Navigation – Plan du site

Compte rendu de Pequignot (Bruno), La question des œuvres en sociologie des arts et de la culture

Paris, éditions de l’Harmattan, « Logiques sociales », 2007, 307 p.
Camille Renard

Entrées d'index

Mots-clés :

Sociologie de l'art
Haut de page

Texte intégral

1Avant d’ouvrir l’ouvrage, un conseil au lecteur peut s’avérer utile : fournir un effort d’abstraction vis-à-vis du titre, La question des œuvres en sociologie des arts et de la culture. Afin d’échapper au caractère déceptif de cette publication, dépit que certains critiques n’ont pas tenté de dissimuler1, il s’agit en effet de ne pas considérer le titre comme programmatique. Si l’on cherche à trouver dans l’ouvrage du sociologue et théoricien de l’art une réponse, voire une authentique interrogation concernant le statut des œuvres en sociologie des arts, le risque est grand de voir ses attentes contrariées. Si en revanche, il est admis que le titre ne détermine pas le contenu de l’ouvrage, alors la lecture peut s’avérer fructueuse. Loin de constituer une argumentation raisonnée vers la résolution d’une problématique, les différents chapitres consistent en une somme de contributions scientifiques, parfois sans lien explicite entre elles, et le plus souvent sans aucune relation avec la question liminaire. Ce qui n’en ruine pas l’apport pédagogique et épistémologique, voire la portée heuristique pour appréhender le champ disciplinaire en jeu, celui de la sociologie des arts et de la culture.

Une insertion implicite de l’œuvre d’art dans les logiques sociales

2L’ouvrage est découpé en trois parties, elles-mêmes subdivisées en plusieurs chapitres. Le premier temps de la réflexion, intitulé « Définition du champ disciplinaire : objets et limites », s’atèle à la tâche de caractériser l’art. Le deuxième, sans titre, revêt un caractère historique en mettant en valeur quelques figures paradigmatiques dans la genèse de la discipline. Le troisième, « Quelques catégories et concepts », s’attache à examiner divers enjeux polémiques qui innervent le champ de la sociologie des arts et de la culture.

3Or à chaque étape de ce parcours, un fil rouge implicite est perceptible au-delà de la diversité éclatée des thèmes qui s’égrènent au gré des contributions. Ce qui apparaît comme la trame argumentative de l’ouvrage est restitué de façon plus prégnante dans la première partie : il s’agit de justifier la sociologie des œuvres comme pratique légitime en définissant la production artistique comme partie intégrante d’une « dynamique sociale » selon les termes de Roger Bastide, que Bruno Péquignot aime à citer.

4Chaque chapitre de la première partie apparaît ainsi à première vue comme une étape dans un processus définitionnel cherchant à caractériser la nature de l’art. La démarche s’apparente dans ce sens, sans toutefois le revendiquer, à la méthode aristotélicienne, qui dans le livre VI de l’Ethique à Nicomaque2 définit l’art négativement, par opposition à ce qu’il n’est pas. L’art ne peut ainsi être assimilé à la culture ni à l’idéologie (chapitre 1), il se distingue de la science (chapitre 4), ne peut se réduire à la communication d’un message explicite, à une expression, à un langage (chapitre 3). La rigueur méthodologique est ici assurée par un regard philosophique qui fait ses preuves quant à une approche épistémologique en sociologie. Bruno Péquignot, qui se place sous le patronage d’une conception  bachelardienne de la science, modèle permanent d’une rupture épistémologique salvatrice pour les sciences sociales vis-à-vis du modèle positiviste, multiplie les références philosophiques et scientifiques. Cette transversalité des champs de référence passe des classiques de sociologie des arts (Baxandall, Francastel, Bourdieu, Heinich), aux domaines aussi variés que l’épistémologie des sciences de la nature (Canguilhem), la philosophie (Marx, Althusser) ou la théorie des arts (Godard, Léonard de Vinci). Ce foisonnement du cadre de réflexion confère au texte une dimension à la fois séduisante et crédible, dans le sens d’une appréhension des enjeux multiformes concernant l’objet artistique.

5Mais derrière ce premier plan se profile le processus argumentatif implicite qui veut faire de l’œuvre d’art une réalité sociale. Jamais ce fil conducteur n’est exprimé tel quel. On peut regretter que Bruno Péquignot n’explicite pas davantage ses objectifs ; la cohérence de cette suite de textes en est diminuée. Il s’avère ainsi nécessaire d’être un lecteur averti, conscient des enjeux de la sociologie des arts, afin de parvenir à remettre en perspective la pertinence de chaque texte, véritable strate définitionnelle au sein d’un processus plus vaste.

6Cette double logique – qui caractérise la nature de l’art et qui argumente dans le but de légitimer la sociologie des œuvres – contribue sans doute à brouiller la compréhension de l’enjeu implicite de cette première partie. Mais elle n’hypothèque pas pour autant une richesse et une pertinence dans le choix des références et une précision pédagogique dans l’explication des différentes postures sociologiques. Cette précision est révélée à travers un examen très serré des textes pris comme appui de la réflexion. On assiste en effet parfois à de petites explications de textes, suivant ligne par ligne le propos de l’auteur de référence. L’analyse de la position de Charles Fourier dans le chapitre 5 par exemple illustre parfaitement à la fois ce souci de la lettre du texte, et le caractère double – explicitement définitionnel et implicitement argumentatif – des chapitres de la première partie. Bruno Péquignot reprend en effet dans cette contribution le premier de ses exemples concernant la relation entre art et science, Charles Fourier. Ce recours au théoricien se justifie par le fait qu’il invite savants et artistes à soutenir son projet de réorganisation de la vie sociale. Pointe ainsi dans l’argumentation du sociologue ce qui semble constituer l’enjeu classique et néanmoins fondamental en sociologie des arts sous-tendant cette première partie : lutter contre l’idée d’une autonomie, d’une autotélie de l’art pour en affirmer le caractère profondément social. Comment Bruno Péquignot réalise-t-il cet objectif à travers l’exemple de Fourier et son appréhension des artistes  ? L’auteur insiste d’abord chez Fourier sur l’importance pour les artistes de la reconnaissance sociale, qui passe notamment par la reconnaissance financière. Il s’agit de leur assurer dans l’Etat sociétaire proposé par Fourier « gloire et fortune » (p. 86). De là, le lecteur est implicitement conduit à s’écarter de la conception de l’artiste-génie, cristallisation de l’idéalisme romantique : l’artiste comme être isolé, pauvre, naturellement doué, et par conséquent radicalement coupé des logiques sociales. Or l’artiste et sa production sont bien pour Bruno Péquignot immergés dans les logiques sociales, où l’argent détient une réalité et un sens. Sous couvert de présenter la pensée de Charles Fourier, Bruno Péquignot revendique une logique de désacralisation de l’art, à travers l’introduction de la valeur de l’argent, dans ce qu’il peut avoir de trivial, au sein de l’appréhension de l’œuvre d’art. Or cette fois encore, le lien entre l’objet formulé du texte et la perception des enjeux qu’il soulève n’est pas explicite, et nécessite par-là une lecture active, restituant à ces explications de textes leur portée dans la problématique générale de l’ouvrage.

7La deuxième partie de l’ouvrage, qui, de façon cohérente dans une démarche pédagogique, succède à un premier temps de définition des objets, introduit une perspective historique, en passant en revue différentes postures sociologiques : Francastel, Duvignaud, Goldmann, Dewey, Bourdieu, et développe une question, dont l’importance dans l’histoire des idées justifie la place : la théorie du reflet. En une genèse de différents moments qui ont fondé l’histoire de la sociologie des arts et de la culture, Bruno Péquignot dresse une suite de courtes monographies, justifiées par le fait que « ce qu’il y a de vrai dans une recherche reste, quelles que soient les avancées de la connaissance, le renouvellement des problématiques, les développements méthodologiques, des points d’appui utiles, nécessaires même à la recherche » (p. 107). Mais si l’objectif affiché consiste en un bilan des acquis théoriques réalisés grâce à ces auteurs, il n’en reste pas moins que le choix opéré – choix des auteurs, mais aussi de certains aspects de leurs théories – révèle le fil conducteur de la première partie. La sélection de théoriciens de référence au sein d’une trame historique peut toujours paraître arbitraire dans ses incarnations emblématiques. Mais cette partie n’en est pas moins d’un certain recours pour percevoir à la fois les acquis théoriques qu’ont permis ces figures emblématiques, et les débats qu’ils ont faits et font encore surgir au sein de la discipline. Cette deuxième partie introduit de cette manière la portée la plus intéressante de l’ouvrage, qui s’épanouira dans le troisième et dernier temps de l’ouvrage : la restitution des polémiques qui façonnent le champ disciplinaire de la sociologie des arts et de la culture.

De la polémologie en sociologie des arts

8Le principal apport de l’ouvrage réside dans une approche du champ disciplinaire introduite par la présence dans le titre du terme de « question ». Des questionnements, mais surtout des débats sont mis en avant, qui construisent depuis des années à la fois les contradictions et les richesses de la sociologie des arts et de la culture. Bruno Péquignot dresse en effet un état des lieux de la recherche dans son domaine à travers un biais audacieux, bien que non revendiqué comme tel, celui de la polémique. L’auteur s’attache moins à fournir une réponse univoque à ces questionnements qu’à en caractériser le plus clairement la teneur, et parfois avec un réel courage intellectuel, sans peur de nommer ses adversaires, et sans craindre de reconnaître leurs qualités. Ainsi il n’hésite pas à mettre en pratique ce qu’il appelait de ses vœux dans son introduction, à savoir une mise à plat des conflits théoriques qui font débat chez les sociologues des arts et de la culture. Il ne cherche pas ainsi à lénifier ses désaccords théoriques avec ses collègues, permettant d’un point de vue pédagogique de comprendre les enjeux des différentes postures théoriques. L’auteur, dans un souci de sincérité, met en évidence les problématiques qui strient le champ sociologique quand il cherche à appréhender les arts et la culture.

9Après une partie destinée à la définition des objets de la sociologie des arts, puis de son histoire, Bruno Péquignot aborde de front quelques points de tension théoriques, n’évoquant ici encore qu’indirectement la question des œuvres dans l’analyse sociologique. La trame de cette dernière partie semble davantage constituée d’histoire politique et des controverses médiatiques et universitaires récentes. Le ton en est donné dans l’introduction, qui traite des débats autour de la politique culturelle française. « C’est sous l’aspect d’un débat sur l’éducation et sur la recherche historique que la question de la légitimité de l’intervention de l’Etat dans la vie intellectuelle est posée » (p. 196). Ce débat tient compte des arguments de Philippe Urfalino et de Vincent Dubois sur le caractère récent et non spécifique de la politique culturelle française. Mais Bruno Péquignot les nuance en insistant sur un ancrage historique et idéologique plus profond  de l’idée de politique culturelle en France. L’auteur remonte ainsi jusqu’à François 1er et sa gestion étatique des trois piliers de la culture, comprise au sens large : l’éducation, les archives et la langue. Il aborde de cette manière successivement, de façon plus ou moins succincte, la question de l’art contemporain, celle du style, celle de la mémoire et du musée, en corrélation avec le chapitre suivant qui traite du temps de l’œuvre, celle, épistémologique, du statut de l’interprétation en sciences sociales à travers une distinction conceptuelle entre herméneutique et interprétation.

10La « querelle de l’art contemporain », présentée comme une résurgence de l’ancienne querelle des anciens et des modernes, tourne autour de l’absence actuelle d’un « critère fiable de jugement de la production contemporaine d’objet d’art » (p. 199), question soulevée explicitement dans la revue Esprit en 1991. En distinguant avec Durkheim la différence entre philosophie et sociologie, Bruno Péquignot rappelle un principe fondateur de cette dernière, à savoir qu’elle existe afin de comprendre « comment, historiquement et socialement, les systèmes de valeur se constituent. », et non pas de « produire ou de fonder des normes, des critères de jugement » (p. 200-201). Il rétablit de cette manière à la fois la raison d’être de la sociologie des arts, mais dans le même temps sa légitimité et sa dignité aux yeux de ses détracteurs. Restituant dans un premier temps les termes du débat, pour mieux ensuite nuancer les positions et dégager sa thèse personnelle, le sociologue réduit à néant chaque argument de ses adversaires, Jean Molino et Jean-Philippe Domecq, presque terme à terme, dans le but de fournir un « résumé schématique du débat concernant les rapports entre la vie sociale et l’œuvre » (p. 205).

11Le chapitre suivant concerne l’interrogation classique en sociologie des arts de l’interaction entre style personnel de l’écrivain et imprégnation sociale de l’époque qui produit ce style. Cette tension est parfaitement rendue par la phrase de Francastel mise en exergue du chapitre : « Ce n’est pas l’imagination individuelle des artistes qui oriente le style, c’est l’imagination collective d’une époque ou mieux de certains groupes humains. » (p. 219). Il s’agit ainsi de questionner avec Michel Foucault le statut de l’auteur dans l’œuvre artistique. De cette manière est démontré à nouveau, par le biais du style, que le social déborde l’autorité auctoriale, et qu’une sociologie des œuvres est scientifiquement légitime.

12Le chapitre intitulé « Trace/Mémoire » cherche à examiner, en suivant les analyses de Foucault et Halbwachs, la « dimension historique du phénomène artistique » (p. 231) à travers une distinction notionnelle entre mémoire et histoire. Une digression sur la propension des sociétés contemporaines à la commémoration conduit de façon habile à faire réfléchir sur le statut des objets dignes d’être conservés, et donc un examen de la définition de l’art en tant que trace. L’enjeu implicite en est finalement « l’impact de l’oeuvre sur les comportements ou actions ou pratiques des groupes et des individus » (p. 239), ou, comme dans les autres chapitres, l’inscription sociale de l’œuvre.

13Le dernier chapitre, répondant aux critères rhétoriques de la conclusion, ouvre sur l’actualité de la sociologie des arts et de la culture. Il établit un rapide état des lieux de la production scientifique actuelle en présentant quelques auteurs : Florent Gaudez, Clara Lévy, Pascale Ansel…, et en en résumant les postures sociologiques originales, voire novatrices, face à l’objet complexe qu’est la production artistique. Ce chapitre conclusif se veut, autant qu’un panorama de la recherche contemporaine en sociologie des arts et de la culture, un signe positif, signalé par un titre engageant : « La sociologie des œuvres existe », dans la mesure où il pointe l’actualisation non seulement d’une méthode d’analyse, mais encore d’une posture épistémologique que Bruno Péquignot a appelée de ses vœux dans son versant théorique.

14En filigrane se profile au sein de ce panorama des débats une réflexion épistémologique sur la neutralité axiologique du chercheur, en tension avec des positionnements au sein de débats violents, de conflits théoriques ardus. Les prises de position de l’auteur, la large part laissée à la restitution des « querelles » dans le champ disciplinaire, parfois les attaques personnelles en règle, le « sens de la contradiction » (p. 203), l’attisement de la polémique par l’usage d’une ironie sarcastique envers ses contradicteurs, questionnent la tension explicitée par Weber entre neutralité axiologique et nécessaire engagement personnel. Un métadiscours peut ainsi être dégagé de l’ouvrage concernant les tensions épistémologiques inhérentes à la pratique de la recherche en sciences sociales, et en particulier en sociologie des arts et de la culture. C’est ce qu’annonce bien le titre, compris dans son sens le plus superficiel : il s’agit de rendre compte des différents usages d’une question, ou de son maniement dans le champ disciplinaire. La question, en tant que moteur de la controverse, est reine de l’ouvrage, sans que Bruno Péquignot ne cherche à en poser une en particulier, ni encore moins à fournir une réponse univoque. L’auteur s’avoue au détour d’un chapitre sur la « querelle de l’art contemporain » heureux de l’existence de cette polémique, que nous pouvons extrapoler à l’ensemble de l’ouvrage. Car la polémique « impose aux uns et aux autres de travailler leurs conceptions et leurs méthodes d’investigation » (p. 215).

15Une fois de plus on peut regretter un choix arbitraire des points nodaux qui modèlent la discipline, mais l’exhaustivité des polémiques n’est pas visée, d’autant plus qu’il est assumé par l’auteur que cet ouvrage ne consiste qu’en une somme de contributions variées. En revanche, il est légitimement déplorable que dans cette troisième partie censée appréhender les questions épineuses se posant à la sociologie des arts, on ne trouve pas de réflexion directement liée au sujet central de l’ouvrage : la question du statut de l’œuvre au sein de cette discipline. Si ce problème est abordé de biais, à travers les questions spécifiques du style, de l’interprétation, ou en restituant la démarche d’autres auteurs dans le chapitre conclusif, on aurait aimé que soit examinée frontalement cette question à la fois stimulante – parce qu’encore polémique, fondamentalement non résolue – et décisive pour démontrer de façon incontestable la légitimité de la sociologie des arts.

Conclusion

16Péquignot défend l’idée qu’est possible la production d’une connaissance scientifique par « l’appréhension (description, analyse) et la compréhension (interprétation), des œuvres elles-mêmes, articulées sur une mise en rapport avec l’étude des conditions sociales de production des œuvres, et de leur réception ou diffusion ». Mais la thèse de l’auteur n’est qu’annoncée, sans jamais être développée ni mise en pratique au cours de l’ouvrage. Le lecteur excité par un titre stimulant ne doit pas s’attendre à une analyse argumentée de la question du statut de l’œuvre en sociologie de l’art et de la culture. Or il est nécessaire de dépasser le caractère déceptif du titre pour appréhender le contenu des textes dans toute leur richesse. L’innovation de l’ouvrage ne réside pas tant dans la substance explicite du texte, qui, pour justifier une prise en charge sociologique des créations artistiques, fait finalement état dans la plupart des chapitres de la tension classique entre autonomie de l’œuvre et hétéronomie de son implication dans le social. Cette réflexion épistémologique mêle apports de la philosophie, des sciences de la nature, du cinéma, de l’architecture, de la psychanalyse, d’une réinterprétation de l’héritage marxiste quant aux productions symboliques, à travers une mixité disciplinaire aussi agréable à la lecture qu’enthousiasmante pour la réflexion. Mais son principal intérêt réside dans une forme de méta discours : l’appréhension par le polémiste, qui se fait finalement polémologue, du champ disciplinaire en jeu. Tout se passe comme si cette publication n’était que le premier tome d’un diptyque, ou les prolégomènes nécessaires à un futur examen qui prendrait enfin à bras le corps de la question des œuvres en sociologie des arts et de la culture.

Haut de page

Notes

1 Notamment les auteurs de la note critique parue dans la revue en ligne Espace/Temps : Vladimir Bertrand et Christian Ruby, « L’oubli des œuvres en sociologie des arts et de la culture », http://www.espacestemps.net/document3472.html, consulté le 10 octobre 2008.
2 Aristote, Ethique à Nicomaque, traduction Jean Tricot, Paris, Vrin, 1997, livre VI, chapitre 4 « Etude de l’art »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Renard, « Compte rendu de Pequignot (Bruno), La question des œuvres en sociologie des arts et de la culture », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 21 novembre 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/3973

Haut de page

Auteur

Camille Renard

Doctorante en science politique, université Paris II-Assas et EHESS

Haut de page