Navigation – Plan du site

La Dive bouteille en France : une analyse sémiologique et linguistique de son discours et de ses images

Laurette Château

Texte intégral

  • 1 Coutier (Martine), Dictionnaire de la langue du vin, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 38.

 « Tout dégustateur le sait : la dégustation du vin, c’est en même temps celle des mots. Ils en disent long sur le vin, mais aussi sur celui qui en parle et sur le monde qui nous entoure1. »

  • 2 Barthes (Roland), Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 69.
  • 3 Nous empruntons cette dénomination à Roland Barthes. (Ibid.).
  • 4 Coutier (Martine), op. cit., p. 23.
  • 5 Pivot (Bernard), Dictionnaire amoureux du vin, Paris, Plon, 2006.

1En 1957, R. Barthes remarquait dans Mythologies, dans l’article intitulé « Le vin et le lait », que « le vin est senti par la nation française comme un bien qui lui est propre, au même titre que ses trois cent soixante espèces de fromages et sa culture2. » Qu’en est-il en France, à l’heure actuelle, de cette « boisson-totem3 » ? Dans son Dictionnaire de la langue du vin, M. Coutier remarque que « depuis le début des années 1970, la dégustation est en effet devenue un phénomène de civilisation, si l’on en juge par la floraison d’écoles, clubs, cours et stages qui en dispensent la pratique et par la « littérature vinique » qui envahit kiosques et librairies4 ». Si « […] le vin c’est de la culture », comme le souligne B. Pivot dans son Dictionnaire amoureux du vin5, quelles sont actuellement en France les représentations socio-culturelles qui sont attachées à la consommation du vin ?

2Nous proposons de répondre à cette question, en essayant de mettre à jour les imaginaires discursifs et iconiques qui sous-tendent la pratique de boire du vin en France. Nous avons mené une étude selon une perspective sémiologique et linguistique, dans différents supports médiatiques. La première partie de ce travail sera consacrée à la présentation de cette analyse sémiologique et linguistique, puis nous exposerons les résultats de cette investigation.

L’analyse sémiologique et linguistique

La mise à jour de l’univers imaginaire du vin

  • 6 Nous empruntons ces expressions à Houdebine (Anne-Marie), « Un rêve de Barthes (Panzani revisitée)  (...)
  • 7 Ibid., p. 27.

3Le discours médiatique permet le lien social ; c’est aussi le lieu de transformation des représentations. Un mot, une image nous emportent dans le monde qu’ils évoquent, ils nous « regardent », nous « concernent6 » et nous renvoient à notre propre individualité, mais également à la société à laquelle nous appartenons. Discours et images suscitent l’intertextualité et l’interdiscursivité. La production du sens relève du culturel, du symbolique, mais également du « contenu latent, insu des messages d’une époque7». Nous avons recherché les représentations socio-culturelles se rapportant à la pratique de boire du vin en France en étudiant dans les médias, le discours et les images fixes et mobiles liés au vin. Notre attention s’est portée sur le processus de production-interprétation du sens. Tout acte d’utilisation individuel de la langue et de l’image fixe ou mobile a une dimension volitive et une dimension épistémique. L’intention argumentative est présente. Ainsi l’acte de discours, mais également la construction de l’image, la scénographie mise en place sont perçus comme des lieux permettant entre autres la déconstruction et la re-construction des systèmes de valeurs véhiculés par les mots et les images. Nous avons étudié le processus de production-interprétation du sens dans le discours médiatique du vin afin d’arriver à percevoir et à expliquer les procédés langagiers, iconiques et audiovisuels qui permettent l’ « épidémiologie des représentations », dont parle D. Sperber, et qui sont les procédés discursifs et iconiques qui sont à la base des représentations socio-culturelles du vin dans la société française.

4Notre approche est double : elle relève à la fois de la sémiologie, à savoir « cette science générale de la vie des signes de la vie sociale » telle que la définit F. de Saussure dans le Cours de linguistique générale, mais aussi de la linguistique, science du langage qui permet de mettre à jour des indices langagiers récurrents. L’étude sémiologique et linguistique fait apparaître des signes itératifs, révélateurs de certaines normes spécifiques aux imaginaires du vin.

Un corpus discursif, iconique et audiovisuel

5L’analyse se base sur deux types de corpus médiatique relevés pendant l’année 2007 en France. L’un, en rapport avec la presse écrite, concerne deux revues consacrées au vin : le hors-série L’Express des mois de juin et juillet 2007, et deux numéros de La Revue du vin de France, premier magazine thématique du vin fondé en 1927. Notre étude de La revue du vin de France porte sur le numéro spécial de juin 2007 et le numéro 509 du mois de mars 2007. Dans ces deux revues, nous nous sommes intéressée au discours des journalistes spécialisés qui dégustent des vins à l’aveugle, ainsi qu’aux publicités. L’autre corpus traité est un document audiovisuel. Il s’agit du film de Joël Séria, Le Raisin d’or, diffusé en 2007 à la télévision. Nous nous sommes concentrée sur la scène de la soirée de dégustation qui a lieu entre le propriétaire et producteur, personnage joué par  Pierre Arditi, et son maître de chai, rôle incarné par Christiana Réali.

Du cadre théorique aux modèles d’analyse

6Le vin est un objet culturel infiltré de significations. Plus qu’une boisson, c’est une fonction, un moyen de communication. La pratique de boire du vin est associée à un discours mais aussi à un espace de la consommation, à une façon de parler, à une gestuelle, à un corps, à une identité. C’est pourquoi la prise en compte du contexte – la relation entre texte, image et contexte – est importante dans ce travail, à cause du corpus étudié, mais aussi de la thématique traitée.

  • 8 Maingueneau (Dominique), L’Analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hac (...)

7Notre étude s’inscrit dans la filiation de l’analyse du discours telle que l’a définie D. Maingueneau, c’est-à-dire qu’elle « n'a pour objet ni l'organisation textuelle en elle-même, ni la situation de communication, mais [qu’] elle doit penser le dispositif d'énonciation qui lie une organisation textuelle et un lieu social déterminés. Le discours y est appréhendé comme activité rapportée à un genre, comme institution discursive : son intérêt est de ne pas penser les lieux indépendamment des énonciations qu'ils rendent possibles et qui les rendent possibles8. »

8La double investigation sémiologique et linguistique cherche à mettre en avant les axes sémiques dont parle R. Barthes, afin de cerner les représentations socio-culturelles liées au vin présentes dans les discours verbal et visuel. Deux modèles d’analyse en sémiologie et en linguistique ont été retenus.

  • 9 Houdebine (Anne-Marie), loc. cit., p.26.

9D’une part notre étude sémiologique s’inspire des travaux d’A.-M. Houdebine, en rapport avec la sémiologie des indices. A.-M. Houdebine remarque que lors d’une étude, « il paraît donc préférable de commencer par analyser la strate iconique […], en s’efforçant dans un premier temps de ne pas utiliser le contenu du message verbal9 ». Nous avons procédé ainsi. Lors de notre investigation sémiologique, nous avons analysé, au niveau de la strate iconique, les dispositifs coloristique et scénique (la mise en scène, le décor, les vêtements, les attitudes, la gestuelle) et, au niveau de la strate verbale, le dispositif énonciatif. Par ailleurs nous avons adapté notre travail aux nécessités du corpus. Ainsi pour l’analyse de la séquence filmique, nous avons pris en compte la strate séquentielle avec les transitions. Notre objectif est de dégager les formes et les contenus récurrents dans les images mobiles du film et les images fixes des publicités, afin de mettre en avant les codifications qui existent dans la langue de l’image et qui génèrent les imaginaires socio-culturels du vin.

  • 10 Nous empruntons ce terme à Jean-Claude et Sophie Moirand. Beacco (Jean-Claude) & Moirand (Sophie), (...)

10D’autre part, le corpus verbal étudié contient un emploi très marqué du langage figuré de la communication sur le vin. La terminologie de l’œnologie et le discours des spécialistes qui testent le vin abondent en métaphores. C’est pourquoi nous avons choisi lors de notre étude linguistique l’approche sémantique, qui se prête parfaitement au discours polysensoriel et à la fonction poétique du langage. L’analyse sémantique développée par les travaux de François Rastier permet de comprendre les mécanismes sémiques présents dans les unités lexicales, qui sous-tendent les jeux de mots que permettent les métamorphoses et les métaphores du vin, ainsi que les multiples parcours interprétatifs que créent les isotopies. L’analyse sémantique menée dans ce travail consiste à s’intéresser au potentiel discursif des entités linguistiques mobilisées. Nous  avons pris en compte les occurrences où apparaissent le terme « vin », les énoncés cotextuels ainsi que les reformulants. On peut distinguer deux types de paradigmes de reformulants10: les paradigmes définitionnels et les paradigmes désignationnels. Les paradigmes définitionnels correspondent à la liste des définitions observées pour un même terme, alors que les paradigmes désignationnels correspondent à la liste des co-référents donnés pour un même terme. Lors de l’analyse sémantique, nous avons également pris en compte les rôles sémantiques du terme « vin » ou de ses paradigmes de reformulants. Il s’agit de cerner le déploiement du réseau sémantique du vin, à travers la description de mécanismes sémiques, mais aussi d’établir une configuration actantielle à travers les processus et les transferts actantiels.

Les résultats

11L’analyse sémiologique et sémantique montre des signifiants indiciels, que nous allons relier dans cette seconde partie à des effets de sens. Ainsi le corpus met en avant que le verbal, l’iconique et l’audiovisuel du vin sont le lieu de cristallisations axiologiques et l’objet de jugements évaluatifs plutôt positifs. Le vin dont il est question est un vin qui se déguste plus qu’il ne se boit.

12Il apparaît par ailleurs dans le corpus deux parcours interprétatifs, qui dépendent des connaissances que le destinataire a sur le vin et que nous avons distingués au niveau du discours audiovisuel, verbal et iconique, comme l’interprétation du profane et l’interprétation de l’expert.

Le discours audiovisuel : la séquence filmique 

13Selon une interprétation de profane, une analyse sémiologique et sémantique du discours audiovisuel du vin donne les résultats suivants. Dans la séquence étudiée, le propriétaire a invité à dîner le maître de chai au château. Il s’agit d’un rendez-vous amoureux. L’univers coloristique, les vêtements, le décor, la gestuelle, la mise en scène, la musique et le dispositif énonciatif sont des indices narratifs qui désignent le vin comme l’élément central de la scène. Le vin est le médiateur qui permet le lien avec d’autres mondes.

  • 11 « … » = forme du signe, signifiant.

14Par exemple, lors de la dégustation du vin du dîner, se produit une délocalisation temporelle et spatiale. La « peinture abîmée11 », le « billet doux », le « rendez-vous galant », la « robe de princesse », et cette chaste « relation amoureuse » sont les signes d’une époque du passé. Il en va de même avec les signes indiciels de l’aristocratie (« vêtements », « château », « chandeliers », « musique classique »). La mise en scène correspond par ailleurs à un conte de fées, celui de la Belle au bois dormant, tandis que « le château », « les fromages », les « fruits », les « fleurs » posés sur la table, sont les signes d’un retour à la terre, au terroir.

15Outre cette perte des repères physiques, la séquence correspond à une redécouverte des perceptions et des sensations. L’homme initie la jeune femme et l’emmène vers un monde polysensoriel. L’analyse sémantique montre la gradation sensorielle dans leur échange. On passe de la découverte du caractère, du mental du vin avec les qualificatifs « séducteur, tendre, élégant », à la découverte des sensations esthétiques, visuelles, gustatives et olfactives, qu’il procure. Ce champ lexical du sensoriel (« dentelle, velouté, pulpeux, moelleux, capiteux ») permet d’accéder aux champs lexicaux du sensuel et du charnel avec les termes « corps, charnu, cuisse, puissant, intense, chaud ». Cette gradation et le double parcours interprétatif entre le sensuel du vin et le sensuel de la relation amoureuse reposent sur l’isotopie que permet le sème « être humain » présent dans les termes pivots « rusé, séducteur », « corps » et « cuisse de jeune fille ». Par ailleurs, les transferts actantiels du vin marquent l’échange entre l’homme et la femme. Au début de leur rencontre, le vin est agent, l’homme dit de lui que « le vin a un secret, mais [que] si on sait l’aimer, c’est un secret qu’il ne garde pas », puis au cours du dîner et de la conversation, le vin devient la boisson de l’amour. Il est objet mais il relève aussi et surtout du résultatif, avec l’aveu de la jeune femme : « j’ai soif, il est chaud, il rend fou d’amour. »

16Ainsi la dégustation du vin va instaurer une relation plus intime entre les personnages. Cette relation est fondée sur la découverte de l’autre mais aussi de soi, et elle est synonyme d’apaisement et de bien-être. La scène montre les effets corporels du vin. La jeune femme s’endort dans les bras de l’homme, qui est grisé par le vin mais aussi par l’amour. Tous deux accèdent à un état de plénitude, de plaisir. La couleur rouge du vin dont les connotations renvoient au sang, à la vie et à la passion amoureuse, domine toute la séquence.

17Dans cette séquence filmique, le vin est donc un élément qui rassasie, rafraîchit, désaltère et nourrit. Mais c’est davantage le mental que le physique qui est visé. Plus qu’une boisson, le vin est davantage un embrayeur vers d’autres mondes possibles, le monde des sensations, de l’amour, du plaisir. Le vin symbolise la vie.

18Cette interprétation du profane peut utilement être complétée par une analyse sémiologique et sémantique menée du point de vue de l’expert. Afin d’avoir une interprétation de spécialiste du vin, nous avons repris le dialogue échangé dans la séquence filmique étudiée, en nous intéressant cette fois-ci à la définition en œnologie de chaque terme et en mettant en avant les sens qui sont sollicités.  Nous nous sommes référée au Dictionnaire de la langue du vin de M. Coutier.

  • 12 Coutier (Martine), op. cit., p. 147.

19Mis à part la locution « sans ombre », les adjectifs « superficiel », et « doré », et le constat « il rend fou d’amour », les termes et locutions utilisés appartiennent au vocabulaire de la dégustation du vin. À propos de la locution « cuisse de jeune fille » que nous avons pu relever dans le dialogue, M. Coutier remarque que cette formulation « avoir de la cuisse » « se dit d’un vin qui allie les qualités de consistance et de nervosité (gaillard, musclé). […] Cette expression à connotation érotique appartient davantage au langage oral qu’au langage écrit et ne fait pas partie du vocabulaire des dégustateurs professionnels et des œnologues qui la jugent trop imprécise et fantaisiste. Aussi est-elle tombée en désuétude au milieu du XXe siècle, époque de l’œnologie moderne. On ne la relève plus que dans des emplois métalinguistiques. Il en est de même pour quelques autres expressions de la même veine comme avoir du corsage, avoir de la jambe, avoir du jarret12. »

  • 13 Ibid., p. 23.

20L’examen des différents termes fait apparaître que cette scène de dégustation fictive reprend les étapes d’une vraie dégustation, qui sont, comme le souligne M. Coutier13« […] l’examen visuel (œil), l’examen olfactif (le nez) et l’examen gusto-olfactif (la bouche), suivis d’une conclusion, qui comporte le plus souvent des appréciations à caractère hédoniste ». L’étude des définitions œnologiques dans le discours de la séquence permet toutefois d’affiner cette première impression et de mettre en évidence d’autres résultats. Cette scène de dégustation comprend trois phases qui ne mobilisent pas les sens de la même façon et qui dépendent du sexe de la personne dégustant le vin. L’homme et la femme ne commencent pas la dégustation du vin avec les mêmes sens. Contrairement à l’homme, qui prend son temps et progresse de façon ordonnée en commençant par une perception visuelle, la femme a très vite une perception d’ensemble. Ce non-respect des étapes de la dégustation, s’il marque une perception sensorielle différente en fonction du sexe, peut également être associé à un emballement, une gêne chez la jeune femme, traduisant à la fois son état de nervosité et de pudeur lors de ce rendez-vous galant. Cette opposition sensorielle marque la différence d’âge et la différence dans l’expérience amoureuse. L’homme sera son guide. Dans la seconde étape de la dégustation, l’homme et la femme mobilisent les mêmes sens, tandis que dans la troisième étape, seules sont évoquées les perceptions et les sensations de la jeune femme. La dégustation s’achève pour eux deux avec davantage de perceptions tactiles. La progression de la dégustation semble suivre la progression de la relation amoureuse.

21La définition œnologique des termes du dialogue permet donc d’enrichir l’interprétation de la séquence filmique. Il apparaît que le vin procure du plaisir à ceux qui savent apprécier le degré de sa qualité, la combinaison de ses constituants (son arôme, ses saveurs, les sensations chimiques et tactiles) et les effets de son vieillissement. Ainsi le discours est conforme aux verbalisations de l’expérience visuelle, olfactive, gustative et tactile des dégustateurs, mais il correspond aussi à la progression de la relation amoureuse.

22En conclusion, les différents éléments de la mise en scène (dialogue, couleurs, vêtements, décor, gestuelle, musique et dispositif énonciatif) sont différents indices discursifs de la même métaphore conceptuelle : le vin est un corps vivant. Dans les deux interprétations, il y a une symbolique sensualiste du vin. Le vin, c’est le plaisir, c’est la vie. On doit par ailleurs associer ce résultat au contexte de communication. Le divertissement du soir en semaine correspond à une heure de grande audience. Le contrat de communication d’un téléfilm est de faire vivre un bon moment au téléspectateur, de ne pas heurter sa sensibilité mais au contraire de le faire rêver et d’entretenir ses rêves par des clichés. Le film met en scène des personnages dont le profil incarne des idéaux culturels et sociaux. Ainsi le vin est présenté comme un produit de valorisation sociale : il ne se consomme pas mais se savoure, c’est pourquoi il est source de plaisir. Ne s’agissant pas d’une quelconque boisson alcoolisée mais d’une substance élitiste, la représentation du vin dans ce film ne remet pas en cause la censure sociale et la prévention contre l’absorption d’alcool.

Le discours des dégustateurs des revues

23L’analyse du vocabulaire de la dégustation met en avant différentes caractéristiques du vin. La verbalisation des perceptions sensorielles reste problématique. Afin d’être compréhensibles pour le profane, les dégustateurs des revues introduisent dans leur discours l’expérience de la nourriture. Pour évoquer les propriétés sensorielles du vin, ils mentionnent des fruits, des fleurs, des épices et des végétaux. Ainsi il est dit que « le vin se livre sur un registre très subtil, avec ses notes de thé Earl Grey, de riz basmati et d’épices ». Le vin semble l’élément central qui rassemble différents secteurs alimentaires. Toutefois, c’est le règne du végétal, de la terre qui apparaît. Les références à l’animalier ou à la mer ne sont pas présentes.

24L’ancrage métaphorique est par ailleurs très fort. Le vin est présenté comme étant le fruit du travail de l’homme. D’une part, il est perçu comme une naissance. Il est dit que les producteurs « ont conçu » ou « ont la joie d’annoncer la naissance de » tel vin. On remarque par ailleurs que le vin ne se fabrique pas, ne se cultive pas, mais « s’élève », et tel un enfant il est dit que « le vin doit encore s’assagir », ou comme dans le ventre de la femme avant l’enfantement, il est dit qu’il doit « s’arrondir ». D’autre part, le vin est une œuvre artistique : il est question de « vin haute couture », de travail d’orfèvre avec le « rubis », d’un tableau avec la « palette aromatique », d’une œuvre littéraire avec un vin qui « s’exprime », qui n’est « pas du tout grande gueule », ou qui a du « style ». Enfin les termes du rapport, de la conquête amoureuse sont présents. Il est dit du vin qu’il « séduit », « se dévoile ».

25Le vin est donc représenté dans le discours des dégustateurs comme le résultat d’un travail, d’une recherche, d’une quête de l’homme. Il symbolise la création, la vie.

26Par ailleurs l’analyse du discours de la dégustation, selon une interprétation de spécialiste, va spécifier les propriétés du vin. Le discours est concentré principalement sur deux instants dans l’univers du vin : sa création et sa dégustation. Il s’agit soit du lien du vin avec la terre, avec des termes en rapport avec le climat, la géologie, le millésime et la qualité de la vendange ; soit le discours détaille les caractéristiques du vin, la combinaison de ses constituants. Il est question de ses qualités ou défauts olfactifs (« entêtant, franc, sentir l’éventé »), de sa force alcoolique (« ardent, chaleureux, chaud, faible, fort, froid, puissant »), de son acidité (« verdeur »), de sa consistance (« gras »), de sa saveur (« amer »), et de sa capacité à vieillir (« vieux »).

27En définitive, le discours des dégustateurs du vin conforte les lecteurs dans la représentation d’un produit du terroir, d’un produit naturel issu du travail de l’homme.

Le discours iconique des publicités des revues

28Du point de vue de l’interprétation du profane, les expressions sont iconicisées dans la publicité. On constate deux principales mises en scène narratives : le savoir-faire et la pratique du boire.

29Le savoir-faire est représenté par des figures de production  qui sont soit des paysages (« vignes, vendanges ») ; soit le nom de la marque ou le nom de la bouteille ; des figures de conservation  qui sont soit des outils ou du matériel de travail, soit des objets, soit des personnes, soit des lieux (« tracteurs, tonneaux, bottes, maître de chai, cave ») ; des figures d’élevage qui correspondent soit à l’énoncé publicitaire (« transmission de père en fils »), soit à des personnes. Les personnes représentées sont majoritairement des hommes. Dans le savoir-faire l’empreinte de la masculinité domine.

30La pratique du boire met en scène deux imaginaires : le modèle vigneron et le modèle aristocratique. Le vin est représenté d’une part en tant que simple boisson avec des figures de la consommation (« la bouteille, le tire bouchon ») et, d’autre part, en tant que boisson d’élite avec des figures de légitimation (« des sceaux, des sommeliers, des personnages illustres, des emblèmes, des dates de fondation »).

31Quant à l’interprétation de l’expert, on remarque que la représentation de l’œnologie est quasi absente dans les publicités. Seules quelques images de laboratoire sont présentes et dans ces rares cas, l’image est partagée avec des « vignes » et des « sceaux ». Ainsi le renouveau n’est pas total, puisqu’il y a alliance du moderne et de l’ancien. Les publicités comportent également peu de termes d’œnologie. Quand c’est le cas, il s’agit des plus connus : le nez et la bouche. La nominalisation posant l’action comme étant réalisée, ces deux termes vont avoir pour effet de mettre en scène la dégustation.

32En conclusion, l’analyse du discours iconique des publicités des revues montre que le vin est une affaire d’hommes. La notion de masculinité est évoquée soit ouvertement, soit implicitement, voire intuitivement avec des valeurs physiques ou morales qui sont attribuées culturellement à l’homme. La filiation paternelle est mise en scène : les hommes vigneron, éleveur ou propriétaire reçoivent et transmettent. La publicité atteste d’une persistance des figures traditionnelles de l’homme. Cette virilité et cette transmission paternelle attachent également de façon indissociable le vin à un terroir. On constate également que le discours iconique publicitaire exploite la stratégie d’identification par mimétisme. Le vin est présenté comme un objet de distinction sociale, voire de collection. On relève l’émergence de nouvelles représentations avec l’apparition de photos de laboratoires d’œnologie ou de figures féminines. Mais ces nouveautés restent assez marginales et sont à chaque fois atténuées avec des éléments traditionnels de représentation du vin, tels que « des vignes, des châteaux ». Ainsi il s’agit moins de nouveauté que de conformisme social. Ces résultats sont à mettre en rapport avec le contrat de communication de la publicité. La publicité vise à créer l’adhésion par l’évasion et le désir. Elle renvoie à l’intertextualité par des stéréotypes culturels, des messages idéologiques ; elle véhicule des images, des normes et des valeurs sur le corps qui appartiennent à un discours social ritualisé.

Conclusion

33Les trois études sémiologiques et linguistiques menées dans le discours audiovisuel, iconique et verbal mettent en avant des résultats identiques dans les représentations socio-culturelles du vin en France.

34Dans les trois types de discours, le vin est associé à un corps vivant. Il symbolise la vie. Martine Coutier remarque dans son Dictionnaire de la langue du vin que cette métaphore anthropomorphique est assez ancienne :

  • 14 Ibid., p. 28.

Parmi les champs métaphoriques qui fondent la terminologie dégustative, celui de l’anthropomorphisme est certainement le plus ancien et le plus productif. L’image corporelle suggérée par le vin remonte à l’Antiquité […]. Elle a été reprise au Moyen Âge par les auteurs de textes œnologiques dans lesquels le vin est personnalisé et paré de qualités humaines physiques et mentales. Le terme « corps » sert de générique pour représenter l’aspect tangible et matériel du vin perçu au contact de celui-ci dans tout l’intérieur de la bouche par opposition à l’aspect subtil et immatériel des arômes14.

35L’élevage du vin est par ailleurs comparable à un enfantement, mais il fait appel à la notion de paternité. Dans les trois discours, c’est en effet la figure masculine qui domine.

  • 15 Allaire (Jean-Paul), « En deçà et au-delà des images. Le réel du vin », dans Le Corps, le vin et le (...)

36Par ailleurs le vin n’est pas vraiment représenté comme une boisson, mais davantage comme un mode d’existence. Ainsi le vin va permettre d’exercer un faire social, et d’affirmer un être social. Il permet soit d’accéder à l’aristocratie, soit de retourner à la nature, deux possibilités qui renvoient à la qualité ancestrale du vin. Nous reprenons la remarque de Jean-Paul Allaire qui constate que « […] les corps n’ont peut-être plus seulement faim de nourriture mais de “vrai”, ce à quoi le vin correspondrait actuellement15», pour expliquer ces deux voyages vers l’histoire et les origines. Le vin ne correspond pas à un vulgaire produit de consommation, mais il est lié à un cérémonial, une tradition. Le vin est comparé à un précieux liquide associé à la joie, au plaisir, au vivant. Il célèbre le culte de la vie. La remarque de Freud, « le vin c’est de l’amour en bouteille » est donc encore et toujours d’actualité en France.

37Ainsi la remarque de Roland Barthes de 1957 concernant la dive bouteille en France reste pertinente en 2007, même si les résultats de cette présente étude doivent être considérés avec précaution, dus à la taille et au contrat de communication du corpus :

  • 16 Barthes (Roland), op. cit., p. 70.

Mais ce qu’il y a de particulier à la France, c’est que le pouvoir de conversion du vin n’est jamais donné ouvertement comme une fin : d’autres pays boivent pour se saouler, et cela est dit par tous ; en France, l’ivresse est conséquence, jamais finalité ; la boisson est sentie comme l’étalement d’un plaisir, non comme la cause nécessaire d’un effet recherché : le vin n’est pas seulement philtre, il est aussi acte durable de boire : le geste a ici une valeur décorative, et le pouvoir du vin n’est jamais séparé de ses modes d’existence16.

38     

Haut de page

Bibliographie

Allaire (Jean-Paul), « En deçà et au-delà des images. Le réel du vin », dans Le Corps, le vin et les images, MEI, no 23, sous la direction de Hubert Cahuzac & Martine Joly, Paris, L’Harmattan, 2005, pp. 51-57.

Anscombre (Jean-Claude) & Ducrot (Oswald), L’Argumentation dans la langue, Bruxelles, Pierre Mardaga éditeur, 1983.

Argod-Dutard (Françoise) & Charvet (Pascal) & Lavaud (Sandrine), Voyage aux pays du vin, histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2007.

Barthes (Roland), Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Beacco (Jean-Claude) & Moirand (Sophie), « Autour des discours de transmission de connaissances », Langages, no117.

Cahuzac (Hubert) & Joly (Martine), Le Corps, le vin et les images, MEI, no 23, Paris,  L’Harmattan, 2005

Coutier (Martine), Dictionnaire de la langue du vin, Paris, CNRS Éditions, 2007.

Houdebine (Anne-Marie, sous la dir. de), Sémeion, n1, revue du laboratoire Dynalang-SEM, Université René Descartes, Paris 5, 2003.

Houdebine (Anne-Marie), « Un rêve de Barthes (Panzani revisitée) », Sémiologie, Travaux de Linguistique, Université René Descartes-Paris 5, numéro 5-6, 1994, 2004 (4e tirage), pp.17-38.

Kerbrat-Orecchioni (Catherine), L’Énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin Éditeur, 2002.

Maingueneau (Dominique), L’Analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991.

Normand (Sylvie), Les Mots de la dégustation du champagne, Paris, CNRS Éditions, 2002.

Nossiter (Jonathan), Le Goût et le pouvoir, Paris, Grasset, 2007.

Pivot (Bernard), Dictionnaire amoureux du vin, Paris, Plon, 2006.

Putnam (Hilary), Représentation et réalité, Paris, Gallimard, 1990.

Rastier (François), Sémantique interprétative, Paris, Presses universitaires de France, 1987.

Rastier (François), Sens et textualité, Paris, Hachette, 1989.

Rastier (François), Sémantique et recherches cognitives, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

Saussure (Ferdinand de), Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1968.

Sperber (Dan), La Contagion des idées, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996.

Wierzbicka (Anna) « La Quête des primitifs sémantiques : 1965-1992 », Langue française 98, 1993, pp. 9-23.

Haut de page

Notes

1 Coutier (Martine), Dictionnaire de la langue du vin, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 38.

2 Barthes (Roland), Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 69.

3 Nous empruntons cette dénomination à Roland Barthes. (Ibid.).

4 Coutier (Martine), op. cit., p. 23.

5 Pivot (Bernard), Dictionnaire amoureux du vin, Paris, Plon, 2006.

6 Nous empruntons ces expressions à Houdebine (Anne-Marie), « Un rêve de Barthes (Panzani revisitée) », Sémiologie, Travaux de Linguistique, Université René Descartes-Paris 5, n5-6, 1994, 2004 (4e tirage), p. 17-38.

7 Ibid., p. 27.

8 Maingueneau (Dominique), L’Analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991, p. 13.

9 Houdebine (Anne-Marie), loc. cit., p.26.

10 Nous empruntons ce terme à Jean-Claude et Sophie Moirand. Beacco (Jean-Claude) & Moirand (Sophie), « Autour des discours de transmission de connaissances », Langages, no 117.

11 « … » = forme du signe, signifiant.

12 Coutier (Martine), op. cit., p. 147.

13 Ibid., p. 23.

14 Ibid., p. 28.

15 Allaire (Jean-Paul), « En deçà et au-delà des images. Le réel du vin », dans Le Corps, le vin et les images, MEI, no 23, sous la direction de Hubert Cahuzac & Martine Joly, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 55.

16 Barthes (Roland), op. cit., p. 70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurette Château, « La Dive bouteille en France : une analyse sémiologique et linguistique de son discours et de ses images », COnTEXTES [En ligne], 6 | septembre 2009, mis en ligne le 26 septembre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4485 ; DOI : 10.4000/contextes.4485

Haut de page

Auteur

Laurette Château

Docteure en Sciences du langage de l’Université de Nantes

Haut de page