Navigation – Plan du site

Petits dîners entre amis (et rivaux) : prix, réseaux et stratégies de consacrants dans le champ littéraire français contemporain1

Björn-Olav Dozo et Michel Lacroix

Texte intégral

  • 1 Une version légèrement différente de cet article est parue dans  Nieuwzuid, no 32, 2008, p. 54-69 (...)
  • 2 Brenner (Jacques), Tableau de la vie littéraire en France d'avant-guerre à nos jours, Paris, Lune (...)

« Vous êtes-vous déjà demandé ce qui peut décider un honnête citoyen qui n’est pas critique professionnel à devenir juré littéraire ? C’est là une fonction non rémunérée et qui comporte l’obligation assez pesante de lire un certain nombre d’ouvrages »2

1Sans la fausse ingénuité avec laquelle Brenner compose cette remarque, nous estimons nécessaire de reprendre son questionnement, afin d’interroger le fonctionnement de la consécration institutionnelle par l’étude d’une des principales instances de consécration, les prix littéraires. Nous ne nous intéresserons pas à l’histoire des prix, aux représentations qui y sont liées, ou aux effets de croyance ou de légitimation qu’ils produisent. Nous souhaitons plutôt pointer le fonctionnement social et interactionnel des jurés de prix littéraires. Partant du constat que les mécanismes de la consécration au sein de l’institution littéraire impliquent un nombre sans cesse croissant d’agents et sont l’objet d’enjeux majeurs, nous nous sommes posé deux questions : qui devient juré et comment le devient-il ?

  • 3 Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, 2005 (1978), coll. « Espace (...)

2Dès les premières recherches en sociologie de la littérature, le rôle des prix littéraires dans le processus de consécration fut souligné. Ainsi, Jacques Dubois met en évidence dans L’Institution de la littérature3 le double processus de sélection opéré par ces « juridictions spécialisées » dans les verdicts sélectifs : « en attribuant son ou ses prix annuels tout d’abord, en cooptant dans [le] jury des écrivains consacrés ensuite » (p. 97).

3Depuis, tous les travaux examinant un état donné du champ littéraire ou retraçant une trajectoire, prennent soin d’examiner la composition des principales instances de consécration et la liste des œuvres élues par celles-ci.

  • 4 Voir notamment Ducas (Sylvie), La reconnaissance littéraire. Littérature et prix littéraires : le (...)
  • 5 Ducas (Sylvie), « Prix Femina : la consécration au féminin », Recherches Féministes, vol. 16, n°1 (...)
  • 6 English (James F.), The Economy of Prestige: Prizes, Awards, and the Circulation of Cultural Valu (...)
  • 7 Billy(André), L’époque contemporaine (1905-1930), Paris, Tallandier, 1956.
  • 8 Brenner (Jacques), Journal, Tome 5. La cuisine des Prix (1980-1993), Paris, Pauvert, 2006.
  • 9 Yergeau (Robert), À tout prix. Les prix littéraires au Québec, Montréal, Triptyque, 1994.
  • 10 Meizoz (Jérôme), Des institutions aux fétiches : les prix littéraires, dans Écriture, n°51, 1998, (...)
  • 11 Heinich (Nathalie), L’Épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, Paris, La Décou (...)

4Néanmoins, peu de travaux portent spécifiquement sur les jurys et les jurés, sur l’histoire interne de ces micro-sociétés ou sur les trajectoires des consacrants (à deux exceptions près : les travaux de Sylvie Ducas sur le Goncourt4 et le Femina5 et l’ouvrage de James F. English sur la prolifération des prix littéraires et artistiques, au xxe siècle, et l’internationalisation de ce « sous-marché » du prestige6). L’histoire littéraire, de son côté, n’accorde guère plus d’intérêt aux prix, auxquels on n’accorde qu’exceptionnellement une analyse spécifique (quelques auteurs, néanmoins, se penchent sur ce sujet, dont deux écrivains qui furent membres de jurés importants, André Billy7 et Jacques Brenner8. Mentionnons aussi la contribution de Yergeau9). Si la synthèse effectuée par English vient heureusement répondre au constat formulé par Jérôme Meizoz, en 1998 : « Il n’existe pas à proprement parler d’étude sociologique synthétique sur le phénomène des prix littéraires »10, il n’en demeure pas moins que, dans l’ensemble, le discrédit jeté sur les prix, par les littéraires eux-mêmes, touche aussi la recherche et que, sur ce plan, aucune évolution sensible ne peut être observée, depuis les observations de Nathalie Heinich, formulées en 1999  : « Quant aux universitaires et aux spécialistes de la littérature en général, ils considèrent les prix littéraires comme un objet indigne, si l’on en juge par la rareté des travaux existant en France sur ce sujet, en comparaison des innombrables articles journalistiques décrivant ou dénonçant les modalités d’attribution »11.

5Il reste donc beaucoup à faire dans ce domaine. On peut remarquer, entre autres :

  • 12 D’après Bertrand Labès, Guide Cartier 2000 des prix et des concours littéraires, Paris, Le Cherch (...)

61) qu’outre le Goncourt et le Femina, on ne sait pour ainsi dire rien des autres prix (dont le nombre atteint pourtant le vertigineux total de 1322, en 2000, pour les littératures de langue française12, alors que cent ans plus tôt, on ne pouvait guère compter que ceux de l’Académie française et de la Société des Gens de Lettres). En vertu de quels principes ont-ils été fondés, quels auteurs, genres ou courants ont-ils récompensés, quels sont leurs soutiens financiers ? Ne s’en tenir qu’à quelques indications sommaires sur les quatre ou cinq « grands prix » est insuffisant pour éclairer ces multiples rouages de la consécration littéraire française ;

72) qu’on en sait encore moins sur la structure globale de ce « vaste réseau anarchique » d’institutions consacrantes, pour reprendre l’expression de Jacques Dubois. Or ces différents prix doivent être examinés dans leurs multiples formes d’interrelation. En plus d’être créés par un processus de différentiation et d’imitation dont les lignes générales ont pu être esquissées par James English, les prix luttent entre eux dans toutes les facettes de leur fonctionnement, des critères d’éligibilité à la presse générée par leur verdict en passant par la nomination des jurés, la sélection des candidats ou le calendrier des annonces (le Femina et le Goncourt, par exemple, ont cherché à diverses reprises à se ravir la primeur de la saison des grands prix) ;

  • 13 Hamon (Hervé) et Rotman (Patrick), Les Intellocrates, Paris, Ramsay, 1981, p. 149-170.
  • 14 Bien qu’il ne se penche pas sur la cooptation et sur des cas spécifiques de négociations internes (...)

83) qu’en comparaison des travaux qui ont examiné la relation entre capital symbolique et capital économique ou qui ont replacé le phénomène des prix dans la logique de la médiatisation croissante de la vie littéraire (il s’agit de la majorité des travaux sur les prix, de Dubois, en 1978 à Ducas), bien peu se sont penchés concrètement sur le processus de cooptation et les questions de « compromission » (terme utilisé par Meizoz). En effet, à l’exception du chapitre des Intellocrates consacré à cette question13 et de l’article de Meizoz sus-mentionné, qui amorcent une telle analyse, on ne trouvera guère que des dénonciations virulentes et des rumeurs assassines, leur incessante reproduction des « magouilles » entre éditeurs, jurés et auteurs ayant généré, au fil du xxe siècle, un vaste sous-genre journalistique ou diaristique, ainsi qu’un bon nombre de satires, du Prix Lacombyne de Renée Dunan, en 1925, au Truoc-Nog d’Iegor Gran, en 2003. Dernier exemple à ce jour, pour ce qui est des diaristes, celui du cinquième volume du Journal de Jacques Brenner, ancien juré Renaudot, publié en 2006 (avant les quatre autres volumes) avec le sous-titre accrocheur de « La Cuisine des prix »14 ;

  • 15 Notons cependant que dans sa réforme de 2008, l’Académie Goncourt a introduit une limite d’âge de (...)

94) que bien des zones d’ombre persistent en ce qui a trait aux spécificités nationales ou linguistiques des jurys, tant dans la cooptation des pairs que dans le choix des lauréats ou que dans le fonctionnement même des prix littéraires. Ainsi, les jurés sont généralement élus à vie, dans le champ littéraire français15, au contraire du champ québécois, où les jurys varient d’année en année, selon le modèle anglo-saxon. Par ailleurs, on peut noter que les écrivains issus de la périphérie ne sont généralement pas cooptés sur des jurys français si ces derniers n’ont pas un mandat spécifiquement « francophone ».

10La piste explorée dans cet article est celle de la cooptation, du capital social et des trajectoires de consacrants. Cet exposé est donc un préalable théorique et méthodologique dans le cadre d’un travail plus vaste, suscité par le Guide des prix littéraires de Bertrand Labès, lequel recense tous les quatre ans une grande partie des jurés et jurys, depuis 1992. L’une des interrogations qui sous-tend notre recherche est le rôle des « grands électeurs », comme nous proposons de qualifier, à titre provisoire, les jurés qui sont membres de cinq jurys ou plus concurremment. Nous nous intéressons particulièrement à l’analyse des réseaux de relations entre jurés fondées sur cette participation à plusieurs jurys. Le graphique suivant illustre le type de résultat à interpréter produit par la méthode.

11Figure 1 - Réseau des grands électeurs en 1992

12La perspective dans laquelle le travail est mené vise à mettre en avant l’apport complémentaire de l’analyse des réseaux à la théorie du champ, à partir de l’idée que le champ littéraire est aussi le lieu d’interactions concrètes, lesquelles ne peuvent se réduire aux relations abstraites entre positions. On pourrait à cet égard avancer l’hypothèse que la désagrégation contemporaine de la logique des groupes et des avant-gardes permet de réexaminer sur de nouveaux frais les divers phénomènes d’association entre écrivains. Il faut cependant insister sur le fait que notre optique diffère de celle de Bernard Pivot, pour qui il ne reste plus d’autre facteur de sociabilité au sein du champ que celui des prix :

  • 16 Cité par Philippe Cusin, « Les prix littéraires : faut-il les réformer? », Le Figaro littéraire, (...)

La vie littéraire est déjà très anémiée : il n’y a plus de chapelles, plus d’écoles, plus de cocktails ; si on supprime les prix littéraires, la République des lettres deviendra terriblement ennuyeuse16.

  • 17 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999, p. 249-375.

13Disons plutôt que si les propriétés sociales jouent un rôle majeur, comme a pu le démontrer Gisèle Sapiro, dans sa comparaison entre l’Académie française et l’académie Goncourt17, il faut se garder de ramener trop rapidement ou trop unilatéralement des faits impliquant une petite dizaine d’acteurs à des facteurs macro-sociologiques, pour tenir compte des autres facteurs — en particulier les relations effectives entre agents — qui éclairent le fonctionnement du « système des prix ».

  1. Prix, cooptation, capital social

    1. Cooptation et sociabilité

14Les questions qui nous intéressent dans le cadre de cette recherche sont les suivantes : comment devient-on juré, et plus particulièrement : comment devient-on juré d’un grand prix ? Dans quelle mesure le capital social peut-il éclairer la trajectoire des consacrants, avant comme après leur cooptation au sein d’un jury ?

  • 18 Bourdieu (Pierre) et Passeron (Jean-Claude), Les Héritiers, Les étudiants et la culture, Paris, L (...)

15Pour esquisser une réponse, il faut d’abord souligner le fait que la cooptation inhérente aux jurés doit être distinguée de celle propre à des « corps » beaucoup plus vastes, numériquement, dont Bourdieu et Passeron ont pu faire l’étude dans leurs travaux sur l’École18. Il y a certes, dans les deux cas, une sélection, qui distingue les rares élus de la masse de candidats potentiels. Toutefois il y a plus, dans les jurys, que cette consécration du futur consacrant, car ces derniers contraignent leurs membres à une sociabilité minimale, laquelle se donne souvent les oripeaux de la convivialité (le modèle étant celui du déjeuner chez Drouant de l’académie Goncourt).

16Autrement dit, élire un juré, c’est se choisir un collègue avec lequel il faudra régulièrement discuter du choix des lauréats, sur la base de négociations directes entre pairs. De plus, les jurés étant comme on l’a vu élus à vie, ce collègue pourra être un interlocuteur pendant de longues années. Ainsi, en 1992, huit des dix membres du Goncourt sont élus depuis plus de quinze ans. En 2008, 6 d’entre eux se côtoyaient depuis plus de 25 ans sur ce même jury. Il faut insister sur le fait qu’il y a 5 réunions officielles par année pour le Femina et un repas tous les mois pour le Goncourt. En ajoutant aux réunions statutaires, institutionnelles et multilatérales, les multiples rencontres informelles, « en petit comité » comme dirait Mme Verdurin, on voit aisément l’importance des sociabilités créées par la participation à un jury.

17Pour illustrer notre propos, citons une interview de Michel Tournier accordée à l’Humanité en 1993 :

Vous venez par plaisir à ces repas mensuels des Goncourt ?

Le métier d’écrivain est un métier de solitaire. Je mets cinq ans à écrire un livre. Cinq ans sur le même manuscrit, à la campagne, tout seul, c’est long. C’est dur. Alors, on aime retrouver des amis, des copains. Autrefois, il y avait des cafés littéraires. Je crois que ça n’existe plus beaucoup. Alors reste l’Académie française. Je n’en serai jamais. Et puis l’Académie Goncourt. Là, ce sont des copains, au sens propre du mot : co-pain, avec qui l’on mange son pain.

Vous vous y sentez bien ?

  • 19 Tournier (Michel), Interview dans L’Humanité, 8 avril 1993. Disponible à l’adresse http://www.hum (...)

Oui, c’est très familier. Ce qui implique des disputes violentes, des portes qui claquent, des démissions19.

18En somme, la cooptation propre aux jurys est créatrice d’une sociabilité institutionnelle, d’une micro-société formelle, permanente, aux frontières fortement tracées, dont le seul fonctionnement est basé sur la négociation entre quasi-égaux (le président ayant parfois un double vote en cas d’égalité): La contrainte unique est que chaque année, il faut arriver à choisir, collectivement, un ou des lauréats.

  • 20 Voir notamment Bourdieu (Pierre), « La production de la croyance : contribution à une économie de (...)
  • 21 Cependant, la comparaison ne peut être poussée trop loin : les élections des CA sont réglées par (...)
  • 22 Bien qu’elle ne s’applique pas au travail que nous menons ici et qu’elle ait un plus grand potent (...)

19Par ailleurs, et c’est une des pistes de recherche qui retiendra notre attention dans le cadre du projet plus vaste, il faut souligner que le jury Goncourt (comme la plupart des jurys) est un groupe qui ne « produit rien », pas même de textes consacrés à la réception ou à la consécration, contrairement à l’Académie française. Ses seules tâches sont de nommer un lauréat et de remplacer les jurés disparus ou démissionnaires. En somme, les jurés ont un seul objet : veiller à la circulation du capital symbolique, celui qu’accorde le jury par son prix, celui qu’accorde le jury à de nouveaux membres et, celui qu’accorde le public au jury et à ses choix (on revient donc ici à la question de la production de la croyance, pour lequel nous renvoyons aux travaux de Bourdieu20 et, en ce qui concerne plus spécifiquement les prix, à ceux de Meizoz et English cités auparavant). Certes, il existe des retombées économiques pour les auteurs, parfois fort importantes, mais structurellement la fonction des jurys au sein du champ littéraire peut être comparée à un CA (comité d’administration) pour les entreprises privées : le jury est un CA qui « gère » un capital symbolique collectif, celui du prix, dont la valeur globale est liée au palmarès, aux capitaux symboliques individuels des jurés, et à la place dans le système général des prix et de la réception. Cette analogie entre CA et jurés de prix pourrait être poussée plus loin, via les études d’interlocking directories, c’est-à-dire les CA d’entreprises qui partagent des membres (on peut par exemple citer Éric Schmidt, directeur de Google, qui siège au CA d’Apple – et on ne s’étonnera pas des stratégies d’alliance entre les deux firmes). Les recherches menées depuis quelques décennies par les analystes de réseaux sociaux, sur ce phénomène socio-économique majeur, permettraient, mutatis mutandis, d’éclairer le cas du partage de jurés par les jurys. Enfin, les liens étroits entre jurés et maisons d’éditions ajoute une autre couche de sens, dans la mesure où ils agissent souvent comme s’ils « représentaient » leur éditeur sur le jury, tout comme les membres des CA peuvent défendre les intérêts d’un actionnaire important21. Mais comment devient-on un « gestionnaire de capital symbolique22 » ? Il faut en posséder un peu soi-même (nous y reviendrons), mais pas uniquement. Il faut surtout posséder une forme de capital spécifique aux animateurs de la vie littéraire : nous l’appellerons dans un premier temps et de manière générale le capital social.

    1. Jurys et capital social

20La sociabilité des jurys met en effet en jeu, de façon constante, ce capital social des consacrants, avant comme après leur élection.

21Pour appuyer cette assertion, citons deux exemples tirés du journal de Jacques Brenner. Le premier a trait à l’élection de Brenner au jury du Renaudot : entre la première mention de cette possibilité, le 24 août 1980 et le vote victorieux, en avril 1986, on trouve 29 entrées dans le journal à ce sujet, parmi lesquelles 12 font état de conversations avec Yves Berger, alors directeur littéraire des éditions Grasset (et, de ce fait, patron de Brenner étant donné que ce dernier assurait la première lecture des manuscrits dans cette maison), contre 9 mentions de discussions avec des jurés du Renaudot. Pendant près de six ans, le diariste tente d’évaluer, au jour le jour, ses chances d’être élu, c’est-à-dire de découvrir quels peuvent être ses appuis au sein du jury. Le capital social joue donc un rôle crucial dans le processus, pas seulement, comme on aurait pu le prévoir, en terme d’appuis et de liens directs et « positifs » (combien d’amis ou d’alliés l’acteur X peut-il compter dans le jury Y), mais aussi et surtout en termes de circulation d’information et de relations indirectes. Dans ses multiples conversations, Brenner cherche aussi à évaluer la solidité des appuis déclarés, à découvrir les sentiments à son égard des jurés qu’il ne fréquente pas ou à influencer les uns et les autres : ce sont là des enjeux liés au savoir, qui mettent souvent en cause des intermédiaires. En somme, sa « campagne électorale » auprès du Renaudot le contraint à participer à quantité de dîners, à multiplier les discussions dans les coulisses des journaux et maisons d’édition, ceci avec des interlocuteurs qui lui sont aussi bien des appuis éventuels dans son élection au Renaudot que des rivaux auprès des éditeurs, des journaux, des autres prix ou, plus généralement, dans les luttes, au sein du champ, pour l’accumulation du capital sous ses diverses formes.

22Le second exemple concerne la sélection des lauréats. Quand José Cabanis, autre juré Renaudot, annonce à Brenner, une fois ce dernier élu : « tu disposes de deux votes » (laissant entendre « quel que soit ton vote, je te suis »), quand Berger lui déclare qu’il [Brenner] a une autorité imposante auprès de ses collègues, quand trois éditeurs distincts lui soumettent, la même journée, des noms de lauréats potentiels, quand des candidats retenus sur la liste préliminaire lui téléphonent quasi quotidiennement, tout cela témoigne du poids accordé au juré qu’est Brenner, aussi bien par ses pairs au sein du jury lui-même que par les divers acteurs de la vie littéraire. Entre un juré constamment minoritaire, incapable de rallier à lui ses pairs et un juré susceptible, par son influence, d’emporter le morceau, la différence tient à une chose : le capital social.

23Autrement dit, la consécration que le juré pourra obtenir, pour lui-même, du fait de son élection, comme celle qu’il pourra décerner, après-coup, constitue toujours une « propriété collective », un capital disséminé entre plusieurs acteurs, bref un capital « socialisé », pour revenir au sens premier du capital social. Contrairement à l’éditeur, au critique ou au préfacier, le juré est un consacrant de deuxième degré, dont le pouvoir n’est pas personnel mais partagé, lié à des configurations mouvantes de rapport de force au sein d’un jury. Voilà pourquoi le capital symbolique qu’il peut éventuellement mettre en circulation est inséparable du capital social.

  • 23 Hamon (Hervé) et Rotman (Patrick), op. cit.

24Tentons d’examiner d’un peu plus près cette interpénétration, en procédant à l’esquisse d’une trajectoire idéaltypique, celle d’un futur « grand juré », c’est-à-dire d’un acteur qui sera membre de plusieurs prix littéraires importants. Hamon et Rotman, dans le chapitre des Intellocrates consacré aux prix littéraires23, indiquent eux-mêmes, d’une certaine façon, qu’on ne devient membre d’un jury important qu’en adoptant un habitus spécifique, puisqu’ils découvrent, chez Didier Decoin « le profil idéal d’un juré potentiel ». L’histoire leur a donné raison, puisque Decoin fut élu à l’Académie Goncourt, en 1995, et participait cinq ans plus tard à sept jurys distincts, lesquels décernaient à eux tous pas moins de trente prix.

    1. Le parcours du combattant : éléments de la  trajectoire du consacrant

25La prosopographie des « grands électeurs » étant au stade préliminaire, nous ne pouvons détailler très précisément les facteurs divers composant la trajectoire des jurys, mais nous pouvons cependant isoler quelques éléments majeurs. Les deux premiers éléments couvrent l’ensemble de cette trajectoire, alors que les trois suivants sont liés à des étapes spécifiques.

  • 24 Voir Dozo (Björn-Olav), « Structure de l’espace relationnel des auteurs francophones belges de l’ (...)

26a) Les jurys appartiennent à la catégorie des animateurs de la vie littéraire24, en ce sens qu’une partie significative de leur « travail » sera consacré à la création et à l’entretien de liens avec d’autres membres de la sphère littéraire.

27Autrement dit : il existe une part de « mondanité » minimale (sous toutes ses formes), et plus souvent qu’autrement, importante, avant comme après l’élection dans un jury. Un Céline ou un Houellebecq (voire un Ducharme au Québec et un Tousseul en Belgique) ne veut ni ne peut devenir juré : la posture de l’écrivain solitaire est irréconciliable avec la trajectoire menant à la cooptation.

28b) Un jury s’avère plus souvent qu’autrement un agent nettement impliqué dans les processus de réception. L’élection d’un juré constitue en quelque sorte, par le rôle qu’on lui octroie, la reconnaissance de ses jugements antérieurs sur la littérature (ou, formulé autrement : la légitimisation de son rôle antérieur en tant qu’agent de réception). Sauf exceptions, on ne devient juré qu’après avoir exercé la critique (dans les revues, les hebdomadaires, les quotidiens, à la radio ou à la télévision) ou du moins être reconnu pour un travail au sein des instances éditoriales internes (poste sur un comité de lecture, directeur de collection, relecteur/correcteur de manuscrit).

29La proportion remarquable de « grands électeurs » ayant été journalistes pendant une partie de leur carrière soulève d’ailleurs la question de la proximité entre les prix littéraires et les médias et notamment toute la problématique de la médiatisation de la vie littéraire. L’analyse de ces relations sort du cadre de cet article ; toutefois, sans prétendre en démonter la complexité, nous remarquerons, en passant, qu’il y aurait peut-être lieu d’étendre au système des prix dans son ensemble l’analyse de Gisèle Sapiro au sujet de la « logique du scandale » caractéristique de l’Académie Goncourt. Destinés, dans leur conception même, à constituer autant d’« événements » dans le cours de la vie littéraire, la remise des prix par les jurys amalgame en quelque sorte, dans son fonctionnement, dans son rapport à la production littéraire, la recherche de la distinction, propre aux instances de consécration, et la transformation de l’actualité en dates faites pour marquer l’histoire, en adéquation avec la logique médiatique qui prône l’écriture de l’événement exceptionnel au quotidien.

  • 25 Heinich (Nathalie), Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 1999, p. 125 et ss

30Quoi qu’il en soit, l’importance des sociabilités et du journalisme, dans les trajectoires, a des conséquences nombreuses quant aux liens entre capital social et capital symbolique. On peut noter, tout d’abord, que la dimension « mondaine » de la carrière entraîne aisément une dévaluation du capital symbolique (il existe de nombreux éléments des discours à ce sujet chez Heinich, entre autres25 ; cette attitude est fort connue, bien que les analyses aient rarement examiné cette interrelation plus en détail).

  • 26 Brenner (Jacques), Journal, op. cit., p. 71.

31Par ailleurs, l’autorité en tant que critique, donc la renommée spécifique (au sein du champ) qu’elle procure, qui est une forme spécifique de capital symbolique, repose sur des textes et des discours (donc, pas du pur capital social : il faut savoir écrire ses critiques…), et plus précisément sur une certaine « qualité » dans les jugements. Tout critique visant à la reconnaissance est de ce fait tiraillé entre la complaisance (pour maintenir ou augmenter son capital social) et la sévérité/honnêteté (qui est susceptible de froisser, de manière plus ou moins durable). Citons un autre exemple tiré du parcours de Brenner : quand il écrit un chapitre intitulé « La comédie des Goncourt », dans son Tableau de la littérature française, publié en 1982, on peut présumer que ses chances d’être élu au sein de cette auguste compagnie chutent considérablement. Brenner a d’ailleurs proposé son ouvrage à plusieurs éditeurs, avant d’être publié, notant à ce sujet, que le livre risquait de mécontenter « jurés et critiques26 ».

32Parallèlement à ces facteurs, jouant tout au long de la carrière des jurés, il convient d’en isoler d’autres, qui interviennent à des moments précis de la trajectoire des futurs jurés et facilitent l’entrée au sein d’un grand jury :

  • 27 Sapiro (Gisèle), op. cit., p. 326.

33a) Un facteur crucial lors de l’élection consiste dans la possession de liens forts avec au moins un des membres du jury. Sapiro le soulignait déjà : « la cooptation à l’Académie Goncourt dans la première moitié du siècle privilégie les relations personnelles et, dans une moindre mesure, les affinités esthétiques que fonde une certaine fidélité au réalisme27 ». Bien souvent, il faut même un « parrain » (Berger, dans des conversations avec Brenner, parlait de « capitanat » à ce sujet). Qui plus est, il y a de délicates tentatives, au cours des « grandes manœuvres » menant à l’élection, par lesquelles les divers intermédiaires cherchent à marquer leur importance dans le déroulement des événements, de façon à s’attirer la reconnaissance du futur élu.

  • 28 Ibid., p. 377.

34Prenons un exemple, toujours chez Brenner : en 1980-1982, le principal appui de Brenner est Roger Vrigny, camarade de longue date, bien que lié aux Éditions du Seuil (donc à une maison concurrente de celle dont Brenner est employé). Inversement, l’appui d’Alain Bosquet, pourtant édité chez Grasset et salarié de l’entreprise, reste incertain jusqu’au moment de l’élection. Cela n’empêche pas Bosquet d’inviter Brenner et un autre candidat « Grasset », Jérôme Garcin, en janvier 1986, de façon, écrit Brenner, à « nous rappeler par la suite qu’il a favorisé notre entrée au Renaudot28 ».

35b) Plus importantes, peut-être, que ces entrées directes au sein des jurys, les relations passant par des intermédiaires sont cruciales pour faire pression subtilement, obtenir de l’information par d’autres sources, etc. Ce facteur se combine souvent avec l’appui de l’éditeur. En l’occurrence, cela se concrétise, pour Brenner, dans la personne d’Yves Berger. En plus de son poste chez Grasset, ce dernier est membre de plusieurs jurés, dans les années 1980 (10 jurys de prix, dépendant de 8 institutions différentes en 1992) et a la réputation d’être le « grand ordonnateur » des prix littéraires. C’est ce point en particulier qu’il nous semble important d’examiner en détail. Aussi allons-nous y revenir plus loin.

  • 29 Il ne s’agit pas toujours du prix sur lequel ils siègeront plus tard : pour nous en tenir aux mem (...)

36c) S’il faut un capital symbolique minimal, un certain niveau de notoriété, pour qu’un nom puisse faire figure de juré potentiel, on peut souligner, à cet égard, l’importance d’avoir soi-même obtenu des prix importants. On observe aisément que les jurés des grands prix ont non seulement été pour la plupart récipiendaires d’un de ces prix, auparavant, mais aussi qu’ils reçurent parallèlement quantité d’autres prix29. La circularité de la transmission du capital symbolique se révèle très forte, dans cette perspective : on ne devient consacrant, et surtout, un des consacrants par excellence du champ français qu’après avoir été soi-même consacré, ceci cinq ou dix fois plutôt qu’une.

37Se dessine ainsi une trajectoire idéaltypique qu’on pourrait résumer ainsi, sur la base de données préliminaires : on obtient de petits prix, tout d’abord, puis l’un des grands prix, de même, on devient juré de quelques petits prix, puis l’on parvient au sommet du « système », en devenant membre d’un des grands prix.

  • 30 La comparaison possède évidemment une part d’arbitraire, étant donné les différences entre les pr (...)
  • 31 Il faut préciser à son propos que Bosquet est le pseudonyme d’Anatole Bisk, né à Odessa, en 1919, (...)

38Examinons un peu plus dans les détails, à l’aide des cas d’Alain Bosquet et de Didier Decoin, comment ce parcours peut se dessiner30. Le premier, né en 1919, obtient ainsi, dans les premières années de sa carrière française31, quelques petits prix « qui comptent » (Guillaume-Apollinaire en 1951, Sainte-Beuve en 1957, Max Jacob en 1959), puis des prix mineurs d’institutions importantes, en 1962 (le Femina pour la poésie et le Briquette-Gonin de l’Académie française), puis conquiert l’Interallié, en 1965, avant de se voir décerner successivement en 1967 puis 1978, le Grand Prix de l'Académie française pour la poésie et pour le roman. Parallèlement, il devient membre des jurys Max Jacob (en 1970) puis du Renaudot, en 1971. D’autres récompenses et élections au sein de jurys suivront, mais la consécration ultime, sera la création d’un prix en son nom, en 2004.

39Le second, né en 1945 et étiqueté dès 1980 dans Les Intellocrates comme futur juré d’un des grands prix, a d’abord obtenu le prix des Quatre jurys, en 1971, puis celui des Libraires, en 1972, avant d’avoir le Goncourt. En tant que juré ou qu’administrateur d’institution responsable de prix, il fut président de la Société des Gens de lettres (SGDL), en 1978-1979 et 1987-1989, est juré des prix de la SGDL (plus de vingt en tout), Jean d’Heurs, Lutèce du témoignage, de la Reine Mathilde et 30 millions d’amis, en 1992. Huit ans plus tard, le Jean d’Heurs aura disparu, mais sera remplacé par le prix des Écrivains croyants, le Maurice Genevoix, et surtout par celui de l’Académie Goncourt, dont Decoin est membre depuis 1995.

  • 32 Le rôle joué par l’obtention des prix dans la trajectoire des futurs « grands électeurs » et l’ho (...)

40En eux-mêmes, ces parcours sont révélateurs de l’aspect « agrégatif » de la consécration, mis en évidence par James English : les acteurs du monde culturel récipiendaires d’un prix attirent à eux de nouvelles distinctions dans une proportion bien supérieure à la normale. Le processus s’avère similaire pour ce qui est des nominations aux jurys32. Par conséquent, un nombre limité d’acteurs joue un rôle prépondérant au sein de cette instance du champ littéraire ce qui les amène, entre autres, à participer conjointement à quantité de jurys, comme le montre la figure 1. Ainsi, non seulement sont-ils plus légitimés que la plupart de leurs confrères et parmi les principaux pourvoyeurs de légitimité, ces « grands électeurs » sont au surplus en relation directe ou rapprochée avec plusieurs des autres consacrants par excellence. Toute leur trajectoire est ainsi faite de l’accumulation conjointe de capital symbolique et de capital social.

  1. Retour sur la méthode

41Pour conclure cet article à visée programmatique, nous voudrions anticiper une question qui surgit inévitablement dans les travaux sur le capital social (ou en sociologie en général) : en quoi la recherche découvre-t-elle autre chose que ce que le sens commun admet aisément, à savoir qu’il est utile d’avoir des amis, et particulièrement utile d’avoir beaucoup d’amis bien placés ?

42Pour répondre à cette question, il faut revenir à la définition du capital social, parce que restreindre la notion au simple nombre de liens, ou même aux ressources disponibles par l’entremise des liens donne une vision réductrice des phénomènes d’interaction entre individus. En effet :

43a) les liens sont aussi des contraintes et peuvent restreindre l’autonomie des acteurs ;

44b) le rôle des liens indirects est crucial dans les interactions entre acteurs ;

45c) il existe une part d’inconnu inhérente au capital social. C’est plus évident pour le capital social d’autrui – comment, en effet, connaître l’état exact des relations d’une autre personne, fut-elle proche de nous ? – mais tout aussi vrai pour notre propre capital social, puisque seul l’événement, la circulation effective de ressources, concrétise ce capital. Tant qu’aucune demande n’a été formulée et acceptée, qu’aucun geste n’a été posé, le capital social demeure une probabilité, et non pas une donnée brute. Il ne faut donc pas réifier le sens du capital social mais se souvenir de son fondement essentiellement métaphorique.

46Voilà pourquoi il faut aborder les interactions dans une perspective globale, celle des réseaux, quand bien même les réseaux étudiés seraient ceux des acteurs (ego-réseaux) (plutôt qu’en fonction de paires juxtaposées ou de groupes conçus comme homogènes et compacts).

  • 33 Coleman (James S.), « Social Capital in the Creation of Human Capital », American Journal of Soci (...)
  • 34 Voir par exemple Burt (Ronald S.), Structural holes : The Social Structure of Competition, Cambri (...)

47Pour souligner les apports d’une analyse structurale des relations sociales à l’étude des jurés de prix littéraires, il faut revenir à la définition du capital social et procéder à une mise au point théorique, en retournant aux différents sens du syntagme, comme James Coleman le fait33. Dans les trois grandes acceptions du capital social qu’il dégage dans l’article, l’une nous intéresse particulièrement : celle qui envisage d’étudier les structures sociales qui « facilitent » le capital social. Le capital social est alors considéré dans ce dernier cas comme un « avantage structurel », dimension que Burt approfondit dans ses travaux34. C’est cette acception que nous nommons « capital relationnel » et qui retient toute notre attention dans l’étude des prix littéraires. Elle a été laissée de côté dans la théorie des champs. Pourtant, elle offre la possibilité d’étudier la place occupée par le juré au sein du réseau de ses relations (la relation étant définie ici comme la rencontre au sein d’un même jury).

48Cette prise en compte de la structure générale des relations permet d’expliquer finement l’indépendance ou l’autonomie d’un juré (en fonction des trous structuraux qu’il arrive à maintenir autour de lui), de montrer son influence au sein de différents prix, etc. Toutes ces notions (indépendance, influence, etc.) qui sont restées intuitives peuvent trouver une forme d’objectivation (qu’il s’agira bien évidemment d’interpréter : les chiffres ne veulent rien dire en eux-mêmes) grâce aux différentes composantes du capital relationnel, notamment les différents calculs de centralité des jurés. On ne pourra évidemment se passer d’analyse historique et qualitative : ainsi, dans le cas des « grands électeurs », présents sur plus de cinq jurys, on ne peut simplement déduire que les « jurés » les plus importants sont ceux présents sur le plus grand nombre de prix. Il est plus intéressant d’être à l’Académie française, sur le Renaudot et sur le prix Cino del Duca, qui octroie 200 000 francs français en 1992, que sur huit petits prix…

49Néanmoins, il est indéniable que la perspective mise en avant par l’étude du capital relationnel des jurés offre des possibilités intéressantes pour la compréhension des mécanismes de consécration institutionnelle. Mais, plus généralement, cette étude permettrait, sur le plan méthodologique, de tirer profit des acquis remarquables d’un courant sociologique prolifique mais encore très peu exploité au sein des études littéraires35, celui de l’analyse des réseaux sociaux, en plus de conduire, sur le plan théorique et historiographique, à reconceptualiser les interrelations entre les diverses formes de capital et leur rôle respectif au sein de la vie littéraire.

Haut de page

Notes

1 Une version légèrement différente de cet article est parue dans  Nieuwzuid, no 32, 2008, p. 54-69, sous le titre « Dineren onder vrienden (en rivalen). Literaire prijzen, netwerken en consecratiestrategieën » (trad. et adapt. Laurence van Nuijs, Maarten de Pourcq en Erik Spinoy).

2 Brenner (Jacques), Tableau de la vie littéraire en France d'avant-guerre à nos jours, Paris, Luneau et Ascot, 1982, p. 230.

3 Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, 2005 (1978), coll. « Espace Nord Références ».

4 Voir notamment Ducas (Sylvie), La reconnaissance littéraire. Littérature et prix littéraires : les exemples du Goncourt et du Femina, thèse de doctorat, Université de Paris VII, 1998 ; Ducas (Sylvie), « Prix Goncourt et reconnaissance littéraire : l’écrivain et ses stratégies d’accès à la consécration », dans Gérard Mauger (dir.), Droit(s) d’entrée, Paris, MSH, 2006, p. 159-174 et Ducas (Sylvie), « Faut-il brûler le Prix Goncourt ? », dans Prix Goncourt 1903-2003 : essais critiques, Londres, Oxford & Berne, Peter Lang AG, 2004.

5 Ducas (Sylvie), « Prix Femina : la consécration au féminin », Recherches Féministes, vol. 16, n°1, 2003.

6 English (James F.), The Economy of Prestige: Prizes, Awards, and the Circulation of Cultural Value, Harvard University Press, 2005.

7 Billy(André), L’époque contemporaine (1905-1930), Paris, Tallandier, 1956.

8 Brenner (Jacques), Journal, Tome 5. La cuisine des Prix (1980-1993), Paris, Pauvert, 2006.

9 Yergeau (Robert), À tout prix. Les prix littéraires au Québec, Montréal, Triptyque, 1994.

10 Meizoz (Jérôme), Des institutions aux fétiches : les prix littéraires, dans Écriture, n°51, 1998, republié dans R. Junod (éd.) Guides des prix littéraires décernés en Suisse romande. Fondation pour l’écrit, Genève, p. 9-13, 2000, disponible à l’adresse : http://www.culturactif.ch/vieculturelle/prix.htm. Voir aussi le xive chapitre de L’Œil sociologue et la littérature, Genève, Slatkine Erudition, 2004, intitulé « La fabrique du fétiche : sociologie des prix littéraires ».

11 Heinich (Nathalie), L’Épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, Paris, La Découverte, 1999, coll. « L’Armillaire », p. 29.

12 D’après Bertrand Labès, Guide Cartier 2000 des prix et des concours littéraires, Paris, Le Cherche Midi, 1999.

13 Hamon (Hervé) et Rotman (Patrick), Les Intellocrates, Paris, Ramsay, 1981, p. 149-170.

14 Bien qu’il ne se penche pas sur la cooptation et sur des cas spécifiques de négociations internes, l’ouvrage de James English ouvre deux pistes intéressantes, au sujet de « l’impureté » entachant le processus de consécration, selon ses adversaires : d’une part, il formule la thèse selon laquelle les prix et autres distinctions honorifiques (« awards ») constituent essentiellement des lieux de transaction entre les diverses formes de capital, d’autre part, il souligne le fait que, loin de nuire au système des prix, les accusations de scandale continuellement formulées à leur endroit, contribuent à mettre au centre des enjeux du champ la « valeur » des prix, consolidant ainsi leur importance.

15 Notons cependant que dans sa réforme de 2008, l’Académie Goncourt a introduit une limite d’âge de 80 ans, au-delà de laquelle les jurys perdent leur droit de vote.

16 Cité par Philippe Cusin, « Les prix littéraires : faut-il les réformer? », Le Figaro littéraire, 18 novembre 1999, p. 3.

17 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999, p. 249-375.

18 Bourdieu (Pierre) et Passeron (Jean-Claude), Les Héritiers, Les étudiants et la culture, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964, coll. « Le sens commun » ; La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970, coll. « Le sens commun ».

19 Tournier (Michel), Interview dans L’Humanité, 8 avril 1993. Disponible à l’adresse http://www.humanite.fr/1993-04-08_Articles_-Vous-venez-par-plaisir-a-ces-repas-mensuels-des-Goncourt.

20 Voir notamment Bourdieu (Pierre), « La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques », dans Actes de la recherche en sciences sociales, no 13, février 1977, p. 3-43 et Bourdieu (Pierre), Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, coll. « Libre examen », rééd. Points, 1998.

21 Cependant, la comparaison ne peut être poussée trop loin : les élections des CA sont réglées par les assemblées d’actionnaires, non par cooptation ; la légitimité des membres des CA est moins fragile que celle des jurés et les retombées de leur nomination d’ordre monétaire plutôt que symbolique, etc.

22 Bien qu’elle ne s’applique pas au travail que nous menons ici et qu’elle ait un plus grand potentiel pour les cas de mécénat ou d’institutions culturelles caractéristiques du marché culturel anglo-saxon, que pour les jurys fonctionnant selon le modèle des académies, la distinction accomplie par James English entre les diverses catégories d’acteurs impliqués dans le fonctionnement des prix, mérite d’être notée : entre ceux qui financent les prix, ceux qui en édictent les règles, ceux qui les administrent et ceux qui élisent les candidats, les différences peuvent être cruciales.

23 Hamon (Hervé) et Rotman (Patrick), op. cit.

24 Voir Dozo (Björn-Olav), « Structure de l’espace relationnel des auteurs francophones belges de l’entre-deux-guerres »,  dans Luneau (Marie-Pier) et Vincent (Josée) (dir.), La Fabrication de l’auteur, Québec, Nota Bene, 2008, pp. 183-203 et Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Étude socio-statistique du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Marie Klinkenberg, Université de Liège, 2007, p. 308-315.

25 Heinich (Nathalie), Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 1999, p. 125 et ss.

26 Brenner (Jacques), Journal, op. cit., p. 71.

27 Sapiro (Gisèle), op. cit., p. 326.

28 Ibid., p. 377.

29 Il ne s’agit pas toujours du prix sur lequel ils siègeront plus tard : pour nous en tenir aux membres de l’Académie Goncourt, telle que constituée en 2000, trois d’entre eux ont obtenu le Goncourt (en 1966 pour Edmonde Charles-Roux, 1970 pour Michel Tournier et 1977 pour Didier Decoin) et trois autres le Femina (en 1958 pour Françoise Mallet-Joris, 1969 pour Jorge Semprun et 1970 pour François Nourissier).

30 La comparaison possède évidemment une part d’arbitraire, étant donné les différences entre les propriétés et les trajectoires de ces écrivains, séparés par au moins une génération. Toutefois, nous postulons que les traits généraux du « système des prix » sont déjà en place dans les années cinquante et ont perduré jusqu’aux dernières années sans mutation majeure.

31 Il faut préciser à son propos que Bosquet est le pseudonyme d’Anatole Bisk, né à Odessa, en 1919, et qu’il entama sa carrière d’écrivain en Belgique, où il avait grandi, un peu avant la Deuxième Guerre mondiale, avant d’émigrer aux Etats-Unis, où il participa à la direction de la revue Hemisphères, avant de s’engager dans l’armée américaine qu’il suivra en Allemagne, de 1945 à 1951.

32 Le rôle joué par l’obtention des prix dans la trajectoire des futurs « grands électeurs » et l’homologie entre la tendance démultiplicatrice des prix obtenus et des nominations aux jurys, ne doivent pas obscurcir les différences entre l’obtention des prix et la cooptation entre jurés : de nombreux lauréats refuseront de faire partie d’institutions comme les jurys ou les académies.

33 Coleman (James S.), « Social Capital in the Creation of Human Capital », American Journal of Sociology, vol. 94 (suppl.), 1988, pp. S95-S120. Pour une présentation rapide des enjeux de l’article, voir Dozo (Björn-Olav), « Données biographiques et données relationnelles », COnTEXTES, numéro 3, La question biographique en littérature (juin 2008), mis en ligne le 13 juin 2008, § 65-67. URL : http://contextes.revues.org/document1933.html. Consulté le 20 janvier 2009.

34 Voir par exemple Burt (Ronald S.), Structural holes : The Social Structure of Competition, Cambridge, Harvard University Press, 1992 et Burt (Ronald. S.), « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », Revue française de sociologie, vol. 36, n° 4, 1995, pp. 599-628.

35 Les travaux du CIEL (Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire, http://www.ciel-litterature.be) font exception. On citera notamment les actes d’un colloque organisé par le collectif : Marneffe, de (Daphné) & Denis (Benoît) (dir.), Les réseaux littéraires, Bruxelles – Liège, Le Cri / CIEL-ULB-ULg, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo et Michel Lacroix, « Petits dîners entre amis (et rivaux) : prix, réseaux et stratégies de consacrants dans le champ littéraire français contemporain », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://contextes.revues.org/4646 ; DOI : 10.4000/contextes.4646

Haut de page

Auteurs

Björn-Olav Dozo

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Michel Lacroix

Université du Québec à Trois-RivièresIntroduction

Articles du même auteur

Haut de page