Navigation – Plan du site

La consécration par la théorie

François Provenzano

Texte intégral

1Il ne sera pas question ici de proposer une théorie de la consécration, mais bien de questionner les effets de consécration que produit la théorie littéraire elle-même, en tant que formation discursive qui participerait au travail de négociation et de transaction de valeurs qui définit le jeu littéraire et structure les unités qui le composent. Notre propos ne sera donc pas tant d’objectiver ou de modéliser un processus de consécration, mais bien de mettre en évidence le pouvoir de consécration que détiennent précisément les discours d’objectivation et de modélisation du littéraire, ainsi que les échelles de valeurs sur lesquelles ce pouvoir se fonde.

2Cet article entend assumer un caractère expérimental et prospectif. Il ne proposera pas les résultats certifiés d’une recherche aboutie, mais visera plutôt à mettre à l’épreuve (de la formulation et du débat) quelques hypothèses encore très peu dégrossies, très peu structurées, fondées sur un matériel dont l’approche nous est à ce stade très intuitive.

Bourdieu et la consécration théorique de Flaubert

  • 1  Depuis l’impulsion donnée en Angleterre par les pères des Cultural Studies, Richard Hoggart et Ray (...)

3Le point de départ de notre propos sera Pierre Bourdieu, en tant que théoricien du fait littéraire qui a poussé très loin la réflexion sur les mécanismes de production de la valeur des biens symboliques tels que la littérature. Il faut sans doute rappeler ici que la réflexion du sociologue français s’inscrit à la suite de nombreux travaux – principalement anglo-saxons – mettant en question la notion de « canon » et de « canonisation », dès les années 19601. C’est bien sûr à la lumière de cette tradition antérieure que prend sens la réflexion de Bourdieu, et notre choix de nous focaliser sur ce théoricien en particulier ne doit évidemment pas occulter les travaux des décennies précédentes. Ce choix de focalisation particulière se justifie cependant, à nos yeux, par le fait que l’auteur des Règles de l’art offre un condensé des contradictions idéologiques qui caractérisent les théories du canon, prises dans une tension entre la démystification et le renforcement de l’exceptionnalité de leur objet. C’est précisément cette tension que nous nous proposons d’explorer dans les pages qui suivent.

  • 2  « Un des enjeux centraux des rivalités littéraires (etc.) est le monopole de la légitimité littéra (...)
  • 3  Ibid., p. 368.
  • 4  À ce sujet, voir Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, S (...)

4Sans chercher à résumer ici une théorie bien connue, nous rappellerons simplement que Bourdieu identifie le pouvoir de consécration (ou plutôt de canonisation, car c’est cette entrée qu’on trouve dans l’index des Règles de l’art) des producteurs et des produits comme un enjeu central du champ littéraire comme champ de luttes2. La démarche de Bourdieu consiste à proposer des outils, un modèle, qui permettent de rendre compte du caractère construit des hiérarchies littéraires, résultantes de ces luttes et de ces effets de consécration. En suggérant des enquêtes sociologiques sur les différentes instances de consécration, en développant une modélisation du « processus de canonisation qui conduit à l’institution des écrivains3 », le discours du théoricien vise à épuiser la compréhension de la valeur littéraire comme pur produit de la logique de distinction qui agit au sein du champ et en reconfigure constamment les panthéons. Cette compréhension fondée sur une théorie s’appuie également sur une suspension des jugements de valeurs : le discours de Bourdieu s’inscrit en cela dans une plus longue tradition de discours théoriques, qui définissent leur particularité distinctive en se préservant des injonctions axiologiques qui ont cours dans la doxa4.

5Or, on ne peut manquer de constater que cette théorie de la valeur littéraire ébauche elle-même un panthéon. Ce n’est certes pas la finalité première du propos et l’axiologie qui sous-tend ce panthéon est largement implicite, mais on peut tout de même identifier une structure consacrante, dont la configuration n’est pas pyramidale (comme c’est le cas au sein du champ littéraire), mais plutôt bipolaire : d’un côté Gustave Flaubert, de l’autre la paralittérature ; chacune de ces unités bénéficiant d’un statut privilégié parmi les autres unités traitées par le discours.

6Cette hypothèse d’un panthéon bourdieusien appelle deux remarques.

7Premièrement, on pourrait joindre Baudelaire aux côtés de Flaubert. Pour les besoins de la démonstration et parce que nous pensons également que son statut théorique de « modèle » est encore plus consacrant que celui de Baudelaire, nous nous centrerons uniquement sur l’auteur de Madame Bovary.

8Deuxièmement, il est vrai que la paralittérature n’est guère investiguée dans Les Règles de l’art. Cependant, comme on l’a rappelé plus haut, la théorie bourdieusienne reprend à son compte les critiques du « canon » qui ont essaimé depuis l’apparition des Cultural Studies et ont consacré la culture populaire comme objet d’étude scientifique. À la suite de Bourdieu, d’autres travaux francophones se consacreront enfin à l’étude de ce secteur de production, comme en témoigne le « Que sais-je ? » de 1992 consacré à la paralittérature, qui reprend à la fois le langage de la critique du canon et celui de l’analyse socio-historique du champ littéraire pour définir les contours de son objet :

  • 5  Boyer (Alain-Michel), La Paralittérature, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », 1992, p. 22.

En ces décennies de fractionnement du champ littéraire, entre 1840 et 1900, le rejet, hors des « belles-lettres », de tout un pan de la production littéraire joue un rôle majeur dans la mise en place de nouvelles légitimités culturelles et d’un patrimoine qui, à des fins d’étude ou de délectation, soit propre à la société moderne5.

9L’objectivation du processus de consécration de ce patrimoine en tant que patrimoine sert de point d’appui au discours démythifiant de celui qui s’occupe des laissés pour compte de l’opération de monumentalisation :

  • 6  Ibid.

Patrimoine représenté par des œuvres monumentalisées sous la forme de chefs d’œuvre : la consécration culturelle fait de la sorte subir aux livres qu’elle touche, et qu’elle distingue de la masse des autres livres, une manière de promotion ontologique6.

  • 7  Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Paris – Bruxelles, Nathan – Labor, coll. « Doss (...)

10C’est bien en s’inscrivant à l’encontre de cette magie de la consécration que le discours sur la paralittérature trouve sa principale justification idéologique dans le champ académique. Il s’agit de réévaluer l’importance de ces productions en fonction d’autres critères que ceux qui déterminent traditionnellement la valeur littéraire. Jacques Dubois par exemple, qui approfondit l’élaboration théorique sur ces objets, sur la base du principe de division en deux sphères de production, justifie ainsi la place qu’il accorde aux « littératures minoritaires » dans son exposé sur L’Institution de la littérature : « Si l’on tient compte de sa diversification comme du rôle qu’elle détient dans la société contemporaine, on comprendra mieux qu’on lui réserve même une situation prépondérante dans les analyses qui vont suivre7. »

11Revenons à présent à la place de Flaubert chez Bourdieu. Il est incontestable que Flaubert fait l’objet d’une attention soutenue de la part de Bourdieu dans Les Règles de l’art : le théoricien en dresse un véritable portrait détaillé, d’une part en se fondant abondamment sur la correspondance de l’écrivain, d’autre part en mettant ces observations en rapport avec le modèle théorique qu’il développe par ailleurs.Au final, nous avons pu distinguer six éléments de ce portrait, qui assurent la saillance de Flaubert dans le discours de Bourdieu. Ces six aspects se répartissent en deux grandes catégories.

  • 8  « En choisissant d’écrire des romans, Flaubert s’exposait à participer du statut d’infériorité ass (...)
  • 9  « [Flaubert] réagit violemment contre tout ce qu’on peut nommer la “littérature de genre” […] » ; (...)
  • 10  « Dans cet univers confus, au moins à nos yeux, Flaubert sait reconnaître les siens. » (Ibid., p.  (...)

12De la première catégorie relèvent trois topoï que valorise déjà la doxa littéraire elle-même et qui sont relayés par le discours théorique : 1) la prise de risque8 ; 2) la violence symbolique9 ; 3) l’hyper-lucidité sur les positions en présence10. À propos de ce trait de l’hyper-lucidité, on trouve un exemple assez net de reprise de la doxa littéraire par un mode de prédication théorique, dans l’extrait suivant :

  • 11 Ibid., p. 173.

Ce qui sépare l’écrivain « conscient » de l’écrivain « naïf », c’est en effet qu’il maîtrise assez bien l’espace des possibles pour pressentir la signification que le possible qu’il est en train de réaliser risque de recevoir de sa mise en relation avec d’autres possibles, et pour éviter les rencontres indésirables, propres à en détourner l’attention11.

13On assiste en effet ici à une catégorisation de la population littéraire en fonction d’une aptitude, possédée ou non, à lire les effets de concurrence et à manifester un juste sens du placement ; Flaubert est évidemment rangé du bon côté, comme en témoigne une note convoquée comme preuve par Bourdieu dans laquelle l’auteur affirme devoir « [p]rendre garde au Lys dans la vallée ».Autrement dit, la valorisation de Flaubert se calque ici sur une échelle de valeurs déjà effective dans la doxa littéraire (selon laquelle se distingueraient les novateurs lucides dessuiveurs naïfs), mais retraduite par le discours théorique, notamment à travers la notion d’« espace des possibles ».

14La qualification de Flaubert puise également à des ressources que nous rangeons dans une autre catégorie : celle des caractérisations qui trouvent leur sens et leur puissance de valorisation uniquement (ou prioritairement) en fonction du modèle et des concepts mis en place par le discours théorique (et non plus en fonction de la doxa littéraire). Flaubert se distingue ainsi par sa position « impossible ». Or, le modèle de Bourdieu est un modèle positionnel ; ce qui consacre le statut d’exceptionnalité de Flaubert, c’est précisément qu’aucune position nette ne lui est assignable.

  • 12 Ibid., p. 157.
  • 13 Ibid., p. 175.

15De ce quatrième trait découle le cinquième, à savoir le caractère auto-créé de Flaubert : la « non-positionnabilité » de Flaubert a en effet dans le discours de Bourdieu une « valeur matricielle12 » tout à fait exceptionnelle. Alors que l’essentiel de l’architecture conceptuelle de Bourdieu consiste, comme nous l’avons dit, à rendre compte des processus de création de la valeur littéraire (notamment en objectivant les instances de consécration et en modélisant les trajectoires dans le champ), Flaubert apparaît en creux par rapport à cet appareil explicatif, ou plutôt l’anticipe complètement, ou plutôt encore : en l’invalidant, il lui donne sa meilleure preuve de falsifiabilité, et donc de fiabilité. Flaubert « fai[t] le champ13 », et se fait lui-même au sein du champ ; au contraire des autres agents, dont la position plus ou moins légitime est susceptible d’être objectivée par l’analyste.

  • 14  Ibid., p. 171.

16Enfin, le dernier trait repéré est celui de la réflexivité. Cette fois, Flaubert est mis en avant en tant qu’il inaugurerait l’une des propriétés fondamentales que le théoricien reconnaît à la littérature telle qu’il la modélise sous la forme d’un champ plus ou moins autonome. Commentant L’Éducation sentimentale, Bourdieu relève une référence à La Comédie humaine, et souligne : « Cette référence d’un personnage de roman à un autre personnage de roman marque l’accès du roman à la réflexivité qui, on le sait, est une des manifestations majeures de l’autonomie d’un champ […]14 ».

17D’une part : prise de risque, lucidité, violence symbolique (en tant qu’éléments de doxa littéraire remobilisés dans le discours théorique) ; d’autre part : position impossible, auto-création et réflexivité (en tant qu’éléments de valorisation résultants de la construction théorique). Ces éléments dressent un portrait de Flaubert tel que le consacre le discours théorique de Bourdieu.

18À l’appui de cette hypothèse, on invoquera le fait que cet appareil de consécration est lui-même posé en contraste par rapport à d’autres formes de consécration : institutionnelle (1), critique (2), voire même théorique également (3).

19(1) Le discours de Bourdieu ne fait en effet que souligner tout le décalage entre le panthéon produit par les académies et les prix et la « position impossible » de Flaubert.

  • 15  Voir par exemple ibid., pp. 165, 175.

20(2) Le discours de la critique littéraire (tant celle des contemporains de Flaubert que celle de la postérité) est discrédité par le sociologue. Quant aux contemporains, Bourdieu pointe leur incapacité à percevoir et à rendre compte de la formule esthétique de Flaubert et à la bien lire dans toute sa puissance novatrice15. Quant à la postérité, il en dénonce la paresse méthodologique, pour ancrer le statut d’exceptionnalité accordé à Flaubert dans autre chose que dans l’idéologie du créateur pur :

  • 16 Ibid., p. 167.

Ce qui fait l’originalité radicale de Flaubert, et ce qui confère à son œuvre une valeur incomparable, c’est qu’il entre en relation, au moins négativement, avec la totalité de l’univers littéraire dans lequel il est inscrit et dont il prend en charge complètement les contradictions, les difficultés et les problèmes. Il s’ensuit que l’on n’a quelque chance de ressaisir vraiment la singularité de son projet créateur et d’en rendre compte pleinement qu’à condition de procéder exactement à l’inverse de ceux qui se contentent de chanter les litanies de l’Unique. C’est en l’historicisant complètement que l’on peut comprendre complètement comment il s’arrache à la stricte historicité de destinées moins héroïques16.

21Autrement dit, Bourdieu justifie là une nouvelle forme d’héroïsme flaubertien, qu’il oppose autant à l’incompréhension des critiques de l’époque qu’à la superficialité des critiques postérieurs.

  • 17  Voir ibid., pp. 308s.

22(3) Cette dernière citation nous conduit enfin à la manière dont Bourdieu situe son appareil de consécration par rapport à une autre forme de consécration cette fois plus explicitement théorique elle aussi, à savoir celle, bien connue, mise en place par Jean-Paul Sartre à propos du même Flaubert, autour de la notion de « projet originel ». On pourrait consacrer tout un article à montrer comment le discours de Bourdieu s’oppose radicalement à Sartre et, en particulier, aux fondements philosophiques de sa lecture de la trajectoire de Flaubert17, ainsi qu’à expliquer en quoi les positions des deux théoriciens peuvent finalement être vues comme convergentes. Nous nous contenterons ici d’émettre l’hypothèse que la radicalité de cette opposition peut sans doute être comprise également comme une lutte pour le pouvoir de consécration par la théorie ; lutte d’autant plus âpre que l’objet à consacrer – Flaubert – avait jusqu’alors plus ou moins résisté aux autres formes de consécration (par l’institution et par la critique).

23Enfin, la description de cet appareil de consécration ne serait pas tout à fait complète si nous ne rendions compte également de la façon dont il travaille à produire sa propre évidence, sa propre naturalité. Les indices sont minces pour le cas étudié ; nous avons tout de même repéré deux occurrences dans Les Règles de l’art, qui peuvent relever de ces ressources rhétoriques par lesquelles un discours cherche à opacifier ce qui constitue le point aveugle de son argumentation.

24La première occurrence est une métaphore de l’« espace des possibles » comme « langue » ou « instrument de musique », qui apparaît précisément lorsque Bourdieu parle de Flaubert :

  • 18 Ibid., p. 170 ; nous soulignons.

En se situant comme au lieu géométrique de toutes les perspectives […] [Flaubert] se met en quelque sorte en demeure de […] jouer pleinement de toutes les ressources inscrites dans l’espace des possibles qui, à la façon d’une langue, ou d’un instrument de musique, s’offre à chacun des écrivains comme un univers infini de combinaisons possibles enfermées à l’état potentiel dans un système fini de contraintes18.

25En suggérant une analogie entre la virtuosité sociologique de Flaubert et sa virtuosité artistique, cette métaphore fait porter l’effet de consécration sur les deux dimensions de la praxis de l’écrivain, en naturalisant le lien immédiat entre ces deux dimensions.

  • 19 Ibid., p.167.

26La seconde occurrence est un recours à la formule « rien d’étonnant », typique du jugement d’évidence, pour affirmer que Baudelaire est le seul parmi les contemporains à avoir saisi le projet créateur de Flaubert : « Rien d’étonnant si Baudelaire est le seul à échapper à cette vision divisée [entre réception « réaliste » et réception « formaliste » de Flaubert]19 ». Il nous semble, là aussi, que cette formule manifeste une naturalisation du modèle de consécration qui associe ces deux figures (Baudelaire et Flaubert) dans la position la plus légitime et invite dès lors à postuler entre eux un rapport de compréhension réciproque.

  • 20 Ibid., p. 170. Voir également le parallèle posé entre la rupture flaubertienne et les « [ruptures] (...)
  • 21  Bourdieu (Pierre), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004, p. 16.

27Ceci dit, c’est sans doute encore ailleurs qu’il faut chercher les principes de cet appareil de consécration au sein du discours théorique de Bourdieu. Le cadre de cet article ne nous permet guère d’approfondir l’hypothèse – du reste guère originale – d’une homologie entre la démarche de Flaubert (telle que décrite par Bourdieu) et la démarche de Bourdieu lui-même. Il apparaît cependant évident que cette hypothèse doit être prise en compte dans une explication soucieuse d’éclairer les mécanismes de la consécration par la théorie. D’un côté, Bourdieu souligne lui-même la « rigueur » et le parti pris « durkheimien » de l’auteur de L’Éducation sentimentale20 ; d’un autre côté, les caractéristiques du portrait de Flaubert que nous avons pointées (prise de risque, lucidité, violence symbolique, position impossible, auto-création et réflexivité) pourraient facilement être rapprochées de celles dont Bourdieu reconstruit l’appropriation qu’il en a faite, notamment dans l’Esquisse pour une auto-analyse. Il nous semble d’ailleurs très significatif que cette esquisse propose, dès ses premières pages, des considérations sur « toute la machinerie du processus de consécration qui […] conduit les élus […] à s’orienter […] vers la discipline reine [la philosophie]. On devenait “philosophe” parce qu’on avait été consacré et l’on se consacrait en s’assurant le statut prestigieux de “philosophe”21. » Or c’est précisément en grande partie contre cette figure du philosophe consacré par les instances académiques et dans la sphère publique que Bourdieu a construit sa propre trajectoire intellectuelle.

  • 22  Notons en passant que ce surinvestissement théorique peut prendre différentes formes : le commenta (...)

28Mais revenons à l’objet principal de notre propos. Le processus de consécration par la théorie que nous avons mis en évidence ici procède globalement par invalidation du modèle théorique explicité : Flaubert sort du lot parce qu’il échappe aux mécanismes de production de la valeur littéraire tels qu’en rend compte l’examen sociologique du champ littéraire. Cet examen permet de déconstruire la dimension consacrée des objets du panthéon traditionnel ; ce faisant, il rend saillantes les unités qui contreviennent aux logiques de consécration mises en évidence et qui reçoivent dès lors une nouvelle forme de consécration, par le surinvestissement théorique dont elles sont l’objet22.

29L’ensemble des considérations que nous venons de développer s’inscrit dans un questionnement sur le fonctionnement axiologique du discours théorique sur la littérature. Ce questionnement a déjà une histoire, par rapport à laquelle il est sans doute utile de situer notre démarche.

Penser la théorie littéraire

  • 23  Tel Quel, « Réponses à la Nouvelle critique », dans Théorie d’ensemble, Paris, Seuil, coll. « Tel (...)
  • 24 Ibid., p. 388.

30On ne peut évoquer la réflexion sur la théorie littéraire sans rappeler brièvement la césure importante des années 1960, qui voient l’émergence d’une formation discursive placée à part entière sous le signe de la « théorie ». À prétention hégémonique, cette nouvelle formation discursive entend prendre le contre-pied des illusions du sens commun, en proposant une critique radicale des valeurs dites « bourgeoises » et du canon qu’elles produisent. Pour ne prendre qu’un exemple bien connu, on peut citer le groupe Tel Quel, qui incarne en France la pointe de cette percée théorique dans l’approche de la littérature : « S’attacher à démythifier ce que la bourgeoisie appelle pompeusement la “création” est une tâche urgente23. » Cette tâche, les théoriciens structuralistes l’entreprennent en privilégiant les approches formelles du texte littéraire, qui redéfinissent forcément également un nouveau corpus de référence associé à l’idée même de littérature et provoquent un geste de dévoilement et de consécration d’aspects jusque là sous-évalués par la consommation littéraire traditionnelle. Un peu plus loin dans le même texte de Tel Quel, on lit en effet : « C’est [ce travail formel de base] que nous nous attachons à dégager là où il n’a pas été reconnu, ni même aperçu, afin de changer “l’axe de référence”, de proposer une autre classification des textes “fondamentaux” que celle de la bourgeoisie24. » Cette autre classification, on la connaît ; c’est celle qui place Lautréamont, Mallarmé, Artaud, Bataille, Ponge, Robbe-Grillet en « contemporains » d’un travail inséparablement littéraire et théorique. Notons au passage l’usage des guillemets pour « axe de référence », « fondamentaux » ; locutions qui pointent le nouveau geste de mise en évidence opéré malgré tout par ces théoriciens, et qui doivent donc être mises à distance de l’énonciation. Toute proportion gardée, on ne peut manquer de rapprocher cet usage des guillemets de celui de Bourdieu lorsque son discours récupère malgré lui des syntagmes de la doxa littéraire contre laquelle se construit sa théorie. Quoi qu’il en soit, ce qu’il importe de souligner ici, c’est que le discours d’un groupe comme Tel Quelconstitue la sorte de paradigme français de la fièvre théorique en littérature et des réévaluations axiologiques qui l’accompagnent.

31Nous avons retenu deux commentateurs contemporains, qui ont produit une réflexion sur l’émergence de ce discours théorique et sur les fonctions symboliques qui lui sont associées. L’un, Antoine Compagnon, fournit une explication essentiellement interne du rapport entre théorie et valeurs ; l’autre, Terry Eagleton, fournit une explication plutôt externe de ce même rapport.

  • 25  Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie, op. cit., p. 303.
  • 26  « Toute théorie, peut-on dire, engage une préférence, ne serait-ce que pour les textes que ses con (...)
  • 27 Ibid., pp. 297-298.

32En la schématisant grossièrement, on peut dire que la démarche d’Antoine Compagnon consiste à critiquer la prétention affichée par la théorie à s’émanciper des hiérarchies établies : « […] la théorie, tout en dénonçant l’illusion de la valeur, n’a pas bouleversé le canon. Bien au contraire, elle l’a consolidé en faisant relire les mêmes textes, mais pour d’autres raisons, censément meilleures25. » Ces « meilleures raisons » produiraient dès lors de la valeur littéraire soit par « conformité conceptuelle » et validation du modèle théorique26, soit par un déclassement dû à une invalidation du modèle27.

33La démarche de Terry Eagleton consiste quant à elle à resituer plus résolument la théorie littéraire dans l’histoire politique et idéologique. Il s’agit de reconnaître que la théorie littéraire est traversée de valeurs puisées à des complexes idéologiques en circulation dans la société. La thèse poursuivie consiste à dire que, jusqu’à présent, la théorie littéraire a participé au renforcement du système politico-idéologique dominant : en s’affirmant hors de l’histoire, le discours théorique cautionnerait toutes les configurations historiques en place :

  • 28  Eagleton (Terry), Critique et théories littéraires : une introduction, Paris, PUF, 1994, p. 193.

Dans l’acte même de fuir les idéologies modernes, la théorie littéraire révèle sa complicité souvent inconsciente avec elles, elle trahit son élitisme, son sexisme, son individualisme dans le langage « esthétique » ou « apolitique » qu’elle trouve naturel d’utiliser pour aborder le texte littéraire28.

34Notons en passant que le propos d’Eagleton est précisément d’inverser la tendance et d’utiliser la théorie littéraire (dont le domaine est redéfini plus largement en une rhétorique des pratiques discursives) comme une stratégie idéologique explicite et affranchie des structures du pouvoir.

35Ces deux points de vue sur le discours théorique – celui de Compagnon qui rend compte de l’incapacité fondamentale de la théorie à s’affranchir totalement du sens commun, celui d’Eagleton qui vise à éveiller la conscience politique des théoriciens du littéraire – n’abordent ainsi que de biais la question de la production de la valeur par la théorie et, en tout cas, ne permettent pas vraiment de rendre compte de l’exemple étudié plus haut : la véritable nouvelle valeur produite par le discours bourdieusien à l’égard de Flaubert ne provient pas d’une conformité de cet objet à une position théorique affichée comme dogmatique, ni d’un quelconque service idéologique au pouvoir en place, fondé sur une fuite hors de l’histoire, mais est produite au contraire par non-conformité de l’unité « Flaubert » au processus explicatif global.

36Pour affiner encore notre approche de la production de la valeur littéraire par le discours théorique sur la littérature, nous évoquerons encore deux exemples : d’une part la théorie des polysystèmes d’Itamar Even-Zohar et la place qu’elle réserve aux phénomènes d’interférences littéraires, d’autre part le modèle de la « République mondiale des lettres » tel que proposé par Pascale Casanova.

Deux autres exemples du fonctionnement axiologique du discours théorique

  • 29  Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies, Poetics today, 11, 1, printemps 1990 ; Casanova (Pascale) (...)
  • 30  Even-Zohar (Itamar), « Polysystem theory », dans Polysystem Studies, op. cit., pp. 9-26 ; p. 17.
  • 31  Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, op. cit., p. 72.

37La théorie des polysystèmes proposée par Itamar Even-Zohar et la cartographie de la « République mondiale des lettres » dressée par Pascale Casanova29 ont ceci en commun qu’elles renoncent au découpage linguistique et politique des corpus littéraires pour envisager l’espace de déploiement de la littérature selon une perspective fonctionnaliste chez l’un, géopolitique chez l’autre. Dans les deux cas, les auteurs accordent une place importante aux procédés et aux effets de canonisation, qui stabilisent l’économie du polysystème littéraire ou définissent les lieux de pouvoir dans l’espace mondial des lettres. Even-Zohar développe notamment le concept de « répertoire », défini comme « the agregate of laws and elements (either single, bound, or total models) that govern the production of texts30 ». Suivant une démarche plus historique et généalogique, Pascale Casanova situe l’étape initiale et fondamentale de la constitution de l’espace littéraire mondial au moment de la publication de la célèbre Défense de Du Bellay. Celle-ci « fourni[t] le paradigme » associant la nation et la littérature et instaure la dialectique entre les « grandes » et les « petites » nations littéraires31. Chacun à sa manière, ces deux auteurs proposent bien de remettre en perspective les principes dominants de vision du littéraire, en intégrant ces principes mêmes à leur objet d’étude.

38Pour élaborer une modélisation (théorique ou historiquement fondée) des relations littéraires internationales, ces auteurs soulignent donc la nécessité de traiter des constructions discursives qui escortent et situent la production littéraire dans l’espace social. Aucun cependant ne nous semble tirer toutes les conséquences des propositions théoriques que nous venons d’isoler, dans la mesure où tous deux demeurent centrés prioritairement (et immédiatement) sur l’étude de la littérature avant toute chose – c’est-à-dire : des textes littéraires. Alors qu’elle a dégagé un important palier de médiation discursive (les métadiscours littéraires, quelle que soit leur forme), la parole critique tend à se porter directement sur l’objet littéraire, sans passer par l’étude de son environnement métadiscursif comme le suggérait la théorie. Or l’attention directe aux œuvres peut finalement orienter à nouveau cette théorie vers la production de la valeur symbolique de l’objet littéraire – précisément ce dont ces auteurs voulaient initialement se départir.

  • 32  « […] it is a major goal, and a workable possibility for the Polysystem theory, to deal with the p (...)
  • 33  Par exemple, à propos des littératures périphériques au latin médiéval : « Unfortunately, tendenti (...)

39En effet, la construction théorique d’Itamar Even-Zohar met clairement en exergue les procédures d’« interférences » et de « transferts » par lesquelles un système périphérique pénètre un système central dont l’équilibre fonctionnel aurait été affaibli32. À lire le théoricien du polysystème, on se rend compte que le principe de l’interférence intervient comme un nouveau cadre normatif construit contre le mode d’appréhension national des littératures, dont l’auteur déplore les effets de déformation33, mais sans chercher à les objectiver et à les analyser comme des représentations efficaces. Autrement dit, à une norme d’évaluation métalittéraire s’en substitue ici une autre, qui attribue le privilège de l’authenticité et de la conformité socio-littéraire aux textes en circulation, notamment par le biais de la traduction.

  • 34  Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, op. cit., p. 248.

40Pascale Casanova propose quant à elle un appareil théorique plus simple, qui polarise les objets littéraires entre, d’une part les « grandes littératures » qui bénéficient d’un important appareil de production de la valeur symbolique et d’autre part les « petites littératures » qui, par une série de coups de force, ébranlent finalement un peu de l’ordre littéraire établi. C’est sur ces dernières en particulier que s’attarde l’auteur, consacrant notamment tout un chapitre au « “miracle” littéraire irlandais34 ». Les figures d’écrivains « assimilés », « révoltés » ou encore « hommes traduits » trouvent ainsi une plus-value symbolique dans le traitement théorique que leur réserve l’auteur, puisqu’ils sont posés en agents d’infiltration et de révolution, indispensables pour éviter le figement de la littérature mondiale autour de quelques lois universalisées.

41Dans les deux cas, et selon des modalités différentes, c’est clairement contre un certain type d’historiographie de la littérature (pour le dire vite : à perspective nationale et/ou monolingue) que se déploie ce discours qui se sert de la posture théorique (contre la posture plus traditionnellement historiographique) pour formuler implicitement des évaluations sur les objets littéraires.

En guise de conclusion

42Alors même qu’elle trouve sa principale justification en s’érigeant contre les processus de consécration qui, à partir du jeu institutionnel de la littérature, finissent par intégrer une doxa métalittéraire, la théorie littéraire provoque elle-même des processus de consécration.

43L’approche de ces processus, ébauchée dans cet exposé, nous conduit à dégager trois propositions, qui récapitulent nos observations précédentes :

441) La consécration par la théorie s’inscrit dans un jeu d’opposition à d’autres formes de consécration (institutionnelle, critique/historiographique, ou également théorique).

452) L’opération de conceptualisation, qui est le propre de l’énonciation théorique, induit une orientation axiologique particulière, qui valorise directement ou indirectement telle ou telle unité traitée par la théorie (directement : par validation du modèle défendu ; indirectement : par invalidation du modèle défendu). Cette valorisation s’accompagne d’un surinvestissement théorique et d’effets rhétoriques de naturalisation.

463) La position du théoricien lui-même, au sein de son champ de pratiques, est elle-même en jeu dans l’opération de consécration.

47En faisant à présent un pas en arrière par rapport à la problématique traitée dans cet article, on peut se poser les deux questions suivantes : que nous disent ces considérations 1) sur la consécration en général ; 2) sur la théorie littéraire en général ?

481) On connaissait déjà bien les fonctions symboliques remplies par la consécration au sein du champ littéraire et du champ social ; l’un des objectifs de cet article a été de montrer que la consécration pouvait présenter également, en creux, une fonction heuristique : l’effet de la mise en avant de Flaubert, des paralittératures ou des phénomènes de traduction n’est pas uniquement de réévaluer la place de ces unités dans l’imaginaire métalittéraire collectif, mais aussi de servir de point d’appui et de justification à un type d’exploration et de connaissance de la littérature jusqu’alors peu développé. Mais s’agit-il encore bien de « consécration » ? Dans un souci de précision terminologique, on pourrait proposer de parler d’effets de saillance pour désigner les phénomènes examinés ici ; ce qui permettrait de réserver la « consécration » pour les phénomènes où la production de la valeur littéraire a) remplit des fonctions symboliques b) par une force de structuration pyramidale (ce qui n’est pas le cas non plus de la saillance opérée par le discours théorique) et c) au-delà du champ littéraire (ce qui distinguerait par exemple la « consécration » de la « légitimation », dont les effets seraient internes au champ).

492) Quant à la théorie littéraire en général, notre travail a voulu montrer qu’elle n’échappait jamais totalement à la question de la valeur, même lorsqu’elle prétend l’objectiver. C’est, finalement, ce qui fait du discours théorique un bel objet d’investigation potentiel, à situer a) par rapport aux autres instances de consécration, b) par rapport à un état du discours social. Car ce dernier explique souvent pourquoi, à tel moment, la théorie apparaît comme une formation discursive nécessaire à l’économie générale des discours (sur la littérature, notamment) et comment cette théorie justifie ses procédés de saillance, en puisant à des représentations en circulation ; par exemple, il n’est sans doute pas anodin que se développe une approche critique mondialisée de la littérature à l’heure où d’autres secteurs du discours social thématisent la mondialisation comme une donnée première du rapport de l’homme à son époque.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (Pierre), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 1998.

Boyer (Alain-Michel), La Paralittérature, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », 1992.

Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 1998.

Cusset (François), French Theory, Paris, La Découverte, 2003.

Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Paris – Bruxelles, Nathan – Labor, coll. « Dossiers média », 1978.

Eagleton (Terry), Critique et théories littéraires : une introduction, Paris, PUF, 1994.

Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies, Poetics today, 11, 1, printemps 1990.

Mattelart (Armand) et Neveu (Érik), Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2003.

Tel Quel, Théorie d’ensemble, Paris, Seuil, coll. « Tel Quel », 1968.

Haut de page

Notes

1  Depuis l’impulsion donnée en Angleterre par les pères des Cultural Studies, Richard Hoggart et Raymond Williams (voir, à ce sujet : Mattelart (Armand) et Neveu (Érik), Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2003, pp. 34-38), jusqu’à la querelle du canon qui fit rage aux États-Unis au tournant des années 1980 et 1990 (voir, à ce sujet : Cusset (François), French Theory, Paris, La Découverte, 2003, pp. 180-184).

2  « Un des enjeux centraux des rivalités littéraires (etc.) est le monopole de la légitimité littéraire, c’est-à-dire, entre autres choses, le monopole du pouvoir de dire avec autorité qui est autorisé à se dire écrivain (etc.) ou même à dire qui est écrivain et qui a autorité pour dire qui est écrivain ; ou, si l’on préfère, le monopole du pouvoir de consécration des producteurs ou des produits. » (Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 1998, pp. 366-367).

3  Ibid., p. 368.

4  À ce sujet, voir Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 1998.

5  Boyer (Alain-Michel), La Paralittérature, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », 1992, p. 22.

6  Ibid.

7  Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Paris – Bruxelles, Nathan – Labor, coll. « Dossiers média », 1978, p. 132 ; nous soulignons.

8  « En choisissant d’écrire des romans, Flaubert s’exposait à participer du statut d’infériorité associé à l’appartenance à un genre mineur. » (Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art…, op. cit., p.152 ; nous soulignons) ; « […] la lutte permanente sur deux fronts qui est impliquée dans un projet fondé sur un double refus enferme le danger de tomber sans cesse de Charybde en Scylla […]. » (Ibid., p. 159 ; nous soulignons).

9  « [Flaubert] réagit violemment contre tout ce qu’on peut nommer la “littérature de genre” […] » ; « Il s’insurge aussi contre les platitudes idéalistes […] » ; « […] Flaubert s’indigne […] ». (Ibid., pp. 153-157 ; nous soulignons).

10  « Dans cet univers confus, au moins à nos yeux, Flaubert sait reconnaître les siens. » (Ibid., p. 153 ; nous soulignons).

11 Ibid., p. 173.

12 Ibid., p. 157.

13 Ibid., p. 175.

14  Ibid., p. 171.

15  Voir par exemple ibid., pp. 165, 175.

16 Ibid., p. 167.

17  Voir ibid., pp. 308s.

18 Ibid., p. 170 ; nous soulignons.

19 Ibid., p.167.

20 Ibid., p. 170. Voir également le parallèle posé entre la rupture flaubertienne et les « [ruptures] qu’accomplit la science » (ibid., p. 175).

21  Bourdieu (Pierre), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004, p. 16.

22  Notons en passant que ce surinvestissement théorique peut prendre différentes formes : le commentaire, la typologie, la nuance, la réévaluation terminologique – « le point de vue de Flaubert » devient chez Bourdieu une unité conceptuelle à part entière du modèle théorique –, le lien avec d’autres portions de discours théoriques déjà légitimés – Bourdieu s’appuie sur l’ouvrage de Michael Baxandall, L’Œil du quattrocento, portant sur la peinture renaissante italienne, pour illustrer sa sociologie de la perception artistique telle qu’elle place Flaubert dans un rôle de premier plan.

23  Tel Quel, « Réponses à la Nouvelle critique », dans Théorie d’ensemble, Paris, Seuil, coll. « Tel Quel », 1968,p. 386.

24 Ibid., p. 388.

25  Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie, op. cit., p. 303.

26  « Toute théorie, peut-on dire, engage une préférence, ne serait-ce que pour les textes que ses concepts décrivent le mieux, textes dont elle a probablement été induite (comme la liaison entre les formalistes russes et les avant-garde poétiques l’a illustré, ou entre l’esthétique de la réception et la tradition moderne). Aussi, une théorie érige ses préférences, ou ses préjugés, en universaux (par exemple la défamilarisation ou la négativité). […] Chez Barthes, la distinction du texte lisible et du texte scriptible, pour une fois ouvertement évaluative, privilégie les textes difficiles ou obscurs. Dans le structuralisme en général, l’écart formel et la conscience littéraire sont valorisés contre la convention et le réalisme (bête noire de la théorie, avec le résultat ironique qu’elle a parlé de lui abondamment). » (Ibid., pp. 268-269).

27 Ibid., pp. 297-298.

28  Eagleton (Terry), Critique et théories littéraires : une introduction, Paris, PUF, 1994, p. 193.

29  Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies, Poetics today, 11, 1, printemps 1990 ; Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

30  Even-Zohar (Itamar), « Polysystem theory », dans Polysystem Studies, op. cit., pp. 9-26 ; p. 17.

31  Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, op. cit., p. 72.

32  « […] it is a major goal, and a workable possibility for the Polysystem theory, to deal with the particular conditions under which a certain literature may be interfered with by another literature, as a result of which properties are transferred from one polysystem to another. For instance, if one accepts the hypothesis that peripheral properties are likely to penetrate the center once the capacity of the center (i.e., the repertoire of the center) to fulfil certain functions has been weakened […], then there is no sense in denying that the very same principle operates on the inter-systemic level as well. » (Even-Zohar (Itamar), « Polysystem theory », op. cit., p. 25).

33  Par exemple, à propos des littératures périphériques au latin médiéval : « Unfortunately, tendentiously nationalistic literary historiography has prevented adequate analysis of the relationship vis-à-vis Latin for almost all of the literatures concerned. » (Even-Zohar (Itamar), « Laws of literary interference », dans Polysystem studies, op. cit.,pp. 53-72 ; p. 57 ; nous soulignons).

34  Casanova (Pascale), La République mondiale des lettres, op. cit., p. 248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Provenzano, « La consécration par la théorie », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4629 ; DOI : 10.4000/contextes.4629

Haut de page

Auteur

François Provenzano

F.R.S.-FNRS - Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page