Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les textes rassemblés dans ce dossier proviennent pour l’essentiel de la troisième journée d’étude organisée par le groupe COnTEXTES le 19 mars 2008 à l’Université de Liège.

2Le choix d’aborder une telle problématique fut dicté par le constat d’imprécision et d’indistinction dans l’emploi de la notion de consécration dans les études sociologiques de la valeur littéraire : en effet, rares étaient celles qui employaient la notion de consécration dans un sens conceptuel et exploraient précisément les fonctionnements des instances de consécration comme les effets de ces instances sur les représentations du littéraire. Sans prétendre faire la lumière sur certaines zones d’ombre des théories de la valeur littéraire, on a cherché dans ce dossier à préciser quelques aspects liés aux phénomènes consécratoires.

3Dans la préparation de cette journée d’étude, on avait privilégié les questions suivantes : comment l'histoire littéraire construit-elle un fait littéraire consacré ? Quelle différence existe-t-il entre consécration du vivant de l'auteur et consécration par l'histoire littéraire ? Comment la consécration survit-elle au temps ? Quels sont les modes de temporalité de la consécration ? Peut-on mesurer cette consécration ? Quels sont les rapports entre consécration et canons esthétiques ? Les mécanismes et les effets de consécration pour un agent individuel sont-ils comparables à ceux qui concernent un groupe, un mouvement esthétique, voire une littérature ? Par ailleurs, qu'en est-il des processus de consécration intervenant dans les champs littéraires faiblement autonomes ? Les scènes consécratoires propres au champ français ont-elles leur équivalent dans les champs périphériques ?

4La question de la consécration amenait également à s'interroger sur la légitimation, en particulier sur l'articulation entre légitimation et consécration. Plusieurs interrogations surgissent : parmi les instances qui confèrent du capital symbolique en littérature, quelles sont celles qui sont du côté de la légitimation et celles du côté de la consécration ? La consécration vient-elle renforcer une légitimation antécédente ? Peut-on être consacré sans être légitimé ? Qu'advient-il de la légitimation lors de la consécration ? 
Les communications présentées lors de cette journée rencontrent une certaine ambition théorique, sans négliger les exemples nourrissant cette théorie.

5Les contributions retenues ici abordent diversement ces questions, soit que leurs auteurs problématisent la notion même de consécration (Benoît Denis, Jérôme David, Björn-Olav Dozo & François Provenzano), qu’ils étudient de manière privilégiée les temporalités spécifiques aux phénomènes consécratoires (Jérôme David), qu’ils analysent le fonctionnement d’instances de consécration comme les prix littéraires (Björn-Olav Dozo & Michel Lacroix, Sylvie Ducas), qu’ils envisagent des aspects particuliers des phénomènes consécratoires (François Provenzano questionne le pouvoir consacrant de la théorie de la littérature ; Valérie Stiénon interroge les représentations de la consécration dans les physiologies du xixe siècle) ou encore qu’ils examinent les spécificités des scènes consécratoires périphériques (Björn-Olav Dozo & François Provenzano).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation du dossier », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/4661 ; DOI : 10.4000/contextes.4661

Haut de page