Navigation – Plan du site

L’historiographie de la littérature québécoise vers un nouveau paradigme

Compte rendu de Biron (Michel), Dumont (François) et Nardout-Lafarge (Élisabeth) (dir.), Histoire de la littérature québécoise, avec la collaboration de Martine-Emmanuelle Lapointe, Montréal, Boréal, 2007
Björn-Olav Dozo et François Provenzano

Texte intégral

Dans quelle histoire ?

  • 1 Michel Biron a lui-même proposé une lecture de l’histoire de l’histoire de la littérature au Québ (...)

1Comme toutes les littératures de la périphérie francophone, la littérature québécoise a fait l’objet, depuis ses débuts, de multiples prises en charge historiographiques. La dernière en date, objet de ce compte rendu, se situe explicitement dans cette tradition qui voit se succéder différents paradigmes d’appréhension du littéraire, avec leurs options idéologiques, axiologiques et rhétoriques respectives. Avant d’évoquer l’entreprise de Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, il nous semble ainsi indispensable de dire un mot de leurs prédécesseurs et des grandes mutations historiographiques par rapport auxquelles cette Histoire… prend sens1.

2De manière très schématique, des débuts de l’histoire littéraire au Québec jusqu’à ses derniers développements à la fin du xxe siècle, on peut distinguer trois paradigmes, chacun étiqueté selon le fondement de la valeur attribuée aux objets littéraires traités.

3Le premier paradigme, qui se développe dans la seconde moitié du xixe siècle et qui a pour principaux représentants James Huston, Henri-Raymond Casgrain et Edmond Lareau, peut être qualifié de politique. Dans le Canada français de cette époque, l’émergence de l’historiographie littéraire est liée, d’une part à la présence d’une élite patriotique et lettrée en prise avec les enjeux idéologiques du champ du pouvoir, d’autre part à un état de sous-développement littéraire effectif. La grande entreprise de ces premiers historiographes sera de dire le « corpus national », selon une rhétorique programmatique, prescriptive et maximaliste (il s’agit à la fois d’étendre la définition du littéraire au domaine de la chose écrite et de rencontrer l’impératif d’illustration nationale en appelant des œuvres à venir).

  • 2 Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, (...)
  • 3 C’est dans le sillage de cet ouvrage que les auteurs de l’Histoire de 2007 situent explicitement (...)

4En réaction à cette rhétorique et en s’appuyant sur les outils de la critique littéraire made in France, l’abbé Camille Roy inaugure au Québec dans les premières décennies du xxesiècleun paradigme esthétique, qui centre l’entreprise historiographique sur la qualité intrinsèque des œuvres évaluées. Certes, l’idéologie nationale continue d’irriguer abondamment les jugements, qui assument dès lors une fonction programmatique aux côtés de leur fonction évaluatrice, mais le geste de sélection critique apparaît clairement comme une nouvelle exigence. Dans un premier temps, cette sélection s’opère principalement à l’aune des critères esthétiques du classicisme français, sur lesquels se fonde la définition nationale de la littérature canadienne-française. Dans un second temps, cette perspective centripète (car la norme de référence est bien française) est abandonnée au profit d’une mise en avant des spécificités d’une littérature à la modernité proprement québécoise (appelons cette perspective « centrifuge », symétriquement à la terminologie utilisée par Jean-Marie Klinkenberg dans l’historiographie littéraire belge2). L’Histoire de la littérature canadienne-française de Berthelot Brunet (1946) peut être située au point de basculement entre ces deux versions du paradigme esthétique, qui trouve son accomplissement deux décennies plus tard dans l’entreprise de Pierre de Grandpré, Histoire de la littérature française du Québec (1967-1969), la première à abandonner la formule « littérature canadienne-française » et à mentionner le « Québec » dès le titre de l’ouvrage3.

5Le troisième paradigme conserve l’ancrage périphérique de son objet, mais déplace radicalement le point de vue, des textes vers l’institution qui les produit et les fait circuler. L’apparition de ce paradigme institutionnel est inséparable du développement de la portion du champ académique dédiée à la littérature québécoise et à l’accroissement du nombre de spécialistes qui y sont actifs. Leur projet sera de dire l’institution périphérique, en suspendant a priori la question de la valeur esthétique des objets traités pour répondre à l’exigence d’une scientificité descriptive et totalisante : il s’agit pour les directeurs du célèbre projet sur La Vie littéraire au Québec de dresser l’inventaire raisonné des instances et acteurs qui ont fait exister la littérature comme fait social au Québec.

Une histoire des textes

6Le projet de Biron, Dumont et Nardout-Lafarge opère immanquablement une rupture nette par rapport aux options historiographiques du paradigme institutionnel. Tel qu’ils l’annoncent dès l’introduction, c’est une « histoire des textes littéraires » qu’ils entendent mener, c’est-à-dire une nouvelle lecture historique des textes littéraires québécois à partir d’un point de vue contemporain.

7Mais de quels textes s’agit-il ? Quelle est l’extension que les auteurs donnent à la littérature ? D’emblée, les auteurs précisent que le mot « littéraire » a « une acception particulièrement large au Québec » (p. 12).

8Les œuvres sélectionnées ont été relues pour leur intérêt d’une part par rapport au contexte d’origine et d’autre part par rapport au monde actuel. Elles occupent soit un statut d’œuvre majeure, mise en valeur par un chapitre distinct, soit elles illustrent une époque ou un courant esthétique dans une section qui développe ceux-ci. Les auteurs donnent trois critères de sélection des œuvres : leur réception à l’époque, leur réception en fonction de la postérité ou encore « le sentiment que des œuvres méconnues méritent d’être mises en avant » (p. 13). C’est finalement ce dernier critère qui soulève le plus de difficultés : si les deux premiers peuvent s’appuyer sur des enquêtes de réception (journaux, manuels ou histoires de la littérature antérieures), sur quoi se fonde ce sentiment de justice à rendre envers certaines œuvres ? Quel rôle accepte de jouer l’historiographe en assumant cette position de critique ? Nous reviendrons sur ces questions dans la suite de ce compte rendu.

  • 4 « En évoquant la littérature acadienne et la littérature franco-ontarienne qui défendent maintena (...)

9Une dernière note concernant l’extension du corpus, que les auteurs ont le mérite de rendre extrêmement lisible : si les justifications de l’inclusion ou de l’exclusion de différents genres paraissent convaincantes (textes théâtraux et essais « littéraires » sont inclus ; cinéma, bande dessinée et chanson ne le sont pas), vouloir à la fois étendre le corpus au domaine anglais et conserver la littérature acadienne et franco-ontarienne rend la démonstration un peu flottante. D’un côté, on fait valoir la proximité géographique entre producteurs qui se sont lus, ne serait-ce qu’en traduction ; de l’autre, on insiste sur la cohésion linguistique (même si cette cohésion linguistique est justifiée implicitement par l’histoire4). L’inclusion du corpus anglais paraît extrêmement pertinente, en particulier à partir d’un point de vue contemporain ; cependant, on peut se demander ce qui l’en est de la circulation des œuvres anglaises non-québécoises… Quitte à assumer un découpage national de la littérature, pourquoi ne pas adopter le point de vue canadien mêlant franchement les deux langues ? Prise au sérieux, cette construction identitaire nationale assez récente formerait un prisme de lecture peut-être encore plus original de la littérature produite en sol canadien depuis les premiers colons, en particulier pour étudier les rapports, influences et relations que peuvent entretenir les deux communautés. Les auteurs l’écrivent : il existe, dans l’historiographie littéraire du Canada, « deux ensembles parallèles ». Néanmoins, l’étanchéité de ces traditions historiographiques, ils y insistent, reste « relative et variable ». Si la position modérée qu'ils adoptent semble s'apparenter à une forme de compromis difficilement tenable à terme et un peu insatisfaisante quant à son argumentation, gageons qu'elle représente un bouleversement important dans l'historiographie littéraire. Celle-ci se doit désormais de tenir compte des « interrogations auxquelles fait face […] la culture québécoise » et inaugure d'ultérieurs réaménagements des « territoires » historiographiques, non plus fondés sur l’unité linguistique mais faisant intervenir des effets de proximité géographique. Ce retour du paramètre géographique ne doit pas laisser croire pour autant à une résurgence du paradigme nationaliste : l’illustration de l’État-Nation a cédé la place au constat de communautés littéraires multiples, décentralisées et interpénétrées.

Effets de périodisation

10Les choix de périodisation d’une histoire de la littérature correspondent eux aussi à une certaine conception des rapports entre les textes littéraires et leur contexte de production. Dans la mesure où l’on accorde une importance plus ou moins grande à ces rapports, la périodisation sera dite exogène (fondée sur des critères socio-historiques) ou endogène (fondée sur des critères esthétiques). L’Histoire de la littérature québécoise réalise un dosage entre ces deux grandes options, choisissant des bornes temporelles tantôt synchronisées sur les scansions de l’histoire tout court (« Les écrits de la Nouvelle-France (1534-1763) »), tantôt correspondant à l’événementialité propre au littéraire (telle la création en 1895 de l’École littéraire de Montréal, prise comme terminus ab quo de la troisième période, « Le conflit entre l’ici et l’ailleurs »). On peut certes contester le manque de cohérence de ce type de découpage, qui semble refuser de choisir entre la prise en compte des déterminations externes et la mise en évidence d’une dynamique proprement littéraire. Les auteurs s’en sortent, nous semble-t-il, en présentant leurs cinq grandes périodes comme « une série de commencements » (p. 16), isolant ainsi ce motif inchoatif comme l’une des principales clés de lecture, inséparablement littéraire et historique, du corpus québécois.

11Pertinente également, l’option qui consiste à marquer nettement la césure de la Seconde guerre mondiale, faisant ainsi remonter la genèse de « L’invention de la littérature québécoise » à la polémique autour de La France et nous plutôt qu’aux agitations des années 1960. Là où apparaît sans doute de manière tout à fait significative le choix de donner une large place aux dynamiques proprement esthétiques, c’est dans la distinction opérée, au sein de la période 1945-1980, entre trois sous-périodes de quinze (pour la première) et dix ans (pour les deux autres). Isoler une décennie 1970-1980 caractérisée par les « avant-gardes et ruptures », c’est entrer dans le détail des expérimentations formelles des poètes des Herbes rouges ou de La Barre du jour, là où une perspective plus socio-historique aurait simplement situé ces acteurs dans le prolongement de Parti pris pour s’attarder sur le mouvement d’institutionnalisation croissante de la littérature québécoise, notamment à l’école et à l’université — mouvement qu’évoquent du reste les auteurs dans leur introduction à cette période.

12Au fond, ce qui caractérise les choix de périodisation de cette Histoire, qu’ils soient syncrétiques (« Les écrits de la Nouvelle-France (1534-1763) ») ou discriminants (« Avant-gardes et ruptures : 1970-1980 »), c’est qu’ils se réfèrent à une « évolution des œuvres littéraires » (p. 484), aux mutations d’une « tradition littéraire » prise pour elle-même, bien que ponctuellement contextualisée dans les brèves synthèses introductives. Cette référence est particulièrement sensible dans la justification de la prise en compte des écrits de la Nouvelle-France, dans la mesure où elle semble précisément ne pas aller de soi. Les auteurs avancent plusieurs arguments pour valider l’intégration de ce corpus : la valeur documentaire des thématiques exposées, la valeur éditoriale, la valeur mémorielle de ces textes dans la tradition de lecture, mais aussi — et c’est là selon nous le point aveugle de cette Histoire — la valeur proprement esthétique d’écrits qui « relèvent tous, à quelque degré, de la tradition littéraire » (p. 20). Mais quel est le point de vue à partir duquel se définissent cette « tradition littéraire » et les degrés d’appartenance des textes ?

La « littérature québécoise » réinventée

13On peut penser que les auteurs esquissent une réponse à cette question dans l’introduction de leur quatrième partie, consacrée précisément à « L’invention de la littérature québécoise (1945-1980) ». Cette invention, qui trouve son aboutissement au milieu des années 1960, opère un « déplacement […] majeur en ce sens qu’[elle] met à distance la tradition littéraire locale et oblige à la repenser » (p. 277). Ce nouveau cadre d’intelligibilité, les auteurs en étendent le champ d’application jusqu’au présent le plus proche, allant jusqu’à affirmer que « [c]’est toute la littérature québécoise qui s’invente alors, depuis son origine jusqu’à son évolution dans son avenir rapproché » (ibid.). Autrement dit, le point de vue de l’historiographe d’aujourd’hui serait encore pris dans ce processus de (re)construction du complexe « littérature québécoise » et l’ensemble de son entreprise pourrait ainsi être compris selon les grandes orientations axiologiques et idéologiques de ce processus. On peut légitimement se demander si les auteurs n’entretiennent pas une forme d’ambiguïté dans le maniement de l’étiquette « littérature québécoise », tantôt faisant mine d’en neutraliser les connotations socio-historiquement datées, tantôt signalant explicitement que les enjeux symboliques dont elles est le symptôme font partie intégrante de l’objet même qu’il s’agit de décrire dans cette Histoire, ce qui dans les deux cas rend immanquablement problématique l’énonciation historiographique qui reprend cette expression à son compte et l’applique de manière rétroactive.

14Certes, plusieurs des principales options prises par les auteurs témoignent d’une prise de distance par rapport au noyau doxique « littérature québécoise » et d’une mise en perspective des valeurs dont il est porteur. On pense par exemple à l’ouverture aux littératures de lange anglaise, acadienne et franco-ontarienne, qui constitue sans doute l’une des originalités majeures de l’ouvrage, comme on l’a signalé plus haut. On pense également à l’ensemble de la dernière partie (« Le décentrement de la littérature (depuis 1980) »), dont l’introduction dense et pénétrante oblige à déplacer le point de vue sur un corpus qui cesse d’afficher « de façon ostensible les signes de la québécité » (p. 532). À l’heure où la littérature québécoise, comme l’ensemble de la production littéraire d’ailleurs, semble entraînée « dans un vaste processus de minorisation et de décentrement » (ibid.), les historiographes invitent à (re)lire les œuvres selon le prisme de ce décentrement, ultime avatar d’une série de décentrements qui, suggèrent les auteurs, « se ramènent peut-être au fond à un seul, qui est celui du sujet individuel lui-même » (p. 534).

15À cette mise à distance de l’étiquette « littérature québécoise », la conclusion finale répond cependant en proposant une nouvelle formulation de ce qui définirait la singularité de cette « petite littérature nationale », non plus sur le mode organique et identitaire, mais comme en creux de la définition « pleine » — pleinement visible — dont jouit l’institution qui la prend en charge : « cette institutionnalisation va de pair avec un fort sentiment de précarité qui se trouve à plusieurs niveaux de la littérature québécoise » (p. 628). Et l’ensemble de la tradition littéraire québécoise d’être resaisi par le biais de ce motif de la précarité, nouvel absolu diachronique qui permet de situer la littérature produite au Québec comme à l’avant-garde de l’ensemble de la culture lettrée, dont le devenir-précaire ne cesse de trouver de nouvelles confirmations.

Un paradigme historiographique doublement encyclopédique

16Dans les paragraphes qui précèdent, nous avons tenté d’exposer de façon sommaire les principales options historiographiques par lesquelles se distinguait cette nouvelle Histoire. Vues de loin, ces options pourraient laisser penser à un retour de l’historiographie littéraire québécoise au paradigme esthétique, dans sa version la plus centrifuge – c’est-à-dire préoccupée par la spécificité québécoise de son corpus.

17Or nous pensons plutôt que ce projet inaugure résolument un nouveau paradigme historiographique, que nous qualifierons d’« encyclopédique ». Cet adjectif n’est pas à entendre comme un renvoi à une démarche de pure érudition, dont les auteurs de la présente Histoire ont précisément tenu à s’écarter, mais est à rapprocher du concept d’« encyclopédie » développé par Umberto Eco, notamment dans son Lector in fabula. Selon cette conception, l’encyclopédie désigne la systématique des savoirs partagés par une communauté sémiotique et mobilisables dans les interactions au sein de cette communauté. Cadastrer une encyclopédie, c’est définir le panel des représentations à partager par une communauté.

18Le projet historiographique qui répond à ce paradigme encyclopédique consiste à mettre en évidence une série d’œuvres à partir d’opérations de sélections et de jugements de valeur. D’un côté, la sélection se fonde sur le postulat que certaines œuvres, mieux que d’autres, témoignent d’un savoir complexe sur le monde, qu’il est nécessaire de proposer à la collectivité à l’heure où la présence sociale de la littérature affiche un recul de plus en plus net. D’un autre côté, les jugements de valeur entendent rompre avec la tendance selon laquelle l’historiographie des littératures périphériques impliquerait une suspension de tout jugement : ici, la valeur des textes est clairement affirmée à l’aune de leurs propriétés mémorielles, c’est-à-dire de leur capacité à avoir circulé et percolé dans les pratiques et l’imaginaire de la collectivité.

19L’encyclopédisme historiographique, tel que nous l’entendons ici, se définit donc par cette double ambition à saisir la littérature comme projet de connaissance et comme objet de mémoire pour une collectivité.

20Il se caractérise en outre — et c’est une conséquence de ce qui précède — par une forme de syncrétisme des options méthodologiques qui caractérisaient jusqu’alors l’historiographie des littératures périphériques : certains outils de la sociologie des champs littéraires se trouvent ainsi mêlés à des approches biographiques ou à des analyses internes. Par cette pratique, les auteurs se donnent les moyens, dans un premier temps, de mettre en place des configurations littéraires (en fonction des périodes), et dans un second temps, de monter en épingle les figures ou les œuvres qu’ils jugent les plus ajustées aux fonctions encyclopédiques définies plus haut.

21Enfin, ce paradigme oblige à réévaluer les manières d’aborder les rapports à la France. Ceux-ci étaient jusqu’alors majoritairement conçus sur le modèle centre / périphérie, qui porte malgré lui les germes d’une lecture axiologique ou normative, faisant peser sur les périphéries un stigmate d’incomplétude. Ici, le rapport à la France n’est plus appréhendé sur le mode du stigmate (à éventuellement retourner en emblème), mais en tant qu’il met en concurrence différents modes de légitimation, les uns n’étant ni plus singuliers ni plus universels que les autres. Selon cette perspective encyclopédique, l’historiographe de la littérature québécoise neutralise les rapports de domination entre ces différents modes de légitimation en montrant que la France est elle-même l’exception dans sa manière de minoriser toutes les manifestations littéraires qu’elle n’assimilerait pas.

Vers d’autres possibles historiographiques

  • 5 Franco Moretti (éd.), Il Romanzo, Torino, Einaudi, 2001-2003, 5 vol. et Franco Moretti (éd.), The (...)

22Si l’on généralise cette opération de neutralisation des universaux par lesquels nous appréhendons le littéraire, on voit se dessiner de nouvelles perspectives historiographiques, telle, par exemple, celle que propose le très stimulant Franco Moretti avec la somme qu’il a coordonnée sur le roman5. Le découpage qui circonscrit l’objet n’y est plus ni géographique, ni thématique, mais résolument générique au sens le plus large du terme. Le roman y est abordé bien au-delà du cadre restreint hérité par la définition occidentale et moderne. La perspective y est multipolaire et mêle, formellement, des essais, des lectures rapprochées, de la contextualisation, et méthodologiquement, l’histoire, la statistique, l’analyse formelle, l’anthropologie, etc. Comme l’écrit Emilie Bickerton :

The most crucial aspect of the Il romanzo project is the idea driving it to see literature globally, to free 'the novel' from its modernist, strictly Western center of emergence and consider instead how the form has mutated around the world, and why.6

  • 7 Et des infrastructures qui les supportent, au premier rang desquelles l’université et son découpa (...)

23Ce serait l’objet d’un autre compte rendu que d’expliciter plus longuement les options défendues dans cette volumineuse entreprise. Il nous importait cependant de resituer l’Histoire… de Biron, Dumont et Nardout-Lafarge dans ce qui nous apparaît comme un mouvement de fond qui tire l’historiographie littéraire vers une renégociation radicale des systèmes de valeurs (nationaux, disciplinaires, idéologiques, méthodologiques, etc.)7 qui ont caractérisé le xxe siècle métalittéraire.

Haut de page

Notes

1 Michel Biron a lui-même proposé une lecture de l’histoire de l’histoire de la littérature au Québec, orientée vers le projet historiographique qu’il était alors en train d’achever : « L’histoire littéraire est inadmissible : l’exemple du Québec », dans D’Hulst(Lieven) et Moura(Jean-Marc) (dir.), Les études littéraires francophones : état des lieux, Lille, Travaux du Conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2003, pp. 209-220. Le panorama qui suit sera inévitablement privé de nuances et farci de raccourcis et simplifications que ne pourrait tolérer une lecture plus approfondie des historiographes évoqués. Le cadre de ce compte rendu n’autorise pas une telle lecture, mais réclame un aperçu d’ensemble forcément insatisfaisant.

2 Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. « Références », 2005.

3 C’est dans le sillage de cet ouvrage que les auteurs de l’Histoire de 2007 situent explicitement leur projet historiographique : « Dans la mesure où une histoire littéraire du Québec fondée sur la lecture des textes n’a pas été proposée depuis l’ouvrage collectif dirigé par Pierre de Grandpré […], il nous a semblé que le temps était venu d’entreprendre une nouvelle lecture historique des textes littéraires québécois. » (P. 11).

4 « En évoquant la littérature acadienne et la littérature franco-ontarienne qui défendent maintenant leur autonomie, nous avons voulu souligner les liens qui unissent les littératures issues du Canada français » (p. 15).

5 Franco Moretti (éd.), Il Romanzo, Torino, Einaudi, 2001-2003, 5 vol. et Franco Moretti (éd.), The Novel, Princeton, Princeton University Press, 2006, 2 vol.

6 Émilie Bickerton, « The Novel, Volume 1: History, Geography, and Culture and The Novel, Volume 2: Forms and Themes , edited by Franco Moretti », Bookforum, février-mars 2007.

7 Et des infrastructures qui les supportent, au premier rang desquelles l’université et son découpage en domaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo et François Provenzano, « L’historiographie de la littérature québécoise vers un nouveau paradigme », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 17 avril 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4243

Haut de page

Auteurs

Björn-Olav Dozo

FNRS - Université de Liège

Articles du même auteur

François Provenzano

FNRS - Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page