Navigation – Plan du site

Donnez, vous recevrez. Les rapports entre écrivains et seigneurs à la fin du Moyen Âge à travers le don du livre et la dédicace

Caroline Prud’Homme

Entrées d'index

Mots-clés :

Don, Moyen Âge, Livre
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Froissart (Jean), Le joli buisson de Jonece, éd. Anthime Fourrier, Genève, Droz, « Textes littérai (...)
  • 2  Parmi tant d’autres exemples : Froissart (Jean), Œuvres : Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, (...)

1Dans un célèbre passage du Joli buisson de Jonece (1373), Jean Froissart dresse une liste d’une trentaine de princes qui ont été généreux à son égard (vv. 221-3901) ; à la demande de dame Philozophie – « Je te pri, nommes nous aumains / Les seigneurs que tu as veüs / Et dont tu as les dons eüs, / Si prenderont leur hoir exemple » ­–, le poète effectue une énumération de grands seigneurs et nobles dames, il indique la nature et la valeur des dons qu’il en a obtenu (« chevaus et florins sans compte », v. 275 ; « De biaus florins a rouge escaille », v. 281 ; « Une bonne cote hardie / […] de .XX. florins d’or », vv. 342-343 ; .xl. ducas l’un sus l’autre », v. 362 ; accueil chaleureux, vv.  300, 309, 316, 355, 367, entre autres). Ce que retient ici Froissart, c’est la largesse de tous ces grands personnages, ce qu’il loue en eux, c’est leur capacité à donner généreusement, avec libéralité ; « honneur, largesse et courtoisie2» forment, dans les mots du chroniqueur, le noyau fondamental de l’éthique chevaleresque.

  • 3  Pour un travail en ce sens sur la Renaissance, voir Zemon Davis (Natalie), The Gift in Sixteenth-C (...)

2Mais la largesse s’inscrit aussi plus largement dans le système social médiéval, basé en grande partie sur le principe du don et du contre-don. Dans ce contexte, faire un don est une subtile entreprise combinant volonté et obligation, devant tenir compte du statut du donateur et du donataire, des rapports établis entre eux, des motivations du don, du contre-don espéré, etc. Bien qu’une étude socio-culturelle d’ensemble sur le phénomène du don dans la société médiévale reste encore à faire3, cet article propose plus modestement l’étude d’un type de don à la fin du Moyen Âge : la présentation, par un écrivain, d’un livre à un seigneur, de sa propre initiative, et non du fait d’une commande. On tentera, dans un premier temps, une approche théorique du rôle du don dans la société médiévale, et de ce type de don du livre en particulier. Dans un second temps, on interrogera la représentation textuelle du don du livre dans quelques œuvres des xive et xve  siècles, à partir des éléments de sa mise en scène, de l’auto-glorification de l’auteur et de ses succès et ratés. Il s’agira ici d’un premier état de la question, puisque ce type de don du livre n’a pas encore été l’objet de travaux critiques.

Le don au Moyen Âge

  • 4  Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaїques », L (...)
  • 5  Traduction libre. Buettner (Brigitte), « Past Presents: New Year’s Gifts at the Valois Courts, ca. (...)

3Le don joue un rôle fondamental dans la société médiévale, il constitue à la fois une forme de contrat social basé sur la réciprocité et une loi économique assurant l’échange et la distribution des biens. La définition que propose Marcel Mauss de ce principe de réciprocité vaut tout autant pour les sociétés primitives qu’il étudie que pour la société médiévale : le don se conçoit en termes d’obligations, donner, recevoir et rendre (le don4). Au Moyen Âge, ce code de conduite s’applique par exemple aux relations entre les seigneurs et leurs sujets, liés par un contrat d’obligations réciproques que scelle la cérémonie d’hommage vassalique. Pour les rois et les princes, les dons sont de précieuses armes utilisées à des fins politiques, telles faire ou défaire des alliances, forger des liens diplomatiques, signaler son pouvoir5. Ils sont de mise dans toute une série d’occasions rituelles, mariages, entrées royales, négociations et traités de paix. Le don peut être un mode de sociabilité, permettant de renforcer des liens ou d’en créer de nouveaux, que le donateur soit un roi, un marchand, un écrivain. Il joue même un rôle dans les pratiques religieuses, qu’on pense aux offrandes faites lors de funérailles, censées rapprocher l’univers des morts de celui des vivants, ou aux dons charitables et autres indulgences destinées à « gagner son ciel ».

  • 6  Voir Little (Lester K.), Religious Poverty and the Profit Economy in Medieval Europe, Ithaca, Corn (...)

4Au Moyen Âge, l’économie du don et celle de l’échange, de biens comme de services, se complètent. Le roi protège ses sujets, et s’attend en retour à leur loyauté. On encourage les mieux nantis à donner aux pauvres, ce qui permet de redistribuer les richesses, mais aussi d’agir avec largesse, et de se rapprocher de Dieu ; les frères dominicains et franciscains, qui font vœu de pauvreté, font appel aux marchands pour qu’ils réinvestissent leurs gains en dons aux nécessiteux, aux hôpitaux, aux ordres religieux6.

  • 7  Pizan (Christine de), Le livre du corps de policie, éd. Robert H. Lucas, Genève, Droz, « Textes li (...)
  • 8  L’expression « ars donandi » se trouve chez Grégoire de Tours, utilisée dans un contexte politique (...)
  • 9  Article « mécène », Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d (...)

5La largesse étant la vertu chevaleresque par excellence, le don (ou le contre-don) est particulièrement l’affaire des princes, ce dont fait foi Christine de Pizan, qui consacre un chapitre de son Livre du corps de policie (ca. 1407) à la « liberalité en prince et exemples des Ronmains7 ». Christine y explique comment le prince doit agir avec libéralité, donnant aux pauvres et aux malades, à tous ceux qui souffrent et vivent dans de pénibles conditions. Elle définit l’art du savoir donner8 et l’art du savoir recevoir à partir de sources antiques, notamment Sénèque (De Benefices) saint Ambroise (De Officiis), Cicéron (De Officiis). Contrairement à ce à quoi l’on pourrait s’attendre, Christine omet ici l’exemple typique de Mécène, conseiller de l’empereur Auguste et protecteur des arts et lettres ; le nom commun « mécène » ne sera d’ailleurs attesté en français qu’en 1526, moment qui coïncide avec la politique de mécénat de François Ier9.  

6Selon Christine, deux éléments sont essentiels dans l’art de faire un don : « doit considerer le prince ou le donneur a qui et pour quoy donne le don » (p. 45). Il faut que le don soit proportionnel au donateur et au donataire :

Le prince, ou cellui qui veut donner, doit regarder la puissance et auctorité de lui qui donne et aussi la force et l’estat de cellui a qui il veult donner, afin qu’il ne donne moindre don que a lui appartient a donner, et aussi plus grant qu’il n’appartient a cellui qui reçoit ne plus petit aussi (p. 45).

  • 10  Ainsi un livre ne suffit pas comme étrenne pour la nouvelle année 1456, indique un ambassadeur du (...)

7Un don insuffisant pourrait blesser l’orgueil d’un donataire10, alors qu’un don extravagant placerait peut-être un donataire dans une situation embarrassante quant au contre-don qui doit suivre. Un livre offert à un grand seigneur doit lui plaire, tant par son contenu que par sa matérialité, il doit en refléter la noblesse, ce dont les auteurs donateurs sont conscients : dans la seconde partie de cet article, on verra par exemple la description que propose Froissart de la richesse de l’ornementation du recueil de poèmes offert au roi d’Angleterre Richard II, et les modifications apportées par Martin Le Franc à l’aspect visuel de la deuxième copie du Champion des dames présentée au duc Philippe de Bourgogne.

8Pour Christine, le don doit être en accord avec les deux parties, mais aussi avec la raison qui motive le don :

  • 11  Récompense, faveur méritée.
  • 12  On dirait aujourd’hui corruption, manque de neutralité.
  • 13  Avarice, le fait de ne pas donner suffisamment ; en anglais, « scarcity ».

car il y a difference entre donner pour merite et guerdon11 d’aucun bien fait et donner par franche liberalité de pure courtoisie. Car se c’est merité, / le prince doit bien regarder que le don soit tel qu’il ne puisse estre blasmé de nulle chetiveté12 ou escarseté13, si doit estre fait tousjours sur le large selon le merite. (p. 45-6)

  • 14  Buettner (Brigitte), art. cité, p. 604.

9Dons immérités et dons avaricieux sont tout autant blâmables, ils contreviennent au principe de la courtoisie comme reconnaissance du mérite et à celui de la largesse comme don généreux ; celui qui donne uniquement en vue de son propre intérêt, par « chetiveté », va aussi à l’encontre de l’art du don. Savoir donner, c’est donc savoir jouer avec un certain nombre de paramètres, savoir s’ajuster à différentes situations, ce qui est d’autant plus juste qu’au Moyen Âge, le don est, plus souvent qu’autrement, asymétrique14. S’il arrive qu’un roi fasse un don à son égal, les conditions particulières d’un traité de paix ou d’un mariage peuvent changer la donne. Dans le contexte curial, les donateurs sont généralement d’un statut social inférieur au donataire, qu’ils soient prélats ou de petite noblesse, marchands, membres de corporations diverses, rattachés ou non à la maison du seigneur par leur fonction (secrétaires, libraires, clercs de chancellerie, auteurs).

10Pour un écrivain, comme pour les donateurs peu nantis, offrir un don à un seigneur suppose un investissement non négligeable, si bien que ces donateurs sont en droit de s’attendre à un contre-don proportionnel au leur, c’est dire que le prince doit savoir aussi bien donner que recevoir, et, surtout, donner en retour. C’est justement dans ce contre-don qu’apparaît toute la libéralité du prince. Christine écrit à ce propos :

  • 15  Probablement « petitesse ».
  • 16  Tolir : enlever, ôter.

Et toutesfoys appartient au bon prince souverainement guerdonner le bien et l’aimistié que aultrui lui fait, et non mie quant en ce cas regarder se le service est grant ou que il lui soit agreable[,] a la petisse15 de la personne qui lui a fait, mais a la grandeur de lui qui le reçoit, et qui lui peut bien guerdonner [;] […] ce n’est mie liberalité quant on donne aux ungs et l’en tolt16 aux aultres, car riens n’est liberal s’il n’est juste […] (p. 46).

  • 17  Dans l’exemple de Christine : « si n’estima mie Daire le pris du don, mais la liberalité du donneu (...)

11Lorsque le prince reçoit un don, c’est donc à lui de bien récompenser le donateur, peu importe le statut de ce dernier, car seul le prince peut donner avec libéralité. Savoir recevoir et donner en retour est une question financière (en avoir les moyens sans avoir pour autant à emprunter), et une vertu liée au code chevaleresque, à l’honneur et à la courtoisie. Celui qui sait recevoir sait donner, non pas en fonction de la valeur du don reçu, mais de son propre statut, de sa propre « puissance17 ». Voilà assurément ce qu’espèrent les écrivains qui offrent un livre à un seigneur, que leur don leur soit rendu avec largesse, que le contre-don contribue à la réputation de libéralité du seigneur, tout en étant bénéfique à celui qui le reçoit.

Le don du livre au Moyen Âge

  • 18  Green (Richard Firth), Poets and Princepleasers. Literature and the English Court in the Late Midd (...)

12Le don du livre s’inscrit dans la culture curiale médiévale, dans la mesure où le don fait partie intégrante des rapports entre seigneurs et artistes. En effet, à cette époque, dans de nombreuses cours européennes, le divertissement, avec ses composantes d’enseignement et d’amusement (docere et delectare), est le fait des artistes de cour, qu’il soient écrivains, musiciens, danseurs ou autres ; en échange de leur performance, ils obtiennent diverses rétributions, certains sont logés et nourris, d’autres reçoivent des vêtements ou un salaire. Il y a, dans ce cas, obligations réciproques de la part des deux parties18.

  • 19  Kelly (Douglas), « The Genius of the Patron: the Prince, the Poet, and Fourteenth-Century Inventio (...)

13C’est un rapport similaire qui s’institue entre seigneur et écrivain en situation de commande : le seigneur est la source de l’œuvre, il prend en charge les coûts de production, il fournit à l’écrivain sen et matere, le sens et le contenu de l’œuvre, laquelle doit ensuite être rédigée, adaptée ou traduite, selon les cas. L’écrivain est donc en état de subordination par rapport au seigneur, même lorsqu’il crée une œuvre nouvelle, ainsi en est-il du Chevalier de la charrette, composé par Chrétien de Troyes à la demande de Marie de Champagne. La poésie de cour met en évidence le rapport d’interdépendance et d’intimité qu’elle crée, car le poète y devient, selon Douglas Kelly, le scribe chargé de noter les paroles, pensées et sentiments du prince19.

  • 20  Pour de nombreux exemples en ligne, consulter Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèqu (...)

14Ce type de relation entre seigneur et écrivain est particulièrement bien illustré par les enluminures dites de présentation, dans lesquelles on voit un clerc dans une posture humble, à genoux ou sans chapeau, par exemple, et un prince en position d’autorité, prenant place sous un dais, arborant les symboles de son autorité (sceptre, bannière, devises, armes, etc.20). C’est généralement le prince qui domine la composition, étant à la fois l’initiateur de l’œuvre et son destinataire. On se trouve alors devant un hommage symbolique au commanditaire de l’œuvre, et la présence d’une telle miniature dans un manuscrit médiéval ne suppose pas toujours une présentation réelle de l’œuvre par l’auteur à son destinataire.

15Or, on peut se demander ce qui arrive dans les cas où un auteur agit selon sa propre initiative, lorsqu’il offre un livre à un seigneur de son choix, sans qu’il n’y ait eu de sollicitation préalable ou que ce seigneur soit déjà un protecteur attitré de l’écrivain. La logique du don et du contre-don s’applique, comme pour la commande, mais c’est là une toute autre configuration des rapports entre écrivains et seigneurs : ce n’est plus le seigneur qui fait l’écrivain, mais plutôt l’écrivain qui fait le seigneur, qui désigne lui-même celui qui deviendra son mécène. S’il opte pour un seigneur ne faisant pas partie de son cercle habituel de protecteurs, l’auteur espère sans doute créer de nouveaux réseaux de sociabilité, obtenir un bénéfice monétaire ou symbolique, faire connaître et circuler son œuvre. Ce type de don du livre se double d’un intérêt supplémentaire lorsque son compte rendu est rédigé par l’écrivain donateur. Il y a alors littérarisation de l’événement, mise en scène auctoriale, présence marquée, dans le texte, à la fois de la figure de l’auteur et de celle du mécène idéal.

  • 21  Voir Thiry (Claude), « La présentation au prince », dans Mythes à la cour, mythes pour la cour, ac (...)
  • 22  Article « Dédicace », Le grand Robert de la langue française, 2e édition, sous la direction d’Alai (...)
  • 23  Je reprends ici deux des exemples fournis par Claude Thiry, parmi d’autres (art. cit.).

16Lorsqu’il est question de don du livre pour la période médiévale, le terme « présentation » est généralement celui qui prévaut, en particulier pour les enluminures. La distinction que propose Claude Thiry entre « présentation » et « dédicace21 » nous permet de cerner avec plus de précision l’objet qui nous occupe. La « présentation » serait issue d’une concertation entre un écrivain et un seigneur, habituellement liée à une commande ; ce serait principalement un hommage symbolique, illustré par une miniature ou représenté par un prologue laudatif du donataire, davantage qu’un événement vécu dans la réalité. Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V en fournit un bon exemple : l’ouvrage a été commandé à Christine de Pizan par Philippe, duc de Bourgogne, ce dont témoignent le frontispice et l’incipit de l’ouvrage. Quant à la « dédicace », elle serait au contraire le fruit d’une initiative auctoriale. Le terme est ici employé dans une acception plus large que sa définition habituelle, « hommage qu’un auteur fait de son œuvre à quelqu’un, par une inscription imprimée en tête de l’ouvrage22 » ; la dédicace pourrait englober le fait, pour un écrivain, de donner un livre à un seigneur, sans que celui-ci ne le lui ait expressément demandé. Un autre exemple tiré du corpus christinien serait cette fois le Livre du chemin de long estude23, offert au roi de France par Christine de Pizan de son propre chef.

  • 24  Barthes (Roland), « La dédicace », Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, « Tel Quel », 1 (...)
  • 25  Ballade 127 d’Eustache Deschamps ; Dit dou florin de Jean Froissart ; Complainte du Champion des d (...)

17Le don du livre non sollicité peut donc être qualifié de « dédicace », car il résulte d’une initiative de l’auteur. Le terme est d’autant plus approprié si l’on rappelle ce qu’en dit Barthes dans Fragments d’un discours amoureux : « épisode de langage, qui accompagne tout cadeau amoureux, réel ou projeté, et plus généralement, tout geste, effectif ou intérieur, par lequel le sujet dédie quelque chose à l’être aimé »24. Il est clair que le cadeau dont il est ici question est bien un don non sollicité, mais, ce qui importe davantage, c’est que ce que dit Barthes de la dédicace amoureuse corresponde aux éléments essentiels de notre objet. Cet « épisode de langage », dans le don du livre, c’est la représentation du don par écrit, ce « compte rendu » qui, tout en possédant certains éléments typiques, peut s’inscrire dans une variété de genres et de formes littéraires (parmi lesquels, dans les textes de notre corpus, ballade, dit, complainte, récit de voyage et chroniques25). Le livre est bien un objet matériel, un cadeau, offert à quelqu’un, ici, un mécène potentiel. Ce don peut être accompagné d’un geste, qui, dans la plupart des textes étudiés, est la lecture de l’œuvre elle-même ; ce geste pourrait aussi concerner toute la préparation qui précède le don, la création et la confection du manuscrit, les stratégies de l’auteur pour plaire au seigneur. Le passage du domaine amoureux au domaine féodal se fait aisément, puisqu’au Moyen Âge, les rapports entre le seigneur et sa dame, dans l’amour courtois, sont justement calqués sur ceux entre le seigneur et son vassal ; la dédicace du livre tient d’ailleurs des deux domaines, elle tend vers la séduction du dédicataire autant que vers la reconnaissance de son autorité.

  • 26  Mauss (Marcel), cité par Deborah Mc Grady, « What is a Patron? Benefactors and Authorship in Harle (...)
  • 27  Voir L’Avision-Christine, éd. Mary Louis Towner, New York, AMS, 1969 [1932], p. 165, d’après Debor (...)

18Néanmoins, pour approcher notre objet, ce qui échappe, tant à la définition de Thiry qu’à celle de Barthes, c’est le contre-don potentiel, essentiel dans le principe de réciprocité qui gouverne les rapports entre seigneurs et écrivains au Moyen Âge. La dédicace n’est certainement pas un don désintéressé pour un écrivain, qui est en droit de s’attendre à un bénéfice quelconque en retour de son geste. Le don crée des attentes, qui sont parfois déçues, puisqu’à partir du moment où le don est effectué, le donateur n’a plus le contrôle de la situation (« once a gift is offered the giver relinquishes all control over that gift », dit Mauss26). C’est à la discrétion du seigneur de rétribuer le donateur, et les exemples choisis montreront bien cette dimension du don, avec Froissart dépité de constater que Gaston de Foix ne conserve pas son manuscrit, ou Martin Le Franc écrivant la Complainte du Champion des dames justement pour rappeler à son dédicataire l’existence de ce Champion. Avec Christine de Pizan, le don devient presque un objet de consommation, a commodity, car il est des cas où c’est elle qui établit elle-même à l’avance le contre-don attendu ; elle a ainsi fait parvenir à Philippe de Bourgogne des manuscrits pour lui demander de s’occuper par la suite de l’éducation de son fils27. Le rapport entre les espoirs de l’écrivain et le contre-don obtenu sera d’ailleurs l’objet de la troisième section de la suite de cet article. Mais examinons d’abord la représentation textuelle de la dédicace.

La Dédicace

La dédicace mise en scène

  • 28  Pour des exemples, voir Holzknecht (Karl Julius), « Presentation », dans Literary Patronage in the (...)

19Alors que les enluminures dites de présentation fourmillent dans les manuscrits médiévaux, les comptes rendus écrits de dons du livre sont beaucoup plus rares. On peut certes trouver des colophons et poèmes dédicatoires décrivant une présentation, mais ils le font sur le mode anticipatif, commémorant un événement à venir ou un hommage symbolique28. Les représentations écrites de dédicaces avérées sont peu fréquentes, pourtant ce qu’elles peuvent nous apprendre sur la culture médiévale du don mérite qu’on s’y attarde. Les Chroniques de Froissart nous en fournissent deux exemples qui se lisent en parallèle et en opposition l’un à l’autre : d’abord, l’offrande, puis la lecture du roman Méliador à Gaston de Foix-Béarn, puis le don d’un recueil de poèmes au roi d’Angleterre Richard II. Le Dit dou florin propose une autre version des événements du Béarn. La ballade 127 d’Eustache Deschamps forme un cas de figure un peu différent : le poète champenois, s’adressant à son maître Guillaume de Machaut, narre sa présentation du Voir dit au comte de Flandre, ainsi que sa lecture devant la cour. Dans la Complainte du Champion des dames, Martin Le Franc imagine un dialogue entre lui-même et son livre, lui revenant en songe et décrivant l’accueil de Philippe de Bourgogne.

20Dans les miniatures de présentation et les dédicaces, les mêmes actants sont présents, le donateur, le donataire, l’objet donné, autrement dit, le poète, le prince et le livre. Cependant, ce qui, selon moi, différencie le plus ces deux dons de livre, c’est la représentation du pouvoir, et le déplacement qui s’effectue du seigneur à l’écrivain dans la dédicace : alors que, dans la présentation, l’autorité du seigneur domine visuellement la scène, le pouvoir de l’écrivain est au centre de la dédicace, racontée, rappelons-le, par le donateur écrivain lui-même. C’est l’occasion pour ce dernier de se représenter comme professionnel de l’écriture, de briller doublement, tant par le talent déployé dans la description de la scène que comme l’un de ses actants. La dédicace représente bien le pouvoir du mécène, comme la présentation, mais elle le fait d’une manière qui en réduit quelque peu la portée, et un nouveau type de pouvoir est valorisé, celui des mots.

  • 29  Voir Green (Richard Firth), « The camera regis », dans Poets and princepleasers, op. cit., pp. 38- (...)

21Parmi les textes étudiés, la dédicace du voyage en Angleterre est certainement la plus élaborée. Froissart la plante dans un décor, la camera regis, la chambre du roi, lieu habituel de la présentation au prince, haut lieu symbolique du pouvoir royal29. Elle est décrite comme un événement d’une grande solennité dans lequel chacun des gestes posés se déroule selon un ordre précis, comme s’il n’y avait pas place à l’erreur, comme s’il s’agissait d’un rite :

  • 30 Fermaux.

[…] voult veoir le roy le livre que je luy avoie apporté. Si le vey en sa chambre, car tout pourveu je l’avoie, et luy mis sur son lit. Il l’ouvry et regarda ens, et luy pleut très-grandement et bien plaire luy devoit, car il estoit enluminé, escript et historié et couvert de vermeil velours à dix clous attachiés d’argent dorés et roses d’or ou milieu, à deux grans frumaus30 dorés et richement ouvrés ou milieu de roses d’or. Adont me demanda le roy de quoy il traittoit. Je luy dis : “D’amours”. De ceste reponse fut-il tous resjouys, et regarda dedens le livre en plusieurs lieux et y lisy, car moult bien parloit et lisoit le franchois, et puis le fit prendre par ung sien chevallier qui se nommoit messire Richard Credon et porter en sa chambre de retraite, et me fist de plus en plus bonne chière et bon recueillotte à merveilles. Et advint que ce propre dimence que le roy Richart ot receu et retenu en très-grant amour mon livre, ung escuier d’Angleterre […] (KL XV, p. 167).

  • 31  « Pour ce jour, je ne luy monstray point le livre qu’apporté luy avoie, car messire Thomas de Pers (...)

22On voit bien dans ce passage le pouvoir royal et le pouvoir de l’écrivain se mesurer, à partir d’un scénario en partie écrit d’avance. D’une part, Froissart laisse au roi l’initiative de faire demander le livre au moment qui lui convient ; plus tôt dans son récit, le chroniqueur raconte sa première audience auprès du roi et le fait que le don du livre est remis à plus tard31. Le roi est au cœur de la dédicace, c’est surtout lui qui agit, l’écrivain se contentant de placer le livre sur le lit, et de répondre à sa question. D’autre part, il y a un déplacement syntaxique significatif dans ce passage : le pronom « il » et les autres sujets grammaticaux se réfèrent d’abord au roi, puis, tout à coup, au livre et à sa magnifique couverture. Ce n’est alors plus le roi qui occupe le devant de la scène, mais plutôt l’objet matériel, longuement décrit, et avec précision. Le livre doit être à l’image de son dédicataire, s’il doit en refléter la richesse et la puissance, selon les règles de l’ars donandi, il est aussi le symbole même de l’écrivain, sa splendeur rejaillit sur lui : le livre en majesté en vient à occuper presque tout l’espace textuel, presque un tiers du passage cité. Le pouvoir de l’écrivain se traduit aussi par son rôle de chef d’orchestre de la dédicace, tant dans les moments qui la précèdent (confection du manuscrit, rédaction des poèmes, organisation du livre, recommandations de ses seigneurs, choix du moment pour voyager en Angleterre, etc.) que dans son déroulement (mettre le livre en valeur, orienter la lecture du roi).

  • 32 Inglis (Erik), « A Book at Hand: Some Late Medieval Accounts of Manuscript Presentations », Journal (...)
  • 33  Le Franc (Martin), « Complainte du livre du Champion des Dames a maistre Martin Le Franc son acteu (...)
  • 34  Charron (Pascale), « Les réceptions du Champion des dames à la cour de Bourgogne : “Tres puissant (...)
  • 35  Actuellement Bruxelles, KBR, 9466. Pour la description de sa transmission, voir La librairie des d (...)

23Tandis que les enluminures de présentation dépeignent généralement le moment du don proprement dit, du passage du livre des mains du donateur à celles du donataire, Froissart décrit les trois moments du don du livre que seraient le don proprement dit, sa réception et sa mise de côté (« presentation, examination and storage », selon Erik Inglis32). C’est aussi le cas dans la Complainte du Champion des dames, bien que l’auteur soit absent au moment du don. Martin Le Franc tait la manière dont il a fait parvenir son livre au duc de Bourgogne, mais il indique qu’il a choisi de ne pas se présenter personnellement à la cour, ce qui aura un impact sur la réception de l’œuvre. Dans la strophe 16, le livre, s’adressant à son auteur, dit simplement : « Pour acomplir ta voulenté / Sans malice, a la bonne foy, / Au prince me suis presenté […]33 » ; le livre continue ensuite de décrire l’événement en même temps qu’il loue le duc de Bourgogne. Les strophes 16 et 17 laissent présager une réception positive de l’œuvre, que contredisent toutefois les deux strophes suivantes. Le livre y décrit la réaction de rejet des courtisans et les mauvais traitements qu’ils lui font subir : ils suggèrent au duc de le faire brûler (v.  141), de le jeter aux ordures, de le laisser pourrir sans en prendre soin (vv. 145-8, voir aussi vv. 28-32). Les deuxièmes et troisièmes moments du don du livre, son accueil à la cour et son rangement, sont ici mis en relief, si bien qu’on a pu croire à un refus de la dédicace et à la destruction du livre. On ne s’attardera pas ici aux raisons de l’accueil défavorable des courtisans, elles ont été étudiées en profondeur par Pascale Charron34, ni au sort réel du manuscrit35. Notons cependant qu’il y a, dans ce texte, processus de littérarisation de l’événement, de fictionnalisation : on décrit, sans doute en en exagérant les détails, ce qui est un drame pour un écrivain, le fait que son œuvre n’ait pas reçu l’attention espérée ou qu’elle soit simplement passée inaperçue.

  • 36  « D’honneur m’a fait plus que ne vaulx, / Car il m’a touchié de sa main, / Et n’a prins garde a me (...)
  • 37  Le Goff (Jacques), « Le rituel symbolique de la vassalité », dans Un autre Moyen Âge, Paris, Galli (...)
  • 38  Pour une analyse de la dédicace de Froissart à Richard II en ce sens, je me permets de renvoyer à (...)
  • 39  Deschamps (Eustache), « Ballade 127 », dans Œuvres complètes, éd. marquis de Queux de Saint-Hilair (...)

24Dans la dédicace de Froissart et dans celle de Le Franc, comme d’ailleurs dans les enluminures de présentation, la main est au cœur de la scène36, elle est le symbole de l’union entre le seigneur et l’écrivain, de la réciprocité que suppose le don, car c’est avec la main qu’on donne et qu’on reçoit ; la main joue d’ailleurs un rôle fondamental dans la cérémonie d’hommage vassalique37, à laquelle la dédicace est apparentée38. Chez Eustache Deschamps aussi le passage du livre d’une main à l’autre est significativement placé au milieu même du poème, aux vers 12 à 14 d’une ballade qui en compte vingt-quatre : « A Monseigneur de Flandres proprement / Qui par sa main reçut benignement / Vostre Voir Dit sellé desur la range39 ».

L’écrivain, héros de la dédicace

  • 40  Froissart (Jean), Chroniques, éd. Léon Mirot, Paris, Société de l’Histoire de France, Librairie an (...)
  • 41  Pour une étude détaillée de la manière dont Christine interagit avec ses divers seigneurs, voir l’ (...)
  • 42  Pour de premiers jalons sur cette question, voir ma thèse de doctorat, Entre rhétorique et expérie (...)

25La dédicace à Gaston de Foix-Béarn est moins explicite quant à l’échange proprement dit, Froissart choisit plutôt de mettre l’accent sur la lecture de son roman arthurien en vers, Méliador : « le conte de Foeis le vey moult volentiers, et toutes les nuis après son soupper je luy en lisoie40 ». Le texte des Chroniques est assez bref, il mentionne le fait que le roman a été rédigé à la demande de Wenceslas de Brabant, et qu’il contient les poésies de ce dernier. Ce genre de « recyclage » des œuvres littéraires est relativement fréquent chez Christine de Pizan, qui offre simultanément ses œuvres à plusieurs seigneurs41. Le choix de Méliador, le chevalier au soleil d’or, est particulièrement approprié pour Gaston de Foix-Béarn, qui porte lui aussi un surnom solaire, Fébus, et qui, comme le héros du roman, est l’un des plus grands chevaliers de son temps. Une étude des stratégies mises en œuvre par Froissart dans son roman, comme dans le recueil de poésies offert à Richard II, pour séduire son destinataire dépasserait le cadre de cette étude42, mais elle offrirait un complément à la représentation de l’auteur dans son compte rendu de la dédicace.

26Dans le voyage en Béarn (SHF XII, pp. 1-118), le récit de la lecture du roman est suivi d’un portrait laudatif de Gaston de Foix (SHF XII, pp. 76-78), ce qui, paradoxalement, met en évidence la qualité de professionnel de l’écriture de Froissart. Le chroniqueur se décrit en auteur lisant son roman devant la cour, et il semble joindre le geste à la parole, démontrer sa verve de conteur et son talent d’écrivain par la description d’un excellent chevalier.

  • 43  Froissart (Jean), « Le dit dou florin », dans « Dits » et « débats », éd. Anthime Fourrier, Genève (...)
  • 44  Voir la fin de la dédicace dans SHF XII, p. 76.

27Le Dit dou florin raconte une autre version de cette dédicace, plus personnelle, peut-être parce que le dit se prête mieux à ce propos que les Chroniques, qui appartiennent à la littérature « sérieuse » et à l’histoire, traitant des grands faits d’armes. Les mêmes éléments sont évoqués, la lecture toutes les nuits (v. 29343), la complicité et l’échange de paroles avec le comte (vv. 297-29944), la requête de Wenceslas et l’inclusion de ses œuvres poétiques dans le roman (vv. 307-308, 300-303). D’autres détails sont ajoutés, les raisons du « recyclage » de l’œuvre (la mort du duc de Brabant, vv. 310-312), la quantité de feuillets lus chaque soir (un « septier », v. 368), l’échelonnement dans le temps de la lecture (« Sis sepmainnes devant Noёl / Et quatre aprés […] », vv. 349-350).

28Froissart ici met l’accent sur sa propre expérience, sur les obstacles à surmonter pour parvenir à effectuer cette lecture. Dans les Chroniques, Froissart nous apprend qu’il réside à « l’ostel a la Lune » (SHF XII, p. 75), il doit donc se déplacer entre ce dernier et le château comtal. Or, on est alors en plein hiver, et Gaston de Foix a coutume de souper à minuit. C’est toute une épreuve pour l’écrivain, répétée tous les jours pendant plusieurs semaines :

  • 45  À l’automne, les cerfs sont en rut.

Et pour ce que j’oc moult de painne
Tamaint jour et mainte sepmainne
De moi lever a mie nuit,
Ou temps que les cers vont en bruit45.
[…]
A mie nuit je me partoie
Et droit au chastiel m’en aloie.
Quel temps qu’il fesist, plueve ou vent,
Aller m’i couvenoit. Souvent
Estoie, je vous di, moulliés
Mes j’estoie bel recoeilliés (vv. 345-356)

29Ce passage met l’accent sur la dimension physique de l’entreprise, il est aussi construit en opposition avec le château de Gaston. La noirceur de la nuit et la rigueur de l’hiver contrastent avec cet éden insolite si magnifiquement éclairé – « En la sale avoit tele lumiere, / Ou en sa chambre a son souper, / Que on y veoit aussi cler / Que nulle clareté poet estre : / Certes a paradys terrestre / Le comparoie moult souvent » (vv. 360-365). D’un côté, la souffrance, de l’autre, le bonheur, comme le montre la rime « Moulliés / recoeilliés » (vv. 355-356) ou le vers « Adont estoi je tous garis » (v.  358), c’est-à-dire protégé (du froid, de l’hiver, de la souffrance). C’est tout un honneur pour un écrivain, vraisemblablement issu de la bourgeoisie marchande, d’être reçu, soir après soir, dans ce lieu de luxe et de raffinement, où l’on sert le vin dans « un vaissiel d’or fin » (v. 372). Mais après la gloire, le pot ? Gaston rétribue Froissart davantage comme un ménestrel que comme un écrivain, ce qu’on verra un peu plus loin.

  • 46  McGrady (Deborah), « Eustache Deschamps as Machaut’s Reader: Staking Out Authority in the Master ( (...)
  • 47  Le sceau du livre (v. 14) est brisé lorsque Deschamps commence sa lecture (v. 15).

30Dans la lettre en forme de ballade qu’Eustache Deschamps adresse à son maître Guillaume de Machaut, le poète champenois est relativement peu présent en termes d’espace textuel, alors même qu’il s’approprie la gloire de son maître, comme l’a bien montré Deborah McGrady46 ; Deschamps détourne l’attention des membres de la cour attentifs à sa lecture vers son propre rôle de maître et de guide de l’œuvre littéraire. C’est grâce à lui que les secrets du livre sont mis à jour47, ses beautés (les enluminures), le sens de l’œuvre (le fameux « passage de Fortune » que Deschamps choisit). La progression qui va du général au particulier dans les louanges dont Machaut est l’objet va de pair avec ce détournement ; ces louanges sont d’abord vagues et éloignées dans l’espace (« Car tous voz faiz moult honourablement / Chascuns reçoit en maint pais estrange », vv. 5-6), puis elles se précisent quelque peu (« Les grans seigneurs, Guillaume, vous ont chier », v. 9 ; « Bien y parut a Bruges devant hier », v. 11), jusqu’à la mention de l’œuvre et de l’accueil positif du comte de Flandre (vv. 12-4, cités plus haut) et de la cour (vv. 23-4), grâce à la lecture qui en est faite.

Succès et ratés de la dédicace

31La dédicace étant une forme de don, l’écrivain s’attend à un contre-don de la part du donataire, contre-don à l’aune duquel on peut mesurer le succès du don du livre. La lecture du roman Méliador constitue en quelque sorte un moment de gloire paradoxale, car Froissart est rétribué comme un ménestrel, pour sa « performance » de lecture, et non comme un écrivain. Il reçoit quelques gouttes de vin en fin de soirée (vv. 370-375), comme on donne quelques sous à un jongleur, un amuseur, qui nous a diverti pendant un instant. Puis, écrit Froissart, tout dépité :

 Et quant j’oc tout parlit l’istoire
Dou chevalier au soleil d’or
Que je nomme Melyador,
Je pris congié, et li bons contes
Me fist par la chambre des contes
Delivrer quatre vins florins
[…]
Et mon livre qu’il m’ot laissié,
(Ne sçai se ce fut de coer lié) […] (vv. 378-388)

  • 48  Voir Tucoo-Chala (Pierre), « Les divertissements à la cour d’Orthez », dans Gaston Fébus. Un grand (...)

32Une fois la « performance » terminée, fut-elle étalée sur plusieurs jours, le seigneur paie l’amuseur, et, pour ajouter l’insulte à l’injure, il rend à l’auteur son livre. On a l’impression d’un dialogue de sourds entre le seigneur et l’écrivain, l’un voit le ménestrel, comme il y en avait tant d’autres à sa cour48, l’autre se présente comme auteur, qui a aussi la capacité de divertir par la lecture de sa propre œuvre. Gaston de Foix, pourtant grand amateur de livres et d’objets de luxe, ne daigne pas conserver le manuscrit.

  • 49  Voir Stow (G.B.), « Richard II in Jean Froissart’s Chronicles », Journal of Medieval History, XI, (...)

33À la lumière de ce fait, on peut aisément comprendre la fierté de l’auteur voyant un aussi grand prince que le roi d’Angleterre faire porter son recueil de poèmes en sa chambre de retraite, en vue d’une lecture et d’une possession privées. La dédicace du recueil se termine d’ailleurs sur cette réception positive, sur un accueil chaleureux du roi (voir le passage cité plus haut) ; ce n’est que plusieurs centaines de pages plus loin que Froissart, évoquant la mort de Richard II, se remémore son voyage en Angleterre, et le don d’un gobelet d’argent (KL XVI, pp. 233-6). La scène de dédicace, telle que la décrit le chroniqueur, fait état du don et du contre-don, de l’hommage de l’auteur au roi, de la puissance de ce dernier ; elle trace aussi le portrait d’un seigneur généreux et accueillant aux hommes de lettres, ce qui offre un contrepoint à l’image que l’histoire a conservée de Richard II, celle d’un roi n’ayant jamais commandité de livres et ayant été relativement peu sensible à la littérature49.

  • 50  Pour une analyse des rapports entre l’écrivain et son livre dans la Complainte, voir Swift (Helen) (...)
  • 51 Ibid., p. 341.

34La Complainte du Champion des dames décrit une réception malheureuse, une dédicace qui n’a pas vraiment eu lieu. Le livre reproche à son auteur son absence de la cour de Bourgogne alors que c’est justement à l’auteur de défendre son livre face aux critiques50. Bien que Le Franc n’ait peut-être pas obtenu le succès escompté, il n’en a pas moins présenté une deuxième copie du Champion à Philippe le Bon une dizaine d’années plus tard, avec la Complainte jointe à la fin du manuscrit, laquelle joue en quelque sorte le rôle de spot publicitaire : le texte attire l’attention sur une première réception négative du Champion, sur ses éléments polémiques, bref elle suscite la controverse pour faire parler de l’œuvre51.

  • 52  Figg (Kristen M.), «The Narrative of Selection in Jean Froissart’s Collected Poems: Omissions and (...)

35Les travaux d’Helen Swift et de Pascale Charron ont mis en lumière les stratégies de Martin Le Franc pour plaire au duc de Bourgogne par des modifications apportées à la deuxième copie du Champion des dames (ajout d’enluminures et de rubriques, réorientation du cycle iconographique vers les intérêts du dédicataire, suppression de certains passages polémiques, etc.) ; Deborah McGrady propose un travail semblable sur les liens entre la lecture du Voir Dit par Deschamps et le manuscrit de l’œuvre dans sa matérialité, alors que cela reste encore à faire pour les deux dédicaces de Froissart. Le cas du recueil offert à Richard II est particulièrement intéressant, il est marqué par la nostalgie d’une époque disparue, la jeunesse, en même temps qu’il fournit une image de l’écrivain comme un poète universel, hors du temps et hors du monde matériel52. La dédicace étant indissociable du livre offert, une étude de ces deux groupes de textes en parallèle, et dans leur dimension matérielle, permettrait de mieux cerner l’ensemble du phénomène de la dédicace.

  • 53  Voir Zsuppan (S.), « An Early Example of the Renaissance Themes of Immortality and Divine Inspirat (...)
  • 54  Voir aussi la strophe 34.

36Comme la présentation, la dédicace fait partie de pratiques sociales fondamentales de la société médiévale, elle est régie par un certain nombre de codes, tout en offrant à l’écrivain une certaine marge de manœuvre. Par rapport aux enluminures de présentation, les dédicaces ont l’avantage de décrire un événement réel, avéré dans la réalité, plutôt qu’un hommage symbolique, ce qui n’exclut cependant pas qu’elles fassent appel à certains codes de la représentation. Elles s’inscrivent dans le monde concret, dans un lieu, comme la camera regis, dans des gestes, tels le passage du livre d’une main à l’autre ou sa lecture, dans l’objet matériel qu’est le livre. Cette réalité est toutefois représentée à travers la perception qu’en a l’auteur, et le désir de celui-ci de se mettre au premier plan. La dédicace déplace le centre de l’attention du seigneur vers l’écrivain ; d’une certaine manière, elle rééquilibre les rapports entre les deux parties, puisqu’en mettant moins l’accent sur le pouvoir du seigneur, il y a plus de place pour mettre en valeur celui de l’écrivain. On voit là des auteurs qui, tout en étant conscients de leur dépendance par rapport aux mécènes, n’hésitent pas à revendiquer leur statut de professionnels de l’écriture, à s’immortaliser eux-mêmes par les mots. Ils ont fait don d’un livre et ont gagné l’immortalité, cette gloire à venir qu’ils avaient imaginée (bien avant l’époque moderne, d’ailleurs53) – ; « Car, moy mis en terre, les vers / Et les feulles te flouriront » (Le Franc, Complainte du Champion des dames, vv. 339-34054) ; « car bien sçay que ou temps advenir, quant je seray mort et pourry, ceste haulte et noble hystoire sera en grant cours […] » (Froissart, SHF XII, p. 2).

Haut de page

Bibliographie

Barthes (Roland), Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, « Tel Quel », 1977.

Buettner (Brigitte), « Past Presents: New Year’s Gifts at the Valois Courts, ca. 1400 », The Art Bulletin, n° 83-4, December 2001, pp. 598-625.

Charron (Pascale), « Les réceptions du Champion des dames à la cour de Bourgogne : “Tres puissant et tres humain prince […] veullez cet livre humainement recepvoir” », Bulletin du bibliophile, n°1, 2000, pp. 9-29.

Deschamps (Eustache), « Ballade 127 », dans Œuvres complètes, éd. marquis de Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud, Paris, Didot, Société des Anciens Textes Français, 1878-1903, vol. I.

Figg (Kristen M.), «The Narrative of Selection in Jean Froissart’s Collected Poems: Omissions and Additions in B.N.F. ms fr. 830-831», Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscript and Printing History, n° 5, 2002

Froissart (Jean), « Le dit dou florin », dans « Dits » et « débats », éd. Anthime Fourrier, Genève, Droz, « Textes littéraires français », 1979.

Froissart (Jean), Chroniques, éd. Léon Mirot. Paris, Société de l’Histoire de France, Librairie ancienne Honoré Champion, 1931, vol. XII.

Froissart (Jean), Le joli buisson de Jonece, éd. Anthime Fourrier, Genève, Droz, « Textes littéraires français », 1975.

Froissart (Jean), Œuvres : Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Victor Devaux, 1867-1877, vol. XV.

Green (Richard Firth), Poets and Princepleasers. Literature and the English Court in the Late Middle Ages, Toronto, University of Toronto Press, 1980.

Holzknecht (Karl Julius), « Presentation », dans Literary Patronage in the Middle Ages, Philadelphia, Collegiate Press, 1923.

Inglis (Erik), « A Book at Hand: Some Late Medieval Accounts of Manuscript Presentations », Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscripts and Printing History, n° 5, 2002, pp. 67-71.

Kelly (Douglas), « The Genius of the Patron: the Prince, the Poet, and Fourteenth-Century Invention », Studies in the Literary Imagination, n°20, 1987, pp. 77-97.

Le Franc (Martin), « Complainte du livre du Champion des Dames a maistre Martin Le Franc son acteur », éd. Gaston Paris, Romania, n° 16, 1887, pp. 423-437.

Le Goff (Jacques), « Le rituel symbolique de la vassalité », dans Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, « Quarto », 1999 [Pour un autre Moyen Âge, 1977], pp. 333-399.

Little (Lester K.), Religious Poverty and the Profit Economy in Medieval Europe, Ithaca, Cornell University Press, 1978.

Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaїques », L’année sociologique, 2e série, 1923-4, http://classiques.uqac.ca.

McGrady (Deborah), « Eustache Deschamps as Machaut’s Reader: Staking Out Authority in the Master(’s) Text », dans Controlling Readers. Guillaume de Machaut and his Late Medieval Audience, Toronto, University of Toronto Press, 2006, pp. 152-169.

Pizan (Christine de), Le livre du corps de policie, éd. Robert H. Lucas, Genève, Droz, « Textes littéraires français », 1967.

Stow (G.B.), « Richard II in Jean Froissart’s Chronicles », Journal of Medieval History, vol. XI, n° 4, 1985, pp. 333-345.

Swift (Helen), « Martin Le Franc et son livre qui se plaint. Une petite énigme à la cour de Philippe le Bon », dans L’écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, sous la direction de Tania Van Hemelryck & Céline Van Hoorebeeck, Turnhout, Brepols, « Textes, Codex et Contexte », 2006, pp. 329-342.

Thiry (Claude), « La présentation au prince », dans Mythes à la cour, mythes pour la cour, actes du XIIe congrès de la Société internationale de littérature courtoise, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », à paraître.

Tucoo-Chala (Pierre), « Les divertissements à la cour d’Orthez », dans Gaston Fébus. Un grand prince d’Occident au xive siècle, Pau, Marrimpouey, 1983, pp. 143-161.

Zsuppan (S.), « An Early Example of the Renaissance Themes of Immortality and Divine Inspiration: The Work of Jean Robertet », Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance, n° 28, 1966, pp. 553-563.

Haut de page

Notes

1  Froissart (Jean), Le joli buisson de Jonece, éd. Anthime Fourrier, Genève, Droz, « Textes littéraires français », 1975, pp. 54-60.

2  Parmi tant d’autres exemples : Froissart (Jean), Œuvres : Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Victor Devaux, 1867-1877, vol. XV, p. 140 (dorénavant KL).

3  Pour un travail en ce sens sur la Renaissance, voir Zemon Davis (Natalie), The Gift in Sixteenth-Century France, Oxford, Oxford University Press, 2000.

4  Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaїques », L’année sociologique, 2e série, 1923-1924. Édition électronique par Jean-Marie Tremblay, « Les classiques des sciences sociales », Université du Québec à Chicoutimi, http://classiques.uqac.ca.

5  Traduction libre. Buettner (Brigitte), « Past Presents: New Year’s Gifts at the Valois Courts, ca. 1400 », The Art Bulletin, 83, n° 4, December 2001, pp. 598-625 ; ici, p. 598. Je reprends dans ce paragraphe certains des éléments évoqués par l’auteur.

6  Voir Little (Lester K.), Religious Poverty and the Profit Economy in Medieval Europe, Ithaca, Cornell University Press, 1978, d’après Zemon Davis (Natalie), The Gift in Sixteenth-Century France, op. cit., p. 11 (traduction libre).

7  Pizan (Christine de), Le livre du corps de policie, éd. Robert H. Lucas, Genève, Droz, « Textes littéraires français », n° 145, 1967, pp. 42-48. Toutes les citations sont tirées de cette édition.

8  L’expression « ars donandi » se trouve chez Grégoire de Tours, utilisée dans un contexte politique (Histoire des Francs IV, 29).

9  Article « mécène », Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, Paris, Le Robert, 1998 [1992], vol. II, p. 2173.

10  Ainsi un livre ne suffit pas comme étrenne pour la nouvelle année 1456, indique un ambassadeur du duc de Milan Francesco Sforza à la cour de Charles VII : un cheval doit être ajouté. Voir Buettner (Brigitte), art. cit., p. 604 et note 48, p. 622.

11  Récompense, faveur méritée.

12  On dirait aujourd’hui corruption, manque de neutralité.

13  Avarice, le fait de ne pas donner suffisamment ; en anglais, « scarcity ».

14  Buettner (Brigitte), art. cité, p. 604.

15  Probablement « petitesse ».

16  Tolir : enlever, ôter.

17  Dans l’exemple de Christine : « si n’estima mie Daire le pris du don, mais la liberalité du donneur et la puissance du guerdonneur. » Darius, devenu roi de Perse, n’a pas oublié Philomites, qui lui a offert un manteau, alors qu’il n’avait pas encore fait fortune ; il lui donna en retour la cité et l’île de Samos (p. 47).

18  Green (Richard Firth), Poets and Princepleasers. Literature and the English Court in the Late Middle Ages, Toronto, University of Toronto Press, 1980, p. 63.

19  Kelly (Douglas), « The Genius of the Patron: the Prince, the Poet, and Fourteenth-Century Invention », Studies in the Literary Imagination 20, 1987, pp. 77-97 ; repris dans Chaucer’s French Contemporaries. The Poetry / Poetics of the Self and Tradition, sous la direction de R. Barton Palmer, AMS Press, « Georgia State Literary Studies », n° 10, 1999, pp. 1-27 ; ici, p. 7.

20  Pour de nombreux exemples en ligne, consulter Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, http://gallica.bnf.fr (manuscrits enluminés de la BNF, réserve des livres rares).

21  Voir Thiry (Claude), « La présentation au prince », dans Mythes à la cour, mythes pour la cour, actes du XIIe congrès de la Société internationale de littérature courtoise, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », à paraître.

22  Article « Dédicace », Le grand Robert de la langue française, 2e édition, sous la direction d’Alain Rey, Paris, Le Robert, vol. II, p. 1190.

23  Je reprends ici deux des exemples fournis par Claude Thiry, parmi d’autres (art. cit.).

24  Barthes (Roland), « La dédicace », Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, « Tel Quel », 1977, p. 89.

25  Ballade 127 d’Eustache Deschamps ; Dit dou florin de Jean Froissart ; Complainte du Champion des dames de Martin Le Franc ; narration d’une expérience viatique dans une section des Chroniques de Froissart.

26  Mauss (Marcel), cité par Deborah Mc Grady, « What is a Patron? Benefactors and Authorship in Harley 4431, Christine de Pizan’s Collected Works », dans Christine de Pizan and the Categories of Difference, sous la direction de Marilynn Desmond, Minneapolis, University of Minnesota Press, « Medieval Cultures », 1998, pp. 195-214 ; ici, p. 197.

27  Voir L’Avision-Christine, éd. Mary Louis Towner, New York, AMS, 1969 [1932], p. 165, d’après Deborah McGrady, art. cit., p. 199.

28  Pour des exemples, voir Holzknecht (Karl Julius), « Presentation », dans Literary Patronage in the Middle Ages, Philadelphia, Collegiate Press, 1923, pp. 156-168.

29  Voir Green (Richard Firth), « The camera regis », dans Poets and princepleasers, op. cit., pp. 38-70.

30 Fermaux.

31  « Pour ce jour, je ne luy monstray point le livre qu’apporté luy avoie, car messire Thomas de Persy me dist que point il n’estoit heure et que il estoit trop occupé de grandes besongnes […] », KL XV, p. 147.

32 Inglis (Erik), « A Book at Hand: Some Late Medieval Accounts of Manuscript Presentations », Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscripts and Printing History, n° 5, 2002, pp. 67-71; ici, p. 68.

33  Le Franc (Martin), « Complainte du livre du Champion des Dames a maistre Martin Le Franc son acteur », éd. Gaston Paris, Romania, n° 16, 1887, pp. 423-437 ; ici, p. 427, vv. 122-4. Toutes les citations sont tirées de cette édition.

34  Charron (Pascale), « Les réceptions du Champion des dames à la cour de Bourgogne : “Tres puissant et tres humain prince […] veullez cet livre humainement recepvoir” », Bulletin du bibliophile, 2000, n. 1, pp. 9-29.

35  Actuellement Bruxelles, KBR, 9466. Pour la description de sa transmission, voir La librairie des ducs de Bourgogne : manuscrits conservés à la Bibliothèque royale de Belgique, sous la direction de Bernard Bousmanne et Céline Van Hoorebeek, Turnhout, Brepols, 2000-5, t. II, pp. 99-104.

36  « D’honneur m’a fait plus que ne vaulx, / Car il m’a touchié de sa main, / Et n’a prins garde a mes deffaulx, / Tant il est courtois et humain », Complainte du Champion des dames, vv. 129-132, p. 427.

37  Le Goff (Jacques), « Le rituel symbolique de la vassalité », dans Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, « Quarto », 1999 [Pour un autre Moyen Âge, 1977], pp. 333-399 ; voir pp. 350-6.

38  Pour une analyse de la dédicace de Froissart à Richard II en ce sens, je me permets de renvoyer à mon article, « Jean Froissart à la cour de Richard II : don du livre et mises en scène du pouvoir », dans Mythes à la cour, mythes pour la cour, op. cit.

39  Deschamps (Eustache), « Ballade 127 », dans Œuvres complètes, éd. marquis de Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud, Paris, Didot, Société des Anciens Textes Français, 1878-1903, vol. I, pp. 248-9 ; ici, p. 249. Toutes les citations renvoient à cette édition.

40  Froissart (Jean), Chroniques, éd. Léon Mirot, Paris, Société de l’Histoire de France, Librairie ancienne Honoré Champion, 1931, vol. XII, p. 76 (dorénavant SHF). Une nouvelle édition du livre III vient tout juste de paraître : Froissart (Jean), Chroniques : Livre III. Le manuscrit Saint-Vincent de Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 65, t. I, éd. Peter F. Ainsworth, Genève, Droz, « Textes littéraires français », n. 594, 2007.

41  Pour une étude détaillée de la manière dont Christine interagit avec ses divers seigneurs, voir l’article cité de Deborah McGrady.

42  Pour de premiers jalons sur cette question, voir ma thèse de doctorat, Entre rhétorique et expérience personnelle : le discours sur le voyage chez les écrivains de cour de la fin du Moyen Âge, University of Toronto, 2008.

43  Froissart (Jean), « Le dit dou florin », dans « Dits » et « débats », éd. Anthime Fourrier, Genève, Droz, « Textes littéraires français », n° 274, 1979, pp. 175-190. Toutes les citations renvoient à cette édition.

44  Voir la fin de la dédicace dans SHF XII, p. 76.

45  À l’automne, les cerfs sont en rut.

46  McGrady (Deborah), « Eustache Deschamps as Machaut’s Reader: Staking Out Authority in the Master (’s) Text », dans Controlling Readers. Guillaume de Machaut and his Late Medieval Audience, Toronto, University of Toronto Press, 2006, pp. 152-169.

47  Le sceau du livre (v. 14) est brisé lorsque Deschamps commence sa lecture (v. 15).

48  Voir Tucoo-Chala (Pierre), « Les divertissements à la cour d’Orthez », dans Gaston Fébus. Un grand prince d’Occident au XIVe siècle, Pau, Marrimpouey, 1983, pp. 143-161.

49  Voir Stow (G.B.), « Richard II in Jean Froissart’s Chronicles », Journal of Medieval History, XI, n° 4, December 1985, pp. 333-345.

50  Pour une analyse des rapports entre l’écrivain et son livre dans la Complainte, voir Swift (Helen), « Martin Le Franc et son livre qui se plaint. Une petite énigme à la cour de Philippe le Bon », dans L’écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, sous la direction de Tania Van Hemelryck & Céline Van Hoorebeeck, Turnhout, Brepols, « Textes, Codex et Contexte », 2006, pp. 329-342.

51 Ibid., p. 341.

52  Figg (Kristen M.), «The Narrative of Selection in Jean Froissart’s Collected Poems: Omissions and Additions in B.N.F. ms fr. 830-831», Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscript and Printing History, n° 5, 2002, pp. 37-55 ; ici, p. 40.

53  Voir Zsuppan (S.), « An Early Example of the Renaissance Themes of Immortality and Divine Inspiration: The Work of Jean Robertet », Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance, n° 28, 1966, pp. 553-563, d’après Helen Swift, art. cit.

54  Voir aussi la strophe 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Prud’Homme, « Donnez, vous recevrez. Les rapports entre écrivains et seigneurs à la fin du Moyen Âge à travers le don du livre et la dédicace », COnTEXTES [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4259 ; DOI : 10.4000/contextes.4259

Haut de page

Auteur

Caroline Prud’Homme

Université de Toronto

Haut de page