Skip to navigation – Site map

La mise en série de la littérature

Sur Moretti (Franco), Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/croiser », 2008
Björn-Olav Dozo

Full text

1Ce petit livre de Franco Moretti, traduit dans l’excellente collection « Penser/croiser » des Prairies ordinaires, intéresse à plus d’un titre la sociologie de la littérature. Il propose des formes de modélisation de faits littéraires (« fait littéraire » étant entendu au sens large, de l’édition d’un livre à la marque stylistique), correspondant à la conception des études littéraires que Moretti défendait dans un autre livre, non traduit celui-là :

  • 1 Moretti (Franco), « The Soul and the Harpy », Signs taken for wonders. On sociology of literary for (...)

Literary texts are historical products organized according to rhetorical criteria. The main problem of a literary criticism that aims to be in all respects a historical discipline is to do justice to both historiographic and rhetorical. These would enable one to perform a dual operation: to slice into segments the diachronic continuum constituted by the whole set of literary texts (the strictly historical task), but to slice it according to formal criteria pertaining to that continuum and not others (the strictly rhetorical task)1.

2L’ouvrage répond ainsi à l’ambition d’articuler fortement approches externe et interne de la production littéraire, en recourant à des modèles importés d’autres sciences, tels les graphiques de la statistique, les cartes de la géographie et les arbres de la théorie de l’évolution, et ce pour rencontrer l’objectif que Moretti fixe lui-même à la sociologie de la littérature : « déduire de la forme d’un objet les forces qui ont agi ou agissent sur elle » (p. 92).

Des graphes pour repérer cycles et configurations

3Tout d’abord, rejoignant l’ambition d’un regard différent sur la littérature, il promeut ce qu’il appelle la« distant reading », « où la distance n’est pas un obstacle, mais une forme spécifique de connaissance » (p. 33). Il s’agit donc de laisser de côté les monuments pour s’intéresser à la multitude des documents, cette production ignorée de l’histoire littéraire, même la plus progressiste, moins parce qu’elle n’en a cure que parce qu’elle ne sait quoi en faire.

4Ce type d’interrogation — que faire de la littérature en dehors du canon ? — est un bon exemple de ce que l’ouvrage amène à considérer : des problèmes. Comme le souligne Laurent Jeanpierre dans sa préface, « Graphes, cartes et arbres est un livre de conjectures, c’est-à-dire un livre d’hypothèses ou, mieux, un livre de problèmes » (p. 23). Ce que Moretti propose, c’est un déplacement du regard, une modification du point de vue : « l’abstraction n’est pas une fin en soi, mais une manière d’élargir le domaine de l’historien de la littérature et d’enrichir sa problématique interne » (p. 34). De nouvelles questions à partir de mises en série ; voilà l’ambition générale du livre. Quiconque s’est frotté aux outils quantitatifs le sait : si ceux-ci apportent leur lot de réponses, ils charrient du même mouvement une foule de questions inédites. Au chercheur alors de suggérer des pistes, de pointer des explications, de proposer des interprétations. Les données quantitatives ont pour avantage, d’après Moretti, d’être « indépendantes de l’individu qui fait la recherche » (p. 37). Si cette affirmation mériterait d’être examinée en détail, elle l’autorise à mobiliser, dans la première partie, « Graphes », un ensemble de sources de seconde main pour proposer son interprétation de l’évolution des publications de romans dans différents pays sur deux siècles.

  • 2  Quelle est l’unité du comptage des « romans » ? Que faire des rééditions ? Des rééditions augmenté (...)
  • 3  Voir la liste complète p. 65-68.

5L’idée forte de Moretti est de pointer le retour de « cycles » littéraires, c’est-à-dire l’apparition, la domination puis la disparition de genres romanesques, liés à leur capacité à rendre compte d’une époque et à satisfaire un lectorat. Un genre n’est finalement qu’un « agencement morphologique qui dure dans le temps, mais toujours un certain temps seulement » (p. 47). L’interprétation est séduisante mais ce sont surtout ses présupposés méthodologiques qui nous intéressent ici ; il faut noter que ceux-ci sont plus profonds que le ton alerte et léger de ce petit essai ne pourrait le laisser penser. Cette conception de la recherche a des conséquences épistémologiques importantes dans un champ des études littéraires où la production scientifique était fortement liée à l’individualité du chercheur. En devenant cumulative, la connaissance construite par ce dernier s’inscrit de manière nette dans un paradigme scientifique plus large, tout en l’interrogeant à son tour. Prise au sérieux, l’affirmation de Moretti de l’indépendance des données quantitatives par rapport à celui qui les collecte doit être nuancée : un fondement méthodologique commun me semble absolument nécessaire, ne serait-ce que pour savoir ce que l’on compte2. Se pose alors la question de la définition de la « forme » à compter, « forme » qui chez Moretti prend corps dans différents « genres » thématiques (« courtship novel », « oriental tale », « sentimental novel », « ramble novel », « gothic novel », « jacobin novel », etc.3), tous étudiés par des chercheurs différents, repris et cités par Moretti, qui, à partir de ces études diverses, arrive à mettre en évidence le « cycle de vie » des genres thématiques. Ce type de conclusion ne peut apparaître que lors d’une sorte de méta-analyse des données collectées par différents chercheurs, différentes équipes, travaillant sur des objets différents, parfois même dans des perspectives différentes. Reste malgré tout, comme je le pointais plus haut, le problème du contrôle de cette méta-analyse, qui se doit de s’assurer que les données empiriques qu’elles rassemblent sont commensurables.

6L’avenir de la recherche en littérature, pour Moretti, passe donc par le travail d’équipe et les résultats cumulatifs. Il ne s’agit cependant pas de faire tous la même chose côte à côte, mais de collaborer de manière complémentaire, en travaillant chacun à son niveau d’analyse, pour développer ensemble des projets irréalisables seuls.

  • 4  Voir l’utilisation de « programme de recherche » par Thomas S. Kuhn, dans La structure des révolut (...)

7Je vois dans cette nécessité de collaboration la deuxième rencontre avec les ambitions de la sociologie de la littérature contemporaine, fondée sur la mobilisation d’outils communs, qui prend la forme de véritables « programmes de recherche » au sens de l’épistémologie des sciences4. De plus, l’approche collective diachronique de Moretti permettrait, comme le suggère Laurent Jeanpierre, de « compléter utilement les analyses en termes de “champ littéraire” qui ont placé l’étude synchronique du milieu plutôt que l’évolution des formes au cœur de leur enquête » (p. 27).

Des cartes comme clés d’entrée dans la socialité des textes

  • 5  Moretti (Franco), Atlas du roman européen. 1800-1900, Paris, Le Seuil, 2000.

8D’une approche externe avec les « graphes » (où l’on comptait les romans), on passe à une approche interne avec les « cartes » (où l’on compte dans les romans) de la deuxième partie du livre. L’idée, que Moretti a déjà développée largement dans son livre traduit, Atlas du roman européen. 1800-19005, est d’utiliser les cartes géographiques pour rendre visibles des configurations textuelles qui informent le texte mais ne sont visibles et ne prennent sens que représentées de la sorte.

  • 6  Cerreti (Claudio), Bolletino della Società Geografica Italiana, 1998, p. 141-148, cité par Moretti (...)

9La carte permet d’extraire du « flux narratif » une configuration (celle, circulaire, des lieux évoqués dans Our Village de Mitford, par exemple) qu’il s’agit ensuite d’expliquer. La carte n’est pas en soi une explication, mais « elle nous montre au moins qu’il y a quelque chose qui demande à être expliqué » (p. 74). Cette vertu heuristique des cartes est moins liée à l’essence qualitative des lieux qu’elle représente qu’aux configurations relationnelles des éléments modélisés. C’est donc finalement moins la géographie que la géométrie, entendue comme l’analyse des « objets en termes de positions réciproques et de distance, […] selon qu’ils sont proches ou éloignés entre eux ou par rapport à autre chose6 », qui retient Moretti.

  • 7  Sur l’analyse factorielle, voir Dozo (Björn-Olav), « Données biographiques et données relationnell (...)
  • 8  Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, (...)

10Bourdieu, dans son analyse de L’Éducation sentimentale, recourt à une carte du Quartier Latin et en donne une lecture relationnelle : montrer les lieux de provenance géographique (et donc sociale) des différents protagonistes permet de pointer des positions qui prennent un large surplus de sens quand on les oppose, c’est-à-dire quand on les met en relation l’une avec l’autre. Cet usage des cartes peut être rapproché d’un certain usage de l’analyse factorielle des correspondances multiples, qui permet, selon la métaphore consacrée, de « cartographier » l’espace social7. Citons comme exemple le diagramme canonique de La Distinction, intitulé « Espace des positions sociales » et « Espace des styles de vie »8, qui doit être lu non comme une représentation figée et absolue, mais comme un ensemble de traits en relation les uns avec les autres, rapprochements et éloignements spatiaux sur le plan marquant des tendances et non des normes qui ne souffriraient aucune exception.

11Mais revenons aux cartes de Moretti. Chaque carte dessine une configuration, un « indice laissé par l’histoire » (p. 92), qui doit permettre, comme je le précisais au début de ce compte rendu, de « déduire de la forme d’un objet les forces qui ont agi ou agissent sur elle » (p. 92). Ainsi, dans Our Village, la forme circulaire correspond-elle à l’absence de contraintes extérieures, permettant au genre de se déployer librement. Cependant, des bouleversements de la géographie sociale vont survenir durant les vingt années de gloire du genre (de Mitford en 1832 à Gaskell en 1853) et ce dernier va subir une évolution des forces qui s’exercent sur lui. Au final, il ne parviendra plus à rendre compte de cet environnement sociogéographique profondément modifié qu’est « le village ». « Il y a toujours un moment où la forme interne d’un genre n’est plus capable de représenter les aspects les plus significatifs du réel contemporain ; […] soit le genre perd sa forme sous l’effet du choc du réel, et il se désintègre, soit il trahit le réel au nom de la forme, se transformant alors, dans les termes de Chklovski, en “épigone fade” » (p. 98).

12Pour Moretti, les forces extérieures se retraduisent dans la forme écrite, à l’intérieur de la clôture du texte, en bouleversant le genre en profondeur. Les cartes qu’il construit de ces mondes fictionnels sont autant d’outils permettant de cerner ces bouleversements en objectivant les données à interpréter par leur mise en série.

Des arbres pour cerner l’évolution d’un genre

13Cette généralisation de la mise en série de tout élément qu’il juge pertinent me semble le grand apport de Moretti. La rencontre de la statistique et de la littérature s’est longtemps cantonnée dans le domaine de la linguistique : les formes lexicales, les traits morphologiques ou les phonèmes étaient traditionnellement le type d’éléments qui bénéficiaient d’un traitement sériel. En insistant sur les possibilités offertes pour l’histoire de la littérature par la mise en série du « contenu », d’éléments « signifiants » à l’intérieur des textes, que l’analyse traite ensuite par un graphique, une carte ou un arbre, Moretti ouvre de nouvelles pistes et incite à faire preuve d’inventivité concernant les éléments que l’on interroge en les sérialisant.

  • 9  D’un point de vue de la rhétorique épistémologique, le fait que Moretti rappelle assez longuement (...)

14Son usage des arbres s’inscrit dans cette voie : on y découvre un renouvellement de ce pour quoi on a recours à ce type d’outil habituellement, même dans nos disciplines en lettres ou sciences humaines. Ainsi, s’il emprunte effectivement les arbres aux naturalistes, d’autres s’intéressant aux textes avaient déjà mobilisé ces représentations de l’évolution par différenciations successives — tels les philologues médiévistes utilisant des stemmas pour reconstituer les relations entre les différents manuscrits conservant un même texte9. Mais si les travaux de Moretti s’intègrent effectivement dans les études littéraires, ce n’est en rien parce qu’ils prolongent les usages des outils quantitatifs que ces études (ou celles de linguistique ou de philologie) en font. Son inventivité le conduit à utiliser des outils déjà mobilisés auparavant, en les confrontant à des objets différents, ce qui le mène à des résultats originaux.

15Ainsi des arbres qui lui servent à illustrer sa démarche : l’un sur l’évolution de la « detective novel », dont Sherlock Holmes reste l’exemple canonique, l’autre sur le style indirect libre, sa diffusion et son adaptation dans les littératures occidentales. Le premier lui permet d’interroger, par la divergence du traitement des indices au sein des récits, l’évolution d’un genre qui affirme progressivement son code spécifique. Le second s’intéresse aux phénomènes de recoupements entre branches du même arbre.

16Les arbres décrivant l’évolution m’ont fait songer aux outils de séquençage de l’ADN. L’analyse de séquences est une technique qui sert à mesurer les distances (c’est-à-dire les ressemblances ou les différences) qui existent entre des séquences, constituées de suites d’éléments en nombre restreint10. On pourrait imaginer un codage de genres, ou de catalogues d’éditeurs, sous la forme de séquences (à nous d’imaginer les éléments que nous jugeons pertinents de coder) pour ensuite les traiter avec un logiciel de séquençage de type TDA11.

17Cette évocation trop brève de l’analyse de séquence (ou « optimal matching » en anglais) m’amène à pointer le fait que si Moretti ne présente que trois types d’outils quantitatifs dans son livre, son intérêt pour ceux-ci semble plus vaste, comme le titre de sa conférence (« Network Theory, Plot Analysis », annoncée pour le 20 novembre à La Haye) le laisse penser.

Conclusion

18Moretti ne prétend aucunement que la mise en série résout une fois pour toutes les problèmes littéraires. Au contraire, on l’a vu, il propose, grâce à ces différents outils (que le sous-titre assimile à des « modèles abstraits », ce qui me semble une erreur assez malheureuse), de renouveler les questions posées à la littérature. Chaque outil permet d’interroger un niveau spécifique du littéraire, en fonction des différents choix effectués par le chercheur. On l’aura compris, chaque outil n’est pas essentiellement lié à un niveau particulier, et c’est seulement le choix de Moretti qui, par exemple, fait des arbres un outil adéquat pour l’étude de l’évolution formelle d’un genre. En somme, c’est la question que le chercheur choisit de poser à son objet qui conditionne l’usage et la pertinence de l’outil qu’il mobilise pour donner à cette question une consistance empirique.

  • 12  Le chantier immense sur le roman que Moretti a coordonné s’inscrit assez bien dans cette conceptio (...)

19Néanmoins, ce petit livre, grâce à ses changements de focales (larges et étroites), illustre parfaitement que l’étude de la littérature ne peut être réduite à un « modèle » explicatif unique et que son étude nécessite plutôt l’articulation de différents niveaux d’analyse, dans lesquels interviennent, en fonction des besoins et de l’objet, tel ou tel outil quantitatif. Il permet aussi de mesurer à quel point les programmes de recherche collective nourrissent les études littéraires, en donnant une consistance immédiate à ces différents niveaux d’analyse et en confrontant les résultats de ces prospections stratifiées tout au long de leur production12.

Top of page

Notes

1 Moretti (Franco), « The Soul and the Harpy », Signs taken for wonders. On sociology of literary forms, London – New York, 1983 (1re éd.), 2005, Verso, « Radical Thinkers », p. 9.

2  Quelle est l’unité du comptage des « romans » ? Que faire des rééditions ? Des rééditions augmentées ? Des ouvrages qui se donnent pour des traductions ? Faut-il un tirage minimum ? Car que dire des œuvres à la diffusion tellement confidentielles qu’elles en deviennent inaccessibles ? À l’inverse, des œuvres au succès énorme, à tel point qu’elles connaissent des adaptations de toutes sortes ? Ces adaptations doivent-elles être comptées indépendamment ou pas ? Tous ces cas particuliers invitent le chercheur à connaître son objet en profondeur, à en examiner les nuances, les aspérités.

3  Voir la liste complète p. 65-68.

4  Voir l’utilisation de « programme de recherche » par Thomas S. Kuhn, dans La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, « Champs », 2008 (1962).

5  Moretti (Franco), Atlas du roman européen. 1800-1900, Paris, Le Seuil, 2000.

6  Cerreti (Claudio), Bolletino della Società Geografica Italiana, 1998, p. 141-148, cité par Moretti, p. 89

7  Sur l’analyse factorielle, voir Dozo (Björn-Olav), « Données biographiques et données relationnelles », COnTEXTES, n°3, juin 2008, § 12 et sv. Consulté le 12 août 2009. URL : http://contextes.revues.org/index1933.html.

8  Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 140-141. Je souligne.

9  D’un point de vue de la rhétorique épistémologique, le fait que Moretti rappelle assez longuement l’origine de ces outils (les « sciences dures ») mériterait d’être analysé. Les précautions dont Moretti encadre leur usage le dégagent de tout soupçon de « positivisme » ou de « scientisme » à leur égard. Néanmoins, ce discours d’accompagnement de l’utilisation de ce type d’outils dans les études littéraires a dû participer aux controverses autour des propositions de l’auteur, peut-être plus encore que leur usage lui-même. Dans un mouvement réflexif, il serait bon aussi de réfléchir sur la stratégie rhétorique que j’emploie dans ce compte rendu en pointant brièvement les usages antérieurs de ces outils dans les disciplines des lettres et des sciences humaines et sociales.

10  En sciences sociales, la méthode a été introduite par Andrew Abbott. Voir la page de son site qui y est consacrée : http://home.uchicago.edu/~aabbott/om.html.

11  Voir le site http://steinhaus.stat.ruhr-uni-bochum.de/tda.html.

12  Le chantier immense sur le roman que Moretti a coordonné s’inscrit assez bien dans cette conception : les analyses présentées tentent d’investiguer tous les niveaux de l’objet, et la présentation formelle des volumes donne à lire une certaine articulation de ces recherches. Voir Moretti (Franco) (éd.), Il Romanzo, Torino, Einaudi, 2001-2003, 5 vol. et Franco Moretti (éd.), The Novel, Princeton, Princeton University Press, 2006, 2 vol.

Top of page

References

Electronic reference

Björn-Olav Dozo, « La mise en série de la littérature », COnTEXTES [Online], Notes de lecture, Online since 06 October 2009, connection on 22 November 2017. URL : http://contextes.revues.org/4566

Top of page

Author

Björn-Olav Dozo

Chargé de recherches F.R.S. – FNRS, Université de Liège

By this author

Top of page