Navigation – Plan du site

Argumentation, situation de discours et théorie des champs : l’exemple de Les hommes de bonne volonté (1919) de Madeleine Clemenceau Jacquemaire

Ruth Amossy

Texte intégral

1L’étude de l’argumentation dans le discours explore l’efficacité de la parole en situation1. Il s’agit de voir comment le locuteur mobilise un ensemble de moyens verbaux pour agir sur son allocutaire : tantôt pour le faire adhérer à une thèse expressément présentée à son assentiment (c’est la formulation bien connue de Perelman2) ; tantôt pour lui faire partager sa vision des choses3 et influer sur ses façons de penser, de voir, de sentir. Dans tous les cas, on a affaire à des fonctionnements discursifs. Sans doute, chaque texte pris en soi est singulier, chacun met en place des stratégies argumentatives particulières. Analyser un corpus déterminé – une publicité, un article journalistique, un discours politique, un récit littéraire, etc. – c’est toujours donner à voir les modalités individuelles d’une entreprise argumentative lorsqu’elle s’exerce sur des corpus variables, et variés. En même temps, l’argumentation dans le discours comporte des régularités qu’il faut dégager. Elle nécessite la mise en place d’une approche unifiée permettant d’analyser l’entreprise de persuasion verbale et, plus globalement, l’impact de toute prise de parole sous ses formes les plus diverses. C’est en cela qu’elle relève d’une linguistique du discours.

2Dans ce cadre, explorer les voies de l’efficacité verbale ne consiste pas seulement à décrire des types d’arguments et à dresser des taxinomies de figures, comme le proposent traditionnellement la rhétorique et les traités d’argumentation. Ce qui prime, c’est l’étude du dispositif d’énonciation au sein duquel ces procédés sont mobilisés. C’est donc le fonctionnement de l’échange discursif comme tel, dans ses composantes et dans sa logique, qui doit être analysé en priorité.

3C’est dans cette perspective que l’analyse du discours est en prise sur les sciences sociales et historiques. En effet, l’argumentation dans le discours nécessite la prise en compte du dispositif dénonciation inhérent à la parole, d’une part, et de la situation de discours dans ses composantes socio-historiques, d’autre part. Le premier niveau concerne les instances discursives qui participent à l’échange verbal : d’une part, le locuteur, souvent dans sa dimension polyphonique, et l’ethos qu’il construit dans son discours ; d’autre part l’allocutaire ou, dans la terminologie rhétorique, l’auditoire, qui est une construction du locuteur et auquel celui-ci doit s’adapter. On prend donc en compte l’image de l’auditoire telle qu’elle s’inscrit matériellement dans le discours, mais aussi telle qu’elle apparaît en creux dans les opinions, les croyances, les capacités d’activation du texte qui lui sont implicitement prêtées. Cependant ces instances et ces images discursives ne peuvent être dissociées des personnes qui participent à l’échange dans des circonstances particulières : il faut prendre en compte la situation de discours. Il faut connaître le statut et l’image préalable du locuteur, la nature du public réel qu’il vise, les circonstances précises de l’échange, les débats dans lesquels s’inscrit l’objectif de persuasion poursuivi et ses enjeux sociaux. Ainsi, l’exorde que Drieu La Rochelle écrit avant son suicide à la Libération4 ou, dans un autre ordre d’idées, le roman pacifiste de Giono Le Grand troupeau en 1931, ne peuvent faire l’objet d’une analyse argumentative que si on les considère dans la situation de discours où ils ont vu le jour. Ce n’est pas seulement la personne du locuteur et les circonstances de sa prise de parole qu’il faut connaître, c’est aussi l’opinion publique de l’époque en question, les représentations doxiques et les opinions qui y circulent, les débats qui la passionnent et la divisent.

4Ainsi conçue, la situation de discours fait partie des données qui alimentent l’analyse du discours en dépassant la fausse dichotomie texte/contexte. La dimension sociale et historique apparaît comme inhérente à toute prise de parole. Bakhtine l’avait bien souligné : « il est impossible de comprendre comment se construit un énoncé quelconque, eût-il l’apparence de l’autonomie et de l’achèvement, si on ne l’envisage pas […] » comme un « événement social qui consiste en une interaction verbale5 ».

5Est-ce à dire, cependant, que la notion de champ littéraire (telle que théorisée par Bourdieu en 19916) doit être convoquée ? Il semble que la description des données sociales, politiques et institutionnelles constitutives de l’échange puisse se faire indépendamment du cadre de la sociologie des champs. Du point de vue de l’analyse du discours [abrégée : AD, NDLR], il faut alors se demander dans quelle mesure la situation de discours comprend l’état du champ dont participe le corpus examiné. La dynamique des positionnements dans le champ peut-elle être intégrée dans une perspective discursive, et en quoi est-elle pertinente pour l’analyse argumentative ?

6On peut bien sûr se demander si la perspective de la sociologie des champs peut vraiment être intégrée à l’analyse argumentative sans diluer la force de la parole et les fonctionnements discursifs qui la génèrent dans le jeu des positions institutionnelles. Après tout, comme le rappelle Dominique Maingueneau dans Le Discours littéraire, il s’agit d’une « théorie sociologique qui ne s’appuie pas sur une conception de l’activité discursive7 ». Dans Ce que parler veut dire (1982), Bourdieu affirme que

Tous les efforts pour trouver dans la logique proprement linguistique des différentes formes d’argumentation, de rhétorique et de stylistique le principe de leur efficacité symbolique sont voués à l’échec aussi longtemps qu’elles n’établissent pas la relation entre les propriétés du discours, les propriétés de celui qui les prononce et les propriétés de l’institution qui l’autorise à les prononcer8.

7De là à insister sur l’effet du discours autorisé en court-circuitant le logos, il n’y a qu’un pas, qui a parfois été franchi. On peut donc se demander si « la logique proprement linguistique des différentes formes d’argumentation » peut avoir, dans la perspective de la théorie des champs, une quelconque efficacité. Qui plus est, on peut s’interroger sur la nature de cette efficacité. Dans Images de soi dans le discours (1999), Alain Viala définissait l’adhésion, non comme celle qui découle du ralliement à une thèse présentée à notre assentiment par des moyens verbaux – c’est la définition de Perelman (1970) – mais comme l’affectation d’une « croyance à une position dans laquelle on se trouve9 ». En d’autres termes, il s’agit de « l’attitude qui consiste à faire corps avec une façon de voir qui devient une façon de croire10 », afin de légitimer une position de pouvoir. C’est pour réagir à ce point de vue que mon propre article dans Images de soi dans le discours insistait sur les enjeux de la divergence entre la conception argumentative et la conception sociologique. Enjeux d’importance puisqu’ils comprennent les principes de rationalité, d’efficacité discursive et de libre choix, en d’autres termes la possibilité même des sociétés humaines à tenter de se gérer, et de gérer leurs différends, par le partage de la parole.

À la limite, dans l’optique de la sociologie des champs, il n’y a pas de véritable espace argumentatif possible. Ce ne sont pas les principes de rationalité, les stratégies discursives et la façon dont elles prennent en compte l’auditoire qui déterminent l’ « adhésion », mais les intérêts définis a priori des tenants d’une position dont les discours produisent la légitimation après-coup de leur propre vérité, c’est-à-dire de leur propre domination. Seules les positions dans le champ et la lutte pour la domination qui s’y poursuit expliquent les choix discursifs. Dans ce champ de forces et de compétition, tout exercice de la parole est l’alibi d’un jeu qui se joue ailleurs11.

8Si on veut se réclamer des deux disciplines de façon cohérente, il faut donc reposer la question de savoir comment on peut analyser la force intrinsèque de la parole dans son étroite relation à ses cadres institutionnels, et se demander comment il est possible de mobiliser la théorie des champs dans une perspective argumentative qui n’est au départ pas la sienne.

9Je voudrais poursuivre cette réflexion dans le sillage des travaux collectifs publiés dans le récent numéro de Littérature sur Analyse du discours et sociocritique, et des travaux que j’ai moi-même consacrés à cette problématique. Je le ferai à partir d’un exemple qui touche aussi bien aux sciences du langage dans leur rapport à la sociologie, qu’à l’histoire culturelle. C’est en effet sur des corpus qui intéressent les historiens de la Grande guerre que j’ai travaillé dernièrement pour voir en quoi l’argumentation dans le discours pouvait contribuer à dégager la façon dont les contemporains vivaient, pensaient, sentaient la réalité environnante. Ce travail sur l’archive ambitionne (avec toute la modestie requise à ce stade) de renouveler le dialogue inabouti, et pourtant combien passionnant, qui s’était engagé dans les années septante entre analystes du discours et historiens. Il tente cependant de le faire sur des bases différentes. Il s’agit en l’occurrence d’examiner dans quelle mesure une approche qui combine la rhétorique, l’analyse du discours et la sociologie des champs peut dévoiler et déployer la dimension sociale, politique et institutionnelle des textes du passé.

10Je vais fonder ma réflexion sur l’exemple d’un texte précis, publié en 1919 par Madeleine Clemenceau Jacquemaire et intitulé Les hommes de bonne volonté12, qui interpelle aussi bien les littéraires (c’est un roman), que les historiens culturels (il traite des hôpitaux de la Grande guerre et des femmes en ’14-’18) et les analystes du discours argumentatif (le livre salue le courage des poilus et la contribution des femmes dans leur fonction d’infirmières, tout en dénonçant les insuffisances des services hospitaliers militaires). Je pars délibérément d’une oeuvre singulière pour examiner les différents paliers de l’analyse que l’argumentation dans le discours met en œuvre au sein d’une approche qui se veut unifiée13. Je vais donc analyser concrètement, et successivement, le dispositif d’énonciation, la situation de discours et le positionnement dans le champ. Celui-ci sera envisagé comme partie intégrante et cependant autonome de la situation de discours.

Le dispositif d’énonciation et le plan d’analyse interne

11Et tout d’abord le dispositif d’énonciation dans le cadre d’une analyse interne. Il s’agit d’un discours à la première personne tenu par un « je » féminin qui remplit les fonctions d’infirmière de guerre, et qui présente en novembre-décembre 1918 (c’est la mention qui figure explicitement à la fin du texte) son expérience vécue dans un hôpital militaire situé près de Verdun en 1915 (« Que c’est loin déjà 1915 ! Verdun ! » (3)). La narratrice reste anonyme si bien que le discours renvoie, en l’absence de toute autre indication, au nom de l’auteur sur la couverture, Madeleine Clemenceau Jacquemaire (j’y reviendrai). Si le texte se donne à lire comme un récit autobiographique, il reste cependant extrêmement discret : le « je » ne parle à aucun moment de sa propre personne sinon pour raconter son expérience hospitalière, et on ne sait rien de sa vie privée ni de son passé. Elle s’adresse à un auditoire qui n’est qu’exceptionnellement marqué par un « vous » ; c’est le lecteur français contemporain dont elle suppose qu’il est directement intéressé à l’événement et qui, en-dehors des marques d’allocution, s’inscrit dans le texte à travers les valeurs et les connaissances encyclopédiques qui lui sont prêtées. Une analyse du texte montre que le public visé est essentiellement celui de l’arrière censé partager avec la locutrice son amour de la patrie, sa sollicitude pour les combattants, sa douleur face à la douleur et à la mort. S’il connaît bien les circonstances générales de la guerre, il n’est pas pour autant familier avec le vécu des hôpitaux de guerre ni avec le martyre des blessés. C’est à ce « vous » de compatriotes directement concernés et, qui plus est, unis à elle par un ensemble de valeurs et de sentiments partagés, que le « je » présente sa version du vécu de la Grande guerre.

12Dans ce dispositif interne où l’interaction entre la locutrice et l’allocutaire s’appuie sur une doxa partagée, la parole autobiographique poursuit trois objectifs argumentatifs que le texte hiérarchise selon les attentes supposées du lectorat, mais dont l’importance réelle ne correspond pas nécessairement à l’ordre de préséance affiché. Le premier type d’argumentation relève de l’épidictique : il s’agit de chanter la louange des combattants dont l’héroïsme revêt des dehors nouveaux dans l’épreuve de l’hospitalisation. Le second objectif argumentatif consiste à montrer au public que la mobilisation des femmes au service de la nation a été entière – mais aussi que les femmes ont les capacités nécessaires pour assumer des tâches civiles et militaires. Le troisième objectif consiste à faire entendre une critique de l’institution hospitalière et de la bureaucratie militaire en dénonçant des mauvaises volontés, des incompétences et des lacunes. On passe ainsi (1) d’une position doxique qui circule jusqu’au ressassement dans l’interdiscours (la glorification des poilus), à (2) une position sur les femmes dans la guerre qui se répand à cette époque dans les journaux et les écrits de diverses sortes mais qui reste encore controversée dans ses contenus et dans les conclusions qu’il faut en tirer – à (3) une dernière prise de position dont le caractère de critique sociale indique le caractère polémique. Du point de vue des thèses avancées par la locutrice, on va du plus consensuel au plus controversé, de la doxa collective aux points de vue assumés dans un débat de société plus ou moins explicite par un groupe ou un individu. C’est ce qui explique la visibilité accordée à la thèse doxique, et la stratégie qui consiste à faire passer sous la caution de l’hommage aux soldats de France les autres thèses auxquels il faut faire adhérer les lecteurs. Notons que la stratégie est de bonne guerre – l’argumentation se fonde nécessairement sur des points d’accord – et même de bonne foi : la locutrice partage la doxa sur les valeureux poilus et n’y a pas cyniquement recours pour manipuler l’auditoire.

13Dans le dispositif d’énonciation, les effets de polyphonie et la construction d’un ethos conforme permettent de promouvoir les objectifs plus ou moins affichés de l’entreprise de persuasion. En effet, Les Hommes de bonne volonté imbrique, à l’intérieur du discours personnel, un discours second également à la première personne, attribué à un personnage fictif, Madame Berton. Il s’agit d’un journal intime qui juxtapose la notation sur le vif aux souvenirs (encore frais) de la narratrice principale. Le procédé de la mise en abyme autorise une alternance des voix en première personne qui produit un effet de polyphonie. Les deux locutrices parlent cependant à l’unisson, si bien que Madame Berton apparaît comme un fidèle reflet du « je ». Aucune différence de contenu ni de style ne sépare les notes personnelles de l’infirmière fictive dans son carnet de bord du récit écrit par le « je » à l’intention du grand public. Ce jeu d’échos accentue la crédibilité de la relation en faisant converger les points de vue.

14Le discours rapporté renforce et orchestre cette polyphonie. En effet, la narratrice délègue la parole à diverses infirmières dans une série de dialogues, ou encore adopte leur point de vue – comme pour Madame Jallin, par exemple, à travers laquelle elle raconte la mort du « sous-lieutenant Ferré » au deuxième chapitre, ou Mademoiselle Minard qui s’occupe du grand blessé surnommé l’Isolé au chapitre VII. Dans la mesure où la locutrice prend en charge le discours des énonciatrices, elle fait entendre la voix de la collectivité à travers la sienne propre. Ce rôle est conforté par le fait qu’elle s’efface le plus souvent derrière un « nous » collectif. Le « je » apparaît dès lors comme un membre parmi d’autres d’une collectivité dans laquelle elle se fond entièrement. Elle assume dans le texte une fonction de représentante et de porte-parole du groupe.

15En tant que telle, elle acquiert une autorité qui lui permet d’évaluer de façon crédible les soldats et les soignants qu’elle met en scène. Elle le fait sous les dehors d’une description à la fois présentée comme directe, et commentée sur le mode explicite. La narratrice renonce à toute intrigue suivie pour mettre devant les yeux du lectorat une série de situations et de tableaux dont l’ensemble doit reconstituer la vie hospitalière. Certains chapitres sont consacrés à un soldat particulier – ainsi le chapitre I intitulé « Minard (Pierre) », II, « Le sous-lieutenant Ferré » ou VII, « L’Isolé ». D’autres traitent des pieds gelés (III), de la salle H (IV), etc. Un enchaînement de scènes, d’histoires personnelles, de situations (l’opération, l’arrivée des pieds gelés, le bombardement) structure le texte sur le mode de la juxtaposition et de l’addition. En renonçant à plaire et à se faire plaisir à travers une intrigue romancée, le « je » manifeste son sérieux et exhibe un ethos de témoin modeste et scrupuleux de la vie quotidienne.

16Cet ethos est complété par celui de la femme au travail, de la professionnelle – même si nous savons qu’elle est une volontaire qui n’appartient pas au corps médical (comme la plupart des infirmières de la Grande guerre). Ainsi, son discours est celui de la compétence et du savoir, modulant une terminologie médicale :

Il avait deux effroyables plaies de la région lombaire, le nerf sciatique coupé et la gangrène gazeuse installée là en despote. Le docteur Perronneau, seul, n’avait pas voulu admettre qu’il fût perdu et, en compagnie de madame Berton, attaqua de front les nids de perfringens et les amas de streptocoques. (133.)

17Il est aussi celui de l’initiée au langage professionnel de la pratique courante, qu’elle prend soin d’exposer au lecteur : « Une épaule ou une cuisse, c’est un homme qui est blessé à l’épaule ou à la cuisse » (94). L’image de l’infirmière expérimentée dont le chirurgien respecte le diagnostic (comme dans le cas de l’Isolé où Mademoiselle Mignet comprend la première qu’il faut amputer), de la femme forte qui surmonte les manifestations de sa sensibilité et se livre tout entière à une tâche physiquement et psychiquement éprouvante, est d’autant plus remarquable, qu’il s’agit dans ces hôpitaux de soignantes bénévoles issues de familles bourgeoises et guère habituées au travail.

18L’autorité que lui confère la construction d’un ethos de professionnelle compétente et responsable permet à la narratrice de présenter de façon fiable sa représentation des soldats, d’une part, et des infirmières, de l’autre. La façon héroïque dont les combattants endurent les pires souffrances, dont d’horribles amputations, leur courage pour affronter la mort, est souligné par la mise en scène de leur propre parole. En particulier, le discours rapporté de l’autre sexe permet de relater des mots qui prouvent un héroïsme d’autant plus admirable, qu’il est tout de simplicité. Ainsi ce poilu qui demande à l’infirmière qu’elle fasse venir une médaille de sauvetage qu’il a reçue dans son adolescence en notant : « Je vous dois bien ça ! » Un commentaire tire la leçon de cette petite tirade en précisant qu’il ne s’agissait pas de gloriole : « Ah Brossard, vieil ami […] la timidité avec laquelle vous vous exprimiez vous, homme rude, mécréant et vieux soldat au cœur hardi, était celle de l’humble qui fait au riche un beau cadeau… » (116). Un autre exemple est celui du soldat qu’on doit amputer de la jambe, et qui hésite à dire qu’il est maçon :

– Qu’est-ce que tu fais dans le civil, mon vieux, dit le major cherchant des consolations.
– Je suis maçon, dit le soldat, qui a compris l’intention amicale et qui craint en annonçant ce métier de force, qu’on ne l’accuse de mettre de la mauvaise volonté à se laisser remonter le moral. (213.)

19Il ne parle pas de ses responsabilités familiales, ne dit rien qui puisse être interprété comme une protestation, et c’est par un autre poilu qu’on apprend qu’il doit nourrir de nombreux enfants : « une voix chargée d’accent méridional part d’un lit du fond – C’est malheureux, un père de quatre enfants ! » (213.) Le chapitre suit jusqu’au bout la terrible épreuve du soldat qui meurt après une douloureuse agonie, sans avoir reconnu sa femme venue le voir. La narration qui prend en charge ces paroles les accompagne d’un commentaire met en évidence la bravoure, dans le martyre enduré, du combattant français.

20La voix féminine se fait ainsi le chantre de l’héroïsme du poilu (ce que les féministes d’aujourd’hui, comme l’historienne Margaret Darrow14, lui reprochent). Elle est en cela fidèle à sa visée déclarée, engager le public à reconnaître et admirer la bravoure des combattants en montrant que l’héroïsme du champ de bataille se prolonge dans l’espace hospitalier.

21La mise en scène de personnages d’infirmières permet en même temps à la narratrice de présenter les qualités positives des femmes qui composent une équipe efficace, dévouée, attentive au bien-être des blessés, courageuses dans les épreuves, toujours sur pied. Sans doute reprend-elle le stéréotype si prégnant à l’époque de la maternité innée qui fait de toute femme une soignante en puissance :

Pour une infirmière, tous les blessés sont des petits, des enfants souffrants qu’on lui a confiés. L’amour maternel, même s’il n’est qu’en puissance, ses alarmes propres et la grande pitié qui sort de son cœur comme l’eau de la fontaine, tout ce qui l’a conduite où la voilà, se déclare dans ce mot tendre qu’elle adresse à tous, même si elle est jeune et que son interlocuteur est un vieil engagé volontaire de cinquante ans. (207.)

22Cependant, ce qui caractérise l’infirmière au sublime dévouement maternel, c’est qu’elle manifeste une grande force de caractère en maîtrisant toujours ses sentiments pour remplir sa tâche : l’attendrissement à l’hôpital n’est pas de mise. Ainsi Madame Jallin, face à un lieutenant blessé, « songe à la mère dont l’enfant va mourir là, tout seul, du poison mystérieux que la guerre sème dans le sol. Mais elle reprend ce qu’elle peut de sang-froid, pour faire dériver la pensée du soldat foudroyé vers de douces images… » (50-51). À un autre moment, Madame Berton croit qu’elle va se trouver mal devant l’affluence des grands blessés Sénégalais : elle « sent que le cœur va lui manquer. Elle n’avait jamais vu de blessés en pareil état… » (187). Craignant de s’évanouir, elle va vite se rafraîchir à une fontaine et se reprend « Allons ! C’est passé ! Que c’est bête ! C’est bien le moment de faire des histoires… » (188). Toute manifestation de sensiblerie, même devant les spectacles les plus éprouvants, est sévèrement réprimée. La raison et le sens du devoir l’emportent sur l’émotion. La femme refuse d’être une créature délicate dont il faut ménager la sensibilité et qui ne peut supporter de trop rudes épreuves.

23C’est toute une conception de la féminité qui se trouve dès lors remise en cause, dans un texte qui prend appui sur le stéréotype de l’infirmière de la Grande guerre tel qu’il ressort des discours de l’époque. Clemenceau Jacquemaire contribue de la sorte à mettre en place un nouvel imaginaire social où la femme apparaît comme douée de toutes les qualités qui peuvent en faire une professionnelle toute à sa tâche, compétente, adroite, maître de ses émotions. Son efficacité auprès des blessés sur le plan physique et moral dément les préjugés de l’organisation militaire :

Les infirmières sont généralement mal endurées par les médecins et les fonctionnaires du Service de Santé, de l’infirmier au général-inspecteur. « Les femmes ne sont pas à leur place aux armées, qu’elles restent donc chez elles », disent-ils. Ce n’est pas l’avis des blessés et il est évident que nous eussions complètement manqué notre modeste essai si c’eût été le contraire qui se fut produit. (91.)

24Qui plus est, les rapports de l’infirmière avec les soldats démentent les dénonciations outragées de ceux qui voient dans la pratique des soins hospitaliers et la fréquentation quotidienne des soldats une source d’immoralité. Les infirmières qui s’occupent des blessés sont des amies et des confidentes qui leur permettent de s’entretenir de la famille, qui est pour eux la valeur suprême :

Les infirmières, agenouillées devant le patient, parlent amicalement avec lui, et il est sans exemple qu’elles aient à se plaindre du plus léger manque de respect. C’est toujours la femme, les enfants, la mère, le pays, qui font les frais de la conversation. (91.)

25Dans un cadre d’où la sexualité est bannie et où la camaraderie prévaut sur l’amour, la femme renonce aux attributs traditionnels de sa féminité. Elle ne s’inquiète pas de ses charmes et oublie la prépondérance généralement accordée à la beauté physique et aux soins du corps. La beauté corporelle reste en effet l’un des attributs obligés du stéréotype de l’infirmière, toujours jeune, jolie et sémillante. Contrairement à cette image populaire, l’infirmière de Clemenceau Jacquemaire est dépourvue de coquetterie. Elle ne bénéficie d’ailleurs d’aucune des conditions qui permettent de veiller à son apparence extérieure : « Une certaine littérature s’alimente du type de la belle infirmière. On n’en voit guère aux armées que dans les journaux illustrés comme La Vie Parisienne » (41). Et de préciser que les infirmières ont du mal à rester propres sans salle de bains, que leur chevelure en l’absence de coiffeur s’abîme sous la coiffe, qu’elles ne sont pas « juchées sur de petits souliers » mais portent « deux paires de bas, des chaussons, des souliers à semelles fortes et des sabots pour sortir », que leurs traits sont décomposés quand elles ont passé des heures à donner le chloroforme ou l’éther, et qu’elles perdent de leur éclat en se nourrissant d’aliments grossiers… (42). Ce qui peut être considéré par d’aucuns comme la perte de leur identité féminine ne leur importe guère, car elles sont tout à leur tâche – le premier venu des blessés les console de tous ces déboires (43). Comme chez les hommes, la mission à accomplir prime ici sur le soin des apparences extérieures. La description offerte dans Les hommes de bonne volonté pousse ainsi jusqu’à ses extrêmes conséquences la notion nouvelle de féminité qui s’y développe, proposant une démystification du stéréotype de l’infirmière qu’on ne trouve guère dans les autres récits de femme.

26C’est dans cette perspective que Clemenceau Jacquemaire présente les femmes comme des volontaires soumises au même régime que les soldats : « Elles sont lasses, courbaturées, avec les pieds brûlants. Il a fallu organiser l’ambulance en pleine bataille. On ne s’est reposé ni jour ni nuit. Certaines ne sont pas allées en permission depuis sept mois… » (234-235).

27La présence dans une ambulance prise dans la bataille, le manque de repos, le terme même de « permission », assimile l’infirmière au combattant. Le discours officiel qui demande à la femme de servir, alliant dans l’imagerie populaire le brave Poilu et la belle infirmière, se trouve ainsi repris et modulé dans un sens qui assimile la soignante au combattant dont elle partage la fatigue et les dangers. Et en effet, le livre relate des scènes de bombardement et d’évacuation qui montrent comment les femmes se trouvent elles aussi prises dans la guerre au sens le plus littéral du terme. S’indexant au discours social15 qui circule sur les infirmières, et les débats qui se poursuivent sur la femme et la guerre, la locutrice fait entendre un point de vue qui entend démystifier les légendes, offrir une image renouvelée de la féminité et démontrer les capacités de la femme à remplir des fonctions civiques et professionnelles.

28C’est à ce point précis qu’il importe d’élargir l’analyse de l’argumentation effectuée à partir d’un dispositif d’énonciation où interviennent la relation locutrice-public, la doxa qui les rassemble, le maniement de la polyphonie, la construction d’un ethos, etc.

La situation de discours et les cadres socio-institutionnels

29En effet, cette entreprise de persuasion ne revêt pleinement son sens qu’à l’intérieur d’un espace social qui prend en compte la différence des sexes et le positionnement implicite de la locutrice dans un débat sur la citoyenneté des femmes. On sait que la femme restait à l’époque confinée dans la sphère privée, ne jouissait pas de ses droits civiques et en particulier était privée du droit de vote16. L’appel à la participation des femmes pendant la guerre – ce que certaines ont appelé la nationalisation des femmes – paraissait à tous ceux et celles qui désiraient faire évoluer cet état de choses une occasion de modifier la situation. Délibérément ou non, tous les efforts des femmes engagées au service de la patrie se donnaient comme des arguments en faveur d’une promotion citoyenne. Les écrits sur les fonctions qu’elles ont remplies sont des pièces versées à un dossier en cours, et utilisées dans des débats où ils sont éventuellement transformés en arguments féministes ou suffragistes. Sans doute faut-il préciser qu’ils ne le sont pas en soi. Le récit de Madeleine Clemenceau Jacquemaire ne milite pas pour le droit de vote. Qui plus est, il ne parle de la femme qu’en prétendant donner la première place aux hommes : le titre affiche bien Les hommes de bonne volonté. Mais il travaille à la transformation d’une conception de la féminité qui va dans le sens de la capacité à la professionnalisation, à l’assomption des responsabilités, à la capacité à agir dans la sphère publique. Il influe sur des représentations qui sont à la base d’attitudes et de comportements. Il importe donc de dépasser l’analyse interne du dispositif énonciatif pour prendre en compte le fait que le « je » est une femme de 1919 qui s’adresse au public de son temps sur le fond d’un imaginaire social sur la femme qu’elle reprend et retravaille tout à la fois ; et que l’infléchissement des façons de voir auquel elle procède prend tout son sens dans un espace socio-politique déterminé et au sein d’un débat de société où des positions antagonistes sont avancées. L’interdiscours permet seul de mettre au jour la dimension argumentative de la représentation de la femme proposée par le discours romanesque.

30À cela s’ajoute un élément important, où texte et contexte sont une fois de plus intimement liés et inextricables. Il s’agit du statut de témoin de guerre qu’assume la locutrice par la publication de son récit. À ce point, il faut replacer l’œuvre, à la fois dans la série dont elle participe, les récits d’infirmière, et la littérature de témoignage qui fleurit à l’époque. En d’autres termes, il faut examiner les cadres génériques qui façonnent la parole argumentative.

31En effet, Les Hommes de bonne volonté fait partie d’un ensemble d’écrits dont le caractère sériel apparaît clairement au public de l’époque, et qui consistent dans les récits rédigés par des femmes qui ont travaillé, presque toujours comme bénévoles, dans des hôpitaux ou des ambulances militaires. Bien qu’étant le fruit d’initiatives personnelles entreprises sans cadre générique précis et donc sans règles claires, ces écrits présentent une grande homogénéité et élaborent un modèle global. Ils sont écrits tantôt par des femmes qui relatent modestement leur expérience dans des publications locales confidentielles, tantôt dans des livres publiés par des éditeurs parisiens en vue et promis à une plus large diffusion. Ils n’ont aucune prétention littéraire et se veulent le témoignage authentique d’un vécu digne de l’intérêt public17. Aussi ne peut-on évaluer à juste titre le discours de Clemenceau Jacquemaire sans voir qu’il s’intègre dans un véritable « genre », le récit d’infirmière de la Grande guerre, dont les premiers titres ont paru dès 1915 et qui se poursuit tout au long des combats et jusque dans les premières années de l’après-guerre18.

32L’insertion du texte dans une série d’écrits de type testimonial soulève ipso facto la question de l’auteur : la qualité de témoin oculaire du locuteur est un trait définitoire du témoignage. Plus encore que la nature autobiographique de l’écrit, sa prétention testimoniale engage à convoquer des données extérieures au discours. En effet, la question de savoir si le « je » anonyme se confond avec le nom de l’auteur sur la couverture, et la personne qui se tient derrière ce nom a réellement vécu ce qu’elle relate, est cruciale : le lecteur ne fait crédit, par définition, qu’au texte raconté par un témoin oculaire avéré. Dans le cas présent, on sait peu de choses sur le travail hospitalier de la fille aînée de Clemenceau, Madeleine, sinon qu’il fut bien réel. Les vérifications biographiques le prouvent – ainsi son neveu, Georges Gatineau, rapporte que Madeleine, dont le fils avait été mobilisé, était infirmière de guerre lorsque la famille habitait chez elle à Bordeaux19. Selon Duroselle, le biographe de Clemenceau, le Tigre pensait que sa fille ne résisterait pas à la fatigue physique20. C’est peu de choses – mais assez pour savoir que le récit est rédigé par une femme qui a véritablement été infirmière bénévole en 1914-1918. Dans un pareil cas de figure, la nature romanesque de l’œuvre est légitime. Le dispositif du témoignage peut s’harmoniser avec celui du roman, comme le montrent bien les critères rigoureux appliqués au témoignage de guerre par Norton Cru dans son fameux ouvrage de 1929 [1993], Témoins. Pour lui, l’affabulation est admise à condition que le récit reste au plus près d’un vécu authentique. Cru consacre d’ailleurs une partie de son relevé aux témoignages de guerre au roman. Cette légitimation répond bien au sentiment des lecteurs, qui désiraient avant tout être assurés que Barbusse, Dorgelès ou Genevoix avaient bien vu et vécu ce dont ils parlaient.

33C’est à ce point précis qu’on peut dégager l’un des objectifs les moins avoués du texte de Madeleine Clemenceau Jacquemaire et de la série dont il participe. En effet, dans ce texte comme dans les autres récits d’infirmières, la femme réclame le droit à se poser en témoin de guerre. Sans doute n’est-ce pas une revendication explicite : elle est, en quelque sorte, inscrite dans le projet même de publication et constitue une dimension plutôt qu’une visée argumentative du discours. L’enjeu n’en est pas anodin : il concerne aussi bien la question de la différence des sexes que l’extension du témoignage de guerre et du concept même de guerre. En effet seuls les hommes – les combattants – sont autorisés à témoigner sur la guerre qui est, traditionnellement, liée à la virilité. L’ouvrage de Norton Cru, qui inclut les écrits de médecins militaires et d’infirmiers, ne mentionne pas une seule femme – même si les soignantes se sont trouvées dans des services hospitaliers de première ligne et ont subi des bombardements ; certaines ont été blessées, voire tuées dans l’exercice de leurs fonctions. Le récit d’infirmière, en étendant la scène de la Grande guerre à l’espace hospitalier où les poilus font preuve d’endurance et d’héroïsme, tente de modifier un ostracisme d’autant plus puissant qu’il est tacite : les évidences n’ont pas besoin de se dire. Il s’agit d’autoriser une prise de parole féminine légitime sur la guerre. La construction d’un ethos approprié constitue ainsi l’un des moyens essentiels par lesquels la femme essaye de s’auto-légitimer en témoin de guerre. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la nécessité à laquelle elle est soumise de se conformer à la doxa régnante et de s’appuyer lourdement sur le consensus à la base de l’union sacrée. Les livres encensent avant tout les combattants qui se sacrifient pour la France et les femmes qui font leur devoir patriotique. Dans ces témoignages sur les hôpitaux où se révèlent brutalement les conséquences monstrueuses de la guerre, il n’est pas question de critiquer la violence armée : la locutrice ne peut acquérir de légitimité qu’en faisant écho au consensus patriotique et en adhérant à la doxa majoritaire. Celles qui ont vu l’horreur des corps morcelés, des chairs déchiquetées, des longues agonies, ne sont pas celles qui dénoncent la guerre. À plus forte raison est-il impossible aux femmes de ’14-’18 de condamner l’hécatombe, d’en demander la raison, de s’interposer pour que cesse le carnage, comme l’auraient voulu certains – dont Romain Rolland qui, dans « À l’Antigone éternelle » (Demain 1, 15 janvier 1916), reproche aux femmes de n’avoir rien entrepris pour faire taire les canons. Se joindre à cette accusation, comme ont parfois tendance à le faire nos contemporaines, c’est ne pas comprendre la situation des femmes sommées de faire leurs preuves. Il ne faut pas confondre ici les récits autobiographiques des années trente, où les femmes comme les hommes disent leur refus de la violence guerrière et souvent militent ouvertement pour la cause du pacifisme, et les écrits rédigés et publiés pendant et juste après le conflit. L’abnégation et le refoulement sont pour les femmes la condition de leur prise de parole testimoniale dans l’espace public.

Le positionnement dans le champ

34Est-ce à dire que Clemenceau Jacquemaire s’aligne totalement sur le modèle doxique ? Et comment expliquer que le livre poursuive un objectif critique que l’on ne retrouve guère dans les autres récits d’infirmières ?

35Pour préciser ce point, je voudrais examiner à présent la question du positionnement de la romancière dans le champ littéraire. En effet, Les Hommes de bonne volonté font partie de la rubrique « Roman ». Si le livre s’aligne sur la série des récits de témoignages non littéraires écrits par des femmes dont une grande partie sont des inconnues, il n’en représente pas moins l’entrée en littérature de la fille aînée de Clemenceau, qui continue par la suite à publier des ouvrages dont une suite plus tardive – en 1931 – intitulée Les hommes de mauvaise volonté, une biographie de Madame Rolland, et dans les années vingt et trente des romans qui auront une certaine répercussion comme Le Pot de basilic (1928), Juliette ou la gourmandise (1930), tous deux chez Tallandier, Le Gagnant ou Les Roses sans épines, chez Firmin-Didot en 1930, Monime, reine de Pont, chez Perrin en 1935. Madeleine Clemenceau Jacquemaire tiendra aussi un salon littéraire que fréquentaient de nombreux littérateurs dont Julien Benda, Léon Hennique, Gaston Rageot et même occasionnellement Marcel Proust21. C’est donc le choix effectué par la postulante au rang de femmes de lettres, et les conséquences qu’elle entraîne au niveau argumentatif, qu’il importe d’examiner ici.

36À l’époque où Clemenceau Jacquemaire prend la plume, les femmes occupent depuis longtemps un créneau qui est considéré comme le plus approprié à leurs capacités, celui du roman. Elles y sont légion et certaines – comme Gyp, Marcelle Tinayre, Jehanne d’Orlac, Lucie Delarue-Mardrus, s’y sont taillé une belle réputation. Il s’agit principalement du secteur de grande production qui reçoit les suffrages du grand public, et qui plaît en coulant des histoires d’amour dans des moules conventionnels. Certains de ces textes bénéficient d’une reconnaissance de l’institution qui se marque par des prix. Cependant la critique a tendance en ce début de siècle à « classer tous les textes féminins sous une même bannière et à en faire un tout homogène » en soumettant l’appréciation de la littérature féminine à l’idée que l’époque se fait de la femme22. La littérature dite féminine apparaît donc en position dominée dans le champ littéraire où elle est « réduite à une fonction ornementale ou divertissante23 ».

37Lorsque la guerre éclate, la nation en armes demande que tous les citoyens se mobilisent pour la défense de la patrie : les écrivains sont appelés à mettre leur plume au service du moral des Français. Dans le domaine du roman, les œuvres traitant de la guerre se multiplient. Dans la mesure où les femmes, jusque-là maintenues dans la sphère privée, se voient tenues de remplir leur devoir civique, les romancières entendent contribuer elles aussi à l’effort national en traitant de la terrible épreuve des Français et des Françaises. Nancy Sloan Goldberg, qui a consacré un livre bien documenté à ces textes aujourd’hui sombrés dans l’oubli, note qu’elles se gardent bien de décrire le combat. Elles situent l’histoire à l’arrière, ne relatant l’expérience des soldats que de seconde main, par la bouche des personnages revenus des champs de bataille24. C’est sur la vie des civils pris dans la tourmente que ces romans se concentrent. Ce faisant, ils ne se rangent pas dans la catégorie noble de la littérature de guerre telle qu’elle était comprise à l’époque. Ils se positionnent plus modestement dans le champ littéraire en occupant un créneau qui leur permet d’aborder légitimement le conflit : ils relatent le vécu des non-combattants, de tous les civils dont la guerre affecte directement l’existence.

38Cependant une nouvelle position se crée dans le champ littéraire lorsque la prépondérance d’une attestation personnelle s’impose. Sont privilégiés les témoignages vécus qui relatent la véritable expérience des poilus. Cette littérature de guerre est tout naturellement réservée aux combattants, et donc aux hommes. Le roman se fait récit de guerre sous une forme personnelle et testimoniale. Ce nouveau créneau permet à des nouveaux venus de se faire un nom, à d’autres de se bâtir une réputation dépassant de loin celle dont ils jouissaient déjà. Barbusse, qui fréquente déjà les milieux littéraires mais est peu connu du grand public, se voit consacré par Le Feu, prix Goncourt de 1916 ; Georges Duhamel, médecin ayant déjà publié poèmes et essais avant la guerre, se consacre entièrement à la littérature après Vie des Martyrs (1917) et Civilisation (prix Goncourt 1918) ; il deviendra secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1935. Dorgelès, journaliste avant la guerre, devient romancier avec Les croix de Bois, qui reçoit le prix Fémina en 1919, après avoir prévalu sur À lombre des jeunes filles en fleurs de Proust ; dix ans plus tard, Dorgelès sera membre du jury du prix Goncourt. Comme lui, de nombreux écrivains commencent leur carrière par des récits de guerre. Ainsi Maurice Genevoix publie la série de Ceux de 14, qui sera suivie de publications nombreuses, et deviendra lui aussi plus tard secrétaire perpétuel de l’Académie française.

39Le roman féminin ne participe pas de ces possibilités. Non pas que les textes voués à dire l’existence de ceux à qui il n’est pas donné de combattre soient délégitimés ; ils reçoivent même à l’occasion des prix littéraires. Mais leur valeur est jugée inférieure à celle du récit des tranchées, comme l’expérience des civils et des femmes paraît inférieure à celle des soldats. Aucun accès à la République des Lettres, aucune promotion durable ne résulte de la publication des romans civils de la guerre de ’14. Il est symptomatique qu’aucun des noms des romancières en question ne soit aujourd’hui connu du public (voire des littéraires). Les travaux sur les femmes de plume de la Belle Epoque et de ’14-’18 exhument des noms peu familiers, et seul celui de Colette semble surnager – encore n’a-t-elle guère écrit sur le sujet si l’on excepte Mitsou ou comment lesprit vient aux filles et les recueils de reportages journalistiques, qui ne sont pas les textes qui ont assuré sa gloire.

40Aussi est-il intéressant de voir que Clemenceau Jacquemaire tente de se positionner dans le champ littéraire sur le modèle des hommes plutôt que sur celui des femmes. Comme ceux qui se lancent dans la carrière des Lettres à partir d’un récit vécu de guerre, Clemenceau Jacquemaire débute par un témoignage à la première personne sur son expérience de soignante dans un hôpital où sont évacués les blessés des champs de bataille. Elle s’aligne, ce faisant, sur le modèle prestigieux du Feu de Barbusse : au Journal dune escouade se substitue en quelque sorte le « Journal d’un hôpital militaire », lui-même en harmonie avec les ouvrages de Georges Duhamel sur le sujet, Vie des Martyrs (1917) et Civilisation (1918). La tentative de se poser en témoin authentique et de se positionner dans le champ littéraire vont ici de pair, en déterminant la forme du récit en même temps que sa thématique.

41Sans doute cette décision audacieuse passe-t-elle par la médiation de précédents féminins qui en atténuent le caractère insolite. Elle passe tout d’abord, nous l’avons dit, par celle des récits d’infirmières qui eux-mêmes se modèlent sur les récits de poilus : discours testimonial direct à la première personne, absence d’intrigue, suite de scènes et d’épisodes, accent mis sur le vécu des combattants, etc. Au premier abord, donc, le roman se réclame de la série des écrits de femmes, ce qui lui permet de ne pas apparaître comme transgressif ou scandaleux. Il passe aussi par la médiation des quelques romancières qui avaient précédé Clemenceau Jacquemaire dans son entreprise de réserver un créneau au roman de guerre testimonial féminin. À côté de récits à intrigue sentimentale amoureuse comme celui de Jack de Bussy, on trouve en effet des œuvres romanesque à vocation testimoniale : Notes dune infirmière (1914) de Mathilde Demians d’Archimbaud, qui recevra le prix Jules Davaine de l’Académie française pour À travers le tourment : une vie intime (Plon-Nourrit, 1917) ; Visions dhéroïsme de J. Delorme Jules-Simon (Payot, 1915), préfacée par Maurice Barrès après avoir paru en feuilleton d’août à septembre 1915 dans LÉcho de Paris. Son livre suivant Âmes de guerre, âmes damour (1917) vaudra le prix Montyon de l’Académie française à celle qui avait déjà obtenu une reconnaissance institutionnelle à l’époque. Ces Dames de lHôpital 336 (Albin Michel, 1917) de Geneviève Duhamelet a obtenu du gouvernement français la médaille d’argent de Épidémies (Duhamelet recevra le prix Montyon pour Les Inépousées en 1918).

42Clemenceau Jacquemaire ne se lance donc pas dans une entreprise inouïe. Elle profite de l’existence de la série bien connue des témoignages féminins et de la valorisation qu’acquiert le témoignage de guerre dans le champ littéraire. Par ce positionnement, elle entend bénéficier d’une reconnaissance accordée à d’autres romancières pour leur récit d’infirmière ou pour des romans de guerre subséquents. Ce cadre ne peut que renforcer les deux buts argumentatifs principaux poursuivis : l’éloge des poilus et la promotion citoyenne des femmes, qui va ici de pair avec la capacité à se faire une place dans la République des Lettres.

43Il n’en reste pas moins que Clemenceau Jacquemaire est la seule à faire entendre une voix réellement critique, voire dénonciatrice, dans le chœur des infirmières. Elle se différencie ainsi de la littérature de femmes en cours et adopte un mode d’entrée en littérature réservé aux hommes. Le Feu de Barbusse, couronné dès 1916 par le prix Goncourt, rompait avec le roman qui l’avait précédé sur la liste des lauréats (1915), Gaspard de René Benjamin, en remplaçant le discours patriotique officiel par la parole « authentique » des poilus, le récit de leur calvaire dans les tranchées et sous le feu et une vision critique des conditions dans lesquelles se déroulait leur vécu quotidien. Le roman de Dorgelès, Les Croix de bois, est de 1919, date de la publication des Hommes de bonne volonté. Dans le champ littéraire, le temps n’est plus à l’idéalisation héroïque du peuple en armes. Et c’est bien dans ce sens que va Clemenceau Jacquemaire lorsqu’elle adopte la posture du témoin capable de révéler et de dénoncer. En effet, le roman est rédigé par un « je » qui, se fondant sur son statut de témoin oculaire et son expérience du terrain, se confère le droit de critiquer la bureaucratie militaire et les lacunes de l’institution hospitalière. À l’instar d’un Barbusse ou d’un Dorgelès, mais dans un autre domaine relatif aux soldats, celui des soins médicaux, elle fait entendre sa protestation – une protestation émise en faveur des poilus auxquels les conditions instaurées par l’armée causent des souffrances superflues. On est loin dès lors des discours de pure louange, ou de l’humour léger avec lequel est parfois traité le bénévolat des femmes en mal d’uniforme qu’on retrouve, par exemple, chez Duhamelet. Ainsi, Clemenceau Jacquemaire ne se contente pas de démystifier l’image de la belle infirmière, elle se lance dans une critique de l’institution hospitalière dans le cadre militaire qui soulève un débat professionnel et, plus largement, un débat de société.

44C’est tout d’abord l’incurie des services sanitaires et la façon coupable dont ils traitent les valeureux poilus qui se trouve dévoilée. On en prendra comme exemple le discours indirect libre dans l’épisode des sept cents pieds gelés, conséquence de la guerre des tranchées où les soldats se trouvaient dans des conditions insalubres de froid, de boue et d’humidité :

Il abuse celui-là ! D’ailleurs un officier enquêteur viendra l’interroger demain car son cas est suspect. Portait-il des bandes molletières, des lacets à ses souliers ? Tout est là ! Vous savez, oh ! ils sont malins, ces hommes dont la circulation sanguine n’a évidemment aucune raison de se troubler lorsqu’ils se tiennent immobiles dans la mauvaise saison, au creux de tranchées envahies par les eaux et sous la pluie qui ruisselle à Verdun trois cents jours par an, du moins depuis la guerre. Ils ont des trucs… (75.)

45Au discours militaire violemment dénoncé, la narratrice oppose celui de l’infirmière qui décrit le problème médical d’un pied « bleu, ou rouge, ou livide », couvert « d’énormes ampoules que les docteurs appellent phlyctènes » et qui cause de terribles souffrances quand il n’appelle pas l’amputation. C’est l’autorité de la femme témoin douée de savoir et d’une grande efficacité professionnelle qui lui permet de poser une parole crédible susceptible de démystifier le discours militaire officiel. Elle peut ainsi montrer la façon dont les simples soldats se trouvent broyés par une machine gérée par des agents indifférents aux souffrances des hommes – comme « le déplaisant petit bonhomme qui, retranché derrière sa table à écrire, ne conçoit rien de mieux à faire pour secourir les blessés que de répondre sur des papiers officiels aux nuisibles questions des bureaucrates » (80). La narratrice, on le voit, ne mâche pas ses mots : adoptant la posture de l’accusateur, elle n’hésite pas à intenter un procès à l’institution militaire. Elle reprend à plusieurs reprises sa diatribe en montrant comment le bulletin 46 met en danger les blessés à bout de force et en décrivant les « embusqués » qui interrogent tout à leur aise les malheureux qui ont le plus grand mal à parler. Aussi propose-t-elle une solution – inscrire rapidement les informations sur un bloc-notes et les recopier après… « Mais ce n’était pas l’habitude. On sait la résistance de la routine. La guerre, déranger dans leurs aises coutumières les curés gratteurs de papiers […] ? Tout plutôt que cela ! » (246.)

46Peut-elle aller plus loin que la dénonciation de la bureaucratie ? Dans l’ensemble les infirmières qu’elle met en scène gardent l’espoir et attendent la victoire – et cela même, comme c’est souvent le cas, quand elles ont perdu un frère ou un fiancé (262). La narratrice se permet cependant d’évoquer les doutes qui assaillent leur esprit quand, surmenées, elles sont envahies par le cafard :

Elles pensent :
« Toujours la même chose horrible, l’affluence des grands blessés ! ils arrivent pantelants au milieu des baquets d’eau chaude, des uniformes trempés de sang qu’il faut couper sur l’homme, des souliers pleins de boue […] Ah ! quand cela finira-t-il ? et la victoire pourra-t-elle être assez belle pour nous consoler de ce que nous avons vu?... » (235.)

47Ces moments sont cependant surmontés grâce au « travail qui les attend, le travail bon quel qu’il soit, le travail sauveur » (238). Mais n’est-ce pas précisément l’action qui les réclame incessamment, qui détruit leur « lucidité d’esprit » ? (264). Lorsqu’il « arrivait que la réflexion survécût dans le corps brisé », l’infirmière, comme Madame Berton, médite sur sa tâche, qui consiste à soigner les hommes pour qu’ils puissent retourner au front et revenir, blessés une fois de plus, à l’hôpital. Elle se compare au valet de cirque qui, dans les courses de chevaux espagnoles, remet debout les chevaux éventrés pour les ramener au taureau. « N’est-ce pas la même chose que nous faisons ? », se demande la protagoniste en fin de parcours (265). Il est difficile, on le voit, d’aller plus loin dans la remise en cause de la définition de l’infirmière : la démystification est totale, et elle correspond mot pour mot à la définition pacifiste que donnera de sa mère, volontaire à la Croix-Rouge, la Jenny des Thibault de Roger Martin du Gard. Que penser alors de la phrase qui clôt cette réflexion : « Oui, car il faut acheter la victoire » (ibid.) ? Efface-t-elle les doutes qui assaillent la soignante, ou utilise-t-elle une idée reçue pour en neutraliser quelque peu la force subversive ? Quelle que soit la réponse, il s’avère qu’au terme de sa mission de soignante, la narratrice prend la plume non seulement pour évoquer le martyre des combattants, mais aussi pour soulever autant que faire se peut des questions sur la violence guerrière et sur le rôle joué par les femmes qui acceptent de servir la nation. Les Hommes de bonne volonté se présentent par là comme un pendant aux romans testimoniaux des écrivains combattants. Le texte le fait avec les précautions et les limites imposées à l’époque à une femme.

48Le nom de Clemenceau est ici à double tranchant. D’une part, il confère une autorité à la fille du Tigre pour critiquer les institutions ; elle peut poser plus facilement qu’une autre une parole à portée sociale et politique. D’autre part, il constitue un obstacle évident à toute dénonciation de la guerre de ’14 : le nom de Clemenceau, choisi pour figurer avec son nom marital de Jacquemaire, interdit qu’elle soit celle par qui le scandale advient. Le livre se garde de briser des tabous.

49On notera qu’en 1931, la narratrice reprendra le sujet dans un livre intitulé Les Hommes de mauvaise volonté, où elle attaquera beaucoup plus violemment, et plus massivement, les médecins et les infirmiers incompétents ou négligents en soulignant l’opposition femmes/hommes et en louant les premières au détriment des seconds. Ce « remake » ne semble guère avoir eu d’impact – comme d’ailleurs n’en a guère eu le premier roman, passé relativement inaperçu dans l’abondance des écrits de guerre publiés à l’époque. L’inscription dans la série peu prestigieuse des récits d’infirmières et des romans de femme a eu raison des tentatives de se positionner dans un créneau de littérature de guerre réservé aux hommes.

En guise de conclusion

50On voit donc comment l’argumentation est ici indissociable d’un positionnement dans le champ et des stratégies déployées par la romancière dans un état donné du champ littéraire de l’immédiat après-guerre. Dans cette perspective, cependant, la question du champ reste subordonnée à celle de la situation de discours, dont elle constitue l’une des composantes. Qui plus est, les stratégies de positionnement d’une romancière nouvelle venue dans le champ littéraire ne sont pas incompatibles avec des enjeux socio-politiques globaux. Le récit testimonial au féminin qui se fait sur le modèle particulier du récit de la Grande guerre cherche aussi bien à introduire un nom nouveau dans le palmarès des Lettres, qu’à assurer à la femme une promotion citoyenne et à apporter sa contribution à la vie publique. Les trois niveaux d’argumentation analysés dans le roman se déroulent certes sur le plan discursif au sein d’un dispositif d’énonciation interne. Mais ils sont inséparables de la situation de discours qui les autorisent et qui leur donne sens – situation de discours dont le champ littéraire participe nécessairement lorsqu’il est question d’un roman.

51On voit aussi comment l’argumentation dans le discours, en traitant les textes dans un cadre communicationnel qui examine comment ils tentent d’agir sur l’autre dans des circonstances particulières, rejoint les préoccupations de l’histoire culturelle. Elle suggère que l’analyse de l’archive ne peut se faire que si les documents sont pris dans leur matérialité discursive – et dans l’effort de saisir comment les stratégies langagières permettent de comprendre ce qui se jouait à une époque donnée au niveau des représentations collectives et des débats de société. Elle propose aussi de ne pas séparer cette dynamique interne de la situation de discours qui en fait partie intégrante, et d’y intégrer la notion de champ. Mais cette articulation de l’argumentation dans le discours et donc de l’AD sur l’histoire culturelle serait l’objet d’une autre élaboration théorique, et d’une autre communication.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), « L’ethos à la croisée des disciplines : pragmatique, rhétorique, sociologie des champs », dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La Construction de lethos, Paris – Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, pp. 127-154.

Amossy (Ruth), « Plaidoirie et parole testamentaire. L’Exorde de Drieu la Rochelle », dans Kuperty-Tsur (Nadine) (dir.), Écriture de soi et argumentation. Rhétorique et modèles de l’autoreprésentation, Caen, Presses de l’Université de Caen, 2000, pp. 65-86.

Amossy (Ruth), « L’infirmière de la Grande guerre. Usages et valeurs argumentatives d’un stéréotype », dans Les Stéréotypes féminins, sous la direction d’Emmanuelle Danblon, Degrés n117, printemps 2004.

Amossy (Ruth), « Les fonctions de l’écriture dans le témoignage de guerre : les récits d’infirmières 1914-1918 », dans Dornier (C.) & Dulong (R.) (dir.), Esthétique du témoignage, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2005.

Amossy (Ruth), « Rhétorique et analyse du discours. Pour une approche socio-discursive des textes », dans Adam (Jean-Michel) & Heidmann (Ute) (dir.), Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux dune interdisciplinarité, Genève, Slatkine, 2005.

Amossy (Ruth), L’Argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin, 2006 [2000].

Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La Construction de lethos, Paris – Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999.

Amossy (Ruth) (dir.), Analyse du discours et sociocritique, Littérature, no 140, décembre 2005.

Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique), LAnalyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, PUM, 2004.

Angenot (Marc), « Pour une théorie du discours social », Littérature, no 70, mai 1988, pp. 82-98.

Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire. Léconomie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, no 89, septembre 1991.

Charaudeau (Patrick) & Maingueneau (Dominique) (dir.), Dictionnaire danalyse du discours, Paris, Seuil, 2002.

Clemenceau Jacquemaire (Madeleine), Les Hommes de bonne volonté, Paris, Calmann Lévy, 1919.

Clemenceau Jacquemaire (Madeleine), Les Hommes de mauvaise volonté, Paris, éditions des Portiques, 1931.

Collado (Mélanie E.), Colette, Lucie Delarue-Mardrus, Marcelle Tinayre. Émancipation et résignation, Paris, L’Harmattan, 2003.

Cru (Norton), Témoins, Presses universitaires de Nancy, 1993 [1929].

Darrow (Margaret H.), « French Volunteer Nursing and The Myth of War Experience in World War 1 », The American Historical Review, vol. 101, 1, February 1996, pp. 80-106.

Darrow (Margaret, H.) French Women and the first World War. War Stories of the Home Front, Oxford, Berg, 2000.

Delorme (Jules-Simon, J.), Visions dhéroïsme, préface de Maurice Barrès, Paris, Payot, 1915.

Demians d’Archimbaud (Mathilde), Notes dune infirmière, 1914.

Doury (Marianne) & Moirand (Sophie) (dir.), LArgumentation aujourdhui, Paris, Presses de la Sorbonne, 2004.

Duhamelet (Geneviève), Ces dames de l’hôpital 336, Paris, Albin Michel, 1917.

Dulong (Renaud), Le Témoin oculaire. Les Conditions sociales de lattestation personnelle, Paris, éditions de l’EHSS, 1998.

Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Paris, Fayard, 1988.

Gatineau (Georges), Des Pattes du Tigre aux griffes du destin, Paris, presses du Mail, 1961.

Goldberg (Nancy Sloan), “Woman, Your Hour is Sounding. Continuity and Change in French Womens Great War Fiction, 1914-1919, New York, St. Martin’s Press, 1999.

Grize (Jean-Blaize), Logique et langage, Paris, Ophrys, 1990.

Kuperty-Tsur (Nadine) (dir.), Écriture de soi et Argumentation, Presses universitaires de Caen, 2000.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène dénonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Perelman (Chaim) & Olbrechts Tyteca (Lucie), Traité de largumentation. La Nouvelle rhétorique, Bruxelles, Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles, 1970 [1958].

Thébaud (Françoise), La Femme au temps de la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986.

Thébaud (Françoise) (dir.), Histoire des femmes en Occident. XXe siècle, Paris, Plon, 1992.

Todorov (Tzvetan), Mikhail Bakhtine. Le Principe dialogique, suivi de Écrits du cercle de Bakhtine, Paris, Seuil, 1981.

Viala (Alain), « L’éloquence galante. Une problématique de l’adhésion » dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La Construction de lethos, Paris – Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999.

Viala (Alain) & Molinié (Georges) (dir.), Approches de la réception, Paris, PUF, 1993.

Haut de page

Notes

1 Amossy (Ruth), L’Argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin, 2006 [2000].
2 Perelman (Chaim) & Olbrechts Tyteca (Lucie), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles, 1970 [1958].
3 Grize (Jean-Blaize), Logique et langage, Paris, Ophrys, 1990.
4 Amossy (Ruth), « Plaidoirie et parole testamentaire. L’Exorde de Drieu la Rochelle », dans Kuperty-Tsur (Nadine) (dir.), Écriture de soi et argumentation. Rhétorique et modèles de l’autoreprésentation, Caen, Presses de l’Université de Caen, 2000, pp. 65-86.
5 Todorov (Tzvetan), Mikhail Bakhtine, Le principe dialogique, suivi de Écrits du cercle de Bakhtine, Paris, Seuil, 1981, p. 288.
6 Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, no 89, septembre 1991.
7 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 37.
8 Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, pp. 110-111.
9 Viala (Alain), « L’éloquence galante. Une problématique de l’adhésion » dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La Construction de l’ethos, Paris – Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, p. 178.
10 Ibid.
11 Amossy (Ruth), « L’ethos à la croisée des disciplines : pragmatique, rhétorique, sociologie des champs », dans Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours, op. cit., pp. 127-154 ; p. 153.
12 Ce titre est celui que Jules Romains choisira pour les volumes écrits de 1832 à 1946. Toutes les citations [référencées par mention du numéro de page entre parenthèses dans le corps du texte, NDLR] renvoient à l’édition de 1919 mentionnée en bibliographie.
13 Ma démarche doit beaucoup au travail d’Alain Viala dans « Éléments de sociopoétique », dans Viala (Alain) & Molinié (Georges) (dir.), Approches de la réception, Paris, PUF, 1993, pp. 137-297.
14 Darrow (Margaret H.), « French Volunteer Nursing and The Myth of War Experience in World War 1 », The American Historical Review, vol. 101, 1, February 1996, pp. 80-106.
15 J’utilise ici cette notion chère à la sociocritique et développée par Marc Angenot (« Pour une théorie du discours social », Littérature, no 70, mai 1988, pp. 82-98) en synonymie avec l’interdiscours de l’AD.
16 Les travaux sur le sujet sont nombreux. On consultera le collectif dirigé par Françoise Thébaud : Histoire des femmes en Occident. XXe siècle, Paris, Plon, 1992.
17 Sur le témoignage, voir Dulong (Renaud), Le Témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, éditions de l’EHSS, 1998.
18 Sur ce sujet, on consultera parmi d’autres les travaux pionniers de Françoise Thébaud (La Femme au temps de la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986.) et ceux de Margaret Darrow (« French Volunteer Nursing and The Myth of War Experience in World War 1 », art. cit. ; French Women and the first World War. War Stories of the Home Front, Oxford, Berg, 2000).
19 Gatineau (Georges), Des Pattes du Tigre aux griffes du destin, Paris, presses du Mail, 1961.
20 Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 360.
21 Selon Gatineau (Georges), Des Pattes du Tigre aux griffes du destin, op. cit., pp. 30-33.
22 Collado (Mélanie E.), Colette, Lucie Delarue-Mardrus, Marcelle Tinayre. Émancipation et résignation, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 53-54.
23 Ibid., p. 51.
24 Goldberg (Nancy Sloan), “Woman, Your Hour is Sounding”. Continuity and Change in French Women’s Great War Fiction, 1914-1919, New York, St. Martin’s Press, 1999, p. xvii.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth Amossy, « Argumentation, situation de discours et théorie des champs : l’exemple de Les hommes de bonne volonté (1919) de Madeleine Clemenceau Jacquemaire », COnTEXTES [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2006, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/43 ; DOI : 10.4000/contextes.43

Haut de page

Auteur

Ruth Amossy

Université de Tel-Aviv

Haut de page