Navigation – Plan du site

Compte rendu de Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle.

Paris, Seuil, coll. « Poétique », 2007.
Valérie Stiénon

Texte intégral

1 Cet ouvrage est sans conteste de ceux à propos desquels il arrive qu'on se demande rétrospectivement comment on parvenait à s'en passer avant leur parution. En le dotant d'un outil de vulgarisation scientifique exigeant, fort de la légitimité d'une maison d'édition prestigieuse et rendu particulièrement lisible à travers le calibrage de la collection « Poétique », ce livre emblématise le tournant amorcé depuis une dizaine d'années dans les études littéraires, particulièrement sous l'impulsion de Marie-Ève Thérenty dont les recherches et les co-directions d'ouvrages collectifs avec Alain Vaillant ont donné lieu à de nombreuses publications et journées d'étude consacrées au vaste domaine d'investigation qui s'ouvrait autour d'une histoire et d'une poétique littéraires de la presse. Seul un travail de groupe semblait pouvoir rendre compte de la complexité et des nombreuses facettes du sujet, raison pour laquelle cette orientation de la recherche s'est employée à multiplier les rencontres et à croiser les points de vue.

2 Une poétique du médium journalistique est bien davantage qu'une question de bibliographie matérielle ou une description du support. Elle intègre plus globalement des considérations sur la constitution et l'évolution des systèmes d'écriture, leurs dynamiques génériques, leurs hybridations. Elle convoque conjointement la stylistique, la narratologie, la rhétorique et la pragmatique, les théories de l'énonciation et d'analyse du discours, l'histoire culturelle des pratiques de l'objet-livre et de l'objet-journal, ainsi que la sémiotique des représentations convoquant ces objets éminemment sociaux.

3 Le changement de paradigme dont se réclament ces travaux s'est opéré par extension et transposition des outils et méthodes d'étude du littéraire à un objet non seulement longtemps déconsidéré comme illégitime, mais surtout prisonnier d'une irréductible opposition à la littérature depuis les premiers moments de l'autonomisation du champ littéraire. Le déni des écrivains à l'égard du journalisme et l'idéologie sécrétée par ce procès d'autonomisation ont longtemps occulté les collusions manifestes de la littérature avec la presse. Travailler à rebours de ces discours et de ces représentations, c'est aussi aller à l'encontre de l'observation exclusive et essentialisante du littéraire, contre laquelle s'est également développée la sociologie de la littérature. Le regard sur l'objet a donc désormais changé, il reste à en prendre pleinement acte : la presse constitue, elle aussi, un vaste réservoir de micro-genres en constante évolution, un terrain très riche d'innovations stylistiques et un formidable laboratoire de postures auctoriales et de manières de se dire (non-)écrivain.

4 L'ouvrage justifie son approche en s'appuyant sur cet apparent paradoxe selon lequel la littérature en est venue à se définir par opposition aux pratiques journalistiques alors que c'est elle qui fournit initialement son matériau à la presse. Dès sa naissance, le journal puise dans la littérature. Au moment où n'existe aucun véritable protocole d'écriture du journal, le « grand » journaliste se définit par son style littéraire. Ce phénomène demande à être questionné après sa longue minimisation en raison de l'état actuel de la presse résultant d'une professionnalisation du métier, d'une régularisation des statuts et du formatage de codes loin d'être fixés au XIXe siècle.

5 Dans la mouvance du siècle se produisent les changements qui font que l'écrivain publiciste et échotier de 1830 cède progressivement la place au grand reporter à la fin du siècle. Le tournant de 1850-1860 est le témoin du passage d'entreprises monographiques et auctoriales (l'auteur fondant son journal et y contribuant presque en intégralité) à des réalisations collectives dans des rubriques de plus en plus hybrides et polyphoniques. Un intérêt majeur de cette étude centrée sur le quotidien parisien – support le plus généraliste et le plus génériquement créatif, dont la presse régionale assure régulièrement le démarquage – est de situer très précisément ces poétiques d'écriture en diachronie, dans la dynamique de leurs réélaborations successives. Une telle « chronologie stylistique du périodique » (p. 122) réintroduit le facteur temps dans l'évolution des formes et des esthétiques à partir de leur observation interne – on appréciera par exemple une « histoire de la rubrique » (pp. 80-82) – et non comme cadre rigide ou principe transcendant qui prédéterminerait d'emblée les genres d'écriture. C'est dire que cette étude est bien davantage qu'un panorama de l'évolution en trois phases bien connues : presse élitiste d'opinion, presse populaire, modèle informationnel à l'anglo-saxonne.

6 Examinant ces transactions esthétiques et ces forces de renouvellement de l'écriture, Thérenty opte pour une modélisation explicative sous la forme très schématique de deux matrices en interactions, offrant une combinatoire à haut potentiel heuristique : d'un côté, la presse et ses quatre principes fondamentaux (périodicité, collectivité, rubricage, actualité), de l'autre la littérature, avec ses deux types de traitement de l'information (fictionnalisation et ironisation) et deux modalités de mise en forme du discours (modèle conversationnel et écriture intime). Sont ainsi considérés des systèmes de médiation, de filtrage et de retraduction des discours sociaux, autrefois perçus comme antagonistes mais gagnant à être réévalués à la lumière l'un de l'autre. Thérenty n'ignore pas l'ambiguïté inhérente à cette approche : pourquoi persister à distinguer deux systèmes que l'ouvrage nous montre comme constitués dans la réciprocité et par imbrication mutuelle ? Le terme « matrice » doit en réalité s'entendre au sens le plus large, comme faisceau de caractéristiques éminemment reconfigurables selon la densité et la diversité des échanges au sein de ce vaste laboratoire des poétiques d'écriture. Évitant de surfaire quelques caractéristiques considérées tantôt comme des « règles » (p. 46), tantôt comme des « principes stables dans leur essence » (p. 47), l'ouvrage montre en quoi elles sont au contraire modulables et renégociables.

7 La matrice médiatique est particulièrement intrusive et expansive. L'écriture oblique et le système des rubriques permet aisément d'infléchir les lignes éditoriales des périodiques, quitte à cultiver les décrochages en série et les effets de contre-voix. L'emplacement en bas de page du feuilleton constitue d'ailleurs emblématiquement un lieu de contre-discours par rapport au premier-Paris du haut de page.

8 La matrice littéraire permet quant à elle de réévaluer la dichotomie fictionnel/factuel : la fiction perdure dans la presse de la fin du siècle, fût-ce en étant convoquée sous la forme plus discrète de l'intertextualité qui offre l'avantage de ne pas contrecarrer la fonction informative du journal (p. 148) ou à travers la fictionnalisation légère du fait-divers par retravail des clichés sociaux, de sorte qu'il n'est pas difficile de trouver les moyens d'exporter la fiction hors de l'emplacement du roman-feuilleton lorsque, par exemple, ce dernier est taxé suite à l'amendement Riancey d'août 1850. Les raisons de cette permanence de la fiction résident dans le fait qu'il s'agit d'un mode de lisibilité textuelle communément partagé (pp. 150-151), voire du modèle cognitif dominant, comme l'a montré Marc Angenot en désignant « romanesque général » la prégnance d'une « gnoséologie narrative » à cette époque.

9 L'examen du développement conjoint de l'écrit collectif et de son envers, l'écriture de l'intime, montre qu'en dépit de sa collectivisation de l'écriture, c'est par l'individu que le journal assure sa part d'ancrage mémoriel. Les fragments de discours personnel dans le journal constituent moins des digressions que des opérations de recentrage du monde à travers le prisme d'un je traversé par le culturel et le social (p. 203). Ce constat éclaire le compromis spécifique du journalisme à la française, élaboré notamment à partir de Victor Hugo à travers le genre de « la chose vue » qui place l'événement au centre de l'écriture tout en préservant une subjectivité omnisciente.

10 À la suite du détail des enjeux inhérents au fonctionnement de chacune des matrices, la troisième partie de l'ouvrage met en évidence quatre genres journalistiques modernes : la chronique, le reportage, le fait divers et l'interview. Régimes de narrativité et emplacements des rubriques apparaissent comme des critères fondamentaux pour en rendre compte. La chose vue, l'esprit-Paris, l'écho et bien d'autres micro-genres témoignent d'une créativité par hybridation des protocoles d'écriture, ici considérés à la lumière du système générique global du journal, à travers des éclairages ponctuels par « binômes opératoires » (p. 208). C'est dans la dynamique de leurs interférences que ces micro-formes révèlent tous leurs enjeux, « poétique » est donc loin de s'entendre au sens statique, taxinomique et nomenclateur du terme.

11 On apprend tour à tour que le premier-Paris est longtemps demeuré un bastion de l'ancienne rhétorique et constitue le seule genre journalistique hérité du XVIIIe siècle, que l'écriture de la chronique est traversée de nombreuses tensions, entre participation directe et écriture oblique, entre connivence élitiste (façon Vicomte de Launay, alias Delphine de Girardin) et popularisation (façon Timothée Trimm, alias Léo Lespès), que le fait divers se fonde sur l'accumulation hétéroclite et relève de l'événement non actualisé, occultant largement son temps, son lieu et son procès (p. 275), ce qui fait de lui un réservoir idéal d'intrigues et de scènes à faire, ou encore que le grand reportage renforce la personnalisation de l'écriture à des fins de sensationnalisation de l'événement, par opposition à un rendu neutralisant du fait.

12 Sont ainsi examinées les incidences de la médiation sur la mise en forme de l'événement, ce qui touche aux codes culturels d'une époque. Différents régimes cognitifs coexistent dans la presse. Le fait divers tend à effacer les indices de l’observation et de l’énonciation, tandis que le reportage et l'interview exposent la présence de l’observateur et explicitent ses protocoles d’observation. Le passage à une hypothétique objectivité à la fin du siècle se trouve nuancé par l'analyse de la montée en puissance au milieu du siècle d'un paradigme de la chose vue, à l'origine d'un journalisme d'observation basé sur la dramatisation auctoriale du je observateur générant de nouvelles scénographies de l'information.

13 Il convient également de souligner la richesse documentaire de cette étude, qui ne se limite pas à consigner les caractéristiques de l'écriture journalistique, s'employant aussi à les inscrire dans les moeurs et dans les manières d'être écrivain-journaliste, ce qui conduit par exemple à considérer l'émergence de la pratique du voyage journalistique prenant le pas sur la promenade culturelle (pp. 293-302). Voyageur et reporter se distinguent textuellement par leur ethos, l'un s'intéressant au pérenne anthropologique, l'autre captant l'événement dans son instant.

14 L'ouvrage se clôt par la stimulante esquisse d'une étude diachronique de la sémiotique du journal comme élément signifiant dans la fiction romanesque et pivot de tout un système de représentations littéraires : caractérisation de l'idéologie des personnages, économie narrative par diffusion d'informations concernant l'univers fictionnel, mises en abyme d'une communication médiatisée, etc.

15 Remarquable par la virtuosité de l'articulation des généralisations et des micro-analyses, impeccable dans la convocation de l'exemple, agréable par l'art de la formule qui ponctue le commentaire de plusieurs extraits piquants judicieusement choisis, ce parcours dans un corpus de très grande ampleur explore et démonte bon nombre de fausses contradictions : le surgissement de l'intime dans l'écriture collective, la fictionnalisation de l'information à l'heure de la professionnalisation du journalisme, le parasitage de la rubrique par la souplesse des transformations génériques, etc.

16 Bréviaire des chercheurs occupés à exhumer les foisonnantes colonnes des périodiques modernes, cet ouvrage propose un autre point de vue sur l'autonomisation du littéraire au XIXe siècle, révélant l'inanité des clivages trop stricts entre l'atelier du journal et le panthéon littéraire. Son principal apport est sans doute de structurer, en les synthétisant efficacement, les acquis des travaux très hétéroclites qui existaient dans le domaine des interactions entre presse et littérature : poétique d'un sous-genre (fait divers, reportage), monographie d'un périodique, trajectoire d'un écrivain-journaliste, anthologies sur le roman-feuilleton. La matière était là, les pistes étaient tracées, encore fallait-il les compiler en leur ménageant une ouverture prospective. C'est chose faite : la discipline s'enrichit de la synthèse ouverte qui lui manquait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Compte rendu de Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle. », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 07 novembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/3902

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

FNRS-ULg

Articles du même auteur

Haut de page