Navigation – Plan du site

Le don comme mode ambivalent d’interaction littéraire dans les correspondances du poète Francis Ponge

Marie Doga

Texte intégral

1Mobiliser la théorie du don permet d’analyser la nature des diverses configurations sociales de l’espace littéraire. La lecture des correspondances du poète français Francis Ponge (1899-1988) est très intéressante pour comprendre comment les acteurs articulent successivement le registre du calcul et celui du don pour parvenir à coopérer. Les lettres sont toutes à la fois des documents sur la dynamique du don et des témoignages sur sa centralité. Une lettre écrite ou reçue est un lieu littéraire : le fait littéraire s’y raconte, s’y prépare, s’y organise. Différents niveaux d’analyse du don sont ici proposés : les relations entre écrivains (entre Francis Ponge et Gabriel Audisio, Albert Camus, Philippe Sollers) et les relations entre écrivains et éditeurs ou directeurs de revues (Jean Tortel, Pierre Seghers et Jean Paulhan). Les phénomènes du don concourant à la fabrication, à la circulation et à la valorisation de la création littéraire engagent des pratiques et des discours contrastés. Notre étude nous conduit à présenter deux logiques du don qui, dès la naissance de la vocation, rythment les interactions littéraires durant les processus d’affiliation, les étapes de la socialisation professionnelle, du parcours de médiation et de reconnaissance jusqu’au phénomène de cooptation.

Le don négocié ou la coïncidence d’intérêts

2Ce type de don participe de la logique de calcul et du désintéressement rentable articulés à un partenariat littéraire. Il est particulièrement prégnant dans les interactions qui allient don et pouvoir. Il correspond dans le cas pongien à la concomitance de deux stratégies de pouvoir qui se rejoignent.

3Ponge rencontre Philippe Sollers en 1956 à l’Alliance Française où le poète donne des cours. Sollers, à cette époque encore Philippe Joyaux, est étudiant à l’ESSEC. Il a vingt ans, Ponge bientôt soixante. Il soumet au poète plusieurs textes. Ponge les recommande à Jean Paulhan et à Marcel Arland, les deux directeurs de la célèbre NRF :

  • 1  Ponge (Francis) & Paulhan (Jean), « Lettre de Francis Ponge de mai 1957 », n° 563, dans Correspond (...)

Ah, c’est bien dommage que se soient perdus les premiers textes de Philippe Joyaux ! Il est sur le point d’être capté par une bande adverse (Cayrol, Bataille, Blanchot). Je suis bien sûr maintenant que j’ai découvert (façon de parler) en lui l’un des plus grands écrivains de sa génération1.

  • 2  Lettre de Ponge de mai 1957, n° 566, ibid., p. 209.
  • 3  Ibid. p. 208.
  • 4  Ibid. p. 209.

4Ponge, en donnant à lire chez Gallimard les écrits de Sollers, inscrit son geste dans le jeu concurrentiel des revues : la NRF d’un côté et Écrire fondée par Cayrol directeur littéraire au Seuil. Le calcul du rapport entre ressources et opportunités participe d’une stratégie de domination du marché de l’édition. De l’Introduction aux lieux d’aisance, le texte de Sollers, Ponge fait les éloges les plus hauts : « n’est-ce pas déjà magistral2 ? ». Le découvreur se voit généralement octroyer le capital symbolique de la révélation : l’innovation et la modernité le gagnent par un phénomène de contiguïté. Il bénéficie de sa découverte. Pour un jeune auteur inconnu, le moyen le plus efficace d’entrer à la NRF consiste à la cooptation par un aîné, un auteur NRF et Gallimard, dont l’autorité littéraire est établie. Paulhan fait d’ailleurs remarquer à Ponge que « le style d’abord [l]’imite un peu3 ». Sous le thème scatologique, on peut en effet reconnaître la proximité avec Ponge et Le Parti pris des choses : l’intérêt pour un objet délaissé et si peu traditionnellement poétique. Ponge reconnaît une certaine filiation mais aussi l’indispensable émancipation de tout acte littéraire, c’est-à-dire la coexistence de l’héritage et de l’invention : « Certes, il peut y avoir quelque chose de moi, mais de façon, je crois, plutôt parodique (et certes, il a raison. Mon premier sentiment : “nous méritons bien ça.”)4 ».

  • 5  Lettre de Paulhan de mai 1957, n° 568, ibid., p. 210.

5Cependant, Arland refuse catégoriquement de publier le texte de Sollers qu’ « il trouve obscène et propre à provoquer des tas de désabonnements5 ». Le don rejeté entraine des tensions et des conflits et, d’une certaine manière, la rupture, seule alternative au refus de négocier le don. Ponge écrit aussitôt à Arland pour soutenir Sollers :

  • 6  Lettre de Ponge à Arland, citée dans la note 2 de la lettre 569 adressée à Paulhan, ibid., p. 212. (...)

Laissez-moi vous le dire : je crois que vous auriez tort de refuser Joyaux. [...] il me paraissait évident que la NRF, seule, était capable de reconnaître, sous chacun de ces textes, ce qui, quant à moi, m’a sauté aux yeux : la classe extraordinaire de leur auteur. Son avenir. [...] J’en ai la conviction, [...] un garçon tel qu’il n’en apparaît pas souvent dans les lettres (il me faut souvenir d’Aragon, de Malraux jeunes, pour en trouver l’équivalent)6.

  • 7  Lettre de Ponge de juin 1957, n° 575, ibid.,p. 217.

6L’académisme et la frilosité de la NRF exaspèrent Ponge : « Moi, je vous les [manuscrits de Sollers] aurais laissés volontiers, si plusieurs expériences (Tortel, Garampon, par ex…. voire la Nouvelle Araignée) [...] ne me faisaient craindre de trop longs atermoiements7 ». Il est sur le point de prendre ses distances avec le foyer néoclassique de la NRF. En voulant imposer Sollers, il se place clairement du côté des écrivains qui osent contre les doctes. Même si l’épisode se solde par un désaveu, en effet, Arland ne démord pas de sa première décision, la conviction de la nécessité de créer un autre lieu de publication va s’en trouver renforcée, trois ans avant le lancement de Tel Quel.

  • 8  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 199 (...)

7Dès lors, Ponge et Sollers entrent régulièrement en négociation dans leur processus coopératif, ceci dans une perspective de réciprocité stratégique : « ils sont (ou semblent) opérés à fonds perdus, à la façon d’un don, [...] qui dissimule le profit promis aux investissements les plus désintéressés8. » Ces conduites ambivalentes en tension entre le désintéressement affiché et le profit, décrites si justement par Bourdieu, semblent particulièrement opératoires pour analyser les relations entre Ponge et le mouvement d’avant-garde Tel Quel. Nous assistons à la conjonction d’intérêts entre un jeune écrivain en quête de reconnaissance et un poète expérimenté qui cherche à asseoir son statut.

  • 9  Sollers (Philippe), « Francis Ponge ou la raison à plus haut prix », dans Francis Ponge,Paris, Seg (...)
  • 10  Lettre de Ponge du 10 juillet 1960, n° 192, op. cit.

8« Cet homme est un maître » écrit Philippe Sollers9 à propos de son aîné. La vogue textualiste portée par Tel Quel participe d’une redécouverte des écrits de Ponge, de leur remise au goût du jour et de leur relégitimation. Une revue, un groupe de jeunes collaborateurs, c’est un nouveau départ pour Ponge après une traversée du désert littéraire, comme l’indique le titre d’un article de La Tribune de Lausanne, « Un inconnu célèbre. Francis Ponge un exemple type de la gloire clandestine »10 :

Quand on énumère les poètes d’aujourd’hui, le nom de Francis Ponge vient parmi les premiers. Mais qui possède chez lui ses œuvres ? [...] on n’en conserve au mieux qu’un ou deux recueils : Le Parti pris des choses et La Rage de l’expression. Le reste tout le reste est produit dans des éditions de luxe à 10 ou 100 exemplaires. [...] Francis Ponge est l’exemple de la gloire clandestine.

  • 11  Sollers (Philippe), « Francis Ponge ou la raison au pus haut prix », art. cit., p. 37.

Depuis dix ans, Ponge n’a guère publié que dans des tirés à part, des éditions de luxe, difficilement accessibles au public [...] ou d’une manière épisodique dans différentes revues [...] C’est un des paradoxes habituels des lettres que cette gloire secrète [...] que l’on retrouve soudainement au centre [...] Ponge est de ceux-là et l’un des plus grands. Il fallait le dire un peu fort pour certaines oreilles un peu sourdes11.

9 « La gloire clandestine » ou « secrète » éclaire bien sûr la différence entre le capital symbolique accordé par les pairs et le cercle littéraire, et la réception d’un large public. Un ajustement doit se faire. L’avant-garde prend en charge la promotion de Ponge sur la scène littéraire. Elle se saisit d’un auteur à l’écart et réactive son appréciation critique. Les textes pongiens ne s’apparentent à aucun des modèles poétiques, de par la nouveauté de leur objet et de leur forme inachevée. Le poète possède une image atypique et une œuvre inclassable. Cet éloignement affiché du milieu lettré est le signe d’une non-compromission avec l’institution et les mondanités littéraires. Ponge incarne précisément le contre-engagement sartrien que recherche Tel Quel. Il s’agit pour lui de garantir le devenir de son œuvre en valorisant une image nouvelle et attractive. L’alliance de Ponge avec Tel Quel participe d’une réciprocité stratégique : une mise en lumière pour le poète alors âgé de soixante et un ans, et pour la revue, un mentor ou un guide incarnant la liberté dont elle se réclame. La réciprocité et l’équivalence des profits semblent de mise. Ponge, n’appartenant à aucun courant, ni école, correspond au désir telquelien d’indépendance. Sa posture de l’écart est mise en scène comme signe de liberté, valeur résolument moderne, résolument d’avant-garde. Afficher Ponge à la première du premier numéro, c’est forcément s’inscrire dans une perspective inédite et donc se démarquer de l’ensemble de l’espace littéraire. Quant à Ponge qui se préoccupe désormais de son avenir, quoi de plus prometteur dans ce domaine qu’un mouvement d’avant-garde ? Le jeu de distance est ainsi mis à profit dans les deux camps. Chaque partie a ses raisons ; elles sont complémentaires. La réussite du premier numéro relève d’une performance concertée.

10Ponge défend, dès qu’il le peut, avec vigueur Tel Quel comme en 1965 lors d’un entretien pour une radio romaine :

C.M : Quelles sont aujourd’hui en France les revues littéraires qui ont une influence majeure sur le public, ou celles qui assument la fonction de déterminer les tendances actuelles ?

  • 12  Ponge (Francis), « Entretien avec Carla Marzi, 1965 », Les Cahiers de L’Herne, 1986, p. 518. (...)

F.P : [...] eh bien, pour parler concrètement, la NRF ne cesse de dégénérer, le Mercure de France aurait plutôt tendance à s’améliorer. Les Temps Modernes de plus en plus naïfs et ennuyeux. Non, la meilleure revue, il n’y en a qu’une, c’est celle que publient aux éditions du Seuil Sollers, Pleynet et leurs amis, et dont le nom est Tel Quel12.

  • 13  Lettre de Sollers du Martray en 1959. La correspondance Ponge/Sollers est inédite. Archives Armand (...)

11Il remet à la revue des textes dont certains sont très importants : « Pourrez-vous me donner « La figue » à mon retour (vers le 10 avril) afin que nous composions ce n° zéro (peut être grâce à Flamand, n° 1)13, « L’asparagus », un extrait du Malherbe avant sa publication chez Gallimard, « Le pré »… Tel Quel répond par des articles critiques de Bigongiari, de Hollier, de Walther… Ponge est pris en référence et son œuvre correspond à la volonté telquelienne de traiter de l’écriture telle quelle. Ponge donne les textes ; Tel Quel fournit la théorie littéraire nécessaire à leur lecture. Les poèmes pongiens constituent des supports parfaits au textualisme. La critique immanentiste de la revue apporte un éclairage moderne au poète. La convergence de vues et d’intérêts est irréfutable. La valeur littéraire de Ponge est renforcée et, simultanément, la revue st lancée dans l’espace littéraire. C’est donnant-donnant.

  • 14  Forest (Philippe), Histoire de Tel Quel, Paris, Seuil, 1995.
  • 15  Lettre inédite de Ponge à Claude Gallimard du 17 février 1966. Archives Armande Ponge. Paris.

12De plus, dans son livre sur l’histoire de Tel Quel14, Philippe Forest déclare que trois personnes perçoivent une rémunération de la part du Seuil : Sollers, Hallier et Ponge lui-même, bien que n’ayant jamais été officiellement membre du comité de rédaction. Ce geste de soutien financier illustre des enjeux de pouvoir et de lutte entre Gallimard et le Seuil. Cette dynamique stratégique est alimentée par l’ascendant que le donneur acquiert sur le receveur. Ponge est placée en situation de dette vis-à-vis du Seuil : « Vous n’avez certainement pas oublié que si nous [Gallimard et Ponge] avons finalement publié Pour un Malherbe, ce fut d’abord pour Paul Flamand [directeur du Seuil] que je commençais à l’écrire, et je lui dois bien grande récompense de cela. Vous savez aussi quels liens intellectuels j’ai noué avec les garçons de Tel Quel15

13La collaboration de Ponge avec Philippe Sollers, la figure montante du champ, ne s’arrête pas là. Le projet court, depuis 1954, d’une monographie consacrée à Ponge dans la collection « Poètes d’Aujourd’hui » chez Seghers. Les deux hommes sont amis depuis l’époque de la Résistance :

  • 16  Lettre de Seghers du 30 juillet 1943. La correspondance Ponge/Seghers est inédite. Archives Armand (...)

À l’esprit curieux de poésie, de l’écriture et de l’expérience poétique, votre travail pose mille questions et propose mille réponses. [...] Vous réussissez en ceci : que jamais travail ne m’a donnée autant l’impression d’une absolue bonne foi ; [...] Artisan d’une œuvre divine, non par l’inspiration mais par l’analyse. [...] Je sais mieux qui vous êtes ! et heureux, très, d’être au nombre de vos amis. [...] Vous labourez profond16.

  • 17  Lettre de Seghers du 3 avril 1956.

14La Guêpe, Irruption et divagations (1945), Notes sur les Otages, peintures de Fautrier (1946) Dix courts sur la méthode (1946) sont déjà publiés par Seghers. Cependant, entrer dans la collection « Poètes d’Aujourd’hui », permettrait à Ponge d’ajouter son nom au tableau de la plus haute poésie contemporaine qui compte déjà dans ses tirages Eluard, Aragon, Michaux, Apollinaire. Il lui faut tout d’abord trouver un préfacier. Pierre Seghers lance l’idée de Sartre. Les péripéties éditoriales commencent par une série de tractations. Les accords de Sartre, pour réutiliser son article sur Ponge de 1944, et de Gallimard, pour céder les textes pongiens prévus dans le volume parmi lesquels l’incontournable Parti pris des choses, sont nécessaires. De plus, Ponge est toujours sous contrat avec la fameuse maison d’édition. En 1956, Le projet est au point mort. Seghers insiste : « Que devient notre projet PONGE dans la collection « Poètes d’Aujourd’hui » ? [...] Je souhaiterais à présent que tu figures dans cette collection. Veux-tu que nous reprenions notre projet17 ».

  • 18  Lettre de Seghers du 1er décembre 1960.
  • 19  Ponge (Francis) & Tortel (Jean), « Lettre de Ponge du 24 octobre 1963 », dans Correspondance 1944- (...)

15Ponge souhaite clairement faire part de ses dernières tentatives textuelles telles « Les Pochades en prose », « My creative method » ou « Le Verre d’eau ». Il voit l’opportunité, grâce à Seghers, de gratter voire de décoller son étiquette de « poète des objets » et de donner à voir au plus grand nombre les nouvelles perspectives de sa pratique artistique. Il n’est donc pas enthousiaste à la reprise de l’article de Sartre concernant les écrits clos du Parti pris. Il envisage une lecture actualisée de ses textes. Sartre, c’est l’arrière-garde dévaluée ; Ponge préfère agir avec l’avant-garde. La préface est ainsi confiée à un écrivain de la nouvelle génération qui « connaît particulièrement bien [s]on œuvre et susceptible d’apporter un jour nouveau sur [s]es recherches et [s]es réalisations »18 : Philippe Sollers. Les nouveaux écrits pongiens et le nouveau contexte intellectuel et théorique demandent une nouvelle préface. Le volume quatre-vingt-quinze de la collection « Poètes d’Aujourd’hui » consacré à Ponge est mis à la vente en 1963. Il contient quatre poèmes inédits donnés par Ponge. Sollers met l’accent sur le travail du langage et sur la trajectoire de l’œuvre pongienne jusqu’aux années soixante. Ce bilan met à une certaine distance le passé, et ouvre sur l’avenir et la modernité littéraire qu’incarnent à la fois Ponge et Sollers : « Elle [la monographie] nous vengera j’en suis sûr, Philippe S[ollers] et moi, de beaucoup de silences et de quelques appréciations malveillantes ou imbéciles19. »

16Les dons négociés permettent une réparation, celle d’un handicap perçu dans le cheminement vers la reconnaissance littéraire. L’alliance d’intérêts permet de se repositionner. Le sentiment d’injustice laisse place à la gratification mutuelle. Le don est exploité, détourné ou contourné dans une relation qui noue sans cesse don, négociation et utilitarisme. Les services rendus sont mutuels. Les acteurs sont quittes et la dette annulée. Chacun apparaît tour à tour un moyen pour l’autre d’arriver à ses fins. Le don s’instrumentalise. L’intérêt est enchevêtré au recours affiché à la solidarité.

17Néanmoins, la logique du don intéressé ne saurait rendre compte de l’ensemble des interactions littéraires pongiennes. La relation entretenue entre Francis Ponge et Gabriel Audisio échappe à cette catégorisation. Nous observons une forme de don sans garantie de retour et pour laquelle la valeur du lien amical importe plus que tout.

La gratuité de l’engagement littéraire ou le don inconditionnel

18Le don inconditionnel, moins mobilisé et plus subtil, se caractérise par son exceptionnalité, sa permanence et son intensité. Les registres convoqués par les acteurs sont ceux de la générosité et de l’altruisme.

19Le 20 novembre 1919, Francis Ponge envoie sa première lettre à Gabriel Audisio. Leur correspondance, la plus étendue de Ponge, perdure jusqu’en 1978 à la mort d’Audisio. Le don s’exprime ici en termes de disponibilité, de stabilité et d’engagement. Il se dérobe à toute explication instrumentale. Ceci peut s’expliquer notamment par une proximité sociale, une affinité de génération et un contexte littéraire communs aux deux écrivains. Audisio envoie un poème en alexandrins à Ponge :

  • 20  Lettre du 13 janvier 1920. La Correspondance Ponge/Audisio est inédite. L’ensemble des références (...)

Franciscus meus (mets le au vocatif si tu veux)
Je la reçois à peine et déjà je réponds
A la douce missive où se signaient tes noms
L’angoisse était mortelle et vive l’impatience
De recevoir ces mots dont le charme compense
Quelque peu la douleur d’être si loin de toi20.

  • 21  Ponge (Francis), Pages d’atelier, Paris,Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », 2005, p. 39.
  • 22  Carte d’Audisio, « Christmas 1919 ».
  • 23  Lettre de Paulhan de juin 1924, n° 22, dans Correspondance, op. cit., t. I, p. 30.
  • 24  Lettre de Ponge à Paulhan du 22 juin 1962, n° 668, ibid., p. 314.
  • 25  Lettre de Ponge à Tortel du 14 octobre 1945, dans Correspondance 1944-1981, op. cit.,p. 29.
  • 26  Lettre de Ponge à Paulhan du 6 mai 1963, n° 675, dans Correspondance, op. cit., t. II, p. 320. (...)

20Le 30 août 1919, Ponge dédie à Gabriel Audisio, « qui revenait d’avoir vu Douaumont », un poème intitulé Trois. Il est édité en 2005 dans Les Pages d’atelier21, recueil de textes posthumes inédits. Le trio est constitué de Jean Hytier, Gabriel Audisio et Francis Ponge. Ils s’étaient retrouvés ensemble à Strasbourg en juin 1919 au centre pour étudiants mobilisés. Douaumont est situé sur la ligne de crête qui constitue les collines de la rive droite de la Meuse à une dizaine de kilomètres au nord-est de Verdun. Ce don textuel est fondateur dans l’histoire d’amitié de Ponge. Il est souvent évoqué dans les correspondances ultérieures des amis : « Je tiens à te dire l’effet considérable que produit sur les esprits des jeunes littérateurs marseillais certain poème intitulé “Trois” et à moi dédié22 ». La dédicace est un don hautement symbolique mais ambivalent. Ponge sait distiller ce cadeau qui honore et, dans le même temps, engage celui qui le reçoit. Il s’agit d’une stratégie d’investissement peu coûteuse pour consolider une relation notamment professionnelle, en préserver la qualité, l’inscrire dans la durée. La dédicace participe d’un hommage, d’un geste de reconnaissance non sans ambiguïté. Jean Paulhan édite Les douze petits écrits, premier recueil de poèmes de Ponge, aux éditions de La Nouvelle Revue Française : « J’aime ton livre. Je suis fier, et un peu gêné que tu veuilles me le dédier23 ». Il parait en mars 1926 accompagné de l’inscription « à J.P. ». Paulhan restera jusqu’à sa mort le principal conseiller et éditeur de Ponge tant en revues que chez Gallimard : « j’avais oublié de te donner mon Soleil en allemand. Voici. Avec cette dédicace : Pour Jean qui a tout fait pour me placer en orbite24 ». Les dédicaces participent ainsi du jeu de don et de contre-don lors d’interactions où la cordialité n’efface pas les enjeux de hiérarchie et de pouvoir. Les relations mettant en jeu le don entre Ponge et Paulhan conjuguent confiance et défiance. Les manuscrits, toujours scrupuleusement rédigés et conservés, sont donnés par Ponge, en guise de remerciements, à ceux qui le publient : « Quant à la copie manuscrite j’aurais plaisir à ce que ce soit vous, mon cher Jean, qui la conserviez25 ». Tortel reçoit ainsi Baptême Funèbre suite à sa publication dans la revue Les Cahiers du Sud qu’il dirige. « Tu es gentil d’avoir cité O. Debré. Dès que j’aurai les tirés à part de mon Chardin (d’Art de France) je t’en donnerai un26». Jean Paulhan vient d’illustrer par un large extrait du O. Debré de Ponge sa rubrique « des revues, des journaux » dans la NRF du 1er avril 1963.

  • 27  Lettre de Ponge à Audisio d’avril 1938.
  • 28  Lettre de Ponge à Audisio du 22 juin 1942.

21Toutefois, offrir ou se voir offrir un livre représente un geste d’une valeur spécifique entre Audisio et Ponge : « Je reçois Amour d’Alger dont je veux te remercier d’abord. Personne de plus fidèle que toi. Il y aura l’année prochaine vingt ans, de Strasbourg et de notre amitié27 », « J’ai reçu un exemplaire du Parti Pris [...] je ne t’en fais pas envoyer parce que je tiens beaucoup à te le donner de ma main à ton prochain passage28 ». Il s’agit du Parti pris des choses paru en 1942 chez Gallimard, recueil tant attendu et différé, dont Audisio avait suivi de près les pérégrinations scripturales et éditoriales. Dans cette configuration, la spontanéité et le plaisir du don surpasse clairement les effets de calcul et d’anticipation de profits. Les valeurs de permanence et de confiance sont au cœur de la nature inconditionnelle de ce don.

22La correspondance Ponge-Audisio est très riche du point de vue des précisions sur la vocation poétique des deux amis, le soutien mutuel apporté, les encouragements donnés :

  • 29  Lettre de Ponge à Audisio du 10 janvier 1922.

J’ai devant les yeux le n° du 1er décembre de la NRF ouvert à la page de tes poèmes. Je suis fortement ému de t’y retrouver tout bel artiste, méditerranéen (te souviens-tu ?), comme je t’ai aimé à Strasbourg. Te souviens-tu de notre bonne sympathie, de nos après-midi à l’Orangerie avec Hytier [...] Relis-tu de temps en temps Trois que je t’ai envoyé pour toi, puisque c’est toi qui l’inspiras. Cela avait bien de gros défauts. [...] Je travaille. Je me consacre entièrement à l’art, et j’en ai tant de joies! [...] j’ai beaucoup de travail sur la planche : satire sociale, un drame en quatre actes, et les poèmes. [...] crois, mon cher Gabriel, à mon affection si vieille mais puissamment renouvelée par la lecture de tes beaux vers29.

23Dans la trajectoire de Ponge, Audisio adopte le rôle de critique désintéressé et fraternel. Il s’implique dans l’évaluation et l’orientation des productions. Cela nécessite don de soi et générosité au profit de l’œuvre à écrire sans rechercher l’obtention d’avantages personnels, tels aussi les encouragements bienveillants de Camus :

  • 30  Lettre de Camus du 20 mai 1943. La correspondance Ponge/Camus est inédite à l’exception de quelque (...)

J’ai devant moi Les douze petits écrits. Je les ai lus et relus, ravi de trouver chaque fois une suggestion nouvelle [...] Vous saviez naturellement que vous avez écrit L’Etranger avant moi, et que vous en avez trouvé le ton [...] En tout cas, ce petit livre m’a rendu bien plus sensible chez vous une certaine qualité de l’humour, féroce et généreux, qui ressemble à du courage30.

  • 31  Lettre de Audisio du 16 mai 1922.
  • 32  Lettre de Camus du 28 juillet 1942.
  • 33  Lettre de Audisio du 16 janvier 1919.

24Les lettres servent de forum privé et souvent exclusif de réception : « Je t’envoie ci-contre quelques morceaux comme je les fais maintenant » (lettre de Ponge à Audisio du 10 janvier 1922), « Je viens de relire ta parabole. Elle m’a vivement intéressé. Le style est bon ; les mots bien choisis, plein de sens, imagés ; la phrase est charnue et solide [...] tords le cou à l’éloquence ; je ne t’en voudrais pas, au contraire » (lettre d’Audisio du 17 janvier 1923) ; « ces trois poèmes sont à mon avis excellents [...] il y a des choses qui restent du très bon, de meilleur toi [...]. J’aime ton talent, mon vieux Gabriel » (lettre de Ponge du 10 janvier 1922). Ces échanges ont toujours en ligne d’horizon l’œuvre à faire et celle qui se fait. L’activité littéraire est considérée comme une fin en soi. Les deux écrivains discutent, donnent leurs avis à propos des textes rédigés et lus. Chacun offre de son temps pour l’autre, pour le lire, lui écrire, le soutenir dans son parcours littéraire. Donner ses brouillons et ses essais de création requiert une grande complicité. Le don est alors le moteur de l’invention littéraire : « Rien de nouveau pour mon bouquin. Jusqu’à présent j’ai gardé le titre que tu m’avais suggéré Bleu marine. Cependant il n’a pas entraîné l’adhésion de tout le monde et je cherche encore… si tu as quelque chose dans tes stocks…31 », « La Rage de l’expression est un excellent titre et la composition a de l’unité32 », « Quant à “gagne en plastique”, ça veut dire : je te voudrais une forme un peu moins alambiquée33 »… On remarque ainsi la porosité des frontières entre l’épistolaire et l’œuvre d’écriture qui porte les traces de toutes ces coopérations. Ces échanges épistolaires mettent en lumière comment chacun donne de soi pour élaborer l’œuvre de l’autre loin de toute spéculation intéressée :

  • 34  Lettre de Ponge du 12 décembre 1922.

Dis moi franchement ton sentiment dans ta réponse – et à propos de tout ce qui paraîtra de moi [...] n’exprime que les critiques. Je sais que tu m’aimes autant que je t’aime c’est-à-dire un vrai copain un vrai copain34.

25Le lien social établi se caractérise par la confiance et en dehors de tout rapport de domination, de rivalité ou de pouvoir. Ceci a comme conséquence l’absence de culpabilité dans l’acte de donner et dans celui de recevoir. Audisio est, dans les années vingt, déjà entré dans les arcanes du champ littéraire. Grâce à ses publications dans des revues, il endosse auprès de Ponge le rôle d’initiateur, même si, sa propre situation est précaire et qu’il est alors en poste à Alger. Ponge profite des compétences de son ami, notamment pour la diffusion de ses textes :

  • 35  Lettre de Audisio du 30 octobre 1922.

Le no de novembre du Disque vert (qui va d’ailleurs changer de nom) contient de moi un article : L’Œuvre bâtie de Jules Romains. À ce propos, es-tu entré en relation avec le directeur de cette revue ? Sinon, fais-le, tu peux lui écrire en te recommandant, – comme il convient,– de moi. [...] Il [Franz Hellens] a une rubrique, appelé d’abord “Lampes à signaux” et maintenant “Idées” qui pourrait convenir à tes essais de prose. – Vois –35.

26Le Disque vert est une revue littéraire franco-belge fondée et dirigée par Franz Hellens. Elle paraît d’abord en mai 1921 sous le titre Signaux de France et de Belgique. Ponge suit le conseil d’Audisio et y publie effectivement pour la première fois un poème « Vif et décidé » dans le n°3 de janvier 1923. Audisio rend possible l’ouverture et l’extension de Ponge au sein des réseaux officiels de la sociabilité littéraire qu’ils soient parisiens ou étrangers. Il apparaît comme un véritable partenaire franc et dévoué. Les savoirs faire et les compétences littéraires se partagent. Cela permet à Ponge de faire son apprentissage poétique.

  • 36  Lettre de Audisio du 23 décembre 1940.
  • 37  Lettre de Audisio du 18 février 1941.
  • 38  Lettre de Audisio du 11 décembre 1940.

27Sous l’Occupation, l’espace littéraire est fortement troublé par la dispersion géographique et l’exode des intellectuels parisiens. À cela s’ajoute l’impossible circulation des livres et des journaux. Le souci quotidien de Ponge est l’isolement. Au chômage ou en situation de travail précaire depuis son licenciement de chez Hachette, il finit par trouver un travail d’employé dans un cabinet d’assurances à Roanne, où il s’installe en octobre 1940. Jean Paulhan, alors directeur de la NRF et principal interlocuteur de Ponge auprès des éditions Gallimard, est en zone occupée à Paris. Gabriel Audisio, qui habite Marseille, s’y rend régulièrement pour des voyages professionnels. Pendant de longs mois, il se fait donc l’intermédiaire de Ponge auprès de sa famille et du monde littéraire restés dans la capitale. Les plans affectifs, familiaux, politiques et littéraires se superposent. Audisio donne des nouvelles, relate les propos et les rencontres : « Tu es bon, les lettres et envois divers de littérature me font un immense plaisir36», « il faut que je te remercie des lectures que tu me procures. J’ai bien reçu les journaux parisiens. Puis les deux n° de la nouvelle NRF37 », « Connais-tu les derniers tuyaux certains sur la NRF ? Elle a été mise sous scellés il y a près d’un mois, toute la maison. D’où Paulhan, qui devait diriger les éditions ne dirige plus rien ! [...] Je t’ai envoyé Poésie 40 que tu ne connais peut être pas38 ». Audisio transporte les manuscrits pongiens qui voyagent ainsi en grande sécurité et les remet pour Gallimard à Paulhan :

  • 39  Lettre de Audisio du 21 janvier 1941.

J’ai vu aussi la NRF. Drieu, Parain et autres, et surtout Paulhan qui te salue par moi. Très chic, Paulhan, un excellent moral. [...] Je te communiquerai le n° de janvier que j’ai rapporté. [...] L’essentiel est que j’ai vu ta sœur [...] et que voici son “rapport” en réponse au tien. Je puis te confirmer qu’elle est en bonne santé, et un moral qui a cette excellente tenue et dignité qu’on trouve là-haut à tout le monde, ce qui est bien réconfortant. Elle insiste, et de bonne foi, pour que vous ne vous alarmiez pas sur leur sort39.

  • 40  Lettre de Ponge du 26 janvier 1941.

Merci cent fois de ta lettre, de celle de ma sœur et au soin que tu as apporté à lui remettre la mienne et la clé. C’est la première fois que nous avons un intermédiaire sûr, si bien qu’elle a pu me dire plusieurs choses qu’elle avait dû taire jusqu’à présent40.

  • 41  Lettre de Ponge du 26 janvier 1942.

Il me tarde de savoir si tu as pu passer mes textes et les remettre à Paulhan. Et aussi ce qu’il aura pu te dire du sort réserver à ma « Métamorphose ». As-tu gardé pour lui Le Mimosa, ou l’as-tu envoyé au secrétaire de Fontaine ? [...] Merci pour Seghers. J’ai envie de lui envoyer ma « Pomme de terre » qui tiendrait dans deux pages de Poésie 41. Qu’en dis-tu ?41

  • 42  Lettre de Audisio du 2 février 1942.

J’ai d’abord vu Paulhan il y a quelques jours [...] Je lui ai remis tes textes. Pour le Parti pris, il m’a assuré qu’il n’est pas question de différer, qu’il est le premier à paraître des métamorphoses42.

28Audisio, depuis Marseille, est en contact avec une des revues importantes de l’époque Les Cahiers du sud et avec la revue Fontaine à Alger, autre pôle de publication libre dirigé par Max-Pol Fouchet :

  • 43  Lettre de Audisio du 23 avril 1941.

Pour Le Bois de pins, je crois que le mieux est de le communiquer à Fouchet. Ce sera faire d’une pierre de coup, comme on dit, car j’apprends que Fouchet s’est mis d’accord avec Charlot qui édite maintenant une “collection Fontaine”. Si F. marchait il aurait la double possibilité de la revue ou du livre. Es-tu d’accord ? Si oui, vite un mot, et j’envoie ton manuscrit à Alger43.

  • 44  Lettre de Ponge à Camus du 21 août 1943.

29Tout à la fois conseiller, intercesseur, agent ou critique, Audisio participe activement à la circulation des textes de Ponge et oriente leur diffusion. La conjoncture de crise redynamise les phénomènes de don inconditionnel. Dans le même esprit, Ponge reçoit des lectures de Camus : « Je nage en plein Moby Dick, reçu il y a une semaine, me trouve fort à l’aise dans ce gros volume, y frétille (d’aise) comme un poisson dans l’eau. [...] d’ores et déjà beaucoup de choses m’y enchantent44 ». Le philosophe soutient activement la médiation et la reconnaissance des textes pongiens :

  • 45  Lettre de Camus de mars 1944.

J’ai eu hier une conversation à ton sujet avec Sartre. Il est décidé à faire une étude sur ton œuvre [...] Je lui ai parlé de tes cahiers et de ton œuvre et pour ma part je lui communiquerai tout ce que j’ai. [...] J’insiste parce que je crois la chose importante pour ton œuvre45.

  • 46  Lettre de Ponge à Camus du 17 mars 1944.

30Cela aboutit au premier texte que Sartre consacre à une œuvre poétique : l’essai sur Ponge est une des premières et capitales réceptions critiques de l’œuvre du poète publiée dans Poésie 44 et intitulée : « L’homme et les choses ». Sartre présente à la fois une doctrine philosophique et poétique. Le poids de la critique sartrienne sert grandement et longuement la notoriété de Ponge. Sartre s’intéresse ici principalement au Parti pris des choses publié chez Gallimard en 1942, mais aussi au Mimosa, puisque par l’intermédiaire de Camus, il avait eu accès à des textes jusque là inédits. Si les choses sont une obsession poétique pour Ponge, c’est bien le réel qui soucie, sur le plan philosophique, Sartre. Les poèmes pongiens se prêtent donc particulièrement bien à une lecture phénoménologique grâce justement à l’intérêt porté à l’aspect charnel et matériel des objets décrits. L’intervention de Camus a été décisive pour la carrière de Ponge : « tu es gentil de vouloir si opiniâtrement, si amicalement aussi, me hisser à cette place où tu prétends qu’on me mette46 ».

31Les enjeux de la solidarité matérielle illustre le fait que la circulation de l’aide prime sur la règle de réciprocité du don. Celui qui a besoin reçoit, qu’il soit ou non en capacité de rendre. La dette ne se rembourse pas mais est convertie en reconnaissance. L’entraide et la solidarité d’Audisio ou de Camus participent pleinement de la trajectoire littéraire fragile et souvent chaotique de Ponge. Le don sans condition est facteur de persévérance dans la vocation et la pratique littéraire. De mars à juin 1942, Ponge est dans des dispositions financières et matérielles très difficiles. Toujours à Roanne, il est menacé d’expulsion de son appartement parisien où sont encore entreposées de nombreuses affaires laissées depuis la guerre. Les loyers sont impayés. Ponge ne pouvant se déplacer, c’est Audisio qui se charge de régulariser la situation :

  • 47  Lettre de Audisio du 4 mars 1942.

J’ai téléphoné à ta sœur. Nous avons rendez-vous dimanche matin pour opérer ton déménagement. À première vue nous estimons ensemble qu’il n’y a pas lieu de t’affoler, pour le moins du monde. Il faut toute une procédure avant d’expulser, de saisir ou de vendre. Ne t’affole pas. Nous veillons au grain [...] J’ai vu ta mère ces jours-ci. Certes ne lui parlerai pas de tes soucis mobiliers47.

  • 48  Lettre de Audisio du 9 mai 1942.

Tes affaires vont. Le gérant à accepter le paiement comptant ramené à 6. 500. Ton oncle a accepté aussi et m’a annoncé hier un chèque que j’attends. C’est donc moi qui solderai ton compte. [...] Faut-il parler à ta mère, à ta sœur, de l’aide de ton oncle ? Ou la taire ? Jusqu’ici je me suis tenu sur la réserve48.

  • 49  Lettre de Audisio du 7 juin 1942.

Mon vieux, c’est fait, après avoir failli tourner à la catastrophe ! Ta mère, ta belle-mère, ta sœur – fatiguées – déclarant forfait. Moi-même après une nuit de douleurs abominables (intoxication) [...] En plus, ta sœur n’avait pas laissé les clefs des meubles. Elle a télégraphié de les forcer. Oui, mais j’ai cavalé pendant une heure pour trouver un serrurier [...]. Nous avons passé trois heures, la sœur d’Odette et moi, [...] à déballer les choses et surtout les livres que nous avons mis à l’abri dans deux grandes caisses. [...] Nous sommes arrivés au bout de notre mission49.

  • 50  Lettre de Ponge du 11 décembre 1940.
  • 51  Lettre de Camus du 28 juillet 1943.

32Un tel dévouement gomme toute notion de calcul. D’un point de vue temporel, matériel, financier, Audisio donne beaucoup de lui-même : il suit les comptes, assure les transactions, fixe les échéances… D’un point de vue personnel, il veille à la discrétion et ménage les susceptibilités. La relation Ponge-Audisio est irréductible aux seuls utilitarisme et dépendances d’intérêts. Au-delà de l’amitié, s’ouvre la parenté : « Pardon encore de tous les soucis que je te cause. Voilà ce que c’est que d’être un frère50 ». Celle-ci favorise le don sans condition. Ponge ne bénéficie pas seulement de soutiens symboliques, c’est-à-dire de paroles données ou de gestes d’encouragement : « Pour en finir avec vos soucis personnels, je peux vous envoyer quelques billets de mille, si cela peut vous arranger, dites-le moi très simplement51 ». La fidélité de ses amis tient un rôle capital dans la reconnaissance et l’assurance de la pratique littéraire pongienne. Elles participent de façon discrète, voire invisible, à maintenir ou à renforcer l’autonomie et les possibilités créatrices pongiennes.

33Les rivalités et les rapports de pouvoir, mais aussi parfois les amitiés, participent d’une sociabilité dans laquelle les dons se négocient autour des fonctions et des potentialités de chacun. Nous ne souhaitons pas affaiblir l’apport de l’analyse stratégique du don en littérature. Cependant, elle ne doit pas occulter une autre logique qui n’obéit pas aux règles habituelles du modèle de l’intérêt au désintéressement, aussi prégnantes soient-elles. Deux logiques coexistent simultanément : le don concerté et le don inconditionnel.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Forest (Philippe), Histoire de Tel Quel, Paris, Seuil, 1995.

Francis Ponge, Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1963.

Ponge (Francis), « Entretien avec Carla Marzi, 1965 », dans Les Cahiers de L’Herne, 1986, p. 518.

Ponge (Francis), Pages d’atelier, Paris, Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », 2005.

Ponge (Francis) & Paulhan (Jean), « Lettre de Francis Ponge de mai 1957 », n° 563, dans Correspondance, Paris, Gallimard, 1986, t. II, p. 207.

Ponge (Francis) & Tortel (Jean), Correspondance 1944-1981, Paris, Stock, 1998.

Haut de page

Notes

1  Ponge (Francis) & Paulhan (Jean), « Lettre de Francis Ponge de mai 1957 », n° 563, dans Correspondance, Paris, Gallimard, 1986, t. II, p. 207.

2  Lettre de Ponge de mai 1957, n° 566, ibid., p. 209.

3  Ibid. p. 208.

4  Ibid. p. 209.

5  Lettre de Paulhan de mai 1957, n° 568, ibid., p. 210.

6  Lettre de Ponge à Arland, citée dans la note 2 de la lettre 569 adressée à Paulhan, ibid., p. 212.

7  Lettre de Ponge de juin 1957, n° 575, ibid.,p. 217.

8  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, p. 246.

9  Sollers (Philippe), « Francis Ponge ou la raison à plus haut prix », dans Francis Ponge,Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1963, p. 69.

10  Lettre de Ponge du 10 juillet 1960, n° 192, op. cit.

11  Sollers (Philippe), « Francis Ponge ou la raison au pus haut prix », art. cit., p. 37.

12  Ponge (Francis), « Entretien avec Carla Marzi, 1965 », Les Cahiers de L’Herne, 1986, p. 518.

13  Lettre de Sollers du Martray en 1959. La correspondance Ponge/Sollers est inédite. Archives Armande Ponge. Paris.

14  Forest (Philippe), Histoire de Tel Quel, Paris, Seuil, 1995.

15  Lettre inédite de Ponge à Claude Gallimard du 17 février 1966. Archives Armande Ponge. Paris.

16  Lettre de Seghers du 30 juillet 1943. La correspondance Ponge/Seghers est inédite. Archives Armande Ponge. Paris.

17  Lettre de Seghers du 3 avril 1956.

18  Lettre de Seghers du 1er décembre 1960.

19  Ponge (Francis) & Tortel (Jean), « Lettre de Ponge du 24 octobre 1963 », dans Correspondance 1944-1981, Paris, Stock, 1998,p. 182.

20  Lettre du 13 janvier 1920. La Correspondance Ponge/Audisio est inédite. L’ensemble des références provient des archives d’Armande Ponge à Paris.

21  Ponge (Francis), Pages d’atelier, Paris,Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », 2005, p. 39.

22  Carte d’Audisio, « Christmas 1919 ».

23  Lettre de Paulhan de juin 1924, n° 22, dans Correspondance, op. cit., t. I, p. 30.

24  Lettre de Ponge à Paulhan du 22 juin 1962, n° 668, ibid., p. 314.

25  Lettre de Ponge à Tortel du 14 octobre 1945, dans Correspondance 1944-1981, op. cit.,p. 29.

26  Lettre de Ponge à Paulhan du 6 mai 1963, n° 675, dans Correspondance, op. cit., t. II, p. 320.

27  Lettre de Ponge à Audisio d’avril 1938.

28  Lettre de Ponge à Audisio du 22 juin 1942.

29  Lettre de Ponge à Audisio du 10 janvier 1922.

30  Lettre de Camus du 20 mai 1943. La correspondance Ponge/Camus est inédite à l’exception de quelques lettres parues en revue. Archives Armande Ponge. Paris.

31  Lettre de Audisio du 16 mai 1922.

32  Lettre de Camus du 28 juillet 1942.

33  Lettre de Audisio du 16 janvier 1919.

34  Lettre de Ponge du 12 décembre 1922.

35  Lettre de Audisio du 30 octobre 1922.

36  Lettre de Audisio du 23 décembre 1940.

37  Lettre de Audisio du 18 février 1941.

38  Lettre de Audisio du 11 décembre 1940.

39  Lettre de Audisio du 21 janvier 1941.

40  Lettre de Ponge du 26 janvier 1941.

41  Lettre de Ponge du 26 janvier 1942.

42  Lettre de Audisio du 2 février 1942.

43  Lettre de Audisio du 23 avril 1941.

44  Lettre de Ponge à Camus du 21 août 1943.

45  Lettre de Camus de mars 1944.

46  Lettre de Ponge à Camus du 17 mars 1944.

47  Lettre de Audisio du 4 mars 1942.

48  Lettre de Audisio du 9 mai 1942.

49  Lettre de Audisio du 7 juin 1942.

50  Lettre de Ponge du 11 décembre 1940.

51  Lettre de Camus du 28 juillet 1943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Doga, « Le don comme mode ambivalent d’interaction littéraire dans les correspondances du poète Francis Ponge », COnTEXTES [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 18 avril 2014. URL : http://contextes.revues.org/4277 ; DOI : 10.4000/contextes.4277

Haut de page

Auteur

Marie Doga

Chercheur associé CSRPC-Roma, Université Pierre Mendes France, Grenoble 2

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page