Navigation – Plan du site

Compte rendu de Pinson (Guillaume), Fiction du monde, De la presse mondaine à Marcel Proust

Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2008.
Clara Edouard

Texte intégral

1Ce livre, issu d’une thèse de doctorat, élabore une réflexion sur les rapports entre presse, roman et mondanité à la fin du dix-neuvième siècle à partir de l’étude attentive d’un double corpus : un premier ensemble de textes médiatiques qui recense la presse mondaine (définie comme « périodiques de la mondanité et de la classe de loisir : le Gaulois, la Vie parisienne, Le Gil Blas, etc., soit une trentaine de titres recensés et exploités), et un second corpus, romanesque, qui va de Paul Bourget à Marcel Proust. Sous l’angle d’une critique médiatique, l’auteur propose « une contribution à l’analyse de l’imaginaire et de la mondanité dans la presse et dans le roman, entre 1885 et 1914. » (p. 9) L’approche choisie est celle d’une lecture sociocritique et non littéraire stricto sensu : il s’agit, pour l’auteur, de « proposer une analyse radicalement nouvelle de la mondanité à la Belle Epoque en faisant correspondre les poétiques médiatiques et romanesques pour mieux comprendre ce qu’elles veulent dire d’une société et reconnaître les effets sociaux dans ce discours. » (p. 12) Ce faisant, il cherche à montrer que la mondanité dans le roman est un monde médiatisé, donc une « fiction du monde » et que le travail du roman contribue à révéler la distance entre le monde réel et la « fiction », distance qui demeure latente dans le journal.

2La première partie, intitulée « Journal et mondanité », a pour objet d’élaborer une poétique des journaux et des magazines de la mondanité, en élaborant un corpus de la presse mondaine et en définissant, dans la lignée des travaux de Marie-Ève Thérenty, les « grands genres » qu’elle illustre (le carnet mondain, la visite mondaine, la chronique), son personnel (le Tout-Paris), son cadre spatio-temporel (les lieux et les saisons de la mondanité) et enfin son esthétique, celle du minuscule, des microrécits, des rumeurs et des anecdotes, d’« une poésie sur rien » (p. 181). De cette étude détaillée, le journal mondain apparaît comme la « représentation de la modernité restreinte » (p. 17) à l’époque (1885-1914) de l’avènement de la société de loisir telle qu’elle a été théorisée par Th. Veblen.

3La seconde partie, intitulée « Fiction du monde », pose l’hypothèse que « le roman comporte une référence métaphorique (d’après P. Ricœur) portant sur l’être-ensemble dans une société médiatique, où triomphent les médiations et les rencontres. » (p. 10) Elle s’attache à l’étude du corpus romanesque pour définir tout d’abord le roman mondain comme celui d’un monde clos puis pour étudier les interactions entre presse et roman (et notamment la place du journal dans le roman) et enfin pour élargir la réflexion à un ensemble de textes où « la mondanité figure […] comme métaphore d’une plus large socialité » et où « le macrocosme mondain vaut pour le macrocosme social. » (p. 277) Cette dernière approche permet d’ouvrir la réflexion au-delà des romans de la mondanité de type psychologique (comme ceux de Paul Bourget ou de Paul Hervieu) pour proposer une nouvelle lecture d’œuvres du canon (de Colette, Gide et Mirbeau jusqu’à Proust). L’auteur les lit comme la manifestation d’une prise de distance à l’égard de la mondanité, celle d’un roman qui « entonne le chant du cygne de la mondanité et se met à raconter que le monde n’est plus qu’une fiction. » (p. 18)

4Enfin, la conclusion intitulée « Le Führer reçoit » surprend et stimule le lecteur en proposant une analyse inattendue : celle d’un article du magazine Home & Gardens de novembre 1938 consacré à la vie mondaine d’Adolf Hitler. Cette analyse permet à Guillaume Pinson d’éclairer les conclusions du corps de l’ouvrage et d’élargir la réflexion au rôle de la mondanité dans l’histoire du premier vingtième siècle.

5Ce livre n’a pas pour moindre mérite d’explorer et d’organiser un corpus médiatique relativement méconnu et extrêmement riche pour la sociocritique certes, mais également — dans une perspective qui n’est pas celle de travail de Guillaume Pinson — pour une analyse des rapports croisés entre presse et littérature. À cet égard, le chapitre intitulé « La presse mondaine : essai de typologie et de poétique » constituera sans aucun doute un outil de travail précieux pour les chercheurs, sociologues et/ou littéraires qui s’intéressent à ce champ. De même, le chapitre consacré au roman mondain dresse, dans la lignée des travaux de Rémy Ponton et Émilien Carassus, un tableau précieux de ce genre bien oublié de la littérature fin-de-siècle. Il convient également de souligner l’apport de l’auteur à la définition de la mondanité (et des notions corrélées de distinction, de discours social et de culture médiatique) ; il élabore à cet égard un bilan très complet des travaux des historiens des sociabilités et une analyse fouillée de l’évolution du phénomène de sociabilité médiatique. La matière est riche, stimulante et particulièrement bien mise au point pour qu’on en vienne parfois à regretter que l’auteur ne s’écarte pas d’une analyse strictement sociocritique pour convoquer une lecture plus littéraire ou historienne, qui trouverait là certainement matière à réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Edouard, « Compte rendu de Pinson (Guillaume), Fiction du monde, De la presse mondaine à Marcel Proust », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 24 septembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4706

Haut de page

Auteur

Clara Edouard

Université Libre de Bruxelles

Haut de page