Navigation – Plan du site

Mémoire sociologique, littérature et don. Le cas de l’intertexte littéraire, des textes fondateurs à la sociologie actuelle

Laurence Ellena

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lepenies (Wolf), Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, P (...)
  • 2  Mentionnons en particulier les numéros de revues consacrés à cette question, comme par exemple le (...)
  • 3  Dubois (Jacques), Les romanciers du réel, Paris, Seuil, « Essais », 2000. Se reporter aussi, du mê (...)
  • 4  Belloï (Livio), La scène proustienne, Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, 1993.
  • 5  Bidou-Zachariasen (Catherine), Proust sociologue : de la maison aristocratique au salon bourgeois, (...)
  • 6  Lassave (Pierre), Sciences sociales et littérature, Paris, P.U.F., « Sociologie », 2002 ; « Retour (...)

1La question des liens entre sciences sociales et littérature est une question ancienne. Celle relative aux relations entretenues entre les sociologues et la littérature artistique n’a été traitée cependant, et par des travaux empiriques, que depuis ces vingt dernières années. Ces publications, depuis l’ouvrage remarqué dans lequel Wolf Lepenies explorait la dimension historique de ces rapports1, se sont récemment multipliées2. Ces travaux suivent des perspectives diverses. La voie suivie par Jacques Dubois3, Livio Belloï4, Catherine Bidou-Zachariasen5, qui consiste à explorer la dimension sociologique des œuvres littéraires, cherchant à mettre en évidence la sociologie propre au roman, est la plus productive à ce jour. Pierre Lassave a consacré plusieurs publications à la question de ces points d’intersection, dans une perspective qui montre combien l’évolution des relations entre sciences sociales et littérature ne tend pas vers une confusion des genres. Il expose ainsi comment les différents régimes d’écriture et itinéraires vers la connaissance ont permis et provoqué influences, interdépendances, complémentarité entre ces divers domaines d’expression du réel social6.

  • 7  Les analyses présentées ici prolongent et approfondissent le travail que nous avons publié antérie (...)

2C’est par le biais de l’intertexte de la sociologie que nous sommes entrée quant à nous dans ce débat, à travers la question des références littéraires des sociologues7. Qu’ils soient fondateurs ou contemporains et acteurs de la scène actuelle de la discipline, on peut repérer, en effet, dans les textes des sociologues, des reports à des œuvres littéraires. Ce phénomène, bien que sibyllin, est symptomatique d’un rapport singulier de la sociologie à la littérature, en particulier à la fiction romanesque. Il est à ce titre susceptible d’être interrogé, dans une perspective compréhensive, comme un indice de ce lien. Détail du texte, l’exploration de l’intertexte amène en effet à entrer dans les réseaux de filiation de la discipline, interrelations propres à la sociologie et constitutives de celle-ci. Dans cette perspective, la sociologie apparaît comme entretenant une relation d’échange, de marché, de don/contre-don avec la littérature. Ce phénomène peut être interprété comme une actualisation-réactualisation du rapport discret de la sociologie avec la littérature. Nous voudrions approfondir ici cette dimension temporelle, au caractère fortement commémoratif, et insister sur l’évolution récente de cette facette de la relation.

Trois corpus distincts

  • 8  Dubar (Claude), La crise des identités, Paris, P.U.F., « Le lien social », 2000, p. 218, n. 1.

Je tiens personnellement l’ouvrage de Fritz Zorn, Mars, Paris, Gallimard, 1977, comme le plus émouvant témoignage sur l’identité personnelle et la plus belle démonstration de l’autonomie des questions identitaires, celle de la subjectivité, par rapport aux questions économiques [...]. Voici un homme qui est issu d’une des meilleures familles bourgeoises de Zurich, fils de banquier, et qui exprime la crise existentielle la plus intense, les souffrances et les malheurs les plus douloureux. [...] » (cf. les extraits et commentaires de Michèle Leclerc-Olive dans Le dire de l’événement biographique, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1997, pp. 28-308).

  • 9  Genette (Gérard), Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982.

3Cet extrait est un exemple typique de l’intertexte9 dont nous parlerons ici, qui se caractérise comme la présence d’un texte dans un autre, que cette présence soit allusive – citation de nom d’auteur ou titre d’œuvre – , ou explicite – sous la forme d’extrait de texte par exemple.

  • 10  Une analyse comparative des intertextes respectifs de deux types de publication distincts – articl (...)
  • 11  Politique, éducation, science, art, communication, religion, famille, travail. Pour des raisons d’ (...)

4Nous avons travaillé à partir de trois corpus différents. Le premier corpus se compose d’ouvrages de théoriciens considérés comme « inspirateurs » ou « fondateurs » de la discipline : Alexis de Tocqueville, Max Weber, Émile Durkheim, Karl Marx10. Le second corpus de textes est composé de 88 ouvrages représentatifs des oppositions épistémologiques marquant les principaux courants des années 1960-1980 (Raymond Boudon, Pierre Bourdieu, Michel Crozier, Jean Duvignaud, Michel Maffesoli, Alain Touraine, Edgar Morin). Le troisième corpus est composé d’ouvrages de 35 sociologues issus des orientations actuelles dans différents champs de la sociologie11. Ces corpus sont inégaux de par leur volume et de par leurs constructions respectifs. Nous tirerons du premier corpus quelques exemples de cet intertexte. Le deuxième corpus fournira l’essentiel des modalités de sa présentation. Enfin, à travers le troisième corpus, nous nous attacherons à mettre en évidence certaines différences, riches d’indications quant à l’évolution de ce phénomène.

5Il sera ensuite question des multiples dimensions de cette relation, dans une perspective d’abord synchronique. La considérant comme une communication savante, nous dégagerons les informations transmises par le biais de l’intertexte littéraire et les modalités de cette transmission. Mais cette communication est également un transfert de biens symboliques, dont nous examinerons la teneur et les conséquences, avant d’interroger les transformations qu’elle présente dans la période récente.

Modalités

6L’intertexte littéraire participe du processus de communication de la sociologie. Forme de communication de résultats sociologiques, il véhicule un message qui, selon les cas, peut être d’ordre épistémologique, théorique, méthodologique, documentaire. Cet intertexte peut être purement illustratif. Il peut être également lié plus organiquement au discours du sociologue. Nous allons en donner plusieurs exemples, en commençant par quelques extraits de textes « initiateurs » de la discipline.

Textes fondateurs

7Dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, viennent s’insérer plusieurs références. Lorsque Max Weber discute des différences de conception des rapports entre la vie religieuse et l’activité terrestre dans le catholicisme, le luthéranisme et le calvinisme, il prend par exemple pour type-idéal de ces conceptions deux œuvres poétiques : La Divine Comédie de Dante et Le Paradis Perdu de Milton. Max Weber se réfère également, comme à un document ethnographique ou sociologique, à une autre œuvre littéraire, le Voyage du pèlerin de Bunyan. Max Weber note enfin combien les mouvements religieux n’exerçaient toute leur influence sur l’économie qu’une fois retombé l’enthousiasme religieux lui-même, en prenant l’exemple du Robinson Crusoe de Daniel Defoe :

  • 12  Weber (Max), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, « Agora », 1964, pp. 9 (...)

L’ardeur de la quête du royaume de Dieu commençait à se diluer graduellement dans la froide vertu professionnelle ; la racine religieuse dépérissait, cédant la place à la sécularisation utilitaire. C’est à ce moment que [...] fit son apparition dans l’imagination populaire “Robinson Crusoe”, L’homo oeconomicus isolé, qui poursuit, par dessus le marché, son œuvre missionnaire. Ainsi se trouvait remplacée l’image du “pèlerin” de Bunyan traversant à la hâte la “foire aux vanités”, tout à la recherche spirituelle solitaire du royaume des cieux12.

8Enfin, c’est au Faust de Goethe et à ses Années de voyage que Max Weber renvoie, concernant le caractère foncièrement ascétique du mode de vie bourgeois.

9Les œuvres apparaissant chez Max Weber s’inscrivent dans des catégories particulières. L’œuvre littéraire est présentée par l’auteur comme documentation sur le monde social : l’écrivain transcrit, à travers une représentation poétique et narrative, une éthique. Mais la situation décrite dans l’œuvre constitue aussi, dans ce cadre, un type-idéal d’éthique, qu’il s’agisse de la Divine Comédie, du Paradis Perdu, de Robinson Crusoe, de Faust ou du Voyage du pèlerin.

10Chez Émile Durkheim, l’intertexte littéraire est révélateur d’une pratique similaire. Dans Le suicide, où l’auteur s’efforce de démontrer les causes sociales du suicide, les comportements de héros de Goethe, Chateaubriand, Musset et Lamartine illustrent les différents types de suicides dégagés par l’auteur. Dans le cadre du suicide égoïste, dû à un manque d’intégration sociale, les désirs de l’individu ne sont pas ramenés à une mesure qui soit en accord avec la destinée du groupe par un réseau d’obligations. Les individus abandonnés à eux-mêmes souffrent de désirs infinis. Le Raphaël de Lamartine est de ce type.

  • 13  Durkheim (Emile), Le suicide, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1985, pp. 314-315.

Il est une première forme de suicide que l’Antiquité a certainement connue, mais qui s’est surtout développée de nos jours : le Raphaël de Lamartine nous en offre le type-idéal. Ce qui la caractérise, c’est un état de langueur mélancolique qui détend les ressorts de l’action. [...] En faisant le vide autour d’elle, elle a fait le vide en elle et il ne lui reste plus rien à réfléchir que sa propre misère. [...] Elle s’y complaît, s’y abandonne avec une sorte de joie maladive que Lamartine, qui la connaissait, a merveilleusement décrite par la bouche de son héros : “La langueur de toutes choses autour de moi était, dit-il, une merveilleuse consonance avec ma propre langueur. [...]”. Mais on ne peut rester ainsi en contemplation avec le vide, sans y être progressivement attiré13.

11Le Jeune Werther de Goethe, le René de Chateaubriand illustrent quant à eux les suicides du type anomique, où les individus sont perpétuellement guettés par la souffrance qui naît de la disproportion entre leurs aspirations et leurs satisfactions.

12Les références du Suicide et de L’éthique protestante illustrent trois dimensions de la référence littéraire du texte sociologique : documentation sur le monde social, schématisation de comportements ou de situations, interprétation du monde social qui nous en apprennent sur le rapport à la littérature de ces deux sociologues fondateurs de la discipline : source de connaissance, source d’inspiration et source d’exemplification. Ces représentations nous en apprennent, en retour, sur la représentation d’un lecteur attendu pour lequel ces œuvres vont de soi, et pour lequel il va de soi que peuvent se côtoyer, dans le même texte, littérature et sociologie.

Années d’institutionnalisation de la sociologie, 1960-80 

  • 14  Crozier (Michel), On ne change pas la société par décret,Paris, Grasset, 1979, p. 284.

Tous les agriculteurs français n’ont pas réussi comme les Champenois, ou comme les bretons de Gouvennec. Mais l’agriculture française, qui paraissait archaïque et immuable, a opéré une mutation remarquable à un coût social et économique bien moindre que beaucoup de pays, même les États-Unis : que l’on songe au coût humain des désastres agricoles des années 20 puis des années 30, décrits dans Les raisins de la colère de Steinbeck et qui n’a nullement empêché le Trésor Public américain de dépenser des milliards de dollars pour soutenir les cours14.

  • 15  Duvignaud (Jean), La genèse des passions dans la vie sociale, Paris, P.U.F., « Sociologie d’aujour (...)

13Les trois dimensions précédemment décrites sont présentes dans les textes des sociologues de la période d’institutionnalisation de la sociologie. La création romanesque, par ses descriptions et sa mise en scène, est tout d’abord présentée comme pouvant fournir une documentation sur la situation sociale et culturelle des civilisations, ou comme indice du caractère dynamique d’un processus. Ainsi, Jean Duvignaud, tout au long de La genèse des passions dans la vie sociale15, procède, à la manière de Max Weber, à une utilisation des valeurs de documentation des œuvres littéraires sur la sensibilité d’un temps.

14Les oeuvres littéraires peuvent également apparaître, comme chez les fondateurs cités, en tant qu’exemples schématiques. C’est le cas par exemple de L’art de se persuader, dans lequel Raymond Boudon use d’illustrations littéraires afin d’étayer sa théorie des raisons de croire en des idées douteuses, fragiles ou fausses :

Dans La recherche du temps perdu, Proust crayonne le portrait d’un officier de la noblesse impériale, le capitaine de Borodino, qui illustre admirablement le phénomène de l’intériorisation des normes et des valeurs. Le capitaine de Borodino est si imprégné des valeurs qui avaient fait la gloire de la Grande Armée, qu’il se comporte comme ses aïeux auraient pu le faire à Wagram. Ce qui ne va pas sans colorer d’une certaine étrangeté les relations qu’il entretient avec ses compagnons d’encasernement. [...] La singularité comique du capitaine de Borodino provient [...] de son insensibilité au renforcement négatif de l’environnement. De façon générale, la probabilité pour que le mécanisme de l’intériorisation des valeurs soit effectif est une fonction d’un certain nombre de variables *.

---------------------------

  • 16  Boudon (Raymond), La logique du social : introduction à l’analyse sociologique, Paris, Hachette li (...)

* Dans d’autres passages, Proust suggère à l’inverse que l’intériorisation des normes et des valeurs peut être fort sensible à l’environnement social et, par là, très fragile (cf. la volte-face du duc de Guermantes à propos de l’affaire Dreyfus ou de la marquise de Cambremer dans ses “ passions ” à l’égard de Chopin16.) »

15L’œuvre se présente enfin, dans certain cas, non seulement comme une source de documentation et d’information, mais également de connaissance. Interprétation, elle est ainsi présentée comme une étude du fonctionnement social. D’objet – document – de la recherche, elle devient sujet, comme Proust ou Flaubert chez Bourdieu :

  • 17  Bourdieu (Pierre), La noblesse d’État, Paris, Minuit, 1989, p. 284. On peut penser également aux é (...)

On est ici dans la logique du capital symbolique, où il s’agit de faire voir et de faire croire, de faire connaître et reconnaître, celle des mariages dans les sociétés d’honneur, où une demande refusée fixe irrévocablement la hiérarchie entre deux groupes, ou celle des salons dont Proust s’est fait l’ethnographe, et qui exige la même prudence dans les investissements et les négociations que la gestion d’un portefeuille boursier17.

16Nous restons ici dans la continuité de ce qui a été observé dans le cadre du corpus constitué par des fondateurs et inspirateurs de la sociologie. Mais une autre dimension de la référence se dégage toutefois. En ce qui concerne la question de la forme à donner à la recherche, des points de vue à tenir pour l’observation des faits sociaux, des modes d’approche sociologiques la littérature inspire en effet, et soutient les propositions de certains sociologues de la période considérée, qui affirment par là l’utilité des modalités artistiques d’appréhension du monde qui donnent naissance aux œuvres d’art.

  • 18  Bourdieu (Pierre), La misère du monde, Paris, Seuil, « Libre examen », 1993, p. 923.

«Il faut, comme l’enseignait Flaubert, porter sur Yvetot le regard que l’on accorde si volontiers à Constantinople : apprendre par exemple à accorder au mariage d’une femme professeur avec un employé des postes l’attention et l’intérêt que l’on prêterait au récit littéraire d’une mésalliance et à offrir aux propos d’un ouvrier métallurgiste l’accueil recueilli que certaine tradition de la lecture réserve aux formes les plus hautes de la poésie ou de la philosophie18.

17Il est à noter de ce point de vue que le lecteur est sur cette question d’une certaine façon non seulement « pris à témoin », comme dans le cas des références présentant les vertus cognitives de la littérature, mais également appelé à changer de point de vue quant aux modalités de production de la sociologie. On retrouve une telle insistance chez Edgar Morin.

  • 19  Morin (Edgar), Sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 167.

Le sens perceptif est à ce point atrophié, chez les sociologues qui se fient au questionnaire, au magnétophone, ou au contraire à la seule spéculation, qu’il faut apprendre à percevoir visages, gestes, vêtements, objets, paysages, maisons, chemins… Nous croyons en la nécessité d’un balzacisme et d’un stendhalisme sociologiques. Le balzacisme serait le sens de la description encyclopédique, le stendhalisme serait le sens du “détail significatif19”.

18Cette dernière dimension n’était pas repérable chez les fondateurs étudiés, apparaissant seulement dans le cadre des ouvrages sociologiques de la période 1960-1990. Considérer explicitement les apports de la création artistique – et surtout de ses modalités de production – pour la production de la sociologie est ainsi une évolution contemporaine.

Période actuelle

19On trouve dans la littérature sociologique de la période récente un large éventail d’usage des références. Par rapport à la période antérieure, peu de changement du point de vue des créateurs : Baudelaire, Musil, Péguy, Paul Valéry, Proust, Hugo, Dickens, Flaubert. Les modalités d’utilisation restent par ailleurs inchangées : documentation sur le monde social, schématisation de comportements ou encore, comme dans l’exemple suivant, mise en scène du fonctionnement des acteurs :

  • 20  Lahire (Bernard), Portraits sociologiques, Paris, Nathan, 2002, pp. 39-40.

C’est de façon très subtile qu’un romancier comme Gustave Flaubert met en scène dans Madame Bovary les ambivalences et les alternances dispositionnelles. Plutôt que de distribuer dans des espaces différents et cloisonnés [...] les dispositions sociales incorporées par les personnages – distribution dans des contextes séparés qui ne provoque aucun problème d’entrechoquement des dispositions – il choisit de faire sentir les effets d’une disposition dans un cadre au sein duquel elle devrait être refoulée, tenue en veille. La disposition est si forte qu’elle remonte ainsi sous forme d’une rêverie éveillée, d’une nostalgie ou d’un mal-être… C’est ce que fait apparaître l’analyse de Jean-Marie Privat20.

  • 21  Privat (Jean-Marie), Bovary. Charivari. Essai d’ethno-critique, Paris, CNRS Editions, 1994.
  • 22  Lahire (Bernard), Portraits sociologiques, op. cit., p. 42, n. 1.
  • 23 Ibid., p. 398.

20Ces propos de Bernard Lahire sont suivis de plusieurs lignes d’extrait du texte de Jean-Marie Privat, Bovary. Charivari. Essai d’ethno-critique21. Ici, par l’intertexte littéraire, le sociologue renvoie le lecteur non seulement aux qualités heuristiques du texte littéraire mais surtout au regard du romancier lui-même. La procédure du sociologue se double ici d’un intertexte sociologique justifiant le premier intertexte. On remarque le même phénomène à plusieurs reprises dans l’ouvrage de Bernard Lahire : toujours à propos de la construction théorique des entretiens, Dostoïevski est cité, vu par Mikaïl Bakhtine analysé par Julia Kristeva22 ;un peu plus loin, Proust sociologue est convoqué à travers Jacques Dubois23, suivi de plusieurs lignes consacrées à l’analyse de Proust par celui-ci dans Pour Albertine. Proust et le sens du social. Bernard Lahire est explicite sur ce point, et s’appuie sur des travaux existants pour étudier la dimension heuristique de l’œuvre littéraire.

  • 24  Heinich (Nathalie), Les ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 2003.

21Certaines des dimensions présentes chez les sociologues de la phase précédente se font de la sorte plus présentes chez les sociologues actuels que dans les ouvrages des sociologues de la période précédente. Ainsi, parmi d’autres exemples,l’ensemble de l’ouvrage de Nathalie Heinich, Les ambivalences de l’émancipation féminine, s’appuie sur des sources littéraires, l’auteur analysant à travers elles la complexité du réel en repérant les contradictions des discours sur les femmes et des femmes24. L’auteur indique alors, en fin d’ouvrage :

  • 25 Ibid., p. 157.

C’est que la littérature est, par excellence, une technique de construction de l’empathie entre auteur, personnages et lecteurs. Et l’empathie, c’est ce qui est au principe de l’intuition, laquelle permet de savoir, sans l’aide de la théorie, ce qui est pertinent, ce qui touche juste, ce qui sonne vrai : la théorie vient ensuite, qui permet de donner un « sens » rigoureux – au sens de signification – à ce « sens » premier – au sens de ce qui est ressenti – qu’est le sentiment, la sensation, l’émotion. Pour les sociologues qui travaillent d’abord à l’intuition, plus qu’au raisonnement logique et au positionnement épistémologique [...], la littérature n’est pas une coquetterie, une fantaisie, voire une facilité, un petit snobisme de gens cultivés, comme semblent le penser les gens « sérieux », pour qui « littérature » signifie « littérature sociologique », c’est à dire textes doctrinaux, et pour qui travailler à l’intuition c’est travailler « salement », comme le disent les aînés aux cadets trop entreprenants lorsqu’ils veulent les casser. Non : la littérature est une ressource à prendre au sérieux, un outil méthodologique, un instrument heuristique. Ce ne sont pas seulement, comme disait Freud, les poètes qui sont nos « alliés » : ce sont aussi, et sans doute beaucoup plus, les romanciers25.

22Une tendance est à noter, celle qui consiste à appuyer ce positionnement d’une prise de parti, d’une argumentation spécifique adressée au lecteur : la démarche ne va pas de soi, elle nécessite appuis, autorisations, argumentations, justifications. Dans un certain nombre de cas, le sociologue s’appuie pour cela sur des textes sociologiques analysant les relations entre les sciences sociales et l’écriture littéraire, en particulier romanesque.

23Cette dernière facette du phénomène nous incite à analyser l’intertexte littéraire, incursion de l’artistique dans le scientifique, dans sa possibilité même. L’intertexte littéraire, qui consiste à communiquer par de l’artistique, pose en effet tout d’abord, et d’emblée, un problème d’ordre épistémologique : comment ce procédé peut-il exister et fonctionner, et à quelles conditions ce procédé peut-il être efficace ? Nous dresserons, pour répondre à ce questionnement, un type-idéal de la relation singulière qui se noue à cette occasion.

Processus de communication

24L’intertexte littéraire s’insère dans un processus de la communication. L’intertexte littéraire permet, dans ce cadre, la circulation du savoir suivant certains modes, à différents niveaux. Il peut ainsi transporter un message théorique, méthodologique ou épistémologique qui en fait le vecteur d’une communication savante, dans le sens où elle met en relation le sociologue avec sa communauté.

  • 26  Sartre (Jean-Paul), Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1948.
  • 27  Robine (Nicole), « la lecture », in dansLe littéraire et le social. Éléments pour une sociologie d (...)
  • 28  Francastel (Pierre), Études de sociologie de l’art, Paris, Denoël/Gonthier, « Bibliothèque Médiati (...)
  • 29  Jauss (Hans Robert), Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.
  • 30  Escarpit (Robert), Écrit et communication, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », 1973, p. 125.

25L’œuvre de création artistique est conçue par un certain nombre d’auteurs comme un type de communication qui se distingue du schéma classiquement établi. L’idée principale que nous retiendrons de cette conception est celle de l’œuvre entendue comme création produite par la communication. C’est la position tenue par exemple par Jean-Paul Sartre26, Nicole Robine27, Pierre Francastel28, Hans Robert Jauss29. Selon ce dernier, l’œuvre n’existe et ne dure qu’avec la participation de son public. La singularité de l’œuvre de création consisterait dans cette perspective à être reçue de façon différentielle, productrice de sens multiples, variables en fonction des propriétés du récepteur. Robert Escarpit lie directement la notion de plaisir toujours renouvelé à la notion d’augmentation d’entropie : « quantité d’information apportée par un message, un signal ou une source30. » Ainsi, au contraire de la communication d’information, la communication par l’art et l’art comme communication auraient pour caractéristique d’exister en vertu de la production d’un désordre à l’origine même de la dénomination de l’œuvre d’art en tant que telle. Il ne serait donc plus question de se demander si la transmission de l’information se passe ou non de manière adéquate. Selon de nombreux travaux, c’est non seulement ce qui ferait l’intérêt de l’œuvre mais ce qui fonderait aussi son identité artistique.

Communication par l’intertexte

  • 31  Lévy-Piarroux (Yvelyne), « Les notes donnent le ton », Espaces-Temps, Les cahiers, n° 47-48 (dossi (...)

26L’intertexte présente par ailleurs des singularités qui font de lui une communication particulière. Les références, de par la place qu’elles occupent, peuvent être un obstacle à la lecture. Les notes, par exemple, produisent du bruit dans le processus de la communication écrite. Elles peuvent avoir le défaut de faire perdre au lecteur le fil du raisonnement31. Elles peuvent par contre avoir la vertu d’être un temps ouvert à la réflexion. D’autre part, ces notes dessinent un tableau des « relations » intellectuelles du texte annoté, et donc, par conséquent, de l’auteur de ce texte. De la sorte, une forme de communauté se dessine.

  • 32  Derrida (Jacques), « Signature, événement, contexte », Marges de la philosophie, Paris, Minuit, «  (...)

27Une des propriétés du texte, dit Jacques Derrida, « est qu’il peut toujours être « cité » à l’initiative du lecteur32 ». La citation est une lecture et une relecture du texte, qui apporte un sens nouveau à la portion du texte prélevé ou à l’œuvre dans son entier, de quelque nature qu’elle soit. Si l’une des caractéristiques du texte littéraire ou de l’œuvre de création en général est de permettre la production de sens multiples et toujours nouveaux, la citation – que l’on peut entendre ici non seulement comme extrait de texte mais aussi comme interprétation de l’œuvre – redouble l’opération, elle aussi production de sens, par la recontextualisation opérée par la lecture et le prélèvement d’un fragment du texte. Le phénomène de l’intertexte littéraire présente de ce fait la particularité de produire doublement du sens, en tant que citation tout d’abord, en tant que référence artistique ensuite.

28À ce niveau, l’intertexte se présente aussi comme une communication avec l’objet de la référence. Le sociologue et son lecteur entrent en relation, par le biais de cet acte, avec les œuvres littéraires et leurs auteurs.

Mise en relation avec la littérature

  • 33  Notons cependant la grande présence d’œuvres de science-fiction dans les ouvrages d’Edgar Morin, e (...)
  • 34  Eco (Umberto), Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 ; Interprétation et surinterprétation, Paris (...)
  • 35  Morin (Edgar), L’esprit du temps 2. Nécrose, (avec la collaboration d’Irène Nahoum), Paris, Grasse (...)
  • 36  Bourdieu (Pierre), Darbel (Alain) & Schnapper (Dominique), L’amour de l’art, Paris, Minuit, « Le s (...)

29La sociologie se réfère de façon préférentielle à des œuvres socialement reconnues, signalées comme « œuvres majeures », comme « œuvres de référence33 ». Dans le cas d’une œuvre ou d’un créateur anticipés par le sociologue comme connus de son lecteur, le sociologue procède par allusions. Dans le cas d’une œuvre méconnue ou inconnue, par contre, de nombreuses indications accompagnent la référence. La présence ou l’absence de précisions sur l’œuvre ou sur le créateur ainsi que la mention ou non des sources exactes sont de précieux indicateurs du lecteur-modèle34 du sociologue. Lorsque figure exclusivement la mention du nom d’un auteur, du titre d’une œuvre, d’une citation, cela revient à se référer à des romans, des poètes, des œuvres “incontournables”. S’y reporter revient aussi à se référer à une culture commune. Ce sont de loin les plus fréquentes. Ces oeuvres forment une constellation anticipée par l’émetteur comme « communauté culturelle », marquant un territoire dans lequel la culture à caractère « populaire » est rarement mentionnée. Œuvres littéraires les plus valorisées de notre société, leur accès, codifié, qui nécessite un apprentissage plus ou moins long, marque l’appartenance à un groupe donné comme socialement dominant35. Aussi la compétence du récepteur de l’œuvre est-elle mise en cause dans la richesse du message effectivement reçu36.

30Comme l’intertexte littéraire induit une ouverture du texte, due à cette propriété caractéristique des œuvres de création d’ouvrir, selon les mots de Jean-Paul Sartre, « une fenêtre sur le monde », la mémoire du lecteur, dans le cadre de l’intertexte, est chaque fois sollicitée : objet parcellaire, la citation et l’emprunt font fonction d’objet total. L’extrait de roman, l’évocation d’un personnage renvoient en fait à l’œuvre toute entière et même à son contexte dans son intégralité. Le lecteur qui ne peut explorer cette ouverture, cette extension du texte, filtre alors le message du sociologue pour n’en conserver que ce qui fait écho à ses propres connaissances. La référence n’est plus alors double ouverture du texte - ouverture en tant que référence et ouverture en tant que référence à une œuvre de création –, mais double fermeture : fermeture à l’œuvre – inconnue, méconnue – et fermeture du texte sociologique qui s’y réfère.

  • 37  Pour le concept de communauté, se reporter notamment à Busino (Giovanni), La permanence du passé, (...)

31S’il y a communauté de lecture et de culture, lorsque le sociologue fige le sens de l’œuvre en lui accordant une signification particulière, le lecteur peut enrichir son appréhension de l’œuvre littéraire en ajoutant, au sens qu’il avait conféré lui-même à l’œuvre dans ses lectures précédentes, le sens que le sociologue accorde à l’œuvre. La rencontre avec le texte est alors facilitée par cet intertexte littéraire : intimité, communion intellectuelle, empathie, sentiment communautaire37.

Rapports d’autorité

  • 38  Nous nous appuyons ici sur les analyses développées par Pierre Bourdieu, en particulier dans La di (...)

32Si se référer, comme l’indique Antoine Compagnon, véhicule tout un réseau de filiations et d’affiliations - fragments de textes ouverts sur d’autres textes et d’autres créateurs, la référence prend aussi un autre visage, signe de richesse destiné à être évalué, signe d’autorité destiné à être cru et obéi. Ce qui est en jeu dans ce cas, ce sont alors aussi des profits symboliques reposant sur la croyance dans la valeur de ce qui est en jeu, croyance reposant elle-même sur la doxa38. Dans cette perspective, la référence se présente alors comme un indice de rivalités culturelles, relation d’autorité dans laquelle le texte sociologique se trouve aussi autorisé par des références littéraires.

  • 39  Bourdieu (Pierre), La distinction, op. cit., p. 584 ; p. 74, référence 25 ; p. 241 ; p. 585.
  • 40  Bourdieu (Pierre), Homo Academicus, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1984, p. 244, note 28.

33La plupart des références aux œuvres les plus reconnues de la culture cultivée, par l’utilisation qui en est faite, le vocabulaire utilisé pour les introduire dans le texte ou la place qui leur est accordée, mettent en valeur leur importance pour les sociologues étudiés. Le vocabulaire utilisé dans le cadre de l’intertexte littéraire met en évidence les propriétés des œuvres citées. Le sociologue, le plus souvent, rend honneur au regard des créateurs, à leur démarche, à leur lucidité. Les références sont ainsi marquées par une attitude respectueuse, où le sociologue s’efface souvent devant la force des évocations engendrées par les métaphores, images, points de vue de la création littéraire. Un texte comme La distinction est un bon exemple de cette déférence : « comme dit Proust », « comme dit encore Proust », « on aurait aussi bien pu citer Proust », « on peut se fier à Proust »,écrit Pierre Bourdieu39, ajoutant dans une note de bas de page d’Homo Academicus, combien « là encore, comme en chacun des points de l’analyse, on peut invoquer Proust40 ».

  • 41  Se reporter par exemple à Maffesoli (Michel), Essais sur la violence banale et fondatrice, Paris, (...)

34Évocation, invocation : le discours solennel du sociologue prend le caractère d’une célébration quasi rituelle qui situe le discours sociologique sous le patronage de la parole d’un créateur. On en appelleà lui et, en lui laissant la parole41 pour mieux s’exprimer soi-même, on se place, en même tant que dans sa lignée, sous couvert de son autorité.

Transfert de biens symboliques

35Tout concourt à enfermer l’intertexte littéraire dans un réseau où il peut entrer en écho avec le texte sociologique. Espace préservé, espace réservé, l’intertexte littéraire est le plus souvent un lieu consacré. Vocabulaire cérémonieux, cadres des guillemets pour les citations : la référence prend toute son ampleur, toute sa force. Littéraire ou non, la citation tend d’ailleurs toujours à avoir cette puissance.

  • 42  Labrosse (Claude), « Lecture et citations de la “Nouvelle Héloïse” : réflexion sur la mise en pièc (...)

36Mais mise en évidence et enfermement sont aussi une appropriation. Le texte de la référence que le sociologue s’approprie en l’enfermant renforce le texte qui le suit. Le cas de l’épigraphe est à cet égard exemplaire. Marge, frontière qui sépare le texte sociologique du vide du hors-texte, c’est par lui que, lorsqu’il est présent, commence l’ouvrage. Entre le titre de l’ouvrage et le texte, entre l’en-tête de chapitre ou de paragraphe et le discours du sociologue est présent ce maillon, ce pont qui unit et désunit, sépare et confond, entre silence et début de communication. Jalon et repère dont l’absence d’indications précises contribue à former comme un halo, il introduit le texte, l’ouvre et lui ouvre une voie, lui fraie un chemin. Mais le mouvement est double, ambivalent. Comme les citations insérées dans le corps du texte devant lesquelles le sociologue paraît s’effacer, l’épigraphe ferme aussi le texte, le défend.Enfin, la référence transporte dans le texte de celui qui cite les autres textes de ceux qui ont également, à un moment ou à un autre, cité le créateur ou l’œuvre qui est évoquée. L’intertexte littéraire véhicule de ce fait tout un réseau de filiations et d’affiliations, fragments de textes "flottants" ouverts sur d’autres textes, d’autres créateurs, d’autres auteurs. La référence littéraire artistique apparaît alors comme un objet d’échanges au sein du texte sociologique où, comme le dit Claude Labrosse à propos des citations, elles « reviennent un peu comme les pièces d’une monnaie permanente42. »

Texte sociologique, texte littéraire et légitimite

  • 43  Latour (Bruno), La science en action,Paris, La découverte, 1989, p. 48.
  • 44  Latour (Bruno) et Fabbri (Paolo), « La rhétorique du discours scientifique. La rhétorique de la sc (...)

37En sciences, indique Bruno Latour s’il s’agit de communiquer les résultats d’une recherche, il s’agit également de produire des textes persuasifs, et en particulier de faire appel à d’autres textes, « provenant d’autres lieux et d’autres temps43 », que l’on produit alors comme preuve44. Si, au contraire des l’intertexte étudié par Bruno Latour, l’intertexte littéraire ne possède pas de caution scientifique, il reste que la référence, qu’elle soit littéraire ou scientifique, possède une autorité propre. De fait, le procédé de la citation établit un réseau dans lequel le texte se met en relation avec d’autres textes, moyen pour le sujet de se situer dans un répertoire, possibilité pour le lecteur de le situer dans ce répertoire, procédure par laquelle le texte peut organiser sa longévité, sa contextualisation.

  • 45  Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, op. cit., pp. 111-112.

38Le discours d’autorité, selon Pierre Bourdieu, est spécifique dans le sens où son autorité ne réside pas seulement dans le fait que son message doit être compris. Il doit être reconnu comme autorité, cette reconnaissance n’étant accordée – sur le mode de l’allant de soi – que dans les conditions qui définissent l’usage légitime. Le discours d’autorité doit être prononcé par la personne légitime à prononcer ce discours, dans une situation, devant des récepteurs et dans les formes légitimes. Les plus importantes conditions de la production des discours d’autorité sont ainsi celles qui produisent la disposition à la reconnaissance comme méconnaissance et croyance45. Les références, pour fonctionner comme discours d’autorité dans le texte sociologique, doivent reposer sur la reconnaissance de ceux auxquels elles s’adressent. Pierre Bourdieu renvoie cet efficace à la question historique de la genèse du champ artistique dans lequel se produit et se reproduit la valeur de l’œuvre d’art, sa légitimité. De la même manière, l’autorité des références ne peut fonctionner comme telle s’il n’existe pas de légitimité des références, dans le sens où cette légitimité est fondée sur la croyance en la validité de cet ordre légitime.

Échanges

39L’intertexte littéraire présente les œuvres comme possédant des qualités de connaissance, de documentation, d’inspiration. Ces qualités, loin d’être délivrées par les œuvres au sociologue, sont puisées par celui-ci qui en fait alors bénéficier son texte. L’œuvre, par le biais de son extrait, de son fragment, de son évocation, entre alors dans le texte sociologique. Mais qu’y devient-elle ? Document, regard, interprétation connaissante du monde social. L’œuvre artistique se trouve donc transformée, à son arrivée dans le texte sociologique, en production utile au sociologue. Plus que cela, elle perd dans cette transaction son caractère artistique pour acquérir des qualités d’ordre sociologique.Cependant, l’œuvre reçoit aussi du crédit du fait de faire l’objet d’une référence. Être interprété de multiples manières est un gage de la nature artistique des œuvres, processus auquel le sociologue, par cet intertexte, contribue. En somme, lieu de transmission de savoir, de culture, de positionnement épistémologique, lieu de marché symbolique entre artistique et scientifique, entre sociologique et littéraire, l’intertexte littéraire est un lieu de passage dans le discours sociologique. Il existe de la sorte un échange littérature-sociologie et un échange sociologue-lecteur pouvant expliquer et fonder l’existence de cet intertexte tout en étant permis par lui. En effet, en contribuant à l’élaboration du texte, l’intertexte littéraire s’inscrit dans un échange concernant le sociologue, son lecteur et l’œuvre de création.

Relations de marché

40L’analyse, la critique, s’appuie sur une œuvre pour en faire surgir une ou des significations. On perçoit une œuvre de création en lui appliquant une “grille” qui peut être d’ordres divers : grille philosophique, mythique, psychologique, psychanalytique, historique. Dans le cas des références du texte sociologique, la grande majorité des interprétations se rattache à une signification que le chercheur dégage de l’œuvre et dont il se sert ensuite à ses propres fins. Dans ce cadre, l’œuvre est pour ainsi dire canalisée par une optique sociologique, à tel point que l’intérêt de l’œuvre citée semble dès lors se trouver - à partir du moment où l’œuvre fait son apparition dans le texte - non pas dans une quelconque valeur littéraire, mais bien plutôt dans une valeur sociologique. Le caractère artistique de l’œuvre s’efface au profit d’une dimension d’ordre sociologique. De ce point de vue, par l’interprétation du texte littéraire, le sociologue met en relation le texte sociologique avec la force et la puissance de la formule romanesque ou poétique elle-même, la révélant tout à la fois complice de son analyse et ainsi semblable et autre dans le même mouvement. Ce savoir, cette connaissance n’existent toutefois que parce que le sociologue les porte au jour : il enlève par là à la citation sa plurivocité et l’autonomie de ses significations en la renvoyant au sens sociologique qui lui est conféré.

41Néanmoins, l’œuvre littéraire et l’intertexte littéraire du texte sociologique présentent une différence. Le travail de la citation ou, plus largement, de la référence, opéré dans le texte sociologique, tout en conservant la forme littéraire de l’expression d’origine, ajoute à celle-ci sinon une plus-value, du moins un sens spécifique, ce sens arrêté par la lecture sociologique de l’œuvre.

42Le sociologue tire parti d’un contenu de l’œuvre en attente de sens multiples. Le procédé de la référence et, plus particulièrement ici, de la citation, est par conséquent un procédé paradoxal qui se nourrit du paradoxe nécessaire à son utilisation. Par l’intertexte littéraire, le sociologue ouvre le discours sociologique sur un au-delà du texte parce qu’y introduisant la plurivocité du sens littéraire. Mais c’est parce qu’il l’interprète que la formule littéraire peut y avoir droit de cité. En interprétant le contenu de l’œuvre et en réduisant par là ces paroles littéraires à un sens sociologique, le sociologue fait place dans son discours tout à la fois à la littérature et à la sociologie. L’œuvre, réduite alors doublement (extrait d’œuvre et interprétation de cet extrait) acquiert une nouvelle qualité, d’ordre sociologique.

43Ce procédé de plus-value ne se rencontre pas exclusivement dans le cadre des citations d’extraits de textes. Dans le cas de la simple citation d’un nom propre ou d’un titre d’œuvre, le texte acquiert aussi une plus-value, puisqu’il s’agit toujours de donner un sens à l’œuvre ou de rendre compte du sens qu’un créateur a donné à sa création. Comme le critique littéraire crée la valeur littéraire d’une œuvre en la critiquant, c’est le sociologue qui, en puisant dans la littérature, crée ce sens sociologique. Mais cette signification et cette valeur ne préexistent pas, par définition, dans l’œuvre de création : elles sont fonction de sa réception par le spectateur ou le lecteur.Le procédé par lequel le sociologue donne au texte sociologique la force et la puissance de la formule, de l’évocation, de la description romanesque, est issu d’un travail exercé sur l’œuvre de référence. Le sociologue utilise alors dans les œuvres une valeur sociologique qu’il contribue en partie à produire.

  • 46  Se reporter à Boyer (A. M.), « Les ciseaux savent lire », Revue des sciences humaines, n° 196, 198 (...)

44En observant ce qui se passe entre le sociologue et l’œuvre, il semble que la création perde d’une certaine manière une partie de son statut d’œuvre d’art en entrant dans le texte sociologique. La référence n’est qu’extrait de texte, nom d’auteur ou titre d’ouvrage. Elle n’est pas œuvre au sens plein du terme. Par l’utilisation qu’il en fait, le sociologue tend à « figer » l’œuvre en une interprétation. Elle perd alors une partie de son interprétabilité et de son identité. Dans le discours du sociologue, ce qui était roman tend à devenir outil ou matière première au service du sociologue et de la sociologie qu’il pratique, devenant chose interprétée, et non interprétable. Les jugements élogieux sur les œuvres rendent de ce fait aussi (et surtout) honneur à leurs caractéristiques sociologiques, qui se présentent comme liées à ces qualités littéraires. Le sociologue juge les œuvres non pas tant en fonction de leurs qualités artistiques, qu’en fonction de leurs capacités à rendre compte du social, à le décrire, à le comprendre, à en éclairer les mécanismes. Parfois, la référence atteint un niveau explicite. En plus d’un vocabulaire spécifique le texte attribue aussi aux œuvres une signification proprement sociologique, dans la mesure où il y puise des renseignements de ce type et les donne à voir. L’objet des références acquiert alors une unicité, un ordre, c’est à dire le sens des œuvres scientifiques. C’est la réduction du désordre, le passage d’un ordre indifférencié à un désordre indifférencié, c’est la néguentropie. Cependant, n’est-ce pas une caractéristique de l’œuvre que de permettre la fixation d’une signification à un moment donné, n’est-elle pas justement en attente de sens, et le sociologue, en interprétant l’œuvre de création, ne fabrique-t-il donc pas l’identité même de l’œuvre de création ? L’œuvre serait dans ce sens création en vertu de l’interprétation qui en est faite, produit de la création conjointe de celui qui émet et de celui qui reçoit, fruit de cette communication46.

45Pas plus que le critique, le sociologue ne détermine, par le regard qu’il porte sur elle, la création littéraire. La création a entre autres pour fonction d’être interprétable, donc de pouvoir être interprétée de différentes façons. Cependant, on peut se demander si l’œuvre de création, à partir du moment où elle est transformée par le texte sociologique, est toujours une œuvre de création : est-elle transformée dans un seul sens, prend-elle une signification unique qui serait une signification sociologique ?En somme, le problème qui se pose à partir de cette réflexion est de déterminer si les références étudiées sont de nature artistique ou sociologique. Si l’on observe une fixation de la signification, on peut dire qu’il n’y a plus, au niveau des références, d’œuvres d’art proprement dites : il s’agirait plutôt d’interprétations de ces œuvres dans un sens sociologique.

46En résumé, l’œuvre de création tend à perdre son statut d’œuvre artistique en entrant dans le texte sociologique – figée par l’interprétation – mais retrouve son statut artistique quand on considère les interprétations données de ces œuvres par les différents sociologues étudiés.

Circulation de crédit

47L’œuvre de création apporte au texte sociologique un crédit d’information à partir du moment où le sociologue peut produire cette information comme information de type sociologique. Plus l’œuvre possède de potentialités de significations, plus elle est en attente de sens, plus elle est en mesure d’être exploitée, d’être interprétée de diverses manières et plus elle peut apporter du crédit au texte sociologique. L’usage de la référence semble donc s’inscrire dans un échange entre le sociologue et l’œuvre de création.

48On peut concevoir l’œuvre comme objet d’échange dans le cadre de la relation du sociologue et de son lecteur, puisqu’elle peut être un crédit de distinction et de compréhension. On peut voir en elle un objet d’échange dans le cadre de l’élaboration du texte sociologique, où le nom prestigieux du créateur, le titre d’une œuvre reconnue peuvent, par la simple évocation, créditer le texte d’une autorité. Cependant, l’œuvre reçoit aussi du crédit du fait de faire l’objet d’une référence. Être cité et interprété de multiples manières est un gage de leur nature artistique, processus auquel le sociologue, par ses citations, contribue. Si l’œuvre n’est donc pas aliénée par le texte de sociologie, elle est par contre le lieu d’un marché dans lequel chaque participant reçoit du crédit.

49Le travail de la référence consiste à utiliser des œuvres, à en extraire un sens, à se servir de leur force d’évocation : ouverture du sens sociologique mais aussi fermeturedu sens sociologique. La référence ouvre le texte, fenêtre sur d’autres significations, mais le ferme, dans le même mouvement, sur une signification sociologique. Elle semble ne pouvoir fermer le texte que parce qu’elle peut aussi l’ouvrir. Elle ne peut par ailleurs lui ouvrir un chemin que parce que son propre sens se réduit. Mais le sens de l’œuvre ne se réduit que parce qu’au départ elle a plusieurs sens et qu’il est donc possible de lui en trouver indéfiniment un nouveau. Ainsi, l’œuvre est fermeture car ouverture possible.

  • 47  Mauss (Marcel), « Essai sur le don », dans Sociologie et anthropologie, Paris, P.U.F., 1985.

50La référence littéraire du texte sociologique est ainsi le lieu d’un marché dans lequel chacun des participants reçoit du crédit. Cette relation se fait sur le mode du don / contre-don47. Mesure, façon d’exister par et contre l’autre, elle se fait signe de la façon dont l’œuvre littéraire prend sa place dans le positionnement de la sociologie, au niveau du champ de force constitué par la littérature et par la science. Ce don / contre-don peut ainsi symboliser la position d’une discipline s’efforçant, depuis son émergence, d’entretenir des relations de connaissance et de reconnaissance avec l’œuvre littéraire, ennemie et alliée à la fois, concurrente et associée dans sa recherche de savoir.

Rituel commémoratif

51Nous avançons sur ce point, à la lumière de cet échange dont l’intertexte littéraire est porteur, que le phénomène de la référence a des dimensions temporelles, et que ces dimensions le rendent comparable à une forme d’expression de mémoire. Il se présenterait ainsi comme une forme de co-mémoration – « mémoire ensemble » – voire de commémoration de situations présentées comme tout à la fois glorieuses et heureuses.

  • 48  Compagnon (Antoine), La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 17.
  • 49 Ibid., p. 395.
  • 50 Ibid., p. 337.

52La référence est en effet tout d’abord un appel dans le passé. Proust, Flaubert, Balzac sont des morts dont, appelée au devant des vivants, la parole cautionne. La littérature est convoquée au nom d’un savoir passé, révolu, qu’il faut réactualiser. Dans ses discours sur le savoir porté par la littérature, c’est par un vocabulaire solennel que le sociologue nous reporte aux glorieux toujours anciens, par ce qui se présente comme un immuable rituel de guillemets, de liturgie. « Lorsque je cite, j’excise, je mutile, je prélève48 » explique Compagnon : « la citation régulière [...] signifie essentiellement la mort. Elle met à mort qui elle cite et elle prétend communiquer avec les morts49. » C’est dans l’épigraphe, citation et référence par excellence, que se déploient toutes les puissances et les dimensions solennelles du discours citationnel50.

  • 51  Ibid., p. 12.

53La référence, si elle n’est pas à proprement parler un rituel, se présente toutefois comme répétition validante, reconnaissante.« La citation a le statut d’un critère de validité [...]. Loin d’être un détail du livre, un trait périphérique de la lecture et de l’écriture, la citation représente un enjeu capital, un lieu stratégique, et même politique de toute pratique du langage, quand elle assure sa validité, garantit sa recevabilité, ou au contraire les réfute51. » C’est ici que la référence devient aussi rappel, répétition : acte de lecture découpé, mis en forme et transformé. Mais elle est également rappel – à l’ordre – des mémoires. Qui ne connaît pas l’officié – n’a pas les mêmes lectures – ne peut prendre part à la cérémonie, à la communion en cours.

  • 52  Namer (Gérard), Mémoire et société, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987, p. 58
  • 53  Halbwachs (Maurice), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994, p. 151.
  • 54  Namer (Gérard), Mémoire et société, op. cit., p. 58.
  • 55  Halbwachs (Maurice), Les cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. 152.
  • 56 Ibid.

54La mémoire collectivetelle qu’elle s’exprime dans le groupe familial est la plus proche de nos observations. Cette mémoire est d’abord normative, exemple, leçon52, indique Gérard Namer. Ces images, ces faits, ces langages que garde la mémoire collective sont des enseignements qui proclament en même temps la nature profonde du groupe : « En eux s’exprime l’attitude générale du groupe » signale Halbwachs, « ils ne reproduisent pas seulement son histoire, mais ils définissent sa nature, ses qualités et ses faiblesses53. » De la sorte, « se souvenir dans la famille, c’est se souvenir de la famille comme d’une nature qui serait un idéal et qui serait à continuer54. » Symbolique, cette mémoire « fonctionne par des symboles renvoyant à une essence : « On parle d’une propriété physique ou morale qu’on suppose inhérente au groupe et qui passe de lui à ses membres. Quelquefois c’est le lieu ou le pays d’origine de la famille; c’est telle ou telle façon caractéristique d’un de ses membres qui devient le symbole plus ou moins mystérieux, le fonds commun d’où ils tirent leurs traits distinctifs55 ». Enfin, cette mémoire se présente comme hors du temps, participant « de la nature de ces notions collectives qui ne se placent ni en un lieu ni à un moment défini et qui semblent dominer le cours du temps56 ».

  • 57  Namer (Gérard), La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, « Logiques soc (...)

55Commémorer, acte de médiation de cette mémoire, est un acte solennel57. Mémoire des morts pour les vivants, moyen de mobilisation, la commémoration rend contemporains le temps présent, le temps passé lié au temps mythique et le temps futur.

  • 58  Namer (Gérard), Mémoire et société, op. cit, p. 211.

Commémorer, c’est donc lier par une pratique reconnue des spectateurs, le temps passé à un mythe. C’est dans une deuxième phase revenir à ce présent, renouvelé en ses imaginaires et son idéologie, pour mobiliser les acteurs et les spectateurs en une dramaturgie tournée vers l’avenir58.

  • 59  Ibid.

56Consécration mais aussi dépendance, la commémoration est aussi et d’abord un acte religieux, par lequel on demande aux vivants de se souvenir, « c’est à dire d’agir par la prière pour les morts. Quand nous nous servons du mot de “commémoration”, nous identifions notre émotion à un acte religieux, à un acte de prière qui aurait quelque effet sur le non-oubli des morts ou le non-oubli de ce qu’on remémore59. »

57Message, « mensonge » et création, la commémoration est un choix sacré qui, parce qu’il unit, est aussi une réunion, et donc une forme de sociabilité qui préfère certains pour oublier les autres, les « non-commémorés ». C’est une volonté politique de mémoire.

  • 60  Namer (Gérard), La commémoration en France, op. cit., p. 149.

58La commémoration, enfin, nécessite la réunion d’un certain nombre de conditions. Un lieu de commémoration, un théâtre des opérations, une durée organisée, un temps d’attente, un rituel, un notable-officiant. Légitimant la commémoration il est aussi lui-même, en retour et comme de surcroît, légitimé, valorisé par la commémoration60.

59Comme la mémoire du groupe, la référence est un exemple, une leçon, un enseignement que les sociologues présentent comme devant être l’attitude générale du groupe : il faudrait, il faut, on doit... tirer des leçons de la littérature qui a bien dit, bien vu, bien montré...idéal tiré d’un passé révolu, ou hors du temps - atemporel parce qu’éternel - qui serait à continuer. Certaines références sont plus solennelles que d’autres. Ce sont celles par lesquelles les sociologues nous alertent sur la connaissance à tirer de la littérature. Ces références se présentent comme des quasi-célébrations de mémoires. Digne de louanges, digne d’éloges, l’artiste est convoqué en vertu de ses apports – à un texte sociologique, à un lecteur potentiel, à celui qui cite. Message, la référence littéraire du texte sociologique est aussi « mensonge » et création. Elle transforme, elle met à mort pour mieux créer. Relation de fiction, elle fait dire aux artistes ce qu’ils n’ont pas dit tout en rapportant leurs dires et nous reportant à leurs mots. Enfin, la référence littéraire, comme la commémoration, unit, virtuelle réunion de mémoires et donc forme de sociabilité.

  • 61  Lepenies (Wolf), Les trois cultures, op. cit.

60Dans ce cadre rituel, le notable-officiant légitime la commémoration et est lui-même, en retour et comme de surcroît, légitimé, valorisé par la commémoration. Dans la mémoire collective des sociologues, mémoire d’un passé révolu, l’intertexte littéraire est donc peut-être l’un des mécanismes et l’un des médiateurs, dans un lieu donné : le texte sociologique. Institué par le sociologue légitimé par le groupe, le texte de la référence se présente comme un rituel avec ses normes, ses régularités, ses passages obligés. Sa fonction ? à la fois valorisante et nostalgique, la référence reporte à un au-delà du texte et un au-delà de la situation présente : « ils l’ont dit bienavant nous », légitimant qui l’énonce et celui qui fait l’objet de la référence. Dans cette optique, c’est à un moyen de mémoire que nous aurions affaire. Mais que commémorerait-on ? Une mémoire reconstruite dans laquelle la relation à la littérature, de conflictuelle61 deviendrait ici glorieuse, moment heureux d’un passé reconstruit ?

61Métaphore, image instructive, l’intertexte littéraire comme lieu de mémoire et de commémoration a l’avantage de donner un éclairage différent sur des textes sociologiques qui ne sont pas seulement des moyens de communication scientifique, mais également des moments de rituels, des lieux d’exercices de pouvoirs et d’autorités, et des espaces de mémoires tant individuelles que communautaires.

Vers une institutionnalisation de la relation ?

62Ces différentes facettes de la relation de la sociologie avec la littérature que l’intertexte littéraire révèle ne sont pas statiques. Des textes fondateurs à la sociologie actuelle, les modalités de l’intertexte ont évolué, ainsi que la communication qu’il induit. Des fondateurs aux contemporains, à la référence source de typifications et de connaissance s’est ajoutée la référence qui met en évidence, dans le regard des créateurs, une spécificité utile aux sociologues. Dans le même temps, les sociologues, de l’évocation simple des œuvres, utile au texte et au raisonnement sociologique, sont passés à l’invocation cérémonielle. Des contemporains aux actuels enfin, une nouvelle forme d’intertexte se développe, qui ne se contente plus d’évocations, comme dans la période fondatrice, ni d’invocations, comme dans la période contemporaine, mais qui insiste sur l’utilité des œuvres littéraires en s’appuyant sur des travaux scientifiques existants.

63Tout ceci produit une variation des différentes modalités de communication à l’œuvre dans le phénomène observé et dont nous avons dressé un type-idéal. Mise en relation avec la littérature qui révèle rapports d’autorité et transfert de biens symboliques, échange de bons procédés et relations de marché caractérisées par le don /contre don, la relation a évolué.

64On se trouve tout d’abord, en ce qui concerne la relation des sociologues « fondateurs » à la littérature, dans le cadre d’une référence peu argumentée, peu appuyée. Il va de soi qu’il est possible, dans un texte sociologique, de se reporter à l’œuvre littéraire : le lecteur-modèle ne voit pas d’inconvénient à cette référence, à cette incursion de l’artistique dans le savant. La référence n’est que peu entourée de vocabulaire spécifique cérémoniel. La relation commémorative est peu présente et, même si une relation d’échange est de toute façon observable, ce n’est pas à ce niveau que se donne à voir l’intertexte que ce soit chez Max Weber, Émile Durkheim, Tocqueville ou Marx. L’accent est mis essentiellement sur une relation d’égal à égal et de documentation, dans laquelle le sociologue se nourrit d’œuvres littéraires comme il puise dans l’univers des autres documents et des autres sources à sa disposition, même si, ici et là, des invocations cérémonieuses sont repérables.

65La période d’institutionnalisation de la sociologie présente des variations de ce point de vue. On observe une relation plus ritualisée à la littérature, en particulier dans le cadre de la référence présentant l’œuvre littéraire comme productrice de connaissance, ou comme instigatrice de pratiques et de méthodes proprement sociologiques. C’est dans le registre de l’autorité proclamée, de l’évidence argumentée – donc dans le registre de la légitimation que l’argumentation se construit. On salue les œuvres de référence, les place en épigraphe, invoque, dans une certaine cérémonie langagière, les « grands noms » de la culture cultivée. Que l’on pense par exemple à l’intertexte littéraire de l’œuvre de Pierre Bourdieu. L’intertexte littéraire de la période d’institutionnalisation de la sociologie ne va pas de soi : il nécessite une place et un jeu particulier de mots pour avoir droit de cité dans un texte en construction constante de légitimité scientifique. La littérature nourrit la sociologie, qui nourrit à son tour la littérature, dans un rituel de commémoration : ne les oublions pas. Les œuvres citées sont bien souvent les mêmes que celles citées par les grands ancêtres. Et, d’une certaine manière, si l’échange et le don / contre-don se font avec une littérature qu’il ne faudrait pas oublier, il se fait aussi avec ceux qui, déjà, de leur temps, les citaient.

66Dans la période récente les relations deviennent moins cérémonieuses, se précisent. Si, comme chez François de Singly, elles organisent puissamment le texte, de manière organique mais suivant des modalités semblables à celles des sociologues de la période antécédente, on relève des intertextes nouveaux. Chez Nathalie Heinich ou Bernard Lahire en particulier, les échanges semblent moins policés, moins ritualisés. Chez ces derniers, l’intertexte littéraire puise dans les œuvres littéraires, mais en appuyant l’argumentation par des travaux déjà effectués, disponibles et de plus en plus présents, sur la question des relations entre sciences sociales et littérature. On est moins alors dans une citation-communication avec les morts, que dans une collaboration avec une littérature vivante.

67Au don / contre don, échange rituel avec une littérature en voie d’oubli, commence à se substituer une relation moins ritualisée, peut-être parce que moins angoissée, car plus armée et porteuse de moins d’enjeux, à la littérature. Le rituel, s’il ne disparaît pas tout à fait, change de forme, se fait moins mortuaire. La littérature se présente alors comme moins éloignée. A-t-on « renoué » avec elle ? À travers quelques sociologues actuels, la relation à l’œuvre littéraire apparaît non plus morte et à revivifier mais vive et actuelle. Elle se donne alors à voir à travers un nouveau champ de recherche qui s’institutionnalise, celui que Lepenies puis Belloï, Lassave, Bidou-Zachariasen, Dubois ont initié. Le lien entre littérature et sciences sociales émerge alors clairement dans le discours sociologique, posé d’emblée comme problème et non plus comme allant de soi-commémoration. L’intertexte littéraire permet, dans ce cadre nouveau, critique, discussions et prises de position dans la discipline. Une discipline qui, peut-être, comme l’anthropologie et l’ethnologie avant elle, se sent désormais plus à même de considérer sereinement son rapport au récit et donc, par celui-ci, à la littérature.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages du corpus cités dans ce texte

Boudon (Raymond), La logique du social : introduction à l’analyse sociologique, Paris, Hachette littérature, « L’esprit critique », 1979

Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu (Pierre), Darbel (Alain) & Schnapper (Dominique), L’amour de l’art, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1969 [1966].

Bourdieu (Pierre), Homo Academicus, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1984.

Bourdieu (Pierre), La distinction, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1979.

Bourdieu (Pierre), La misère du monde, Paris, Seuil, « Libre examen », 1993.

Bourdieu (Pierre), La noblesse d’État, Paris, Minuit, 1989.

Crozier (Michel), On ne change pas la société par décret, Grasset, Paris, 1979.

Dubar (Claude), La crise des identités, Paris, P.U.F., « Le lien social », 2000.

Durkheim (Emile), Le suicide, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1985.

Duvignaud (Jean), La genèse des passions dans la vie sociale, Paris, P.U.F., « Sociologie d’aujourd’hui », 1990.

Heinich (Nathalie), Les ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 2003.

Lahire (Bernard), Portraits sociologiques, Paris, Nathan, 2002.

Maffesoli (Michel), Essais sur la violence banale et fondatrice, Paris, Librairie des Méridiens, 1984.

Maffesoli (Michel), Le temps des tribus, Paris, Librairie des Méridiens-Klincksieck, « Sociologies au quotidien », 1988.

Morin (Edgar), La méthode 2, Paris, Seuil, 1980.

Morin (Edgar), L’esprit du temps 2. Nécrose, (avec la coll. d’Irène Nahoum), Paris, Grasset, 1975.

Morin (Edgar), Sociologie, Paris, Fayard, 1984.

Singly (François de), Les uns avec les autres, Paris, Armand Colin, 2003.

Touraine (Alain), Université et société aux États-Unis, Paris, Seuil, 1972.

Weber (Max), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, « Agora », 1964.

Éléments bibliographiques

Belloï (Livio), La scène proustienne, Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, 1993.

Bidou-Zachariasen (Catherine), Proust sociologue : de la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Descartes et Cie, 1997.

Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu (Pierre), Darbel (Alain) & Schnapper (Dominique), L’amour de l’art, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1969 [1966].

Bourdieu (Pierre), Homo Academicus, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1984.

Bourdieu (Pierre), La distinction, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1979.

Boyer (A. M.), « Les ciseaux savent lire », Revue des sciences humaines, n° 196, 1984-4, pp. 107-117.

Busino (Giovanni), La permanence du passé, Genève-Paris, Droz, 1986.

Compagnon (Antoine), La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

Derrida (Jacques), « Signature, événement, contexte », dans Marges de la philosophie, Paris, Minuit, « Critique », 1972.

Dubois (Jacques), Les romanciers du réel, Paris, Seuil, « Essais », 2000.

Dubois (Jacques), Pour Albertine. Proust et le sens du social, Paris, Seuil, « Liber », 1997.

Eco (Umberto), Interprétation et surinterprétation, Paris, P.U.F., 1995.

Eco (Umberto), Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985. 

Ellena (Laurence), « Argumentation sociologique et références littéraires », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. CIV, janvier-juin 1998, « Figures de la connaissance », pp. 33-54.

Ellena (Laurence), Sociologie et littérature. La référence à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 1998.

Escarpit (Robert), Écrit et communication, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », 1973.

Francastel (Pierre), Études de sociologie de l’art, Paris, Denoël/Gonthier, « Bibliothèque Médiations », 1970.

Genette (Gérard), Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982.

Halbwachs (Maurice), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994.

Jauss (Hans Robert), Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

Labrosse (Claude), « Lecture et citations de la Nouvelle Héloïse : réflexion sur la mise en pièces du texte », Revue des sciences humaines, n° 196, 1984-4.

Lassave (Pierre), Sciences sociales et littérature, Paris, P.U.F., « Sociologie », 2002.

Latour (Bruno) et Fabbri (Paolo), « La rhétorique du discours scientifique. La rhétorique de la science. Pouvoir et devoir dans un article de sciences exactes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, février 1977, pp. 81-95.

Latour (Bruno), La science en action, Paris, La découverte, 1989.

Lepenies (Wolf), Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, éd. de la MSH, 1990.

Lévy-Piarroux (Yvelyne), « Les notes donnent le ton », Espaces-Temps, Les cahiers, n° 47-48, « La fabrique des sciences sociales. Lectures d’une écriture », pp. 21-33.

Mauss (Marcel), « Essai sur le don », dans Sociologie et anthropologie, Paris, P.U.F., 1985.

Namer (Gérard), La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1987.

Namer (Gérard), Mémoire et société, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

Robine (Nicole), « la lecture », dans Le littéraire et le social, Éléments pour une sociologie de la littérature, sous la direction de Robert Escarpit, Paris, Flammarion, 1970.

Samoyault (Tiphaine), L’intertextualité, Mémoire de la littérature, Paris, Armand Colin, 2001.

Sartre (Jean-Paul), Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1948.

Haut de page

Notes

1  Lepenies (Wolf), Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1990.

2  Mentionnons en particulier les numéros de revues consacrés à cette question, comme par exemple le dernier numéro de la revue A contrario.

3  Dubois (Jacques), Les romanciers du réel, Paris, Seuil, « Essais », 2000. Se reporter aussi, du même auteur, à l’ouvrage Pour Albertine. Proust et le sens du social, Paris, Seuil, « Liber », 1997.

4  Belloï (Livio), La scène proustienne, Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, 1993.

5  Bidou-Zachariasen (Catherine), Proust sociologue : de la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Descartes et Cie, 1997.

6  Lassave (Pierre), Sciences sociales et littérature, Paris, P.U.F., « Sociologie », 2002 ; « Retour sur les liens entre sciences sociales et littérature », Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol. CIV, 1998, pp. 167-183 ; « La ville entre les lignes de la science et du roman », Espaces et sociétés, n° 94 (dossier « Villes écrites »), 1998, pp. 11-29 ; « Dialogue avec la littérature : Louis Chevalier et Jean Duvignaud », Genèses, n° 34, 1999, pp.114-131 ; « Sciences sociales, littérature : la fin des hostilités ? », Sciences Humaines, n° 134 (dossier « La littérature, une science humaine ? »), janvier 2003, pp. 22-25.

7  Les analyses présentées ici prolongent et approfondissent le travail que nous avons publié antérieurement sur les références littéraires de la sociologie, présenté dans Sociologie et littérature. La référence à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 1998 et « Argumentation sociologique et références littéraires », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. CIV, Janvier-Juin 1998 (dossier « Figures de la connaissance »), pp. 33-54.

8  Dubar (Claude), La crise des identités, Paris, P.U.F., « Le lien social », 2000, p. 218, n. 1.

9  Genette (Gérard), Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982.

10  Une analyse comparative des intertextes respectifs de deux types de publication distincts – articles et ouvrages – est nécessaire. La question du choix de corpus d’ouvrages et non d’articles ne pourra cependant pas être développée ici.

11  Politique, éducation, science, art, communication, religion, famille, travail. Pour des raisons d’espace, nous ne pouvons pas reproduire ici l’ensemble des ouvrages constitutifs du corpus, mais uniquement la liste des ouvrages cités dans le texte.

12  Weber (Max), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, « Agora », 1964, pp. 99-100.

13  Durkheim (Emile), Le suicide, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1985, pp. 314-315.

14  Crozier (Michel), On ne change pas la société par décret,Paris, Grasset, 1979, p. 284.

15  Duvignaud (Jean), La genèse des passions dans la vie sociale, Paris, P.U.F., « Sociologie d’aujourd’hui », 1990.

16  Boudon (Raymond), La logique du social : introduction à l’analyse sociologique, Paris, Hachette littérature, « L’esprit critique », 1979, p. 238

17  Bourdieu (Pierre), La noblesse d’État, Paris, Minuit, 1989, p. 284. On peut penser également aux évocations de Shakespeare et Dostoïevski chez Edgar Morin (La méthode 2, Paris, Seuil, 1980), et enfin certaines références à Balzac chez Alain Touraine (Université et société aux Etats-Unis, Paris, Seuil, 1972).

18  Bourdieu (Pierre), La misère du monde, Paris, Seuil, « Libre examen », 1993, p. 923.

19  Morin (Edgar), Sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 167.

20  Lahire (Bernard), Portraits sociologiques, Paris, Nathan, 2002, pp. 39-40.

21  Privat (Jean-Marie), Bovary. Charivari. Essai d’ethno-critique, Paris, CNRS Editions, 1994.

22  Lahire (Bernard), Portraits sociologiques, op. cit., p. 42, n. 1.

23 Ibid., p. 398.

24  Heinich (Nathalie), Les ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 2003.

25 Ibid., p. 157.

26  Sartre (Jean-Paul), Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1948.

27  Robine (Nicole), « la lecture », in dansLe littéraire et le social. Éléments pour une sociologie de la littérature, sous la direction de Robert Escarpit, Paris, Flammarion, 1970.

28  Francastel (Pierre), Études de sociologie de l’art, Paris, Denoël/Gonthier, « Bibliothèque Médiations », 1970.

29  Jauss (Hans Robert), Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

30  Escarpit (Robert), Écrit et communication, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », 1973, p. 125.

31  Lévy-Piarroux (Yvelyne), « Les notes donnent le ton », Espaces-Temps, Les cahiers, n° 47-48 (dossier « La fabrique des sciences sociales. Lectures d’une écriture »), pp. 21-33.

32  Derrida (Jacques), « Signature, événement, contexte », Marges de la philosophie, Paris, Minuit, « Critique », 1972, p. 66.

33  Notons cependant la grande présence d’œuvres de science-fiction dans les ouvrages d’Edgar Morin, en même temps que celles se rapportant à ce que lui même qualifie de « culture de masse ». De ce fait, la présence de références « légitimes », si elle est dominante, ne peut toutefois être considérée comme exclusive. Je pense également aux multiples références, présentes dans l’ouvrage de François de Singly, Les uns avec les autres, Paris, Armand Colin, 2003.

34  Eco (Umberto), Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 ; Interprétation et surinterprétation, Paris, P.U.F., 1995.

35  Morin (Edgar), L’esprit du temps 2. Nécrose, (avec la collaboration d’Irène Nahoum), Paris, Grasset, 1975, p. 105.

36  Bourdieu (Pierre), Darbel (Alain) & Schnapper (Dominique), L’amour de l’art, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1969 [1966], p. 69.

37  Pour le concept de communauté, se reporter notamment à Busino (Giovanni), La permanence du passé, Genève-Paris, Droz, 1986, p. 93.

38  Nous nous appuyons ici sur les analyses développées par Pierre Bourdieu, en particulier dans La distinction, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1979 et Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

39  Bourdieu (Pierre), La distinction, op. cit., p. 584 ; p. 74, référence 25 ; p. 241 ; p. 585.

40  Bourdieu (Pierre), Homo Academicus, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1984, p. 244, note 28.

41  Se reporter par exemple à Maffesoli (Michel), Essais sur la violence banale et fondatrice, Paris, Librairie des Méridiens, 1984, p. 40, et Le temps des tribus,Paris, Librairie des Méridiens-Klincksieck, « Sociologies au quotidien », 1988, p. 175.

42  Labrosse (Claude), « Lecture et citations de la “Nouvelle Héloïse” : réflexion sur la mise en pièces du texte », Revue des sciences humaines, n° 196, 1984-4, p. 33.

43  Latour (Bruno), La science en action,Paris, La découverte, 1989, p. 48.

44  Latour (Bruno) et Fabbri (Paolo), « La rhétorique du discours scientifique. La rhétorique de la science. Pouvoir et devoir dans un article de sciences exactes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, Février 1977, pp. 81-95.

45  Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, op. cit., pp. 111-112.

46  Se reporter à Boyer (A. M.), « Les ciseaux savent lire », Revue des sciences humaines, n° 196, 1984-4, pp. 107-117 : le lecteur comme metteur en scène ou metteur en oeuvre du texte.

47  Mauss (Marcel), « Essai sur le don », dans Sociologie et anthropologie, Paris, P.U.F., 1985.

48  Compagnon (Antoine), La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 17.

49 Ibid., p. 395.

50 Ibid., p. 337.

51  Ibid., p. 12.

52  Namer (Gérard), Mémoire et société, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987, p. 58

53  Halbwachs (Maurice), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994, p. 151.

54  Namer (Gérard), Mémoire et société, op. cit., p. 58.

55  Halbwachs (Maurice), Les cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. 152.

56 Ibid.

57  Namer (Gérard), La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1987, p. 143.

58  Namer (Gérard), Mémoire et société, op. cit, p. 211.

59  Ibid.

60  Namer (Gérard), La commémoration en France, op. cit., p. 149.

61  Lepenies (Wolf), Les trois cultures, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Ellena, « Mémoire sociologique, littérature et don. Le cas de l’intertexte littéraire, des textes fondateurs à la sociologie actuelle », COnTEXTES [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4262 ; DOI : 10.4000/contextes.4262

Haut de page

Auteur

Laurence Ellena

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page