Navigation – Plan du site

Compte rendu de Danblon (Emmanuelle) & Nicolas (Loïc), (dir.), Les rhétoriques de la conspiration

Paris, CNRS éditions, 2010, 348 p.
Victor Ferry

Texte intégral

  • 1  « F.A.Q. », Conspiracy watch. Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot, mis en (...)

1Il y a de nombreuses voies pour aborder les théories du complot. Leur étude peut, par exemple, s’inscrire dans un engagement citoyen, visant à prévenir les dérives d’explications qui, au nom d’une vision déterministe du monde, donnent un sens aux événements par la désignation de coupables. Le site Conspiracy Watch, notamment, vise à identifier les récits qui « substituent abusivement à l’explication communément admise de phénomènes sociaux ou événements historiques un récit alternatif qui postule l’existence d’une conspiration »1. L’étude des théories du complot peut également offrir, dans le cadre d’une démarche historique ou sociologique, une voie pour accéder à l’imaginaire d’une société donnée, aux représentations du monde qui s’y déploient. Ainsi, les complots imputés aux Juifs et aux francs-maçons au lendemain de la Révolution Française peuvent être interprétés comme révélateurs de la nécessité de réinjecter du sens dans une société dont les fondements ont été ébranlés.

  • 2  Aristote, Rhétorique, texte établi et traduit par Médéric Dufour, Paris, Gallimard, 1991, Livre I, (...)

2C’est une approche rhétorique qui est mise en œuvre dans l’ouvrage codirigé par Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas, discipline qui, dans une tradition qui remonte à Aristote, permet de « découvrir spéculativement ce qui, dans chaque cas, peut être propre à persuader »2. Une manière de comprendre la particularité de cette approche est de réfléchir aux usages d’une expression comme « théorie du complot ». Comme le notent Olivier Klein et Nicolas Van der Linden dans leur article : 

Qualifier de « théorie du complot » l’explication d’un fait social le rend immédiatement illégitime. Une telle désignation revient, en effet, à dénier à l’explication proposée toute prétention à l’authenticité. Elle provient d’un « dénonciateur » qui, par essence, est un sceptique, s’insurgeant contre celui qui adhère à la théorie du complot : le « crédule », en proie à l’irrationalité. (p. 133).

3En s’intéressant aux rhétoriques de la conspiration, les contributeurs concentrent la réflexion non pas sur la validité des récits étudiés mais sur les fondements de leur force persuasive. Ainsi, au-delà de la démarche qui consiste à condamner les « théories du complot » comme fallacies, on trouve un intérêt pour la théorie du raisonnement à observer les mécanismes qu’elles mettent en œuvre. Porter un regard rhétorique sur ces discours permet en particulier d’éclairer deux questions : comment la modernité a offert de nouveaux ressorts persuasifs aux rhétoriques de la conspiration ? en quoi l’étude des rhétoriques de la conspiration nous renseigne sur les rapports ambigus qu’entretient notre rationalité à la modernité ?

4Si le fil conducteur est résolument rhétorique, cette approche est enrichie par un dialogue interdisciplinaire dans lequel se répondent notamment les études littéraires (Valérie André), anthropologiques (Françoise Lauwaert), psychologiques (Olivier Klein), politiques (Cédric Passard) ou historiques (Pierre-André Taguieff).

Rhétoriques de la conspiration et modernité

5Comme le note le politologue Paul Zawadzki, la modernité ne s’est pas accompagnée d’une perte d’audience des explications ayant recours à un imaginaire du complot, bien au contraire, elles se seraient démultipliées (p. 43). Au premier abord, ce constat se heurte à une intuition qui voudrait que la modernité se soit caractérisée par une rationalisation des sociétés. Aborder les rhétoriques de la conspiration par le biais de leur force persuasive permet de comprendre ce phénomène non comme le signe d’une résistance des mythes et des superstitions aux progrès de la rationalité mais plutôt comme une capacité d’adaptation des explications par le complot à la modernité. Le vaste corpus de théories du complot étudié par les contributeurs (de l’Antiquité au début du XXIesiècle) révèle en effet une évolution des ressorts persuasifs des rhétoriques de la conspiration, évolution qui semble aller de pair avec le processus de laïcisation des sociétés occidentales.

  • 3  Pour une définition de cette notion, voir notamment De Jonge (Emmanuel), « La Déclaration Universe (...)

6Dans son article, Jean-Philippe Schreiber s’est intéressé aux accusations formulées par l’église catholique contre le complot maçonnique, dans le contexte des bouleversements qui ont accompagné la Révolution Française : « le monde social idéal du christianisme est un monde d’équilibre, et toute tentative en vue de le rompre ne peut résulter que d’une conspiration pour substituer un ordre non naturel à cet ordre harmonieux. » (p. 173). La rhétorique qui est alors employée (notamment dans l’encyclique Humanum Genus du Pape Léon XIII) en appelle à l’arrière-plan topique3 d’un monde d’essence divine. Les transformations (mariage civil, neutralité de l’État en matière religieuse, égalité des hommes en droit,…) sont imputées à des individus instrumentalisés par les forces du mal. La persuasion repose sur la capacité à donner une explication à des phénomènes nouveaux grâce à un récit efficace et familier : la dialectique du bien contre le mal.

7L’arrière-plan topique des sociétés contemporaines se caractérise plutôt par la volonté d’une approche critique du monde, illustrée par les méthodes scientifiques : nous refusons désormais d’adhérer à des représentations du monde a priori et nous exigeons que les affirmations soient étayées par des arguments. Plusieurs contributions mettent en lumière une adaptation de la rhétorique du complot à cette topique de la modernité. À un premier niveau, il s’agit d’une rhétorique qui met en scène les canons de la démarche scientifique. Comme le note Emmanuelle Danblon, le dénonciateur de complots contemporain se présente souvent « en bon citoyen de la pensée moderne, il place tous les préjugés à distance, et c’est alors même qu’engagé dans une enquête ouverte, il n’a trouvé sur son chemin que des arguments à charge » (p. 67). Cette attitude est en soit persuasive : la remise en cause des vérités institutionnelles s’effectue au nom d’un libre usage de l’esprit critique. Une condamnation a priori de ce type de discours reviendrait, comme le notent Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas dans leur introduction, à une négation d’un droit au scepticisme, consacré par l’esprit moderne (p. 13). Une fois le doute sur les vérités officielles instillé, cette rhétorique fournit une explication du monde qui ne peut, quant à elle, souffrir aucune critique, renouant ainsi, à un second niveau, avec la vision archaïque d’un monde déterministe où, pour reprendre les expressions de Pierre-André Taguieff, « rien n’arrive par accident » et « tout ce qui arrive est le résultat d’intentions ou de volontés cachées » (p. 287). Les propos de Marc Dominicy permettent d’illustrer ce « jeu sur deux niveaux », caractéristique des rhétoriques de la conspiration :

Face à un événement dont l’explication causale lui semble insatisfaisante, elle la théorie du complot jette le soupçon sur toute explication causale dans le principe, sa rhétorique consiste alors à demander une « ouverture d’esprit », une « pensée sans a priori » ; mais, dans un second mouvement, elle ne reconnaît aucune validité à la description de l’effet si celle-ci n’inclut pas la cause à préférer – sa rhétorique consiste alors à prôner une « rigueur explicative », une capacité à « décoder le cours des choses ». (p. 123).

8Ces propos permettent, par ailleurs, d’éclairer la relation complexe qu’entretiennent les rhétoriques de la conspiration avec la modernité. Le relativisme épistémologique est en effet un phénomène propre à la pensée contemporaine : s’il est raisonnable de penser que les événements ont une cause unique, nous pouvons par ailleurs admettre que cette cause est si complexe que sa description s’inscrit dans une démarche spéculative. Si le relativisme épistémologique est un préalable à l’investigation, il ouvre par ailleurs la voie à des explications qui combleraient les zones d’ombre par une pensée déterministe, en soi, rassurante et persuasive. Un tel glissement est notamment identifié par Thierry Herman, qui a analysé un documentaire faisant passer la mission spatiale américaine Apollo 11 pour une machination. La force du documentaire est de glisser du domaine du vraisemblable, où l’enquêteur sélectionne ses indices, au domaine de la certitude : « tout l’enjeu est de faire passer ce qui est fondamentalement abductif (tels ou tels faits réels ou attestés trouvent leur explication par cette théorie du complot) pour une déduction évidente » (p. 223). Ainsi, du point de vue de l’argumentation, le raisonnement se présente généralement comme un syllogisme dont on ne prendrait pas en compte les éventuelles restrictions :

Ainsi, on peut voir des images de la NASA sur lesquelles le drapeau américain « flotte au vent ». Or, sur la Lune, il n’y a pas d’air ni a fortiori de vent. Donc, les images n’ont pas été tournées sur la Lune. On a ici un raisonnement syllogistique tout à fait classique, où les prémisses sont indubitables (je vois le drapeau flotter, je sais qu’il n’y a pas d’air sur la Lune) et la conclusion valide. On transforme sur le plan rhétorique ce qui est un raisonnement par l’indice (le drapeau qui ne se comporte pas comme il le devrait) aboutissant, par abduction, à l’hypothèse qu’on n’est jamais allé sur la Lune en une déduction rhétorique : si le drapeau flotte, c’est que les images ne proviennent pas de la Lune. (p. 223).

9Or, comme le note l’auteur dans la suite de son article, le passage de l’abduction à la déduction s’effectue ici en occultant les éventuelles restrictions (en l’occurrence : « à moins que le drapeau ne soit mobile que lorsqu’il est tenu par la main d’un astronaute qui tente de l’enfoncer dans le sol »). Cependant, l’occultation de la restriction passe d’autant mieux qu’elle s’inscrit dans le cadre d’un récit qui offre une vision simple et efficace du monde : engagés dans une courses aux étoiles face aux Russes, les Américains ne pouvaient pas envisager de ne pas être les premiers sur la Lune : ils avaient des raisons évidentes de mettre en place une machination.

Rhétoriques de la conspiration et rationalité

10Les exemples ci-dessus en témoignent : il est possible d’étudier les rhétoriques de la conspiration en termes d’écarts vis-à-vis d’une pensée scientifique qui se bornerait à offrir les explications les plus honnêtes possibles des événements. Le lecteur pourra d’ailleurs en trouver de nombreux autres exemples en parcourant l’ouvrage. Pourtant, est-ce à dire que si nous adhérons à une théorie du complot, cette adhésion est le signe des failles de notre rationalité ?

11La problématique est posée par Emmanuelle Danblon en ces termes : « Qu’est-ce qui est le plus rationnel, celui qui ne commet aucune d’erreur de raisonnement quitte à demeurer dans le flou, ou celui qui fournit une explication du monde, fût-elle burlesque, mais qui donne du sens à ce qu’il vit ? » (p. 58). D’un côté, les canons de la démarche scientifique nous enseignent qu’un bon scientifique est avant tout celui qui sait poser de bonnes questions et de l’autre, nous ne pouvons pas envisager de vivre dans un monde d’incertitudes. Ainsi, outre la réflexion sur les ressorts persuasifs des rhétoriques de la conspiration, cet ouvrage s’inscrit également dans une réflexion sur l’exercice de la rationalité contemporaine.

  • 4  Ginzburg (Carlo), Mythes, emblèmes, traces : Morphologie et Histoire,Paris, Flammarion,1989, 304 p

12Dans le sillage de Carlo Ginzburg4, Emmanuelle Danblon invoque le rôle du « paradigme indiciaire » dans le fonctionnement de la rationalité contemporaine. Tel que décrit par Ginzburg, le paradigme indiciaire renvoie à une méthode ancestrale par laquelle les chasseurs cueilleurs, les médecins, les pêcheurs ou encore les historiens se mettaient en quêtes d’indices et de traces pouvant mener à la découverte d’une réalité plus vaste. Il s’agit là d’une étape commune à toute démarche visant à formuler des hypothèses sur le monde. Cependant, une explication qui aurait recours à une rhétorique de la conspiration permet de conclure à coup sûr là où une démarche scientifique doit parfois laisser des espaces vides. Une concurrence s’instaure alors entre notre besoin tenace de certitudes et la nécessité de soumettre nos intuitions à des tests, quitte à écarter certains indices lorsqu’ils ne se seraient pas révélés être des preuves.

13Ainsi, l’étude des rhétoriques de la conspiration peut nous renseigner sur la difficulté qu’il y a pour notre rationalité contemporaine à composer avec une couche intermédiaire entre le vrai et le faux, un domaine du vraisemblable dans lequel nos raisonnements puisent leurs racines. En un sens, et c’est l’hypothèse d’Emmanuelle Danblon, plutôt que d’être reléguées dans le domaine de la superstition ou de l’irrationnel, les rhétoriques de la conspiration constitueraient un genre de discours témoin des ambivalences de la modernité. Un discours qui se situe au croisement entre la conscience que le monde est complexe, que les explications que l’on peut en donner peuvent être révisées et réfutées, et un besoin de donner aux événements un sens unique et rassurant. Un tel discours offre un terrain d’investigation privilégié pour comprendre les tentatives d’adaptation de la raison humaine à un monde désenchanté.

Haut de page

Notes

1  « F.A.Q. », Conspiracy watch. Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot, mis en ligne le 15 février 2004, consulté le 26 novembre 2010. URL : http://www.conspiracywatch.info/F-A-Q_r11.html.

2  Aristote, Rhétorique, texte établi et traduit par Médéric Dufour, Paris, Gallimard, 1991, Livre I, 2, 1356 a.

3  Pour une définition de cette notion, voir notamment De Jonge (Emmanuel), « La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme comme l’expression d’une vision du monde : une approche topique et génétique », Argumentation & Analyse du discours, n°4, 2010, en ligne : http://aad.revues.org/index956.html. « Il s’agit d’une strate de représentations collectives qui sont organisées et hiérarchisées dans une société donnée, et déterminent le contenu rhétorique des échanges dans cette société. Les individus iront puiser dans cet arrière-plan topique des représentations, dont l’expression sera la manifestation de l’appartenance à la même communauté. L’arrière-plan topique peut donc être défini comme une strate intermédiaire de représentations qui se situe entre l’esprit des individus (la cognition individuelle) et l’expression rhétorique de représentations collectives par le discours. Il est une interface entre l’esprit de l’individu (la cognition) et ses productions discursives au sein de la communauté ».

4  Ginzburg (Carlo), Mythes, emblèmes, traces : Morphologie et Histoire,Paris, Flammarion,1989, 304 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Ferry, « Compte rendu de Danblon (Emmanuelle) & Nicolas (Loïc), (dir.), Les rhétoriques de la conspiration », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 26 novembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4708

Haut de page

Auteur

Victor Ferry

F.R.S.-FNRS, Université Libre de Bruxelles-GRAL

Haut de page