Navigation – Plan du site

Compte rendu de Rohrbach (Véronique), Politique du polar. Jean-Bernard Pouy

Lausanne, Archipel, coll. « Essais », 2007, 143 pp.
Sarah Sindaco

Entrées d'index

Mots-clés :

Roman noir, Polar, Engagement
Haut de page

Texte intégral

L’hypothèse peu à peu se formulera que l’appartenance de cette littérature engagée à un genre, et en particulier à un genre « paralittéraire » [le polar], joue un rôle important dans l’engagement même que les écrivains entendent promouvoir dans leurs œuvres. (p. 20)

1L’ouvrage de Véronique Rohrbach, tiré de son mémoire de maîtrise en littérature française, traite d’une question à la fois littéraire, sociologique et historique, à savoir un double engagement du « roman noir », ou « polar », dans la France de l’après Seconde Guerre. La préface de Jérôme Meizoz, « Le Blanc et le Noir » (pp. 3-7), ainsi que l’introduction de l’ouvrage, « De l’engagement en littérature à la mise en question du fait littéraire » (pp. 13-21), posent les méthodes et les objectifs de l’auteur. Véronique Rohrbach rappelle brièvement ce que dit Benoît Denis au sujet de la notion de « littérature engagée » dans Littérature et engagement de Pascal à Sartre (Le Seuil, 2000) afin de voir en quoi cette expression est applicable au genre policier. Elle évoque notamment le « problème récurrent de la réception » qui, pour Benoît Denis, « compromettait l’existence même d’une littérature engagée » mais « prend une tournure différente quand il s’applique au roman policier, littérature connue pour son lectorat étendu et populaire. » (p. 17) Dès son apparition en France, le roman noir acquiert une « réputation de littérature sociale et engagée » (p. 18). Par la suite, dans les années 1970, une série de romanciers issus de Mai 68 et de l’extrême gauche choisit un genre très prisé par le grand public, à savoir le roman noir, pour exprimer son engagement politique. L’ouvrage est subdivisé en deux parties : « Littérature “noire” contre littérature “blanche” » (pp. 22-82) et « Jean-Bernard Pouy » (pp. 83-127). La première partie est celle de l’approche historique et sociologique du genre policier et de ses variantes, en particulier celle du « roman noir » ou de sa version française contemporaine, le « polar ». Mais l’histoire du genre ne peut être comprise sans l’examen de ses rapports avec le champ littéraire : c’est moyennant les luttes symboliques avec la littérature légitimée par le sous-champ de production restreinte (littérature dite « blanche ») que le roman noir (littérature dite « noire ») s’institue en sous-champ de grande production. Le cadre historique du genre ne peut, au surplus, se départir de l’analyse des trajectoires des auteurs. C’est pourquoi la seconde partie se concentre sur un cas d’étude, à savoir l’écrivain Jean-Bernard Pouy, exemple parfait, mais non dénué d’ambivalence, de ce double engagement sur lequel nous reviendrons ci-après. Rohrbach utilise alors la notion de « posture » définie par Jérôme Meizoz : « [l]’étude des romans de Jean-Bernard Pouy mettra ainsi en relation un agir linguistique et des conduites sociales, “en vue d’une sociologie de l’auteur”. » (P. 21.)

2Le premier chapitre, « Le roman noir, un sous-genre du roman policier » (pp. 24-45), réalise dans un premier temps une cartographie du sous-champ du roman policier, au sein duquel le roman noir occupe une position particulière : si ce dernier revendique son appartenance à un genre « populaire », il n’en est pas moins la variante la plus littéraire et légitimée du sous-champ. Rohrbach distingue trois pôles dans le genre policier : le pôle « populaire », avec ses exigences essentiellement économiques ; le pôle traditionnel, qui comprend les romans à énigme ou à suspense ; et le pôle littéraire, à savoir le roman noir. Les deux derniers pôles se développent au sortir de la Première Guerre. Quant au troisième pôle, il se définit en France en opposition au premier et, surtout, au deuxième pôle dans la mesure où le roman noir se veut réaliste et critique. Le héros a une vision désenchantée de la société et est sans cesse en conflit avec elle ; cependant la critique sociale passe par l’humour noir et le second degré plutôt que par l’amertume. Véronique Rohrbach s’est principalement attachée à l’examen de la dimension critique du roman noir ; notons cependant que l’exploitation particulière que fait ce dernier de l’esthétique réaliste mériterait de faire l’objet d’une recherche spécifique et approfondie. Si le roman noir accède rapidement à sa reconnaissance en tant que variante quasi dominante du sous-champ policier, c’est sans aucun doute parce qu’il est l’objet d’une invention à la fois éditoriale (étiquette, présentation) et conceptuelle de la part des intellectuels de l’après Seconde Guerre. En outre, ses auteurs opèrent dès les années 1970 un énorme travail de légitimation (références aux prédécesseurs, etc.). La question de l’engagement est en effet intrinsèquement liée à celle de la légitimation du genre ; nous y reviendrons. Enfin, le roman noir apporte une très grande attention à la langue et est souvent le terrain d’expérimentations stylistiques.

3Le deuxième chapitre, « Le genre policier dans le champ littéraire et son rapport à la littérature légitimée » (pp. 46-60), rappelle dans un premier temps la constitution du roman policier en genre autonome dès la fin du XIXe siècle. C’est surtout à partir des années 1950 qu’il acquiert une position stable dans le champ littéraire français. Néanmoins, le roman noir, bien qu’il partage une série de traits avec la littérature dite « blanche » (des traits formels par exemple), ne peut, en tant que littérature de genre ou « paralittérature », accéder à une légitimité pleine. Il occupe donc une position intermédiaire et ambivalente dans le champ littéraire : plutôt dominant dans le sous-champ policier, il est nettement dominé dans l’ensemble du champ littéraire. Dès les années 1970, les auteurs, très conscients de leur position, s’ingénient à mettre en avant la spécificité du roman policier (expérimentation formelle, etc.) en maintenant la revendication de ses origines populaires, par opposition aux « origines bourgeoises » de la littérature « blanche ».

4Le troisième chapitre, « Le néo-polar français : défense et illustration de la langue “noire” » (pp. 61-82), nous plonge au cœur de l’hypothèse de lecture de Véronique Rohrbach, à savoir le passage d’un engagement politique à un engagement dans la littérature tout à la fois politique et littéraire. L’après-Mai 68 est synonyme de désillusion : on assiste à l’échec des mouvements militantistes de gauche et à la dépolitisation massive de la société. Les auteurs de la collection « Série Noire » chez Gallimard (créée en 1945 par Marcel Duhamel, avec le soutien de Prévert, Sartre et Queneau), face à cette crise du gauchisme, opèrent dès les années 1980 une politisation du roman noir, entendue au sens d’une parole politisée dont l’orientation est nettement à gauche, voire très souvent à l’extrême gauche. Il ne s’agit plus pour ces auteurs post-68 de produire des descriptions sociologiques strictes à l’instar de leurs prédécesseurs (tel que Simenon par exemple), mais de dénoncer la situation des dominés asservis au pouvoir des dominants.

5Véronique Rohrbach précise la position à la fois centrale et spécifique qu’occupe Jean-Patrick Manchette parmi les auteurs de roman noir, qu’il rebaptise d’ailleurs dans les années 1970 « néo-polar ». Ce dernier « se défend d’être un auteur engagé. Craignant par-dessus tout la récupération, il développe une haine de la culture institutionnelle […] » (p. 67). Il entend faire un « travail de distanciation » (p. 67) littéraire (parodie du roman noir, destruction de la représentation de l’écrivain, etc.) et politique (rupture avec l’engagement politique traditionnel). Le néo-polar permet néanmoins aux auteurs apparaissant à la fin des années 1970 de « “régler des comptes” avec [leurs] adversaires politiques » (p. 69), ou du moins de trouver un prolongement satisfaisant à leur engagement militant autour de 68.

6Ce qui précède explicite la nécessité d’une étude des trajectoires biographiques des auteurs pour pouvoir saisir complètement la question de l’engagement par et pour le polar. Et, selon Véronique Rohrbach, ce n’est bien entendu pas un hasard si c’est dans le polar que les auteurs post-68 ont trouvé la possibilité d’exprimer leur engagement : « [c]e dernier [le roman noir] partage en quelque sorte le même sort que les exclus de la société dont a coutume de parler le polar : littérature en marge, le roman noir écrit sur les marges. » (P. 75.)

7La seconde partie est consacrée, comme susdit, à l’étude du cas de Jean-Bernard Pouy, et plus précisément de ses romans les plus en lien avec son engagement passé et présent : trois romans parus chez Gallimard dans la collection « Folio Policier », Spinoza encule Hegel (1999 [1984]), La Belle de Fontenay (1992), Larchmütz 5632 (1999), ainsi que La Petite Ecuyère a cafté (Baleine, 1995) et 1280 âmes (Baleine/Le Seuil, 2002 [2000]). Pouy est un auteur français né en 1946. Il est à l’origine de la collection « Le Poulpe » aux Éditions Baleine (1995-2002), dont le héros est l’enquêteur libertaire Gabriel Lecouvreur. Jean-Bernard Pouy, dont la posture est celle de l’auteur « “populaire” illégitimé et rebelle » (p. 83), illustre bien le double engagement littéraire et politique dont cherche à rendre compte Véronique Rohrbach.

[…] rappelant le cas de Manchette et de Simenon, la particularité de cette position est, tout en s’autorisant la posture de victime, d’entretenir des rapports ambivalents avec la “littérature blanche”, qu’il s’agit tantôt d’attaquer et tantôt d’invoquer à ses côtés pour mettre en avant les qualités littéraires du roman noir […]. (P. 83.)

8Dans le premier chapitre, « Un engagement politique mis à distance, une indignation toujours présente » (pp. 84-102), Véronique Rohrbach souligne que les romans de Pouy posent « la question du devenir de l’engagement passé et de sa légitimité présente face à ce qu’il est convenu d’appeler “la crise des idéologies” » (p. 86). Si Jean-Bernard Pouy règle bien ses comptes avec la gauche dans ses romans (fortement imprégnés de son expérience militante déçue), il le fait moyennant un travail de distanciation (recours à l’humour, au grotesque, etc.). Au surplus, les références au politique sont ambivalentes : les personnages et la réalité sociale sont souvent décrits de façon caricaturale (chaque classe sociale est assimilée à une tendance politique, etc.). « Il en résulte, conclut l’auteur, un engagement pour le moins ambivalent, à mi-chemin du sérieux et de la blague. » (P. 100.)

9Le deuxième chapitre, « Installé dans la marge » (pp. 103-119), examine comment l’engagement de Jean-Bernard Pouy est passé du « champ pratique au champ littéraire » (p. 103). Si l’engagement politique de l’auteur est mis à distance, il n’en va pas de même pour son engagement littéraire. Pouy institue le roman noir « populaire » en genre autonome en l’opposant à la culture légitimée et à la littérature blanche « bourgeoise ». Le langage littéraire emprunte ici au langage des classes. C’est dans cette même logique que Jean-Bernard Pouy, à l’instar de nombreux auteurs de romans noirs, refuse le statut d’écrivain, trop apparenté à la culture « bourgeoise ». En outre, le roman noir, dans sa définition même, convient parfaitement à la pratique littéraire souhaitée par l’auteur. Premièrement, récit généralement rétrospectif, il « semble […] bien se prêter à l’évocation du passé et de sa relation au présent, à l’instar des années politiques post-1968 ». (P. 109)1 Deuxièmement, il entend révéler la vérité et veut déjouer les non-dits et les manipulations de l’Histoire officielle. Ensuite, par contraste avec la langue léchée de la littérature blanche, la langue du roman noir exploite les registres familiers, l’argot, voire le vulgaire. Enfin, il réintroduit le romanesque et le plaisir de lecture. En bref, selon l’auteur, « [l’]insistance de l’écrivain à percevoir le champ littéraire scindé en deux parties antagonistes, le blanc et le noir, […] s’explique dans la mesure où elle l’autorise à maintenir une posture d’écrivain rebelle en adéquation avec la posture du militant politique. » (P. 108)

10Cette hypothèse de lecture extrêmement forte n’en soulève pas moins diverses questions. En effet, dans quelle mesure la vision manichéenne du champ littéraire, qui est celle de Jean-Bernard Pouy, favorise-t-elle une action militante gauchiste au sein de sa production romanesque ? L’auteur fait de la littérature légitimée un lieu d’immobilisme et de conformisme et, à l’inverse, de la littérature faiblement légitimée un lieu d’action et de militantisme. Une telle conception du champ littéraire apparaît comme fortement réductrice. Se posent, dès lors, les problèmes de méthode suivants. Quel usage peut faire le critique de telles catégories ? Est-il possible d’en rendre compte sans tomber à son tour dans une approche réductrice de la littérature ? Le critique est-il contraint de préciser le degré de pertinence des catégories subjectives élaborées par l’auteur qu’il étudie ou peut-il se limiter à en faire le constat neutre ? L’on pourrait, par exemple, se demander en quoi la posture militante serait l’apanage d’une littérature dominée? Rappelons à ce propos que c’est au sein des œuvres « classiques » que la littérature engagée a vu le jour. En effet, ne pourrait-on pas envisager un engagement politique similaire à celui que l’on trouve dans le roman noir au sein de la littérature dite « blanche », et inversement ? Ou encore, faut-il considérer deux types distincts d’engagement, celui de la littérature blanche d’une part et celui de la littérature noire d’autre part ? Force est de constater que l’ouvrage de Véronique Rohrbach fait jaillir des questions fort pertinentes qui mériteraient d’être interrogées plus avant.

11Le troisième chapitre, « L’ambivalence du roman noir, à la fois “populaire” et “littéraire” » (pp. 119-127), revient sur le fait que la désacralisation de la littérature blanche opérée par Pouy et son engagement acharné pour la littérature « populaire » ne sont pas dénués d’ambivalence. Véronique Rohrbach approfondit ici l’examen des imports stylistiques de la littérature blanche vers la littérature noire. Pouy « réclame […] le droit de pouvoir employer pour la littérature « populaire » certaines des qualités propres à la littérature consacrée » (p. 120), et principalement celles qui concernent la langue : jeux de mots, néologismes, détournements de proverbes, effets de style, etc., abondent dans ses romans.

12Dans la conclusion, « “Postmodernisme”, engagement et littérature » (pp. 129-132), Véronique Rohrbach clôt sa démonstration en mettant en lumière l’indissociable lien entre un engagement politique et un engagement littéraire dans la pratique romanesque des auteurs de romans noirs. Ces derniers ont converti leur position dominée dans le champ littéraire en action (p. 129) ; ils font de la littérature « un lieu du débat social » (p. 130). Le roman noir n’est pas un ersatz de la lutte politique. Les auteurs continuent à militer, dans leurs romans certes, mais aussi dans leur production critique. En outre, choisir le sous-champ du policier et en définir l’identité par confrontation avec la littérature blanche est une manière de s’opposer à la culture légitimée par la société de l’après-68. Et Véronique Rorhbach de conclure :

Tout comme le monde social n’est pas, comme le voudraient les « postmodernes », débarassé de ses tensions sociales et de ses logiques de classes, le champ littéraire est lui aussi structuré par des luttes, celles que mènent les écrivain-e-s autour de la bonne définition de la littérature et qui, a fortiori en ce qui concerne l’engagement littéraire, s’analysent comme autant de prises de position politiques au sujet de la bonne définition du monde social. (P. 132.)

13L’ouvrage de Véronique Rohrbach a le mérite de s’intéresser à deux questions épineuses de la critique littéraire, à savoir l’étude d’un genre « paralittéraire » et la question de l’engagement, et d’en tirer, au surplus, une hypothèse de lecture originale. Son approche sociologique se fonde largement sur les travaux de Pierre Bourdieu, Jérôme Meizoz, Jacques Dubois et Benoît Denis ; mais elle en enrichit le champ d’application en portant son intérêt sur un genre, non seulement encore largement délaissé et donc mal connu par la critique universitaire, mais en outre en prise sur la société contemporaine. Au travers de l’analyse d’un genre, le polar, Véronique Rohrbach interroge également les hiérarchies figées au sein de l’ensemble du champ littéraire français. L’organisation de l’ouvrage est claire, la méthode rigoureuse et la lecture aisée. En outre, si l’étude se limite à l’examen d’un seul cas d’étude, celui de Jean-Bernard Pouy, elle fait toutefois sans cesse le pont avec d’autres auteurs de romans noirs contemporains tels que Jean-Patrick Manchette, Didier Daeninckx, Thierry Jonquet et Frédéric Fajardie. Les conclusions déjà convaincantes de Véronique Rohrbach trouveront probablement un prolongement dans la thèse qu’elle prépare actuellement sur le roman noir.

Haut de page

Notes

1 Le roman noir met habituellement en scène une enquête, dont le principe même est d’être un récit régressif.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Sindaco, « Compte rendu de Rohrbach (Véronique), Politique du polar. Jean-Bernard Pouy », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 02 octobre 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/432

Haut de page

Auteur

Sarah Sindaco

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page