Navigation – Plan du site

Retour sur la critique

À propos des numéros thématiques « Où en est la critique ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 13, 2007 et « Puissance et impuissance de la critique », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 26, 2008.
Bibiane Fréché

Texte intégral

  • 1  Nous nous attacherons ici exclusivement aux articles qui abordent, de près ou de loin, la critique (...)

1En 2007 et 2008 paraissaient coup sur coup deux volumes consacrés à « la critique ». Si la revue Mil neuf cent s’attachait principalement à l’acte qui consiste à porter un jugement sur une œuvre artistique ou littéraire, Tracés s’ouvrait aux multiples usages théoriques du terme. Ainsi, son sommaire abordait des études aussi variées que l’évolution du discours critique du Moyen Âge aux Lumières, la critique philosophique de Marx à Hegel en passant par Derrida et Starobinski, la critique dans la sociologie culturelle états-uniennes, la critique dramaturgique ou encore la critique rock. Un peu trop hétérogène, le numéro avait l’avantage d’offrir un panorama chronologique et disciplinaire vaste1.

2Chacun des dossiers s’ouvre sur un chapitre récapitulatif sur son objet. Mil neuf cent met très justement en évidence le dialogue trilogique qu’établit le regard critique entre l’artiste, l’œuvre et le public. Le critique, à qui on reproche parfois d’évaluer des créations dont il est lui-même incapable, acquiert progressivement de la légitimité à partir de la fin du xixe siècle, début d’un « âge d’or » (p. 4) qui durera jusqu’à la fin des années vingt. C’est sur cette période que se centre le numéro thématique de Mil neuf cent.

  • 2  Cette émancipation ne signifie pas pour autant que la critique du Moyen Âge consistait en un recop (...)

3Arnaud Fossier et Anthony Manicki, de Tracés, présentent un riche panorama de l’évolution de la « critique ». Ils montrent d’abord comment le sujet moderne s’émancipe progressivement de l’autorité ou de son objet d’analyse2. Pour eux, « adopter une position critique, c’est disposer d’un certain nombre de critères d’évaluation et de jugement, et plus globalement de ressources à la fois langagières, émotionnelles ou corporelles » (p. 12). Ainsi, les théories kantienne et bourdieusienne clarifient respectivement les modalités du fonctionnement de la raison et de la domination. Fossier et Manickisoulignent la diversité des pratiques critiques, entre jugement, interprétation et usage. Ils insistent par ailleurs sur leur ambigüité, « critiquants » (p. 15) et critiqués se confondant parfois, comme c’est fréquemment le cas dans la critique artistico-littéraire (raison pour laquelle on reproche souvent à cette dernière son manque d’objectivité et sa condescendance de copinage). Généralement considéré comme problématique, ce phénomène est néanmoins revendiqué par Walzer, qui prône une théorie sociale liée à la société et générée en son sein.

L’émergence de la critique

  • 3  Mondémé (Thomas), « L’acte critique : autour de Rorty et de Barthes », Tracés, n° 13, 2007, pp. 91 (...)

4Durant la seconde moitié du xixe siècle, la critique artistico-littéraire s’émancipe progressivement du discours universitaire dans un climat de vive concurrence. Elle revendique une vision subjective des œuvres, face à une critique plus théorique, au sein de laquelle Thomas Mondémé distingue trois familles : la critique érudite ou l’histoire littéraire, qui explique le texte par le hors-texte (contexte historique, paratexte, correspondance…) ; les critiques herméneutiques, reposant sur l’idée de propriétés formelles autonomes et intrinsèques au texte (sociocritique, critique psychanalytique, critique thématique…) ; la critique formelle, enfin, qui recherche la structure de l’œuvre, composée de propriétés objectivables et repérables3.

5Les années 1880-1930 sont caractérisées par une production abondante, dans des revues générales ou spécialisées, ou dans la presse. Instrument de connaissance sur les œuvres et outil de médiation entre l’artiste, l’œuvre et le public, la critique est aussi un enjeu pour elle-même. Tout comme le champ littéraire ou le champ artistique, le champ de la critique est parcouru de tensions, de rapports de force ou d’affrontements. Mais la légitimité de ces agents doubles, qui ne sont jamais vraiment étrangers à ce qu’ils jugent, est régulièrement contestée, par les artistes eux-mêmes, mais aussi par la critique universitaire.

  • 4  Archondoulis-Jaccard (Nelly), « Vers un nouveau partenariat avec le public. La critique des salons (...)

6Les critiques construisent alors un discours scientifique, qui convient davantage au positivisme fin-de-siècle. De manière convaincante, Nelly Archondoulis-Jaccard4 montre que la critique artistique de l’époque s’appuie sur six obligations pour construire son autorité : modestie dans le jugement afin de se prémunir contre l’erreur ; fréquentation assidue des musées pour étudier les productions anciennes ; documentation en bibliothèque sur les artistes des siècles passés ; contact avec les restaurateurs d’art afin d’objectiver le caractère technique de la peinture ; usage de la photo pour entrer en contact avec l’œuvre et, enfin, voyages destinés à compléter les connaissances livresques. En somme, la critique artistique de la fin du xixe siècle établit un véritable protocole de distanciation entre elle et le public, qui rend caduques les accusations de subjectivité et d’arbitrarité. Redéfinissant son rôle, elle se donne une mission : éduquer le public. Le critique n’est plus un arbitre infaillible, mais un conseiller dépourvu d’autorité, un intermédiaire entre le monde artistique et son public.

  • 5  Carbonnel (Marie), « Juges contre jurés. Les critiques et les prix littéraires (1903-1932) », Ibid (...)

7Le critique littéraire se heurte cependant à un nouvel écueil : le développement des prix littéraires, issus des mutations socio-économiques qui bouleversent la hiérarchisation du champ littéraire au début du xxe siècle5. Afin de se différencier du juré, le critique oppose deux critères de jugement irréductibles : d’un côté, le talent esthétique et littéraire ; de l’autre, la valeur commerciale et publicitaire — celles-ci n’étant pas dignes d’une critique indépendante et objective. Redéfinissant ainsi son identité et son mode de jugement, la critique littéraire finit par trouver un modus vivendi pacifiste avec les jurés dans le courant des années trente, après une guerre de légitimation de près de trente ans.

  • 6  Serry (Hervé), « Le double jugement de l’art est-il possible ? Les impasses d’une critique catholi (...)
  • 7  Voir à ce propos, entre autres, les travaux de Cécile Vanderpelen, Frédéric Gugelot et Hervé Serry (...)

8L’objectivité que revendique la critique n’est cependant pas un pari simple à tenir. Dans les milieux catholiques, on observe la recherche d’un juste milieu entre l’autonomie du jugement et le respect du dogme6, qui n’est pas sans rappeler les questions qui se posent à l’écrivain catholique7.

L’auteur face à la critique

  • 8  Barut (Benoît), « Les dramaturges et leurs critiques. Poétiques paratextuelles de la riposte chez (...)

9Encensés, ignorés ou condamnés par la critique, les auteurs réagissent aux propos tenus sur leur production. Leur réponse est particulièrement intéressante lorsque les articles sont peu élogieux, puisque c’est leur avenir littéraire qui se trouve remis en question. À deux époques différentes, comme le montre Benoît Barut8, Victor Hugo et Boris Vian ont mis en place des tactiques infaillibles, en recourant tous deux au paratexte. Hugo se défend par le monologue, en écrivant sans relâche de longs textes dont n’arrivent plus à s’extirper les critiques. De la sorte, il étouffe ses détracteurs en prouvant qu’il a une puissance et une résistance hors du commun de l’écrit. Vian, à l’inverse, invite les critiques à dialoguer avec lui, au moyen d’un dossier de presse, qu’il ficèle de bout en bout pour en sortir gagnant. Si Hugo tente de proscrire la critique derrière le rempart infranchissable de l’écrivain omniscient et omnipotent, Vian joue avec elle une partie truquée par ses soins. Ce faisant, les deux dramaturges contribuent à donner du poids aux pièces de théâtre imprimées.

Le discours critique à la Nrf

  • 9 Cf. Koffeman (Maaike), Entre classicisme et modernité. La Nouvelle Revue Française dans le champ li (...)

10Dès la création définitive de la revue en 1909, les fondateurs de la Nrf, emmenés par André Gide, refusent que des facteurs extra-littéraires déterminent la littérature. Rejetant la mode et le succès commercial, ils prônent plutôt un esthétisme désintéressé, gage d’une beauté durable. Pour eux, la valeur littéraire se mesure à son universalisme et à son intemporalité. Ils s’appuient sur une conception du métier d’écrivain qui allie effort et désintéressement, par opposition à l’inspiration sacrée que revendiquaient les romantiques ou, dans une moindre mesure, les symbolistes. Entre tradition et innovation, l’« esprit Nrf » se méfie de l’avant-garde comme de l’arrière-garde. Il leur préfère un modernisme modéré, qui refuse tout manifeste ou étiquette9.

  • 10  Dagan (Yaël), « La critique littéraire porteuse de discours politique. La Nouvelle Revue Française(...)

11Dans Mil neuf cent, Yaël Dagan10 prend le contre-pied de cette image désengagée, en montrant à quel point le discours esthétisant de la Nrf reflète, malgré tout, une implication dans le contexte politique. De 1919 à 1925, la revue accueille un débat, qui oppose romantisme et classicisme. Les discussions sous-tendent progressivement une condamnation de la guerre, incarnée par le romantisme, et la valorisation du classicisme, symbolisant le rejet du conflit. Par cette prise de position esthétique, la Nrf participe directement à la révision des valeurs identitaires françaises : elle s’associe à un mouvement de démobilisation, qui voit le passage d’une culture de guerre fondée sur un sentiment national, à une culture de paix en quête d’une identité européenne.

  • 11  Leymarie (Michel), Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans », Villeneuve- d'Ascq, Presses univers (...)
  • 12  Leymarie (Michel), « Comment la critique vint à Thibaudet », Ibid., pp. 105-124.

12Dans un article monographique plus circonscrit, enfin, Michel Leymarie, spécialiste du sujet11, décrit la progressive intégration d’Albert Thibaudet à la Nrf12. Le critique — dont « l’acquisition » est jugée par Gide aussi importante que celle de Suarès ou de Tharaud — inaugure en 1912 la rubrique « La Littérature ». C’est alors qu’il devient l’un des critiques littéraires incontournables de la revue.

Perspectives

13Mettant bien en lumière différents aspects du fonctionnement complexe de la critique littéraire et artistique, les deux numéros thématiques ouvrent de nombreuses perspectives de recherche. Il nous tarde en effet de lire des études de cas précises sur les liens entre écrivains et critiques, ou sur le double jeu que jouent les nombreux critiques qui sont aussi écrivains.

14Il serait également intéressant de découvrir le fonctionnement de la critique contemporaine ou de celle du second après-guerre. Comment se différencient-t-elles de la critique de « l’âge d’or » ? Avec qui entrent-elles en concurrence ? Comment cerner la redéfinition de la critique après l’apparition des médias audiovisuels ou des grandes multinationales éditoriales ? Comment évoluent les liens qui la lient aux écrivains qu’elle juge ?

  • 13  Voir notamment les recherches menées par Marie-Ève Therenty et Alain Vaillant ou encore par le Col (...)

15Ce ne sont que quelques-unes des pistes de recherches qui émergent après la lecture de ces deux volumes, dont l’un des mérites est d’inviter à l’étude systématique de la production littéraire et critique publiées dans la presse et les revues littéraires. Cette analyse globale, travail qu’on imagine bien pris en charge par des équipes de recherches13, permettra de compléter des pans méconnus de la vie littéraire.

Haut de page

Notes

1  Nous nous attacherons ici exclusivement aux articles qui abordent, de près ou de loin, la critique du littéraire.

2  Cette émancipation ne signifie pas pour autant que la critique du Moyen Âge consistait en un recopiage servile : il s’agissait plutôt d’un discours hétéronome, héritier, notamment, des Anciens.

3  Mondémé (Thomas), « L’acte critique : autour de Rorty et de Barthes », Tracés, n° 13, 2007, pp. 91-114.

4  Archondoulis-Jaccard (Nelly), « Vers un nouveau partenariat avec le public. La critique des salons de peinture entre malaise et lucidité (1880-1914) », Mil neuf cent, n° 26, 2008, pp. 11-29.

5  Carbonnel (Marie), « Juges contre jurés. Les critiques et les prix littéraires (1903-1932) », Ibid., pp. 31-50.

6  Serry (Hervé), « Le double jugement de l’art est-il possible ? Les impasses d’une critique catholique dans trois polémiques littéraires et religieuses de l’entre-deux-guerres », Ibid., pp. 73-90.

7  Voir à ce propos, entre autres, les travaux de Cécile Vanderpelen, Frédéric Gugelot et Hervé Serry.

8  Barut (Benoît), « Les dramaturges et leurs critiques. Poétiques paratextuelles de la riposte chez Victor Hugo et Boris Vian », Tracés, n° 13, 2007, pp. 115-142.

9 Cf. Koffeman (Maaike), Entre classicisme et modernité. La Nouvelle Revue Française dans le champ littéraire de la Belle Époque, Amsterdam-New York, Rodopi, 2003, pp. 147-208.

10  Dagan (Yaël), « La critique littéraire porteuse de discours politique. La Nouvelle Revue Française (1919-1925) », Mil neuf cent, n° 26, 2008, pp. 125-142.

11  Leymarie (Michel), Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans », Villeneuve- d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006.

12  Leymarie (Michel), « Comment la critique vint à Thibaudet », Ibid., pp. 105-124.

13  Voir notamment les recherches menées par Marie-Ève Therenty et Alain Vaillant ou encore par le Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire, à l’Université libre de Bruxelles et à l’Université de Liège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Retour sur la critique », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 04 novembre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4578

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

F.R.S.-FNRS Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page