Navigation – Plan du site

Vers une sociologie économique des singularités littéraires

À propos de Karpik (Lucien), L’économie des singularités, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2007.
Anthony Glinoer

Texte intégral

  • 1 Pierre-Michel Menger, dans son ouvrageLe Travail créateur : s’accomplir dans l’incertain (Paris, Ga (...)
  • 2  Voir les articles de Jean Gadrey, « Le bon, le beau et le grand : entre culture et marché, les sin (...)
  • 3  Voir Mauger (Gérard), Poliak (Claude F.) et Pudal (Bernard), Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, (...)
  • 4  L’ouvrage contient notamment de nombreux interludes et discussions théoriques dont il ne sera pas (...)

1Passé relativement inaperçu en sociologie de l’art1 et en sociologie de la littérature mais amplement discuté par des sociologues et des économistes2, voici un livre qui pourrait grandement contribuer à un renouvellement de la pensée sociologique sur le littéraire, voire à un salutaire changement de perspective.  La sociologie de la littérature ― et tout particulièrement les travaux inspirés par la théorie du champ littéraire de Pierre Bourdieu ― s’est en effet largement consacrée à la question de la production de littérature ; l’esthétique de la réception de l’École de Constance s’est surtout consacrée à l’horizon d’attente inscrit dans le texte tandis que la psycho-sociologie de la lecture a quant à elle exploré les usages sociaux de la lecture3 sans aborder de front les mécanismes de choix des livres à lire. Dans tous les cas, ce qui relève de la consommation de littérature a été délaissé. Ce continent, les sociologues l’ont laissé aux économistes, qui en retour ont élaboré des statistiques de consommation, identifié des marchés émergents ou déclinants à partir de critères quantitatifs importés, sans bien souvent s’interroger sur les spécificités des produits culturels et des conduites des consommateurs de culture. Entre les recherches des uns et des autres, rares sont les croisements et plus rares encore sont les démarches transversales. C’est dire que le livre de Lucien Karpik, résultat de plusieurs décennies de recherche, vient combler une lacune immense, même à s’en tenir comme je m’y emploierai aux domaines de l’art et la littérature4 qui ne constituent qu’un versant de sa construction théorique.

  • 5  C’est, disons-le d’emblée, l’une des principales faiblesses du livre que de n’accorder presque auc (...)

2Comment penser le marché et la culture, la culture de masse et la culture d’élite, les portées économique et axiologique des mécanismes de médiation culturelle alors que les théories économiques dites néo-classiques ont appliqué aux produits culturels des notions qui leur conviennent mal (essentiellement les théories de l’acteur rationnel exclusivement orienté par la recherche de la maximisation du profit ou de l’utilité et de l’équilibre de l’offre et de la demande par la variation des prix et la concurrence) et que les théories d’inspiration marxienne ont surtout insisté sur les dangers que l’économie de marché fait peser sur ces produits en les ravalant sur la production de marchandises ? Lucien Karpik propose un cadre d’analyse apte à remplir cette tâche colossale par l’étude du marché des singularités, c’est-à-dire d’un marché qui englobe les échanges dirigés par la quête du « bon », voire du meilleur. Par singularités, il faut donc comprendre tout à la fois les services personnalisés (psychanalyste, avocat) et les produits singuliers (les produits de luxe, les grands vins ou encore les œuvres d’art) qui sont mis sur ce marché mais que ce marché ne déqualifie pas. Les singularités échappent à la loi générale de l’offre et de la demande, telle que la conçoit la théorie économique néo-classique, parce qu’elles rassemblent une série de caractéristiques qui les distinguent tant des biens « homogènes » (dont le seul trait différenciel est le prix) que des biens « différenciés » (qui présentent une différence  notable d’un vendeur à l’autre). Tout en admettant le principe du choix rationnel (ou raisonnable) du consommateur5, Lucien Karpik présente les caractéristiques principales des biens singuliers. D’une part, ceux-ci sont incommensurables et multidimensionnels parce qu’il n’existe pas de hiérarchie objective pour les classer et que, le prix ne suffisant pas à les départager, ils sont plutôt marqués par une pluralité de qualités (on ne saurait affirmer qu’un Kandinsky est « objectivement » meilleur qu’un Cézanne non plus qu’un roman de Balzac par rapport à une chanson de geste). D’autre part, ils se placent sur un marché fondé sur l’incertitude et l’opacité (le client ne peut pas savoir a priori quelle est la « bonne » interprétation d’un morceau de musique classique). Ces caractéristiques fondamentales ─ incommensurabilité, multidimensionnalité, incertitude ─ rendent nécessaire l’intervention d’intermédiaires pour orienter la décision de l’acheteur.

Les dispositifs de jugement

3Pour rendre compte du marché des singularités, Lucien Karpik met en place un appareillage théorique particulièrement efficace qui tourne autour de deux notions principales : les dispositifs de jugement et les régimes de coordination économique. Dans un marché non transparent, que l’on ne peut connaître ni objectivement ni totalement, le jugement est formé par des acteurs particuliers et correspond à un choix qualitatif  reposant sur plusieurs critères d’évaluation. Pour l’aider à former un jugement raisonnable, le consommateur a à sa disposition  des « configurations symbolico-matérielles » (68) chargées de dissiper l’opacité du marché.

  • 6  Voir en particulier les notions de « régimes d’action » dans Boltanski (Luc), L’Amour et la Justic (...)

4Partant du cas concret de la difficulté à choisir la « bonne » interprétation de la 9e symphonie de Beethoven (les récompenses obtenues, le prix de vente, le classement des meilleures ventes, les jugements des critiques spécialisés ou encore le conseil du vendeur), c’est ce que, faisant référence à Foucault ─ mais curieusement pas à Boltanski6 ─ Lucien Karpik appelle les dispositifs de jugement. Avant de les réorganiser autrement, l’auteur en distingue cinq types : 1) Le réseau : socialement invisible, il repose sur la circulation de la parole (le bouche-à-oreille). 2) Les appellations (labels, appellations d’origine contrôlée) : des noms associés à des attributs qui permettent de qualifier des produits ou des familles de produits. 3) Les cicérones : les critiques et les guides qui proposent des évaluations des biens et des services. 4) Les classements : des rangements hiérarchisés en fonction d’un critère donné (les récompenses délivrées par des experts, les palmarès, les listes de best-sellers). 5) Les confluences : les techniques de canalisation employées par les vendeurs (organisation de l’espace dans le magasin, mise en avant de certains produits). Toujours avec le même sens de la synthèse, Karpik identifie trois fonctions des dispositifs de jugement : 1) la fonction de délégation (l’acteur agit par l’intermédiaire de cette entité, humaine ou non humaine, à laquelle il fait confiance) ; 2) la fonction d’opérateur de connaissance (l’acteur résorbe son manque de connaissance par des opérations qui orientent ses choix) ; 3) la double fonction de captation (l’emporter sur les dispositifs concurrents) et de capture (remplacer la concurrence par la fidélité). Pour résumer : face à la prolifération des produits (par exemple la surproduction de titres littéraires) et face à la méconnaissance relative des clients quant aux qualités respectives de ces produits, les dispositifs de jugement servent à faire des tris selon différents critères.

5On voit d’emblée tout le bénéfice qu’une sociologie du littéraire peut tirer de cette construction. Il s’agit d’abord de la reconnaissance de l’importance et de la complexité des médiations littéraires qui agissent entre la production et la réception des œuvres. Il s’agit ensuite de la prise en considération, d’un même tenant, des interventions humaines (les experts, les journalistes) et non humaines (les guides, les critiques), autrement dit des médiations interpersonnelles et discursives. C’est ce que Karpik nomme les « complexes (de jugement) culturels » : « des collectifs qui élaborent et maintiennent des croyances, des connaissances et des jugements sur une activité collective de production et de vente de singularités » (p. 105).

Les régimes de coordination

  • 7  Ces formes d’engagement sont construites selon que les consommateurs sont : 1) actifs ou passifs ( (...)
  • 8 Voir Denis (Benoît) et De Marneffe (Daphné) (dir.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri, 200 (...)

6L’identification des dispositifs de jugement et de leurs fonctions ne représente cependant qu’une étape dans l’entreprise de refondation théorique que se propose l’auteur. Ces dispositifs vont en effet être mis à profit dans la section centrale du livre, visant à faire émerger les principes d’intelligibilité du marché des singularités. C’est la partie la plus abstraite mais sans doute la plus stimulante de l’ouvrage, dans laquelle Lucien Karpik, sans égard pour les secteurs concrets de marché, vise à modéliser ce qu’il appelle les régimes de coordination économique. À partir d’un certain nombre de critères se combinant (la taille du marché, les formes d’intervention, les formes d’engagement des consommateurs7), l’auteur parvient à sept régimes de coordination. Dans les dispositifs de jugement impersonnels : le régime de l’authenticité, le régime Méga, le régime de l’opinion experte et le régime de l’opinion commune. Dans les dispositifs de jugement personnels : le régime des convictions, le régime professionnel et le régime interfirmes. Pour ce qui concerne le marché du livre, je m’en tiendrai aux régimes de coordination à dispositifs impersonnels (ordonnés ici dans un tableau simplifié), d’autant que ce qui est présenté à propos des régimes de coordination à dispositifs personnels recoupe en bonne partie les thèses de la nouvelle sociologie économique de Granovetter, désormais mieux connue en sociologie du littéraire8.

  • 9  Benjamin (Walter), L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Allia, 2003 [ (...)
  • 10  C’est l’idée déjà défendue par Alan Bowness, The Conditions of Success. How the Modern Artist Rise (...)
  • 11  Bourdieu (Pierre), « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, vol. 22, 1971, pp. 4 (...)
  • 12 Voir, pour une interprétation sociologique, English (James), The Economy of Prestige. Prizes, Award (...)
  • 13  Heinich (Nathalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gall (...)

7 Le marché des singularités littéraires ne saurait être répertorié aisément dans l’un des quatre régimes à dispositifs impersonnels. Il relève à différents égards de chacun d’entre eux : 1) le régime de l’authenticité est inséparable d’un marché restreint. Il repose sur des appellations (des noms comme Marcel Proust, des lieux comme Cerisy-la-Salle), ne respecte pas l’antinomie soutenue depuis Benjamin9 entre les entités uniques (les œuvres d’art), rares (les grands vins, les beaux livres pour bibliophiles) ou reproductibles (les livres imprimés) parce que chacune de ces entités est ouverte à une pluralité d’interprétations et que préside sur ce marché une incertitude maximale sur la valeur (esthétique, sociale, économique) de ces entités. L’action du complexe culturel, par les jugements des experts et des critiques, y est d’autant plus déterminante que l’écart est grand entre les experts, les amateurs et les profanes10. 2) Le régime Méga concurrence le régime de l’authenticité sur le marché étendu. Alors que dans l’un la tension entre la logique économique et la logique symbolique est relativement équilibrée, dans l’autre elle est en perpétuelle renégociation, de même que s’y maintient un déséquilibre entre les dispositifs de jugement indépendants (les critiques) et les dispositifs de jugement commerciaux (le marketing). C’est à ce régime qu’appartiennent les blockbusters du cinéma ou de la littérature (The Da Vinci Code, étrillé par la critique professionnelle mais dont l’immense succès a été savamment orchestré par l’éditeur et les diffuseurs). Les critères quantitatifs l’emportent dans le régime Méga sur les critères qualitatifs mais le succès ne se mesure pas tant au prix du produit (quoique les débats sur le livre de poche ou le livre à dix francs français montrent que cela peut être le cas) que sur les lieux de diffusion (les grands complexes vs. les petites salles d’art et d’essai ou encore les supermarchés vs. les librairies indépendantes) et le nombre de copies vendues. À s’en tenir à celalà, l’auteur ne ferait que reconduire la distinction classique entre le champ de grande production et le champ de production restreinte proposée par Bourdieu11 tout en déportant l’attention des producteurs vers les mécanismes de choix des consommateurs. Toutefois, à ces deux premiers régimes se greffent deux autres. 3)  Le régime de l’opinion experte à propos duquels Lucien Karpik aborde directement le cas paradigmatique des prix littéraires12. Ceux-ci portent sur la promesse non du « bon » mais du « meilleur » livre, tâche impossible que les lecteurs délèguent à des professionnels de l’écriture et de la lecture. Les prix agissent comme des dispositifs de captation du public (d’où leur multiplication et leur spécialisation presque à l’infini), ce qui expliquerait tant la contestation qu’ils ont toujours subie que le maintien de la confiance des consommateurs dont ils bénéficient. L’interprétation semble toutefois un peu réductrice parce qu’elle repose exclusivement sur le rapport entre les experts connaisseurs et le public relativement dénué de connaissance, sans prêter attention aux mythologies propres au champ littéraire (le « régime vocationnel » étudié par Nathalie Heinich13 et qui s’oppose constitutivement à la professionnalisation des écrivains, jurés de prix littéraires, critiques pour des journaux, membres d’académies et de comités de lecture d’éditeurs). 4)  Le régime de l’opinion commune, concurrent du précédent sur le marché étendu. Dans le régime de l’opinion experte dominent les dispositifs substantiels qui proposent une qualification absolue des produits singuliers (par exemple le système d’étoiles accordées par la rédaction du journal Le Soir aux meilleurs livres qui ont été commentés dans ses colonnes). Dans le régime de l’opinion commune dominent en revanche les dispositifs formels qui portent sur la position relative des produits dans des « rangements » (par exemple, dans le même quotidien, le rang des livres dans la liste des meilleures ventes).

L’économie des singularités et la sociologie de la littérature contemporaine

  • 14  Il eût été bon toutefois de mesurer davantage le propos en prenant en compte les thèses des Cultur (...)

8Restait, pour valider ce modèle, à envisager la question de l’historicité de ce marché. L’auteur s’y emploie sommairement dans le dernier chapitre qui porte sur les processus de « désingularisation ». S’associant aux prédictions pessimistes d’un Adorno ou d’un Baudrillard sur les menaces que fait peser la culture de divertissement ― tout particulièrement aujourd’hui où ces industries se regroupent dans des mégagroupes multimédiatiques ― sur la culture cultivée14, Lucien Karpik fait valoir le danger que court le produit singulier de conversion en produit différencié ainsi que le risque de rabattement de la valeur esthétique sur la valeur économique (sur le mode « ce doit être bon puisque les gens l’achètent »). Le devenir du marché des variétés, à l’heure de Star Academy, montre qu’un tel processus n’est pas chimérique…  

  • 15  Voir Mollier (Jean-Yves), L’argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition 1880-1920. Pa (...)

9Le montage théorique convaincant que propose Lucien Karpik mériterait des mises à l’épreuve dans différents domaines. Je me contenterai ici de faire quelques remarques sur l’intérêt que trouverait la sociologie de la littérature contemporaine à y faire appel. Paradoxalement, la principale lacune, à mes yeux, de L’économie des singularités est aussi ce qui pourrait rendre le cadre théorique proposé le plus opératoire. Il n’y est en effet pas question, l’auteur le reconnaît, des relations entre la production, l’échange et la consommation des biens singuliers. Les dispositifs de jugement mis à la disposition du consommateur sont révélés, mais la sphère de production de la culture reste dans l’ombre, de même que la structuration institutionnelle des dispositifs de jugement. Mais cette occultation permet sans doute de combiner au mieux les apports de cette sociologie économique avec ceux de la sociologie critique de la littérature, laquelle s’est principalement focalisée sur l’auteur et les instances de consécration. En particulier, la théorie du champ littéraire, conçue pour une période (les années 1848-1945) où l’idéologie de la dénégation de l’économie marchande était d’autant plus portée à son comble que le capitalisme d’édition entrait dans sa phase de plein développement15, a postulé une tension irréconciliable entre deux systèmes de production : l’un, que pourrait par exemple représenter le théâtre symboliste, dominant sur le plan symbolique et dominé sur le plan économique, l’autre, que pourrait alors incarner par contraste le théâtre du Grand-Guignol, dominé sur le plan symbolique et dominant sur le plan économique. Or, sans le reconnaître tout à fait, cette théorie reposait en grande partie sur le discours des écrivains les plus légitimés, discours marqué par une idéologie de la littérature sacralisée et par une suspicion à l’égard des dispositifs (personnels et impersonnels) producteurs de la valeur littéraire (la critique, les prix, etc.).

  • 16  Parmi les exceptions : Thumerel (Fabrice), Le Champ littéraire français au XXe  siècle – Éléments (...)
  • 17  Emblématique de ce phénomène est le cas de Harriet Klausner, bibliothécaire à la retraite, devenue (...)
  • 18  « La possibilité pour la littérature de ne relever que d’elle-même accomplit l’idéal romantique, m (...)
  • 19 En témoignent notamment la reconnaissance dont jouit davantage l’éditeur dans le discours littérair (...)

10C’est vraisemblablement la raison pour laquelle les tenants de cette sociologie du littéraire ont peu abordé la période contemporaine16 qui, au niveau socio-économique, peine à coller à ce cadre sauf à postuler une hétéronomisation globale du champ littéraire qui gommerait les tensions à l’œuvre aujourd’hui. Parmi les phénomènes déterminants dans le champ littéraire contemporain, je pointerai, pêle-mêle : la surproduction livresque, toujours croissante mais désormais concentrées dans le phénomène des rentrées littéraires accompagnées de leurs prix d’automne ; la démocratisation et la massmédiatisation des lieux de critique et d’évaluation17 ; le recentrement du champ autour d’une culture « moyenne » par le rapprochement des extrêmes (légitimation de certains domaines jusque-là confinés à la culture de masse comme le polar, la littérature frénétique et la bande dessinée qui sont désormais pourvus de leur appareil de prix et de critique, et à l’inverse quasi  disparition des logiques manifestaire et d’avant-garde) ; la fin de ce que Dominique Maingueneau nomme « l’âge du Style » auquel était associée une valorisation de la Littérature pour elle-même18 ; l’avènement d’un discours auctorial assumant la professionnalisation de l’activité d’écrivain (les autofictions de Christine Angot et Vincent Ravalec par exemple) ; l’alliance des écrivains, dans les représentations collectives, avec certains intermédiaires (bibliothécaires, libraires, éditeurs), les uns et les autres se trouvant contraints de faire cause commune face à la logique de rentabilité rapide privilégiée par les grands groupes multimédiatiques et face à la perte de contrôle des médiateurs traditionnels sur la production, la diffusion et, ultimement, sur la réception de la littérature19.  

11 Ces équilibres et mises en tension nouvelles, sans invalider le modèle du champ littéraire (notamment les notions d’habitus, d’illusio, d’intérêt au désintéressement, de croyance, d’espace des possibles), rendent plus essentielle que jamais l’ouverture de la recherche en sociologie du littéraire à d’autres approches et à d’autres centres d’intérêt. En l’occurrence, pratiquer sans exclusive une socio-économie des biens culturels comme Lucien Karpik la théorise, c’est effectuer un sain rééquilibrage entre les stratégies des producteurs et les stratégies des médiateurs. C’est aussi ne pas abandonner aux seuls économistes le discours économique sur la culture.

Haut de page

Notes

1 Pierre-Michel Menger, dans son ouvrageLe Travail créateur : s’accomplir dans l’incertain (Paris, Gallimard-Seuil-Éditions de l’EHESS, « Hautes Études », 2009)qui aborde des questionnements théoriques similaires, s’agissant en particulier de la question de l’incertitude sur le marché de l’art, n’en fait même pas mention.

2  Voir les articles de Jean Gadrey, « Le bon, le beau et le grand : entre culture et marché, les singularités » et de Jérôme Gautié, « Peut-on faire l’économie des singularités ? », ainsi que la réponse de Lucien Karpik, dans Revue française de sociologie, vol. 49-2, 2008, pp. 379-421.

3  Voir Mauger (Gérard), Poliak (Claude F.) et Pudal (Bernard), Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, « Essais et Recherches », 1999.

4  L’ouvrage contient notamment de nombreux interludes et discussions théoriques dont il ne sera pas question ici. Il y est fait d’ailleurs référence à d’innombrables travaux issus de domaines aussi divers que l’anthropologie, la sociologie, l’économie, l’histoire du vin, l’éthique médicale, etc.

5  C’est, disons-le d’emblée, l’une des principales faiblesses du livre que de n’accorder presque aucune attention aux déterminations sociales, certes complexes, que subit l’homo singularis dans ses goûts et ses choix. Pierre Bourdieu avait fait de ce questionnement le centre de son livre La distinction (Paris, Éditions de Minuit, « Le sens commun », 1979), dont il est à peine fait mention dans L’économie des singularités.

6  Voir en particulier les notions de « régimes d’action » dans Boltanski (Luc), L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990, et de « jugement » dans Boltanski (Luc) et Thévenot (Laurent), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, « NRF Essais », 1991.

7  Ces formes d’engagement sont construites selon que les consommateurs sont : 1) actifs ou passifs (par rapport aux dispositifs qui s’offrent à eux) ; 2) autonomes ou hétéronomes (par rapport à l’affirmation ou non de goûts personnels).

8 Voir Denis (Benoît) et De Marneffe (Daphné) (dir.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri, 2006.

9  Benjamin (Walter), L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Allia, 2003 [1971 pour la traduction française].

10  C’est l’idée déjà défendue par Alan Bowness, The Conditions of Success. How the Modern Artist Rises to Fame, Londres, Thames and Hudson, 1989.

11  Bourdieu (Pierre), « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, vol. 22, 1971, pp. 49-126.

12 Voir, pour une interprétation sociologique, English (James), The Economy of Prestige. Prizes, Awards, and the Circulation of the Cultural Value, Harvard University Press, 2005.

13  Heinich (Nathalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2005.

14  Il eût été bon toutefois de mesurer davantage le propos en prenant en compte les thèses des Cultural studies issues des travaux de Hoggart et de Raymond Williams. Voir par exemple Williams (Raymond), Culture et matérialisme, trad. Nicolas Calvé et Étienne Dobenesque, Paris, Les Prairies ordinaires, « Penser/croiser », 2009.

15  Voir Mollier (Jean-Yves), L’argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition 1880-1920. Paris, Fayard, 1988.

16  Parmi les exceptions : Thumerel (Fabrice), Le Champ littéraire français au XXe  siècle – Éléments pour une sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, « U », 2002.

17  Emblématique de ce phénomène est le cas de Harriet Klausner, bibliothécaire à la retraite, devenue l’une des critiques de livres les plus célèbres aux États-Unis (et à qui la plupart des éditeurs envoient leurs nouveautés) parce qu’elle a posté près de 20 000 comptes rendus sur le site Amazon.com.

18  « La possibilité pour la littérature de ne relever que d’elle-même accomplit l’idéal romantique, mais elle ne peut l’accomplir qu’en portant atteinte à sa propre souveraineté : maintenant qu’elle peut à juste titre se dire libérée de ce qui lui était “étranger”, qu’elle peut se dire autonome, elle ne règne plus. » (Maingueneau (Dominique), Contre Saint Proust ou la fin de la Littérature, Paris, Belin, 2006, p. 149.

19 En témoignent notamment la reconnaissance dont jouit davantage l’éditeur dans le discours littéraire (voir par exemple le BW de Lydie Salvayre, récemment paru au Seuil), l’intérêt suscité par les autobiographies d’éditeurs (Grâce leur soient rendues de Maurice Nadeau, La traversée du livre de Jean-Jacques Pauvert, Souvenirs désordonnés de José Corti) et la foi accordée au discours critique de l’éditeur (L’édition sans éditeurs et Le contrôle de la parole d’André Schiffrin).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Vers une sociologie économique des singularités littéraires », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 25 janvier 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4589

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Université de Toronto

Articles du même auteur

Haut de page