Navigation – Plan du site

Lorsque donner c’est (se) perdre : une sociologie du don vestimentaire dans Les Rougon-Macquart

Corina Sandu

Entrées d'index

Mots-clés :

Don, Zola (Émile)
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Godelier (Maurice), L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996, p. 25.
  • 2  Définissant la sociocritique comme « une sociologie de la “littérarité” […] autrement dit une soci (...)
  • 3  «… We must see the gift as the basis for a system, a system that is nothing less than the social s (...)

1Vidés de l’âme que les sociologues théoriciens du don assignent aux choses données, âme qui « les pousse à revenir vers la personne qui les a d’abord possédées et données1», les vêtements qu’on offre dans la fiction zolienne sont investis par contre d’une dimension significative dans le sens qu’ils n’apparaissent dans le cadre narratif que pour focaliser un aspect des relations interpersonnelles des héros. C’est dans cette optique, qui se réclame de la sociologie de la littérarité théorisée par Claude Duchet2, que sera abordé le statut des objets vestimentaires qu’on donne, qu’on accepte ou qu’on rend dans Les Rougon-Macquart de Zola. Fonctionnant dans un système social fondé sur des relations interpersonnelles3, le don importé dans la fiction assume les mêmes valeurs théorisées par les sociologues et les fait doubler d’une valeur connotative aussi, valeur qui avait été notée par les théoriciens s’étant occupés du don dans les sociétés archaïques, traditionnelles ou contemporaines :

  • 4  Godelier (Maurice), op. cit., p. 145.

Le don comme acte mais aussi comme objet peut re-présenter, signifier et totaliser l’ensemble des rapports sociaux dont il est à la fois l’instrument et le symbole. Et comme les dons viennent des personnes et que les objets donnés sont tout d’abord attachés puis détachés pour être de nouveau attachés à des personnes, les dons incarnent tout autant les personnes que leurs rapports4.

  • 5  « A survey of the different forms the gift can take has seldom been carried out in Western society (...)

2Comme une classification des dons n’a pas été faite par les sociologues, encore moins par la critique zolienne, cette classification, faisable, comme le soulignait Jacques T. Godbout5, –  promet d’être pertinente et féconde, lorsqu’elle s’arrête aux types de dons vestimentaires qui circulent dans le cycle romanesque zolien. Si l’on se rapporte à la distinction opérée par Godbout, dans sa théorie du don dans la société moderne, entre les sphères du marché, de l’État et du privé, on comprend en effet que l’étude du vêtement circulant sous la forme du don dans les sphères de l’État (le pouvoir politique) et du privé (les relations interpersonnelles) se signale comme le second volet qui complète les si nombreuses études consacrées à la confection, au grand magasin, cette nouvelle industrie du vêtement que les romans de Zola rendent mémorable, à commencer par Au Bonheur des dames, roman du vêtement-marchandise par excellence. Cette distinction majeure qui sépare les objets vestimentaires circulant dans les romans zoliens entre objets du marché et objets à valeur économique et affective, est justifiée également par les multiples occurrences de dons vestimentaires. Suivant la cause ou la justification qui dicte l’acte de donner, on peut classifier ces dons vestimentaires en trois groupes, qui – nous allons le constater –  n’excluent pas les superpositions et les ambivalences.

Vêtement-aumône

  • 6  Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », d (...)
  • 7  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, Paris, NRF-Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1967, t. (...)
  • 8 Idem., p. 1050.
  • 9  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 690.
  • 10 Idem., p. 990.
  • 11  Godelier (Maurice), op. cit., p. 61.
  • 12  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 410.
  • 13  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 1022.
  • 14  Idem., p. 1071.

3Dans son ouvrage sur le don, Marcel Mauss esquissait en lignes générales la théorie de l’aumône, préservée également dans la société moderne : « L’aumône est le fruit d’une notion morale du don et de la fortune, d’une part, et d’une notion du sacrifice de l’autre6 ». En tant que distribution de la richesse par un sentiment de devoir, d’accomplissement et dans l’espoir de faire la paix avec soi-même et avec l’Autre –  que ce soit Dieu ou le récipiendaire du don –  l’aumône se pratique toujours dans la société fictive zolienne à l’intérieur d’une société de proches, d’intimes où donateurs et donataires sont censés se connaître et se respecter mutuellement. Dans Germinal, les Grégoire, comblés par la fortune et par leur unique fille, font l’aumône en vêtements chauds donnés par leur fille aux pauvres du coron : « ils ne donnaient jamais d’argent, pas dix sous, pas deux sous, car c’était connu, dès qu’un pauvre avait deux sous, il les buvait. Leurs aumônes étaient donc toujours en nature, surtout en vêtements chauds7… » Une série d’héroïnes descendantes des Rougon-Macquart s’illustrent dans la même pratique de l’aumône : Pauline, dans La Joie de vivre, épuise les derniers sous de son héritage dans des distributions régulières : « elle s’était mise à tricoter des bas, tous les galopins du pays avaient maintenant les pieds chauds8 ». Gervaise, en pleine déchéance dans L’Assommoir, mais pas encore rendue à la fin de son parcours tragique, donne « tout ce qu’elle pouvait, du manger, de vieilles robes9 » à Lalie Bijard, petite malheureuse plus accablée qu’elle. Dans Une page d’amour, Hélène Grandjean offre à la mère Fétu « une paire de bons souliers10 », acte repris par Angélique, dans Le Rêve, lorsqu’elle n’hésite pas à offrir ses propres souliers à la mère Lemballeuse. Focalisant l’acte de donner, la narration prend aussi le temps d’insister, dans chacune des situations invoquées antérieurement, sur l’objet donné qui se conforme au principe sociologique de l’aumône : « la chose donnée emporte avec elle quelque chose qui fait partie de l’être, de l’identité de celui qui la donne. Mais il y a plus car celui qui donne ne cesse pas d’avoir des droits sur la chose après l’avoir donnée11 ». Le transfert d’identité des donatrices (héroïnes zoliennes susmentionnées) dans le vêtement donné acquiert dans la narration zolienne la dimension d’une synecdoque, enrichie de la valeur d’une prolepse annonçant le drame de celles qui font l’aumône. Ce n’est pas par hasard que l’objet est élu dans tout le paradigme des choix possibles : pour chacune des héroïnes en question, ce qu’elles donnent se trouve dans une relation symbolique avec ce par quoi ou ce dont elles souffriront. Gervaise, encore capable de donner de la nourriture et des vêtements, ayant encore une part du bonheur qu’elle avait rêvé (« Mon idéal, ce serait de travailler tranquille, de manger toujours du pain, d’avoir un trou un peu propre12… ») périra dans un coin, affamée et dénudée. Pauline sera réduite à faire l’aumône aux enfants du village, condamnée à ne jamais voir s’accomplir son rêve de bonheur, avoir une famille et des enfants à elle. Le don d’Hélène, une paire de souliers, reparaîtra dans Une page d’amour, focalisée à deux reprises, suivant la donation faite par Hélène et toujours en rapport avec le même personnage, une fois lorsqu’elle déclenche la série d’événements qui précipiteront son drame, lors de son rendez-vous amoureux avec le docteur Deberle (« Ses petits souliers d’appartement […] étaient lourds comme des éponges. Il les retira13… ») et à la fin, lorsque Jeanne, sa fille, est morte et qu’Hélène regarde ébahie « une petite paire de souliers, oubliée là. C’était fini […], on pouvait donner les petits souliers aux pauvres14 »). Le mécanisme du transfert sémique à connotation symbolique se répète dans Le Rêve, investi, cette fois, de cette part d’idylle, de féerie que Zola s’était proposé d’attribuer au roman : Angélique, enfant trouvée, aimée et bientôt épousée par celui qu’elle appelle son « Saint Georges », est la personnification zolienne de Cendrillon, abandonnant son soulier comme aumône, en présence de l’homme aimé et s’envolant pieds nus, dans un acte qui ne fait que précéder le dernier envol, la mort de la mariée devant l’autel, un effacement du corps dans l’ombre, toujours sous les yeux de son fiancé.

4Envisagé par le prisme des relations entre donateur et donataire, l’aumône des objets vestimentaires zoliens n’est pas sans évoquer un rapport de forces, le plus souvent conflictuelles, qui opposent les deux parties, rapport illustré le mieux par l’unique situation de don « sitôt donné, sitôt rendu », pratique définie dans la théorie du don de Maurice Godelier :

  • 15  Godelier (Maurice), op. cit., p. 63.

Lorsque le don d’une chose est suivi immédiatement d’un contre-don qui retourne au donateur initial la chose même qu’il venait de donner. […] En fait, l’aller-retour quasi immédiat du même objet est peut-être l’illustration la plus nette de la logique implicite des dons qui créent des dettes qu’un contre-don n’annule pas. Car l’objet qui revient vers son propriétaire initial n’est pas “rendu”, il est “re-donné”15.

  • 16  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. III, éd. cit., p. 273.
  • 17  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. III, éd. cit., p. 1231.

5À la lumière de cette théorie, le don de Berthe à sa servante Rachel, dans Pot-Bouille, deux vieilles chemises usées, destinées à acheter le silence de la servante au sujet de la relation adultère de sa maîtresse manque son but : « Mais la bonne, en les prenant, déclara qu’elle en ferait des linges pour la cuisine. – Merci, madame, la percale me donne des boutons, je ne porte que de la toile16 ». Le don d’apparente charité ne fait que creuser un abîme plus profond entre les deux femmes. La maîtresse à l’autorité déjà minée par une servante trop calculatrice pense offrir ce qui pour elle a toujours une valeur reconnaissable ou passable, tandis que la servante refuse le compromis. En tant que donataire d’un objet dépourvu de valeur, Rachel refuse d’accepter le don et le rapport de solidarité qu’il instituerait entre elle et sa maîtresse ; diplomate, elle ne jette pas directement son refus à la tête de Berthe, mais fait semblant de l’accepter et le lui rend aussitôt, en lui réservant un autre emploi domestique (ce qui équivaut à un recyclage) dans la maison de la même Berthe. Il est intéressant également de noter que, dans l’avancement du récit, l’incapacité de Berthe d’interpréter le refus de son don à Rachel – et donc de voir en Rachel son ennemie plutôt que son alliée – rend possible le drame domestique, l’adultère rendu public, qui annonce le dénouement de Pot-Bouille. Rachel n’est pas la seule à contester la valeur d’un don offert dans des circonstances rappelant l’aumône. Lorsque, dans la pratique du don, le texte zolien se focalise sur le récipiendaire ou le type d’objet vestimentaire offert, l’aumône est sujet de mécontentement, l’exemple le plus célèbre étant la Maheude, donataire des vêtements chauds et l’on ne peut plus utiles de la part des Grégoire, et qui place – à juste titre – la privation de nourriture avant tout autre manque : « Ça tient chaud, des vêtements de laine, mais ça ne vous met rien dans le ventre, pas vrai ?17 »

6À mieux considérer les circonstances du don en famille, lorsqu’un objet vestimentaire passe d’un parent à l’autre, le contexte reprend les coordonnées de la charité : mise en relief de la position de supérieur du donateur envers le donataire qui n’a pas d’autre choix que d’accepter – ce qui ne l’empêche pas de contester la valeur du bien reçu. Il y a de nombreux contextes qui autorisent à parler d’un déplacement du don transmis en famille vers la sphère de la charité : le complet tout neuf donné par Rougon à son frère Antoine Macquart (La Fortune des Rougon), comme compensation pour l’héritage cédé ; les vêtements usés que passe Lisa Quenu à son beau-frère Florent (Le Ventre de Paris) ; la robe de baptême et la robe de communion reçues par Nana de sa marraine Lorilleux (L’Assommoir) ; le chapeau neuf que donne Nana à sa tante Maloir, que celle-ci rend aussitôt ridicule (Nana) ; les chemises usées en provenance d’une maison publique données par Madame Charles à Lisa lors d’une cérémonie de baptême. Ces dons évoqués, offerts dans des cérémonies traditionnelles familiales (baptême, retrouvailles, première communion, etc.), ont plutôt la valeur d’aumône qui remet en question les valeurs mêmes de la famille, la reconnaissance de l’institution et l’appartenance, l’adhésion des héros, membres des Rougon-Macquart, au clan censé être perpétué indéfiniment.

  • 18  Godelier (Maurice), op. cit., p. 281.
  • 19  Mauss (Marcel), op. cit., p. 216.
  • 20  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., p. 838.
  • 21  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 472.

7La détérioration des rapports familiaux vers des positions hiérarchiques peut être mise en relation avec la dégénérescence même des Rougon-Macquart, les tares héréditaires, la faille (comme l’appelle Zola), au moyen de l’altération des biens supposés circuler dans la famille et investis, par cela, d’une valeur inaliénable. Ces biens, vêtements dépréciés, dépourvus de toute valeur, « haillons » métaphoriques des relations parentales devraient être ce que l’on transmet aux descendants dans la famille : « ce que l’on garde constitue toujours des “réalités” qui ramènent les individus et les groupes vers un autre temps, qui les remettent face à leurs origines, à l’origine18 ». Pour l’avenir des Rougon-Macquart, les « loques » du passé, les vêtements usés que les parents se transmettent souvent à contrecœur, sont les propriétés évoquées par Mauss dans son Essai sur le don, « des sacra dont la famille ne se défait qu’à grand’peine et quelquefois jamais19 ». Or, dans le texte zolien, il y a pour tous ces vêtements inaliénables autant de techniques discursives dévalorisantes, qui altèrent la valeur sacrée des biens transmis. Dans L’Assommoir, une jupe noire que les enfants avaient donnée à maman Coupeau pour sa fête est réclamée par Madame Lorilleux lors du décès de la vieille et Gervaise doit se résigner à la lui céder, pour que sa belle-sœur ait ainsi un vêtement de deuil, après l’altération de rigueur. La valeur inusable des vêtements de Quenu que Lisa passe à Florent dans Le Ventre de Paris est soulignée avec virulence par la Normande : « La grosse vous passe le vieux linge et les vieux habits de son mari […]. Vous avez là un pantalon raide de graisse que le quartier a vu au derrière de votre frère pendant trois ans… Moi, à votre place, je leur jetterais leurs guenilles à la figure20… ». Il y a jusqu’à la robe de baptême, vêtement de qualité, donnée par Madame Lorilleux aux Coupeau, qui est dévalorisée par le discours narratoriel explicatif qui insiste sur la valeur économique rabaissée : « une robe de baptême, plissée et garnie d’une petite dentelle, qu’elle avait eue pour six francs, parce qu’elle était défraîchie21 ». Dans le cas de la robe de première communion que Nana reçoit, toujours de sa marraine, la dépréciation glisse au niveau métaphorique, par la tache rouge (de vin) qui détruit à la fin de la journée le vêtement d’une Nana trop contente de sa mise. Ce sera d’ailleurs sous le signe de la tache rouge que se placera, dès ce moment, l’existence de la jeune fille, tache qui reparaîtra à plusieurs reprises dans Nana.

  • 22  Les biens féminins définis par la sociologue sont les biens précieux transmis dans les sociétés ar (...)
  • 23  «… to give and not keep destroys the regenerative potential that brings the force of ancestors, my (...)
  • 24  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. V, éd. cit., p. 1060.

8Constamment dévalorisés dans la fiction zolienne, ces vêtements qui se transmettent en famille sont en fait des biens féminins, selon la terminologie d’Annette B. Weiner22 ; une fois dépréciés, ces objets désacralisent les cérémonies familiales elles-mêmes et deviennent les indices d’une « disparition » imminente, de la dégénérescence des Rougon-Macquart faite par et dans sa matrice. L’altération de ces vêtements dans leur essence porte atteinte à la survivance de la gent et brise ce qu’Annette B. Weiner appelle « le potentiel régénérateur23 » grâce auquel se perpétuent les familles. Ainsi remis en doute, l’avenir des Rougon-Macquart serait irrévocablement condamné sans l’intervention salvatrice d’un échange (don et contre-don) qui rétablit le fil de la transmission inaliénable, bien qui par sa valeur affective devient trésor gardé, protégé et apprécié. C’est le rôle du cadeau de mariage que donne Pascal à Clotilde, le corsage en vieux point d’Alençon, « royal cadeau24 » que la jeune fille accepte et apprécie. Par ce présent, point initial d’une suite de dons faits dans « la folie généreuse de l’amant », la tradition familiale reprend, bâtit de nouvelles assises et rend possible l’avenir. Dans la série des dons-aumônes qui rongent les liens de parenté, l’échange de dons que se font Pascal et Clotilde représente l’exception heureuse, le dénouement optimiste dont le cycle romanesque de Zola avait besoin. Construite de toutes pièces, suivant quand même les principes d’un naturaliste fidèle à lui-même, cette relation sera elle aussi contestable dans son essence, mettant en scène l’oncle âgé épris de sa nièce, le savant lucide qui consigne les tares de ses parents mais se livre à la folie passionnée du don. Mais le contre-don de Clotilde à son oncle/bien-aimé, don total, don de vie, son enfant, réussit à racheter la monstruosité morale jusqu’à la faire oublier au profit de la sacralité qui investit ainsi la famille.

9L’exceptionnalité de l’échange de dons de la fin du cycle des Rougon-Macquart rend problématique la classification du don (des dons) vestimentaire(s) reçu(s) par Clotilde. Venant, comme on l’a constaté, à la fin d’une série de biens transmis au sein de la famille, le don de Pascal s’y rattache par la mission de laisser la voie ouverte à la survivance de la race. Cependant, le don est généré par un élan du cœur, d’amour tardif, et il devrait essentiellement être vu comme un don d’amour. Critiquable, louable, ayant fait couleur l’encre d’innombrables critiques, le don de Pascal, accepté et rendu par Clotilde, relie en fait deux types de dons vestimentaires zoliens, les dons de charité et les dons d’amour, sans s’identifier totalement à aucun d’entre eux.

Don d’amour

10Le deuxième type de dons vestimentaires échangés sur le plan de la fiction zolienne concerne l’acte de donner dicté par l’impulsion du cœur d’un personnage qui aime ou pense aimer le/la récipiendaire de son présent. Le disjonctif entre aimer ou penser est dû à la nature même du sentiment amoureux qu’éprouvent les héros de Zola, amour sur lequel on se méprend souvent ou qui, encore plus souvent, n’est pas partagé mais seulement accepté. Les dons d’amour, dans ce contexte, doivent être regardés comme des récompenses que les amoureux donnent à l’être aimé : Octave Mouret inaugure la série de ses cadeaux à Berthe, dans Pot-Bouille, en échange des faveurs amoureuses reçues ; Jean Macquart offre, dans La Terre, des foulards rouges à palmes d’or, tout d’abord à Lisa, celle qu’il veut épouser en pensant l’aimer, et à Françoise, sœur cadette de Lisa, celle qu’il épousera parce qu’il l’aime ; dans le même roman, La Terre, le fermier Hourdequin offre à son amante/servante Jacqueline toute une panoplie d’objets de luxe qui révolutionnent les fermiers voisins ; dans Son Excellence Eugène Rougon, Clorinde reçoit de Napoléon III un collier également criard, tandis que Séverine porte, dans La Bête humaine, une bague, gage d’amour offert par le président Grandmorin dans un espace narratif qui précède le cadre diégétique (l’échange des faveurs a eu lieu dans un passé auquel la narration fait allusion, sans le récupérer). L’élément commun de tous ces biens acceptés est leur valeur économique impressionnante pour le milieu où agissent les donateurs et les donataires, surtout lorsqu’on considère les sentiments des derniers à l’égard de ceux qui leur témoignent de l’amour. La valeur affective du don vestimentaire amoureux est dans tous ces cas minée par la valeur de marché des biens au point que l’acceptation, on le comprend, ne se fait qu’en vertu de cette dernière valeur économique. La démarche de Zola est à mettre en relation avec le contexte socio-économique et politique dans lequel il place sa série romanesque, la France du Second Empire, l’ère de l’opulence, où l’amour gravite sur l’orbite des finances. Le principe qui règne – et affecte également le don d’amour chez Zola – sera la dépense excédentaire dont parle Philippe Perrot dans son ouvrage sur le luxe au xixe siècle :

  • 25  Perrot (Philippe), Le Luxe. Une richesse entre faste et confort. XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Éditio (...)

La dépense somptuaire demeure bien une constante de la vie sociale. Il y a toujours une urgence fondamentale à faire surgir du sens, à l’éprouver, à le partager ou à le faire valoir. […] produire et consommer impérativement, car c’est d’abord dans cette dépense excédentaire (de bien, d’argent, de temps, d’énergie) […] qu’émergent une différence et une identité, sociales ou individuelles25.

  • 26  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. V, éd. cit., p. 1071.

11Dictés par l’amour mais gouvernés par l’impératif de la dépense criarde, ces dons font valoir leur prix exorbitant soit dans l’accumulation sérielle, l’addition d’objets dont le montant finit par effrayer et ruiner les donateurs (Octave décidant d’acheter à Berthe un châle en simili pour baisser ses dépenses, Pascal, ruiné par tous les objets offerts à Clotilde, dont « la chambre s’encombrait, les tiroirs allaient déborder26 »), soit dans le prix irraisonnable payé pour un article d’autant plus cher qu’il est quasi inutile, comme les foulards offerts à Lise et à Françoise, objets tout d’abord refusés par les jeunes femmes parce qu’elles n’en ont pas besoin, mais acceptés en riant une fois qu’ils sont payés par quelqu’un d’autre.

12Si la valeur économique exagérée est un trait commun des dons d’amour dans Les Rougon-Macquart, trait emprunté, comme on l’a vu, à la pratique sociale mais s’ajustant aux qualités d’un don du cœur, un autre trait commun remarquable concerne le type de réaction des donataires à l’égard de ces dons. Toutes les femmes qui reçoivent ces objets vestimentaires précieux manifestent pour eux une acceptation ostentatoire, dans le sens qu’elles rendent le don sur le plan amoureux, mais s’empressent davantage à afficher le vêtement, à faire voir sa valeur. L’exhibition des richesses reçues, le désir de paraître impose tout d’abord l’acceptation de ces présents, surtout en l’absence de l’amour partagé. Les jeunes héroïnes adorent avant tout se parer de leurs cadeaux et les montrer, gouvernées par un besoin de passer pour ce qu’elles ne sont pas au niveau de l’hiérarchie sociale. Si Clotilde ne transgresse pas la frontière de sa chambre, parée de tous les trésors offerts par Pascal, toutes les autres exhibent leurs cadeaux : Clorinde affiche son collier de chien lors d’une vente de charité dans la société aristocratique, Jacqueline se pare de ses brillants à la noce des Buteau, Séverine fait montrer son serpent à rubis tous les jours, à côté de sa bague de mariage, Berthe se fait coquette au vu et à l’insu de son mari, grâce aux présents d’Octave, qu’elle reçoit avec avidité et avec des exigences toujours plus coûteuses.

  • 27  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. V, éd. cit., p. 1208.

13Comme on vient de le voir, le don d’amour se fond dans l’argent, dans le paraître, comme touché par une métaphorique « mouche d’or » qui rabaisse les valeurs de l’âme. Et de nouveau, dans cette catégorie de dons d’amour, l’exception est insérée pour confirmer la règle, mais l’exception même est imparfaite. Pascal et Clotilde sont en effet le couple qui échange des dons d’amour par vrai amour, chacun d’entre eux ayant toujours l’impression d’avoir reçu plus qu’il ne peut offrir. Cependant, les assises de cette série de dons sont minées par un malentendu, d’une part, et d’un refus virtuel, de l’autre part : le premier cadeau de Pascal pour Clotilde ne se veut pas être un don d’amour (il est destiné à Clotilde en tant que future épouse d’un autre homme), ce n’est que grâce à l’élan du cœur de Clotilde qu’il finit par déboucher sur une relation affective ; le dernier contre-don de Clotilde à Pascal, le don « tranquille, absolu, qu’elle avait fait de sa personne27 », ne peut pas être accepté par Pascal, mort avant la naissance de l’enfant. Refusant de s’inscrire dans le don familial et contredisant le type du don d’amour, la pratique du don entre Pascal et Clotilde se signale encore une fois comme l’élément-clé vers lequel converge l’histoire des Rougon-Macquart et qui, loin de la conclure nettement, ouvre de nouveaux horizons, rend encore possibles les attaches familiales et rachète la valeur de l’amour désintéressé.

Vêtement enseigne du pouvoir

  • 28  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., p. 336.
  • 29 Ibid., p. 337.

14Valeurs qui s’impliquent réciproquement jusqu’à devenir substituables l’une à l’autre, l’argent et le pouvoir politique peuvent être transférés dans le don vestimentaire par un double traitement, celui de la fiction et celui de la pratique du don, qui consiste à transmettre, par l’objet donné, une partie de celui qui donne, un fragment de son identité. Dans Les Rougon-Macquart, fresque naturelle et (surtout) sociale du Second Empire, c’est la référence à l’identité sociale du donateur qui prévaut dans le don et, grâce à la capacité de l’objet d’évoquer le bien-être d’une fortune justement donnée à l’autre, cet autre s’en empare avec un orgueil qui pousse à l’exhibition du cadeau. Marques du pouvoir concédé, les dons zoliens par lesquels on investit symboliquement les donataires du même pouvoir des donateurs peuvent récupérer en grande partie, comme on l’a vu, les dons d’amour acceptés uniquement pour être affichés. La ligne entre ces deux types de dons, don d’amour et enseigne du pouvoir, est très floue, surtout lorsque l’amour d’une des parties impliquées dans l’acte de donner est mis sous réserve, censé exister mais éteint avant de s’allumer. Dans le cas de Renée Saccard, recevant de son mari des bijoux exorbitants (« une rivière à pendeloques et […] une aigrette faite de brins d’argent, constellés de diamants28 »), on devrait parler d’un don d’amour, d’autant plus précieux que le mari, homme d’affaires prospère, est envié par toute la société pour le bonheur d’avoir une femme vraiment divine. Il n’en est rien de tout cela : les questions d’amour et d’argent sont réglées depuis longtemps entre les deux époux ; si Aristide donne à Renée les joyaux, c’est qu’il s’est fait lui-même le plaisir de les racheter à la vente d’une actrice ruinée, pour montrer à ses associés l’étendue de son capital. Pour lui, Renée n’est que le mannequin vivant par lequel il fait valoir sa fortune ; quant à Renée, elle n’accepte le don que parce qu’elle en connaît l’ancien possesseur et ce sera l’une de ses fantaisies de toucher au plus près de ce milieu mal famé que sa position et sa naissance tiennent en paria ; c’est d’ailleurs l’un des désirs de toute la société féminine qui admire ses diamants pour leur valeur et pour leur passé : « dans leurs plaintes perçait le désir de sentir sur leur peau nue un de ces bijoux que tout Paris avait vus aux épaules d’une impure illustre29 ». La même tentation pour le sordide allié à l’extravagance et au pouvoir s’exerce sur Clorinde, dans Son Excellence Eugène Rougon, lorsqu’elle exhibe un don d’amour qui n’invoque qu’au second degré le pouvoir politique. Lors d’un événement mondain, elle dénude ses épaules pour mieux laisser voir son don d’amour offert par l’empereur :

  • 30  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 333.

Un vrai collier de chien en velours noir, avec la boucle, l’anneau, le grelot […]. Sur le collier se trouvaient écrits en caractères de diamants deux noms aux lettres entrelacées et bizarrement tordues. […] une grosse chaîne d’or battait le long de sa poitrine […] où on lisait : “J’appartiens à mon maître30”.

  • 31  Godelier (Maurice), op. cit., p. 64.

15Par un renversement de vecteurs indicateurs, le rapport de forces hiérarchiques n’est marqué que pour être contesté au niveau de l’implicite, parce que la soumission de Clorinde s’exhibe afin d’être dûment remarquée par Rougon, auquel l’attache un complexe jeu de haine et d’amour, de soumission et domination. Dans l’histoire de leur relation, c’est tantôt l’un tantôt l’autre qui assume la pleine force. Au moment où la jeune femme affiche son collier et, en contre-don, sa soumission envers un autre, Rougon vient de perdre le pouvoir politique (qu’il souhaite par une soif, une passion du pouvoir pour le pouvoir) suite aux manœuvres de Clorinde elle-même. La femme a ainsi la malice de ne pas porter en toutes lettres l’enseigne de sa victoire, mais une prétendue défaite qui souligne en fait la déchéance du ministre. De cette manière, la fiction assume la nature spécifique de la relation entre donateur et chose donnée, et elle la rend signifiante à un niveau de sens supérieur. Dans le cas présenté de Son Excellence Eugène Rougon, la chose donnée continue à condenser en elle la présence du donateur, et cette présence est, suivant la théorie du don, « une force, celle des droits que [le donateur] continue d’exercer sur elle et à travers elle sur [celle à laquelle] il la donne et qui l’accepte31 ». Dans la narration, Clorinde fait plus qu’accepter le don et les droits que l’empereur peut exercer sur elle, elle les accepte pour s’en servir dans ses propres buts diplomatiques, dont l’une des cibles est Rougon.

  • 32  Voir : Sandu (Corina), La Socio-sémiotique du vêtement dans l’œuvre d’Émile Zola, thèse de doctora (...)

16Dans la catégorie des dons enseignes du pouvoir se rangent également les décorations, rubans et nœuds – comme les qualifie Zola la plupart du temps –, de la légion d’honneur que les personnages masculins exhibent avec fierté et loyauté au revers de leurs redingotes. Chez Zola, la décoration est toujours focalisée en tant qu’objet montré parce qu’il conserve la marque du donateur (un pouvoir matérialisé convoité et acquis par le récipiendaire) ; afficher cet objet est le signe de l’emprise du pouvoir. Dans une œuvre où l’écrivain se propose par tous les moyens de faire la critique d’un régime politique qu’il conteste, il n’est pas surprenant que l’attaque soit livrée à l’enseigne du pouvoir aussi et il s’ensuit que toutes les décorations portées dans Les Rougon-Macquart se prêtent au ridicule par la manière ostentatoire dont elles sont portées. Il y a dans ce sens toute une pléiade de personnages zoliens décorés qui portent au revers un ruban ou un nœud de la Légion d’honneur trop large, donc condamnable pour marque d’exagération : Saccard, dans La Curée, M. Vuillaume et Campardon, dans Pot-Bouille. Tous ces héros sont susceptibles d’une ostentation voisine de la fanfaronnade et s’il reste des personnages distingués qui savent porter leur décoration avec un nœud « correct » (Duveyrier dans Pot-Bouille et Jouve dans Au Bonheur des dames), ceux-ci rachètent par la sensualité, voire la déchéance morale, leur correction de tenue. Pour revenir à la décoration en tant que don-enseigne du pouvoir politique, la dévalorisation frappe dans ce cas le donataire dans la façon d’accepter un don qu’il veut rendre plus visible ou plus voyant. L’ostentation renvoie de nouveau à la soumission affichée, criée et il serait à remarquer que, en plus de particulariser le don politique, la marque de l’ostentation est caractéristique et signifiante au niveau de tout le système du vêtement fictif zolien32.

17Mais exagérer la manière de porter une décoration n’est qu’une des techniques dévalorisantes du pouvoir politique chez Zola. On trouve dans La Fortune des Rougon un exemple mémorable qui s’attaque à la pratique même du don politique, à la cérémonie par laquelle le représentant du pouvoir offre au récipiendaire le symbole de l’appréciation, le pouvoir condensé dans le don-enseigne. Le contexte est significatif, parce qu’il immortalise l’ancrage des Rougon-Macquart dans l’histoire politique d’un Second Empire construit dans la fiction : Pierre et Félicité Rougon triomphent dans leur salon jaune, après la défaite des insurgés et l’adhésion des bourgeois de Plassans au régime napoléonien. Eugène, déjà à Paris, leur a confirmé la décoration imminente de son père, mais dans l’extase générale, le commandant Sicardot, déjà décoré, donc investi du pouvoir qui sera attribué officiellement aux Rougon aussi, entreprend un simulacre de cérémonie dont le ridicule n’est goûté que par le lecteur avisé :

  • 33  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., pp. 314-315.

Sicardot eut une idée triomphante. Il prit, dans les cheveux de Félicité, un nœud de satin rose qu’elle s’était collé par gentillesse au-dessus de l’oreille droite, coupa un bout du satin avec son couteau à dessert, et vint le passer solennellement à la boutonnière de Rougon. Celui-ci fit le modeste. […] – Sacrebleu ! s’écria Sicardot, voulez-vous bien garder ça ! c’est un vieux soldat de Napoléon qui vous décore33 !

  • 34  Le terme appartient à Marc Angenot, qui l’emploie au sujet du discours social sur la femme en Fran (...)

18On repère dans les instruments de cette cérémonie d’« adoubement » l’emprunt aux éléments d’un discours sur le vêtement qui, au xixe siècle, attribue au domaine de la mode, de la « phâme34 », les traits du superficiel, de l’éphémère et de l’artifice dépourvu de valeur. Par le discours narratoriel, l’enseigne, l’ersatz offert à Rougon par Sicardot et même la décoration authentique à venir, n’est qu’un bout de chiffon ; métaphoriquement, ce chiffon n’a que le pouvoir d’évoquer, par la couleur et par la dévalorisation qu’il connote, la tache rouge sur laquelle se bâtit l’empire des Rougon-Macquart :

  • 35  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., p. 315.

Mais le chiffon de satin rose, passé à la boutonnière de pierre, n’était pas la seule tache rouge dans le triomphe des Rougon. Oublié sous le lit de la pièce voisine, se trouvait encore un soulier au talon sanglant. […] Et au loin, au fond de l’aire Saint-Mittre, sur la pierre tombale, une mare de sang se caillait35.

Le poids lourd du vêtement-don

  • 36  Voir : Godbout (Jacques T. ) & Caillé (Alain), op. cit., p. 187 et suiv.
  • 37  Voir : Brown (Calvin S.), Repetition in Zola’s Novels, Athens, University of Georgia Press, 1952; (...)

19L’analyse du don vestimentaire qui circule dans Les Rougon-Macquart peut servir, comme on a eu l’occasion de le montrer, à repérer les procédés et surtout les techniques de (dé)valorisation mises à l’œuvre dans cette histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire. Envisagé du point de vue du donateur, ce don vestimentaire se répartit en trois catégories, l’aumône, le don d’amour et l’enseigne du pouvoir. Si tous les donateurs altèrent leur propre identité en laissant partir avec le don quelque chose d’eux-mêmes, dans le cas particulier de la charité dont font preuve les descendantes des Rougon-Macquart, cette particularité universelle du don prend une signification tragique, parce que le présent anticipe leur mise à mort par ce qu’elles donnent. Lorsque, dans l’échange institué par le don vestimentaire, c’est la position du donataire que le texte zolien focalise, il s’agit grosso modo d’une contestation de la valeur d’un don quand même accepté malgré la passion morte au moins pour la part des donataires. La fiction se permet dans ces situations –  parce qu’elle en a les moyens – de se dérober au principe de l’implicite36 que porte en elle-même la pratique du don, lorsque donateur et donataire (re)connaissent également la valeur du don mais font semblant de l’ignorer. Les intrusions narratorielles, les commentaires des personnages permettent de repérer dans l’attitude des récipiendaires diverses manières de déprécier le don reçu : le vêtement aumône est altéré, méprisé, écarté, considéré incomplet, recyclé avant ou après la donation, dévalorisé dans sa forme, dans sa matérialité fictive ou surmonté par une connotation tragique. Le don d’amour, s’il n’est pas sous-estimé, est accepté pour sa valeur d’« affichage » (on dirait même « publicitaire ») qui convient à l’orgueil des personnages donataires placés sous le signe du paraître. Le don comprimé du pouvoir politique est le seul apprécié à sa juste valeur par les donataires, mais dans ce cas le discours narratoriel assume la démarche dévalorisante qui touche au cœur de la pratique du don, par la remise en cause de la valeur et de la cérémonie d’attribution de l’enseigne. La technique de dévalorisation la plus fréquente repose sur la répétition, figure reine de la rhétorique zolienne, comme l’ont constaté de nombreux critiques37. Les objets vestimentaires offerts dans le cycle de Zola sont rarement des dons uniques, mais se rangent dans des séries de cadeaux, espèces multiples dont on donne le nom générique (des vêtements chauds, mitaines, bas, etc.), l’espèce identique donnée régulièrement (les bas tricotés distribués chaque samedi, les chapeaux neufs toujours offerts et toujours déformés, les falbalas dons d’amour, etc.). Tout en renforçant l’importance du don et de sa pratique dans les romans, ces séries répétitives en effacent l’importance, la grandeur sémique, par le pullulement, la dissémination qu’elles opèrent.

  • 38  Robin (Régine), « Pour une socio-poétique de l’imaginaire social », dans La Politique du texte : e (...)

20Acceptant une classification tripartite en fonction du donateur et une caractérisation commune au sujet des donataires, par la critique de la valeur du don, l’objet vestimentaire qu’on donne et qu’on reçoit dans Les Rougon-Macquart est cependant doué d’une complexité signifiante qui le fait dépasser les cadres étroits d’une démarcation rigide. C’est le propre du don vestimentaire zolien d’invoquer la superposition des catégories, de rapprocher le don familial de la charité, le don d’amour de l’enseigne du pouvoir ou même les trois ensemble, dans un exemple qui semble un exercice d’écriture de Zola avant la cérémonie d’investiture des Rougon : dans La Fortune des Rougon, en pleine insurrection, Félicité offre à Antoine, installé un peu au hasard dans la mairie de Plassans, un uniforme de garde national grâce auquel Antoine pourra duper les insurgés. Faux uniforme, faux pouvoir, faux don, fausse charité servent à duper effectivement toute la société de Plassans qui, en revanche, s’empressera de récompenser Rougon en avant-première d’une fausse décoration, tandis que tout le monde est content. La contamination des valeurs des dons peut passer pour l’une des particularités de la socialité zolienne dans un texte qui dépasse souvent les intentions de son auteur parce que, comme l’affirment les sociocritiques, « le texte produit du sens nouveau […], déplace le régime de sens, produit du nouveau à l’insu même de son auteur38 ».

Haut de page

Bibliographie

Corpus littéraire

Zola (Émile), Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, texte intégral établi, annoté et présenté par Armand Lanoux et Henri Mitterand, Paris, NRF-Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I-V, 1965-1968.

Ouvrages cités

Brown (Calvin S.), Repetition in Zola’s Novels, Athens, University of Georgia Press, 1952.

Buuren (Marten Van), « Les Rougon-Macquart » d’Émile Zola. De la métaphore au mythe, Paris, José Corti, 1986.

Dezalay (Auguste), L’Opéra des Rougon-Macquart. Essai de rythmologie romanesque, Paris, Klincksieck, 1983.

Duchet (Claude), « La sociocritique dans l’histoire littéraire », dans Le Portatif des lettres, sous la direction de Robert Melançon, Élisabeth Nardout-Lafarge & Stéphane Vachon, Montréal, Université de Montréal, Département d’Études françaises, Éditions Paragraphes, 1998.

Godelier (Maurice), L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996.

Mauss (Marcel), Essai sur le don, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950.

Perrot (Philippe), Le Luxe. Une richesse entre faste et confort. xviiie-xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1995.

Robin (Régine), « Pour une socio-poétique de l’imaginaire social », dans La Politique du texte : enjeux sociocritiques. Pour Claude Duchet, sous la direction de Jacques Neefs & Marie-Claire Ropars, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1992.

Weiner (Annette B.), « Why Cloth ? Wealth, Gender, and Power in Oceania », dans Cloth and Human Experience, sous la direction d’Annette B. Weiner & Jane Scheider, Washington & London, Smithsonian Institute Press, 1989.

Weiner (Annette B.), Inalienable Possessions. The Paradox of Keeping-While-Giving, Berkeley/Los Angeles/Oxford, University of California Press, 1992.

Godbout (Jacques T.) & Caillé (Alain), The World of Gift, tr. Donald Winkler, Montréal-Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1998.

Haut de page

Notes

1  Godelier (Maurice), L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996, p. 25.

2  Définissant la sociocritique comme « une sociologie de la “littérarité” […] autrement dit une sociologie de « la valeur littéraire », Duchet insiste sur la socialité de la matière romanesque : la présence, dans le roman, de la société de référence et de la pratique sociale, et l’existence, dans le roman, d’une société produite par le roman lui-même. Voir : Duchet (Claude), « La sociocritique dans l’histoire littéraire », dans Le Portatif des lettres, sous la direction de Robert Melançon, Élisabeth Nardout-Lafarge & Stéphane Vachon, Montréal, Université de Montréal, Département d’Études françaises, Éditions Paragraphes, 1998, p. 337, et « Une écriture de la socialité », Poétique, n° 16, 1973, p. 449.

3  «… We must see the gift as the basis for a system, a system that is nothing less than the social system as a whole. The gift is the embodiment of that system of relationships that is strictly social, in that these relations cannot be reduced to factors of power or economic interest. » Godbout (Jacques T.) & Caillé (Alain), The World of Gift, tr. Donald Winkler, Montréal-Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1998, p. 13.

4  Godelier (Maurice), op. cit., p. 145.

5  « A survey of the different forms the gift can take has seldom been carried out in Western society. Such a survey must recognize the importance of two other systems of exchange that exist in society –  the gift and the market –  and assess the role of the gift in relation to them. » Godbout (Jacques T.) & Caillé (Alain), op. cit., p. 25.

6  Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 169.

7  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, Paris, NRF-Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1967, t. III, p. 1210.

8 Idem., p. 1050.

9  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 690.

10 Idem., p. 990.

11  Godelier (Maurice), op. cit., p. 61.

12  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 410.

13  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 1022.

14  Idem., p. 1071.

15  Godelier (Maurice), op. cit., p. 63.

16  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. III, éd. cit., p. 273.

17  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. III, éd. cit., p. 1231.

18  Godelier (Maurice), op. cit., p. 281.

19  Mauss (Marcel), op. cit., p. 216.

20  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., p. 838.

21  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 472.

22  Les biens féminins définis par la sociologue sont les biens précieux transmis dans les sociétés archaïques lors des cérémonies et consacrés comme trésors dans la tribu, symboles du pouvoir, biens produits par les femmes qui de cette manière prennent une part active dans le jeu du pouvoir. Voir : Weiner (Annette B), Inalienable Possessions. The Paradox of Keeping-While-Giving, Berkeley/Los Angeles/Oxford, University of California Press, 1992.

23  «… to give and not keep destroys the regenerative potential that brings the force of ancestors, mythological beginnings, and complex genealogies into present concerns. » Voir : Weiner (Annette B.), «Why Cloth? Wealth, Gender, and Power in Oceania », dans Cloth and Human Experience, sous la direction d’Annette B. Weiner & Jane Scheider, Washington & London, Smithsonian Institute Press, 1989, p. 35.

24  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. V, éd. cit., p. 1060.

25  Perrot (Philippe), Le Luxe. Une richesse entre faste et confort. XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. 28.

26  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. V, éd. cit., p. 1071.

27  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. V, éd. cit., p. 1208.

28  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., p. 336.

29 Ibid., p. 337.

30  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. II, éd. cit., p. 333.

31  Godelier (Maurice), op. cit., p. 64.

32  Voir : Sandu (Corina), La Socio-sémiotique du vêtement dans l’œuvre d’Émile Zola, thèse de doctorat, Université de Toronto, 2008.

33  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., pp. 314-315.

34  Le terme appartient à Marc Angenot, qui l’emploie au sujet du discours social sur la femme en France au xixe siècle. Voir : Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Longueil, Éditions du Préambule, « L’Univers des discours », 1989, p. 479.

35  Zola (Émile), Les Rougon-Macquart, t. I, éd. cit., p. 315.

36  Voir : Godbout (Jacques T. ) & Caillé (Alain), op. cit., p. 187 et suiv.

37  Voir : Brown (Calvin S.), Repetition in Zola’s Novels, Athens, University of Georgia Press, 1952; Dezalay (Auguste), L’Opéra des Rougon-Macquart. Essai de rythmologie romanesque, Paris, Klincksieck, 1983 ; Buuren (Marten Van), « Les Rougon-Macquart » d’Émile Zola. De la métaphore au mythe, Paris, José Corti, 1986.

38  Robin (Régine), « Pour une socio-poétique de l’imaginaire social », dans La Politique du texte : enjeux sociocritiques. Pour Claude Duchet, sous la direction de Jacques Neefs & Marie-Claire Ropars, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1992, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corina Sandu, « Lorsque donner c’est (se) perdre : une sociologie du don vestimentaire dans Les Rougon-Macquart », COnTEXTES [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4267 ; DOI : 10.4000/contextes.4267

Haut de page

Auteur

Corina Sandu

Université de Toronto

Haut de page