Navigation – Plan du site

Compte rendu de Attikpoé (Kodjo), L'Inscription du social dans le roman contemporain pour la jeunesse

Paris, L'Harmattan, coll. «Références critiques en littérature d'enfance et de jeunesse», 2008
Frédérique Giraud

Texte intégral

1La question de l’inscription du social dans la littérature a fait l’objet de plusieurs travaux ces dernières années. L’incursion dans le domaine de la littérature est le fait de sociologues de la littérature, trouvant dans des œuvres de fiction, matière à réflexion sur le social. Tout aussi intéressantes sont pour la sociologie, les tentatives des littéraires d’aborder le social à travers les œuvres, de faire montre de la présence de la société comme contexte et support de l’univers romanesque. Mais l’on perçoit assez vite la marque littéraire dans cette analyse. L’étonnement de Kodjo Attikpoé directeur de l’ouvrage dans la première phrase de son Introduction « À y regarder de très près, on constate que le social est inéluctablement inscrit dans l’univers romanesque » laisse à réfléchir. Quelle est l’ampleur de l’effort à fournir, pour s’apercevoir de ce que la société est présente dans les fictions romanesques ? Loin de nous l’idée de dénigrer d’une quelconque manière la prise au sérieux de l’inscription du social dans la littérature pour la jeunesse, telle qu’elle est entreprise de façon réussie dans cet ouvrage, il s’agit plutôt de réfléchir à ce qui différencie dans cette même volonté d’embrasser le social dans le roman, aux différences d’attitudes entre le sociologue et le littéraire. Gardons donc en mémoire cette idée que le social n’est pas d’emblée, ce à partir de quoi les professeurs de lettres vont penser la littérature, et de fait accordons toute notre attention à leur volonté de l’y trouver.

2L’ouvrage se concentre sur le roman contemporain pour la jeunesse et cible donc, tant un public qu’une catégorie d’œuvres. Les contributions de l’ouvrage sont diverses et surtout émanent de chercheurs d’horizons culturels et d’aires géographiques multiples. Cette ouverture fait la richesse de l’ouvrage et son intérêt : le lecteur parcourt une grande diversité de romans pour la jeunesse. L’ouvrage est organisé en deux parties. La première partie prend à bras le corps les rapports sociaux dans l’ensemble de la société, la seconde regroupe des contributions centrées sur la représentation de l’imbrication du social et du familial. Principe unificateur de lecture, le roman est considéré à travers ce qui fait son aptitude particulière à penser la société. Il s’agit pour les auteurs de se tenir au plus près de la fiction, de l’accepter comme une production de l'imaginaire, tout en la questionnant sur le savoir singulier qu'elle délivre. Comment les romans contemporains pour la jeunesse prennent-ils en charge, en tant qu’ils sont des romans destinés à un public particulier, le social ? Les différents articles dégagent des thématiques sociales propres aux romans pour la jeunesse et analysent leur traitement littéraire.

3La première contribution de Claire Le Brun attise fortement l’intérêt. L’auteur s’interroge sur les potentialités du récit de science fiction québécois à parler du social. Si la science fiction reste un genre méconnu, c’est encore plus le cas de sa capacité à parler du social. Or c’est précisément par l’éloignement que l’on peut arriver à proposer une lecture plus médiate de la réalité sociale, comme nous le rappelle Yves Fricker1. Aux origines de la description sociologique réside bien souvent la capacité à prendre ses distances par rapport à sa propre société, sources du relativisme et de la distanciation critique. Comme le montre Claire Le Brun, le fantastique permet au romancier de mettre à plat les rapports sociaux constitutifs de la société comme c’est le cas avec l’écriture de la science-fiction au féminin, dont Ursula Le Guin est la représentante. Par la représentation d’une société après un cataclysme, son roman The Left Hand of Darkness paru en 1969 permet de renverser les rapports de domination sexuée en plaçant à la tête de la nouvelle société une femme. La science fiction permet d’interroger les jeunes lecteurs sur l’altérité, les rapports de force, cette littérature est donc le support de la critique sociale. Françoise Ballanger examine la représentation des marginaux dans le roman français. Elle montre que le propre de la fiction est de transmettre des représentations à travers une intrigue romanesque, et plus particulièrement à travers les personnages. Ce medium est forcément plus personnalisé, incarné, et dramatisé que ne l’est un exposé théorique. Les récits les plus intéressants sont ceux dans lesquels le personnage du marginal amène le personnage principal, par sa présence, à changer sa vision du monde, ou bien ceux qui prennent pour acteur principal le marginal. La focalisation sur ce personnage permet au romancier de décrire de l’intérieur l’exclusion et la grande pauvreté. La prise de conscience fonctionne particulièrement bien grâce au phénomène d’inversion et de distance favorisé par la présentation d’un personnage hors du commun. Sonia Faessel montre que le roman tahitien et néo-calédonien pour la jeunesse est un vecteur de valeurs citoyennes, grâce au genre narratif du récit de voyage ou d’aventures. Le texte est le lieu où se négocient les identités culturelles, à travers des stratégies d’écriture visant à déjouer la vision coloniale. Appelé à jouer un rôle important dans le devenir de sociétés en voie de décolonisation, l’enfant occupe une place de choix dans ces romans, parce qu’il symbolise l’avenir d’une société. Les voyages dans le temps, les aventures initiatiques sont autant de biais par lesquels les romanciers aident la jeunesse à comprendre les bases passées de leur société et leur offrent les moyens pédagogiques de se les approprier. Bertrand Ferrier s’intéresse aux représentations de la hiérarchie sociale dans les romans de Jean Molla. Le corpus choisi est exemplaire de la volonté de Jean Molla de donner une « leçon de morale sociale » aux lecteurs. Ses personnages témoignent de la hiérarchie sociale, puisqu’il oppose frontalement les riches aux pauvres, les relations sociales qu’il propose sont faites de domination et de soumission. À travers cette constante sociale, Jean Molla œuvre à la prise de conscience des injustices et à l’unification des riches et des pauvres sans remise en cause de la hiérarchie sociale. R’kia Laroui interroge les représentations du féminin dans les romans pour la jeunesse québécoise. Les thèmes traités : la grossesse à l’adolescence, la foi, la religion, le premier amour, le suicide sont connus pour préoccuper les jeunes. Leur traitement révèle une volonté de critique sociale et de renversement de domination masculine. Comme le montre R’kia Laroui, « les filles ne sont pas emprisonnées dans une relation de dépendance à l’égard des garçons », les auteurs femmes trouvent dans ces romans l’occasion de dépasser les clichés et poncifs de genre. « Les procédés discursifs et la rhétorique de l’humour neutralisent le sexisme ». Hélène Palanque entreprend de présenter l’image des familles dans les romans de Marie-Aude Murail, une image fondamentalement traditionnelle. Rose-May Pham Dinh aborde la représentation de la famille dans les romans de guerre historique, portant sur la période de la Seconde Guerre mondiale. Si la famille est supposée offrir un soutien affectif pendant ces périodes difficiles, les romans mettent en scène des familles qui ne sont pas à la hauteur. La famille n’apparaît plus forcément comme le havre de paix et d’amour idéal souvent véhiculé par les romans pour la jeunesse. Kodjo Attikpoé analyse la « mise en fiction du réel de la violence dans les écrits romanesques destinés à la jeunesse » en Afrique francophone. L’auteur démontre ainsi que la violence est omniprésente dans le roman pour la jeunesse, touchant d’abord l’enfant africain. Les romans étudiés mettent en cause l’irresponsabilité de l’Etat, les manquements du pouvoir, du système éducatif. Idar Stegane propose une analyse de la représentation de l’enfant autonome dans deux romans norvégiens. Claudia Sousa Pereira mène une réflexion sur des contes classiques et traditionnels réécrits à l’époque contemporaine, le jeu intertextuel de Ana Saldanha entre textes d’origine et société de projection des contes permet aux lecteurs de réfléchir à leur condition, par le biais de la mise à distance opérée par la proximité avec le schéma narratif des contes. Helman Van Lierop-Debrauwer à travers l’étude de la sexualité dans les romans pour jeunes adultes aux Pays-Bas. On retiendra que la sexualité n’est plus un sujet tabou dans la littérature de jeunesse. Toute forme de sexualité peut devenir un sujet de discussion, et ce sont avant tout les aspects agréables et palpitants de la sexualité qui sont représentés.

4La clef de lecture commune à l’ensemble des contributions est que les œuvres analysées cherchent à sensibiliser le jeune lecteur à des réalités sociales, véhiculent implicitement des messages à travers le traitement littéraire des sujets. Les comportements, les modèles sociaux représentés jouent un rôle dans la formation culturelle des jeunes. Les auteurs se focalisent donc sur la fonction didactique et pédagogique des romans. Le sociologue reste cependant sur sa faim, et voudrait en savoir plus. Cet ouvrage est de ceux, dont le sociologue est amené à se demander rétrospectivement, ce qu’il aurait produit, en tant que sociologue. Proposons à ce titre quelques pistes, pour alimenter la réflexion sur les complémentarités des approches entre la sociologie et la littérature. Relever que le roman parle des familles décomposées, des marginaux, des rapports hommes-femmes est prometteur, mais le sociologue lecteur de l’ouvrage aimerait aller plus loin que le simple relevé des thématiques abordées et de leur traitement littéraire. La préface de Johanne Prud’homme laissait penser que le public ciblé, à savoir le lectorat de la jeunesse, serait analysé comme tel. Pour elle, il existe une différence fondamentale entre la littérature pour adultes et la littérature jeune. Une « éthique tacite », qui donne à voir un meilleur monde possible innerve les romans pour la jeunesse. Reste cependant que mis à part l’article de Claire Le Brun et celui de R’kia Laroui, le public jeune dans sa spécificité n’est pas véritablement interrogé. Il n’est jamais question de déterminer ce que contient le vocable roman pour la jeunesse et l’on ne sait pas si les romans étudiés sont plutôt destinés à un lectorat enfantin, pré-adolescent, adolescent… Or force est de constater que la précision est souvent d’importance. Dominique Pasquier2 dans son étude de la série télévisuelle Hélène et les garçons a montré qu’il était heuristique de préciser l’âge des spectateurs de la série. Si cette série était destinée à un public pré-adolescent, 8-13 ans, le public réel de la série a largement dépassé les limites d’âge, dans lesquels les producteurs situaient leur public. Suivant leur âge, les spectateurs ne font pas le même usage de la série, ni ne se présentent pareillement comme spectateurs. Ce sont plutôt les fillettes et les jeunes garçons de milieu populaire qui regardent publiquement la série avec engouement, parfois même avec un ou plusieurs membres de la famille. À l’inverse, les garçons plus âgés ont plutôt tendance à regarder la série de manière plus cachée car cela va à l’encontre de leur identité de garçon. On voit donc à travers cet exemple, combien il est intéressant de connaître la composition d’un public, en particulier ici d’un lectorat. Il aurait été, de ce point de vue, fécond de situer le roman pour la jeunesse dans l’espace de la production littéraire. Cela est heuristique à double titre : le roman pour la jeunesse met en œuvre des conventions d’écriture propres à un public jeune et la réception par la jeunesse de la littérature qui lui est consacrée, obéit à des besoins certainement différents de ceux des adultes. Une des manières de compléter l’approche des thématiques abordées dans les romans, serait d’analyser les attentes du lectorat jeune, et la réception faite des romans. Dominique Pasquier, dans l’étude citée plus haut, démontre que les usages sociaux de la série diffèrent profondément selon le milieu social d’appartenance des spectateurs et leur âge. Puisque les auteurs de l’ouvrage démontrent que sont traitées des thématiques sociales, qui cherchent à ouvrir l’esprit des lecteurs, qu’en est-il de la réception par ces mêmes lecteurs ?

5Il n’est pas anodin pour un auteur d’écrire pour la jeunesse et le simple fait de relever la fonction didactique sous-jacente aux œuvres n’épouse pas la totalité de l’enjeu. Si les auteurs des contributions explicitent bien les traits esthétiques et thématiques des romans, jamais les auteurs de ces romans ne sont restitués dans le champ littéraire et plus largement à leur milieu social. Ce manque interpelle particulièrement, lorsque l’auteur de la contribution propose de réfléchir à partir d’un seul auteur. Bertrand Ferrier qui s’intéresse aux romans de Jean Molla, propose une analyse stimulante de la hiérarchie sociale dans les romans de l’auteur, mais il aurait pu compléter son analyse en étudiant l’auteur dans le champ de la production littéraire pour la jeunesse. D’autant plus qu’il ouvre et clôt son texte sur cette question, sans lui donner l’ampleur nécessaire. L’auteur se demande en effet au début de l’article « qu’est-ce qui permet à un auteur écrivant pour la jeunesse d’être adoubé par les instances légitimantes que sont les représentants de l’Éducation nationale et les bibliothécaires ? » Pour Bertrand Ferrier, c’est la manière dont Jean Molla dénonce les injustices sociales des riches, en restant dans le politiquement correct, qui donne force à ses ouvrages et lui permet d’être coopté par l’Éducation nationale. Au risque de paraître tatillon, nous pensons cependant qu’il est alors pertinent de réfléchir de façon approfondie au positionnement littéraire de Jean Molla. Quelles sont ses propriétés sociales ? Pourquoi choisit-il de dénoncer les injustices sociales, sans pourtant mettre en cause le système, au moins littérairement parlant ? Cette tiédeur dans la mise en cause de la société est-elle une loi du genre du roman pour la jeunesse ? Françoise Ballanger dans son étude sur la mise en scène des marginaux dans le roman français arrive également à la conclusion que l’engagement des écrivains qu’elle étudie, n’est pas politique, mais d’abord esthétique. L’étude d’Hélène Palanque sur les « géographies familiales » dans les romans de Marie-Aude Murail, menée avec dynamisme, aurait de même pu s’agrémenter de la compréhension de la position d’auteur de Marie-Aude Murail. Pourquoi cette insistance à présenter en écho des familles unies et désunies ? Pourquoi le schéma familial traditionnel est-il celui qui agrège ses préférences ? L’auteur justifie-t-elle cette lecture conforme aux valeurs morales de la famille, par son lectorat ? On voit donc par les prolongements proposés ici que le sociologue ne se retrouve pas complètement dans les analyses proposées. Elles constituent un pas en avant pertinent mais insuffisamment prononcé. Mais le sociologue a beau jeu de reprocher à des chercheurs en lettres de ne pas tenir le programme de la sociologie de la littérature. Si l’on peut être amené à faire ce reproche, c’est bien justement que les contributions de l’ouvrage, dans leur pertinence à relever le social présent dans les romans pour la jeunesse, se rapprochent des attentes du sociologue. Ce livre est donc un pont entre deux domaines de recherche.

Haut de page

Notes

1 Fricker, Yves, « Les Lettres persanes et les origines de la pensée sociologique », Revue européenne des sciences sociales, 2003, vol. 41, no 126, pp 53-60
2 Pasquier, Dominique, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, MSH, 1999
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Compte rendu de Attikpoé (Kodjo), L'Inscription du social dans le roman contemporain pour la jeunesse », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 06 janvier 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4113

Haut de page

Auteur

Frédérique Giraud

ENS-LSH (Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page