Navigation – Plan du site

Compte rendu de Plasse Bouteyre (Christine), Les écritures autobiographiques chez les professeurs de la Sorbonne. 1880-1940. Champ universitaire, champ littéraire

Paris, L'Harmattan, coll. «Logiques sociales», 2008
Frédérique Giraud

Texte intégral

1A travers la lecture de quatre autobiographies1 rédigées par des professeurs de lettres de la Sorbonne entre 1880 et 1940, Christine Plasse Bouteyre rend compte de la manière dont ces auteurs témoignent de leur existence. Au-delà des données biographiques, et de la seule lecture littéraire et historique que l’on peut proposer de tels récits, l’auteure souhaite repérer comment s’organise la représentation de soi, et par là mettre à jour « les déterminations qui pèsent sur l’acte de se remémorer, sur la fonction de l’écriture dans la prise de conscience de soi, sur les diverses manières de se penser et de parler de soi » (p 10) au travers d’une sociologie des pratiques d’écriture. L’étude des procédés rhétoriques particuliers qui constituent l’autobiographie permet à l’auteure de s’interroger sur la nature de l’objectivation de soi, produite sous la forme publique qu’est le récit autobiographique. Le discours autobiographique est défini comme un « récit narratif, rétrospectif, et autoréflexif qui s’efforce de raconter une histoire personnelle réelle et vécue et qui vise à être connue et consommée » (p 19). Par le choix des thèmes, des formes d’expression…les universitaires-autobiographes revendiquent le pouvoir symbolique de produire les « normes de réception, de perception et de jugement qui sont au fondement même de leur existence sociale » (p 11). L’écriture autobiographique peut donc se lire comme une tentative de gestion symbolique, par les universitaires eux-mêmes, de leur identité et définition sociale, de leur image publique et de leur survie posthume.

2Christine Plasse Bouteyre a choisi pour conduire cette analyse, issue de recherches entreprises dans le cadre de sa thèse de doctorat2, quatre récits rédigés à des périodes différentes et renvoyant à des itinéraires professionnels, inscrits dans des contextes historiques variés. Ayant sélectionné pour périodisation les années 1880-1940, l’auteure se donne un champ historique heuristique du point de vue de l’histoire du champ universitaire : les années 1880 constituent un tournant, l’activité professorale conquiert à cette période sa légitimité par la constitution d’une communauté professionnelle, l’universitaire devient un personnage public considéré, l’enseignement secondaire et supérieur va devenir un enjeu de plus en plus central pour la promotion sociale et la formation des élites. Les années 1930 correspondent à une période d’accroissement et de diversification du public étudiant. La période d’étude retenue permet en outre d’avoir affaire à des universitaires ayant connu différents états du champ universitaire. L’analyse est donc dès le début solidement nouée : périodisation, université de référence, choix de la population d’étude, tout est soigneusement commenté et démontré. L’auteure explique la sélection comme cadre d’étude d’une université de référence, la Sorbonne, par la suprématie des facultés parisiennes, résultant de la politique de centralisation française. Elle envisage les justifications relatives au choix de professeurs de lettres comme discipline d’appartenance : les facultés de lettres se sont vues attribuer des missions fortement politiques, aux temps de la Troisième République. On a cherché à leur faire assurer une fonction idéologique dans l’éducation d’une élite républicaine, génération montante appelée à servir la République. La fonction sociale et culturelle reconnue aux facultés de lettres contribue à faire de leurs professeurs, une population au prestige et à la reconnaissance forte. Ce prestige et cette reconnaissance sont des conditions propres à pousser ces personnes à un retour réflexif sur leur trajectoire dans un projet autobiographique. Le matériau d’enquête de Christine Plasse Bouteyre, fortement unifié et problématisé, est présenté de manière très méthodique et pertinente.

3Les auteurs retenus, qui ont vu le jour entre 1826 et 1878, tous nés en province, se répartissent en deux générations, avec d’une part, Alfred Mézières (né en 1826) et Ernest Lavisse (né en 1842), et d’autre part, Fernand Baldensperger (né en 1871) et Jules Marouzeau (né en 1878). L’échantillon retenu comprend deux boursiers, Lavisse et Marouzeau et deux héritiers, Mézières et Baldensperger. Tous ont passé leurs années de collège dans des établissements provinciaux et ont été amenés à fréquenter les classes secondaires ou préparatoires des plus prestigieux lycées parisiens. Alfred Mézières et Ernest Lavisse ont intégré l’Ecole Normale Supérieure, tandis que Fernand Baldensperger et Jules Marouzeau ont poursuivi leurs études en faculté. Cette différence de parcours coïncide avec une différence de générations. Au terme de leurs études supérieures, tous les professeurs de l’échantillon sont devenus agrégés et ce aux meilleures positions.

4Pour l’analyse des quatre récits retenus, Christine Plasse Bouteyre met en évidence deux pôles antagonistes, deux catégories de récits personnels se distinguant par la nature et la forme du projet autobiographique. C’est autour de cette différenciation en deux groupes qu’elle organise son ouvrage, chacun des groupes constituant une partie de l’ouvrage. On trouve d’un côté les textes de Lavisse et de Marouzeau sous le titre « Des boursiers exemplaires. Ernest Lavisse et Jules Marouzeau » et de l’autre ceux de Mézières et de Baldensperger « Des héritiers en représentation. Alfred Mézières et Ferdinand Baldensperger ». C’est donc en fonction de leur origine sociale et donc de la trajectoire sociale qui les amènera à leur statut d’universitaires, que les récits étudiés sont classés. Chacun des deux groupes présente une « homogénéité thématique et stylistique relativement importante, que ce soit dans les sujets considérés, dans la chronologie adoptée, dans la manière de les traiter, dans le style ou dans les valeurs culturelles mises en avant » (p. 12) Universitaires issus de classes dominées, boursiers méritants, parvenus lentement à intégrer les petites classes moyennes, Lavisse et Marouzeau entretiennent un rapport commun à leurs années d’enfance et d’études, qui constituent une thématique essentielle de leurs témoignages. L’accès à l’univers scolaire a pour ces deux universitaires rempli une « fonction d’émancipation, de promotion et d’anoblissement culturel » (p. 29). Aussi ces deux auteurs se doivent-ils dans leurs récits de revenir sur le passé et de « faire acte de reconnaissance pour les sacrifices et le renoncement engagés par leurs familles » (p. 29). Les textes de Lavisse et Marouzeau se ressemblent par la manière dont est raconté un cheminement scolaire et intellectuel perçu comme exceptionnel. L’accès au monde de la culture légitime est rendu comme le résultat d’un lent et irréversible mouvement de séparation d’avec leur milieu d’origine. Les récits de Mézières et Baldensperger investissent différemment le domaine de l’écriture autobiographique, illustrant l’hypothèse de l’auteure selon laquelle, il y a des « manières particulières et différentes de penser et de représenter [son] itinéraire individuel » (p 153). Originaires de milieux plus dotés en capital social et culturel que Lavisse et Marouzeau, Mézières et Baldensperger sont des héritiers. A ce titre, ils tendent à minimiser le poids de leurs origines sociales dans la perception qu’ils se font de leur trajectoire, à la différence de Lavisse et Marouzeau qui témoignent allégeance et respect à l’égard de leurs origines. A la différence des premiers qui célèbrent l’ascèse scolaire et valorisent le mérite, Mézières et Baldensperger sont plus enclins à lire leur trajectoire en termes de don ou de prédestination. La thématique scolaire est abordée d’une manière différente et sur un ton plus détendu, le talent, les goûts personnels davantage évoqués, sont le moyen pour ces deux auteurs d’affirmer leur propre élection. Christine Plasse Bouteyre voit dans cette « opposition autobiographique » une « traduction de l’opposition entre l’ascétisme moralisateur des petites classes moyennes et l’aristocratisme de la bourgeoisie » (p 154).

5L’auteure analyse avec brio les thèmes étudiés dans chacune des autobiographies, retraçant avec acuité les différentes manières de parler de soi selon les deux groupes d’auteurs qu’elle a isolés. Les dissemblances sont expliquées par la peinture concrète des contextes de socialisation, et ce de façon convaincante rappelant l’analyse menée par Bernard Lahire dans Tableaux de familles3, qui étrangement n’est pas mentionné, ou encore celle de Zaïhia Zéroulou4. Lavisse et Marouzeau, par exemple, font un retour incessant sur leurs origines familiales, célébrant à travers les figures paternelles et maternelles l’esprit de famille dans les multiples occasions de leur existence quotidienne, la solidarité familiale ayant contribué à promouvoir leur existence. Les multiples évocations du passé donnent à comprendre l’économie familiale, son mode de production et la manière dont elle a offert le rigorisme nécessaire à l’ascension sociale. Dans le projet de reconstruction biographique, l’enfance et la chronologie des épisodes scolaires constituent des points centraux de l’effort remémoratif. L’analyse attentive au détail de chacune des autobiographies considérées n’omet pas l’importance de la visée comparative. Christine Plasse Bouteyre fait place également à la prise en compte du style de l’écriture autobiographique dessinant ce qu’elle appelle un espace des « styles autobiographiques » (p 189), qui pointe les différences rhétoriques, l’aisance différenciée dans le maniement de la langue entre les autobiographes. Lavisse et Marouzeau, qui doivent leur capital culturel à un travail d’acquisition étroitement redevable du système scolaire, montrent de l’indifférence envers les qualités littéraires de leur récit autobiographique, témoignant dans leur écriture même, de l’ascèse, du sérieux qui ont été nécessaires à leur promotion sociale, « manifestant au travers d’un « style neutre et pédagogique » l’humilité des conditions d’acquisitions des dispositions propres à leur position » (p. 190), tandis que Mézières et Baldensperger se révèlent plus soucieux de leur écriture et des « profits littéraires mais au péril de l’effet de témoignage » (p 190). Christine Plasse Bouteyre démontre qu’en fonction de leur histoire personnelle, les auteurs sont placés devant l’alternative soit du « bien écrire », avec un style élégant, répugnant à la facilité, soit du « récit didactique et méritocratique » (p. 190), avec un mode d’exposition quasi scolaire. « Les manières d’acquérir la culture se survivent dans la manière d’écrire sa propre vie » (p. 155).

6Au centre de l’analyse, on trouve une réflexion sur les dispositions sociales qui sont au principe des écritures autobiographiques. La démarche vise à restituer les conditions de production du récit autobiographique, elle repose sur le principe méthodologique que les « prises de position des universitaires sur leur passé biographique ont leur raison d’être dans la position sociale qu’ils détiennent » (p 30). Christine Plasse Bouteyre veut mettre au jour les conditions de possibilité de l’écriture et de la production autobiographiques et les rattacher aux caractéristiques sociales des trajectoires qu’ont parcourues les quatre auteurs considérés. Ceux-ci investissent dans leur écriture plus qu’un simple témoignage, c’est en effet tout leur être social, tout ce qui définit l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes qui est engagée dans leur entreprise. Christine Plasse Bouteyre démontre ainsi que les prises de position biographiques des narrateurs relèvent de fonctions sociales essentielles. C’est parce qu’elles contribuent à « faire exister une certaine image de l’individu, à la faire reconnaître et à la faire admettre » (p. 170) que les écritures autobiographiques sont sociologiquement significatives. Le projet autobiographique contribue largement à revenir sur le sens et l’orientation des trajectoires, d’autant plus que celle-ci suppose rupture et dénonciation avec le milieu d’origine. Le travail de remémoration doit être pensé comme un outil efficace de retour sur soi et de ré-appropriation des origines. L’écriture autobiographique constitue en effet un outil capable de mettre de la cohérence, de l’unité dans l’image de soi et de son parcours. « En se faisant sujet de l’énonciation, l’examen biographique devient compréhension et interprétation de soi. » (p. 146), moyen par exemple pour Lavisse et Marouzeau « de ‘s’accepter’ comme transfuges » (p. 63).

7Le lecteur l’aura compris, l’ouvrage est d’une extrême richesse. Avec Les écritures autobiographiques chez les professeurs de la Sorbonne, l’auteure donne à lire une étude des écritures autobiographiques très stimulante, analysant la production autobiographique comme le fruit de l’intériorisation de dispositions mentales associées aux trajectoires et aux positions sociales des universitaires.

Haut de page

Notes

1 Baldensperger, (Fernand), Une vie parmi d’autres. Notes pour servir à la chronique de notre temps, Paris, Conard, 1940 ; Lavisse (Ernest), Souvenirs (1912), n. éd., Paris, Calmann-Lévy, 1988 ; Marouzeau (Jules), Une enfance, (1937), n. éd., Paris, Ed Denoël, 1938 ; Mézières (Alfred), Au temps passé, Paris, Hachette, 1906.
2 Thèse intitulée « Champ universitaire, champ littéraire : Les écritures autobiographiques chez les professeurs de la Sorbonne. 1880-1940 ». Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon II, le 21 mars 2002.
3 Lahire (Bernard), Tableaux de familles, Hautes Etudes, Seuil, 1995.
4 Zéroulou (Zaïhia), « La réussite scolaire des enfants d'immigrés. L'apport d'une approche en termes de mobilisation », Revue française de sociologie, 1988.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Compte rendu de Plasse Bouteyre (Christine), Les écritures autobiographiques chez les professeurs de la Sorbonne. 1880-1940. Champ universitaire, champ littéraire », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 30 janvier 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4123

Haut de page

Auteur

Frédérique Giraud

Articles du même auteur

Haut de page