Navigation – Plan du site

Compte rendu de Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960)

Bruxelles, Le Cri/Ciel – ULB-ULg, 2009, 381 p.
Lisbeth Verstraete-Hansen

Texte intégral

1Dans les décennies qui suivent la Deuxième Guerre mondiale, la vie littéraire en Belgique francophone connaît une activité spectaculaire : création d’un nombre inédit de revues, institution de prix littéraires, mise en place d’une véritable politique des Beaux-arts et des Lettres, etc. Or, rares sont les travaux exclusivement consacrés à ces années qui restaient donc largement à explorer. C’est à cette tâche que s’est consacrée Bibiane Fréché dans Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), ouvrage dont l’objectif est d’examiner « la structure de l’après-guerre littéraire belge francophone dans son intégralité » (p. 10) selon une « approche globale du fait littéraire, qui [tient] compte non seulement de l’ensemble des écrivains et de leur production, mais aussi du système relationnel qui lie les auteurs à leurs pairs, aux animateurs et professionnels littéraires, aux institutions publiques et aux mondes artistique, journalistique, social, politique et économique » (ibid.). Projet de grande envergure dont les dates de délimitation correspondent respectivement à la remise en route d’une activité culturelle non censurée au sortir de la guerre, et à la consécration définitive du néoclassicisme avec l’élection de Marcel Thiry au poste de secrétaire perpétuel de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (A.R.L.L.F.) en octobre 1960.

2L’introduction dessine les caractéristiques de la configuration littéraire en Belgique où agents et œuvres littéraires francophones, tout en participant d’une histoire et d’une tradition littéraire propres, se trouvent dans une situation de dépendance matérielle (exiguïté du marché local) et symbolique (pouvoir incontesté des instances de consécration parisiennes) par rapport à la France. Cette dépendance, momentanément suspendue durant l’Occupation, agit sur les choix génériques et éditoriaux des Belges qui « se positionnent stratégiquement par rapport au centre consacrant », soit en s’assimilant, soit en se distinguant (cf. pp. 10-11). L’alternance de ces deux attitudes sert de base à une périodisation en trois phases (centrifuge, centripète et dialectique) devenue classique en histoire littéraire belge. La période étudiée se situe ainsi à la fin d’une phase majoritairement assimilatrice allant grosso modo de 1920 à 1960-1970 (on y reviendra). Autre caractéristique à retenir : le phénomène de la pilarisation, c’est-à-dire la structuration verticale de la société en fonction des trois familles idéologiques – chrétienne, libérale et socialiste –, qui a de profondes répercussions sur le secteur littéraire (par exemple sur la répartition des sièges à l’A.R.L.L.F.) constamment tiraillé entre des logiques littéraires et extralittéraires, distinctes voire antagonistes.

3Le travail repose sur une base documentaire solide et impressionnante : dépouillement de cent quarante-cinq périodiques, de cinq quotidiens et de nombre d’anthologies et d’histoires littéraires, consultation d’archives publiques et privées, constitution de liste de prix littéraires, entretiens menés avec quatorze témoins privilégiés de l’époque. De ce corpus, Bibiane Fréché a dégagé différents indices de légitimation (p. 16) qui lui permettent d’affirmer, d’entrée de jeu, que c’est bien l’esthétique néoclassique, le théâtre et la reconnaissance en France qui constituent la voie royale à la légitimation en Belgique. Dès lors, l’objectif de l’analyse globale de la vie littéraire est d’en déterminer les raisons (cf. p. 15).

4L’ouvrage est divisé en deux grandes parties dont la première est consacrée aux interactions entre pouvoirs publics et institutions littéraires, tandis que la deuxième, intitulée « Écrire après la Libération », s’attache davantage à l’homme de lettres en tant que tel.

5Les deux premiers chapitres décrivent comment, dès la Libération, la répression civique des intellectuels entamée par l’État belge sera doublée d’une « croisade pour l’éducation civique » où la littérature et les arts seront appelés à jouer un grand rôle. Ainsi, en parallèle avec la naissance de l’« État-Providence », le Ministère de l’Instruction publique inclut dans son programme de rééducation civique une politique structurée des Beaux-Arts et des Lettres largement inspirée par les idées sur l’accès aux biens culturels développées dans l’entre-deux-guerres. Basés sur l’analyse des Rapports triennaux du ministère, ces chapitres détaillant l’activité de l’Administration des Beaux-Arts et des Lettres apportent des informations précieuses sur l’organisation de l’aide publique aux lettres, sur les modalités qu’elle prend, sur la répartition de budgets entre secteurs, genres, revues et communautés linguistiques et sur l’instauration d’une politique d’achat de livres belges qui constitue une avancée considérable. Mais la révolution incontestable de ces années reste la création, en 1945, du Théâtre national de Belgique (chapitre 3), qui sera suivie, en 1947, du Fonds national de la littérature.

6La gestion du Fonds national de la littérature est confiée à l’A.R.L.L.F. dont les membres sont souvent recrutés autant pour leur profil sociopolitique (cf. p. 13 et pp. 54-55) que pour leurs qualités littéraires. Dans la commission consultative du Fonds qui réunit membres internes et externes, les académiciens restent majoritaires, ce qui a pour effet de laisser « entre les mains de l’élite académique la gestion des subventions aux écrivains » (p. 49), mais aussi la distribution des subsides pour les revues, l’édition de manuscrits, la propagande et les conférences.

7Dans le secteur du théâtre, la répartition des moyens sera moins dispersée que dans le secteur des lettres. Un nombre relativement restreint de scènes – le Théâtre national, le Rideau et le Parc – forme la colonne vertébrale de la politique théâtrale qui ouvre la voie à la professionnalisation du secteur. Le cadre institutionnel et financier mis en place permet également une autonomisation progressive du théâtre belge de la scène parisienne, où, par ailleurs, un nombre non négligeable de dramaturges belges avait connu le succès dans les années d’après-guerre.

  • 1  Bodart Roger et Jonckheere Karel, Lettres de Belgique, Bruxelles, Esseo, 1958.

8Les réalités budgétaires sur lesquelles reposent les réformes s’avèrent toutefois inversement proportionnelles aux ambitions, ce qui oblige les responsables à faire des priorités. L’analyse détaillée des budgets de l’État (pp. 94-95) montre que, dans les années cinquante, le Ministère de l’Instruction publique délaisse progressivement les affaires culturelles au profit de l’enseignement. Ainsi, le budget prévu pour l’exposition universelle de 1958 est ramené à une somme plus modeste que celle initialement prévue et, selon Bibiane Fréché, le comité composé pour réaliser un gigantesque salon des lettres annule, entre autres, « la réalisation d’une brochure sur l’histoire des lettres belges » (p. 143). Signalons ici qu’il existe un petit ouvrage intitulé Lettres de Belgique1, cosigné en 1958 par les deux conseillers littéraires Roger Bodart et Karel Jonckheere, dont il serait intéressant de connaître le contexte de réalisation.

9Cohérent à première vue, le système de subventions mis en place présente un défaut majeur lié à la politique d’achat qui fait disparaître les livres belges du marché. En l’absence d’une politique de distribution et de promotion assurant aux écrivains une visibilité et une présence continues sur le marché local, la politique culturelle s’avère incapable d’endiguer le retour des éditeurs français qui, progressivement, rétablissent leur règne sur le marché belge.

10Une cartographie des alternatives littéraires émanant des provinces, de l’agglomération bruxelloise, de l’Association des écrivains belges de langue française ou de fonds et de mécènes privés clôt cette partie dont les dernières pages sont consacrées au  « système Bodart », révélateur de « toute l’importance des réseaux de relations qui surdéterminent la configuration du littéraire en Belgique » (p. 138). Nommé en 1951 conseiller littéraire à l’Administration des Beaux-arts et des Lettres aux côtés du flamand Karel Jonckheere, Roger Bodart incarne un pouvoir aussi bien matériel (il influence l’attribution des subsides) que symbolique (il découvre de nouveaux talents et oriente « certains choix » (p. 136), par exemple génériques chez Jean Mogin et Charles Bertin (cf. p. 137)). Bibiane Fréché montre comment, à travers ce personnage, poète lui-même, des pratiques scripturales sont élevées du rang d’usages à celui de valeurs.

  • 2  Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 119.

11Les apports de cette première partie sont nombreux et remarquables. L’enquête est extrêmement fouillée, les noms et les chiffres foisonnent, mais une quinzaine de tableau systématisant les données quantitatives facilite grandement la lecture. En plus – et cela vaut pour l’ensemble – l’ouvrage est très lisible, écrit dans un style vif et agréable qui n’est pas inutilement alourdi par un jargon scientifique. Mais on peut penser que certaines notions auraient mérité une réflexion plus explicite, par exemple celles qui concernent le « choix » ou la « stratégie ». Bibiane Fréché écrit que « [l]a légitimité, tout comme la rentabilité commerciale, est précisément un critère qui peut guider les auteurs dans leurs choix génériques » (p. 165) et que « [c]es prises de position rejoignent les stratégies d’assimilation ou de dissimilation par rapport au centre parisien » (p. 192), mais le lecteur est peu renseigné sur la manière dont il faut interpréter ces termes : dans le sens de stratégie intentionnelle, délibérément choisie ? Ou plutôt dans le sens que leur confère Pierre Bourdieu – source d’inspiration de nombreuses études sur la littérature belge – pour qui « [...] le principe des stratégies philosophiques (ou littéraires, etc.) n’est pas le calcul cynique, la recherche consciente de la maximisation d’un profit spécifique, mais une relation inconsciente entre un habitus et un champ. Les stratégies […] sont des actions objectivement orientées par rapport à des fins qui peuvent n’être pas les fins subjectivement poursuivies2 » ? Le nom du sociologue français n’est jamais évoqué, mais on perçoit son ombre dans nombre de notions comme « champ », « prises de position », etc.

12Sous le titre « Écrire », la seconde partie du livre se concentre davantage sur le personnel littéraire qui sera examiné sous l’angle de trois logiques qui « sont constitutives de la vie littéraire belge et déterminent les choix que peuvent opérer les écrivains » (p. 148) : le genre, la relation au territoire et à la France, et le rapport à la société.

13Pour aborder la question du choix générique, Bibiane Fréché prend le point de départ dans « le renouveau classique », c’est-à-dire la pratique d’une écriture caractérisée par une langue et une forme épurées, par « l’intemporalité universelle des problématiques abordées » (p. 150) et par « une vision abstraite de l’homme, qui tente d’accéder à l’essence même, universelle, de l’humain » (p. 151). Ce néoclassicisme touchera tous les genres : le théâtre dans les années quarante à travers les œuvres de Georges Sion, Charles Bertin, Herman Closson et Suzanne Lilar ; la poésie à travers les recueils de Jean Tordeur, Roger Bodart, Marcel Thiry, Lucienne Desnoues ; le roman, enfin, vers le milieu des années cinquante avec les œuvres d’Alexis Curvers et de Francis Walder, couronnées respectivement par le prix Sainte-Beuve (1957) et le prix Goncourt (1958).

14Si le néoclassicisme semble omniprésent dans le paysage littéraire de l’époque, Bibane Fréché appelle cependant à la prudence en faisant observer que « ce microcosme d’écrivains donne une impression de nombre qui cache plutôt une domination symbolique ; plusieurs auteurs néoclassiques occupent en effet des positions institutionnelles et officielles stratégiques qui améliorent la visibilité de l’esthétique » (p. 189). Les néoclassiques sont donc les plus visibles, mais des auteurs comme Paul Willems, Michel de Ghelderode ou Fernand Crommelynck connaissent également le succès, de même que, sur le plan commercial, les genres paralittéraires – le réalisme magique, le fantastique, le roman policier, la littérature de jeunesse et la bande dessinée. La poésie, peu appréciée par le large lectorat, est généreusement soutenue par les pouvoirs publics et le Fonds national de la littérature. De nombreuses initiatives en sa faveur se mettent en place, notamment la reparution du Journal (des poètes) et le lancement des rencontres européennes de la poésie qui deviendront la Biennale internationale de Poésie.

15Ce chapitre passe toutefois sous silence nombre de romanciers pratiquant une écriture romanesque non néoclassique, comme par exemple Daniel Gillès et Constant Burniaux (ceux-ci seront toutefois évoqués dans un chapitre ultérieur intitulé « l’écrivain comme homme public » et consacré aux rapports qu’entretiennent les auteurs avec la société). Ce dernier, siégeant à l’A.R.L.L.F depuis 1945 et collaborateur de Marginales, publie pourtant, entre 1944 et 1952, Les Temps inquiets, cycle romanesque qui est loin de présenter un caractère « anhistorique ». On peut se demander si l’intégration de telles œuvres dans l’analyse des logiques génériques n’aurait pas permis de nuancer encore davantage l’image d’un néoclassicisme écrasant tout sur son chemin. Se pourrait-il que l’objectif global de l’ouvrage consistant à déterminer les raisons de la domination de l’esthétique néoclassique conduise à privilégier, dans l’approche globale, l’analyse des œuvres, des agents et des lieux de sociabilité qui lui donnent corps aux dépens des autres modes d’écriture ? Et, de ce fait, à ne pas saisir, malgré tout, la complexité scripturale de la période, ce qui aurait peut-être exigé un point de départ davantage situé dans la production effective que dans la production légitimée ? Des analyses textuelles plus approfondies auraient permis d’éclairer ces questions.

16Le rapport à l’identité et au territoire est au cœur de la vie littéraire belge. Bibiane Fréché examine ici la question sous l’angle tour à tour belge, français (l’exil des écrivains) et international (le Pen Club). Les arguments évoqués par les écrivains belges dans le débat sur l’appartenance littéraire varient peu au cours du temps mais ils trouvent ici un regain d’intérêt parce qu’ils sont articulés à une cartographie des revues littéraires francophones qui fait de ce septième chapitre une véritable mine d’informations extrêmement utile pour toute recherche ultérieure.

17Plus brève sur la vie littéraire francophone en Flandre où peu d’objectifs fédérateurs se laissent discerner (p. 215), Bibiane Fréché fait toutefois observer que Gand abrite le centre régional flamand de l’Association des écrivains belges et la revue Épîtres. Autour de Marie Gevers, Paul Willems et Paul Neuhuys se déploie ainsi une certaine activité, tout comme le salon des Lilar « anime la vie culturelle anversoise ». Malheureusement, l’auteur ne précise pas qui fréquentait ces lieux de sociabilité. Les interactions littéraires belgo-belges de ces années ont-elles déjà livré tous leurs secrets ?

  • 3  Klinkenberg Jean-Marie, « Nouveaux regards sur le concept de “littérature belge”. À propos de Sto (...)
  • 4  Klinkenberg Jean-Marie, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociolo (...)
  • 5  Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles (...)
  • 6  Dans son étude sur la presse littéraire française qui couvre exactement la même période que le tra (...)

18Dans la conclusion, Bibiane Fréché revient sur les dates de délimitation de l’étude qui sont décrites comme « des étapes charnières » de la phase littéraire qui s’étend de 1918 au début des années septante (p. 306). L’ouvrage confirme ainsi la pertinence de la périodisation en trois phases mais, nous semble-t-il, avec un léger flou terminologique. Dans l’introduction, on lit en effet que, « [s]elon Klinkenberg (1998), les années 1920-1960 sont marquées par une phase centrifuge, au cours de laquelle sont privilégiées les stratégies d’assimilation. Représentatif de ce choix, le Groupe du lundi, formé en 1936, amalgame la Belgique littéraire à une province littéraire de la France » (p. 11 ; nous soulignons) ; or, en conclusion de la deuxième partie, on peut cette fois lire : « Ainsi, les néoclassiques allient des choix esthétiques classicisants à une conception centripète de la nationalité littéraire. Dans la droite ligne du lundisme, ils postulent en effet l’appartenance de la production littéraire belge au champ littéraire français [...]. » (p. 300 ; nous soulignons) On sait que le couple « centrifuge/centripète » a été introduit dans l’historiographie littéraire belge en 1968 par Jean-Marie Klinkenberg3 qui, en 1980, dans un article aux accents programmatiques, développe des hypothèses sur l’évolution littéraire de la Belgique francophone en distinguant les phases centripète (1830-1920 : production littérature orientée vers le centre belge), centrifuge (1920-1960/70 : production littéraire orientée vers le centre français) et dialectique (à partir de 1970)4. Le centre de référence est ici situé en Belgique. Or, en 2005, dans La Littérature belge. Précis d’histoire sociale5, Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg inversent la perspective pour permettre l’extension de ce modèle « gravitationnel » à l’ensemble de l’espace littéraire francophone : le centre de référence est maintenant situé en France6. Dans cette perspective, la phase dans laquelle s’inscrit le laps de temps étudié par Bibiane Fréché est donc désormais à considérer comme « centripète » !

19Inutile de dire que les quelques questions et remarques soulevées en cours de route ne mettent nullement en question l’immense mérite de cet ouvrage qui, à aucun moment, ne déroge à son objectif principal : déterminer les raisons de la domination de l’esthétique néoclassique à travers une analyse globale de la vie littéraire. Nul doute que l’étude de Bibiane Fréché est un travail de première importance pour la recherche en histoire littéraire belge.

Haut de page

Notes

1  Bodart Roger et Jonckheere Karel, Lettres de Belgique, Bruxelles, Esseo, 1958.

2  Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 119.

3  Klinkenberg Jean-Marie, « Nouveaux regards sur le concept de “littérature belge”. À propos de Sto let bel’gijskoj literatur’i de L. G. Andréev » in Marche Romane, t. XVIII, 1968, pp. 120-132.

4  Klinkenberg Jean-Marie, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique » in Littérature, n° 44, décembre 1981, pp. 33-50.

5  Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, 2005.

6  Dans son étude sur la presse littéraire française qui couvre exactement la même période que le travail de Bibiane Fréché, Paul Dirkx fait précisément remarquer que les forces centripètes et les forces centrifuges « ne trouvent pas leur principe au sein de la configuration littéraire où elles se manifestent, mais dans la structure de relations entre les deux espaces littéraires, elles-mêmes tributaires, au même titre que la langue française, d’une constellation plus internationale (francophone), voire mondiale ». Dirkx renonce d’ailleurs à penser en termes de « phases » : « Il paraît préférable de dire que, entre 1944 et 1960, un ensemble de facteurs nationaux et internationaux sont susceptibles d’avoir accentué les effets matériels et symboliques de la suprématie littéraire française en donnant toujours plus “raison” à ceux qui, de part et d’autre de la frontière, étaient enclins à promouvoir une culture et une littérature pan-française ». Dirkx Paul, Les Amis belges. Presse littéraire et franco-universalisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisbeth Verstraete-Hansen, « Compte rendu de Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4690

Haut de page

Auteur

Lisbeth Verstraete-Hansen

Copenhagen Business School

Articles du même auteur

Haut de page