Navigation – Plan du site

Compte rendu de Cosset (Pierre-Laurent) et Grafnetterova (Lenka), L’engagement de l’axiologie nationale dans la lecture d’un roman

Paris, L'Harmattan, série Littérature et Société, coll. « Logiques Sociales », 2009
Frédérique Giraud

Texte intégral

  • 1  B. Hrabal, Obsluhoval jsem anglického krale, Prague, Mlada fronta, 2002 ; B. Hrabal, Moi qui ai se (...)
  • 2  H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Gallimard, Paris, 1978

1Sur la base d’une enquête sociologique menée auprès de trois échantillons de lecteurs tchèques, français et allemands, les auteurs de L’engagement de l’axiologie nationale dans la lecture d’un roman souhaitent mettre à jour l’approche culturelle, et précisément nationale, qu’investissent les lecteurs dans l’interprétation du roman tchèque de Bohumil Hrabal Moi qui ai servi le roi d’Angleterre1. Il s’agit« d’analyser sous un angle sociologique l’approche tchèque du roman de Bohumil Hrabal ; les lectures françaises et dans une moindre mesure allemandes devant avant tout – mais pas seulement – nous permettre, par contraste de l’éclairer » (p. 20). L’hypothèse majeure de l’ouvrage est la suivante : la lecture est orientée par la culture nationale du lecteur, celle-ci n’étant pas pour autant conçue comme un système rigide et univoque. L’enjeu est de compléter l’analyse en termes d’horizons d’attente littéraires de Hans Robert Jauss2, en prenant en compte les conditions sociologiques à l’œuvre dans la réception d’un roman.

2La première partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation du roman et du romancier : résumé et premières analyses du roman, analyse générale des discours dominants tchèque et français à propos de Bohumil Hrabal. Cette première partie, pour importante qu’elle soit dans l’économie de l’ouvrage, parce qu’elle est à dominante descriptive, ne fera pas l’objet d’une reprise intégrale dans cette note de lecture. On notera cependant l’intérêt de la présentation attentive des problèmes posés par la traduction du roman de Bohumil Hrabal. La richesse lexicale, la complexité syntaxique de la langue du romancier, invitent à poser la question des écueils de la traduction. La prise en compte de la qualité de la traduction est un enjeu majeur, dans le cadre d’une analyse comparative de la réception d’un ouvrage, par des lecteurs de nationalités différentes. Et ce d’autant plus, que les Tchèques affichent en général un fort scepticisme devant toute tentative de traduction de Hrabal, et que de l’avis des traducteurs eux-mêmes, la tâche s’avère périlleuse. Un certain nombre d’exemples illustrent avec clairvoyance les problèmes de traductibilité de certains termes ou expressions directement liées à la culture tchèque, de même que des problèmes notables de la traduction française du roman Moi qui ai servi le roi d’Angleterre par Milena Braud.

  • 3  Holy L., The little Czech and the great Czech nation, Cambrige University press, 1996

3Un problème selon nous porte sur l’organisation de l’ouvrage. La présentation détaillée de l’enquête, qui forme le projet central de l’ouvrage, vient en effet un peu tard, en troisième partie. Les résultats de l’enquête sont confinés en troisième partie. Le « long travail préparatoire » à l’enquête, selon les mots mêmes des auteurs (p. 171), occupe les trois quarts de l’ouvrage et tous les chapitres sont conçus comme étant « une voie d’accès à l’objet principal » (p. 147) de la recherche. En ouverture du chapitre 3 de la troisième partie, on peut en effet lire : « Il nous reste, sur la base de ce long travail préparatoire et dans le prolongement du précédent chapitre, à introduire les résultats de notre enquête » (p. 171). Il nous semble que les auteurs auraient pu donner une plus grande place aux résultats de l’enquête, sans déroger à l’économie globale de l’ouvrage. L’ouvrage est en effet très pédagogique concernant la présentation de l’auteur, du roman, la mise en avant des écueils de la traduction et la présentation d’un schème culturel tchèque, à partir des thèses de Holy, The little Czech and the great Czech nation3.

4Concernant l’enquête, sa présentation est rapide. L’échantillon est constitué de 17 lecteurs tchèques, de 16 lecteurs français et 6 lecteurs allemands, tous âgés de 24 à 30 ans. On notera que la réception allemande du roman ne sera pas approfondie. Tous les enquêtés ont obtenu le baccalauréat ou un diplôme équivalent dans leur pays, et la plupart suivent ou ont suivi des études supérieures. L’enquête menée par questionnaire engageait les enquêtés à lire le roman de Hrabal et à répondre lors d’un entretien au questionnaire. Le terme de questionnaire utilisé par les auteurs, pour ce qui semble être une grille d’entretien très précise, laisse flotter un doute quant à la méthodologie mise en œuvre au premier abord. Ce doute est dissipé lorsque les auteurs précisent que l’enquête a consisté en des entretiens enregistrés au dictaphone d’une durée comprise entre 45 minutes et une heure. Les contraintes inhérentes à cette enquête expliquent et conditionnent le choix des enquêtés dans l’entourage direct et dans le milieu professionnel des auteurs. Les lecteurs français et allemands mobilisés pour l’enquête appartiennent en majorité au monde étudiant, seul l’échantillon tchèque est dit plus diversifié, comprenant des personnes actives et des étudiants, mais sans plus de détails. On remarque que si les groupes de lecteurs choisis pour l’enquête, comprennent tous des hommes et des femmes, la partition selon le sexe n’est pas exploitée dans l’interprétation des réponses. Cependant, savoir que les personnes interrogées appartiennent à un milieu étudiant, proche de celui des auteurs, est-il suffisant pour entreprendre d’étudier leur rapport culturel à un ouvrage ? Quelles sont les études entreprises par les lecteurs et en quoi peuvent-elles aider à la lecture, à la compréhension du roman de Hrabal ? Peut-on aisément comparer de ce point de vue, les lecteurs tchèques et français ?

5Affirmer vouloir prendre en compte les conditions sociologiques à l’œuvre dans la réception d’un roman s’accommode mal d’une absence d’éclairage des propriétés sociales des lecteurs. Les auteurs ont averti le lecteur qu’ils limiteraient leur analyse au seul niveau de la culture nationale. Il ne s’agit donc pas de considérer tous les éléments pouvant entrer en jeu dans l’interprétation d’un texte : le niveau d’analyse choisi exclut, par exemple, de façon délibérée la prise en compte des différences existant entre les divers groupes sociaux d’un pays. Ainsi lorsque les auteurs écrivent que les Tchèques ont majoritairement une appréciation favorable du roman et le couvrent de propos élogieux, mais que n’en déplaise à ces derniers, un certain nombre de personnes, parmi la jeune génération tchèque, le rejettent en bloc, on aimerait cependant connaître les conditions sociales de production de ces discours, a fortiori, négatifs. Quelles sont les personnes qui ont un rapport si négatif à Bohumil Hrabal ? Les auteurs citent de façon très intéressante les propos de deux enquêtés qui ont refusé de se prêter au jeu de la lecture du roman, au prétexte que celui-ci leur tombait des mains régulièrement. Mais l’enjeu sous-jacent à ce refus n’est pas exploité par Pierre-Laurent Cosset et Lenka Grafnetterova : Quelles sont les propriétés sociales de ces deux personnes ? En quoi leur insertion sociale dans la société tchèque peut-il expliquer leur rejet ? Même s’il s’agit uniquement de rendre compte des raisons et de la spécificité de la réception tchèque, notamment par la résonance du roman de Bohumil Hrabal avec les références culturelles des Tchèques, peut-on faire, et à quel prix, l’économie de la comparaison des lecteurs d’un même pays ? Ne se prive-t-on pas par là, d’éléments importants de compréhension de la réception ? Ces remarques ne visent pas à disqualifier le travail de recherche offert par cet ouvrage, qui apporte comme nous allons le voir des éléments de compréhension d’un auteur et de son succès auprès de ses lecteurs, mais à réfléchir à une démarche de recherche, que les auteurs auraient pu approfondir.

  • 4  « Le rapport qu’a le lecteur français à la langue de Hrabal ne peut être, par principe, que profon (...)

6La présentation des résultats de l’enquête se fait en deux chapitres distincts. Le premier se concentre sur des éléments d’appréciation générale du roman, où se déclinent les « opinions générales » des lecteurs tchèques, français et allemands. Les lecteurs tchèques mettent avant tout en avant la qualité stylistique de l’écriture de Bohumil Hrabal : le roman est pour la majorité des personnes interrogées « prenant, dévorant, absorbant ». Ils apprécient l’écriture de Hrabal, parce qu’elle met en valeur leur langue maternelle. Sur ces points, s’il n’est pas surprenant que les lecteurs français ne mettent pas en avant ces qualités d’écriture4, il reste cependant que les lecteurs tchèques manifestent là un rapport particulier à la langue. Ainsi il semble que « l’écriture de Bohumil Hrabal active et flatte l’imaginaire national tchèque, à la fois par la virtuosité de son style et ses thématiques récurrentes, faisant aussi bien référence à l’histoire passée et aux différents contextes sociopolitiques de la Tchécoslovaquie, qu’aux spécificités culturelles du pays » (p.162). Les lecteurs tchèques goûtent également chez Hrabal la rencontre intime avec un univers qui leur est familier : la lecture de cet auteur les plonge dans un univers familier. En effet, le roman de Hrabal abonde en images ainsi qu’en allusions très connotées culturellement et il met en scène des épisodes marquants de l’histoire tchèque, c'est-à-dire des thématiques qui sont plus susceptibles d’interpeller le lecteur tchèque.

7Les lecteurs français interrogés mettent également en avant l’envie de lire l’ouvrage en entier. Ils notent le caractère fictif, fantastique du roman et surtout remarquent l’humour acide de Hbrabal. Cette attention portée à l’humour grinçant dont fait preuve Bohumil Hrabal est, quant à elle, ainsi que le démontrent les auteurs, typiquement française. Avant d’entreprendre la lecture de l’ouvrage de Pierre-Laurent Cosset et Lenka Grafnetterova, nous nous sommes soumis nous-mêmes à l’expérience de lecture du roman de Bohumil Hrabal. Appartenant à la même tranche d’âge que les enquêtés des auteurs, et participant du même bain étudiant que les lecteurs interrogés, nous répondions aux critères de choix des enquêtés. La lecture du roman de Hrabal nous a marqué par la longueur des phrases, le flux du texte est imposant et l’on peine parfois à reprendre son souffle. Il s'agit d'une évocation caustique de l'ascension sociale, puis du déclin, d'un jeune garçon de café obsédé par son rêve de devenir millionnaire. L’humour acide du romancier est l’élément qui a le plus retenu notre attention, qui va de pair et renforce le caractère naïf de l’anti-héros qu’est le personnage principal du roman. Il apparaît que nous partageons la réception du roman des lecteurs français interrogés. Mais est-ce là l’effet de notre proximité sociale avec les lecteurs français : appartenance au milieu étudiant, études en post-bac, connaissance de certains éléments de la culture tchèque en raison des études menées ? Ou plutôt le fait de notre appartenance à la culture française ? On notera d’ailleurs que les auteurs ne concluent pas à « l’existence de l’investissement d’une axiologie nationale proprement française dans la lecture du roman de Bohumil Hrabal » (p. 228). Les lecteurs allemands quant à eux, perçoivent le roman comme tragique et triste. Ils attachent une grande importance au contexte historique dans lequel se déroule le roman, surtout pour la période de la seconde guerre mondiale. Les thématiques liées au nazisme et à la seconde guerre mondiale mobilisent toute leur attention, au détriment d’autres éléments du roman.

8Le deuxième chapitre consacré à la présentation des résultats de l’enquête est plus thématique. Il porte à la fois sur le mode d’appréciation du héros, par les lecteurs tchèques et français et sur la question du bonheur dans la destinée du héros. Le chapitre premier de la seconde partie, intitulé « les modes d’appréciation du héros » prépare sur le plan théorique, l’analyse des résultats de l’enquête. Il s’agit d’y rendre compte des descriptions du personnage principal, ainsi que des évaluations éthiques portés sur le comportement, et le caractère de celui-ci. Huit des dix-neuf questions présentes dans le questionnaire, portent sur le personnage principal. L’une des questions majeures à ce propos est la suivante : « Jan Dite est-il un “héros” ? » Il est alors très intéressant de constater que cette question n’est pas anodine pour les lecteurs tchèques. Ces derniers se montrent sceptiques, voire même agacés par cette question : pour eux le personnage principal de Moi qui ai servi le roi d’Angleterre ne présente pas les qualités nécessaires pour endosser le rôle de héros. Pour l’expliquer, les auteurs font un détour heuristique par les « fondements historiques et axiologiques de l’héroïsme tchèque ».

9Ce chapitre répond pleinement à l’ambition de l’ouvrage de montrer combien le regard que les Français portent sur le personnage diffère profondément de celui des lecteurs tchèques. D’une part, les réponses françaises sont plus hétérogènes que celles des Tchèques : les auteurs identifient deux types de lecture, « réaliste » et « distanciée », des lecteurs français et trois rapports au personnage (identification, non-identification, détachement). D’autre part, les lecteurs tchèques se démarquent des lecteurs français par leur attachement indéfectible au « héros », et de façon globale, ils marquent peu de détachement dans leur lecture du roman, étant « absorbés » par Moi qui ai servi le roi d’Angleterre. L’inscription du roman par sa langue, son mode de narration et ses thématiques dans la culture tchèque explique l’attitude de compréhension du texte, et l’identification au personnage qui caractérise la réception des lecteurs tchèques.

10En conclusion, il apparaît que les lecteurs tchèques se démarquent nettement des lecteurs français et allemands. La singularité de leur approche du roman Moi qui ai servi le roi d’Angleterre a été rendue visible par la confrontation des réponses des lecteurs français et tchèques. En ce sens, l’enquête présentée dans cet ouvrage a atteint ses objectifs. Mais les auteurs ne peuvent cependant affirmer, comme l’énonçait leur hypothèse, que les lecteurs investissent leur culture nationale dans la lecture d’un roman. Pour eux, la particularité relevée de la lecture tchèque du roman de Bohumil Hrabal tient à la singularité du roman lui-même :

On pourrait finalement se demander si un tel type d’approche nationale, aussi marquée et apparente que celle des Tchèques, ne se découvre pas uniquement chez les lecteurs lorsque ces derniers ont affaire à un texte qui se distingue, tant dans sa forme que dans son contenu, par son enracinement dans la culture nationale (p.228)

11  

Haut de page

Notes

1  B. Hrabal, Obsluhoval jsem anglického krale, Prague, Mlada fronta, 2002 ; B. Hrabal, Moi qui ai servi le roi d’Angleterre, trad. M. Braud, Paris, Robert Laffont, 1997 ; B. Hrabal, Ich habe den englischen König bedient, trad. Karl-Heinz Jähn, Frankfort, Suhrkamp, 2003

2  H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Gallimard, Paris, 1978

3  Holy L., The little Czech and the great Czech nation, Cambrige University press, 1996

4  « Le rapport qu’a le lecteur français à la langue de Hrabal ne peut être, par principe, que profondément différent, étant donné que le tchèque n’est pas sa langue maternelle et qu’il lit le roman de Hrabal dans une traduction de mauvaise qualité » (p. 165)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Compte rendu de Cosset (Pierre-Laurent) et Grafnetterova (Lenka), L’engagement de l’axiologie nationale dans la lecture d’un roman », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/4552

Haut de page

Auteur

Frédérique Giraud

GRS – ENS-LSH (Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page