revue. Dans cette perspective, la revue peut être considérée comme un microcosme de la production littéraire contemporaine.

La revue comme lieu d’inscription de la poésie : le cas de la Jeune Belgique

14Comment la revue peut-elle servir de lieu d’inscription de la poésie ? Pour le comprendre, nous effectuerons un test sur une sélection de poèmes et de textes critiques tirés de la Jeune Belgique, afin d’examiner si des échanges ont lieu et à quels niveaux.

15Notre point de départ sera une série de dix poèmes de Georges Khnopff, intitulée « Vers » (iv, 1885, pp. 204-211). Les fragments supplémentaires serviront à les étayer21.

16Les dix poèmes de la série portent un titre, qui se répète parfois entièrement ou en partie : Plaines éteintes, Matin angélique (2 poèmes), Soir angélique, Martyre, Une petite morte, Pastel et Pantomime (3 poèmes). Sept poèmes sont précédés d’une dédicace, tantôt à des auteurs ou artistes français (comme Paul Bourget), tantôt à des auteurs belges (comme Albert Giraud). À le comparer avec d’autres poèmes publiés dans la Jeune Belgique, nous voyons que les dédicaces adressées aux collaborateurs belges de la revue sont nettement plus fréquentes que celles à des auteurs français22, tandis que les dédicaces à des auteurs anglais ou allemands comme celles à des auteurs flamands néerlandophones sont rares. Les échanges s’élaborent donc au niveau du paratexte entre la poésie belge francophone et française, moins entre celle-là et la poésie flamande néerlandophone.

17Tournons-nous maintenant vers les poèmes proprement dits. Le premier poème, intitulé « Plaines éteintes », est composé de sept strophes de quatre vers octosyllabiques, un type de vers très fréquent au xixe siècle en poésie française, voire traditionnel23. Quant à la langue utilisée, elle est assez recherchée, à l’instar de celle des poètes parnassiens français24. Nous apercevons des épithètes factices : « plaines violacées » (première strophe), « mares décolorées » (troisième strophe), « toussottantes » (dernière strophe) ; et des constructions syntaxiques complexes : « s’auréole le souvenir » (première strophe), « tombent implorantes » (troisième strophe). En raison des synesthésies, la cinquième strophe fait même songer aux « Correspondances » de Baudelaire.

18Khnopff procède également à des répétitions, parfois littérales, de vers : « Ils se glissent au fond du soir » (deuxième strophe) ; « les feuilles tombent implorantes » (troisième strophe), ce qui introduit une caractéristique propre au genre de la chanson. Il en va de même pour le deuxième poème25 : les allitérations (fluides ... fêlées ; ronflantes, rieuses - première strophe) et les répétitions « les cloches, les cloches ailées » - première strophe) se réfèrent au carillon : « alouettes tirelirantes ; cloches titillant … » (quatrième strophe).

Plaines éteintes

                         Pour Georges Picard

Oh ! triste ce qui va finir !
Sur les plaines violacées
S’auréole le souvenir
De cloches au loin trépassées.

Ils se glissent au fond du soir,
D’une aile douce, lentement,
Les oiseaux pensifs, frôlement
Ils se glissent au fond du soir

Les feuilles tombent implorantes
Dans les mares décolorées ;
Oh ! maladivement moirées
Tombent les feuilles implorantes !

Oh ! navrant le sourire amer
À nos indolentes pensées
De voiles blanches effacées
Sur le bleu calme de la mer !

Musique, parfums et couleurs
Ont accordé leur harmonie
Vaporeusement infinie
Au gris pâle de nos douleurs.

Et, près du calvaire, voici
Le berger plaintif, lentement,
Et vous, les agnelles, aussi,
Sous le rose du firmament,

Toussottantes, mélancoliques,
Exaltant la tristesse terne
De ce paysage moderne
Aux grandeurs des lointains bibliques.

Georges Khnopff (iv, 1885, pp. 205-206)

19Ces poèmes de facture parnassienne ne surprennent guère dans la Jeune Belgique. Dans ses textes programmatiques et critiques, la revue adopte les principes esthétiques de cette école de poésie française. Tous les auteurs sont jugés selon qu’ils appliquent la forme stricte de la poésie parnassienne ; c’est pourquoi l’Almanach d’Émile Verhaeren (1895) est vivement critiqué :

M. Verhaeren, qui jadis rimait convenablement, se contente aujourd’hui d’une harmonie grossière, d’un rythme ébauché et de l’assonance, qui est le premier plaisir de l’oreille pour les esprits à peine sortis de la barbarie. (xiv, 1895, pp. 124-125)

20En 1887, la revue édite même un Parnasse de la Jeune Belgique. Quelques années plus tard, en 1893, nous lisons qu’à l’instar de la réaction contre « l’amorphisme décadent » en France, Iwan Gilkin, Albert Giraud, François Severin et Valère Gille annoncent un « rappel à l’ordre » :

Le Parnasse n’eut jamais d’autre religion que le culte de la forme parfaite et de la beauté pure, de l’art désintéressé de tout, sauf de lui. Et il ne connut jamais d’autre discipline commune que le respect de la langue et des règles fondamentales que la nature de la langue impose aux poètes français […]. Nous espérons que le Parnasse de 1893 sera le digne pendant du Parnasse de 1866 […]. Ce rappel à l’ordre, s’il est nécessaire en France, l’est encore plus en Belgique. (xii, 1893, pp. 166-167)

21Ce fragment invite à situer la poésie belge par rapport à la poésie française : le rappel à l’ordre est considéré comme étant plus vivement sollicité en Belgique qu’en France. Il y a donc lieu de parler d’échanges entre la Belgique et la France : les Jeune Belgique imitent et s’approprient le Parnasse français. Mais les poèmes de la Jeune Belgique sont-ils tous parnassiens et les échanges sont-ils exclusivement franco-belges ? Voyons la traduction suivante, parue dans la section « Littérature anglaise » :

Le sommeil de ma sœur

Elle tomba endormie la veille de Pâques :
Enfin l’ombre longtemps refusée
À ses paupières fatiguées et trop lourdes
Put encore soulager ses souffrances - mais rien de plus.
[…]


Traduction littérale de Georges Destrée
(x, 1891, pp. 379-380)


My sister’s sleep

She fell asleep on Christmas Eve :
At length the long-ungranted shade
Of weary eyelids overweigh’d
The pain nought else might yet relieve.
[...]


Dante Gabriel Rossetti

22Le poème original anglais, que la Jeune Belgique ne reproduit pas, fut publié en 1850 dans le journal préraphaélite The Germ. Rossetti y fait usage d’un mètre ancien, devenu célèbre suite à la publication du poème In Memoriam de Tennyson quatre mois après dans la même revue26. Il s’agit notamment du tétramètre iambique (composé de quatre iambes : v - ) en combinaison d’une rime embrassée (ABBA). La traduction nous apprend cependant que Destrée ne reprend pas la prosodie anglaise caractérisée par des syllabes accentuées et inaccentuées et qu’il n’opte pas davantage pour le système syllabique français où le mètre l’importe sur le rythme. Nous avons donc affaire à une « traduction littérale », comme le suggère le traducteur lui-même, privilégiant le contenu du poème au détriment de la forme prosodique, car ni la rime ni le mètre ne sont retenus. Une telle approche va à l’encontre des principes poétiques généraux de la Jeune Belgique27. Certes, on observera l’importance du rythme phrastique comme chez Gustave Kahn ou Émile Verhaeren, mais faut-il pour autant y voir un exemple de vers-librisme ? Rien n’est certain.

23Comme quoi, la structure des échanges littéraires se complexifie singulièrement. À côté d’échanges directs entre la poésie belge et anglaise, les échanges indirects (entre les systèmes prosodiques) déplacent le texte traduit dans une zone marginale de la revue. Désapprouvé dans les textes critiques, comme nous l’avons vu dans le compte rendu de l’Almanach de Verhaeren cité plus haut, le vers libre fait son entrée en filigrane dans la Jeune Belgique.

24Revenons à la série de poèmes de Khnopff pour examiner de plus près la thématique. Dans le premier poème, le poète chante sa tristesse devant ce « paysage moderne » qui n’est plus celui des « cloches » et des « plaines ». Pareille tristesse dans le deuxième : les cloches ne sonnent plus comme avant. Même si le premier poème présente à première vue une déterritorialisation, car l’espace décrit reste abstrait, l’usage de termes spécifiques comme « plaines », « cloches », « le bleu calme de la mer », reproduit les topographies formulées par les poètes flamands francophones qui vantent leur pays natal de Flandre. Parallèlement, dans les poèmes suivants, Khnopff enchaîne avec l’évocation de « cloches carillonnant matines » (deuxième poème) ou de « brumes sanguinolentes » (troisième poème).

Matin angélique

                          Pour Albert Giraud

Fluides, ronflantes, fêlées,
Sur les plaines contemplatives,
Fluides, rieuses, plaintives,
Les cloches, les cloches ailées !

Cloches d’or, cloches enfantines,
Si loin ! tintantes, affaiblies,
Aux petites villes pâlies
Cloches carillonnant matines.

Oh ! lentes, par bribes, oh ! lentes
Sonnent, lentes, atténuées,
Les plaintives exténuées,
Oh ! lentes, lourdes, indolentes !

Alouettes tirelirantes
Cloches dans les plaines rosées,
Cloches titillant aux croisées
Des petites villes souffrantes ;

[…]

L’heure sur les cloches fêlées,
O l’église contemplative
L’heure idéalement plaintive
Des âmes au loin en allées !

Georges Khnopff (iv, 1885, pp. 204-205)

25Il va de soi que ces topographies relèvent du « mythe nordique28 » : les poètes francophones de Belgique ont cherché à élaborer une thématique « du nord » et plus spécifiquement « de la Flandre » afin de donner du contrepoids (en français et non pas en flamand) à la littérature de France. Il est à ce propos notable que le mythe nordique est quasi absent dans la poésie de la Jeune Belgique. Les poètes flamands francophones chantent la Flandre ailleurs, comme dans la Revue de Belgique29, ou plus tard, après avoir quitté la Jeune Belgique30. Leur départ va sonner le glas de la revue. On voit donc que l’insertion mitigée de traits topographiques flamands vise à doter d’une relative spécificité belge le modèle parnassien. Le caractère implicite de pareille démarche se laisse parfaitement concilier avec le discours dominant de la revue.

Épilogue

26Nous avons entamé cet article par une double hypothèse : la revue agit comme lieu d’inscription de la poésie en Belgique et l’approche polysystémique permet d’étudier les modalités de cette inscription. Supposant que les littératures en Belgique (francophone, flamande, française, anglaise,…) entretiennent des relations systémiques31, nous avons estimé que des échanges ont lieu entre ces différents systèmes, même à l’intérieur d’une revue maniant une conception littéraire et esthétique précise. Nous avons soumis la Jeune Belgique à ce test et nous avons constaté que des échanges se produisent en effet sur différents plans. Tantôt les échanges sont symétriques, comme entre la poésie belge et française, tantôt ils s’opèrent de façon asymétrique, notamment sous la forme de traductions. La combinaison d’une forme parnassienne française et d’une thématique flamande, comme nous l’avons vu chez Georges Khnopff, relève d’échanges partiels. De ce point de vue, le discours officiel de la Jeune Belgique (ce « soyons nous », ce soyons originaux à l’honneur d’une poésie « belge » et « parnassienne ») contraste vivement avec ce qu’elle donne à voir au sein de ses colonnes. Il nous semble donc toucher là l’un des traits spécifiques de la littérature en Belgique à la fin du xixe siècle. 

27Qu’on n’en déduise pas qu’une seule revue puisse donner un échantillonnage représentatif de la production poétique. Ainsi, radicalement opposé à la Jeune Belgique, l’Art moderne dénoncera l’adage parnassien de « l’art pour l’art » pour prôner une poésie sociale. Si l’on veut donc mieux comprendre le développement de la poésie au xixe siècle, il est nécessaire de réunir une série de revues qui non seulement représentent l’éventail de prises de position et de modalités interlittéraires, mais également les luttes internes au sein du paysage poétique belge. De cette sorte, les revues peuvent aider à reconsidérer l’histoire de la poésie en Belgique francophone au xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Berg (Christian), « La fin du xixe siècle en France et en Belgique : prolégomènes à une approche systémique des champs littéraires », dans France-Belgique (1848-1914) : affinités, ambiguïtés, sous la direction de Marc Quaghebeur & Nicole Savy, Bruxelles, Labor, 1997, pp. 461-475.

Berg (Christian), « La fin-de-siècle en Belgique comme polysystème », dans Comparative literature now : theories and practice - La littérature comparée à l'heure actuelle : théories et réalisations, sous la direction de Steven Tötösy de Zepetnek, Milan V. Dimic & Irene Sywenky, Paris, Champion, 1999, pp. 271-281 

Canadian Review of Comparative Literature - Revue canadienne de littérature comparée, vol. 24, n° 1, 1997.

Codde (Philippe), « Polysystem Theory Revisited. A New Comparative Introduction », Poetics Today, vol. 24, n° 1, 2003, pp. 91-126.

De Geest (Dirk), Literatuur als systeem, literatuur als vertoog. Bouwstenen voor een functionalistische benadering van literaire verschijnselen, 1996, Leuven, Peeters.

D'hulst (Lieven), « Comparative Literature versus Translation Studies : Close Encounters of the Third Kind ? », The European Review, vol. 15, n° 1, 2007a, pp. 95-104.

D’hulst (Lieven), « Intra- and intersystemic relations in the Caribbean : A research project », dans Caribbean Interfaces, sous la direction de Lieven D’hulst, Jean-Marc Moura, Liesbeth De Bleeker & Nadia Lie, Amsterdam, Rodopi, 2007b, pp. 235-245.

Even-Zohar (Itamar), Papers in Historical Poetics, Tel Aviv, Porter Institute, 1978.

Even-Zohar (Itamar), « Polysystem Studies », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990a, pp.1-268.

Even-Zohar (Itamar), « The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem »,  Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990b, pp. 9-51.

Even-Zohar (Itamar), « Laws of literary interference », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990c, pp. 53-72.

Even-Zohar (Itamar), « Factors and Dependencies in Culture : A revised Outline for Polysystem Culture Research », Canadian Review of Comparative Literature - Revue canadienne de littérature comparée, vol. 24, n° 1, 1997.

Even-Zohar (Itamar), Papers in Culture Research, http://www.even-zohar.com, 2005.

Gouvard (Jean-Michel), La Versification, Paris : PUF, 1999.

Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Les Avant-gardes littéraires en Belgique, sous la direction de Jean Weisgerber, Bruxelles, Labor, 1991, pp. 101-110.

Lambert (José), « L’éternelle question des frontières : littératures nationales et systèmes littéraires », dans Langue, dialecte, littérature, sous la direction de Christian Angelet & Ludo Melis, Leuven, Leuven University Press, 1983, « Études romanes à la mémoire de Hugo Plomteux », pp. 355-370.

Lambert (José), « Translation, systems and research : the contribution of polysytem studies to translation studies », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 13, n° 1, 1995, pp. 105-152.

Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme et avant-garde. Le réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, ULg, 2007 (thèse disponible en ligne : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/).

Mortelette (Yann), Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005.

Rossetti (Dante Gabriel), The Poetical Works, Boston, Little Brown, vol. 1, 1913, pp. 173-174, [Text scanned, edited, formatted, and linked by George P. Landow.], (http://www.victorianweb.org/authors/dgr/8.html) [30/07/2008].

Toury (Gideon), Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1995.

Vandemeulebroucke (Karen), « Les lettres parisiennes de Georges Rodenbach : contestation ou confirmation du mythe nordique », Cahiers du xixe siècle, à paraître.

Vandemeulebroucke (Karen), « Presence and Treatment of English Poetry in Nineteenth-Century Belgian Literary Periodicals », dans Crossing Cultures : The Nineteenth-Century Distribution of English Literatures in the Low Countries, sous la direction de Tom Toremans & Walter Verschueren, Leuven, Leuven University Press, à paraître.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations tirées de la Jeune Belgique sont insérées entre parenthèses dans le corps du texte. Elles sont référencées par mention du numéro de tome, suivi de l’année de parution et des numéros de page [NDLR].
2  Marneffe, de (Daphné), Entre Modernisme et avant-garde. Le réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, ULg, 2007 (thèse disponible en ligne : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/).
3 Voir également sa contribution dans ce volume.
4 Pour un aperçu détaillé de la théorie du polysystème, y compris des critiques formulées à l’adresse de celle-ci, voir l’article de Codde (Philippe), « Polysystem Theory Revisited. A New Comparative Introduction », Poetics Today, vol. 24, n° 1, 2003, pp. 91-126. Voir également De Geest (Dirk), Literatuur als systeem, literatuur als vertoog. Bouwstenen voor een functionalistische benadering van literaire verschijnselen, 1996, Leuven, Peeters et la Canadian Review of Comparative Literature - Revue canadienne de littérature comparée, vol. 24, n° 1, 1997. Dans le sillage d’Even-Zohar, Lieven D’hulst a, parmi d’autres, appliqué la théorie des systèmes aux lettres francophones. Voir entre autres D’hulst (Lieven), « Comparative Literature versus Translation Studies : Close Encounters of the Third Kind ? », The European Review, vol. 15, n° 1, 2007, pp. 95-104 et Idem, « Intra- and intersystemic relations in the Caribbean : A research project », dans Caribbean Interfaces, sous la direction de Lieven D’hulst, Jean-Marc Moura, Liesbeth De Bleeker & Nadia Lie, Amsterdam, Rodopi, 2007, pp. 235-245.
5 Voir notamment Even-Zohar (Itamar), Papers in Historical Poetics, Tel Aviv, Porter Institute, 1978 ; Idem, « Polysystem Studies », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990a, pp. 1-268 ; Idem, Papers in Culture Research, http://www.even-zohar.com, 2005.
6 Codde (Philippe), art. cit., p. 113.
7 Even-Zohar (Itamar), « Laws of literary interference », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990c, p. 54, dans Codde (Philippe), art. cit., p. 114.
8 Cette notion est liée à celle de « tranfert culturel ». Voir la contribution de Marjet Brolsma dans ce numéro.
9 Codde (Philippe), art. cit., p. 114.
10 Voir entre autres Toury (Gideon), Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1995 ; Lambert (José), « Translation, systems and research : the contribution of polysytem studies to translation studies », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 8, n° 1, 1995, pp. 105-152.
11 Lambert (José), « L’éternelle question des frontières : littératures nationales et systèmes littéraires », dans Langue, dialecte, littérature, sous la direction de Christian Angelet & Ludo Melis, Leuven, Leuven University Press, 1983, « Études romanes à la mémoire de Hugo Plomteux », pp. 355-370 ; Berg (Christian), « La fin du xixe siècle en France et en Belgique : prolégomènes à une approche systémique des champs littéraires », dans France-Belgique (1848-1914) : affinités, ambiguïtés, sous la direction de Marc Quaghebeur & Nicole Savy, Bruxelles, Labor, 1997, pp. 461-475 ; Berg (Christian), « La fin-de-siècle en Belgique comme polysystème », dans Comparative literature now : theories and practice - La littérature comparée à l'heure actuelle : théories et réalisations, sous la direction de Steven Tötösy de Zepetnek, Milan V. Dimic & Irene Sywenky, Paris, Champion, 1999, pp. 271-281.
12 Even-Zohar, Even-Zohar (Itamar), « The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990b, p. 47, dans Codde (Philippe), art. cit., p. 115.
13 Even-Zohar (Itamar), art. cit., 1990a, p. 13, dans Codde (Philippe), art. cit., p. 113.
14 Par analogie avec les « petites » revues, selon la terminologie de Remy de Gourmont.
15 Le même constat vaut d’ailleurs pour les textes à l’intérieur d’une revue. Ces principes seront appliqués au corpus de notre thèse de doctorat.
16 Even-Zohar (Itamar), op. cit., 1978, p. 297.
17 Even-Zohar (Itamar), « Factors and Dependencies in Culture : A revised Outline for Polysystem Culture Research », Canadian Review of Comparative Literature - Revue canadienne de littérature comparée, vol. 24, n° 1, 1997, p. 32.
18 Even-Zohar (Itamar), art. cit., 1990a, p. 10.
19 Remarquons que Daphné de Marneffe (op. cit., pp. 17-29) refuse pour cette même raison, à côté d’autres, de parler d’un « champ de revues. »
20 Codde (Philippe), art. cit., pp. 107-108. Pour les différences entre les deux approches, consulter également De Geest (Dirk), op. cit.
21 Georges Khnopff, poète et musicien belge, collaborateur de la Jeune Belgique tout comme son frère Fernand, voit plusieurs de ses poèmes publiés dans la revue entre 1883 et 1886.
22 Un exemple saillant est le poème suivant de l’auteur belge Louis Mercier, dans lequel le titre est en même temps une dédicace au « Maître » français Victor Hugo : « À Victor Hugo// Âpre comme les monts de notre Séquanie // Mais sublime comme eux, ô Maître, ton génie » (i, 1881, p. 114). Notons que deux autres poèmes portent le même titre. Ils sont publiés dans la Jeune Belgique à l’occasion du décès de Hugo :  le premier est écrit par Albert Giraud (iv, 1885, pp. 312-313), le second, datant originairement de 1852, par André Van Hasselt (iv, 1885, pp. 315-316).
23 Voir Gouvard (Jean-Michel), La Versification, Paris : PUF, 1999, pp. 108-109.
24 Le Parnasse est une école de poètes français rassemblés de 1866 à 1876 autour du périodique littéraire le Parnasse contemporain, illustré par Leconte de Lisle, Théophile Gautier, Théodore De Banville, José-Maria de Heredia, Sully Prudhomme, François Coppée et d’autres encore. Au confluent des mouvements littéraires du xixe siècle, le Parnasse a joué un rôle essentiel dans l’évolution de la poésie : il a renouvelé le romantisme, préparé le symbolisme, tout en résistant au réalisme (Mortelette (Yann), Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005, p. 10). À l’épanchement personnel des poètes romantiques, les Parnassiens opposent une poésie impassible. Contre l’engagement du poète romantique dans les luttes sociales, ils ont cultivé une retraite hautaine, vouée à la célébration de la beauté formelle, de la forme impérissable. Le poète devient ainsi sculpteur.
25 Voir ci-dessous.
26 Ce mètre est appelé désormais In Memoriam Stanza. Voir Rossetti (Dante Gabriel), The Poetical Works, Boston, Little Brown, vol. 1, 1913, pp. 173-174, [Text scanned, edited, formatted, and linked by George P. Landow.], http://www.victorianweb.org/authors/dgr/8.html [30/07/2008].
27 D’autres fois, les traducteurs de la Jeune Belgique ne conservent pas non plus la forme métrique de l’original (anglais, allemand, …) mais ils optent pour le système syllabique français. La traduction par Iwan Gilkin du poème Israfel d’Edgar Allan Poe (vii, 1888, pp. 350-351) en est un bon exemple. Les traductions dites « littérales » sont cependant beaucoup plus fréquentes. Voir notre article « Presence and Treatment of English Poetry in Nineteenth-Century Belgian Literary Periodicals », dans Crossing Cultures : The Nineteenth-Century Distribution of English Literatures in the Low Countries, sous la direction de Tom Toremans & Walter Verschueren, Leuven, Leuven University Press, à paraître.
28 Voir entre autres Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Les Avant-gardes littéraires en Belgique, sous la direction de Jean Weisgerber, Bruxelles, Labor, 1991, pp. 101-110 et Vandemeulebroucke (Karen), « Les lettres parisiennes de Georges Rodenbach : contestation ou confirmation du mythe nordique », Cahiers du xixe siècle, à paraître.
29 « La mer du Nord » de Georges Rodenbach publié dans la Revue de Belgique en 1881 (xxxviii, p. 26) en constitue un bel exemple.
30 On citera par exemple le cycle Toute la Flandre comportant cinq recueils d’Émile Verhaeren (1904-1911).
31 L’approche polysystémique demande également d’étudier l’influence de systèmes non-littéraires sur la littérature, aspect qui n’a pas été abordé dans cet article.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karen Vandemeulebroucke, « La revue comme lieu d’inscription de la poésie en Belgique à la fin du XIXe siècle : apports de l’approche systémique », COnTEXTES [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 28 octobre 2008, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://contextes.revues.org/3873 ; DOI : 10.4000/contextes.3873

Haut de page

Auteur

Karen Vandemeulebroucke

KULeuven

Articles du même auteur

Haut de page