Navigation – Plan du site

Alcool : carburant du corps-machine (à écrire)

Le discours de l’alcoolisme ouvrier dans Don Quichotte de la démanche de V.-L. Beaulieu
Sophie Dubois

Texte intégral

  • 1  Pelletier (Jacques), « Une exploration de l’enfer québécois », Voix et images, vol. III, no 2, déc (...)
  • 2  Pelletier (Jacques), L’Écriture mythologique : essai sur l’œuvre de Victor-Lévy Beaulieu, Montréal (...)
  • 3  Notamment, à travers la polysémie du lieu mythique qu’est Saint-Jean-de-Dieu, à la fois village na (...)
  • 4  May (Cédric), « Don Quichotte de la démanche », dans Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec(...)
  • 5  Beaulieu (Victor-Lévy), Don Quichotte de la démanche, Montréal, Éditions de l’Aurore, 1974, p. 44. (...)

1De prime abord, il peut paraître banal d’envisager l’œuvre de Victor-Lévy Beaulieu sous l’angle de l’aliénation. En effet, maints critiques – dont Jacques Pelletier – ont déjà démontré que les personnages beaulieusiens sont « des êtres excessifs, pour ainsi dire des fous1 » ou des « figures pitoyables exprimant et symbolisant la condition d’aliénation, de dépossession, de déculturation sociale et historique du Canada français et l’abandon, la mollesse, la passivité avec lesquelles on peut la subir et s’y résigner2. » Plusieurs ont ainsi associé l’aliénation mentale et l’aliénation sociale chez Beaulieu et ont même tracé le parallèle entre ces deux formes d’aliénation3. Toutefois, un autre type d’aliénation reste à creuser chez le prolifique auteur soit, justement, l’aliénation par le travail – travail de l’écriture en l’occurrence – mise en évidence notamment dans Don Quichotte de la démanche. Cette œuvre, que Cédric May qualifie d’ailleurs « de roman […] de l’aliénation culturelle du Québec », met en scène un personnage-écrivain, Abel Beauchemin, qui « ne vit pas seulement l’angoisse de la création mais, plus spécifiquement, celle de l’aphasie atavique de l’artiste québécois et la distance qui le sépare de la culture universelle4 ». Bref, l’angoisse d’Abel provient de la dépossession du travail, de l’impossibilité d’écrire, de « faire œuvre » dans une société québécoise à la fois aliénée et aliénante en cela qu’elle est inférieure et qu’elle se complaît dans son infériorité, dans sa médiocrité : « Tas de fardoches à brûler dans le gros gin », dit Abel qui déplore « [c]ette banale banalité alors qu’[il se] meur[t]5 », que l’écrivain québécois se meurt. L’alcool – le gros gin – apparaît donc ici comme une réponse à l’aliénation, comme un combustible susceptible d’enflammer la médiocrité de l’existence, de donner un sens au travail. Aussi est-il révélateur d’interroger la présence massive de l’alcool dans Don Quichotte de la démanche en parallèle avec le concept d’alcoolisme ouvrier rattaché, dans la doctrine marxiste, à l’aliénation par le travail.

2Dans cette même optique, Beaulieu publie, en 1974, la même année que Don Quichotte de la démanche, son Manuel de la petite littérature du Québec dans lequel il consacre un chapitre aux « excès langagiers » du discours sur l’intempérance présent au Québec au xixe et au début du xxe siècle. Dans ce chapitre intitulé « De l’ivrognerie comme première cause du rapetissement de la vie », Beaulieu déplore le fait que les auteurs de cette époque, pris dans leur conception morale de l’alcoolisme, 

  • 6 Beaulieu (Victor-Lévy), Manuel de la petite littérature du Québec, Montréal, Éditions de l’Aurore, (...)

n’osèrent aller au bout des choses et écrire que c’était la société qui était mal faite parce que basée sur l’exploitation et le profit de quelques-uns au détriment du plus grand nombre, que c’était tout le système de la production et de la distribution des biens qu’il s’agissait de repenser6.

3Ainsi, pour Beaulieu, l’alcoolisme est envisagé comme un problème lié à une condition économique aliénante et aux inégalités sociales causées par le système capitaliste. Cette conception nous ramène à une conception marxiste de l’alcoolisme.  Aussi souhaitons-nous, dans le cadre de cet article, mettre en évidence la façon dont Beaulieu reprend et réaménage certains topoi associés au marxisme et à l’alcoolisme ouvrier. Notre analyse s’appuie sur l’étude du personnage d’Abel Beauchemin dont le travail d’écrivain prend place dans des conditions similaires à celui de l’ouvrier, notamment en ce qui a trait à la consommation d’alcool.

L’Alcoolisme ouvrier et le « vrai sublime »

  • 7 Dubois (Jacques), L’Assommoir de Zola : société, discours, idéologie, Paris, Larousse, 1973, p. 77.
  • 8  Ibid., p. 13.
  • 9  Denis Poulot (1832-1905) était un ancien contremaître devenu chef d’entreprise. Son essai avait po (...)
  • 10  Le qualificatif « sublime » est ironique. Il provient, d’abord, d’une déformation, par les ouvrier (...)

4Le discours sur l’alcoolisme ouvrier est apparu en France au xixe siècle et il s’est formé autour de lui une puissante imagerie diffusée par plusieurs artistes de l’époque, dont Émile Zola. Jacques Dubois, dans son essai sur L’Assommoir, montre comment Zola « reprend et relaie maints publicistes et moralistes de son temps7 » et ne fait, en somme, que citer « les idées reçues les plus communes sur le prolétariat8 ». En effet, les différentes figures de l’ouvrier que Zola met en scène dans L’Assommoir proviennent de la typologie élaborée par Denis Poulot9 dans son essai Le Sublime ou le Travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être. Des huit types d’ouvriers – ou de sublimes10 – que définit Poulot, le seul qui puisse réellement être qualifié d’alcoolique est le vrai sublime, c’est donc à partir de lui que s’élabore la figure type de l’alcoolique ouvrier. Le vrai sublime, selon Poulot,

  • 11  Ibid., p. 181-182.

est presque constamment entre deux eaux-de-vie ; […]. Un vrai sublime qui reste quelques jours sans prendre sa ration de vitriol éprouve des souffrances atroces, des tiraillements d’estomac effrayants ; il a la figure abrutie, il est comme fou. Avec un cinquième du fameux liquide, tout disparaît. Il sait bien que ça le tuera ; ça ne fait rien, ça le remet d’aplomb11.

  • 12  Cottereau (Alain), « Étude préalable. Vie quotidienne et résistance ouvrière à Paris en 1870 », en (...)
  • 13  Poulot (Denis), op. cit., p. 23.

5Alain Cottereau, dans l’étude préalable qu’il fait de l’essai de Poulot, précise pour sa part que le vrai sublime « ne fonctionn[e] plus guère qu’à l’eau-de-vie12 », que « l’alcool est intégré [à son] rythme de vie », que « chez [lui], l’alcool fourni[t] le principal stimulant aux efforts » et que, finalement, ce type de travailleurs est « pouss[é] à l’alcool par l’organisation même du travail13 ». Ce sont ces caractéristiques que nous retrouvons notamment chez Bec-Salé dit Boit-sans-soif dans L’Assommoir et chez Abel Beauchemin dans Don Quichotte de la démanche et, auparavant, dans Race de monde !

Le travailleur aliéné

  • 14  Beaulieu (Victor-Lévy), Race de monde !, Montréal, Éditions du Jour, 1969, p. 152. Dorénavant, les (...)

6Personnage central du cycle de Beaulieu « La Vraie Saga des Beauchemin », Abel Beauchemin est le narrateur principal de Race de monde! (1969), premier roman du cycle, dans lequel il commence à la fois sa carrière de buveur et sa carrière d’écrivain. Abel cède toutefois sa place à un autre narrateur au dix-huitième chapitre intitulé, de façon révélatrice, « Où le narrateur, écoeuré, se dépersonnalise et vend son droit de pelume pour un vingt-six onces de djin ». Par ce titre, Beaulieu renvoie à deux des définitions de l’aliénation : la définition juridique, d’une part, par la notion de transmission d’un droit à autrui – « vendre son droit de pelume » – et la définition philosophique, d’autre part, par la dépossession que ressent Abel de lui-même - « [il] se dépersonnalise ». Dans cette perspective, le travail de l’écrivain n’est pas présenté comme possédant un capital symbolique, mais comme ayant une valeur marchande – le droit d’auteur – échangeable contre de l’alcool. L’aliénation est donc d’abord le fruit du travail avant d’être celui de l’alcool. D’ailleurs, dans le chapitre précédent, Abel et son frère Steven, ayant dû quitter l’école Pie IX pour aider à subvenir aux besoins de leur famille, obtiennent un emploi dans un casse-croûte où ils se heurtent à un patron qui leur rappelle : « Eh les gars ! Votre vingt minutes, c’est pas une heure ! Les patates et les zottedugs, ça n’arrive pas tout seuls sur les tables des clients14! »

7L’aliénation par le travail, au casse-croûte d’abord, puis dans l’écriture, peut alors être considérée comme une des raisons pour laquelle Abel devient alcoolique. Dans la suite de l’œuvre de Beaulieu, le travail d’écriture dominera les représentations du travail aliéné en constituant un fardeau pour le personnage-écrivain. D’ailleurs, c’est déjà de cette pénible responsabilité qu’Abel veut se débarrasser dans le dix-huitième chapitre de Race de monde ! en « supplia[nt le nouveau narrateur] de prendre le cahier qu’il t[ient] à la main » (RM, p. 160) et c’est également elle qu’Abel souhaite noyer dans le gros gin dans Don Quichotte de la démanche.

Mode de consommation

8La suite de notre analyse sera centrée en grande partie sur un extrait de Don Quichotte de la démanche représentatif de l’ensemble du roman et du traitement que fait Beaulieu du discours sur l’alcoolisme ouvrier. Cet extrait est tiré du chapitre vingt-huit dans lequel, à l’image du roman et de l’extrait choisi, se mêlent alcool et écriture.

Il était de nouveau assis derrière la table de travail, incapable de résister plus longtemps à la tentation ; il s’empara de la bouteille de gin et but à grands traits tout en regardant la feuille barbouillée qu’il y avait à côté. Et brusquement, il comprit pourquoi il n’y aurait plus jamais d’images […] Il ne pouvait plus y avoir d’images pour la bonne et simple raison qu’il en était devenu lui-même une, multiple, difforme, solidifiée et sans espoir. Il comprit aussi que pas un seul des nombreux romans qu’il lui restait encore à écrire ne changerait rien à son état. Je pourris debout et ce qu’il y a encore de lucidité en moi me prévient que je suis comme une machine monstrueuse, impossible à user puisque c’est de ce qui s’use en elle que lui vient sa puissance. Il éructa. But encore. Il devait, cette nuit au moins, dépasser le seuil de son ivresse, sans quoi le cœur se remettrait à cogner furieusement dans la poitrine, les extrémités de ses pieds deviendraient froides, de son front, de ses aisselles et de ses reins coulerait une sueur abondante. (p. 238-239)

  • 15   Dans cette section, les italiques soulignant les temps de verbes sont de nous.

9Soulignons d’abord la concomitance des deux actions – boire et écrire – qui est marquée par l’usage du participe présent : « il […] but à grands traits tout en regardant15 la feuille ». Ce temps de verbe est d’ailleurs utilisé fréquemment par Beaulieu lorsqu’il décrit Abel écrivant et buvant simultanément : « décapuchonnant son stylo-feutre » (p. 22) et « se saoulant sauvagement. » (p. 24) Les deux actions s’avèrent ainsi indissociables et elles s’inscrivent dans la routine de travail du personnage qui « écri[t] ainsi pendant une bonne heure, ne faisant guère de pauses, sinon pour boire un peu de gin » (p. 157). L’utilisation de l’imparfait d’habitude et du conditionnel-temps à valeur de futur permet également à Beaulieu de faire ressortir le caractère routinier et, par conséquent, prévisible, de l’horaire de travail d’Abel qui, « [v]ers la fin de l’avant-midi, […] laissait là la rédaction de son premier chapitre et passait au salon où il ouvrait une bouteille de gin, laquelle ne le quittait plus de la journée » (p. 81) ou encore qui « se laisserait tomber sur la chaise […], tenant de la main droite la bouteille de gin sucré dont bientôt, une fois bien installé, il boirait sauvagement trois ou quatre gorgées à même le goulot » (p. 109).

  • 16   Zola (Émile), L’Assommoir, Paris, Garnier-Flammarion, 1969 [1877], p. 211.
  • 17  « Il boirait sauvagement trois ou quatre gorgées à même le goulot » (p. 109) ; « Il buvait à même (...)

10Bref, travail d’écriture et consommation d’alcool constituent des activités parallèles qui s’inscrivent fortement dans une routine de travail. En ce sens, la bouteille de gin qui accompagne Abel dans son écriture constitue un outil de travail indispensable au même titre que le stylo-feutre ou la feuille sur laquelle il écrit. Comme Bijard dans L’Assommoir qui, lorsqu’il travaillait, « posait un litre d’eau-de-vie près de son étau de serrurier, buvant au goulot toutes les demi-heures16 », Abel, lorsqu’il s’installe pour écrire, pose « trois bouteilles de gin sur la chaise à côté de lui » (p. 157) et y boit « à même le goulot » (p. 109). Il y a donc une proximité qui s’instaure entre le corps matériel de la bouteille de gin et le corps physique d’Abel qui boit ou qui tète, à plusieurs reprises, « à même le goulot » ou « à même la bouteille »17. La bouteille de gin, en tant qu’objet-signe, s’inscrit comme le prolongement du corps d’Abel et rappelle à la fois le topos du buveur attaché à sa bouteille et celui du travailleur soudé à sa machine ou à ses outils, lesquels renvoient à l’aliénation de l’homme par les choses.

Le concept marxiste du travail aliéné

11L’aliénation par le travail, telle que l’a décrite Marx dans son texte « [Le travail aliéné] » tiré des Manuscrits de 1844, possède trois dimensions : la dépossession du produit du travail, l’aliénation dans l’acte de production et la perte de la finalité du travail qui réside dans la possibilité de l’homme d’élaborer le monde objectif dans lequel il évolue et donc, de s’élaborer en tant qu’homme. Ces trois dimensions sont perceptibles dans la relation d’Abel Beauchemin à son travail d’écriture et participent d’un mode de consommation alcoolique propre à l’ouvrier aliéné.

Première dimension du travail aliéné : la dépossession du produit du travail

  • 18  Marx (Karl), « [Le travail aliéné] » dans Manuscrits de 1844, Paris, Éditions sociales, 1969 [1844 (...)

12En mettant en scène un personnage-écrivain qui devient lui-même la cible de ses propres personnages, lesquels semblent s’être échappés de son œuvre, Beaulieu présente un travailleur dépossédé du produit de son travail et réfère ainsi à la première dimension du travail aliéné. Il illustre, au sens propre, les propos tenus par Marx qui affirme que l’objet que le travailleur produit l’affronte comme un être étranger, comme une puissance indépendante, existant en dehors de lui18.

  • 19 Ibid., p. 57.

13Par ailleurs, Abel est d’autant plus dépossédé de son travail qu’il devient lui-même une part du matériau de production. En effet, il devient, au cours du roman, personnage comme il devient image « multiple, difforme, solidifiée et sans espoir » dans l’extrait cité. En se confondant ainsi avec le matériau de production, Abel tend à perdre son identité de producteur : il n’est alors plus qu’un rouage de la création. En ce sens, plus son œuvre prend de réalité en dehors de lui, plus elle s’objective, dirait Marx, plus Abel tend à perdre de sa réalité : le producteur disparaissant au profit du produit. Marx affirme en effet que « plus l’ouvrier s’extériorise dans son travail, plus le monde étranger, objectif, qu’il crée en face de lui, devient puissant, plus il s’appauvrit lui-même et plus son monde intérieur devient pauvre19 ». Ainsi, c’est ce qui s’use dans le travailleur – son monde intérieur – qui crée la puissance extérieure de son travail ; c’est au détriment de l’intériorité du travailleur que peut s’imposer avec puissance son extériorité, c’est-à-dire le produit de son travail. En somme, cette logique renvoie à celle de la machine évoquée par Abel.

Deuxième dimension du travail aliéné : l’aliénation dans l’acte de production

14Le topos de la mécanisation du travailleur participe de la deuxième dimension du travail aliéné : l’aliénation dans l’acte de production. La machine à laquelle se compare Abel, « machine monstrueuse, impossible à user puisque c’est de ce qui s’use en elle que lui vient sa puissance », révèle le mode de fonctionnement du système capitaliste qui conduit à l’aliénation du travailleur en le dépossédant de sa capacité à produire. Il existe, de fait, un écart entre la cause intérieure (ce qui s’use dans la machine et qui crée la puissance – le producteur) et la conséquence extérieure (la puissance et l’impossible usure de cette même machine – par le produit du travail).

15Ce fonctionnement permet également de faire une analogie avec le processus de dégénérescence qui s’opère chez l’ouvrier alcoolique alors que l’alcool agit comme le carburant d’un corps-machine qui donne sa puissance à l’ouvrier tout en contribuant à sa détérioration, à son usure. L’alcool étant ce « ce » qui s’use dans le travailleur pour lui donner sa force de travail. Cette image de l’alcool, carburant du corps-machine, se trouve déjà chez Zola lorsqu’il décrit Bec-Salé dit Boit-sans-soif :

  • 20  Zola (Émile), op. cit., p. 188.

Peut-être bien que l’eau-de-vie amollissait les bras des autres, mais lui avait besoin d’eau-de-vie dans les veines, au lieu de sang; la goutte de tout à l’heure lui chauffait la carcasse comme une chaudière, il se sentait une sacrée force de machine à vapeur20.

  • 21  Dubois (Jacques), op. cit., p. 61.

16L’alcool s’avère donc une des sources – sinon la source – de motivation du travailleur. Comme le souligne Jacques Dubois, « c’est lui qui meut cette machinerie de monstres21 ». Aussi, l’alcool, tout comme le carburant pour la machine, est-il nécessaire « sans quoi » le corps fait défaut.

  • 22  Poulot (Denis), op. cit., p. 182.

17La dernière partie de l’extrait annonce, à ce propos, les symptômes du delirium tremens : accélération du rythme cardiaque, refroidissement des extrémités, sueur abondante. Ces symptômes peuvent également être associés à un travail demandant un effort physique excessif et ils apparaissent d’ailleurs dans deux descriptions faites par Poulot des vrais sublimes : un tourneur qui « transpire d’une façon effrayante » et un forgeron qui « grelotte [et dont les] pieds sont glacés22 ». Beaulieu renvoie également, à plusieurs reprises dans le roman, à la sueur et aux battements cardiaques, tant pour évoquer un effort physique (travail, exercice, accouchement) que pour caractériser un malaise lié à la consommation d’alcool ou à une de ces « crise[s] maintenant quotidienne[s] qui poignai[ent] Abel aux petites heures du matin alors qu’il s’écroulait derrière sa table de travail » (p. 275). Le roman, dont l’action se déroule en une journée, s’ouvre et se ferme d’ailleurs sur une de ces crises, marquant ainsi le parallèle entre surcharge de travail et surconsommation d’alcool. En effet, alors que la crise du début du roman est imputée, par le médecin, à une surcharge de travail (« Vous devez travailler trop » [p. 42]), celle de la fin du roman est attribuée par Jos, le frère d’Abel, à la surconsommation d’alcool (« Tu as trop bu, c’est tout » [p. 276]). Dans les deux cas, il y a donc allusion à l’excès (« trop ») et les circonstances et les symptômes sont les mêmes, c’est-à-dire qu’alors qu’Abel est ivre et « assis devant sa table, dans la chambre-bureau […] son front [se couvre] de sueurs, son cœur cogn[e] tristement dans sa poitrine, il n’arriv[e] même plus à tenir son stylo-feutre. » (p. 234) En somme, « ce projet du grand Œuvre » (p. 227) qu’Abel souhaite réaliser en travaillant avec acharnement à son écriture ne peut le mener qu’à la mort, que ce soit par épuisement de travail ou par manque ou par excès d’alcool.

Troisième dimension du travail aliéné : la perte de la finalité du travail

  • 23  Marx (Karl),op. cit., p. 63.
  • 24 Ibid.., p. 64.

18La troisième dimension du travail aliéné consiste en la dépossession de la finalité même du travail qui réside, selon Marx, dans la réalisation de l’homme. En effet, selon lui, l’homme se distingue de l’animal par « son activité vitale consciente23 », c’est-à-dire par sa capacité à produire. Or, le travail aliéné empêche l’homme de s’actualiser et de s’exprimer en tant qu’homme par une activité productrice libre. Comme la consommation d’alcool, le travail aliéné brime la liberté de l’homme et contribue au processus de dégradation et de déshumanisation dont Abel prend conscience dans le passage, au style direct : « Je pourris debout et ce qu’il y a encore de lucidité en moi me prévient que je suis comme une machine monstrueuse. » Cet extrait lie, par la comparaison, la dégradation organique –  le pourrissement –  et intellectuelle –  la lucidité –  d’Abel à celle mécanique –  l’usure –  de la machine, soulignant, par le fait même, l’intériorité du processus (« en moi », « en elle »). Aussi, Abel révèle-t-il, par cette comparaison, le fait qu’il perd de son humanité et qu’il tend à se confondre avec ses outils et avec son milieu de travail : « [s]a peau jaunit comme les vieux romans qu[’il] achète […]. On dirait qu[’il] vi[t] dans un mot obscène et triste. » (p. 100-101) Ce processus de réification de l’homme constitue, selon Marx, un des résultats du travail aliéné qui « rend étranger à l’homme son propre corps, comme […] son essence humaine24 ». D’ailleurs, l’énumération des diverses parties du corps à la fin de l’extrait : « cœur », « poitrine », « pieds », « front », « aisselles », « reins », présente un corps morcelé et éparpillé, n’appartenant plus à son propriétaire. Ces parties du corps peuvent également évoquer autant de pièces d’une machine susceptibles de faire défaut, soit à cause de l’usure causée par le travail, soit à cause d’un manque - ou d’un excès - de carburant (l’alcool).

19En somme, Abel ne peut pleinement se manifester en tant qu’homme à travers son travail puisque la finalité qu’il souhaitait atteindre à travers celui-ci s’avère impossible. En effet, lui qui « était devenu écrivain pour se délivrer de tout le mal qu’il y avait en lui » (p. 22) s’aperçoit qu’aucun « des nombreux romans qu’il lui rest[e] encore à écrire ne changer[a] rien à son état ».

Impasse et cercle vicieux

  • 25  Plus loin, après l’extrait cité, Abel sombre effectivement dans un délire alcoolique dans lequel s (...)

20En somme, Abel se trouve dans une triple impasse. D’abord, celle de l’écriture puisque, affirme-t-il, « [i]l n’y [a] pas de solution à l’écriture sinon celle de continuer et de continuer à noircir des pages » (p. 21). Ensuite, celle de l’alcool qui le pousse, s’il continue à boire, vers le délire alcoolique25 et, s’il arrête, vers le delirium tremens. Et, finalement, celle qui entremêle écriture et consommation d’alcool et qui fait que l’ivresse est nécessaire à l’écriture, tout en empêchant celle-ci.

  • 26  Dubois (Jacques), op. cit., p. 79.

21En effet, bien que l’alcool soit considéré comme une source de motivation « pour que [revienne] la courageuse écriture » (p. 106), il s’avère aussi source de déconcentration puisque, lorsque Abel écrit, « [l]a grosse bouteille de gin [est] là devant lui, accaparant toute son attention, le détournant des mots fantômes » (p. 23). De la même manière, alors que le gin est d’abord ingurgité par Abel dans un but productif, celui de « retrouv[er] la force » (p. 106) de l’écriture, l’ivresse semble plutôt avoir l’effet contraire et rendre Abel improductif, car « [l]orsque l’effet de la gorgée de gin [est] passé, Abel en aval[e] une autre lampée [et ne fait] que cela tout l’après-midi, oubliant ainsi qu’il n’ir[a] pas très avant dans son travail » (p. 117). Comme le fait remarquer Jacques Dubois dans son essai sur L’Assommoir, le discours alcoolique ouvrier « ne s’inquiète […] pas d’entrer dans un cercle vicieux » en cela qu’il soutient que « l’essor industriel engendre l’alcoolisme qui freine l’essor industriel26 » ou, dans le cas d’Abel, que le travail engendre la consommation d’alcool qui empêche le travail.

  • 27 Ibid., p. 77-78

22Or, Dubois le souligne, si Zola reprend dans un premier temps ce discours, « il faut voir ensuite comment le propos initial se trouve repris et retravaillé [afin de s’écarter de la] pensée stéréotypée27 » et, pour ainsi dire, du cercle vicieux. Aussi devons-nous faire de même dans notre analyse de l’œuvre de Beaulieu, lequel révèle, en quelque sorte, l’absurdité et le dérisoire du discours alcoolique-ouvrier qui ne mène nulle part.

Dérision et absurdité

23Beaulieu en insistant à plusieurs reprises sur l’impossibilité, sur l’absence de solution et sur l’inutilité de toute quête – notamment avec des passages tels : « L’Œuvre serait donc toujours impossible, tout vous ramenait à votre point de départ et l’on aurait beau écrire des milliers de pages, il n’y aurait jamais de solution » (p. 158) – inscrit tout le discours tenu par Abel dans le domaine de l’absurde, lequel rejoint l’aliénation par son absence de finalité. Toutefois, contrairement au travailleur aliéné qui, chez Marx, sera éventuellement amené à se révolter, l’ouvrier alcoolique, par son alcoolisme même, s’avère impuissant et incapable de toute révolte. Ainsi, pour ce dernier comme pour Abel, ni le travail ni l’alcool ne permet d’atteindre une fin quelconque et c’est ce que Beaulieu met en évidence à la fin du roman, alors qu’il écrit :

tout est finalement devenu à l’image de ce pays, une extrême dérision, si extrême dérision qu’elle ne peut même pas être tragique car toute grandeur lui a été enlevée, comme s’il fallait absolument que tout se termine en queue de poisson, […], comme s’il fallait vraiment que tout reste en l’air, inachevé, sans fin dernière. (p. 273-274)

24Le discours tragique de l’alcoolisme ouvrier est donc relativisé par un discours dérisoire qui s’en prend notamment au personnage. En effet, Abel aux prises avec sa création comme Don Quichotte avec ses moulins à vents, est bien souvent présenté, par le narrateur et par les autres personnages, comme ridicule. Chez Beaulieu, l’ivresse accentue l’aliénation jusqu’au grotesque ou jusqu’à ce que – et c’est la suite de l’extrait cité au départ – Abel « ne [soit] plus bon qu’à tomber par terre et qu’à être ramassé, comme tous les autres soirs, par deux brancardiers qui le conduiraient à l’hôpital, sanglé comme un cochon sur la civière » (p. 239).

25Par le changement de registre qu’elle opère, cette phrase, issue du discours du narrateur, révèle le pathétique de la phrase précédente qui rapportait les pensées du personnage : « Il devait, cette nuit au moins, dépasser le seuil de son ivresse sans quoi [suivraient les symptômes du delirium tremens] » (nous soulignons). Beaulieu, à travers son narrateur, fait alors preuve de dérision envers le discours de l’alcoolique qui affirme devoir boire davantage afin d’éviter les symptômes du sevrage. Cette dérision est révélée par la double utilisation de la conjonction « comme » : d’une part, la fréquence « comme tous les autres soirs » marque l’absurdité d’un mode de vie qui mène, chaque soir, au malaise et au transport vers l’hôpital, d’autre part, la comparaison « sanglé comme un cochon » rabaisse le personnage au rang de l’animal et ramène le discours sérieux sur le delirium tremens à une condition grotesque.

  • 28  Marx (Karl), op. cit. p. 55.

26Par ailleurs, Abel est d’autant plus dérisoire qu’il s’attribue des caractéristiques – celles de l’ouvrier – qu’il ne possède pas. En effet, selon Marx, « la société doit se diviser en deux classes, celle des propriétaires et celle des ouvriers non propriétaires28 ». Or, Abel est écrivain, lecteur de manuscrit dans une maison d’édition et propriétaire d’un bungalow à Terrebonne. Il appartient donc à la classe des propriétaires et ne peut, en ce sens, s’associer comme il le fait à la classe ouvrière. Comme Don Quichotte qui se fait chevalier errant, Abel adopte un discours ne correspondant pas à sa réalité. Il s’opère ainsi, chez le personnage de Beaulieu, comme chez celui de Cervantès, un décalage entre le discours dont il est porteur et les conditions objectives dans lesquelles il évolue. Cette incohérence entre prise de position marxiste et classe sociale réelle a pour conséquence d’invalider le discours de l’alcoolisme ouvrier, de la même façon dont l’est celui de la chevalerie dans Don Quichotte de la Manche.

27Ainsi, Victor-Lévy Beaulieu, malgré ses propos tirés du Manuel de la petite littérature du Québec et ses allégeances socialistes connues, semble tendre à discréditer le discours sur l’alcoolisme ouvrier inspiré des topoi marxistes. Jacques Pelletier propose une explication intéressante à cette ambivalence idéologique perceptible dans Don Quichotte de la démanche. Selon lui, ce roman témoigne du désarroi de Beaulieu hésitant sur la position à adopter en tant que membre de la petite bourgeoisie intellectuelle qui, à l’époque, doit, en quelque sorte, prendre position entre la grande-bourgeoisie et la classe ouvrière. Pelletier écrit :

une partie d’entre eux a effectivement choisi le camp de la classe dominante […] une autre partie a choisi de retirer son épingle du jeu, de déserter une société qu’elle estime pourrie, et de se construire un monde parallèle où l’on pourrait expérimenter de nouvelles formes de vie […] une troisième partie, enfin, a décidé de faire sienne la lutte de la classe ouvrière à laquelle elle cherche à s’intégrer […].

  • 29  Pelletier (Jacques), « Une exploration de l’enfer québécois », Voix et images, vol. III, no 2, déc (...)

Beaulieu, lui, n’a pas encore opéré son choix et c’est son désarroi que relève le Don Quichotte29.

28Ce désarroi vécu par Beaulieu s’incarne en somme dans le personnage d’Abel qui appartient à cette même petite-bourgeoisie intellectuelle dont fait partie Beaulieu, mais qui adopte un discours marxiste, le rendant dérisoire « à l’image de ce pays » dont « toute grandeur lui a été enlevée », pour reprendre ses propos.

  • 30  Ibid., p. 220.
  • 31  Jacques Dubois, op. cit., p. 75.

29En somme, l’aliénation dont est victime Abel provient à la fois de son incapacité à combiner alcool et écriture et de l’absence de finalité intrinsèque à l’œuvre qu’il souhaite écrire. Autrement dit, affirme Pelletier, « l’Œuvre souffre d’une double impossibilité : une première due aux limites de l’écrivain lui-même, une seconde provenant de la médiocrité du milieu qui ne peut le stimuler : le pays, en bref, n’est pas digne d’avoir un aussi génial écrivain qu’Abel Beauchemin30 ». Beaulieu, à travers son personnage, met alors en évidence l’éventuelle mort de l’écrivain québécois et l’impossibilité même de la création dans une société qui ne valorise pas sa propre culture. Jacques Dubois, dans son essai sur L’Assommoir, fait d’ailleurs remarquer que, dans une société anomique telle celle où évoluent Gervaise ou Abel, s’il y a « une culture en propre, elle est fort sommaire [et que] beaucoup de [ses] normes sont empruntées31 ».

30En conclusion, l’épigraphe de Malcom Lowry : « On dit que la terre tourne, alors j’attends que ma maison passe par ici » résume bien, sur le mode ironique, l’attitude d’Abel. En effet, à trop prendre le discours social à témoin - les « on dit que » tirée de la doctrine marxiste – celui-ci s’aliène et attend en vain une satisfaction – un chez soi – qui prend la forme d’une maison chez Lowry et qui pourrait prendre celle d’un pays chez Beaulieu. Or, en attendant, dans cet univers démanché où il ne peut y avoir de finalité, Abel semble n’être « qu’en train de boire un toujours dernier verre qui, curieusement, ne se désemplit pas. » (p. 132)

Haut de page

Bibliographie

Beaulieu (Victor-Lévy), Race de monde !, Montréal, Éditions du Jour, 1969.

Beaulieu (Victor-Lévy), Don Quichotte de la démanche, Montréal, Éditions de l’Aurore, 1974.

Beaulieu (Victor-Lévy), Manuel de la petite littérature du Québec, Montréal, Éditions de l’Aurore, 1974.

Cottereau (Alain), « Étude préalable. Vie quotidienne et résistance ouvrière à Paris en 1870 », en introduction à Poulot (Denis), Le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, Paris, Éditions François Maspero, 1980 [1870].

Dubois (Jacques), L’Assommoir de Zola : société, discours, idéologie, Paris, Larousse, 1973.

Marx (Karl), « [Le travail aliéné] » dans Manuscrits de 1844, Paris, Éditions sociales, 1969 [1844].

May (Cédric), « Don Quichotte de la démanche », dans Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, sous la direction de Maurice Lemire, Montréal, Fides, 1987.

Pelletier (Jacques), « Une exploration de l’enfer québécois », Voix et images, vol. III, no 2, décembre 1977.

Pelletier (Jacques), L’Écriture mythologique : essai sur l’œuvre de Victor-Lévy Beaulieu, Montréal, Nuit blanche, 1996.

Poulot (Denis), Le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, introd. d’Alain Cottereau, Paris, François Maspero, 1980 [1870].

Zola (Émile), L’Assommoir, Paris, Garnier-Flammarion, 1969 [1877].

Haut de page

Notes

1  Pelletier (Jacques), « Une exploration de l’enfer québécois », Voix et images, vol. III, no 2, décembre 1977, p. 203.

2  Pelletier (Jacques), L’Écriture mythologique : essai sur l’œuvre de Victor-Lévy Beaulieu, Montréal, Nuit blanche, 1996, p. 156.

3  Notamment, à travers la polysémie du lieu mythique qu’est Saint-Jean-de-Dieu, à la fois village natal et asile.

4  May (Cédric), « Don Quichotte de la démanche », dans Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, sous la direction de Maurice Lemire, Montréal, Fides, 1987, p. 255.

5  Beaulieu (Victor-Lévy), Don Quichotte de la démanche, Montréal, Éditions de l’Aurore, 1974, p. 44. Dorénavant, les références à cet ouvrage seront données dans le corps du texte.

6 Beaulieu (Victor-Lévy), Manuel de la petite littérature du Québec, Montréal, Éditions de l’Aurore, 1974, p. 91.

7 Dubois (Jacques), L’Assommoir de Zola : société, discours, idéologie, Paris, Larousse, 1973, p. 77.

8  Ibid., p. 13.

9  Denis Poulot (1832-1905) était un ancien contremaître devenu chef d’entreprise. Son essai avait pour but de poser un « diagnostique pathologique » sur la question du travail et du travailleur. Son point de vue demeure toutefois celui d’un patron et son essai prend souvent le ton d’un pamphlet anti-ouvrier, et ce, malgré les solutions qu’il propose dans la dernière partie : éducation, association de travailleurs, etc.

10  Le qualificatif « sublime » est ironique. Il provient, d’abord, d’une déformation, par les ouvriers, d’une chanson de Tisserand dont les vers « Le gai travail est la sainte prière/ Qui plaît à Dieu, ce sublime ouvrier » deviennent « Le gai travail est la sainte prière/ Ce qui plaît à Dieu, c’est le sublime ouvrier. » Poulot explique qu’il a, à son tour, adopté ce terme après avoir été invectivé par un ouvrier ivre duquel il venait de refuser les services. L’homme lui aurait alors dit : « tu ne sais pas, triple muselé, que ce qui plaît à Dieu c’est le sublime ouvrier ? ». Le qualificatif l’ayant fait rire, il se dit que, pour son essai, « [l]e mot était trouvé ». (Poulot (Denis), Le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, introd. d’Alain Cottereau, Paris, Éd. François Maspero, 1980 [1870], p. 125).

11  Ibid., p. 181-182.

12  Cottereau (Alain), « Étude préalable. Vie quotidienne et résistance ouvrière à Paris en 1870 », en introduction à Ibid., p. 21.

13  Poulot (Denis), op. cit., p. 23.

14  Beaulieu (Victor-Lévy), Race de monde !, Montréal, Éditions du Jour, 1969, p. 152. Dorénavant, les références à ce roman seront indiquées à l’intérieur du texte par l’abréviation RM.

15   Dans cette section, les italiques soulignant les temps de verbes sont de nous.

16   Zola (Émile), L’Assommoir, Paris, Garnier-Flammarion, 1969 [1877], p. 211.

17  « Il boirait sauvagement trois ou quatre gorgées à même le goulot » (p. 109) ; « Il buvait à même la grosse bouteille de gin » (p. 24) ; « Veux-tu téter encore une fois à même la bouteille de gin, ami ? » (p. 151).

18  Marx (Karl), « [Le travail aliéné] » dans Manuscrits de 1844, Paris, Éditions sociales, 1969 [1844] p. 57-58.

19 Ibid., p. 57.

20  Zola (Émile), op. cit., p. 188.

21  Dubois (Jacques), op. cit., p. 61.

22  Poulot (Denis), op. cit., p. 182.

23  Marx (Karl),op. cit., p. 63.

24 Ibid.., p. 64.

25  Plus loin, après l’extrait cité, Abel sombre effectivement dans un délire alcoolique dans lequel son environnement se métamorphose : « Alors levant les yeux, il vit que la chambre-bureau s’était curieusement modifié [sic] tandis qu’il ingurgitait le gin. […] » (p. 239).

26  Dubois (Jacques), op. cit., p. 79.

27 Ibid., p. 77-78

28  Marx (Karl), op. cit. p. 55.

29  Pelletier (Jacques), « Une exploration de l’enfer québécois », Voix et images, vol. III, no 2, décembre 1977, p. 221.

30  Ibid., p. 220.

31  Jacques Dubois, op. cit., p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Dubois, « Alcool : carburant du corps-machine (à écrire) », COnTEXTES [En ligne], 6 | septembre 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4436 ; DOI : 10.4000/contextes.4436

Haut de page

Auteur

Sophie Dubois

Université de Montréal

Haut de page