Navigation – Plan du site

Du rififi chez Mallarmé

À partir de Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2008.
Anthony Glinoer et François Provenzano

Entrées d'index

Mots-clés :

Mallarmé (Stéphane)
Haut de page

Texte intégral

La socialité de Mallarmé

  • 1  André Lagarde et Laurent Michard, xixe siècle. Les grands auteurs français du programme, Paris, Bo (...)
  • 2  Il convient de préciser qu’il a notamment signé, avec l’un des co-auteurs de la présente note de l (...)

1Stéphane Mallarmé, plus que tout autre écrivain français sans doute, hors Baudelaire, fait enjeu dans les études littéraires. Pour les plus grands, il convient d’avoir fait « son » Mallarmé : Sartre, Derrida, Rancière, Sollers, Meschonnic n’y ont pas manqué. Au cours de l’après-guerre, Mallarmé a été mis à toutes les théories, comme on est mis à toutes les sauces — même si dans les vingt dernières années, ce mouvement a décru à mesure que les théories du texte se trouvaient délaissées, en sorte que les éditions critiques, les exégèses savantes et les biographies bien informées ont pris le pas sur les constructions théoriques. La sociocritique et la sociologie de la littérature semblent seules avoir échappé à cet engouement. Et pour cause. Les difficiles débuts d’une sociocritique de la poésie et a contrario l’effet d’attraction exercé sur ces disciplines par les « romanciers du réel » (Jacques Dubois) ont longtemps grevé toute tentative de ce type. Plus encore, Mallarmé, personne ne pouvait en douter, se prête moins qu’aucun autre poète à la socio-analyse. Rien de plus a-social, pensait-on, que cette poésie rare, inaccessible, invendue, transmise de poète en poète, indépendante en apparence du discours social. Pour des générations d’élèves, l’auteur du Coup de dés a été associé aux qualificatifs « métaphysique, intraduisible, hermétique, insaisissable, incommunicable, etc.1 » L’ange Mallarmé, chasse gardée des plus fins exégètes et des poéticiens les plus exigeants, faire l’objet d’un traitement similaire à celui par lequel on a étudié L’Assommoir, L’Éducation sentimentale, le Manifeste du surréalisme ? Le risque d’un rabaissement de l’œuvre sacralisée semblait bien grand. C’est pourtant le défi qu’a relevé Pascal Durand, spécialiste de la poésie française au xixe siècle, de l’histoire de l’édition2 et de la censure, en consacrant un ouvrage de synthèse au cas Mallarmé. Défi double, donc, puisqu’il s’agissait aussi bien d’aller à l’encontre d’une exégèse mallarméenne sacralisante, que de mettre à mal une habitude disciplinaire portant les sociologues de la littérature à privilégier les prosateurs aux poètes.

2La principale ligne de force de ce double défi tient à la manière dont se conçoit la socialité de l’objet d’étude. Pas d’équivoque ici : le projet de l’auteur se situe aux antipodes d’une biographie du sujet Mallarmé. Pour Pascal Durand, ce dernier n’a d’ailleurs guère d’existence en-dehors du projet poétique qui l’anime et par lequel il construit sa propre socialité. L’hypothèse suivie consiste en effet à saisir le sujet mallarméen comme un processus de construction défini par la rencontre, sans cesse recommencée, entre un système de dispositions d’une part et une morphologie sociale doublée d’une configuration du travail discursif d’autre part. Ce Mallarmé n’est donc ni l’homme, ni l’œuvre (encore moins « l’homme-et-l’œuvre »), mais la socialité des textes telle que la permet la trajectoire de l’agent dans tel état du champ, et telle que la métabolise la conscience créatrice hyper-développée de cet agent.

3Si elle s’apparente bien à une sociologie des textes, la démarche de Pascal Durand a ceci de particulier (et de novateur, et d’impressionnant) qu’elle élargit doublement le champ des phénomènes ordinairement associé à cette discipline. D’un côté, l’inscription sociale des œuvres littéraires se lit autant dans leur intériorité formelle que dans les marques extérieures liées à leur production, diffusion, circulation, etc. D’un autre côté, ce ne sont pas uniquement les œuvres qui font l’objet de l’investigation, mais tous les textes : le projet poétique de Mallarmé se réalise, selon Durand, autant dans la correspondance, les préfaces, les projets inaboutis, les textes journalistiques, que dans les poésies. Celles-ci ne se lisent dès lors plus comme l’expression d’un repli radical hors du monde, mais comme la désignation, à haute valeur littéraire ajoutée, de la socialité même de laquelle elles émanent.

4Ainsi redéfinie, la sociologie des textes inclut naturellement une philologie des supports et une rhétorique des discours. C’est sans aucun doute le concept de médiation qui constitue le point d’articulation de ces différentes perspectives complémentaires, et qui trouve chez Pascal Durand une belle illustration de son efficace heuristique. Qu’elles soient énonciatives, génériques ou encore typographiques, les médiations permettent tout à la fois de reconstruire la cohérence du projet poétique de l’écrivain (à entendre donc au sens large, combinant une rhétorique et une vision du monde) et de mettre en évidence la spécialisation des différents secteurs discursifs (le journalisme, la critique d’art, l’interview, la poésie pour les pairs) qui en permettent l’actualisation. À cet égard, toutes les caractérisations précises apportées par Pascal Durand — quant au marché éditorial par exemple — ne remplissent pas seulement un rôle documentaire ou de simple contextualisation ; elles démontrent que les mises en discours, autrement dit les façons dont l’écrivain se situe par rapport aux normes discursives en vigueur, révèlent toujours une certaine conception du jeu littéraire, quel que soit le type d’écrit pratiqué, même le plus éloigné, en apparence, de ce que nous avons pris l’habitude de concevoir comme le champ clos de la littérature — notamment sous l’influence de Mallarmé lui-même…

5En ce sens, l’a-socialité radicale de l’œuvre de Mallarmé, telle qu’elle a été proclamée de façons multiples et diverses par la critique du xxe siècle, ne confirme bien souvent en effet que la tentative, par ladite critique, d’idéalisation de cette œuvre. C’est bien alors le confinement du poète dans « une sorte d’espace éthéré à l’intérieur duquel l’écriture ne serait livrée qu’au seul miroitement de ses propres signes » (p. 12), c’est bien cette opération et son conditionnement par le discours mallarméen lui-même qui doit faire l’objet d’une analyse sociologique préalable. Comment expliquer, à la lumière d’une sociologie des textes, que Mallarmé en soit venu à incarner la poésie pure ? Là réside sans doute la première révélation de ce Mallarmé : dans le caractère fondamentalement, et même irrésistiblement social de l’œuvre du poète. Encore faut-il décomposer adéquatement, avec Pascal Durand, tout ce que le terme « social » peut recouvrir ici. Sociale, l’œuvre mallarméenne l’est en une première acception parce qu’elle reste toujours en prise avec le monde social et ses discours — ainsi dans son adoption du discours journalistique typique dans La Dernière Mode, ainsi encore dans sa tentative de constituer une Société internationale des Poètes. L’institution de la poésie pure à laquelle Mallarmé contribue de façon décisive ne s’effectue pas elle-même de façon a-sociale : au contraire elle répond assez étroitement à la division du travail telle que l’instaure le régime capitaliste bourgeois et s’adapte tout aussi bien aux secrétions idéologiques de ce régime (valorisation du travail et du mérite individuel, dépolitisation de l’art, etc.) Sociale, l’œuvre de Mallarmé l’est aussi parce qu’à rebours de l’opinion commune selon laquelle il s’agirait d’une œuvre sans poète — ceci au nom de l’effacement du poète-locuteur prôné par Mallarmé lui-même ─, la défense et illustration de la poésie pure à laquelle se voue Mallarmé est le produit d’un certain état du champ poétique vers 1875 (routinisation et institutionnalisation du mouvement parnassien, perte d’audience du vers, etc.) Loin de pouvoir être ramenée à des crises d’ego successives, comme s’est employée à le montrer la psychologie des profondeurs, la trajectoire de Mallarmé relève d’une certaine configuration sociale à laquelle le poète a adhéré tout en la transformant. Sociale, cette œuvre l’est enfin, et cette découverte est particulièrement étonnante, parce qu’elle intègre et rejoue, dans sa forme, son dispositif même, la socialité dont elle procède. Qu’il adopte le style journalistique le plus modal ou qu’il brode une poésie de circonstance à l’occasion de tel banquet, des comptes rendus de l’Exposition universelle à la composition complexe d’Un Coup de dés, Mallarmé veille constamment à « spécifier son discours en fonction du cadre de formalisation » (p. 60), autrement dit à faire paraître le contexte d’énonciation dans l’énoncé lui-même — ce que Durand appelle le « sens des formes ».

  • 3  Julien Gracq, « La littérature à l’estomac », Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 19 (...)

6Nulle construction grandiose, nul plan d’ensemble (hors le projet forcément inachevé du Livre) ou projet de société n’est pour autant à attendre de Mallarmé : la réduction de son œuvre au grand ensemble social serait aussi erronée que sa réduction à l’absolument singulier. Il s’agit plutôt de l’envisager dans un espace médian, à la mesure d’un collectif restreint. « Cinquante lecteurs […], vibrionnant à la ronde, sont autant de porteurs de virus filtrants qui suffisent à contaminer un vaste public, écrit Julien Gracq : […] la gloire de Mallarmé, comme on sait, n’a pas eu d’autre véhicule — cinquante lecteurs qui se seraient fait tuer pour lui3 ». La gloire de Mallarmé exprime exemplairement l’aboutissement du processus d’autonomisation de la « sphère de production restreinte » (Pierre Bourdieu). Alors même que Zola triomphe dans les journaux et dans les bibliothèques de gare, l’hôte du 89, rue de Rome a autour de lui quelques dizaines de poètes-lecteurs entièrement dévoués. Ceci est connu depuis longtemps. Encore fallait-il reconnaître à quel point et expliciter comment Mallarmé a lui-même œuvré pour constituer une telle « communauté émotionnelle » (Max Weber). Le social auquel renvoie l’œuvre de Mallarmé se ramène généralement à un espace confiné de sociabilité — réelle et imaginaire — qui au xixe siècle a pris le nom de cénacle. Institution capitale du champ poétique, le cénacle avait déjà été choisi en 1830 et en 1860 pour grouper les forces romantiques puis parnassiennes ; selon un modèle bien établi, cette forme de sociabilité réunit les fidèles d’un culte éthico-esthétique et institutionnalise le mouvement de pensée qu’ils représentent ; paradoxalement, le cénacle privilégie la circulation de textes et d’idées dans le groupe restreint mais fait l’objet, à l’extérieur, de nombreux discours tant satiriques qu’hagiographiques, tant polémiques que nostalgiques. Le cénacle de Mallarmé a poussé au plus loin la logique de « repli ostentatoire » (p. 186) commune à tous les cénacles. Au 89, rue de Rome, vingt ans durant, le cénacle parvient à l’épure tant il est ritualisé, orchestré, totalement centré autour du maître céans. Mallarmé ne s’est pas contenté d’y recevoir et d’y discourir. Son œuvre elle-même prolonge la sociabilité dans les interviews, l’abondante correspondance, les réponses à des enquêtes et surtout les poèmes de circonstances dont Mallarmé fait don à quelques-uns de ses amis. C’est là la seconde révélation du livre de Pascal Durand : résolument orientée, de façon paradoxale et autoréflexive, vers le social, l’œuvre de Mallarmé fait montre d’un sens surpuissant du réseau, du collectif restreint. Si Mallarmé peut faire l’objet — comme la première partie du livre le montre — d’une sociologie des textes littéraires, il se prête tout aussi bien, par son « sens des formalités », à une méso-sociologie des postures littéraires qui s’installerait dans l’espace inconfortable situé entre la micro-sociologie des interactions individuelles et la macro-sociologie mettant face à face (ou dos à dos) l’individu et la société tout entière. L’un des principaux enjeux méthodologiques de cette méso-sociologie, bien mis en évidence par le travail de Pascal Durand, est sans doute de trouver une nouvelle manière d’articuler des représentations (non plus uniquement « doxiques », mais aussi « à usage restreint ») et des formes de sociabilité qui complexifient la structure classique du « champ ».

Faire parler tous les textes

7Les quelques grandes hypothèses de travail que nous venons d’exposer se réalisent à travers un parcours de six chapitres, qui brassent l’ensemble de la production mallarméenne, de l’adhésion au Parnasse au début des années 1860, jusqu’au Coup de dés et aux Notes en vue du Livre, peu avant 1900. Ces deux bornes encadrent une évolution poétique (mais aussi bien philosophique) marquée par le souci de la distinction généralisée et le développement sans cesse plus poussé de ce que l’auteur appelle un sens de l’adhésion réflexive au jeu des formes littéraires autant qu’au jeu des formalités sociales.

8Dès ses premières poésies parnassiennes, Mallarmé apparaît comme l’incarnation du paradoxe entre « la foi exacerbée » et « l’hérésie » : sa conformation au code commun de l’aristocratisme esthétique alors dominant tend à ce point vers la radicalité qu’elle en vient à déborder l’espace même des pratiques prévues par ce code. C’est ce que montrent notamment les commentaires de l’Art pour tous, des poèmes intégrés au Parnasse contemporain, du projet d’Hérodiade, mais aussi de la correspondance. Cette plongée de l’écrivain dans la folie de la réflexivité trouve une forme d’échappatoire avec Igitur, que Durand présente comme un « sursaut généalogique » mettant en scène l’impuissance de l’écrivain face à l’Absolu et fonctionnant dès lors comme une purge.

9Des premières années parisiennes de Mallarmé, Durand retient surtout l’entreprise du journal La Dernière Mode et la couverture de l’Exposition internationale de Londres. C’est dans ces écrits on ne peut plus profanes aux yeux de qui voudrait voir en Mallarmé le poète sacré par excellence, que Pascal Durand situe l’essentiel de la genèse de l’esthétique mallarméenne. Celui qui monte à Paris pour y devenir un « littérateur pur et simple » développe dans ces textes de circonstance une conscience aiguë de l’articulation étroite entre les normes rhétoriques et les contraintes sociales. C’est d’ailleurs précisément ce type de conscience qui, selon Durand, le rend proche d’un Manet, présenté au chapitre trois comme « l’alter ego artistique » de Mallarmé. Au moment où l’un est refusé par l’Académie (1874), l’autre est exclu du troisième Parnasse contemporain (1875) : entre les deux naît une complicité dans la manière de redéfinir l’élitisme esthétique et les rapports de l’artiste à la collectivité. Sa grande étude sur Les Impressionnistes et Edouard Manet donne à Mallarmé l’occasion d’organiser les conceptions théoriques et critiques qu’il mettra à l’œuvre dans Crise de vers à propos de l’apparition du vers libre.

10Le chapitre suivant, non numéroté et intitulé « Autobiographie », apparaît à mi-parcours comme une forme d’interlude dans la progression de l’ouvrage. Il convient sans doute de le lire également comme l’exposé du cœur du paradoxe mallarméen, dans sa version à la fois la plus intime et la plus publique. Durand s’attache en effet à la longue « Lettre autobiographique » que le poète adresse à Verlaine, mais en vue d’une publication dans la série de portraits des Hommes d’aujourd’hui. On atteint là le sommet de la « duplicité stratégique » de Mallarmé, qui élabore une représentation de soi en « artiste “possédé” par une idée rebelle à toute catégorie reçue » (p. 139) et s’auto-institue en avant-garde à lui tout seul, tout en inscrivant cette représentation dans les contraintes les plus temporelles de la production éditoriale sérialisée.

11Ce n’est qu’au chapitre quatre que Durand en vient à étudier les fameuses Poésies. Dans la progression de l’ouvrage, ce commentaire vient cependant à point, pour réaliser le coup de force de retourner l’exégèse vers toute la socialité qui informe ces poèmes dont on a trop répété qu’ils étaient autotéliques — comme si ce qualificatif suffisait à expliquer quelque chose. L’hypothèse de Durand consiste plutôt à situer cette production au cœur des débats inséparablement sociaux et esthétiques de l’époque : l’affaire du vers libre, bien sûr, mais aussi les importantes mutations qui affectent alors le secteur de la grande presse : c’est à partir du nouveau paradigme de l’information pure que Durand propose de comprendre la pratique poétique mallarméenne. Une pratique qui trouve sa version théorisée et élargie au pôle de la réception avec Le mystère dans les lettres, commenté magistralement dans ce même chapitre. Loin d’en faire un manifeste pour l’obscurité du sens, Durand démontre que, sous sa structure pamphlétaire, cette réponse à Proust expose une théorie du processus de signification poétique dictée plutôt par le réquisit d’une « adéquation réciproque d’un texte à une lecture » (p. 182).

12Le commentaire approfondi des Poésies se poursuit au chapitre suivant, mêlé cependant de longues considérations sur tout le rituel social mallarméen : des mardis de la rue de Rome aux réponses aux enquêtes, à la fois courtoises et distantes, en passant par la correspondance, tout aussi empreinte de cet éthos de « père et pair idéal ». Ces détours par les formalités sociales auxquelles se prête Mallarmé n’en touchent pas moins au « sens des formes » développé par le poète : pour comprendre l’expérience mallarméenne à la fois comme construction d’une exception par rapport à la socialité et comme désignation de cette socialité, il fallait bien en effet expliquer comment le poète conçoit toute prise de parole comme un jeu dans / avec les contraintes qui la conditionnent. Dans le cas des poésies, cette « adhésion réflexive » implique à la fois un repli du texte sur sa structure formelle et une adresse au petit cercle de lettrés baigné de la même illusio propre à cette portion du champ littéraire. C’est cette tension qu’emblématise tout particulièrement Salut, dont Durand démontre la logique vertigineuse : une réflexivité se prenant elle-même pour objet et faisant « correspondre une forme à une formalité et à une compétence formelle » (p. 230).

13Arrivé au bord d’un tel précipice, Mallarmé fait le grand saut. C’est à peu près ce que nous dit Pascal Durand dans son dernier chapitre, qui s’attarde sur les deux projets les plus fous du poète : le Coup de dés et le Livre. À propos du premier, on retiendra tout particulièrement l’hypothèse de l’auteur, audacieuse et rafraîchissante, qui propose de lire le fameux poème selon une esthétique du « livre-journal », comme un dépassement des potentialités typographiques de ces deux médias alors en pleine crise de redéfinition. À propos du second, on pointera avec Pascal Durand l’extraordinaire conscience mallarméenne du caractère fiduciaire de la valeur littéraire : le projet du Livre intégrait en effet tout un programme de production de la valeur symbolique du produit, tout en en neutralisant la valeur marchande (organiser des séances de lecture pour une élite choisie, pour ensuite vendre un très grand nombre d’exemplaires au prix le plus accessible à tous — 1 franc). Avec Pascal Durand, Mallarmé trouve une modernité qui déborde largement le cadre des formes poétiques, pour toucher aux formalités (y compris les plus profanes) de la circulation du produit littéraire.

Questions de méthodes

  • 4  On trouve une version de cet Épilogue, sous forme d’article, dans cette revue, à l’adresse suivant (...)

14Comme on l’a dit, cette progression en six chapitres au sein du corpus suit un ordre plus ou moins chronologique. L’architecture générale du livre laisse cependant apparaître une logique parallèle, répondant sans doute au souci de l’auteur de construire son ouvrage selon le même principe de réflexivité si cher à l’écrivain étudié. Les six chapitres sont en effet précédés d’un « Préambule » — où l’auteur situe l’originalité de sa démarche dans le champ des études mallarméennes —, entrecoupés d’une « Autobiographie » — qui, comme on l’a vu, touche au cœur des paradoxes du poète étudié —, mais surtout suivis d’un « Épilogue rétrospectif », où Durand procède à un retour critique sur les grands principes méthodologiques qui ont présidé à la construction de son objet4 : un rejet de l’« illusion biographique », une sociologie des textes et de leur intériorité formelle, une sociologie de la littérature avec les écrivains. Nous reviendrons plus loin sur le premier de ces principes ; arrêtons-nous ici un instant sur les deux suivants, qui participent selon nous des importantes voies de renouvellement se dessinant actuellement aux frontières de la sociocritique et de la sociologie de la littérature. Ce que Durand appelle une sociologie des textes s’inscrit, selon nous, dans le champ plus vaste d’une sociologie du discours littéraire, saisi dans la totalité discursive d’un état de société. Car les « textes » étudiés par Durand sont bien envisagés dans toutes les dimensions de leur matérialité discursive et sont à connecter aux différentes doxas (plus ou moins « littéraires ») alors en circulation.

  • 5  Sarah Sindaco en a rédigé un compte rendu fouillé, publié dans cette revue, à l’adresse suivante : (...)

15Cette démarche présente quelque affinité avec celle qu’adopte Pierre Popovic dans son récent ouvrage sur l’obscur Paulin Gagne, Imaginaire social et folie littéraire5. Les deux travaux sont à bien des égards difficilement comparables. Par exemple, le concept d’« imaginaire social » développé par Popovic est tout à fait spécifique et s’inscrit sur un arrière-fond théorique (la théorie du discours social de Marc Angenot) qui n’est pas celui de Durand. Reste que les deux auteurs accordent une même attention à tout ce qui branche une textualité dite « littéraire » sur d’autres normes de mise en discours, à toutes les médiations selon lesquelles s’effectue ce branchement, en bref à toute la rhétorique (au sens large) qui conditionne une pratique d’écriture, des choix génériques aux options éditoriales, en passant par la construction d’un éthos et la promotion d’une idéologie particulière. Soulignons encore que cette attention rhétorique se porte nécessairement autant sur les « œuvres » proprement dites que sur les discours péri- ou méta- (textes programmatiques ou théoriques, correspondance, etc.) qui en orientent souvent la production comme la réception. Ainsi comprise, la sociocritique (qu’on veuille l’appeler ainsi, ou lui préférer l’étiquette de sociologie du discours littéraire, proposée plus haut) n’aurait plus à défendre sa spécificité à l’égard des autres –critiques, ni à chercher sa place au sein (ou à l’écart) d’une plus vaste sociologie de la littérature, mais s’inscrirait tout logiquement comme la discipline centrale à l’intersection des études littéraires et des sciences du discours.

  • 6  Cette remarque a été formulée par Jacques Dubois.

16Dans une telle approche, quelle place reste-t-il pour les concepts « traditionnels » de la sociologie de la littérature d’inspiration bourdieusienne ? Sur ce point, Popovic et Durand divergent nettement. Si le premier récuse tout l’appareil notionnel mis au point par l’auteur des Règles de l’art (sans pour autant renoncer totalement, dans les faits, à expliciter la construction socio-historique de son objet), le second assume l’héritage des disposition, position, habitus ou autre illusio. Les hypothèses de travail avancées dans ce Mallarmé laissaient pourtant attendre un remaniement plus substantiel des outils de la sociologie critique de Bourdieu. Dès lors que l’écrivain étudié se joue de l’illusio du champ et parvient à « extérioriser les structures intériorisées qui, en chaque agent du champ poétique, résultent de l’incorporation des structures objectives de ce champ » (pp. 218-219), quel pouvoir d’objectivation reste-t-il au sociologue ? Reste bien sûr le concept de disposition, qu’on trouve abondamment sous la plume de Pascal Durand, et qui renvoie à tout ce qui expliquerait chez Mallarmé l’extraordinaire « adhésion réflexive » qui en fait la singularité. Mais ce concept n’en vient-il pas à jouer le rôle de « boîte noire »6, dès lors que tous les autres outils d’objectivation ont été neutralisés par le souci de se situer à hauteur de l’auteur ? Et cette sociologie avec les écrivains, quels écrivains choisit-elle pour partenaires, précisément ? Ici encore, les démarches de Popovic et de Durand témoignent de choix opposés, le premier étudiant un auteur ostracisé par l’histoire littéraire, le second s’attaquant à l’étoile la plus brillante au panthéon des poètes. Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, ne s’agit-il pas de pointer des phénomènes qui résistent aux schèmes explicatifs traditionnels de la sociologie de la littérature ? En se postant à la hauteur de leur objet d’étude, le sociocriticien ou le sociologue de la littérature parviennent sans aucun doute à compenser les formes de réductionnisme propres aux méthodes à prétention trop massivement objectivante, mais ne s’exposent-il pas par la même occasion à céder à leur tour, qui à la fascination pour les cas les plus atypiques (voir le Paulin Gagne étudié par Pierre Popovic), qui à « l’illusion secrétée par la pratique mallarméenne » (p. 194) ?

17Car on peut en effet se demander, au terme de la lecture, si le Mallarmé de Durand n’est finalement pas encore plus grand qu’on l’imaginait. Autrement dit, de manière un peu forcée et provocatrice : si le sociologue de la littérature n’en vient pas à renforcer les mythes littéraires, alors que sa discipline semblait née précisément pour les défaire ou, à tout le moins, pour mettre en suspens l’idéologie de la singularité irréductible sur laquelle ils reposaient en partie. Ce danger semble d’autant plus dirimant lorsque, comme ici, les « autres » discours sont généralement laissés en marge de l’analyse, lorsque toute l’attention du critique est attirée par les textes de l’auteur étudié. Mis ainsi à l’abri du discours social, le texte mallarméen ne risque-t-il pas, alors même que l’ouvrage en restitue la socialité, d’apparaître plus isolé que jamais ?

18Nous touchons là à des questions d’idéologie méta-littéraire ; c’est dire la richesse et la portée de cet ouvrage, indispensable à quiconque s’intéresse aux études littéraires et à leurs renouvellements actuels. Parmi ces renouvellements, il en est un, majeur, qui est au cœur du projet de Pascal Durand : celui qui touche au genre de la biographie d’écrivain. C’est sur cette note que nous terminerons, en soulignant combien l’écriture de l’auteur se rend sans cesse attentive à éviter tous les pièges tendus par ce type de monographie. Certes, comme on l’a dit, un tel sujet porte inévitablement à rendre compte d’une forme de cohérence d’ensemble : ici, ce n’est pas tant la vie de Mallarmé qui est totalisée en chapitres, que son projet esthétique global. L’un des objectifs atteints par l’auteur est bien de démontrer l’unité d’une expérience poétique qui se construit en diachronie et transcende les frontières entre genres discursifs et pratiques sociales. Reste que Durand prend suffisamment de précautions et de distance à l’égard des idéologèmes propres au genre biographique pour prémunir son lecteur des effets d’une lecture trop homogénéisante.

19Cette attention constante aux moyens et aux effets de la pratique méta-littéraire, ce commentaire qui se commente et ne dissimule aucun de ses présupposés et des outils qui l’informent, ne participent pas seulement d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Ils témoignent de la rigueur réflexive à laquelle s’est astreint l’auteur, comme si le sociologue de la littérature trouvait dans sa propre écriture l’occasion d’inscrire en creux son statut, à lui aussi, de créateur lucide des normes des champs (académique, éditorial, etc.) dans lesquels est prise sa pratique intellectuelle.

Haut de page

Notes

1  André Lagarde et Laurent Michard, xixe siècle. Les grands auteurs français du programme, Paris, Bordas, 1967, pp. 530-531.

2  Il convient de préciser qu’il a notamment signé, avec l’un des co-auteurs de la présente note de lecture, Naissance de l’Éditeur. L’édition à l’âge romantique (Les impressions nouvelles, 2005).

3  Julien Gracq, « La littérature à l’estomac », Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, t. I, p. 526.

4  On trouve une version de cet Épilogue, sous forme d’article, dans cette revue, à l’adresse suivante : http://contextes.revues.org/index1983.html.

5  Sarah Sindaco en a rédigé un compte rendu fouillé, publié dans cette revue, à l’adresse suivante :  http://contextes.revues.org/index4003.html.

6  Cette remarque a été formulée par Jacques Dubois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer et François Provenzano, « Du rififi chez Mallarmé », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 08 juin 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4332

Haut de page

Auteurs

Anthony Glinoer

Université de Toronto

Articles du même auteur

François Provenzano

FNRS - Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page